Navigation – Plan du site
Varia

Les villes du patrimoine mondial : un réseau international, des intérêts divers, des usages multiples

Sarah Russeil

Résumés

Les nombreuses études portant sur les échanges entre villes comme sur la mise en réseau des villes ont montré que les réseaux de villes constituent des réalités complexes et difficiles à saisir. Ce texte présente et discute pour cela, à partir d’une sociogénèse de l’Organisation des villes du patrimoine mondial (OVPM), les usages multiples et les intérêts divers représentés au sein de ce réseau ainsi que leurs dynamiques au cours du temps. C’est l’occasion de mettre en lumière, d’une part, la scission entre deux objets (le bien du patrimoine mondial et le label) qui s’accompagne d’une dépolitisation de l’objet patrimoine et de son "économisation" au plan local et, d’autre part, une répartition assez claire entre Etat et villes : au premier, un rôle prépondérant dans la mise en œuvre d’actions de protection et de conservation ; aux secondes, une grande liberté dans les politiques de communication, de valorisation et de représentation du label Villes du patrimoine mondial.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Entretien avec Denis Ricard, secrétaire général de l’Ovpm depuis 1998, 18 mars 2003.

« (…) l’expertise, moi, je l’ai dans le réseau, moi, j’ai 200 personnes dans 200 cents villes différentes à travers le monde. Quand je dis "j’ai", c’est une façon de parler, mais l’organisation a 200 personnes, 200 spécialistes, sinon davantage, parce qu’il y a de grosses villes qui en ont davantage, qui travaillent dans le patrimoine, c’est leur quotidien du matin au soir, ce sont donc 200 spécialistes du patrimoine urbain auxquels nous nous adressons. C’est d’ailleurs la force de l’organisation, il y a très peu d’organisations qui cumulent à la fois le pouvoir politique et scientifique et nous le faisons, nous cumulons le pouvoir scientifique patrimonial avec nos experts dans les villes et on cumule le pouvoir politique par le biais des maires et on ajoute à cela des gens que nous faisons venir par exemple à Rhodes. Donc, nous avons à la fois les gens qui ont le pouvoir, les gens qui ont la connaissance et les gens qui ont l’avenir, les jeunes là (…) »1

  • 2 A l’origine et à l’issue du premier colloque des villes du patrimoine mondial organisé à Québec en (...)
  • 3 Cf. http://www.ovpm.org

1Ce propos de l’actuel secrétaire général de l’Organisation des villes du patrimoine mondial (Ovpm) souligne que l’une des principales forces de cette organisation repose sur sa capacité à héberger, voire à articuler, des ressources politiques et des ressources scientifiques. L’Ovpm, créée au début des années 1990 par quelques villes2, se présente de fait comme une plate-forme visant à « contribuer à la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial »3, notamment à travers la circulation de savoirs, la formation des élites municipales et la production de solutions « innovantes » aux problèmes liés à la gestion des sites inscrits. Son secrétaire général estime désormais représenter et défendre les intérêts urbains relatifs au patrimoine mondial auprès des organisations internationales, notamment auprès de l’Unesco. Le propos témoigne également d’une autre cible essentielle, les jeunes, et plus largement le public auquel s’adresse une grande part des activités que propose aujourd’hui le réseau, soit directement, soit indirectement par la valorisation de pratiques touristiques et plus largement d’actions à visée économique. Cette citation donne à voir différents usages de l’Ovpm (circulation de savoirs et d’expertises, lobbying et communication) sans toutefois expliciter les conditions de ces usages (utilisateurs, conflictualité, cohérence, etc.).

  • 4 L'objet patrimoine mondial partage avec l’objet patrimoine (Russeil, 2006) deux caractéristiques es (...)

2Réunir en un même réseau des représentants de villes (petites, moyennes et grandes) des cinq continents autour d’une notion dont les définitions et les représentations sont aussi intimement liées aux cultures, identités et mémoires nationales et/ou locales et objet de conflits d’intérêts (Choay, 1992 ; Nora, 1997 ; Poulot, 1998 ; Amougou, 2004), parfois très importants, sur les plans local et national4, pose la question du rapport entre ces usages d’un réseau, l’objet patrimoine mondial, les acteurs qui s’en saisissent, notamment le politique, et la politique ou les politiques auxquelles ces usages peuvent donner naissance. Cette question est d’autant plus forte aujourd’hui que le patrimoine mondial lui-même est de plus en plus saisi, notamment par divers acteurs urbains (élus, acteurs du tourisme, entreprises, etc.), comme un enjeu de valorisation et de promotion des territoires (Barrère, Barthélemy, Nieddu, Vivien, 2005 ; Bourdeau, Gravari-Barbas, Robinson, 2012 ; Lazzarotti, 2011).

  • 5 Notre approche du réseau s'inscrit dans la lignée des travaux questionnant la construction des rése (...)

3Les échanges entre villes comme la mise en réseau des villes sont un objet qui a déjà donné lieu à de nombreuses études, notamment en sciences politiques. Nombre de ces études montrent l’accélération de ces échanges au cours des deux derniers siècles (Rabier, 2007 ; Saunier, 2002). Les réseaux de villes5, tels que nous les connaissons aujourd’hui, constituent désormais un moyen d’action des gouvernements municipaux privilégié à partir du milieu des années 1980 (Benington, Harvey, 1999 ; Le Galès, 2003 ; Marshall, 2005 ; Vion, 2002). Ils s’imposeraient comme des outils ou des réponses dans les processus d’internationalisation (Kresl, Fry, 2005) et de compétition interurbaine. Reste que ces réseaux, qu’ils soient thématiques ou généralistes, deviennent, lorsqu’ils sont institutionnalisés, des acteurs collectifs, des acteurs producteurs d’expertises légitimes à destination notamment d’institutions internationales (Payre, 2010, Healy, Russeil, 2015), ce qui crée parfois des divergences et des conflits entre le staff du réseau et quelques-unes, voire l’ensemble des villes membres (Payre, Spahic, 2012). Plus encore, ils constituent des réalités complexes, difficiles à saisir et définies notamment par les multiples usages dont ils sont l’objet, y compris parfois par des acteurs qui ne sont pas ou plus parties-prenantes de ces réseaux.

  • 6 Pour une définition de l’espace de circulation transnational, voir Saunier, 2004. Celui dont il est (...)
  • 7 Nous nous appuyons pour cela sur le travail d’enquête réalisé dans le cadre de notre recherche doct (...)

4L’Ovpm, réseau international de villes réunissant d’abord des élus urbains et des techniciens en charge du patrimoine et/ou du patrimoine mondial au sein de ces villes, constitue désormais une scène permettant des relations avec des organismes internationaux, facilitant le partage d’expériences, offrant des opportunités en termes de communication, de valorisation ou encore de notoriété. Autrement dit, ce réseau s’est progressivement forgé une place au sein de l’espace de circulation transnational constitué autour du patrimoine mondial6 (Russeil, 2006). Son analyse7 montre qu’il est saisi par des acteurs aux profils assez différents et depuis des scènes diverses.

  • 8 Le processus de patrimonialisation est ici entendu comme un processus socio-politique par lequel un (...)

5Notre objectif est dès lors, à partir d’une sociogénèse de ce réseau, de rendre compte de ses multiples usages et des divers intérêts représentés en son sein, de leurs dynamiques et, en retour, d’identifier ce que leurs évolutions donnent à voir de l’objet patrimoine mondial et du rapport que les villes entretiennent à cet objet ainsi qu’à l’objet réseau de villes. Ces usages de l’Ovpm pourraient, in fine, révéler des facettes du processus de patrimonialisation8 à l’œuvre aujourd’hui sur le plan international.

1. Une genèse canadienne : rencontre d’un intérêt professionnel et d’un intérêt national

6Créer un réseau de villes, c’est d’abord mettre en circulation des individus et des savoirs, développer des échanges entre des pairs ou entre des individus partageant des problématiques ou des intérêts communs. Un premier niveau d’analyse renvoie à la genèse de ces échanges, aux profils des acteurs qui s’y impliquent, à leurs motivations, aux alliances qu’ils établissent ainsi qu’aux scènes sur lesquelles ils prennent place et aux contextes dans lesquels ils émergent. Cette première analyse donne à voir les usages projetés de ce nouveau réseau.  

1.1. Une science canadienne en quête de reconnaissance

  • 9 Par « savant du patrimoine », nous entendons ici toute personne reconnue comme disposant de savoirs (...)
  • 10 L’Icomos international (International council for monuments and sites), créée en 1964 sur l’initiat (...)

7Au milieu des années quatre-vingt, la notion de patrimoine urbain fait tout juste son entrée dans les textes de la Convention du patrimoine mondial, adoptée en 1972, et dans les pratiques des savants9 du patrimoine mondial (Choay, 1992). Au fur et à mesure que les premiers sites urbains sont inscrits sur la Liste du patrimoine mondial (au premier rang desquels Québec en 1985), les manières de protéger et de conserver ce patrimoine se définissent plus finement, notamment au sein de l’Icomos international10 et plus généralement parmi les savants du patrimoine, élite rompue aux représentations scientifiques et culturelles du patrimoine, y compris dans les Etats où des politiques publiques de protection et de préservation du patrimoine existent de longue date. Leurs pratiques sont fortement marquées par une approche européano-centrée de l’objet patrimoine et contribuent à accentuer une forte différenciation entre ce qui fait patrimoine, les ensembles bâtis légitimes et reconnus par une instance étatique, et le reste du bâti.

  • 11 Voir Batisse M, Bolla G, « L'invention du « patrimoine mondial » », Les Cahiers de l'histoire, AFFA (...)

8La Convention du patrimoine mondial et les textes qui l’accompagnent, en précisant finement les étapes d’une procédure d’inscription, définissent les acteurs dont la participation y est légitime : les États, comme représentants et responsables de la gestion des sites qu’ils proposent à l’inscription, l’Icomos international (l’Uicn pour les sites naturels) comme organe consultatif (et expert / savant) de l’Unesco et, enfin, l’Unesco. L’étude de sa mise en œuvre montre que, dès les premières années, l’émergence d’activités scientifiques et politiques à l’échelle internationale (Russeil, 2006 ; Djament-Tran, Fagnoni et Jacquot, 2012) contribue à alimenter une forme de compétition entre savants du patrimoine, principalement au sein de l’Icomos international. En effet, si l’impulsion d’une candidature à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial résulte de personnes aux profils extrêmement variés, la construction des justifications s’effectue immanquablement par des savants du patrimoine et, pour ce qui concerne les sites urbains, par des membres de l’association internationale Icomos. Mieux, les rapports de force qui s’exercent, dans les années quatre-vingt, au sein de l’Icomos autour du patrimoine mondial, notamment entre l’Europe et l’Amérique du Nord, sont manifestes dès l’élaboration de la convention du patrimoine mondial11.

  • 12 Voir notamment les propos présentés dans le bulletin électronique Nouvelle électronique du Secrétar (...)

9Deux traits particuliers de cette association internationale et de ses membres sont ici essentiels. Premièrement, cette association, identifiée dès la Convention de 1972 comme organe consultatif de l’Unesco, revendique le titre d’expert du patrimoine mondial et ses membres ont largement contribué à façonner les approches des biens du patrimoine mondial en termes de protection et de conservation12. Deuxièmement, elle est constituée d’associations nationales qui, si elles partagent une même approche scientifique et culturelle de l’objet patrimoine, énoncent des théories et des pratiques qui diffèrent, sont régulièrement en concurrence et accentuent les rapports de force qui se jouent au sein de cette association internationale.

  • 13 C'est ainsi que Jacques Dalibard, le savant canadien le plus emblématique, retrace son action. Prem (...)
  • 14 Cette conviction est alimentée par les critiques que formulent certains homologues européens. Voir (...)

10L’Icomos constitue ainsi un monde savant au sein duquel certaines associations nationales sont plus légitimes que d’autres : en ce milieu des années 1980, l’Icomos international est dominé principalement par les approches européennes du patrimoine. Si certains Canadiens, et parmi eux quelques Québécois, parviennent à occuper des postes dans ses instances dirigeantes, ils demeurent convaincus de n’y avoir qu’une place dominée13. Cette domination résulterait d’une non-reconnaissance, notamment par leurs homologues européens, d’un véritable patrimoine en Amérique du Nord même si l’Unesco a déjà inscrit plusieurs biens nord-américains sur sa prestigieuse Liste14. La déconsidération de ce patrimoine conduirait alors à la négation de l’existence d’une science canadienne du patrimoine et, selon les entretiens menés au Canada, à une plus grande difficulté pour les savants canadiens à mener des missions ou des expertises pour le compte des organisations internationales. Plus encore, elle ne permet pas une appropriation plus large (par les élus, les acteurs économiques et même la population), sur le plan national, des éléments constitutifs du patrimoine québécois ou canadien.

  • 15 Ce document est adopté, en 1987 par l’assemblée générale de l’Icomos international : ICOMOS INTERNA (...)

11L’analyse des entretiens réalisés auprès des savants du patrimoine québécois et canadien, ceux-là même qui ont contribué à la création de l’Ovpm, dévoile rapidement que ces derniers cherchent, à la fin des années quatre-vingt et particulièrement après l’inscription de l’arrondissement historique de Québec sur la Liste du patrimoine mondial, à affirmer la légitimité du patrimoine québécois et celle de leurs pratiques nationales et provinciales au sein de l’Icomos international. Les principaux savants québécois d’alors participent activement à l’élaboration d’un document portant sur la sauvegarde et la gestion des villes historiques à travers lequel l’Icomos Canada vise la diffusion d’un cadre normatif pour la protection du patrimoine15. Ces mêmes agents prépareront ensuite pour l’Ovpm, entre 1991 et 1993, les statuts, les lettres patentes et une existence juridique conforme à la législation canadienne.

12La création de l’Ovpm résulte d’abord de la volonté de défendre place, rôle, posture et surtout légitimité d’un groupe national au sein d’une association professionnelle internationale, l’Icomos international, et plus largement au sein de l’espace transnational de circulation du patrimoine mondial. La compétition des Canadiens pour ce capital symbolique rencontre, à la toute fin des années quatre-vingt, un double mouvement permettant de déplacer ces luttes internes à l’Icomos vers d’autres scènes : sur le plan international, une volonté de l’Unesco de sensibiliser davantage les villes à la politique que l’institution mène sur le patrimoine mondial et, au Canada, sur le plan fédéral comme sur celui de la province du Québec, un fort intérêt national à exister à l’échelle internationale.

1.2. Le réseau de villes à l’international comme solution

  • 16 Ainsi en France, les lois successives protégeant les sites, les monuments historiques, puis les sec (...)
  • 17 Entretiens réalisés auprès de membres d’Icomos Canada et Icomos France.

13Les élites urbaines sont encore peu enclines, à la fin des années quatre-vingt, à protéger le patrimoine (Lamy, 1996), y compris dans les Etats où des politiques nationales fortes et exigeantes existent depuis longtemps16. La montée en puissance des villes en cette fin de 20e siècle (Le Galès, 2003) et les velléités de nombreux élus de maîtriser pleinement le développement urbain engendrent alors des craintes parmi les savants du patrimoine puisque ces élites urbaines n’étaient jusqu’alors que très peu impliquées dans les actions nationales et internationales portant sur la préservation du patrimoine (Lamy, 1996 ; Russeil, 2006). Une même dynamique se met en place dans l’ensemble des pays occidentaux au cours des deux dernières décennies du 20e siècle : les savants du patrimoine cherchent à sensibiliser et à mobiliser les élites locales et particulièrement les élites urbaines à la préservation du patrimoine et à cette science patrimoniale. Cette dynamique est également nourrie des renouvellements des manières de protéger et de conserver ce patrimoine impulsées essentiellement par l’Icomos international. Les préconisations de ces savants seraient alors peu entendues, y compris des États et des gouvernements nationaux17. Les élites urbaines représentent dès lors un partenaire potentiel dont la mobilisation pourrait permettre d’obtenir une plus grande légitimité sur le plan local en même temps que des validations de pratiques nationales et/ou locales. En outre, les organisations internationales dressent, presque dix ans après les premières inscriptions sur la Liste du patrimoine mondial, un bilan assez négatif de la conservation de certains sites. L’Unesco et ses organes consultatifs parviennent peu à sensibiliser les États sur cette nécessité de protection, qui serait pourtant accrue par le développement du tourisme lié au patrimoine mondial. L’implication des élites locales dans la préservation des sites inscrits devient, à ce moment-là, un enjeu important pour cette organisation, qui vise une meilleure protection nationale via le support de ces édiles locales. La recherche d’une légitimité de la science patrimoniale canadienne trouve auprès de l’Unesco sinon un possible soutien, du moins une opportunité d’élargir l’espace et la structure dynamique des acteurs jusqu’alors engagés à divers titres dans l’élaboration de la politique du patrimoine mondial.

  • 18 Déclaration de Québec, adoptée le 4 juillet 1991 au terme du Premier Colloque international des vil (...)

14C’est de ce contexte de la fin des années quatre-vingt, propice aux mobilisations des élites urbaines (Lamy, 1996 ; Payre, 2010), que les savants du patrimoine et l’Unesco tirent profit pour générer non seulement un outil susceptible de les aider dans la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial sur le plan international, mais également un instrument de gouvernement domestique. La création de l’Ovpm, dont les prémisses sont dessinées par la Déclaration de Québec18, répond en effet à une double volonté : mettre en réseau les municipalités pour consolider l’action de l’Unesco et des organisations savantes ; mettre en relation savants et responsables politiques urbains, notamment au sein des administrations municipales, pour mieux mettre la science patrimoniale que ces savants ont construite au centre des politiques relatives au patrimoine.

  • 19 Jean-Paul L'Allier (Rassemblement populaire) est élu maire de Québec en 1989 et le reste jusqu'en 2 (...)
  • 20 Ainsi, ils insistent sur la nécessité « [d’]harmoniser la mise en valeur du patrimoine et le dévelo (...)

15Fort de cette ouverture des institutions internationales et largement sensibilisé et entraîné par les savants québécois, le maire nouvellement élu19 de Québec s’engage dans une large dynamique qui se concrétisera par la constitution d’un « regroupement des villes du patrimoine mondial », structure destinée à produire et diffuser de la connaissance et de l’expertise20 ainsi qu’à former des techniciens du patrimoine dans chaque ville. Lors du lancement de cette dynamique, soit à peine dix ans après les premières inscriptions sur la Liste du patrimoine mondial, les villes disposant d’une inscription sont encore peu nombreuses. Québec figure parmi les toutes premières à disposer d’un site urbain (et non d’un seul bien) identifié par l’Unesco, elle est également l’une de celles disposant déjà d’actions à visée internationale (Racine, 2003). Présentée à la fois comme une véritable reconnaissance, y compris politique, sur le plan local, l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial est également montrée par les savants québécois auprès du maire de la ville comme une obligation de bien faire, à savoir de bien préserver le patrimoine, et au-delà comme une occasion de mettre en valeur, y compris à l’international, les choix et pratiques de la ville.

  • 21 Parmi ces organismes figurent l’Icomos Canada, la Fondation canadienne pour la protection du patrim (...)

16Deux caractéristiques du contexte québécois sont ici importantes pour comprendre pourquoi cette dynamique s’avère possible à Québec à cette période. Premièrement, celle-ci est marquée à Québec par l’émergence d’une vie citoyenne plus structurée (Quesnel, 2000 ; Bhérer, 2003), structuration à laquelle les savants du patrimoine contribuent largement et dont ils sauront tirer profit : l’année 1986 marque notamment la renaissance du « Comité de citoyens du Vieux Québec » autour de la notion de patrimoine mondial et la structuration de la « Coalition pour la sauvegarde du Vieux-Port » réunissant près de soixante-dix organismes21.

  • 22 Les discussions à partir de ces différents thèmes, en particulier les échanges entre les objectifs (...)

17Le rôle d’élu local, deuxièmement, comporte alors au Canada une capacité gestionnaire s’inspirant de la stratégie de l’entreprise privée (Bhérer, 2003 ; Tindal et Tindal, 2000) qui rend politiquement dicibles les objectifs économiques alloués à l’action portée sur le patrimoine. Cette compétence du métier politique facilite un discours mobilisateur, auprès des autres élus urbains, mêlant science patrimoniale, expertise savante, politique d’aménagement et développement territorial. Autrement dit, si la recherche de l’alliance entre savants et élus vise clairement pour les premiers un renforcement de la protection du patrimoine, ce regroupement des villes du patrimoine mondial est aussi construit sur la revendication d’une intervention publique du local se démarquant de celle de l’Etat et des organisations internationales en mettant en avant un rapport spécifique au territoire et à son patrimoine de sorte, notamment, que celui-ci soit aussi (surtout) inscrit dans les usages quotidiens. Le thème de la première manifestation qui se tient à Québec en 1991 est la sauvegarde des ensembles historiques urbains en période d’évolution. Il vise à souligner la nécessité et l’importance de politiques publiques de conservation du patrimoine appuyées sur des techniques et des connaissances adéquates et soutenues par les villes22 et questionne la prise en compte du territoire. Il plaide pour la diffusion d’une science patrimoniale au service des politiques urbaines.

  • 23 Le mandat du deuxième gouvernement de Robert Bourassa, devenu Premier ministre du Québec à la suite (...)
  • 24 Les gouvernements québécois et canadien s’engagent en posant toutefois quelques conditions : les en (...)

18Une telle revendication de l’intervention publique locale est d’autant plus aisée à porter pour le nouveau maire québécois que gouvernements provincial et fédéral se disputent régulièrement les prérogatives en termes de politiques culturelles et qu’il appartient au même parti que le gouvernement provincial alors en place23. Des échanges entre une ville, qui plus est la capitale de la province du Québec, et une institution internationale sur un domaine aussi sensible permet de remettre en cause l’attribution de la compétence des affaires internationales au gouvernement fédéral. Les batailles régulières autour d’intérêts nationaux, qui sont tantôt provinciaux, tantôt fédéraux, ont favorisé un certain apprentissage des Québécois qui n’ont alors, en cette fin des années quatre-vingt, aucune peine à dénationaliser des intérêts qu’ils lisent avant tout comme québécois et qui pourraient devenir plus québécois encore en étant portés à l’international. Le gouvernement fédéral, sensibilisé par Icomos Canada et en premier lieu par Jacques Dalibard, a d’ailleurs rapidement saisi l’opportunité d’inviter les gouvernements fédéral et provincial à cette démarche, pour rester présent dans la définition et la diffusion de ces intérêts. Les financements québécois et canadiens nécessaires à la création de ce réseau devant associer savants du patrimoine et maires sont assez aisément obtenus24.

  • 25 Festivités organisées à la suite de l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’arrondiss (...)
  • 26 Des représentants de quarante-deux villes participent à ce colloque. Chacune de ces villes est en g (...)
  • 27 Éléments issus des entretiens réalisés auprès des principaux savants québécois impliqués dans cette (...)
  • 28 A compter du 8 septembre 1993, la municipalité québécoise est alors présentée, sur le plan internat (...)
  • 29 Ratisbonne (Allemagne) pour l'Europe du Nord-Ouest, Budapest (Hongrie) pour l'Europe centrale et de (...)

19La structuration même du réseau, l’ambition de son premier président, Jean-Paul L’Allier, alors maire de Québec, et les profils des deux secrétaires généraux de l’Ovpm ont largement conditionné son évolution et son devenir. Fondée à Fès au Maroc en 1993, l’Organisation des villes du patrimoine mondial (Ovpm) est le résultat de l’énorme travail mené par les savants québécois à partir du 3 juillet 198625 au Canada et, plus encore, à l’échelle internationale à partir du premier colloque international des villes du patrimoine mondial organisé sur leur initiative en juillet 1991 à Québec. Ces savants parviennent, en effet dès 1991, à mobiliser d’autres maires26 en arguant du savoir, de l’expertise et donc du pouvoir auxquels des échanges plus officiels entre élites locales et organisations internationales leur donneraient accès27. Installé dans la capitale québécoise28 dès 1993, le secrétariat général demeure très influencé par les pratiques nord-américaines et l’approche québécoise du patrimoine mondial. Ce maintien du secrétariat général à Québec a pourtant fait l’objet, à plusieurs reprises, de vifs débats au sein du réseau. Il n’a pu être assuré par la ville de Québec qu’au prix d’un découpage du monde en sept grandes régions et de la création de secrétariats régionaux, relais du secrétariat régional, dans chacune d’elles29.

20Les activités de l’Ovpm se sont progressivement institutionnalisées et structurées autour des congrès organisés tous les deux ans dans l’une des villes membres, de la revue bimestrielle Nouvelles de l’Ovpm, réalisée en interne, et, plus encore, des activités engagées par le secrétariat général en lien avec les secrétariats régionaux.

21L’Ovpm est donc d’abord et avant tout le réseau international de Québec. Sa genèse résulte, dans un contexte international globalement favorable, d’une rencontre entre un intérêt professionnel, porté par les savants du patrimoine canadien, et un intérêt national (avec toute l’ambiguïté que cette notion recouvre lorsqu’il s’agit du Québec et du Canada), porté par une alliance de circonstance réunissant savants et élus québécois. Cet intérêt national traduit les velléités de faire advenir une définition du patrimoine mondial incluant le patrimoine nord-américain et, plus spécifiquement, le patrimoine québécois, par rapport au patrimoine européen. En cherchant à légitimer le patrimoine et la science patrimoniale canadiens, cette alliance entre savants et élus parvient à créer une nouvelle scène, le réseau de villes, au sein de laquelle ces deux groupes d’acteurs font vivre leurs intérêts et les défendent au gré des évolutions des contextes et des dynamiques internationales à l’oeuvre. Reste que si les villes disposent désormais, avec l’Ovpm, d’une légitimité politique pour agir dans la mise en œuvre du patrimoine mondial et y exister en dehors des représentations étatiques, c’est avant tout en tant qu’instrument de gouvernement domestique qu’elles vont collectivement investir et s’approprier le réseau.

2. Le réseau saisi comme instrument de gouvernement domestique

22Le réseau ainsi créé dessine des possibles pour les villes adhérentes. L’Ovpm se structure cependant sans activités de lobbying auprès des principaux acteurs de la Convention de 1972. Cette absence de lobbying résulte, premièrement, des profils des secrétaires généraux retenus par le réseau, deuxièmement, de la forte émulation, voire de la concurrence, que ses congrès contribuent à créer entre les municipalités adhérentes et, troisièmement, de l’appropriation du réseau par des acteurs locaux pour en faire un instrument de gouvernement domestique.

23Conçue comme un partenaire de l’Unesco dans la mise en œuvre du patrimoine mondial, comme une interface entre les savants et les élus, interface a priori maîtrisée par les premiers, l’Ovpm est rapidement investie comme un espace de représentation pour les élites urbaines, qui tentent de maîtriser la gestion des biens inscrits. Ce faisant, elle tend à promouvoir des savoirs pour et sur la ville et à favoriser l’émergence de savoirs patrimoniaux davantage ancrés sur l’administration, l’organisation et la gestion du patrimoine mondial que sur sa préservation.

2.1. De la protection à l’administration du patrimoine

  • 30 Presque toutes les villes disposant d'un site inscrit sur la Liste du patrimoine mondial adhèrent a (...)
  • 31 Le site Internet de l’Ovpm constitue aujourd’hui d’abord une vitrine pour les villes dont un site e (...)
  • 32 Entretien avec Denis Ricard, secrétaire général de l’Ovpm depuis 1998, 23 mars 2004.

24Le travail de légitimation entrepris par le secrétariat du réseau, tant auprès des municipalités urbaines concernées que vis-à-vis des grands organismes responsables du patrimoine mondial, vise d’abord à faire nombre pour justifier sans cesse de sa représentativité. Le travail de légitimation visant les administrations municipales30 a précisément lieu lors des congrès de l’Ovpm : il s’appuie sur le possible accès aux savoirs internationaux que les salariés et les dirigeants de cet organisme s’efforceraient de construire ainsi que sur les potentiels financements mobilisables dans le cadre du réseau ou plus exactement grâce à lui. L’actuel secrétaire général de l’Ovpm, Denis Ricard, estime avoir réussi à imposer le réseau de villes comme un partenaire des grandes organisations internationales s’intéressant au patrimoine, à sa protection et à sa valorisation ainsi que comme un acteur détenant un savoir et un savoir-faire spécifiques. Denis Ricard est régulièrement invité aux manifestations officielles de l’Unesco, de l’Iccrom, du Programme Getty Grant ou encore du Global Heritage Fund. Il participe également de façon assez régulière aux débats relatifs au patrimoine dans le cadre du Conseil de l’Europe ou de la Banque mondiale. Si Marcel Junius considère l’Ovpm comme un contributeur de la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial et comme un soutien des actions relatives au patrimoine (conservation et mise en valeur) entreprises par des villes du patrimoine mondial, le second secrétaire général de l’Ovpm, Denis Ricard, estime, lui, avoir rapidement orienté l’Organisation, avec la collaboration du maire de Québec, vers des missions de représentation, de communication31 et enfin, selon ses dires, de « défense des intérêts »32 des villes du patrimoine mondial au sein de ces organismes internationaux. Ces différences dans les discours de ces deux individus sont riches d’enseignements dès lors qu’elles sont remises en perspective avec leurs profils.

  • 33 Il a, à ce titre, occupé les fonctions suivantes : président du Conseil consultatif sur l’environne (...)

25Québécois l’un et l’autre, Marcel Junius et Denis Ricard présentent des profils assez similaires : carrières au sein des administrations fédérales ou québécoises, principalement orientées vers des activités diplomatiques, fins connaisseurs des institutions internationales et de leurs arcanes, ils excellent dans les activités de représentation, de valorisation, de démarchage auprès des grandes institutions internationales ainsi que de recherche de financements. Ils se différencient toutefois sur un point particulièrement important : leurs rapports à la représentation culturelle du patrimoine et leurs relations avec le monde savant du patrimoine. Le premier secrétaire général de l’Ovpm (1993-1998), proposé par Québec et choisi par le réseau, est architecte, spécialiste de la protection du patrimoine culturel. Marcel Junius possédait ainsi des relations déjà bien établies avec des représentants d’institutions dédiées au patrimoine33 et permettait d’incarner la défense d’intérêts sectoriels et professionnels au sein du réseau sans créer de véritable danger pour l’Icomos, dont il est l’un des adhérents, tout en étant capable de concilier différentes approches de l’objet patrimoine. Denis Ricard, suggéré également par Québec et secrétaire général depuis 1998, n’est pas un savant du patrimoine. Son arrivée a permis d’infléchir davantage les orientations prises par le réseau et de privilégier une approche économico-touristique des biens du patrimoine mondial. De fait, les activités actuellement engagées par l’Ovpm (et pour lesquelles le secrétaire général recherche des financements) répondent d’abord et avant tout aux enjeux de promotion du label Ville du patrimoine mondial, de promotion des villes membres et de sensibilisation des populations aux thématiques patrimoniales à partir d’une vision touristique, à l’image des programmes City2city, Jeunes sur la piste du PM, Maires&Patrimoine, etc. Ces activités viennent donc nourrir les logiques de notoriété et de représentation des maires et, plus généralement, des élites urbaines.

  • 34 Ces derniers participent relativement peu aux activités de cet organisme, si ce n’est, lors de la c (...)

26Aucune des actions susceptibles de s’apparenter à du lobbying ne vise à revendiquer une quelconque participation de l’Ovpm ou des villes à la définition de nouveaux biens du patrimoine mondial, ou encore aux activités de suivi ou de contrôle de gestion de ces biens. Les actions de lobbying, inhérentes à toute structuration de réseaux, pour obtenir des financements ou des collaborations ne s’effectuent d’ailleurs ni à destination des gouvernements nationaux34, ni à destination des principales organisations impliquées directement dans la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial. Les secrétaires généraux de l’Ovpm ont ainsi facilité la revendication d’un rôle et d’une place pour les élites urbaines dans la gestion économique et touristique des sites inscrits sans chercher à leur faire jouer un rôle de groupe d’intérêt, si l’on retient l’acception la plus étroite de cette notion, à savoir celle d’une organisation constituée cherchant à influencer les pouvoirs politiques dans un sens favorable à son intérêt (Grossman, Saurugger, 2006 ; Saurugger, 2010), plaidant ici pour les villes auprès des organisations internationales. Détachés d’activités de lobbying relatives à la protection du patrimoine, ces secrétaires généraux ne cherchent pas à produire un savoir ou une expertise relatifs au patrimoine urbain ; ils estiment en disposer par accumulation des différentes expériences municipales.

  • 35 Cette rencontre a réuni 270 participants originaires de 63 villes et de 30 pays auxquels se sont jo (...)

27Parallèlement à ces activités largement engagées et pilotées par le secrétariat général, des colloques internationaux sont également organisés, dans le cadre de l’Ovpm, sur l’initiative d’une des villes membres prenant prétexte de fêter l’anniversaire de son inscription sur la Liste du patrimoine mondial. Ainsi, et pour ne prendre que deux exemples, le 25e anniversaire du classement de la Médina de Tunis a donné lieu, les 10 et 11 avril 2005, au colloque international « Villes du patrimoine mondial, le classement… et après ? » et, pour le 15e anniversaire de l’inscription de son site historique sur la Liste du patrimoine mondial, la ville de Lyon a organisé, les 23 et 24 mai 2013, la Rencontre Villes et Patrimoine35. Cette conférence clôturait le projet Études de cas de l’Ovpm piloté par la Ville de Lyon mené dans le cadre du réseau et après lequel la Ville de Lyon entre dans le conseil d’administration du réseau.

  • 36 Les activités mises en œuvre en dehors de ces congrès par le secrétariat de l’Ovpm portent exclusiv (...)
  • 37 Béjin (Francine), « Conserver les vieux quartiers vivants et animés », Actes du 5e Colloque interna (...)
  • 38 L'expression est reprise de l'analyse présentée dans Dubois, Bastien, Freyermuth, Matz, 2012 portan (...)
  • 39 Ce prix est décerné tous les deux ans par l’Ovpm à l’une de ses villes membres, qui s’est distingué (...)

28Les congrès constituent les moments où les orientations de l’Ovpm sont déterminées, où ses actions sont affichées et confrontées entre les différentes municipalités et avec des représentants des principaux partenaires, lors des travaux en ateliers ou des discussions informelles36. Ils sont, enfin, les seuls moments où le secrétariat général du réseau et les différentes villes qui en sont membres se réunissent. Ces congrès constituent un véritable faire-valoir des expériences municipales et nationales, consolidé par la présence systématique des grands organismes spécialistes du patrimoine culturel. Précisons que l’Ovpm réunit à la fois les élites politiques urbaines et les techniciens ou personnels administratifs en charge de la gestion de l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial. Ces derniers ne sont plus nécessairement des détenteurs de la science patrimoniale ; ils le sont même désormais rarement. Ils sont parfois encore accompagnés de collègues travaillant concrètement sur des actions de conservation ou de mise en valeur du patrimoine. C’est à ce titre que des agents de la municipalité québécoise participent régulièrement à ces congrès. Ainsi, les participations, en 1999, 2001 ou 2003, du responsable du service Architecture, design et patrimoine de la municipalité québécoise visent, par exemple, à exposer les actions et les pratiques québécoises et, in fine, à expliquer en quoi cette municipalité constitue un modèle en matière de protection du patrimoine37. Ces présentations passent de fait sous silence les tensions et les difficultés liées aux relations entre municipalité et gouvernements provincial et fédéral, les pressions des promoteurs immobiliers et, plus largement, l’ensemble des conflits liés à l’« économicisation »38 du patrimoine. Il s’agit, à travers ces discours, d’obtenir, essentiellement à des fins domestiques, la conviction des congressistes étrangers afin de mieux légitimer chacune des expériences municipales, d’en souligner la singularité et finalement de se référer à un objet a-politique, le label Ville du patrimoine mondial, bien davantage qu’à l’objet savant que constitue le patrimoine. Ces congressistes offrent une représentation magnifiée de la gestion municipale et laissent voir que l’Ovpmrepose sur une forme d’émulation entretenue et même de compétition dont le prix Jean-Paul L’Allier constitue le meilleur révélateur39.

29Si les détenteurs de la science patrimoniale ne sont pas membres du réseau, ils participent à ses congrès, soit comme représentants officiels d’un organisme invité par le secrétariat général, soit en tant qu’agents d’une des villes membres. Ils continuent à y véhiculer la science patrimoniale dont l’Icomos demeure le principal promoteur. L’Ovpm, et particulièrement ses congrès, deviennent ainsi le lieu de représentation d’intérêts spécifiques : chaque ville vient présenter et défendre, auprès des autres congressistes, ses pratiques de gestion et d’administration du patrimoine, intégrant parfois une dimension de protection et de préservation. La valorisation de « bonnes pratiques » au sein du réseau témoigne d’une capitalisation et d’une diffusion de savoirs patrimoniaux correspondant à des savoirs spécifiques liés à l’organisation et à l’administration locales après une inscription sur la Liste du patrimoine mondial, ainsi qu’à la gestion d’un label international. Si ces savoirs patrimoniaux apparaissent aujourd’hui prédominants dans les activités de l’Ovpm, il n’en reste pas moins que l’Ovpm agit également comme passeur de la science patrimoniale en véhiculant les normes et les préconisations internationales en matière de protection et de conservation du patrimoine. En maintenant une diffusion de cette science patrimoniale, sans pour autant revendiquer de contribuer à la fabrique de cette science, et en facilitant l’émergence de savoirs patrimoniaux, les élites urbaines - élus et acteurs économiques du patrimoine - ont créé les conditions de leur maîtrise des effets en retour, sur le plan local, d’une inscription sur la Liste du patrimoine mondial.

2.2. L’Ovpm et la neutralisation politique de l’objet patrimoine mondial

  • 40 Entretien avec Jean Pelletier, 23 mars 2004.

30La diffusion de savoirs patrimoniaux, davantage portés sur l’organisation, l’administration et la gestion du patrimoine mondial, et notamment du label qu’il représente, favorise de l’implication croissante d’acteurs aux profils et aux intérêts divers et s’en nourrit : entrepreneurs du tourisme, acteurs économiques, associatifs, etc. Cette implication est, à Québec, dès le milieu des années quatre-vingt, souhaitée par le politique. La manifestation organisée le 3 juillet 1986 à Québec répondait à la volonté de Jean Pelletier, alors maire de la ville, de faire en sorte que « la Ville bénéficie le mieux possible des retombées sociales et économiques »40 du label.

31Lors de ces manifestations municipales et de la communication qui les accompagne apparaît une nouvelle dénomination pour Québec : Québec, patrimoine mondial, faisant la une des journaux au lendemain de l’inscription, devient Québec, joyau du patrimoine mondial. Les campagnes de promotion qui sont produites à la suite de l’inscription sont alors pensées à destination des Européens, et ne visent plus les seuls Américains (De Blois, 1997). Elles s’accompagnent de nombreuses actions à visée économique autour du patrimoine : développement de circuits touristiques, renouvellement de l’offre touristique, nouvelles actions de mise en tourisme de la ville, etc. Le patrimoine mondial, mis en avant comme label à l’échelle mondial, devient progressivement le support de développement du tourisme, action à laquelle incite rapidement l’Ovpm. Ce mouvement se dessine d’autant plus vite que de nombreuses initiatives existent, à différentes échelles, pour promouvoir des cultures partagées des territoires s’appuyant sur le patrimoine, à l’image notamment des capitales européennes de la culture (Lefebvre, 2007).

32Le positionnement assez pragmatique du secrétariat général de l’Ovpm satisfait les élus, puisqu’il ne suscite pas de débat politique partisan. Il permet même de rassembler des formations politiques diverses autour d’un même objet : le label Ville du patrimoine mondial. La dépolitisation de l’objet patrimoine mondial conduit finalement à le réduire au rang de label international. Cette dépolitisation peut toutefois s’accompagner d’une (re-)politisation de ce même patrimoine, dès lors qu’ont été diffusées et partagées les raisons de l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial. Cette (re-)politisation, qui est alors généralement le fait d’acteurs locaux, procède par le conflit et apparaît là où les savants du patrimoine sont désormais bien établis. L’« économicisation » du patrimoine peut de fait s’accompagner de sa repolitisation et de la résurgence de conflits ou tensions entre politiques de préservation / protection et politique de développement, notamment économique et touristique. Les places et rôles de l’Ovpm au sein de ces conflits ont largement été définis par les batailles urbanistiques québécoises des années quatre-vingt-dix.

  • 41 L’aménagement de la Pointe-à-Carcy (ou Pointe-à-Quercy) est l’objet de vifs débats et d’oppositions (...)
  • 42 Ces visites sont effectuées par des savants du patrimoine missionnés par l’Icomos international. El (...)

33Ainsi, parmi les multiples conflits urbanistiques concernant la Pointe-à-Carcy41, deux ont eu des retentissements sensibles au sein de l’espace transnational du patrimoine mondial : un projet mixte de construction d’un cinéma Imax et d’une école navale, puis un projet de construction d’un terminal de croisière. Si ces deux projets sont aujourd’hui, pour tout ou partie, réalisés, l’analyse des conflits qu’ils ont suscités donne toutefois à voir que si repolitisation du patrimoine urbain il y a, celle-ci s’effectue hors de l’Ovpm et même presque contre elle. La référence au patrimoine et au patrimoine mondial construite par les opposants aux projets de la Pointe-à-Carcy est développée à partir des travaux des universitaires les plus en vue alors à Québec, individus par ailleurs mobilisés à l’époque au sein de l’Icomos Canada et dont la présence ou les écrits ont contribué à créer, à la fin des années soixante-dix et au début des années quatre-vingt, un contexte favorable à la fabrique d’un dossier de candidature pour l’arrondissement historique de Québec. La notion de patrimoine mondial et l’inscription sur la Liste de l’arrondissement historique de Québec deviennent un argument essentiel, promu par ces opposants pour exiger la protection du Vieux-Port et pour réfléchir à son aménagement en cohérence avec les quartiers qui l’entourent. Ces citoyens opposés à ces deux projets adressent des courriers et des plaintes à l’Unesco, et plus exactement au Centre du patrimoine mondial, au directeur de l’Unesco et au président du Comité du patrimoine mondial. Ceci conduit, à dix ans d’intervalle, à deux visites in situ42 de représentants de l’Icomos international à Québec. Si ces visites ainsi que les débats et recommandations de l’Unesco ont peu d’effets sur les projets visés, la médiatisation, au-delà des frontières canadiennes, de ces conflits et de ces productions par des organismes internationaux ne sont toutefois pas sans conséquence sur les régulations entre niveaux de gouvernement. Les rapports, les recommandations et les discours tenus dans le cadre des réunions du Comité du patrimoine mondial vont, d’abord, dans le sens d’un renforcement des prérogatives étatiques : la compétence générale de gestion des biens du patrimoine mondial est de fait attribuée d’abord et avant tout aux administrations nationales, leurs agents étant sommés d’apporter des éléments de réponse en même temps que des garanties sur le respect de la Convention du patrimoine mondial dans la fabrique des politiques urbaines.

  • 43 Entretien avec Michel Bonnette, architecte et agent de la municipalité de Québec, 10 février 2003.
  • 44 Entretien avec Jean-Paul L’Allier, maire de Québec de 1989 à 2005, 2 mars 2004.
  • 45 Entretien avec Denis Ricard, secrétaire général de l’Ovpm depuis 1998, 18 mars 2003.
  • 46 A titre d'exemple, l'Ovpm n'est intervenue ni dans la polémique autour de la construction d'un pont (...)

34Force est de constater que ces citoyens ne mobilisent que les membres du Comité du patrimoine mondial, les agents du Centre du patrimoine mondial et les adhérents de l’Icomos international. Aucun contact n’est établi avec l’Ovpm, que ce soit par des acteurs québécois ou par les représentants des organisations internationales. Ce réseau apparaît rapidement assimilé à la municipalité de Québec par les Québécois et par ceux qui, engagés dans l’opposition à ces projets, refusent d’en appeler à une organisation qu’ils jugent d’abord comme « politique, un lieu où les maires se montrent »43. Enfin, il n’est, à aucun moment question de faire appel à l’Ovpm pour défendre les intérêts de la municipalité québécoise dans ces conflits : « ce n’est pas son rôle » affirme le maire de Québec en entretien44. Mieux, les dirigeants de l’Ovpm n’interviennent pas sciemment dans de tels conflits et se refusent à intercéder dans les relations villes-État, l’actuel secrétaire général du réseau affirmant qu’il ne peut pas « prendre parti dans des conflits impliquant l’un de [ses] maires »45. Ce positionnement ne s’est pas démenti par la suite : l’Ovpm n’est intervenue dans aucun des conflits urbains au sujet desquels des protagonistes ont fait appel à l’Unesco46.


****

35Revenir sur les origines du réseau et, plus exactement, sur l’histoire des liens quasi incestueux que l’Ovpm entretient avec la ville de Québec permet de mettre en lumière les différents intérêts représentés au sein de ce réseau et surtout les multiples usages qui en sont faits, y compris depuis des scènes d’action assez différentes. Les intérêts économico-touristiques sont désormais clairement affichés et assumés par le réseau et notamment par son secrétariat général. Les villes se sont approprié l’objet patrimoine mondial dans le cadre du réseau pour mieux faire advenir le label ville du patrimoine mondial et tenter de maîtriser les effets en retour d’une inscription sur la Liste du patrimoine mondial. Adhérer à l’Ovpm et participer aux activités du réseau sont saisis par les élus locaux comme un moyen de légitimer leurs politiques urbaines en matière de patrimoine et l’Ovpm devient alors gage de « bonne conduite » sans que le secrétariat ou le bureau du réseau ne se prononcent sur le fond de ces politiques urbaines (Russeil, 2006). Cette scission entre deux objets (le bien du patrimoine mondial et le label) s’accompagne de fait, sur le plan local, (en même temps qu’elle l’a sans aucun doute facilitée) d’une dépolitisation de l’objet patrimoine et de son « économicisation » dans une logique assez similaire à celle décrite et analysée pour les politiques culturelles locales (Dubois, Bastien, Freyermuth, Matz, 2012). Ce faisant, l’Ovpm donne lieu notamment à la primauté de la gestion d’un label sur la participation à la mise en oeuvre de la convention du patrimoine mondial, sur la construction d’un récit à la fois validé par ce label et vidé d’une partie de sa signification, parachevant ainsi un processus de patrimonialisation.

36Au-delà du local, la représentation et la défense, dans le cadre de l’Ovpm, des intérêts des municipalités urbaines s’effectuent très peu en termes de définition de ce qui fait patrimoine ou en termes de gestion des biens du patrimoine mondial comme objet savant, comme partie de la Liste du patrimoine mondial ; cette défense s’effectue moins encore face aux gouvernements étatiques. La gestion, dans le cadre de l’Unesco, de biens du patrimoine mondial en milieu urbain tend à renforcer le contrôle étatique sur la production et la mise en œuvre d’actions de protection et de conservation, permettant ainsi davantage aux municipalités et à l’Ovpm d’investir le champ des politiques de communication, de valorisation et de représentation du label Ville du patrimoine mondial.

37L’Ovpm, finalement née des multiples concurrences existant autour du patrimoine mondial (politique / savant, échelle locale / échelle nationale, protection / développement) et bénéficiant d’une logique internationale favorable à la mise en tourisme des biens du patrimoine mondial, permet à chacun des acteurs prenant part à ces conflits d’accroître sa légitimité, son rôle, ses intérêts, voire ses revendications sans toutefois que ce réseau ne devienne ni une arène au sein de laquelle ces conflits prennent place, ni une force de proposition pour les résoudre. Reste que l’Ovpm, en donnant à voir le potentiel économique d’une inscription sur la Liste du patrimoine mondial, facilite grandement la prise en compte, par les villes, du patrimoine comme variable pour promouvoir leur rayonnement et leur développement urbain au sens large à l’image de l’articulation existante entre culture et attractivité des territoires (Berneman, Meyronin, 2010).

Haut de page

Bibliographie

Amougou, E. (dir.) (2004), La Question patrimoniale : de la « patrimonialisation » à l’examen des situations concrètes, Paris, L’Harmattan.

Barrère, C., Barthélemy, D., Nieddu, M., Vivien F.D. (dir.) (2005), Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie, une nouvelle pensée du patrimoine ?, Paris, L’Harmattan.

Benington, J., Harvey, J. (1999), « Networking in Europe », in Stocker, G. (dir), The New Management of British Local Governance, Hampshire, Macmillan, p.197-221.

Berneman, C., Meyronin, V. (2010), Culture et attractivité des territoires. Nouveaux enjeux, nouvelles perspectives, Paris, L’Harmattan.

Bhérer, L. (2003), Une lecture institutionnaliste du phénomène participatif. La politique consultative de la ville de Québec, Thèse de doctorat, Université de Bordeaux.

Bourdeau, L., Gravari-Barbas, M. et Robinson, M. (sous la direction de) (2012), Tourisme et patrimoine mondial, Québec, Presses universitaires de Laval.

Choay, F. (1992), L’allégorie du patrimoine, Seuil, Paris.

De Blois, M. (1997), L’évolution des rapports entre les politiques du patrimoine et du tourisme au Québec, Québec, mémoire de maîtrise de sciences politiques, Université Laval.

Djament-Tran, G., Fagnoni, E. et Jacquot, S. (2012), « La construction de la valeur universelle exceptionnelle dans la valorisation des sites Patrimoine mondial, entre local et mondial » in : Bourdeau, L., Gravari-Barbas, M. et Robinson, M. (sous la direction de), Tourisme et patrimoine mondial, Québec, Presses universitaires de Laval, pp.217-234.

Dubois, V., Bastien, C, Freyermuth, A., Matz, K. (2012), Le politique, l’artiste et le gestionnaire. (Re)configurations locales et (dé)politisation de la culture, Bellecombe-en-Bauges, Editions du Croquant.

Grossman, E. et Saurugger S. (2006), Les groupes d’intérêt : action collective et stratégies de représentation, Paris, Armand Colin.

Hulbert, F. (1994), Essai de géopolitique urbaine et régionale. La comédie Urbaine de Québec., Québec, Editions du Méridien.

Kresl, P.K. et Fry, E.H. (2005), The urban response to internationalization, Edward Elgar Publishing, Cheltenham.

Lamy, Y. (sous la direction de) (1996), L’alchimie du patrimoine. Discours et politiques, Bordeaux, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Lazzarotti, O. (2011), Patrimoine et tourisme. Histoire, lieux, acteurs, enjeux, Paris, Belin Sup.

Fefebvre, R. (2007), « Une "culture" partagée du territoire ? Les capitales européennes de la culture. L’exemple de Lille 2004 », in Faure, A., Négrier, E. (Dir.), Les politiques publiques à l’épreuve de l’action locale. Critiques de la décentralisation, Paris, L’Harmattan.

Le Galès, P. (2003), Le retour des villes européennes. Sociétés urbaines, mondialisation, gouvernement et gouvernance, Paris, Presses de Science Po.

Le Lidec, P. (2001), « Aux origines du « compromis républicain ». La contribution des associations de maires aux règles du jeu politique sous la IIIe République », Politix, 53, pp.33-58.

Léniaud, J.-M. (1992), L’utopie française. Essai sur le patrimoine, Paris, Mengès.

Marshall, A. (2005), « Europeanization at the urban level : Local actors, institutions and the dynamics of multi-level interaction », Journal of European Public Policy, 12(4), p.668-686.

Mercklé, P. (2004), La sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte.

Micoud, D. (2005), « La patrimonialisation ou comment redire ce qui nous relie (un point de vue sociologique) »  in : Barrère, C., Barthélemy, D., Nieddu, M., Vivien F.D. (dir.) (2005), Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie, une nouvelle pensée du patrimoine ?, Paris, L’Harmattan.

Nora, P. (1997), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, Quarto.

Paulhiac Florence (2002), Le rôle des références patrimoniales dans la construction des politiques urbaines à Bordeaux et à Montréal, Thèse de doctorat, Université de Bordeaux.

Payre, R. (2007), Une science communale ? Réseaux réformateurs et municipalité providence, Paris, CNRS Editions.

Payre, R. (2010), « The importance of being connected : city networks and urban government, Lyon and Eurocities (1990–2005) », International journal of urban and regional research, 34, 2, pp. 260-280.

Payre, R., Spahic M. (2012), « Le tout petit monde des politiques urbaines européennes. Réseaux de villes et métiers urbains de l’Europe : le cas du CCRE et d’Eurocities », Pôle Sud, 37, 2, pp. 117-137.

Pinçon-Charlot, M. et Pinçon, M. (2005), Châteaux et châtelains, Anne Carrière.

Poulot, D. (1998), Patrimoine et modernité, Paris, L’Harmattan.

Quesnel,L. (2000), La consultation des citoyens comme outil de la démocratie locale, Toronto, Presses du CIRUR.

Rabier, C. (dir) (2007), Fields of Expertise. A comparative History of Expert Procedures in Paris and London, 1600 to Present, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing.

Racine, N. (2003), « L’insertion internationale et la cohésion régionale : le cas de la ville de Québec», Cahiers de Géographie du Québec, 47, 131, pp. 293-309.

Russeil, S. (2006), L’espace transnational, ressource ou contrainte pour l’action internationale des villes à la fin du XXème siècle ? Analyse comparée de la fabrique et de la gestion du patrimoine mondial à Lyon et à Québec, Thèse de doctorat, Lyon 2.

Russeil, S., Healy A. (2015), « Quelles expertises urbaines pour une Europe des villes ? Le réseau Eurocities et ses experts », Politique européenne, 3, 49, p. 54-83.

Saunier, P.-Y. (dir) (2002), « Municipal Connections: Cooperation, Links And Transfers Among European Cities in the 20th Century », Contemporary European History, 11, 4.

Saunier, P.-Y. (2004), « Circulations, connexions et espaces transnationaux », Genèses, 57, pp. 110-126.

Saurugger, S. (2010), « Groupe d’intérêt », in : Boussaguet, L., Jacquot S. et Ravinet P. (sous la direction de) (2004), Dictionnaire des politiques publiques, Paris, Les Presses de Sciences Po, pp.309-316.

Tindal, R, Tindal, S (2000), Local government in Canada, Toronto, Nelson Thomson, Learning.

Veschambre, V. (2008), Traces et mémoires urbaines, enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Villeneuve, P., Pelletier, M. et Trudelle, C. (2004), « L’accueil des croisières internationales à Québec : s’agit-il d’un projet de développement territorial ? », in : Bhérer, L., Collin, J.-P., Kerrouche, E. et Palard J. (sous la direction de), Jeux d’échelle et transformation de l’État. Le gouvernement des territoires au Québec et en France, Québec, Les presses de l’Université Laval, pp. 237-288.

Vion, A. (2002), « Le gouvernement urbain saisi par l’internationalisation », dans Fontaine, J., Hassenteufel, P. (dirs), To Change or not to change. Les changements de l’action publique à l’épreuve du terrain, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp.95-113.

Haut de page

Notes

1 Entretien avec Denis Ricard, secrétaire général de l’Ovpm depuis 1998, 18 mars 2003.

2 A l’origine et à l’issue du premier colloque des villes du patrimoine mondial organisé à Québec en 1991, les maires de 41 villes adoptent la déclaration de Québec à travers laquelle ils affichent leur volonté de créer un réseau de villes. Vingt ans plus tard, ce réseau rassemble plus de 220 villes. L’Ovpm réunit les élites politiques urbaines qui se font généralement accompagner ou représenter par des techniciens ou personnels administratifs en charge de la gestion de l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial.

3 Cf. http://www.ovpm.org

4 L'objet patrimoine mondial partage avec l’objet patrimoine (Russeil, 2006) deux caractéristiques essentielles : le patrimoine n’existe formellement pour l’ensemble de la société que lorsqu’il est reconnu légalement (Léniaud, 1992 ; Poulot, 1998 ; Paulhiac, 2002), l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial par l’Unesco jouant ce rôle pour le patrimoine mondial ; ces objets, construits socio-politiques, sont soumis à des logiques d’action et des stratégies politiques diverses (conservation du patrimoine, développement métropolitain, valorisation économique et/ou touristique, préservation et amélioration du cadre de vie, etc.).

5 Notre approche du réseau s'inscrit dans la lignée des travaux questionnant la construction des réseaux ainsi que leurs usages politiques ou leurs effets sur les politiques (Le Lidec, 2001 ; Payre, 2010). Nous entendons par « réseaux de villes » les réseaux institutionnalisés et formalisés.

6 Pour une définition de l’espace de circulation transnational, voir Saunier, 2004. Celui dont il est question ici est constitué de l’Unesco et des entités internationales et transnationales gravitant autour ainsi que des scènes nationales et infranationales impliquées dans des actions ayant trait au patrimoine mondial.

7 Nous nous appuyons pour cela sur le travail d’enquête réalisé dans le cadre de notre recherche doctorale qui a permis de rassembler une série de sources écrites retraçant l’histoire des inscriptions lyonnaise et québécoise, d’une part, et celle de l’Ovpm, d’autre part, et de réaliser des entretiens approfondis avec les principaux acteurs lyonnais et québécois.

8 Le processus de patrimonialisation est ici entendu comme un processus socio-politique par lequel un espace, un bien ou une pratique sont transformés en objet digne de conservation et de restauration ou, pour le dire comme André Micoud, comme «l'activité sociale consistant à faire être quelque chose qui prend nom et valeur de patrimoine » (Micoud, 2005).

9 Par « savant du patrimoine », nous entendons ici toute personne reconnue comme disposant de savoirs scientifiques ou académiques relatifs au patrimoine, à sa protection et à sa préservation (architectes, historiens de l'art, etc.).

10 L’Icomos international (International council for monuments and sites), créée en 1964 sur l’initiative des architectes et techniciens des monuments historiques alors réunis pour leur deuxième congrès international, est constituée d’associations nationales dont les adhérents sont des architectes, des urbanistes, des historiens, etc. cherchant à consolider et à diffuser les connaissances sur la conservation et la protection du patrimoine culturel. Voir les sites Internet : http://www.icomos.org/fr  et http://canada.icomos.org/ Pour adhérer à cette association (affiliation par les associations nationales), il convient d'avoir une activité professionnelle liée au patrimoine et d'être parrainé par deux membres de l'association. Cette association internationale mériterait une analyse fine, sans doute nourrie utilement par une approche en termes de réseaux sociaux (telle que celle proposée par Mercklé, 2004), notamment pour saisir le capital social dont bénéficient ses membres et les formes de cohésion sociale qui s'y exercent.

11 Voir Batisse M, Bolla G, « L'invention du « patrimoine mondial » », Les Cahiers de l'histoire, AFFAU, 2003.

12 Voir notamment les propos présentés dans le bulletin électronique Nouvelle électronique du Secrétariat international sur le site de l’Icomos (http://www.international.icomos.org).

13 C'est ainsi que Jacques Dalibard, le savant canadien le plus emblématique, retrace son action. Premier architecte spécialisé en restauration au Canada, Jacques Dalibard est, de longue date, au cœur même des réflexions sur le patrimoine et sa gestion sur les plans national et international. Il est l’un des premiers Canadiens à permettre l’import de théories internationales relatives au patrimoine culturel et à sa protection. Toute sa carrière professionnelle est consacrée à cette activité de passeur en particulier depuis ses fonctions au sein de l'administration canadienne. Il participe, dès 1972, au bureau exécutif de l’Icomos International et en devient, en 1980, le délégué général aux finances.

14 Cette conviction est alimentée par les critiques que formulent certains homologues européens. Voir notamment les propos de F. Choay sur le patrimoine québécois dans Choay (1992, p. 115-122).

15 Ce document est adopté, en 1987 par l’assemblée générale de l’Icomos international : ICOMOS INTERNATIONAL, Charte internationale pour la sauvegarde des villes historiques (dite « Charte de Washington »).

16 Ainsi en France, les lois successives protégeant les sites, les monuments historiques, puis les secteurs sauvegardés (donc les centres historiques de nombreuses villes) sont très peu suivies d’initiatives locales dans ce champ : l’Etat est alors le seul légitime à « décréter » le patrimoine et ce, par le truchement de ses savants (architectes des bâtiments de France, architecte en chef des monuments historiques ou encore inspecteurs des sites).

17 Entretiens réalisés auprès de membres d’Icomos Canada et Icomos France.

18 Déclaration de Québec, adoptée le 4 juillet 1991 au terme du Premier Colloque international des villes du patrimoine mondial.

19 Jean-Paul L'Allier (Rassemblement populaire) est élu maire de Québec en 1989 et le reste jusqu'en 2005. Il avait été précédemment ministre des Communications et des Affaires culturelles dans le premier gouvernement de Robert Bourassa et délégué général du Québec à Bruxelles (début des années quatre-vingt). En 1989, il succède à Jean Pelletier (Parti libéral du Canada / Progrès civique de Québec).

20 Ainsi, ils insistent sur la nécessité « [d’]harmoniser la mise en valeur du patrimoine et le développement urbain », de « jumeler besoin et expertise », de « rompre l’isolement », et de « combler le fossé entre spécialistes et praticiens ».  Ville de Québec, Actes du premier Colloque international des villes du patrimoine mondial. « La sauvegarde des ensembles historiques urbains en période d’évolution », Québec, Canada, 30 juin – 4 juillet 1991, p. 636-637.

21 Parmi ces organismes figurent l’Icomos Canada, la Fondation canadienne pour la protection du patrimoine, la Fédération des sociétés d’histoire du Québec, l’Alliance for Historic Landscape Preservation, le Conseil du Travail du Québec, le Conseil central des syndicats nationaux, etc.

22 Les discussions à partir de ces différents thèmes, en particulier les échanges entre les objectifs des praticiens et les moyens dont ils disposent, les obstacles auxquels ils sont quotidiennement confrontés ramènent, selon les participants, à une question importante : « est-ce que la conservation des villes du patrimoine mondial doit se faire en fonction d’impératifs locaux et répondre à des besoins immédiats ou bien viser le long terme à l’aide d’une concertation internationale ? ». Voir Noppen (Luc), « Villes du patrimoine mondial : enjeux et potentiels », dans Ville de Québec, Actes du premier Colloque international des villes du patrimoine mondial. La sauvegarde des ensembles historiques urbains en période d’évolution, Québec, Canada, 30 juin – 4 juillet 1991, p. 447-452, p. 451.

23 Le mandat du deuxième gouvernement de Robert Bourassa, devenu Premier ministre du Québec à la suite de la victoire du Parti libéral du Québec aux élections générales du 2 décembre 1985, s'étend jusqu'au 12 janvier 1994.

24 Les gouvernements québécois et canadien s’engagent en posant toutefois quelques conditions : les engagements financiers et en personnels de Parcs Canada s’élèvent, dans la poursuite de sa participation à l’organisation du premier colloque, à cent mille dollars par an pendant cinq ans, étant entendu qu’en cinq ans l’Ovpm doit devenir autonome financièrement ou bien ne plus exister.

25 Festivités organisées à la suite de l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’arrondissement historique de Québec en décembre 1985.

26 Des représentants de quarante-deux villes participent à ce colloque. Chacune de ces villes est en général représentée par un homme politique et un praticien –fonctionnaire ou assimilé – chargé de la gestion du patrimoine. Deux agents de la Division du Vieux-Québec, savants du patrimoine, avaient préalablement effectué un « tour » des villes dont un site est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial pour inviter les maires à cette première conférence des villes du patrimoine mondial.

27 Éléments issus des entretiens réalisés auprès des principaux savants québécois impliqués dans cette démarche.

28 A compter du 8 septembre 1993, la municipalité québécoise est alors présentée, sur le plan international, comme l’initiateur et le fondateur de l’Ovpm. Le Comité provisoire missionné pour préparer et assurer l’organisation du congrès de 1993, acte officiel de la création de l’Organisation des villes du patrimoine mondial, est présidé par Jean-Paul L’Allier et constitué exclusivement de Québécois.

29 Ratisbonne (Allemagne) pour l'Europe du Nord-Ouest, Budapest (Hongrie) pour l'Europe centrale et de l'est, Cordoue (Espagne) pour l'Europe du Sud / Méditerranée, Valparaiso (Chili) pour l'Amérique latine et les Caraïbes, Kazan (Fédération russe) pour l'Euro-Asie, Tunis (Tunisie) pour l'Afrique / Moyen-Orient et Gyeongju (Corée du Sud) pour l'Asie-Pacifique.

30 Presque toutes les villes disposant d'un site inscrit sur la Liste du patrimoine mondial adhèrent aujourd'hui à l'Ovpm et ce, quelles que soient les formations politiques qui les gouvernent, alors même que les notions de patrimoine et de biens patrimoniaux peuvent renvoyer à des clivages partisans particulièrement forts (Veschambre, 2008 ; Pinson et Pinson-Charlot, 2005). L'Ovpm revendique actuellement 250 villes membres.

31 Le site Internet de l’Ovpm constitue aujourd’hui d’abord une vitrine pour les villes dont un site est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial, vitrine visiblement dédiée aux potentiels visiteurs de ces sites du patrimoine mondial ou aux professionnels du tourisme : http://www.ovpm.org

32 Entretien avec Denis Ricard, secrétaire général de l’Ovpm depuis 1998, 23 mars 2004.

33 Il a, à ce titre, occupé les fonctions suivantes : président du Conseil consultatif sur l’environnement au sein du gouvernement du Québec entre 1985 et 1992 ; directeur général de l’organisation de la 16e conférence générale du Conseil international des Musées (Icom) entre 1989 et 1992. Il a également longuement présidé la Commission des Biens Culturels du Québec.

34 Ces derniers participent relativement peu aux activités de cet organisme, si ce n’est, lors de la création de l’Ovpm, par l’attribution de subventions de la part du Canada et du Québec et, de façon sporadique, par le soutien de certains Etats à l’égard de municipalités organisatrices de colloques sur les villes du patrimoine mondial.

35 Cette rencontre a réuni 270 participants originaires de 63 villes et de 30 pays auxquels se sont joints de nombreux partenaires dont l’UNESCO, le Conseil de l’Europe, l’ICOMOS, le Getty Conservation Institute, l’Association des biens français du patrimoine mondial, l’Association nationale des Villes et Pays d’art et d’histoire et des Villes à secteurs sauvegardés et protégés.

36 Les activités mises en œuvre en dehors de ces congrès par le secrétariat de l’Ovpm portent exclusivement sur la sensibilisation et la diffusion auprès des populations (projets d’albums de photographies) et plus particulièrement des jeunes (concours de jeunes). Voir www.ovpm.org

37 Béjin (Francine), « Conserver les vieux quartiers vivants et animés », Actes du 5e Colloque international des villes du patrimoine mondial, « L’innovation dans la gestion des villes du patrimoine mondial », Saint-Jacques-de-Compostelle, 20-24 octobre 1999, p. 62-66 ; Béjin (Francine), « Entretenir la falaise de Québec pour conserver la ville historique : un défi à Québec », Actes du 6e Colloque international des villes du patrimoine mondial, « Mesures de prévention et de protection des villes du patrimoine mondial en cas de désastre », Puebla, 3-5 octobre 2001, p. 197 – 202 ; Béjin (Francine), Desautels (Jean), « La participation des citoyens dans la gestion et la mise en valeur de l’arrondissement historique de Vieux-Québec », Actes du 7e Colloque international des villes du patrimoine mondial, « Garder le patrimoine vivant. Eduquer et former en vue de la préservation et de la gestion du patrimoine culturel », Rhodes, 24-26 septembre 2003.

38 L'expression est reprise de l'analyse présentée dans Dubois, Bastien, Freyermuth, Matz, 2012 portant sur les politiques culturelles locales. Elle vise à rendre compte de l'introduction, puis de la part croissante de logiques économiques dans ces politiques culturelles locales devant répondre de plus en plus au développement territorial.

39 Ce prix est décerné tous les deux ans par l’Ovpm à l’une de ses villes membres, qui s’est distinguée par une réalisation en vue de la conservation, de la mise en valeur ou de la gestion d’un bien situé sur son territoire et inscrit sur la Liste du patrimoine mondial. 

40 Entretien avec Jean Pelletier, 23 mars 2004.

41 L’aménagement de la Pointe-à-Carcy (ou Pointe-à-Quercy) est l’objet de vifs débats et d’oppositions virulentes depuis longtemps (Hulbert, 1994), autour d’enjeux sociaux, économiques et patrimoniaux (Villeneuve, Pelletier, Trudelle, 2004). Ce territoire, composé de terrains municipaux et fédéraux, jouxte l’arrondissement historique de Québec, inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1985. Des projets à visée touristique avec la création de pôles de loisirs, l’extension du port pour créer un port d’attache, ou des projets d’amélioration du cadre de vie, avec l’aménagement d’une plage autour du bassin Louise, ainsi que des programmes immobiliers ou des opérations de développement à visée économique sont tour à tour (voire parfois en parallèle) proposés ou envisagés sur ce territoire. Ils émanent d’acteurs au profil très différents (municipalité, promoteurs immobiliers, associations d’habitants ou encore administrations fédérales)

42 Ces visites sont effectuées par des savants du patrimoine missionnés par l’Icomos international. Elles visent à saisir les difficultés rencontrées et l’état de gestion du bien du patrimoine mondial. Elles sont généralement réalisées en quelques jours au cours desquels le ou les savant(s) rencontre(nt) les différentes parties prenantes d’un conflit.

43 Entretien avec Michel Bonnette, architecte et agent de la municipalité de Québec, 10 février 2003.

44 Entretien avec Jean-Paul L’Allier, maire de Québec de 1989 à 2005, 2 mars 2004.

45 Entretien avec Denis Ricard, secrétaire général de l’Ovpm depuis 1998, 18 mars 2003.

46 A titre d'exemple, l'Ovpm n'est intervenue ni dans la polémique autour de la construction d'un pont à Dresde à la fin des années 2000, ni dans celle née à Bordeaux à la même période.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Russeil, « Les villes du patrimoine mondial : un réseau international, des intérêts divers, des usages multiples », Métropoles [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://metropoles.revues.org/5278

Haut de page

Auteur

Sarah Russeil

Chercheur associé en science politique au laboratoire EVS-RIVES (UMR 5600), ENTPE, Université de Lyon
sarah.russeil@free.fr

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org