Navigation – Plan du site
Recensions

Juliet Carpenter et Christina Horvath (Dir.), Regards croisés sur la banlieue

Bruxelles, Peter Lang, 2015
Manuel Mavel
Référence(s) :

Juliet Carpenter et Christina Horvath (Dir.), Regards croisés sur la banlieue, Bruxelles, Peter Lang, 2015.

Texte intégral

1Depuis plusieurs années maintenant, la recherche attache une importance particulière aux problématiques urbaines liées aux banlieues françaises. Si de nombreux chercheurs se sont emparés de ce thème, ce n’est pas uniquement pour suivre une tendance ou par effet de mode. A lui seul, il cristallise nombre d’enjeux et défis de la société française, présents et futurs. Il justifie qu’un réseau international de recherche tel « Banlieue Network » soit créé et s’y intéresse. Le présent ouvrage a été réalisé sous l’égide de Juliet Carpenter et Christina Horvath. Leur travail a permis de réunir quatorze textes écrits par des chercheurs œuvrant au fonctionnement du réseau. Outre la difficulté de faire travailler ces différentes personnes de concert, il a également fallu apporter un regard neuf concernant un objet maintes fois abordé par différents spécialistes. Ainsi, l’ambition de ce livre est de présenter la banlieue sous un angle pluridisciplinaire, regroupant des articles de spécialistes en sociologie, urbanisme, linguistique, littérature, politique de la ville ou cinématographie. Cette hétérogénéité apporte un regard plus complet sur l’objet urbain qu’est la banlieue. Evidemment, les auteurs ne pouvaient s’affranchir d’une définition de leur banlieue, telle qu’elle est entendue par le titre « Regards croisés sur la banlieue ». Ainsi, le premier texte entreprend une description formelle, s’appuyant sur des outils cartographiques ou des données statistiques. Puis progressivement, au fil de la lecture, la banlieue va se dessiner sous d’autres traits, se détacher de sa dimension territoriale. Le lecteur se retrouve plongé dans cet espace urbain particulier. Les préjugés et présupposés relégués en arrière-plan, chacun pourra être en mesure de construire ou reconstruire son image de la banlieue, le plan large offert par ce recueil apportant l’objectivité nécessaire.

2Un « espace d’intervalle entre la ville et l’espace rural, correspondant à l’ensemble des communes de l’agglomération, moins la ville centre », voici la définition de l’Insee pour la banlieue, rappelée par Didier Desponds et Pierre Bergel. L’intention de ce livre n’est pas de traiter de cet espace. Ici, la banlieue est entendue comme « cité », « quartier populaire », « grands ensembles », « quartier d’habitat social » ou encore « Zones Urbaines Sensibles (ZUS) ». La métonymie largement abusive est pourtant répandue dans les médias ou écrits scientifiques. Conséquence de cette approximation linguistique, d’importants territoires se trouvent discriminés de manière injustifiée. Particulièrement représentative de cette situation, l’agglomération parisienne, dont la banlieue, au sens de l’Insee, regroupe une population trois fois plus importante que celle de la ville centre. Par ailleurs, lorsqu’un quartier est identifié pour ses problèmes socio-économiques et/ou de délinquance, les pouvoirs publics pensent être légitimes pour adopter des solutions arbitraires, l’argent investi justifiant le bien-fondé de l’action. Les médias et l’opinion publique étant complices ou indifférents, les habitants du quartier n’ont alors d’autre choix que le consentement. Dans son article, Paul Kirkness tente de mettre en évidence qu’ils ne partagent pas le point de vue général et souhaiteraient que leur opinion soit considérée. Cette situation contribue à accentuer le sentiment de rejet de ces populations souvent d’origine étrangère, et ce d’autant plus lorsque l’outil règlementaire est utilisé à des fins discriminatoires. Sous couvert de mixité sociale, il est possible d’empêcher des regroupements ethniques. Malheureusement, « une politique de la mixité qui agit sur et à travers des notions de différence ethnoraciale peut nuire au bien-être de ses bénéficiaires » (p. 74). Par extrapolation, utilisé à mauvais escient, ce dispositif pourrait servir à justifier des décisions fondées sur des critères raciaux.

3Pour porter les revendications de ces quartiers auprès des pouvoirs publics, les médias pourraient jouer le rôle de relais. Toutefois, lorsqu’Isabelle Garcin-Marrou dissèque les articles parus dans un panel représentatif de la presse française, le constat est sans appel. Les médias s’intéressent à la banlieue principalement lorsque des épisodes violents éclatent. Même si certains journaux tentent une approche compréhensive de la situation, aucun ne remet en cause « la conception de la sécurité comme raison d’être de de l’Etat ». La réalité de la banlieue est transcrite négativement. L’étude du vocable utilisé dans ces diverses parutions montre une stigmatisation d’une certaine population dénommée « jeune(s) ».

4Ces premières informations permettent de mettre un cadre à l’objet banlieue. Pour être exhaustif, cet ouvrage s’attache ensuite à donner un aperçu des personnes se trouvant à l’intérieur de ce cadre.

5Pour comprendre le contexte, il est intéressant de s’attarder sur le langage utilisé dans ces quartiers. Il en existe des déclinaisons diverses et variées, bien souvent une pour chaque cité. Ces parlers deviennent alors des marqueurs d’identité. Parfois, les paroles échappent à leur quartier et se propagent dans des cercles plus larges. Ces langages sont synonymes d’exclusion pour certains, de richesse pour d’autres, le débat n’est pas tranché par Marie-Madeleine Bertucci. Les procédés linguistiques utilisés sont variés. Le recours à des mots issus d’autres langues, en particulier l’arabe, est courant. Cependant, la filiation n’est pas toujours assumée. L’enquête menée par Wajih Guehria fait ressortir des problèmes identitaires. Les personnes interrogées se sentent rejetées en France, renvoyées vers leurs origines, pays de leurs parents. Ce pays ne leur semble pas plus accueillant. Leur souhait serait de s’en détacher pour être complètement assimilés à la société française. Ce détachement, Zinedine Zidane l’a opéré, en partie motivé par une stratégie marketing. Medhi Derfoufi aborde ainsi le « processus de blanchisation » de ce personnage public. Toutes ces analyses font bien sentir que l’espace de la banlieue est mouvant. Rien n’est figé, même l’imaginaire qu’il évoque.

6Ces articles laissent entrapercevoir un désir d’expression, de représentativité dans notre société. De ce potentiel a émergé une force créative, la banlieue se révélant être un terrain fertile. La suite de l’ouvrage présente et analyse certaines de ces expériences culturelles ou artistiques.

  • 1 Fabulous Trobadors cités par Bettina Ghio dans l’ouvrage.
  • 2 Anne Dhoquois (avec la collaboration d’Ahmed Boubeker), Paroles libres de … jeunes de banlieue, Par (...)

7Les premiers à avoir tenté d’unifier ce territoire disjoint, ce sont les rappeurs. Par leurs textes, de nombreuses personnes se sont identifiées aux revendications et aux lieux évoqués. Ce processus d’identification s’explique par « la représentation de ces espaces de vie populaire […] toujours rendue sous une régulière uniformité » (p. 215). La plupart des artistes ont tout à fait conscience de porter la voix de ces personnes, jusqu’à prétendre : « C’est le rap qui a créé la banlieue »1. La littérature est aussi devenue un terrain où paraissent les revendications de ces quartiers déshérités. A travers différents styles et genres, les auteurs rapportent des témoignages sur ces lieux de vie. Ainsi, il apparaît que l’univers décrit par les médias n’est pas aussi réduit, que les habitants ont un quotidien auquel ils sont attachés. Christina Horvath rapporte l’expérience littéraire d’Anne Dhoquois avec des jeunes de banlieue, dont les témoignages sont publiés dans Paroles libres de … jeunes de banlieue2. Les problèmes n’y sont pas niés. Les lieux sont découverts au travers d’expériences vécues. Les habitants de ces cités prouvent qu’ils peuvent avoir un regard éclairé sur la situation de leur quartier qui pourrait être utile dans un processus participatif. Pour transcrire la banlieue, il ne faut pas oublier l’image, qui a toujours une portée particulière. Les premiers films sur la banlieue avaient une dimension sociologique. Le film La Haine de Mathieu Kassovitz est souvent cité en référence dans les divers textes. D’après Valérie Bonnet et Patrick Mpondo-Dicka, La tendance de ces dernières années est un peu différente. Les réalisations mettent désormais en scène des jeunes issus des banlieues qui pour s’en sortir doivent s’en remettre à un don naturel, adhérer à la société libérale.

  • 3 « Nous définissons les choses que nous construisons, et ensuite ce sont elles qui nous définissent. (...)

8La lecture de cet ouvrage apporte de nombreuses informations sur la banlieue et incite à une réflexion sur cet espace. Ces différents travaux permettent une nouvelle fois de vérifier ce qu’avait énoncé Winston Churchill « We shape the things we build, and foremore they shape us »3. Cette phrase sera certainement encore vraie dans le futur. Dans les quartiers populaires, des rénovations urbaines sont déjà en cours. Certaines ont même eu recours à des processus participatifs. Cependant, elles ont eu pour conséquence une augmentation du prix des loyers. Par ailleurs, la population pauvre aurait plutôt tendance à augmenter en France. Faute de moyens, cette dernière n’aura certainement pas accès à ces quartiers rénovés. Le défi des villes est de trouver une place pour les plus pauvres dans leur tissu urbain, pour ne pas accentuer encore davantage les écarts de richesse par des inégalités territoriales flagrantes. Pour réussir à répondre à cet enjeu, il est indispensable de capitaliser les informations disponibles. Ceci afin d’éviter de tendre davantage vers une « ghettoïsation » comme le dénoncent certains rappeurs ou sociologues (p. 215) et préserver l’égalité des chances, chère à la République française, pour chaque citoyen.

Haut de page

Notes

1 Fabulous Trobadors cités par Bettina Ghio dans l’ouvrage.

2 Anne Dhoquois (avec la collaboration d’Ahmed Boubeker), Paroles libres de … jeunes de banlieue, Paris, l’Express éditions, 2011.

3 « Nous définissons les choses que nous construisons, et ensuite ce sont elles qui nous définissent. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel Mavel, « Juliet Carpenter et Christina Horvath (Dir.), Regards croisés sur la banlieue », Métropoles [En ligne], 17 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://metropoles.revues.org/5225

Haut de page

Auteur

Manuel Mavel

Élève-ingénieur à l'ENTPE, actuellement en master "Aménagement et politiques urbaines" de l'Université de Lyon et en Master "Stadt und Regionalplanung" à la Teknische Univesität de Berlin.

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org