Navigation – Plan du site
Recensions

Harding, A., Blokland, T. (2014). Urban Theory : A critical introduction to power, cities, and urbanism in the 21st century

London : Sage.
Bruno Marot
Référence(s) :

Harding, A., Blokland, T. (2014). Urban Theory : A critical introduction to power, cities, and urbanism in the 21st century. Sage.

Texte intégral

1Urban Theory : A critical introduction to power, cities, and urbanism in the 21st century est un manuel de référence pour tous les étudiants, chercheurs et professeurs qui portent un intérêt aux transformations politiques, sociales, économiques, culturelles et spatiales des villes. Dans cet ouvrage relativement court (232 pages), Alan Harding (professeur de politiques publiques et directeur du Heseltine Institute for Public Policy and Practice à l’université de Liverpool) et Talja Blokland (directrice de la chaire de Sociologie Urbaine et Régionale à l’université Humboldt à Berlin) ont le souci permanent « d’informer, de débattre, de rendre accessible des idées complexes (…) et de clarifier les dilemmes» (xii). Ils justifient cette démarche pédagogique en regrettant le manque d’ouvrages qui retracent, de manière synthétique et accessible, la manière dont les transformations urbaines ont été expliquées et théorisées par les sciences sociales. Les auteurs proposent ainsi un « voyage sélectif » (p. 47) à travers les théories urbaines dont l’histoire n’a pas toujours été linéaire.

2Pour démarrer et problématiser ce tour d’horizon, Harding et Blokland se saisissent d’une critique récurrente en sciences sociales: les théories urbaines seraient en crise du fait du manque de pouvoir prédictif et analytique, et d’impact pratique, des contributions produites depuis le début des années 1980 (p. 219). Autrement dit, les études urbaines seraient devenues une discipline dépourvue d’une assise théorique solide (theory-free zone), du fait en particulier de l’absence de contribution majeure et englobante sur les villes et la vie urbaine depuis le début de l’ère néolibérale qui a mis fin à l’âge d’or des approches marxistes et, plus généralement, structuralistes. Si les auteurs reconnaissent le rôle fondateur des concepts forgés avant les années 1980, ils prennent, tout au long de l’ouvrage, le contrepied de cette supposée crise des théories urbaines pour montrer comment les travaux élaborés ces vingt-cinq dernières années intègrent la « matrice de ressources [théoriques] » (p. 214) qui nourrit la réflexion sur les processus politiques, socioéconomiques et culturels qui construisent les villes — et creusent leurs inégalités et différences (urban spikiness) — à l’heure de la globalisation. Les deux universitaires insistent par ailleurs sur le caractère poreux de délimitations (entre explications structuralistes et culturalistes, structure et agence, lieu et processus, etc.) qui, si elles aident à structurer la réflexion, n’empêchent pas la complémentarité de toutes ces contributions. En suivant une approche chronologique puis thématique, Alan Harding et Talja Blokland divisent ainsi leur analyse en trois grandes parties.

3La première partie correspond aux chapitres 1 et 2 qui traitent des enjeux de définition puis des grands courants théoriques fondateurs d’avant 1980. Avant d’entamer le récit de cette histoire des idées, les auteurs abordent dans le chapitre 1 la difficulté de définition de l’urbain, le rôle clé des grandes traditions épistémologiques en sciences sociales (positivisme, herméneutique et réalisme) dans la construction du champ des études urbaines, et le caractère intrinsèquement pluridisciplinaire des théories urbaines. Le chapitre 2 s’intéresse ensuite aux fondations théoriques majeures sur lesquelles s’appuient les débats actuels. Dans le contexte des idéologies dominantes des sociétés occidentales du XXe siècle (de l’âge d’or de l’économie néoclassique et du positivisme à l’essor du radicalisme dans les années 60 et à l’émergence du néolibéralisme dans les années 80), Harding et Blokland présentent les théories majeures qui ont marqué la littérature : l’écologie urbaine de l’École de Chicago (Ernest Burgess, Louis Wirth), le community power des théoriciens pluralistes et élitistes (Floyd Hunter, Robert Dahl, Peter Bachrach et Morton Baratz), et les travaux (néo)marxistes (principalement David Harvey et Manuel Castells) qui ont définitivement mis les enjeux de pouvoir et d’intérêt au cœur de la recherche urbaine.

4La seconde partie (chapitres 3 à 6) présente les principaux défis conceptuels qui ont émergé avec la croissance rapide des populations urbaines et la montée en puissance d’un urbanisme global à l’heure de la mondialisation, avec les implications que cela représente pour les territoires et les modes de vie dans des territoires urbains toujours plus connectés (p.50).

5Dans un premier temps, les chapitres 3 et 4 discutent de la montée des inégalités à l’échelle interurbaine en se concentrant sur les composantes politiques et socioéconomiques du passage d’une économie industrielle à une économie de l’information sous couvert de profonds changements technologiques. Le chapitre 3 s’intéresse en particulier au rôle de cette restructuration économique postfordiste dans le déclin et la renaissance des villes en disséquant les travaux qui ont étudié les processus et les cadres politiques, économiques et sociaux à l’œuvre. Au cœur de ces évolutions viennent s’inscrire des enjeux de compétition et de hiérarchie des villes, que ce soit en termes de statut, de taille et d’activités comme l’analysent les travaux de Peter Hall, John Friedmann et Saskia Sassen sur les villes mondiales et globales ou ceux de la Nouvelle Économie Géographique ou des critiques du néolibéralisme urbain (Neil Brenner, Jamie Peck). En complément à ces approches structuralistes, le chapitre 4 s’intéresse à la manière dont les villes et leurs décideurs agissent, en tant qu’agents, sur leurs trajectoires et modèles de développement. Harding et Blokland proposent ainsi une analyse approfondie des théories de la machine de croissance (growth machine) (John Logan et Harvey Molotch) et des régimes urbains (urban regime) (Clarence Stone, Stephen Elkin) qui, au sein de l’approche d’économie politique urbaine, ont joué un rôle clé dans l’étude de l’exercice du pouvoir dans et sur les villes.

6Dans un second temps, les chapitres 5 et 6 s’intéressent à la construction, la spatialisation et la reproduction des inégalités intra-urbaines, et à la manière dont l’urbain est généralement « l’expression spatiale de la diversité sociale et des inégalités » (p. 123). En d’autres termes, les auteurs identifient deux catégories de contributions – n’ayant pas vocation à être séparées – qui cherchent à expliquer pourquoi des groupes et individus occupent une position différentielle dans l’accès aux ressources et aux opportunités urbaines (p. 126). Le chapitre 5 discute les approches verticales s’appuyant sur des explications socioéconomiques teintées de structuralisme. Au cœur des notions de capital chez Pierre Bourdieu et de production de l’espace chez Henri Lefebvre, cette approche voit en la ville un construit social et en l’espace urbain l’expression d’une stratification née de processus économiques et socio-politiques tels que la ségrégation, la périurbanisation, la gentrification ou la ghettoïsation. Les théories sur les « effets de quartier » (neighborhood effects) sont aussi analysées pour illustrer comment la structure de l’espace physique peut aider à accentuer ou maintenir ces inégalités et, plus généralement, peut agir sur la spatialisation de la pauvreté. Le chapitre 6 discute ensuite les approches horizontales en privilégiant une lecture essentiellement culturaliste qui voit en la ville un espace culturellement construit, de manière relationnelle, par les pratiques quotidiennes. Apparues tardivement dans le champ des études urbaines sous l’impulsion des perspectives féministes, postcoloniales, et post-modernes (École de Los Angeles), ces contributions théorisent les différences constatées à l’intérieur même des villes comme une expression ou une conséquence de leur diversité sur la base de critères d’ethnicité, de culture et de genre (p. 174). Le pouvoir urbain est aussi au cœur des préoccupations culturalistes, en particulier par la manière dont il est construit et rendu visible dans l’espace public par les discours et l’identité.

7Enfin, dans une démarche plus réflexive, le chapitre 7 discute la manière dont ces contributions et ces débats plus récents peuvent finalement nous éclairer sur l’état et le potentiel des théories urbaines. Harding et Blokland repartent du constat d’une crise supposée des études urbaines pour réinterroger « la relation entre théorie, débats politiques et pratique » (p. 222) et mieux discuter les objectifs et outils d’un nouvel agenda pour la recherche urbaine.

8Fruit d’un travail commencé il y a une dizaine d’années par Alan Harding, qui a ensuite été rejoint par Talja Blokland, Urban Theory : A critical introduction to power, cities, and urbanism in the 21st century est une véritable boussole dans le labyrinthe que peut parfois représenter le champ des théories urbaines. C’est un livre ressource, un excellent outil pédagogique où les principaux courants de pensée et les principales controverses en sciences politiques, sociologie, économie ou géographie qui structurent les études urbaines sont abordés, à plusieurs échelles (de l’interurbain au quartier), de manière concise et didactique, et. En disséquant, de manière critique, les multiples couches qui composent l’histoire des théories urbaines, Harding et Blokland montrent bien comment des théories et courants de pensée naissent, se développent et, pour certaines, tombent peu à peu dans l’oubli. Ils exposent ainsi comment la littérature sur les villes s’est transformée aux côtés des villes elles-mêmes, et comment ce travail théorique éclaire l’étude du développement et du changement urbain.

9La lecture est facile et efficace. Les objectifs pédagogiques sont énoncés au début de chaque chapitre, et les contributions et les thèses des grand auteurs étudiés sont clairement identifiées, tout comme les critiques qu’elles ont provoquées et la manière dont elles ont finalement influencé la littérature et l’émergence de nouvelles problématiques de recherche – à la fois sur les plans conceptuels et méthodologiques. Des questions de réflexion ainsi qu’une liste de lectures thématiques supplémentaires viennent conclure chaque chapitre. En ce sens, ce livre est plus concis et problématisé que d’autres ouvrages publiés avec des objectifs similaires  – Oxford Handbook of Urban Politics (Mosserber et al., 2012) ou Handbook of Urban Studies (Paddison, 2001) par exemple. En montrant la vitalité et la densité des théories urbaines, Harding et Blokland mettent à disposition du plus grand nombre les outils théoriques pour comprendre leurs évolutions, et permettent ainsi à chacun de se construire une boîte à outils conceptuelle pour explorer les enjeux et complexités des territoires urbains contemporains. Les objectifs fixés par les auteurs dans la préface sont donc remplis.

10Si la contribution principale de cet ouvrage est avant tout pédagogique, cette histoire critique des idées nous permet de mieux comprendre, dans une dimension plus analytique, quand, pourquoi, comment et par qui les enjeux de pouvoir urbain ont été abordés par la littérature, que ce soit directement ou en creux. Les travaux des théoriciens pluralistes/élitistes, culturalistes ou néomarxistes, par exemple, montrent bien comment le pouvoir est une construction à la fois sociale et culturelle, et comment son étude et sa théorisation reflètent des évolutions sociétales plus larges et des controverses plus vastes en sciences sociales. Le pouvoir trouve en et dans la ville des formes d’expression socioéconomique, politique, spatiale, et culturelle qui traduisent nécessairement l’inégalité de distribution et d’accès à ses ressources. La spatialisation de la construction et de la reproduction du pouvoir est donc au cœur des théories urbaines.

11Malgré tout, deux critiques pourraient être adressées à cet ouvrage. En premier lieu, ce tour d’horizon très théorique par nature mériterait parfois quelques détours empiriques pour enraciner et illustrer les concepts évoqués par quelques exemples précis de la réalité des villes contemporaines et de leurs évolutions. Par ailleurs, et c’est ici une critique plus fondamentale, l’analyse aurait mérité une approche davantage comparative sur les similarités et différences, convergences et divergences, et sur la complémentarité des approches conceptuelles développées sur les villes, et par les théoriciens, du nord et du sud dans une période où cette nécessaire complémentarité fait l’objet de débats passionnés dans le domaine des études urbaines. En d’autres termes, et c’est une limite qu’ils évoquent brièvement à plusieurs reprises (p. 74, p. 221, p. 331), Harding et Blokland s’intéressent uniquement aux auteurs et aux problématiques des villes occidentales, et principalement aux contributions du monde académique anglo-saxon. C’est ainsi une illustration assez classique de l’ethnocentrisme qui est régulièrement critiqué par la littérature urbaine postcoloniale. Cette absence est d’autant plus regrettable que les travaux d’intellectuels comme Ananya Roy, Jennifer Robinson ou Alan Mabin ont pour beaucoup participé à l’enrichissement de cette matrice de ressources en théories urbaines depuis les années 1980… coupant ainsi l’herbe sous le pied des critiques qui voient les études urbaines comme une littérature en crise. Mais cette limite n’enlève rien à la qualité et l’utilité de cet ouvrage, et cette dimension comparative pourra par exemple être intégrée à une éventuelle seconde publication.

Haut de page

Bibliographie

Mossberger, K, Clarke, S., John, P. (Ed.). (2012). The Oxford handbook of urban politics. New York: Oxford University Press.

Paddison, R. (2001). Handbook of urban studies. London; Thousand Oaks, CA: SAG

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Marot, « Harding, A., Blokland, T. (2014). Urban Theory : A critical introduction to power, cities, and urbanism in the 21st century », Métropoles [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://metropoles.revues.org/5296

Haut de page

Auteur

Bruno Marot

Doctorant en urbanisme et politiques urbaines à l’Université McGill (Montréal, Canada), associé à l’Institut Français du Proche Orient (Beyrouth, Liban).
bruno.marot@mail.mcgill.ca

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org