Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-Yves Authier, Alain Bourdin & Marie-Pierre Lefeuvre (dir.), 2014, La jeune sociologie urbaine francophone. Retour sur la tradition et exploration de nouveaux champs

Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 235 p.
Martin Claux
Référence(s) :

Jean-Yves Authier, Alain Bourdin & Marie-Pierre Lefeuvre (dir.), 2014, La jeune sociologie urbaine francophone. Retour sur la tradition et exploration de nouveaux champs, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 235 p.

Texte intégral

1L’ouvrage intitulé La jeune sociologie urbaine francophone compile une douzaine de contributions réalisées lors d’un colloque organisé à Lyon en 2010, et dont le thème, l’actualité de la sociologie urbaine francophone,avait réuni une quarantaine de communications. L’ouvrage rassemble des travaux réalisés par de jeunes chercheurs et s’appuie sur ces contributions pour redéfinir dans une postface efficace les contours de la sociologie urbaine en train de se faire.

2L’intérêt de cet ouvrage est double pour les chercheurs qui s’intéressent aux villes et à ses transformations contemporaines.

3Tout d’abord, les travaux exposés, récents et originaux, sont le fruit d’une jeune génération de chercheurs, docteurs, doctorants, post-doctorants et d’enseignants-chercheurs. Certes, l’ouvrage ne peut rendre compte de toute la diversité des abondants travaux qui se rattachent à la sociologie urbaine, dont le nombre très important de communications lors du colloque de 2010 fait état. Néanmoins, le lecteur bénéficie dans un seul ouvrage d’un tour d’horizon, composé de douze contributions organisées en trois parties, qui permet de saisir la diversité des travaux engagés par cette jeune sociologie urbaine francophone et de délimiter les champs auxquels elle porte de l’attention. Ensuite, cet ouvrage, notamment dans sa postface, est un travail de délimitation du champ de la sociologie urbaine. Les auteurs de la postface défendent alors les contours d’une discipline parfois marginalisée. Ce n’est pas une mince affaire quand on sait que la sociologie urbaine s’intéresse à des objets de recherche parfois co-construits par d’autres disciplines plus instituées, plus reconnues (l’urbanisme, l’architecture, la géographie, la science politique et l’anthropologie). Ainsi, les questionnements et les approches propres à la sociologie urbaine sont distingués de ceux qui animent les disciplines connexes. Dans le même temps, cet exercice de distinction engendre des pistes de dialogue et d’échange avec les disciplines connexes.

4Nous n’aurons pas la place ici de revenir sur chacune des contributions publiées dans l’ouvrage. Néanmoins, pour donner un aperçu de la variété des travaux de recherche que l’on y retrouve, nous présentons succinctement quelques contributions. Le découpage de l’ouvrage en trois parties thématiques (“mobilités, ancrage et expériences citadines”, “agrégation, ségrégation, gentrification” et “production de l’espace et action collective”) est bienvenu. Malgré l’absence de conclusion et d’introduction pour chacune des parties, il permet au lecteur de bien se repérer dans l’ouvrage.

5L’ouvrage débute de façon tout à fait originale et dépaysante. La première contribution, d’Aurélien Gentil, s’intéresse aux rapports à l’espace qu’entretiennent les travailleurs saisonniers d’une station balnéaire. Autrement dit, cet ouvrage de sociologie urbaine débute hors des espaces habituellement privilégiés par la sociologie urbaine, hors de l’urbain. Rapidement, on saisit l’opportunité de cette contribution qui questionne “le rôle des mobilités saisonnières dans la formation du rapport objectif et subjectif que les individus entretiennent avec leur activité et avec les lieux où ils s’établissent pour travailler”. Implicitement, cette première contribution nous renseigne sur les différentes modalités de la construction du rapport à l’espace urbain des populations citadines, dont la mobilité résidentielle s’accroît. Ainsi, la typologie des modalités d’appropriation de l’espace dressée par l’auteur pour les saisonniers de cette station balnéaire peut être transposée aux populations urbaines dont le rapport à l’espace urbain nous semble être, lui aussi, dépendant de l’“ancienneté” des populations dans la ville et de leurs trajectoires de vie.

6La seconde partie de l’ouvrage s’intéresse aux évolutions sociales qui alimentent les processus de ségrégation urbaine. La gentrification, objet classique de la sociologie urbaine, y est étudiée sous un regard neuf. À travers deux contributions, on observe, d’une part, la valorisation croisée de l’espace bâti et de la trajectoire sociale et, d’autre part, les mécanismes sociaux à l’origine du regroupement spatial des populations homosexuelles dont la production de l’espace bâti est l’un des éléments clés.

7La contribution d’Anaïs Collet s’intéresse aux motivations qui poussent les “convertisseurs” à acheter des “biens immobiliers pourris”, des friches industrielles et des entrepôts afin de les convertir en lieux d’habitation et d’activité professionnelle. Elle souhaite dépasser l’image de l’avide homoœconomicus en quête de plus-value foncière ou immobilière. L’auteur reconnaît bien la centralité de la contrainte budgétaire dans les choix qui amènent ces “convertisseurs” à investir et restaurer un entrepôt ou une friche industrielle. Néanmoins, dans le processus de production de leurs lieux d’habitation, ils engagent des ressources autres que financières, notamment des ressources informationnelles et temporelles. Certes, ces “convertisseurs” procèdent selon une rationalité économique. La contrainte budgétaire les pousse à étaler dans le temps les frais qu’engendre la production du logement et à s’investir dans les travaux de rénovation des bâtiments. Cependant, nous dit l’auteur, la transformation du bien est aussi l’occasion de valoriser la trajectoire sociale de ces “convertisseurs”. En produisant un logement à leur image, ils cherchent davantage à apprécier la valeur d’usage de leur logement que sa valeur marchande, souvent reléguée au second plan dans leurs discours.

8La contribution de Colin Giraud s’intéresse à une forme spécifique de gentrification, la gaytrification. Cet auteur étudie comment les populations homosexuelles produisent, en réalisant des travaux et des aménagements, un habitat adapté à leurs modes de vie, à l’image des convertisseurs observés par Anaïs Collet. La spécificité de l’investissement des populations homosexuelles dans la transformation du bâti de leur quartier, celui du Marais à Paris et du Village à Montréal, réside dans l’absence d’enfants et de projet de parentalité. Dès lors, ces populations ne s’intéressent pas aux friches industrielles et aux lofts, destinés à accueillir simultanément activités professionnelles et vie familiale. Les gays investissent dans des appartements de taille moyenne qui sont transformés en deux pièces : une pièce de vie et une chambre. Les surfaces réaménagées sont réduites et les travaux réalisés sont moins importantsmais la transformation du cadre bâti est au rendez-vous. Plus subtilement, comme l’écrit l’auteur, l’investissement des populations homosexuelles dans leur logement influence la trajectoire des quartiers en question où l’on trouve désormais une offre de biens immobiliers directement produite selon et pour les modes de vie des populations homosexuelles.

9La troisième et dernière partie de l’ouvrage comprend des contributions qui pointent la complexité de l’action collective qu’est la production de l’espace urbain. En se démarquant de la notion de gouvernance urbaine, abondamment utilisée en science politique et en urbanisme, les auteurs balisent bien le fait que les acteurs publics intéressent la sociologie urbaine, mais qu’ils ne sont pas centraux dans la production de la ville. Ce sont d’autres acteurs qui retiennent l’attention de la sociologie urbaine : les groupes sociaux organisés comme les professionnels de l’industrie immobilière, les managers de projets, les gestionnaires de copropriétés, les professionnels de l’architecture et l’urbanisme. Les régulations propres à ces secteurs participent à la production concrète de nouveaux espaces urbains : quartier d’affaires stambouliote, nouvel espace de l’habitat populaire au brésil… Cette troisième partie de l’ouvrage entend défendre une certaine spécificité de la sociologie urbaine dans l’observation et l’analyse de la production urbaine dont les auteurs estiment qu’elle est dominée par la science politique et l’analyse de l’action publique. Pour autant, la jeune sociologie urbaine n’appréhende pas le retrait des acteurs publics comme le signal d’une domination de la raison économique dans la production de la ville, ainsi que leurs prédécesseurs l’avaient fait au tournant des années 1960 – 1970. On observe bien là une spécificité de cette nouvelle génération de sociologues urbains : les logiques économiques ne dominent plus l’analyse de la production urbaine.

10À l’issue de l’ouvrage, on peut regretter l’absence de contributions jetant des ponts entre la sociologie urbaine et l’économie, notamment la géographie socioéconomique (Benko & Lipietz, 2000 ; Garnier, 2011). Il serait pourtant intéressant d’étudier l’évolution des rapports entre société locale et structure productive territoriale afin d’en comprendre l’influence sur les phénomènes de métropolisation, sur la production matérielle de la ville. Les liens réciproques qui unissent évolution du tissu social et réorganisation du tissu productif territorial n’appartient-ils pas au champ de la sociologie urbaine ? Un rapprochement, ou plutôt des passerelles nouvelles entre la sociologie urbaine, la science économique et la géographie socioéconomique sont peut-être nécessaires pour cela.

11Finalement, il nous semble que cet ouvrage pâtit d’un problème de forme. En effet, lors de la lecture de l’ouvrage, l’unité et la cohérence des travaux de ces jeunes sociologues urbains n’émergent pas directement. Les différentes contributions donnent la sensation d’uncertain morcellement de la discipline. À quelques exceptions près, les contributions sont peu liées les unes aux autres, alors même qu’elles renouvellent toutes la sociologie urbaine. Aussi, les liens qui arrimeraient plus efficacement certaines contributions à la sociologie urbaine ne sont pas toujours explicités. Bref, au fil des contributions, le lecteur peut parfois se sentir un peu ballotté d’un objet à l’autre, chercher les liens qui unissent les textes et la cohésion de l’ensemble. Néanmoins, la postface fait ce travail. Rédigée par Jean-Yves Authier, Alain Bourdin et Marie-Pierre Lefeuvre, la postface est une contribution indispensable à l’ouvrage. Elle crée du liant, ce que ne parviennent pas toujours à faire les jeunes chercheurs. Efficacement, la postface met en relief et organise les différentes contributions des auteurs au renouvellement de la sociologie urbaine. Transcendant la diversité des contributions, elle pointe le retour de l’espace dans la sociologie urbaine, notamment à travers le rôle des pratiques individuelles et collectives dans la production d’un espace ségrégé et le rôle de l’espace dans la construction sociale des individus. En quelque sorte, cet ouvrage est l’œuvre d’une solidarité générationnelle entre jeunes chercheurs et chercheurs confirmés, et c’est un excellent complément à tout manuel de sociologie urbaine.

Haut de page

Bibliographie

Garnier Jacques, 2011, Un appareil productif en mutation. Les 50 ans qui ont tout changé en Provence Alpes Côte d’Azur, Paris : Economica.

Benko Georges & Lipietz Alain (dir.), 2000, La richesse des régions. La nouvelle géographie socio-économique, Paris : Puf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Claux, « Jean-Yves Authier, Alain Bourdin & Marie-Pierre Lefeuvre (dir.), 2014, La jeune sociologie urbaine francophone. Retour sur la tradition et exploration de nouveaux champs », Métropoles [En ligne], 16 | 2015, mis en ligne le 05 juin 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://metropoles.revues.org/5132

Haut de page

Auteur

Martin Claux

Docteur en aménagement de l’espace et urbanisme
Institut Français des Sciences et Technologies des Transports de l’Aménagement et des Réseaux, Laboratoire Mécanismes d’Accidents
Laboratoire Interdisciplinaire En Urbanisme (EA 889), Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional, Université d’Aix-Marseille
martin.claux@gmail.com

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org