Navigation – Plan du site
Recensions

Stone, Clarence et Robert Stoker (Ed.), 2015. Urban Neighborhoods in a New Era. Revitalization Politics in the Postindustrial City

Chicago: The University of Chicago Press.
Sébastien Lambelet
Référence(s) :

Stone, Clarence et Robert Stoker (Ed.), 2015. Urban Neighborhoods in a New Era. Revitalization Politics in the Postindustrial City. Chicago: The University of Chicago Press.

Texte intégral

1Ouvrage collectif issu du projet de recherche américano-européen « Regenerating Urban Neighborhoods » (RUN), Urban Neighborhoods in a New Era s’intéresse à l’importance accordée aux banlieues1 dans les politiques urbaines des villes de Baltimore, Chicago, Phoenix, Los Angeles, Denver et Toronto. Durant les décennies de l’après-guerre, ces banlieues étaient systématiquement marginalisées par la politique de croissance menée par les gouvernements locaux qui concentraient leurs efforts sur la revitalisation et l’attractivité économique du centre-ville (CBD) (cf. Peterson, 1981; Logan, Molotch, 1987; Stone, 1989). L’argument principal de l’ouvrage est que cette période de marginalisation est révolue. Désormais, l’amélioration des conditions de vie dans les banlieues ne s’oppose plus à l’objectif général de croissance économique : les deux thématiques s’entremêlent. Les communautés locales résidant dans les banlieues sont souvent reconnues comme coproductrices des efforts de croissance et certains programmes politiques leur sont spécifiquement dédiés.

2Corollaire de cet argument, la gouvernance des villes est désormais caractérisée par des formes diffuses et fragmentées du pouvoir. Le jeu d’acteurs est plus ouvert. L’émergence d’une coalition unique associant les dirigeants des grandes entreprises et le gouvernement municipal est un phénomène qui se raréfie2. Les communautés locales, les fondations philanthropiques ou les universités et les hôpitaux sont devenus des acteurs centraux car, à l’ère post-industrielle, la production de capital humain constitue une ressource tout aussi importante que la production de capital économique.

3Les auteurs adoptent une définition sociologique du terme « banlieue » qui inclut la manière dont les habitants ainsi désignés interagissent entre eux, perçoivent leur vie de quartier et sont perçus par les habitants des autres quartiers3 (p. 22). La revitalisation est définie comme l’ensemble des tentatives visant l’amélioration de la qualité de vie des quartiers défavorisés et comporte une composante d’« empowerement » des communautés locales y résidant (p. 23). Le simple remplacement d’une population modeste par une population plus aisée, communément appelé « gentrification » n’est pas considéré comme une revitalisation car il perpétue, voire aggrave, les problèmes rencontrés par les populations défavorisées (p. 24).

4Le corps de l’ouvrage (chapitres 3 à 8) est constitué par six études de cas particulièrement fouillées, présentant l’évolution de la stratégie des gouvernements municipaux vis-à-vis des banlieues, depuis ses balbutiements dans les années 1980 jusqu’à la période récente, ainsi que des exemples concrets de projets de revitalisation. Basée sur diverses statistiques descriptives, l’analyse comparative proposée en début d’ouvrage (chapitre 2) révèle que les trajectoires démographiques et socioéconomiques des six villes étudiées se différencient sur plusieurs points. A Baltimore, la transition post-industrielle est caractérisée par une longue période de déclin démographique et la pauvreté reste fortement concentrée dans certains quartiers. Chicago a également connu un déclin significatif mais sa population est désormais plus diversifiée et la pauvreté y est moins concentrée. Autres villes globales, Los Angeles et Toronto suivent des trajectoires similaires caractérisées par une très forte immigration et des différences socioéconomiques grandissantes entre le centre-ville et les banlieues. Enfin, Phoenix et Denver sont des villes plus jeunes, sans passé industriel, bénéficiant d’une très forte croissance dans la période récente.

5Malgré ces différences de trajectoire, les études de cas révèlent que les gouvernements de toutes ces villes ont progressivement accordé davantage d’attention à leurs banlieues. Le premier déclencheur de cette prise de conscience est souvent l’élection d’un nouveau maire issu d’un groupe ethnique touché par la ségrégation spatiale comme le latino Peña à Denver ou les noirs Washington à Chicago et Schmoke à Baltimore. A Phoenix ou Toronto, des changements institutionnels modifiant les rapports de force au sein du Conseil municipal accompagnent ce tournant. Dans une majorité de villes, les enjeux sécuritaires des banlieues (trafic de drogue, augmentation des délits et des homicides, délinquance juvénile) représentent un autre facteur poussant les autorités à intervenir. La création de programmes fédéraux spécifiquement destinés à la revitalisation des banlieues par l’administration Clintoncomplète le tableau. En termes d’intentions et de discours, le changement d’époque avancé par les auteurs est donc substantiel.

6En revanche, les études de cas démontrent avec brio comment la mise en œuvre des initiatives de revitalisation des banlieues butte sur la diversité des contextes locaux. Dans de nombreux cas, ces programmes sont restés symboliques ou n’ont pas entraîné les effets escomptés. A Baltimore, le maire Schmoke surestime la capacité d’organisation et de coordination des communautés locales, censées devenir les acteurs centraux de sa politique de revitalisation. Cette dernière est ensuite abandonnée par le gouvernement O’Malley des années 2000. A Chicago, les 100 millions de dollars d’aide fédérale provenant du programme Empowerment Zone sont redistribués à chacun des 50 députés du Conseil municipal pour promouvoir des projets de revitalisation dans leur propre district électoral. Cependant, la plupart des banlieues se situant à cheval sur plusieurs districts, cette clé de répartition annihile l’adoption de l’approche globale souhaitée par le programme fédéral et empêche de concentrer les efforts de revitalisation dans les banlieues les plus défavorisées. A Denver, l’attention croissante accordée aux banlieues se traduit exclusivement, jusqu’en 2003, par la redistribution de fonds fédéraux à un maximum de communautés locales. Cette importante redistribution provoque également une dilution des efforts de revitalisation.

7De manière générale, la politique de revitalisation des banlieues opère donc dans des contextes institutionnels fragmentés et se compose, dans la majorité des cas, d’initiatives « ad hoc » qui se succèdent sans cohérence globale en fonction des opportunités de financement. Phoenix est la seule ville à avoir institutionnalisé les efforts de revitalisation des banlieues au sein d’un service administratif spécifiquement dédié à cette problématique. Ce service permet d’avoir une vision générale des besoins des banlieues, de concentrer les efforts de revitalisation là où ils sont le plus nécessaires et d’assurer une évaluation des programmes sur le long terme. Dans les autres villes étudiées, ces éléments sont absents.

8Relevons que les projets présentés par les auteurs comme des exemples prometteurs de revitalisation sont tous localisés dans des banlieues proches du centre-ville soumises actuellement à une forte gentrification (Regent Park à Toronto, Boyle Heights à Los Angeles ou Garfield à Phoenix). La concrétisation de projets de revitalisation dans les banlieues plus éloignées du centre-ville n’ayant pas d’attrait économique pour les investisseurs (Pacoima à Los Angeles ou South Phoenix Village à Phoenix) s’avère autrement plus délicate. Même si les auteurs définissent théoriquement la revitalisation et la gentrification comme des concepts distincts, ces derniers semblent donc difficilement dissociables empiriquement. Au vu de ce constat, la revitalisation des banlieues ne révèle-t-elle finalement pas une nouvelle forme de machine de croissance qui commence à étendre le CBD sur les banlieues adjacentes bénéficiant d’une attractivité grandissante ? Dans tous les cas, la revitalisation des banlieues ne peut être totalement dissociée du besoin de rentabilité économique. Les contraintes économiques pesant sur les villes qui réduisent leur capacité à redistribuer les richesses (Peterson, 1981) sont encore bien présentes, en particulier depuis la suppression récente de plusieurs programmes fédéraux ayant joué un rôle-clé pour amorcer le tournant décrit par l’ouvrage4.

9Les auteurs nuancent d’ailleurs leur propos dans le chapitre conclusif. L’expression « nouvelle ère » figurant dans le titre de l’ouvrage ne signifie en aucun cas que nous sommes entrés dans l’âge d’or des banlieues (p. 213). La mobilisation de ressources soutenant les projets de revitalisation continue à s’apparenter à une tâche herculéenne, surtout sur le long terme. Si les banlieues ne sont plus marginalisées dans les discours politiques des élus locaux, les défis relatifs à leur revitalisation ainsi qu’à la diminution effective des inégalités socio-spatiales restent immenses.

10Finalement, l’expression « nouvelle ère » est davantage destinée à adresser un message aux chercheurs qui travaillent sur la ville. L’attention politique accrue accordée aux banlieues permettant à davantage d’acteurs de s’immiscer dans les processus de décision, le pouvoir urbain est aujourd’hui plus diffus. Dans ce contexte, l’approche stonienne du pouvoir fondée sur la création de la capacité d’action – le pouvoir de et non le pouvoir sur – est fondamentale et son potentiel analytique se renforce. Les auteurs concluent donc l’ouvrage par un plaidoyer soutenant cette approche du pouvoir et adoptent ainsi une posture épistémologique identique à celle de ce numéro spécial.

Haut de page

Bibliographie

Logan, J., Molotch, H. (1987), Urban Fortunes. The Political Economy of Place, University of California Press, Berkeley.

Peterson, P. (1981), City Limits, The University of Chicago Press, Chicago.

Sampson, R. (2012), Great American City,The University of Chicago Press, Chicago.

Stone, C. (1989), Regime Politics: Governing Atlanta 1946-1988,University Press of Kansas, Lawrence.

US Department of Housing and Urban Development (2015a), Congressional Grants – Neighborhood Initiative Grants, page consultee le 20.12.2015, http://portal.hud.gov/hudportal/HUD?src=/program_offices/comm_planning/economicdevelopment/programs/congressional/neighborhood

US Department of Housing and Urban Development (2015b), Programs of HUD – Empowerment Zones, page consultee le 20.12.2015, http://portal.hud.gov/hudportal/HUD%3Fsrc%3D/hudprograms/empowerment_zones

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Lambelet, « Stone, Clarence et Robert Stoker (Ed.), 2015. Urban Neighborhoods in a New Era. Revitalization Politics in the Postindustrial City », Métropoles [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://metropoles.revues.org/5292

Haut de page

Auteur

Sébastien Lambelet

Doctorant au Département de science politique et relations internationales (SPERI) et à l’Institut de la gouvernance de l'environnement et du développement territorial (IGEDT) de l’Université de Genève
sebastien.lambelet@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org