Navigation – Plan du site
Varia

L’évolution des pratiques de mobilité des adolescents depuis 20 ans en Île-de-France : quelle influence des variables sociales et territoriales sur les inégalités de genre ?

Julian Devaux, Nicolas Oppenchaim et Laurent Proulhac

Résumés

Les travaux sur les mobilités quotidiennes à l’adolescence sont, en France, le plus souvent centrés sur la situation contemporaine. Cet article entend ainsi combler un angle mort de ce champ en proposant une analyse diachronique des pratiques de mobilité des adolescents en Île-de-France au cours des vingt dernières années. Le recours à une méthodologie mixte permet de montrer que la thèse anglo-saxonne de la diminution de la mobilité et du  « repli au domicile » des adolescents n’est en réalité pas transposable dans le cas de l’agglomération parisienne et de conclure plutôt à une diversification croissante des pratiques de mobilité des adolescents en fonction de leur âge, de leur milieu social, de leur lieu de résidence et de leur genre.

Haut de page

Texte intégral

1Si les travaux portant sur les pratiques de mobilité quotidiennes des adolescents se sont multipliés ces dernières années en France (Buffet, 2006 ; Massot et Zaffran, 2007 ; Goyon, 2009 ; Oppenchaim, 2013 ; Devaux, 2014), les analyses, quantitatives ou qualitatives qu’ils présentent, se cantonnent le plus souvent à des problématiques synchroniques. Ces dernières s’attachent notamment à rendre compte de mobilités adolescentes différenciées en fonction de variables sociales, territoriales ou de genre. Á l’inverse, très peu de travaux ont cherché, dans une perspective diachronique, à renseigner les évolutions structurelles dans les pratiques de mobilité des adolescents ces dernières décennies, sans doute parce que les données quantitatives relatives à la mobilité des individus n’existent que depuis peu de temps ou, dans une autre mesure, parce que le champ de la sociologie de l’adolescence est relativement récent en France (Galland, 2011). Une analyse des évolutions des pratiques de mobilité constitue pourtant une bonne entrée pour rendre compte des transformations importantes qui se sont opérées dans les processus de socialisation adolescents depuis plusieurs décennies, aussi bien dans leurs dimensions spatiales que sociales. La mobilité quotidienne joue en effet un rôle fondamental dans la socialisation et la construction identitaire des adolescents. Elle leur permet de s’affranchir de la tutelle de leurs parents (Massot et Zaffran, op. cit.) et d’apprendre à trouver leur place dans le domaine public (Breviglieri, 2007). Elle est à la base de dispositions et de manières d’habiter qui structureront en partie leur vie future et leur insertion professionnelle, tout en étant fortement déterminées par le contexte social et territorial dans lequel grandissent les adolescents (Devaux et Oppenchaim, 2012).

2Cette approche diachronique des pratiques de mobilité adolescentes a davantage été développée dans le contexte anglo-saxon par un certain nombre de sociologues issus des childhood studies. Ceux-ci ont souligné dès la fin des années 1990 la tendance à la moindre autonomie des adolescents britanniques dans leur mobilité (Valentine et Mckendrick, 1997). Les mobilités adolescentes deviendraient plus encadrées, en raison de transformations des stratégies éducatives parentales, liées notamment à l’émergence d’un sentiment d’insécurité quant à la fréquentation à cet âge des espaces publics (Valentine, 1996 ; Rivière, 2016). Ainsi, les espaces publics et les mobilités joueraient un rôle de moins en moins central dans la socialisation adolescente, à l’inverse de l’espace de la chambre et des usages numériques : on assisterait ainsi à un processus de repli au domicile, mouvement contemporain de passage progressif des adolescents de « la rue » vers l’espace domestique (Livingstone, 2007). Une revue de la littérature réalisée au début des années 2000 confirme ces analyses : l’autonomie des enfants et des adolescents dans leur mobilité est en diminution (Clifton, 2003).

3Néanmoins, ces constats paraissent quelques peu englobants et datent pour la plupart d’il y a plus de dix ans. Dans cet article, nous souhaitons questionner la transposabilité de ces analyses en France, d’une part, en qualifiant plus finement les évolutions des mobilités adolescentes depuis les années 1990 et, d’autre part, en analysant ces évolutions au regard des variables sociales, territoriales et de genre qui structurent fortement les pratiques des adolescents. Les adolescents se déplacent-ils moins en dehors de leur domicile qu’il y a quelques années, notamment sans leurs parents ? Ces évolutions concernent-elles l’ensemble des adolescents ou seulement une partie d’entre eux ? Ne masquent-elles pas un accroissement des différenciations des pratiques à l’intérieur même de la population adolescente, notamment en fonction du genre ? Pour répondre à ces questions, nous nous focalisons sur le contexte francilien, particulièrement intéressant au regard de la politique de mise en place des infrastructures de transport du Grand Paris et des transformations socio-résidentielles importantes de la région ces dernières décennies (Préteceille, 2006 ; Fleury et al., 2014 ; Clerval et Delage, 2014). Enfin, une dernière raison à ce choix est que l’Île-de-France accueille près d’un adolescent français sur cinq.

4Nous procédons pour cela en trois temps. Nous présentons dans un premier temps les matériaux sur lesquels nous appuyons notre analyse diachronique et les précautions méthodologiques que celle-ci nécessite. Puis nous exposons les évolutions générales des pratiques des adolescents depuis vingt ans. Ces derniers réalisent plus d’activités extrascolaires, ils ont recours à un plus grand nombre de modes de déplacement et combinent plus qu’avant accompagnement des parents et déplacements autonomes. Ces évolutions générales concernent cependant majoritairement les adolescents plus âgés, alors que les plus jeunes se déplacent moins qu’auparavant en dehors de leur domicile. Surtout, elles n’ont pas conduit à une diminution des écarts de pratiques entre filles et garçons. Nous montrons alors dans un troisième temps que l’effet du genre sur les pratiques de mobilité ne peut être pensé indépendamment des appartenances sociale et résidentielle des adolescents. Ainsi, les écarts entre les différentes catégories sociales se sont creusés ces dernières années, mais beaucoup plus pour les filles que pour les garçons : alors que les différences de pratiques en fonction du genre se stabilisent ou diminuent dans les autres catégories sociales, les filles de catégories populaires se déplacent beaucoup moins fréquemment que les garçons ces dernières années, quel que soit leur quartier de résidence.

1) Comment analyser les évolutions des pratiques de mobilité ?

  • 1 Syndicat des Transports d’Île-de-France
  • 2 Direction Régionale de l’Équipement de l’Île-de-France. Aujourd’hui, DRIEA (Direction Régionale et (...)
  • 3 Un adolescent appartient aux catégories populaires lorsque le revenu du ménage est compris dans les (...)
  • 4 La commune est située en dehors de l’aire urbaine parisienne, dans les confins de la Seine-et-Marne (...)

5Nous appuyons notre analyse sur les trois dernières Enquêtes Globales Transports (EGT) de 1991, 2001 et 2010, menées sous l’égide du STIF1 et de la DREIF2. Ces enquêtes permettent de décrire les déplacements des Franciliens de plus de 6 ans au cours d’une journée de semaine, et le week-end en 2001 et 2010. Nous mobilisons principalement ces deux dernières enquêtes, car celle de 1991 ne porte que sur les déplacements de semaine, période durant laquelle l’école occupe une place majoritaire dans le programme d’activités des adolescents. Ces enquêtes constituent la seule source disponible de données quantitatives sur les mobilités quotidiennes à l’échelle francilienne et permettent de mettre en parallèle les déplacements des adolescents avec ceux de leurs parents ainsi qu’avec les caractéristiques du ménage. Nous y définissons les adolescents à partir de trois critères : être âgé de 11 à 18 ans ; être scolarisé en collège, lycée ou en apprentissage ; ne pas disposer du permis de conduire, car l’accès à la voiture individuelle constitue bien souvent un rite de sortie de l’adolescence (Masclet, 2012). Nous distinguons ces adolescents en fonction de leur catégorie sociale, élaborée à partir du revenu par unité de consommation du ménage, de la profession des parents et de leur niveau d’études (Oppenchaim, 2013)3. Après construction de ces indicateurs, 30% des adolescents de notre échantillon sont considérés comme appartenant aux catégories populaires en 2010, 34% comme appartenant aux classes moyennes et 36%, aux classes supérieures. Les proportions respectives sont de 39%, 35% et 26% en 2001 et de 40%, 33% et 27% en 1991. Nous distinguons ces adolescents en fonction de leur lieu d’habitation, en particulier de leur couronne de résidence (Paris, petite couronne, grande couronne), mais aussi de leur résidence en zones urbaines sensibles (ZUS), afin de questionner l’existence d’un « effet quartier » (Houard, 2011) sur les pratiques des adolescents. La territorialisation de l’action publique à destination des populations défavorisées, dont la politique de la ville est emblématique, repose en grande partie sur l’existence supposée de ces effets : vivre dans un quartier ségrégué entraînerait des difficultés supplémentaires pour les habitants, au-delà de leurs propriétés individuelles (Kirzsbaum, 2013). Enfin, nous mettons en perspective les résultats obtenus à partir des EGT par trois matériaux : d’une part, l’exploitation des recensements de 1990, 1999 et 2010 (INSEE) qui permet de mesurer l’évolution de la répartition socio-spatiale des adolescents franciliens ; d’autre part, une ethnographie localisée (combinant entretiens et observations) auprès d’une vingtaine d’adolescents franciliens résidant dans une zone rurale « périphérique »4, marquée par de faibles densités, une démographie dynamique et le poids persistant de l’agriculture et de l’artisanat (Devaux, 2014) ; enfin, une enquête ethnographique dans une maison de quartier d’une ZUS de grande couronne et une recherche par entretiens dans huit établissements scolaires dont le bassin de recrutement est situé en partie en ZUS : deux classes de seconde générale en petite et grande couronne, deux de seconde professionnelle en petite couronne et quatre de troisième, dont deux à Paris (Oppenchaim, 2013).

  • 5 Les comparaisons statistiques des distributions sont réalisées avec un test du khi-deux de Pearson. (...)

6La comparaison des trois dernières EGT pose un certain nombre de difficultés, en raison du caractère social et construit des enregistrements et des codages statistiques (Desrosières, 1989) et donc des changements opérés dans la conception de ces enquêtes. Des informations ne sont disponibles que certaines années (la classe fréquentée à l’école, la voiture utilisée pour se déplacer, les déplacements en dehors de l’Île-de-France). Par ailleurs, une attention particulière a été portée aux déplacements courts en 2010 par rapport aux précédentes enquêtes, ce qui complique l’interprétation des évolutions en termes de nombre total de déplacements. Surtout, les modifications de l’échantillonnage font que l’échantillon d’adolescents en 2010 est plus important qu’auparavant pour les déplacements en semaine, mais moindre pour le week-end : en 2001, 2309 adolescents sont interrogés sur leurs déplacements un jour de semaine hors week-end, 810 sur leurs déplacements durant le samedi et le dimanche, alors qu’en 2010, 3364 adolescents sont interrogés en semaine et 707 sur le samedi ou le dimanche. Or, toutes ces évolutions influencent la construction et l’interprétation des indicateurs statistiques, par exemple, la significativité des écarts de pratiques entre catégories sociales ou selon le sexe des adolescents, mesurée avec le test du khi-deux5. Le faible nombre d’adolescents dans l’EGT limite aussi les distinctions à l’intérieur de la catégorie adolescente en termes d’appartenances sociale et résidentielle, de sexe ou d’âge.

7Au-delà de ces modifications, toute analyse diachronique pose la question de la mesure de l’augmentation ou de la diminution des écarts entre les différentes périodes (Combessie, 2004). Comme le montre l’étude de la démocratisation de l’accès aux études supérieures, les conclusions sont différentes selon la prise en compte des écarts absolus, relatifs ou des odds-ratio (Morel, 2008). Dans notre cas, si nous appréhendons l’évolution des écarts à partir de la significativité des tests du khi-deux (liée en partie à la taille de l’échantillon), nous nous intéressons avant tout à la persistance des écarts ainsi qu’à l’apparition de nouveaux clivages à l’intérieur de la population adolescente. L’interprétation des évolutions observées dans les pratiques en termes d’accroissement ou de diminution des inégalités entre adolescents est d’autant plus délicate que les enquêtes EGT ne renseignent que les déplacements effectués. Or, l’interprétation des écarts de déplacements entre adolescents n’a pas de sens sans la prise en compte des ressources auxquelles ceux-ci peuvent accéder à leur domicile ou dans les équipements urbains situés à proximité. Les écarts de potentiel de mobilité entre adolescents sont aussi importants à prendre en compte que les déplacements réalisés (Kaufmann, 2002). Il convient ainsi de ne pas céder à une vision idéologique de la mobilité, norme sociale associée naturellement à des vertus positives (Borja, Courty et Ramadier, 2014; Fritsch, 2014) : une faible mobilité en termes de nombre ou de portée des déplacements d’un adolescent du 16e arrondissement parisien est-elle comparable à celle d’un adolescent de catégories populaires habitant en ZUS ou en milieu rural, au regard des différentes ressources auxquelles leur environnement social et résidentiel leur donne accès ?

2) Les principales évolutions des pratiques de mobilité des adolescents en 20 ans

2.1) Les adolescents de 2010 sont-ils les mêmes que ceux des années 1990 ?

8La part relative des adolescents dans la population francilienne a diminué entre 1990 et 2010, mais moins qu’en France métropolitaine. Les adolescents représentaient 10,5% de la population francilienne en 1990, 10,2% en 1999 et 9,8% en 2010. Le nombre d’adolescents franciliens augmente néanmoins sur cette période, alors qu’il diminue en France métropolitaine. Ces adolescents vivent plus qu’avant dans des familles monoparentales (14% en 1990, 18% en 1999 et 24% en 2010), notamment lorsqu’ils appartiennent aux catégories populaires. Les mères de famille monoparentale sont en effet moins diplômées que les autres femmes, elles ont des revenus beaucoup plus incertains et travaillent moins fréquemment à temps partiel lorsqu’elles ont un emploi (Chardon et al., 2008). Cette augmentation du nombre de familles monoparentales n’est pas sans influence, nous le verrons, sur l’autonomie ou l’accompagnement des déplacements adolescents.

9Ces adolescents sont surreprésentés en grande couronne puisque près d’un adolescent francilien sur deux y réside (49% contre 43% pour l’ensemble de la population francilienne).

Carte 1 : Part des adolescents dans la population communale en 2010.

Carte 1 : Part des adolescents dans la population communale en 2010.

10Néanmoins, nous sommes loin d’assister depuis vingt ans à un exode des familles avec adolescents en dehors du centre de l’agglomération. Si, entre 1990 et 1999, le nombre d’adolescents a fortement augmenté en grande couronne, alors qu’il restait stable en petite couronne et diminuait considérablement à Paris, la tendance s’est inversée ces dix dernières années. Depuis 1999, le nombre d’adolescents en grande couronne diminue, alors qu’il augmente de 0,61% et 0,65% par an en petite couronne et à Paris. Au final, la population adolescente est restée relativement stable à Paris et en grande couronne entre 1990 et 2010, alors qu’elle a augmenté de 6,5% en petite couronne.

Carte 2 : Évolution démographique des adolescents franciliens entre 1990 et 2010.

Carte 2 : Évolution démographique des adolescents franciliens entre 1990 et 2010.

11Cette augmentation du nombre d’adolescents à Paris et en petite couronne ces dix dernières années ne concerne cependant pas toutes les catégories de familles. Elle est très fortement liée aux disparités socio-spatiales et aux évolutions du profil social de la population francilienne depuis vingt ans, avec une augmentation marquée de la présence de cadres du privé ou des ingénieurs et une nette diminution des ouvriers actifs (Clerval et Delage, op. cit.). Les adolescents de catégories supérieures sont ainsi de plus en plus présents à Paris et dans certaines communes de petite couronne. Ceux qui vivent dans une famille dont la personne de référence est cadre, profession libérale ou chef d’entreprise représentent en effet 43% des adolescents parisiens en 2010 alors que leur poids dans la population francilienne n’est que de 30%. Ils constituaient 38% des adolescents parisiens en 1999 et 25% de la population adolescente francilienne. Si le poids des adolescents de catégories supérieures est de plus en plus important depuis vingt ans dans la population adolescente francilienne, son augmentation est plus importante à Paris et en petite couronne qu’en grande couronne. Á l’inverse, le nombre d’adolescents de catégories populaires diminue, mais beaucoup plus à Paris et en petite couronne qu’en grande couronne où plus de la moitié de ces adolescents résident désormais. Ces derniers restent néanmoins surreprésentés en petite couronne, alors que les adolescents de catégories moyennes le sont en grande couronne comme il y a vingt ans.

Carte 3a : Répartition des adolescents selon leur catégorie sociale en 1990.

Carte 3a : Répartition des adolescents selon leur catégorie sociale en 1990.

Carte 3b : Répartition des adolescents selon leur catégorie sociale en 2010.

Carte 3b : Répartition des adolescents selon leur catégorie sociale en 2010.

2.2) Un processus de repli au domicile qui ne concerne que les plus jeunes ?

12Afin d’analyser l’évolution des pratiques adolescentes depuis vingt ans, nous opérerons des distinctions en fonction de la classe d’âge des adolescents (11-14 / 15-18 ans) et de la période de leurs déplacements (en semaine ou le week-end). En effet, les évolutions ne sont pas les mêmes selon ces différents critères. Les adolescents âgés de plus de 14 ans ont ainsi plus d’activités en dehors de leur domicile qu’il y a vingt ans, ils se déplacent plus sans leurs parents, en transports en commun et en dehors de leur commune. Á l’inverse, les jeunes adolescents se déplacent moins fréquemment qu’auparavant, notamment en voiture, car ils sont moins accompagnés par leurs parents. Les différences de pratiques entre filles et garçons sont quant à elles restées relativement stables ces dernières années.

2.2.1) Une augmentation du nombre d’activités extrascolaires chez les plus âgés, une diminution chez les plus jeunes

13Depuis une dizaine d’années, les adolescents franciliens se déplacent plus qu’auparavant pour réaliser des activités extrascolaires en dehors de leur domicile, en semaine comme le week-end. Les adolescents réalisent en moyenne 1,2 activité extrascolaire un jour de week-end en 2010 contre seulement 1,0 activité dix ans auparavant, 0,63 activité extrascolaire un jour de semaine contre 0,50 activité en 2001 et 0,53 en 1991. Cette augmentation concerne aussi bien les garçons que les filles. Mais elle masque un effet d’âge très important : alors qu’il y a dix ans les adolescents de 11 à 14 ans réalisaient plus d’activités extrascolaires que leurs aînés (p<0,001), c’est désormais l’inverse. Les adolescents les plus jeunes ont ainsi moins d’activités en dehors de leur domicile qu’auparavant, alors que les plus âgés en réalisent au contraire plus. Le processus contemporain de repli au domicile semble ainsi concerner davantage l’entrée dans l’adolescence que la fin de celle-ci (Glévarec, 2010).

14Comme il y a dix ans, les adolescents se déplacent en priorité pour réaliser des activités de loisirs (sportives, associatives ou culturelles), puis des visites ou des achats et enfin des promenades. Ces pratiques restent fortement sexuées. Les filles continuent ainsi à pratiquer moins d’activités de loisirs que les garçons (p<0,001), en raison notamment d’un financement public principalement orienté vers les activités prisées par les garçons et de stéréotypes de genre conduisant les acteurs des politiques de jeunesse à naturaliser la moindre présence des filles dans les associations (Raibaud, 2014). Elles se promènent aussi moins que les garçons le week-end (p=0,06), alors que ce n’était pas le cas il y a dix ans. Á l’inverse, elles continuent à se déplacer plus que les garçons pour réaliser des achats le week-end (p<0,05) et en semaine (p<0,001). Enfin, la part des visites au domicile d’amis ou de la famille dans le programme d’activités des adolescents a baissé depuis dix ans. Cette baisse relative du poids des visites au profit des promenades et des loisirs questionne à nouveau le processus de repli domestique qui caractériserait l’adolescence contemporaine. Néanmoins, cette diminution concerne essentiellement les adolescents les plus jeunes et les filles. Ces dernières réalisent désormais moins de visites que les garçons le week-end (p<0,05), alors que la proportion de filles et de garçons effectuant cette activité était équivalente il y a dix ans. De même, les adolescents âgés réalisent désormais plus de visites que les plus jeunes le week-end (p<0,01) et en semaine (p<0,001), alors que cela n’était pas le cas auparavant.

15Ces diverses activités ont lieu plus qu’avant en dehors de la commune de résidence, notamment le week-end : en 2010, les adolescents réalisent en moyenne 0,51 activité extrascolaire dans leur commune et 0,67 en dehors. En 2001, ils avaient réalisé 0,45 activité dans leur commune et 0,54 en dehors. Cette croissance des déplacements en dehors de la commune est indépendante du sexe, mais elle concerne surtout les adolescents âgés. Ces adolescents continuent à réaliser plus d’activités à l’extérieur de leur commune que les autres en semaine (p<0,001). C’est désormais également le cas le week-end (p<0,05), alors que les plus jeunes se déplaçaient plus fréquemment que les autres en dehors de leur commune en 2001.

16Enfin, ces activités ont lieu plus fréquemment en soirée qu’il y a dix ans, notamment le week-end : 12,8% des adolescents se sont déplacés après 19 heures en 2010, contre 6,6% dix ans plus tôt ; 8,1% un jour de semaine contre 6,8% en 2001. Cette augmentation concerne quasi exclusivement les garçons et les adolescents âgés : ceux-ci ont plus d’activités en soirée que les plus jeunes (p<0,001), en semaine comme le week-end, alors que ce n’était pas le cas il y a dix ans ; contrairement à 2001, les garçons se déplacent désormais plus que les filles après 19 heures le week-end (p<0,001).

2.2.2) Les adolescents se déplacent moins fréquemment avec leurs parents

17Si les adolescents les plus jeunes ont désormais moins d’activités en dehors de leur domicile que les autres, cette diminution n’est pas liée à un encadrement plus important de leurs déplacements. L’évolution différenciée des pratiques selon l’âge est à l’inverse le résultat d’une diminution de la fréquence de l’accompagnement chez les plus jeunes qui, contrairement aux adolescents plus âgés, ne réalisent pas plus de déplacements sans leurs parents qu’il y a dix ans.

18En effet, ce sont essentiellement les activités extrascolaires réalisées sans accompagnement des parents qui ont augmenté durant cette période. Comme en 2001, ces déplacements autonomes concernent les garçons plus que les filles, en semaine (p<0,05) et le week-end (p<0,001), en raison d’une perception genrée de la sécurité des adolescents dans les espaces publics (voir infra). Le nombre d’adolescents ayant réalisé une activité extrascolaire accompagnés par leurs parents est quant à lui resté stable. En conséquence, la situation de semi-autonomie (le fait d’avoir à la fois des déplacements accompagnés et des déplacements autonomes) a augmenté parmi les adolescents ces dix dernières années. Contrairement au week-end, l’autonomie totale, qui concerne sept adolescents sur dix, demeure cependant largement majoritaire en semaine.

19Cette évolution de la semi-autonomie est très différente selon l’âge des adolescents. Si les déplacements réalisés sans les parents concernent avant tout les adolescents âgés de plus de 14 ans (p<0,001), l’écart avec les plus jeunes s’est accru en dix ans. De même, les déplacements accompagnés pour réaliser des activités ont fortement diminué chez les plus jeunes, même si ces derniers demeurent plus souvent accompagnés que les autres en semaine (p<0,001) et le week-end (p<0,01). Logiquement, la semi-autonomie a donc fortement augmenté chez les adolescents âgés, alors qu’elle est restée stable chez les plus jeunes.

20Cette évolution différenciée de l’accompagnement selon l’âge concerne également les déplacements pour se rendre à l’école. Si le nombre d’adolescents accompagnés par leurs parents a diminué ces dix dernières années (alors qu’il avait augmenté entre 1990 et 2000), la baisse est beaucoup plus prononcée chez les moins de 15 ans : 17% d’entre eux étaient accompagnés en 2001, 12% dix ans plus tard. Le sexe des adolescents continue au contraire à n’avoir aucune influence sur cet accompagnement vers l’école.

2.2.3) Une croissance de la multimodalité chez les adolescents les plus âgés et une diminution de l’usage de la voiture chez les plus jeunes

21Cette augmentation de la semi-autonomie chez les adolescents plus âgés et la diminution de la fréquence de l’accompagnement chez les plus jeunes se traduisent par des transformations importantes dans l’usage des modes de transport : les plus âgés ont de plus en plus recours à différents modes, en particulier aux transports en commun, alors que l’usage de la marche augmente au détriment de la voiture chez les plus jeunes.

22On observe ainsi une diminution de l’usage exclusif d’un même mode depuis vingt ans. En semaine, 27% des adolescents ont utilisé différents modes dans la même journée en 1991, 29% en 2001 et 35% dix ans plus tard. Le week-end, 22% des adolescents sont multimodaux, alors qu’ils n’étaient que 16% en 2001. Cette croissance de la multimodalité concerne avant tout les adolescents de plus de 14 ans. Ceux-ci ont davantage recours à différents modes que les plus jeunes, le week-end (p<0,001) comme en semaine (p<0,05), alors que ce n’était pas le cas auparavant. Si 16% d’entre eux avaient utilisé plusieurs modes le week-end en 2001, ils sont 29% dix ans plus tard, alors que la multimodalité est restée stable chez les plus jeunes. Cette croissance est également plus prononcée pour les garçons : ceux-ci ont plus recours à différents modes que les filles (p<0,001), alors que l’écart n’était pas significatif en 2001. Á l’inverse, il n’y a pas de différence entre filles et garçons en semaine, en 2010 comme en 2001.

23Cette croissance de la multimodalité des adolescents de plus de 14 ans est fortement liée à une augmentation de leur usage des transports en commun. Les adolescents utilisent plus qu’il y a dix ans ce mode pour se rendre à l’école ou pour réaliser des activités extrascolaires. Le week-end, seuls 9% d’entre eux les ont utilisés en 2001, alors qu’ils étaient 16% dix ans plus tard. Toutefois, cette augmentation concerne essentiellement les adolescents âgés qui utilisent beaucoup plus les transports en commun que les autres (p<0,001). Notons sur ce point que les filles utilisent désormais plus les transports en commun que les garçons pour aller en cours (p<0,001), alors que ce n’était pas le cas il y a dix ans. Cette évolution différenciée est sans doute liée au fait qu’à âge égal, elles sont plus fréquemment scolarisées au lycée (p<0,001).

24La diminution de la fréquence de l’accompagnement des plus jeunes se traduit à l’inverse par un poids croissant de la marche au détriment de la voiture. S’ils restent plus souvent accompagnés en voiture que les autres (p<0,001) pour se rendre à l’école, ils ont beaucoup moins recours à ce mode qu’auparavant. Ils continuent également à se rendre davantage à pied à l’école que les adolescents plus âgés (p<0,001). De même, alors qu’ils utilisaient beaucoup plus la voiture que les autres il y a dix ans pour réaliser des activités extrascolaires (p<0,001), cela n’est plus le cas le week-end, ou de manière beaucoup moins prononcée en semaine (p<0,05). Au contraire, l’usage de la marche à pied pour réaliser des activités extrascolaires a fortement augmenté en semaine, notamment chez les plus jeunes, qui y ont désormais autant recours que les autres alors que ce n’était pas le cas en 2001 (p<0,05). En revanche, cet usage est resté stable le week-end, quel que soit l’âge des adolescents. Il a diminué pour les filles et fortement augmenté pour les garçons. Ceux-ci utilisent désormais beaucoup plus que les filles la marche pour réaliser des activités extrascolaires (p<0,001) contrairement à leurs habitudes d’il y a dix ans.

2.2.4) Vers une évolution des centralités franciliennes ?

25La dernière évolution marquante ces vingt dernières années est un renforcement du polycentrisme métropolitain. Paris est en effet loin d’être la seule centralité pour les activités extrascolaires des adolescents : 14% d’entre eux y ont réalisé une activité un jour de week-end, contre 26% en petite couronne et 33% en grande couronne. Le résultat est encore plus marquant si on ne considère que les déplacements en dehors de la couronne de résidence : Paris a attiré 5% de Franciliens n’y résidant pas, la grande couronne et la petite couronne, 9%. La tendance s’est accrue en dix ans : Paris attire moins qu’auparavant les adolescents n’y résidant pas, à l’inverse des deux couronnes.

26Plus largement, le croisement des flux de déplacement d’une couronne à une autre avec l’origine sociale des adolescents révèle une évolution intéressante : l’augmentation des déplacements vers la petite couronne d’adolescents n’y résidant pas est quasi exclusivement portée par les catégories populaires ; inversement, la croissance des flux vers la grande couronne est exclusivement due aux adolescents de catégories moyennes. Rappelons que les adolescents de catégories populaires sont surreprésentés en petite couronne et ceux de catégories moyennes, en grande couronne. N’est-on pas en train d’assister à une spécialisation des territoires en termes d’accueil des mobilités adolescentes qui viendrait redoubler la différenciation sociale de l’espace ? Ces résultats invitent ainsi à ne pas surestimer le rôle socialisant de la mobilité qui permettrait aux adolescents d’être confrontés à des univers sociaux et résidentiels dont ils ne sont pas familiers. Les adolescents ne se déplacent ainsi pas nécessairement dans les mêmes lieux selon leurs appartenances sociale et résidentielle. Nous rejoignons sur ce point les conclusions de travaux montrant que les lieux fréquentés durant la journée ne contribuent que très faiblement à la mixité des espaces vécus au quotidien (Wenglenski et Proulhac, 2014).

3) L’influence croisée du milieu social, du lieu de résidence et du genre sur l’évolution des pratiques de mobilité

27L’augmentation générale ces dernières années de la semi-autonomie, de la multimodalité et du nombre d’activités extrascolaires masque donc des évolutions différenciées selon l’âge des adolescents. Elle n’a pas fait non plus disparaître les écarts de pratiques entre filles et garçons. Ceux-ci ont au contraire augmenté, en ce qui concerne par exemple les sorties en soirée ou l’usage de la marche à pied pour réaliser des activités extrascolaires. En prenant comme point de départ la persistance de ces écarts, nous allons montrer que l’influence du genre joue en réalité très différemment selon l’environnement social et résidentiel des adolescents. L’accroissement des disparités socio-territoriales dans les pratiques de mobilité des adolescents est ainsi beaucoup plus marqué pour les filles que pour les garçons. Symétriquement, c’est parmi les catégories populaires que les écarts entre les filles et les garçons sont les plus prononcés, beaucoup plus aujourd’hui qu’il y a dix ans. Si les plus jeunes se déplacent désormais moins que les adolescents de plus de 14 ans, la diminution des mobilités concerne essentiellement les filles de catégories populaires.

3.1) Moins de déplacements chez les filles, mais pas dans tous les milieux sociaux et résidentiels

28L’écart entre filles et garçons en termes d’activités extrascolaires est resté stable ces dernières années. S’il n’y pas de différence en semaine, les garçons continuent à réaliser beaucoup plus d’activités extrascolaires (1,27) que les filles (1,10) un jour de week-end. Néanmoins, cette stabilité générale cache des évolutions très différentes selon l’origine sociale des adolescents. En effet, l’écart d’activités selon le sexe concerne uniquement les adolescents de catégories populaires, en semaine (p<0,01) comme le week-end (p<0,001).

Tableau 1 : Adolescents ayant eu une activité extrascolaire un jour de week-end en 2010

Catégories populaires

Catégories moyennes

Catégories supérieures

Total

Garçons

72,2%

68,3%

76,8%

72,7%

Filles

52,3%

63,3%

78,3%

65,6%

Lecture : 65,6% des filles ont eu au moins une activité extrascolaire un jour de week-end, 52,3% lorsqu’elles appartiennent aux catégories populaires

Source : EGT 2010 STIF-OMNIL-DRIEA, calcul des auteurs 

29Alors que dans les autres catégories sociales, les écarts entre filles et garçons se sont considérablement réduits en dix ans, ils se sont au contraire accrus parmi les catégories populaires. Contrairement à ce qui prévaut chez tous les autres adolescents, le nombre d’activités réalisées un jour de week-end a même diminué pour les filles de cette catégorie. Ainsi, elles sont beaucoup plus nombreuses (48%) qu’il y a dix ans (36%) à ne pas avoir eu d’activités extrascolaires, alors que le nombre de garçons de catégories populaires sans activités est resté stable. L’absence d’activités n’est ainsi pas corrélée à la classe sociale pour les garçons, alors qu’elle l’est fortement chez les filles (p<0,001), ce qui n’était pas le cas il y a dix ans.

30Cette évolution différenciée entre filles et garçons selon leur catégorie sociale n’est pas indépendante de leur lieu de résidence. Les adolescents résidant à Paris pratiquent ainsi beaucoup plus d’activités extrascolaires que les autres. Les filles en ont autant que les garçons, contrairement à ce que l’on observe chez les adolescents de banlieue. Alors qu’en dix ans le nombre d’adolescents sans activités est resté stable en grande couronne et a légèrement augmenté en petite couronne, il a très fortement diminué à Paris, en particulier chez les filles. Celles-ci ont désormais beaucoup plus d’activités que les autres adolescentes, en semaine comme le week-end (p<0,001). Dans les modèles de régression, la résidence à Paris joue autant que l’origine sociale sur la réalisation d’activités des filles. En ce qui concerne les catégories populaires, l’absence d’activités extrascolaires est indépendante de l’éloignement du centre de l’agglomération en dehors de Paris intra-muros. En revanche, les adolescents de ZUS ont plus d’activités que les autres adolescents de catégories populaires, le week-end comme en semaine (p<0,01), contrairement à ce qui était le cas en 2001.

31L’absence d’activités extrascolaires des filles de catégories populaires est encore plus prononcée si on s’intéresse uniquement aux activités de loisirs. Elles ont beaucoup moins d’activités sportives, culturelles ou associatives que les autres adolescentes (p<0,001) et que les garçons de catégories populaires (p<0,001). Ce faible nombre d’activités est beaucoup plus marqué le week-end pour les adolescentes de catégories populaires ne résidant pas en ZUS (p<0,001). Ce constat d’un écart plus important entre filles et garçons parmi les catégories populaires dans la pratique des loisirs, notamment sportifs, a déjà été documenté (Naves, 2014), mais nos matériaux permettent de montrer que cet écart a considérablement augmenté ces dernières années. Les achats, les visites et les promenades occupent au contraire une place plus importante en proportion dans le programme d’activités des filles, mais aussi des garçons, de catégories populaires. Néanmoins, le nombre de filles de catégories populaires réalisant des achats ou faisant des promenades un jour de week-end a lui aussi diminué. Elles réalisent désormais moins d’achats que les autres filles le week-end (p<0,05). Contrairement aux adolescents de catégories moyennes et supérieures (p<0,001), elles ne font également pas plus d’achats que les garçons, et se promènent moins que ces derniers (p<0,001). Elles continuent cependant à effectuer autant de visites que les autres adolescents.  

32Enfin, le nombre de sorties en soirée est très différent selon les garçons et les filles, avec un creusement des écarts depuis dix ans (voir supra).

Tableau 2 : Adolescents ayant réalisé une activité extrascolaire après 19 heures un jour de week-end en 2010

Catégories populaires

Catégories moyennes

Catégories supérieures

Total

Garçons

11,8%

17%

20,8%

16,9%

Filles

2,9%

8,7%

13,5%

8,8%

Lecture : 8,8% des filles ont eu au moins une activité extrascolaire après 19 heures, 16,9% parmi les garçons

Source : EGT 2010 STIF-OMNIL-DRIEA, calcul des auteurs 

33Ces sorties ont très fortement augmenté pour les garçons, quelle que soit leur catégorie sociale, mais beaucoup plus fortement parmi les Parisiens. Plus d’un tiers des garçons parisiens ont une activité après 19 heures, soit plus du double de la moyenne francilienne. Á l’inverse, ces sorties sont restées stables pour les filles de catégories populaires et moyennes, alors qu’elles ont augmenté parmi les adolescentes de catégories supérieures, quel que soit leur lieu de résidence. Dans les modèles de régression logistique, les variables d’âge et de résidence à Paris, et non la catégorie sociale, ont ainsi une influence très significative sur les sorties en soirée des garçons. Á l’inverse, ces deux variables n’ont pas d’influence sur les sorties en soirée des filles, contrairement à la structure familiale et à la catégorie sociale (vivre dans une famille monoparentale diminue fortement les chances d’avoir eu une activité en soirée, à l’inverse de l’appartenance aux catégories supérieures).

3.2) Quelle influence du genre sur l’accompagnement des déplacements ?

34Les écarts d’activités extrascolaires entre filles et garçons varient donc très fortement selon leur milieu social et leur lieu de résidence. Cette interdépendance entre appartenance sociale et de genre s’explique principalement par deux éléments : d’une part, une appropriation genrée des espaces situés à proximité du domicile parmi les adolescents de catégories populaires (voir infra) ; d’autre part, un contrôle différencié des mobilités selon le sexe, mais avec des possibilités différentes d’accompagnement selon les milieux sociaux des parents. Les écarts d’activités beaucoup plus prononcés entre filles et garçons dans les catégories populaires sont ainsi liés à une moindre fréquence d’accompagnement des déplacements, notamment en voiture.

3.2.1) Un accompagnement très différent des filles et des garçons selon les milieux sociaux

35Les pratiques de mobilité adolescentes sont encadrées différemment en fonction du genre (Rivière, 2013). Si les filles ont plus d’autonomie que les garçons à l’enfance, à partir de la puberté leur vulnérabilité supposée au sein des espaces publics urbains conduit à une attention particulière des parents à leurs déplacements. Elles sont jugées plus susceptibles de faire l’objet d’agressions verbales ou physiques. L’encadrement de leurs pratiques urbaines est de fait sensiblement plus strict que pour les garçons, du point de vue du contrôle de leur habillement, de leurs sorties nocturnes ou des lieux fréquentés (Rivière, op. cit.). En retour, ces normes sont intériorisées par les adolescentes et contribuent à forger une expérience spécifique des espaces publics, faite d’ajustements à l’autre sexe et d’anticipations des situations menaçantes. Elles apprennent ainsi à éviter certains lieux jugés trop dangereux ou encore à favoriser les pratiques de mobilité en groupes.

36Cet encadrement genré des pratiques de mobilité concerne aussi bien les pratiques des espaces publics du quartier de résidence que les mobilités plus lointaines. Il est transversal aux différents quartiers (Rivière, op. cit.), comme le montrent également nos travaux qualitatifs. En ZUS, une partie des adolescents évoluent dans un milieu familial encadrant très fortement leurs déplacements en dehors du quartier, en raison de craintes d’agressions. Ces craintes, qui se focalisent en grande partie sur les trajets en transports en commun, concernent en proportion beaucoup plus les filles que les garçons. Elles ne diminuent pas avec la montée en âge, et sont parfois renforcées par une volonté de contrôle des relations amoureuses des jeunes filles (Buffet, op. cit.; Clair, 2006). C’est le plus souvent la mère de ces adolescents qui est porteuse de ces craintes, qui se transforment parfois en véritable phobie. Celle-ci interdit à ses enfants d’emprunter les transports en commun ou de se déplacer en dehors de la commune lorsqu’ils ne sont pas accompagnés par un membre de la famille plus âgé. En contexte rural, les parents d’origine populaire, notamment ceux qui ont toujours vécu à la campagne, encadrent aussi plus fortement les filles que les garçons dans leurs activités réalisées en dehors du territoire de résidence, notamment en milieu urbain. Cet encadrement différencié repose sur des représentations particulièrement péjoratives de la ville et des espaces publics urbains, naturellement associés à l’insécurité, selon lesquelles les filles font l’objet de nombreuses sollicitations ou agressions. Le nombre d’activités réalisées par ces adolescents, en ZUS et dans en milieu rural, dépend alors très fortement de la disponibilité de leurs parents pour les accompagner, notamment en voiture.

37En effet, l’encadrement spécifique des mobilités féminines se traduit par un accompagnement différencié des adolescents, mis en évidence dans le contexte québécois (Vandersmissen, 2008), londonien (O’Brien et al., 2000), et néo-zélandais (Tranter et Pawson, 2001). En Île-de-France, contrairement à ce que l’on observe chez les enfants anglais plus jeunes (Valentine et McKendrick, op. cit.), cet effet du genre ne concerne pas les déplacements pour aller à l’école, dont l’accompagnement dépend avant tout de l’origine sociale des adolescents (p<0,001) et de leur éloignement du centre de l’agglomération (p<0,001). Á l’inverse, si l’accompagnement des déplacements pour réaliser des activités extrascolaires est lié également à ces deux variables, il  n’est pas indépendant du sexe, et encore moins de l’âge et de la structure familiale, comme le montre le modèle de régression logistique suivant :

Tableau 3 : Régression logistique sur la probabilité d’avoir été accompagné par ses parents pour réaliser une activité extrascolaire un jour de week-end ou le mercredi en 2010

Rapport des risques relatifs

Sexe

Garçons

Filles

Référence

1,2*

Age

11-14 ans

15-18 ans

Référence

0,6***

Milieu social

Classes populaires

Classes moyennes

Classes supérieures

Référence

1,2*

1,4***

Lieu de résidence

Paris

Petite couronne

Grande couronne

NS

Référence

1,6***

Résidence en ZUS

ZUS

Hors ZUS

NS

Référence

Famille monoparentale

Oui

Non

0,5***

Référence

Lecture : toutes choses égales par ailleurs, les filles ont 1,2 fois plus de chances que les garçons d’être accompagnées par leurs parents pour réaliser une activité extrascolaire.
*** p<0,001       ** p<0,01       * p<0,05

Source : EGT 2010 STIF-OMNIL-DRIEA, calcul des auteurs 

38Néanmoins, alors que dans les autres catégories sociales les filles sont plus souvent accompagnées que les garçons pour réaliser des activités extrascolaires (p<0,05), elles ne le sont pas parmi les catégories populaires.

Tableau 4 : Adolescents ayant été accompagnés pour réaliser une activité extrascolaire un jour de week-end en 2010

Catégories populaires

Catégories moyennes

Catégories supérieures

Total

Garçons

28,3%

28,7%

47,1%

35,7%

Filles

21,6%

40,2%

54,1%

40,1%

Lecture : 40,1% des adolescents franciliens ont été accompagnés par leurs parents pour réaliser une activité extrascolaire.

Source : EGT 2010 STIF-OMNIL-DRIEA, calcul des auteurs 

  • 6 Les modèles de régression montrent que, parmi les catégories populaires, la résidence en ZUS est fa (...)

39Si cela était déjà le cas il y a dix ans, les écarts dans la fréquence d’accompagnement des filles en fonction de leur appartenance sociale se sont creusés le week-end. La stabilité en dix ans du nombre d’adolescents accompagnés masque ainsi la baisse de la fréquence de l’accompagnement chez les catégories populaires, sous l’effet notamment de l’augmentation des familles monoparentales. Cette baisse est plus forte chez les filles : 37% avaient réalisé une activité extrascolaire en étant accompagnées en 2001, 22% dix ans plus tard. Sur la même période, le nombre de filles de catégories moyennes accompagnées est resté stable, celui des filles de catégories supérieures a fortement augmenté. La diminution de la fréquence de l’accompagnement des filles de catégories populaires est particulièrement marquée chez celles qui résident en petite couronne ou en dehors d’une ZUS. Les adolescents de catégories populaires de ZUS sont ainsi plus souvent accompagnés que les autres le week-end (p<0,05), alors qu’ils l’étaient beaucoup moins il y a dix ans (p<0,001)6. Ils le sont autant en semaine, alors qu’ils l’étaient moins en 2001 (p<0,05). Notons néanmoins qu’à l’inverse de ce que l’on constate le week-end, les écarts d’accompagnement entre catégories sociales se sont un peu réduits en semaine. Cette réduction des écarts est en grande partie liée à la diminution de la fréquence de l’accompagnement des adolescentes de catégories supérieures, dont le poids relatif en grande couronne est beaucoup plus faible qu’en 2001. En effet, contrairement à ce que l’on observe le week-end, la fréquence de l’accompagnement en semaine augmente fortement en fonction de l’éloignement du centre de l’agglomération (p<0,001).

40Cet accompagnement différencié des filles et des garçons, variable selon les milieux sociaux, se traduit par des écarts très prononcés dans l’usage de l’automobile. Si les filles de catégories moyennes et supérieures sont plus nombreuses que les garçons à réaliser des activités extrascolaires en étant accompagnées en voiture en semaine (p<0,01) et le week-end (p=0,09), c’est l’inverse parmi les adolescents de catégories populaires (p<0,05).

Tableau 5 : Adolescents ayant réalisé une activité extrascolaire en utilisant la voiture un jour de week-end en 2010

Catégories populaires

Catégories moyennes

Catégories supérieures

Total

Garçons

28,3%

31,5%

43,4%

35,1%

Filles

19,2%

34,5%

46,7%

34,6%

Lecture : 40,1% des adolescents franciliens ont été accompagnés par leurs parents pour réaliser une activité extrascolaire.

Source : EGT 2010 STIF-OMNIL-DRIEA, calcul des auteurs 

41Le recours à la voiture a beaucoup plus diminué en dix ans pour les filles de ces catégories que pour les garçons. Les écarts dans l’usage de la voiture entre classes sociales sont donc beaucoup plus prononcés pour les filles (p<0,001) que pour les garçons (p<0,05), et en augmentation depuis dix ans le week-end. Ils sont aussi très marqués et en augmentation en grande couronne (p<0,001), territoire où le recours à la voiture est le plus important. Parmi les catégories populaires, les adolescents qui résident en ZUS sont aussi souvent accompagnés en voiture que les autres adolescents, ce qui n’était pas le cas il y a dix ans (p<0,001).

42Cette influence de l’origine sociale sur l’accompagnement différencié des filles et des garçons s’explique en grande partie par une plus grande faiblesse des ressources économiques, de l’accès à la voiture et de la disponibilité en temps des parents de catégories populaires. Ceux-ci ont plus souvent que les autres des horaires d’emploi atypiques. Les adolescents de catégories populaires sont beaucoup plus nombreux à vivre dans un ménage avec un actif se rendant au travail avant 7 heures ou après 19 heures en semaine (p<0,001) ou bien travaillant le dimanche (p<0,001). Ils vivent également plus fréquemment dans une famille monoparentale (p<0,001) ou avec au moins deux frères et sœurs (p<0,001). Or, ce différentiel de disponibilité entre catégories sociales a augmenté en dix ans. Le nombre d’adolescents de catégories populaires vivant dans une famille monoparentale a ainsi quasiment doublé. De même, les écarts d’horaires atypiques des parents sont restés relativement constants en semaine et ont augmenté le dimanche, alors même que, comme il y a dix ans, les adolescents de catégories populaires vivent beaucoup plus que les autres dans des ménages sans actifs occupés (p<0,001). Néanmoins, ce sont surtout les écarts d’accès à la voiture selon la catégorie sociale des adolescents (p<0,001) qui se sont creusés : plus d’un tiers des adolescents de catégories populaires vivent dans un ménage non motorisé contre un peu plus d’un quart il y a dix ans. Á l’inverse, le taux de motorisation est resté stable dans les autres catégories sociales, alors même que les adolescents de catégories supérieures vivent plus fréquemment qu’auparavant à proximité du centre de l’agglomération.  

43Cette moindre disponibilité des parents de catégories populaires est particulièrement prononcée en milieu rural, où émerge la figure de la mère de famille dans la réalisation des nombreux accompagnements automobiles, souvent contraignants mais qui sont une condition nécessaire de l’accès des adolescents à l’offre de loisirs la plupart du temps situés en ville (Devaux, op. cit.). Or, cet accompagnement concerne bien plus les adolescents de catégories moyennes ou supérieures. Parmi les catégories populaires, les garçons sont plus souvent accompagnés que les filles, notamment pour accéder à des loisirs populaires dans les communes proches. Á l’inverse, l’offre d’activités en milieu rural est moins adaptée aux filles, alors que les parents de catégories populaires ne disposent pas des ressources économiques et de la disponibilité en temps pour effectuer les longs déplacements permettant d’accéder à une diversité plus importante de loisirs.  

44Certaines adolescentes de catégories populaires vivent très mal cette conjonction entre l’encadrement strict de leurs déplacements et la faible disponibilité de leurs parents pour les accompagner. En ZUS, c’est notamment le cas des filles qui n’ont pas de frères et sœurs plus âgés, ou ne s’entendent pas avec eux, ou encore n’ont pas de liens familiaux à qui les parents pourraient déléguer l’encadrement des déplacements. Le faible nombre de déplacements en dehors du quartier est vécu comme un enfermement lorsqu’il y a peu d’équipements de loisirs au domicile ou lorsque les adolescents ne sont pas autorisés à y amener des amis, en raison de la méfiance de leurs parents vis-à-vis des jeunes du quartier et d’une réticence, renforcée par leur précarité (Schwartz, 1990), à ce que des personnes extérieures puissent observer l’état du logement en leur absence. En milieu rural, ce sentiment d’enfermement est renforcé par l’absence de ressources sociales et fonctionnelles dans la commune, se traduisant par un faible usage des espaces proches du domicile. La moindre possibilité d’accompagnement des adolescents de catégories populaires ne peut ainsi être analysée sans lien avec les activités pratiquées au domicile ou à proximité de celui-ci.

3.2) Une moindre pratique des espaces à proximité du domicile chez les filles de catégories populaires

45Le moindre accompagnement n’est pas le seul élément explicatif de l’influence conjointe des appartenances de genre et de classe sur la réalisation d’activités d’extrascolaires. Le nombre plus faible d’activités des filles de catégories populaires s’explique également par des pratiques très différentes des lieux situés à proximité du domicile en comparaison de celles des garçons de ces catégories ou des autres adolescentes franciliennes. Les différences de pratiques entre filles et garçons de catégories populaires ne concernent ainsi pas uniquement les mobilités en dehors du quartier mais aussi dans les espaces proches du domicile.

46Les adolescents de catégories populaires réalisent autant d’activités extrascolaires que les autres sans être accompagnés par leurs parents, comme il y a dix ans. L’appartenance sociale ne différencie guère les mobilités autonomes des adolescents, à l’inverse de l’âge, du sexe et de la résidence à Paris (p<0,001). Les garçons ont ainsi beaucoup plus d’activités autonomes que les filles. Cet écart a beaucoup augmenté en dix ans parmi les catégories populaires et moyennes. Il a au contraire diminué pour les adolescentes de catégories supérieures, sous l’effet de la forte augmentation des activités autonomes des filles de cette catégorie, notamment lorsqu’elles résident à Paris.

47Les écarts entre filles et garçons de catégories populaires concernent avant tout les sorties autonomes à l’intérieur de la commune de résidence, beaucoup moins celles réalisées à l’extérieur, notamment en transports en commun (voir infra). Les garçons de catégories populaires ont autant d’activités dans leur commune que les autres. Á l’inverse, les filles de catégories populaires en ont très peu en comparaison des autres adolescentes, en semaine (p<0,001) comme le week-end (p<0,01).

Tableau 6 : Adolescents ayant eu une activité extrascolaire dans sa commune un jour de week-end en 2010

Catégories populaires

Catégories moyennes

Catégories supérieures

Total

Garçons

39,5%

33,2%

39,7%

37,6%

Filles

23,1%

28,2%

42,4%

31,8%

Lecture : 23,1% des adolescentes de catégories populaires ont réalisé  une activité dans leur commune, contre 39,5% des garçons de cette catégorie

Source : EGT 2010 STIF-OMNIL-DRIEA, calcul des auteurs 

48Elles ont aussi moins d’activités dans leur commune que les garçons de catégories populaires, en semaine (p<0,05) et le week-end (p<0,001), ce qui n’était pas le cas il y a dix ans. Á l’inverse, parmi les catégories supérieures, contrairement à ce que l’on pouvait observer en 2001, les filles réalisent autant d’activités dans leur commune que les garçons, en particulier lorsqu’elles habitent à Paris. Cette différence d’activités dans la commune entre filles et garçons de catégories populaires concerne les activités sportives ou culturelles (p<0,05), les visites amicales (p<0,05) ou les promenades (p<0,01). Ces adolescentes réalisent néanmoins plus d’achats dans leur commune que les garçons en semaine (p<0,05) et autant le week-end. En dix ans, ces écarts ont fortement augmenté le week-end : si le nombre de garçons de catégories populaires ayant eu une activité dans leur commune est resté stable, celui de filles de mêmes catégories est en nette diminution. Ces écarts entre filles et garçons sont encore plus prononcés en ZUS (p<0,001), avec une légère augmentation des écarts en dix ans. Les filles de catégories populaires de ZUS ont autant d’activités dans leur commune que les autres, mais les garçons en ont beaucoup plus que les autres, en semaine (p<0,001) comme le week-end (p<0,05).

49Ce différentiel entre filles et garçons de catégories populaires se traduit par un usage très différent de la marche à pied : les garçons de catégories populaires sont les adolescents (avec ceux de catégories supérieures) qui utilisent le plus la marche pour réaliser des activités extrascolaires, alors que les filles de ces catégories sont celles qui y ont le moins recours. Ainsi, c’est uniquement parmi les catégories populaires qu’il y a un écart entre filles et garçons (p<0,01) dans le recours à la marche. Les filles réalisent également des déplacements à pied moins étendus que les garçons, mais cette différence n’est pas spécifique aux catégories populaires.

Tableau 7 : Adolescents ayant réalisé une activité extrascolaire en utilisant la marche à pied un jour de week-end en 2010

Catégories populaires

Catégories moyennes

Catégories supérieures

Total

Garçons

29,3%

23%

37,6%

30,5%

Filles

10,9%

18,2%

27,1%

19,3%

Lecture : 19,3% des filles ont réalisé une activité extrascolaire en marchant contre 30,5% parmi les garçons.

Source : EGT 2010 STIF-OMNIL-DRIEA, calcul des auteurs 

50Les écarts se sont creusés en dix ans, à la fois entre catégories sociales et à l’intérieur des catégories populaires : alors que l’usage de la marche pour réaliser une activité extrascolaire a augmenté chez les garçons quelle que soit leur catégorie sociale, il a fortement augmenté pour les filles de catégories supérieures, est resté stable pour celles de catégories moyennes et a beaucoup diminué parmi les filles de catégories populaires. Alors qu’il y a dix ans, la marche était le mode préférentiel des catégories populaires, ce sont désormais les adolescents de catégories supérieures qui y ont le plus recours, notamment lorsqu’ils résident à Paris. Une partie de leurs déplacements à pied sont d’ailleurs accompagnés par un parent, ce qui est rarement le cas dans les autres catégories sociales. Parmi les catégories populaires, les garçons résidant en ZUS ont plus recours à la marche que les autres (p<0,05), en raison d’une forte présence d’adolescents dans l’espace public de résidence, notamment autour des différents équipements sportifs, liée à l’intensité des sociabilités juvéniles dans ces quartiers (Lepoutre, 2001) mais aussi à l’exiguïté du logement et à l’absence d’équipements de loisirs au domicile (Oppenchaim, op. cit.). Á l’inverse, la résidence en ZUS n’a aucun effet sur le nombre d’activités réalisées à pied par les adolescentes de catégories populaires. L’occupation différenciée de l’espace public de résidence, avec une moindre visibilité des filles, semble donc avant tout liée à des variables sociales et non territoriales. Ce résultat est congruent avec ce que montrent la littérature sur les adolescents du périurbain (Goyon, op. cit.) et nos matériaux qualitatifs. Le contexte urbain spécifique des  ZUS contribue certes à faire du quartier un espace sous contrôle, notamment celui des garçons qui stationnent dans l’espace public (Clair, 2008). La présence des filles dans l’espace public de résidence est perçue comme une atteinte à « l’ordre du genre », c'est-à-dire à l’injonction de se conformer à l’image d’une fille ne pouvant devenir un être pleinement sexualisé qu’après le mariage et devant donc faire preuve de réserve dans son comportement. Les filles doivent avoir une bonne raison pour se déplacer dans le quartier, elles ne doivent pas y stationner ou être seules au milieu de garçons. En contrevenant à ces règles d’occupation de l’espace public, les filles sont menacées d’avoir mauvaise réputation (Clair, op. cit.). Néanmoins, une partie des filles de ZUS se caractérisent par un fort ancrage dans leur quartier et une fréquentation importante de l’espace public de résidence. Elles s’y font une place soit grâce à leur réseau familial et à l’entretien d’une réputation de fille « sérieuse », soit en adoptant les principaux codes de comportement des garçons qui stationnent dans l’espace public (Oppenchaim, op. cit.). D’autre part, les filles résidant à proximité immédiate d’une ZUS ont encore moins tendance à fréquenter les espaces situés à proximité de leur domicile, autant par crainte pour leur réputation qu’en raison de la peur d’agressions verbales de la part de garçons stationnant dans l’espace public. Enfin, la limitation des déplacements des filles dans l’espace proche est aussi prononcée parmi les catégories populaires en milieu rural. On y retrouve le contrôle exercé par les pairs sur les pratiques de l’espace public résidentiel et les relations amoureuses entre adolescents (Clair, 2013). De plus, l’offre d’activités de loisirs y est souvent plus adaptée aux garçons qu’aux filles. Celles-ci se déplacent ainsi plus tardivement que les garçons de manière autonome, bien plus souvent en dehors de leur territoire de résidence et en contexte urbain (Devaux, op. cit.). Elles réalisent fréquemment ces mobilités autonomes à partir de leur lieu de scolarisation (lycée, centre d’apprentissage), dont les environs leur permettent d’expérimenter l’anonymat des espaces urbains et bien souvent d’accéder à une offre fonctionnelle

51Le nombre plus faible d’activités des filles de catégories populaires en comparaison de celui des garçons de ces catégories ou des autres adolescentes s’explique donc par un moindre accompagnement des parents et de moindres déplacements à proximité du domicile. Dans les deux cas, les écarts avec les autres adolescents se sont creusés en dix ans. Le moindre recours à la voiture et aux déplacements à pied entraîne une diminution de la multimodalité des filles de catégories populaires, alors que celle-ci augmente chez les autres adolescents, en grande partie parmi les catégories supérieures. Les écarts entre classes sociales dans le recours à différents modes de déplacement sont de fait beaucoup plus importants qu’en 2001.

3.3) Les sorties autonomes en dehors de la commune

52Si les adolescents de catégories populaires se caractérisent par un moindre usage de la voiture et, pour les filles, de la marche, ils ont au contraire autant que les autres recours aux transports en commun, notamment lorsqu’ils se déplacent sans leurs parents. Les écarts entre filles et garçons de catégories populaires sont également beaucoup moins prononcés que précédemment en ce qui concerne ces déplacements autonomes.

53Ainsi, les adolescentes de catégories populaires réalisent autant d’activités extrascolaires en dehors de la commune sans leurs parents que les autres adolescents. Les écarts en termes de sorties autonomes entre filles et garçons de catégories populaires se sont d’ailleurs réduits en dix ans, en particulier en ZUS. Néanmoins, c’est parmi les adolescents de catégories supérieures, notamment les garçons, que l’augmentation du nombre de sorties autonomes a été la plus importante. Si, parmi les filles, l’appartenance sociale n’a pas d’influence sur les sorties autonomes en dehors de la commune, elle en a sur celles des garçons (p<0,05), ceux de catégories supérieures en réalisant désormais le plus, notamment à Paris. C’est d’ailleurs uniquement parmi les catégories supérieures qu’il existe un écart de pratiques entre filles et garçons (p<0,001).  

54De même, les adolescents de catégories populaires, filles et garçons, sont plus nombreux que les autres adolescents à avoir utilisé les transports en commun sans leurs parents un jour de week-end afin de réaliser une activité extrascolaire, en particulier après 14 ans (p<0,01).

Tableau 8 : Adolescents ayant utilisé les transports en commun sans leurs parents pour réaliser une activité extrascolaire un jour de week-end en 2010

Catégories populaires

Catégories moyennes

Catégories supérieures

Total

Garçons

20,6%

8,7%

8,5%

12,2%

Filles

15,7%

8%

13,8%

12,2%

Lecture : 12,2% des adolescents franciliens ont utilisé les transports en commun un jour de week-end sans leurs parents pour réaliser une activité extrascolaire

Source : EGT 2010 STIF-OMNIL-DRIEA, calcul des auteurs 

55L’usage autonome des transports en commun a augmenté en dix ans surtout parmi les garçons de catégories populaires. Les filles de ces catégories y ont également plus recours qu’en 2001, notamment lorsqu’elles résident en ZUS. Cet usage autonome diminue avec l’éloignement du centre de l’agglomération, mais c’est en petite couronne que les écarts entre les adolescents de catégories populaires et les autres sont les plus prononcés (p<0,05).

56En semaine, le constat est très différent, car ce sont avant tout les adolescents de catégories supérieures qui se déplacent en dehors de leur commune pour réaliser des activités extrascolaires sans être accompagnés par leurs parents (p<0,001), notamment lorsqu’ils résident à Paris. Les écarts entre catégories sociales se sont accrus en dix ans. Les adolescents de catégories populaires sont au contraire ceux qui réalisent le moins d’activités extrascolaires. On observe des écarts très importants entre garçons et filles parmi ces catégories (p<0,001), ces dernières ayant beaucoup moins de sorties autonomes en dehors de leur commune, ce qui n’était pas le cas il y a dix ans. Á l’inverse, si les adolescents de catégories populaires ont moins recours que les autres aux transports en commun de manière autonome pour se rendre à l’école avant 15 ans, en raison de la plus grande proximité de leur établissement scolaire, ils y ont plus recours que les autres ensuite.

Conclusion

57L’analyse diachronique des dernières enquêtes statistiques sur la mobilité des Franciliens questionne les constats de la littérature anglo-saxonne montrant un encadrement plus important des déplacements des adolescents et concluant au passage progressif de la jeunesse contemporaine de la rue vers l’espace domestique. En effet, les adolescents franciliens se déplacent plus qu’il y a vingt ans, en combinant accompagnement des parents et déplacements autonomes ainsi que l’usage combiné de différents modes de transport. Cependant, si les adolescents plus âgés sont plus autonomes qu’auparavant, en utilisant notamment plus les transports en commun, les adolescents de moins de 15 ans se déplacent moins qu’il y a quelques années, notamment en voiture.

58Le processus contemporain de repli au domicile semble ainsi concerner davantage l’entrée dans l’adolescence que les adolescents de plus de 14 ans. Contrairement aux décennies précédentes, les adolescents les plus jeunes réalisent moins d’activités extrascolaires en dehors de leur domicile que les plus âgés. Cette diminution de la mobilité n’est pourtant pas associée à un encadrement plus important des déplacements, comme le laisse supposer la littérature anglo-saxonne. Elle est au contraire liée à un moindre accompagnement par les parents, à mettre en perspective avec l’augmentation importante du nombre de familles monoparentales en Île-de-France. Il sera intéressant de reprendre ce questionnement dans une dizaine d’années avec la prochaine enquête EGT, afin de déterminer si ce retournement de tendance est durable et de démêler ainsi l’influence des effets d’âge (les adolescents les plus jeunes auront-ils toujours moins d’activités en dehors de chez eux que les plus âgés ?) et de génération (les adolescents âgés de 11 à 14 ans en 2010 se déplacent-ils moins que les générations précédentes ?).

59Un autre de nos résultats complexifie la compréhension du processus contemporain de repli au domicile, car la diminution du nombre d’activités réalisées par les plus jeunes en dehors de chez eux ne concerne pas tous les adolescents et n’est pas vécue de la même manière selon la présence d’équipements de loisirs au domicile. En effet, les différences de pratiques de déplacements en fonction du genre, du milieu social et du lieu de résidence sont accrues ces dernières années. La diminution des mobilités concerne ainsi essentiellement les filles de catégories populaires. Celles-ci font de plus en plus face à une double restriction de leur mobilité : elles sont moins accompagnées, notamment en voiture, par leurs parents et elles se déplacent moins que les autres adolescents à proximité de leur domicile. Á l’inverse, elles se déplacent autant que les autres sans leurs parents en transports en commun le week-end. Cela montre l’importance de renforcer l’accès de ces adolescents de catégories populaires, dont plus de la moitié vit en grande couronne, aux transports en commun, mais aussi de favoriser la présence d’équipements de loisirs à destination des filles dans leur territoire de résidence.

60L’analyse de ces enquêtes statistiques laisse néanmoins une question en suspens : comment expliquer la diminution des écarts de pratiques entre filles et garçons de catégories supérieures ? Est-elle uniquement liée au poids accru de ces catégories à proximité du centre de l’agglomération ou bien à une socialisation spécifique à la mobilité ? Plus encore, si ces adolescents se déplacent plus que les autres, les lieux qu’ils fréquentent contribuent-ils à les mettre en interaction avec d’autres adolescents, alors même que les catégories supérieures ont tendance à éviter la mixité résidentielle (Cousin, 2014) ? Cette question de la mixité sociale des lieux fréquentés par les adolescents franciliens reste à creuser afin d’éviter de surestimer le rôle socialisant des mobilités à l’adolescence.

Haut de page

Bibliographie

Borja, S., Courty, G. et Ramadier, T., (2014), « Trois mobilités en une seule ? », EspacesTemps.net, Travaux. http://www.espacestemps.net/articles/trois-mobilites-en-une-seule/

Breviglieri, M. (2007), « L’arc expérientiel de l’adolescence : esquive, combine, embrouille, carapace et étincelle… », Éducation et sociétés, no 19, pp. 99-113.

Buffet, L. (2006), « De l’appropriation du quartier à la découverte de la grande ville », in : Bonnet M. et Aubertel P. (dir.), La ville aux limites de la mobilité, Presses Universitaires de France, Paris.

Clair, I. (2008), Les jeunes et l’amour dans la cité, Armand Colin, Paris.

Clair, I. (2012), « Le pédé, la pute et l’ordre hétérosexuel », Agora débats/jeunesses, n°60, pp.67-78.

Clerval, A. et Delage, M. (2014), « La métropole parisienne : une mosaïque sociale de plus en plus différenciée », Métropolitiques [en ligne]. http://www.metropolitiques.eu/La-metropole-parisienne-une.html

Clifton, K.J. (2003), “Independent mobility among teenagers: exploration of travel to after school activities”, Transportation Research Record, vol. 1854, pp. 74-80.

Combessie, J-C. (2004), « Trente ans de comparaison des inégalités des chances : quand la méthode retenue conditionne la conclusion », Courrier des statistiques, n°112, pp. 37-54.

Cousin, B. (2014), « Entre-soi mais chacun chez soi », Actes de la recherche en sciences sociales, n°204, pp. 88-101.

Desrosières, A. (1989), « Comment faire des choses qui tiennent : histoire sociale et statistique », Histoire & Mesure, vol. 4, n° 3-4, pp. 225-242.

Devaux, J. et Oppenchaim, N. (2012), « La mobilité des adolescents : Une pratique socialisée et socialisante », Métropolitiques [En ligne]. http://www.metropolitiques.eu/La-mobilite-des-adolescents-une.html

Devaux, J. (2014), « Les trois âges de la socialisation d’adolescents ruraux : une analyse à partir des mobilités quotidiennes », Agora débats/jeunesses, n°68, pp. 25-40.

Fleury, A. (2012), « Les inégalités socio-spatiales progressent-elles en Île-de-France ? », Métropolitiques [En ligne]. http://www.metropolitiques.eu/Les-inegalites-socio-spatiales.html

Fritsch, B. (2013), « Les équivoques de la mobilité, comme catégorie pratique et comme norme à pas variable », Regards sociologiques, n° 45-46, pp. 33-45.

Galland, O. (2011), Sociologie de la jeunesse, Armand Colin, Paris.

Glevarec, H. (2010), La culture de la chambre. Pré-adolescence et culture contemporaine dans l’espace familial, La Documentation française, Paris.

Goyon, M. (2009), « Jeunesses périurbaines en Dombes : Mobilité quotidienne, modèles parentaux et socialisation », Colloque de l’Association de Science Régionale de Langue Française, Clermont-Ferrand, 6-9 juillet.

Houard, N. (2011), « Des effets de quartier à la politique de la ville. Perspectives internationales », Note d’analyse du centre d’analyse stratégique, n° 249.

Kaufmann, V. (2002), Rethinking Mobility : contemporary sociology, Aldershot, Ashgate.

Kirszbaum, T. (2013), « La rénovation urbaine comme politique de peuplement », Métropoles [En ligne], n°13. http://metropoles.revues.org/4769#quotation

Lapeyronnie, D. (2008), Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd'hui, Robert Laffont, Paris.

Lepoutre, D. (2001), Cœur de Banlieue. Codes, rites et langages, O. Jacob, Paris.

Livingstone, S. (2007), “From family television to bedroom culture : young people’s media at home”, in: Devereux, E. (dir), Media studies: key issues and debates, Sage, London, “Publications”, pp. 302-321.

Masclet, O. (2002), « Passer le permis de conduire : la fin de l’adolescence », Agora Débats/jeunesse, n°26, pp. 46-58.

Massot, M.H. et Zaffran, J. (2007), « Auto-mobilité urbaine des adolescents franciliens », Espace Population Société [En ligne, n° 2-3, pp.227-241. http://eps.revues.org/2133

Morel, G. (2008), « Comparaisons diachroniques et substantialisation des variables : exemple de l’évolution des inégalités scolaires », Mathématiques et sciences humaines, n° 181, pp. 59-80.

O’Brien, M., Jones, D., Sloan, D. et Rustin, M. (2000), “Children's Independent Spatial Mobility in the Urban Public Realm”, Childhood, n° 7/3, pp. 257-277.

Oppenchaim, N. (2013), « Les fonctions socialisantes de la mobilité pour les adolescents de zones urbaines sensibles : différentes manières d’habiter un quartier ségrégué », Enfances, familles et générations, n° 19, pp 1-18.

Préteceille, E. (2006), « La ségrégation sociale a-t-elle augmenté ? La métropole parisienne entre polarisation et mixité », Sociétés contemporaines, vol. 62, n° 2, pp. 69‑93.

Raibaud, Y. (2014), « Une ville faite pour les garçons », CNRS le journal [En ligne]. https://lejournal.cnrs.fr/billets/une-ville-faite-pour-les-garcons

Rivière C., (2012), « Les enfants : révélateurs de nos rapports aux espaces publics », Métropolitiques [En ligne]. http://www.metropolitiques.eu/Les-enfants-revelateurs-de-nos.html

Rivière C. (2016), « « Les temps ont changé ». Le déclin de la présence des enfants dans les espaces publics au prisme des souvenirs des parents d’aujourd’hui », Annales de la recherche urbaine, n°11, pp 6-17.

Schwartz, O. (1990), Le monde privé des ouvriers : hommes et femmes du Nord, Presses Universitaires de France, Paris.

Tranter, P. et Pawson, E. (2001), “Children’s access to local environments: a case-study of Christchurch, New Zealand”, Local Environment, n° 6/1, pp. 27-48.

Valentine, G. (1996), “Angels and devils: moral landscapes of childhood”, Environment and Planning, n°14, pp. 581-599.

Valentine, G. et McKendrick, J. (1997), “Children Outdoor play : exploring parental concerns about children’s safety and the changing nature of childhood”, Geoforum, n°28, pp.219-235.

Vandersmissen, M.H. (2008), « Modes de transport et territoires pratiqués en solo par les adolescents de la région urbaine de Québec », Enfances Familles Générations, n°8, pp. 39-59.

Wenglenski, S. et Proulhac, L. (2014), « La mobilité quotidienne contribue-t-elle à la mixité sociale des espaces vécus ? », Colloque annuel de l’Association des Sciences Régionales De Langue Française, Marne-La-Vallée, 7-9 juillet.

Haut de page

Notes

1 Syndicat des Transports d’Île-de-France

2 Direction Régionale de l’Équipement de l’Île-de-France. Aujourd’hui, DRIEA (Direction Régionale et Interdépartementale de l’Equipement et de l’Aménagement d’Île-de-France.

3 Un adolescent appartient aux catégories populaires lorsque le revenu du ménage est compris dans les deux premiers déciles de l’échantillon ou lorsqu’il réside dans un ménage constitué exclusivement d’ouvriers et/ou d’employés et/ou de chômeurs, dont le revenu est inférieur au revenu médian et où aucun parent n’a fait d’études supérieures. Les catégories moyennes sont constituées de quatre cas : les ménages comportant un membre des professions intermédiaires, mais ne comportant pas de cadre, de profession intellectuelle supérieure, d’artisan, de commerçant ou de chef d’entreprise, et dont le revenu est compris entre le second et huitième décile ; les ménages constitués exclusivement d’ouvriers, d’employés et de chômeurs, mais dont le revenu est compris entre le revenu médian et le huitième décile ; les ménages comportant un ouvrier ou un employé ainsi qu’un cadre ou profession intellectuelle supérieure et dont le revenu par unité de consommation est compris entre le second et huitième décile ; les ménages constitués exclusivement d’ouvriers, d’employés et de chômeurs mais dont un des membres a fait des études supérieures et dont le revenu est compris entre le second et huitième décile. Les catégories supérieures sont constituées des cas restants, soit les ménages constitués exclusivement de cadres, professions intellectuelles supérieures, artisans, commerçants ou chefs d’entreprise, ou les ménages dont le revenu par unité de consommation est supérieur au huitième décile, ou enfin ceux dont un membre est cadre et l’autre n’est ni ouvrier ni employé avec un revenu supérieur au second décile.

4 La commune est située en dehors de l’aire urbaine parisienne, dans les confins de la Seine-et-Marne, à la frontière avec le Loiret. Elle est distante d’une vingtaine de kilomètres du centre urbain le plus proche et ne dispose pas d’accès aux transports en commun.

5 Les comparaisons statistiques des distributions sont réalisées avec un test du khi-deux de Pearson. Lorsqu’une association statistiquement significative est observée avec le sexe, l’âge, l’origine sociale ou résidentielle des adolescents, elle est mentionnée dans le texte (pour faciliter la lecture, les niveaux de significativité des comparaisons seront généralement indiqués par catégorie (p<0,05 ; p<0,01 ; p<0,001) et non par leur valeur exacte). En ce qui concerne les modèles de régression logistique, la validité globale des modèles, c'est-à-dire l’existence d’une relation entre au moins une des variables explicatives et la variable expliquée, est assurée avec une probabilité de l’hypothèse nulle <0,0001 (test global BETA=0). Pour l’évaluation des effets propres de chaque variable, les niveaux de significativité sont calculés avec un test du khi-deux de Wald et sont indiqués par catégorie (p<0,05 ; p<0,01 ; p<0,001).

6 Les modèles de régression montrent que, parmi les catégories populaires, la résidence en ZUS est favorable à l’accompagnement des déplacements, toutes choses égales par ailleurs (mais avec un effet moindre que celui de l’appartenance à un foyer monoparental et de la présence d’une voiture dans le ménage).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Part des adolescents dans la population communale en 2010.
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/5306/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Carte 2 : Évolution démographique des adolescents franciliens entre 1990 et 2010.
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/5306/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Carte 3a : Répartition des adolescents selon leur catégorie sociale en 1990.
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/5306/img-3.png
Fichier image/png, 656k
Titre Carte 3b : Répartition des adolescents selon leur catégorie sociale en 2010.
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/5306/img-4.png
Fichier image/png, 659k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julian Devaux, Nicolas Oppenchaim et Laurent Proulhac, « L’évolution des pratiques de mobilité des adolescents depuis 20 ans en Île-de-France : quelle influence des variables sociales et territoriales sur les inégalités de genre ? », Métropoles [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://metropoles.revues.org/5306

Haut de page

Auteurs

Julian Devaux

Chercheur associé au Laboratoire Ville Mobilité Transport UMR T 9403 (jln.devaux@gmail.com)

Nicolas Oppenchaim

Maître de conférences en sociologie, Université François Rabelais Tours, Laboratoire Citeres UMR 7324 (nicolas.oppenchaim@univ-tours.fr)

Laurent Proulhac

Ingénieur d’études, Laboratoire Ville Mobilité Transport UMR T 9403 (laurent.proulhac@enpc.fr)

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org