Navigation – Plan du site
Recensions

Maisetti, Nicolas (2014) : Opération culturelle et pouvoirs urbains. Instrumentalisation économique de la culture et luttes autour de Marseille-Provence Capitale européenne de la culture 2013

Paris, L’Harmattan.
François-Xavier Viallon
Référence(s) :

Maisetti, Nicolas (2014) : Opération culturelle et pouvoirs urbains. Instrumentalisation économique de la culture et luttes autour de Marseille-Provence Capitale européenne de la culture 2013, L’Harmattan.

Texte intégral

1Opération culturelle et pouvoirs urbains est un ouvrage de Nicolas Maisetti présentant sous la forme d’un récit le processus de candidature de Marseille et des communes voisines au titre de Capitale européenne de la culture 2013. L’étude de cas se penche sur le lien entre le processus de candidature et l’évolution de la configuration d’acteurs propre aux politiques de promotion économique et d’aménagement du territoire : l’auteur postule qu’une coalition d’acteurs aux intérêts et représentations divergentes émerge et mutualise ses ressources afin d’obtenir le label et modifie ainsi la configuration d’acteurs et les règles utilisées dans les processus d’aménagement et de promotion culturelle. A travers les trois sections de l’ouvrage, il retrace les enjeux et conflits ayant marqué la candidature en s’intéressant à la question des échelles d’action territoriale, aux acteurs impliqués et écartés du processus, puis aux règles de coopération et de gestion du projet. Sa lecture met l’accent sur l’instrumentalisation du label européen par les élites politico-économiques locales à des fins de promotion économique.

  • 1 Ce classement analyse les fonctions métropolitaines fournies par les villes de plus de 200 000 habi (...)

2Partant du double constat de détérioration de l’attractivité économique du territoire marseillais par rapport à d’autres villes européennes depuis plusieurs décennies et de fragmentation politique régionale empêchant la conduite de politiques communes à l’échelon métropolitain, les élites économiques locales – étroitement liées par un club au sein duquel elles se réunissent – se mobilisent dans le but de promouvoir une nouvelle image de Marseille et de sa région. Elles justifient leur engagement par l’ambition d’améliorer la position de Marseille au sein du classement des villes européennes établi par la Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale (DATAR) en 20031. Considérant la culture comme un levier d’action, elles s’engagent dès lors au sein d’une association de mécénat pour financer des projets culturels et inciter les élites politiques marseillaises à poser leur candidature au titre de capitale européenne de la culture.

3Les acteurs économiques perçoivent la culture comme un facteur d’attractivité territoriale ; mais ce qu’ils cherchent avant tout – selon leurs propres dires et l’analyse de l’auteur – est à surmonter un problème institutionnel : l’absence d’espace fonctionnel de régulation (Varone et al., 2013), soit de champ socio-politique au sein duquel les acteurs publics et privés se mettraient d’accord sur la nécessité d’une intervention étatique, afin de lutter dans le cas présent contre le déclin économique de la métropole et de relancer Marseille et sa région dans la compétition économique européenne et mondiale. Dès lors, ils cherchent par le biais de l’opération culturelle et urbanistique à créer une rupture avec les pratiques politiques locales et à mettre à l’agenda métropolitain les thèmes de l’attractivité économique et de la réforme institutionnelle.

4Le dépôt d’une candidature au titre européen requiert l’implication de représentants politiques, tout particulièrement de l’exécutif de la ville centre, d’une part pour le dépôt formel du projet, d’autre part pour la préparation et le financement des mesures sous-jacentes à la démarche. Dans la conception d’une large majorité des acteurs politico-administratifs de la région, l’obtention du titre européen engendrerait diverses retombées économiques, mais également électorales, raisons pour lesquelles ils sont prêts à participer au projet et au financement des mesures.

5Néanmoins, plusieurs conflits émergent durant le processus de candidature. Tout d’abord, une importante opposition se crée entre le tissu culturel local et les organisateurs : les premiers y voient l’occasion de mettre en valeur leur travail et d’avoir accès à une source de financement supplémentaire, les derniers cherchent à lancer des événements de renommée internationale et excluent ainsi d’office de nombreux acteurs culturels locaux.

6Ensuite, l’ensemble des acteurs situent la candidature dans la lignée d’Euromed, grand programme de rénovation urbaine ayant conduit notamment à des expulsions au centre de Marseille. Ce rapprochement conceptuel est fortement critiqué par les mouvements opposants qui dénoncent une instrumentalisation de la culture. A l’opposé, les élites économiques, politiques et culturelles s’appuient sur Euromed pour renchérir sur l’importance accordée à la candidature.

7En ce qui concerne les règles de coopération et de gestion du projet, l’auteur montre la volonté du comité d’organisation, et en particulier des élites économiques, de rendre le projet technique et apolitique. En effet, les modalités de mise en œuvre et la répartition des charges et bénéfices liées à la candidature sont source de conflit entre collectivités et leurs représentants finiraient par faire échouer l’opération. L’engagement d’un policy broker (Sabatier et Jenkins-Smith, 1993) de renommée nationale dans le domaine culturel doit aider à surmonter les désaccords et unir les acteurs derrière la candidature.

8L’auteur conclut que la coalition créée n’est parvenue que partiellement et temporairement à dépasser les clivages politiques existants. Certes, il y a eu une mobilisation commune autour de la présentation du territoire à l’initiative des acteurs économiques. Cet engagement semble être un phénomène inédit dans la région ; il crée à la fois une coalition nouvelle soutenant un ensemble de projets urbanistiques et culturels, mais bouscule aussi l’ordre établi, notamment en matière de politique culturelle au sein de la ville de Marseille. Néanmoins, le renouvellement de l’opération dans d’autres domaines n’est pas à l’ordre du jour pour l’instant. La géométrie territoriale du projet a été l’objet de longues négociations et a mené au retrait de certaines collectivités. De plus, les tentatives de récupération politique, malgré la technicisation du projet, n’ont pas pu être empêchées, en particulier dans la ville centre.

9Contrairement au discours des élites économiques, on pourrait postuler que la politisation de la promotion économique et culturelle territoriale était un élément central de la candidature : en cherchant à bouleverser les intérêts et routines établis, les élites économiques ont créé une rupture institutionnelle redistribuant temporairement le pouvoir à une échelle régionale et définissant des gagnants – gros opérateurs culturels, majorité politique à Marseille, propriétaires voisins des projets d’urbanisme, entreprises engagées dans le cadre de l’opération – et des perdants – associations culturelles modestes, communes à l’écart du projet ou n’ayant pas bénéficié de retombées économiques (Hall et Taylor, 1996 ; Kuhlmann et Wollmann, 2013). C’est précisément la redistribution des coûts et bénéfices de l’opération qui caractérise la reconfiguration des acteurs et le changement d’échelle. Ainsi, les contradictions institutionnelles générées par la concurrence économique européenne et mondiale sont apparues au grand jour et ont amorcé un processus de convergence à l’échelle régionale. Certes, la pérennité des changements induits, notamment au niveau décisionnel, ne semble pas acquise, mais d’autres changements au niveau du discours et des impacts de l’action publique – l’atteinte d’un nombre record de visiteurs, la réalisation effective des projets urbains – ont pu être observés. Ainsi, l’opération culturelle, dont l’un des objectifs centraux est la croissance économique, semble avoir réussi (Commission européenne, 2014 ; 2015).

10L’ouvrage offre une étude détaillée et captivante de la candidature marseillaise et initie avec panache à la « marseillologie ». Il est agrémenté d’extraits d’interviews choisis et de nombreuses références à la littérature contemporaine en la matière. Néanmoins, il aurait pu, sous une autre forme que celle du récit, être étayé par une analyse plus poussée et distante du discours des acteurs et des motifs qu’ils invoquent pour justifier leur engagement : pourquoi les élites économiques financent-elles à ce moment une opération de mécénat ? Pourquoi ont-elles choisi la culture ?

11L’auteur montre également avec finesse l’instrumentalisation de la remise du titre de capitale européenne de la culture par les élites politiques françaises pour appuyer au niveau européen l’Union pour la Méditerranée nouvellement créée et en manque de légitimité. Cependant, une mise en contexte du projet Euromed – placé par certains acteurs, notamment des opposants, sur le même plan que le titre culturel – et des liens entre élites économiques et politiques – limités en apparence – aurait pu contribuer à renforcer la dimension explicative de l’ouvrage.

Haut de page

Bibliographie

Commission européenne (2015) : European capital of culture fact sheet. 30th anniversary. Accessible en ligne : http://ec.europa.eu/programmes/creative-europe/actions/capitals-culture_en.htm.

Commission européenne (2014) : Ex-post evaluation of the 2013 European capitals of culture. Final report for the European Commission DG Education and culture. Prepared by Ecorys. December 2014.

Hall, P. et Taylor, R. (1996) : Political science and the three new institutionnalisms, MPIFG discussion paper 96/6, juin 1996.

Kuhlmann, Sabine et Wollmann, Hellmut (2013) : Verwaltung und Verwaltungsreformen in Europa. Einführung in die vergleichende Verwaltungswissenschaft. VS Verlag für Sozialwissenschaften. DOI : 10.1007/978-3-658-00173-5.

Sabatier, Paul et Jenkins-Smith, Hank (1993) : Policy change and learning: an advocacy coalition approach, Boulder, Westview Press.

Varone, Frédéric, Nahrath, Stéphane, Aubin, David et Gerber, Jean-David (2013) : Functional regulatory spaces, Policy Sciences, vol. 46 (4), pp. 311-333. DOI : 10.1007/s11077-013-9174-1.

Haut de page

Notes

1 Ce classement analyse les fonctions métropolitaines fournies par les villes de plus de 200 000 habitants en Europe de l'Ouest. Les indicateurs utilisés sont notamment la démographie, l'accessibilité, le trafic portuaire et aéronautique, l'implantation de sièges d'entreprises européennes, le tourisme, les foires et événements, les musées et le patrimoine culturel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Xavier Viallon, « Maisetti, Nicolas (2014) : Opération culturelle et pouvoirs urbains. Instrumentalisation économique de la culture et luttes autour de Marseille-Provence Capitale européenne de la culture 2013 », Métropoles [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://metropoles.revues.org/5303

Haut de page

Auteur

François-Xavier Viallon

Doctorant, Université de Lausanne, membre du réseau des jeunes chercheurs du foncier RJCF.
fx.viallon@marumbi.eu

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org