Navigation – Plan du site
Débats

L’aménagement temporel territorial : repenser les territoires en conjuguant espace et rythmes

Chris Beyer et Dominique Royoux

Résumés

Cet article propose d'effectuer une lecture critique des politiques novatrices qui trouvent leurs origines dans l’affaiblissement des rythmes fordistes des sociétés industrielles par l’avènement d’une société de services. De nouvelles formes d’action publique, appelées « politiques temporelles », nées en Italie dans les années 1990, considèrent que les inégalités territoriales ne viennent pas uniquement des dynamiques spatiales, sociales ou économiques mal distribuées, mais qu’elles sont dues également à des différences de « rythmes ». Ces politiques concentrent ainsi leurs actions sur une dimension souvent ignorée du développement territorial au profit de l'espace : le temps. Nous proposons de retracer la genèse, les enjeux et les défis de ces politiques, au travers d’expérimentations menées par des collectivités françaises et européennes. Nous insisterons sur le caractère participatif et le potentiel alternatif de ces politiques qui cherchent, face à une planification urbaine jugée rigide, à construire une ville plus fluide.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Rappelons, cependant, que le travail constitue toujours le premier élément structurant le quotidien (...)

1Des politiques urbaines novatrices sont apparues en Italie au milieu des années 1980. Appelées « politiques temporelles », leurs origines se trouvent dans la remise en cause des normes de vie spatio-temporelles des sociétés industrielles dues à l’avènement d’une société de services, où le temps hors travail est devenu un temps dominant : dans une ville européenne, 12 % du temps de vie est en moyenne dédié au travail et 88 % à autre chose (Viard 2012)1.

2Considérant que les dysfonctionnements du territoire ne viennent pas uniquement de ses dynamiques socio-spatiales ou économiques, mais de ses différences de rythme, cette nouvelle action publique met l’accent sur une dimension souvent ignorée du développement territorial : le temps. La régulation des différents temps sociaux et territoriaux devient une préoccupation publique et privée majeure dans un souci d’amélioration de la qualité de vie de la communauté dans son ensemble.

3La question de la prise en compte des temps du territoire n'est pas nouvelle. Dès les années 1960, des chercheurs se sont penchés sur la question des temps urbains de part et d’autre de l’Atlantique, que ce soit le géographe Thorten Hägerstrand (1970) de l'École de géographie de Lund, ou l'urbaniste états-unien Kevin Lynch (1972). Cependant, à cette époque, le moindre intérêt porté aux temporalités quotidiennes a desservi ces recherches qui ont eu peu d'échos dans le champ sociétal.

  • 2 « Dictature de l'urgence », « tyrannie de l'instant », « omnipotence du présent », toutes ces appel (...)

4Ces dernières décennies, la remise en cause des rythmes fordiens structurant l'organisation spatio-temporelle des sociétés occidentales par un nouveau modèle aux temporalités plus fractionnées, imbriquées et différenciées, dans lequel les rythmes individuels désagrègent les grands rythmes collectifs, a instauré de nouvelles articulations entre pratiques spatiales et temps sociaux (Ascher 1997 ; Bonfiglioli,1997 ; Boulin et Mückenberger, 2001 ; Boulin, 2008 ; Gwiazdzinski, 2003 ; Royoux, 2007 ; Royoux et Vassalo 2013 ; Viard, 2012). Ce phénomène, accentué par les sentiments d'urgence et d'accélération temporelle que connaissent les sociétés contemporaines (Aubert, 2003 ; Finchelstein, 2011 ; Rosa, 2010, 2012 ; Virilio, 2010), elles-mêmes stimulées par la mise en compétition permanente des individus (Ehrenberg, 1991) et par la croissance exponentielle des choix possibles (Salecl, 2012), soulève de façon aiguë la question de l'agencement et de la gestion des temps sociaux et de leurs représentation2.

  • 3 Le slow food, créé par Carlo Petrini en 1986, le slow art, créé par  l'artiste Tim Slowinski en 199 (...)
  • 4 L'apparition d'applications pour ordinateurs ou téléphones intelligents destinées à mieux gérer le (...)

5La multiplication des ouvrages dédiés à la gestion du temps (Servan-Schreiber,  2010 ; Delivré, 2006 ; Babauta, 2012 ; Sewert, 2012), l’affirmation des mouvements en faveur de la vie lente3, de la réappropriation de son propre temps (simplicité volontaire, sobriété heureuse, slow life, décroissance) et du bien-être (Kundera, 1995 ; Sansot,  1998 ; Paquot, 2002 ; Comby, 2005 ; Honoré, 2007 ; Nadolny, 2008 ; Erm, 2010 ; Le Breton, 2012), la prolifération des conseillers en emploi du temps (Poitrinal, 2012), ou de logiciels pour ordinateurs et téléphones destinés à nous aider à mieux gérer notre temps, traduisent4, à l'inverse des années 1970, l’intérêt croissant de la société civile occidentale contemporaine pour les temporalités quotidiennes.

6Cet article propose de réaliser une lecture critique de ces politiques afin d'en révéler le caractère alternatif à travers deux sources : une revue de la littérature scientifique contemporaine et le recueil d'informations de première main obtenues au sein de l'association Tempo Territorial. Cette association, dont les auteurs font partie, regroupe les acteurs engagés dans des politiques temporelles concrètes, en France. Ses adhérents sont presque tous issus du monde des collectivités territoriales. Dans chacune d’elles, ils ont conduit des enquêtes, des analyses, des expérimentations, et bénéficié de retours d’expériences. Ces éléments permettent de montrer l’intérêt des « politiques du temps », tant pour synchroniser les activités humaines entre elles que pour imaginer de nouvelles modalités de déplacement collectif, de nouveaux services à la population (comme des services de garde à des horaires atypiques), ou de nouvelles opportunités de coprésence dans l’espace public.

7Pourtant, ces préoccupations sont lentement intégrées dans les modes de management des collectivités territoriales. Sollicitant l’expertise d’usage et la participation des citoyens, elles sont confrontées au poids des savoirs techniques et constitués en matière d’aménagement. Plus généralement, elles entrent en résonance avec les difficultés de la démocratie participative pour renouveler les modes d’action publique. Les politiques temporelles doivent, à l’évidence, batailler pour accéder aux agendas locaux. Elles participent en tout cas de formes nouvelles de territorialisation de l’action publique, dans la mesure où les préoccupations temporelles se déclinent sur les mêmes thématiques d’un territoire expérimental à un autre, mais selon des modalités variant avec l’intensité de la vie sociale, les protocoles négociés de durée du travail, les rapports culturels entre les genres, etc.

8Notre hypothèse est que les modalités de mise en œuvre des « politiques temporelles » accentuent les processus de territorialisation de l’action publique observés par ailleurs (Faure et Douillet, 2005 et Faure et Négrier, 2008) et donnent de nouvelles marges de manœuvre aux acteurs locaux pour innover dans la construction de projets territoriaux. En raison de leurs origines, de leurs modes de diffusion, de leurs méthodes de diagnostic et de conception, les politiques temporelles représentent une alternative potentielle pour « fabriquer » la ville. Cependant, cette alternative reste pour le moment en devenir, du fait du manque de moyens alloués à ces politiques par les pouvoirs publics et de leur positionnement récent et expérimental dans le domaine de l’aménagement, en France du moins.

1 L’émergence italienne des politiques temporelles

9La dynamique singulière des politiques urbaines italiennes dans les années 1980-1990, notamment le caractère militant et alternatif de certaines initiatives, dans un contexte de montée en puissance des échelons locaux, de territorialisation des politiques et de développement de dispositifs de concertation (Pinson et al., 2013), vont constituer le terreau de politiques novatrices qui accordent une place centrale aux temps sociaux et territoriaux : les politiques temporelles.

  • 5 Dans l’Europe des 15, le taux moyen d’activité féminin est passé de  44 % dans les années 1970 à 60 (...)
  • 6 Depuis les années 1990, que ce soit en Italie ou en France, cette réalité ne s’est que faiblement a (...)

10L'arrivée massive des femmes sur le marché du travail à partir des années 19705 a remis en cause, en une trentaine d’années, les rapports entre les genres. Ce phénomène, qui n'est pas apparu concomitamment à une remise en question du partage des tâches au sein des couples, a, d’une part, soulevé la question de la difficile conciliation entre vie professionnelle et vie familiale pour les femmes touchées par la « double journée »6 et, d’autre part, renforcé l’emprise de l’organisation temporelle des entreprises sur la logistique de la vie quotidienne : les femmes ne disposent plus, comme par le passé, de certaines marges de manœuvre leur permettant d’accomplir des activités accessibles uniquement durant les horaires de travail standard. Mais l’intérêt des femmes pour les questions de gestion des temporalités quotidiennes ne repose pas uniquement sur une division des tâches sociales inégalitaire. Les horaires d'accès aux services publics comme privés (démarches administratives, gardes d’enfants, accès à la culture et aux loisirs, transports en commun…) n'ont pas été repensés en parallèle de cette nouvelle organisation et se sont souvent révélés inadaptés aux nouveaux rythmes adoptés par la société. Les femmes ont donc éprouvé, et éprouvent toujours, des difficultés à faire face à cette inégale répartition et à cette surcharge de responsabilités, encore peu prise en compte dans l'ensemble des politiques urbaines et du management des entreprises.

11Dès le milieu des années 1980, des femmes italiennes de gauche (élues, syndicalistes, universitaires) dénoncent la tyrannie du temps, des rythmes androcentrés et une division du travail discriminante (Boulin, 2008). Ces revendications trouvent leurs échos dans les courants féministes qui militent pour une gestion du temps de travail, familial, domestique, civique plus équilibrée entre les hommes et les femmes. Les études traitant de la condition des femmes et des politiques de l’État-providence rencontrent les préoccupations de femmes syndicalistes ou féministes et soulèvent alors la question des temps de vie et des inégalités qui y sont liées (Turco, 2011). En Italie comme ailleurs, les femmes ne souhaitent pas être cantonnées à des contrats de travail sous forme de temps partiel, mais aspirent à une baisse globale du temps de travail afin que le travail domestique et parental soit partagé équitablement (Bonfiglioli, 1997).

12A travers ces revendications, les femmes italiennes ont porté sur le devant de la scène publique les inégalités du partage des tâches, de la division du travail et les questions d’accès aux aménités urbaines, afin de redéfinir les temps sociaux et territoriaux au service de l’intérêt général. Ce faisant, elles ont voulu inscrire le temps en dehors de la logique « le temps, c’est de l’argent », au profit de celle-ci : « le temps, c’est un droit ».

13De cette réflexion est né, en 1986, un projet de loi présenté par des élues du Parti Communiste italien. Livia Turco, députée à l’origine de ce texte, y demande en préambule la reconnaissance d’un droit au temps. Cette loi s’intitule : « Les femmes changent les temps : une loi pour rendre les horaires de travail, les horaires de la ville et les rythmes de vie plus humains ». Elle constitue le point de départ des politiques temporelles. Elle a pour objectif de favoriser la conciliation entre temps de travail, familial et personnel et de promouvoir des rythmes plus lents et plus conviviaux.

14Proposée en 1987 au Parlement, elle suscitera le débat et sera très critiquée par des partis de tous bords et incomprise par les syndicats patronaux qui y verront principalement les surcoûts que cela pourrait induire. Cependant, elle fera plutôt consensus parmi le personnel électif féminin ; d’ailleurs, de nombreuses femmes élues de premier rang la soutiendront. Ce projet de loi n’aboutira pas, mais il permettra de mettre en débat cette nouvelle question sociale, en identifiant la gestion du temps comme un problème dont les autorités publiques doivent se saisir. Néanmoins, sans attendre une légifération, des politiques publiques locales ont répondu à cette demande sociale. Des villes, à l’instar de Modène, ont mis en place des expérimentations, notamment en agissant sur les horaires des services du territoire, au travers d’un plan d’aménagement pour les réglementer et les coordonner.

15En 1990, des éléments de la proposition seront repris dans une loi de réforme de l’administration publique. La loi 142/90 octroiera aux maires la gestion de tous les horaires des services publics de leur territoire. Elle sera l’occasion d’un débat sur la qualité des services publics, sur l’efficacité de l’offre de mobilité, lors de la mise en place de plans horaires destinés à moduler les heures d’ouverture des services selon les besoins des utilisateurs.

  • 7 Les bureaux ou agences des temps sont des instances mises en place par les collectivités territoria (...)

16À la suite de cette loi, de nombreuses villes du nord de l’Italie (Bolzano, Catane, Gênes, Pesaro, Rome, Turin, Venise) vont suivre l'exemple de Milan, qui a créé un bureau des temps7 chargé de mettre en œuvre des projets d'aménagement du temps (Bonfiglioli, 1997). Les principales actions menées par ces villes ont concerné : les pactes de mobilité durable, les accords négociés entre les entreprises, les collectivités, et les autorités organisatrices de transports, afin de réguler la mobilité des personnes et des biens sur un territoire tout en favorisant la multimodalité ;  la requalification des espaces publics, en associant des actions temporelles et d’urbanisme ; le réaménagement des horaires d'ouverture des commerces et des services avec les Plans horaires.

17C'est dans ce contexte foisonnant de réflexions et d'expérimentations sur l'aménagement de l'espace-temps que, treize ans plus tard, la proposition de loi du Parti Communiste est adoptée par le Parlement le 8 mars 2000. Un volet de cette loi incite les entreprises à repenser leurs horaires afin d'être en meilleure adéquation avec les besoins des familles. Un autre volet concerne le temps des villes et oblige les villes de plus de 30 000 habitants, ainsi que les réseaux de communes plus petites, à mettre en place un plan territorial des temps et de mobilités, afin d'améliorer la qualité de vie citadine et la mobilité, en repensant les horaires d'ouverture des services publics et privés. Cette loi oblige également ces communes à créer un bureau des temps et une table de concertation entre la municipalité et les principaux donneurs de temps (système éducatif, entreprises et syndicats, administrations, etc.), leurs usagers et les citoyens.

18L'Italie reste actuellement le seul pays européen à s'être doté de lois pour que les régions et communes aient les pouvoirs et l'obligation d'agir en faveur d’une conciliation des temps sociaux et territoriaux grâce à une planification temporelle. En donnant un cadre légal aux politiques temporelles, ces lois ont permis aux collectivités locales de s'inscrire dans le temps et d'être toujours actives, malgré la perte du soutien du gouvernement lors du changement de majorité et la fin du gouvernement Prodi au début des années 2000 (Turco, 2011).

  • 8 Association destinée à faire la promotion des politiques temporelles. Soutenue par un réseau d’élue (...)

19Au-delà de la promulgation de ces lois, des acteurs engagés vont favoriser le développement des politiques temporelles. Créée dans les années 1990, l'association Pianoforte8 va soutenir le développement de ces politiques par des actions de mise en réseau, de capitalisation et de diffusion des expérimentations menées par les villes en matière de politiques temporelles (Bonfiglioli 1997), comme le font également l'Institut Polytechnique de Milan et l’Université de Milan au travers de projets de recherche portant sur la compréhension des rythmes des villes. D'autres universités sont d'un soutien important en proposant des formations pour les instigateurs de ces politiques (Bonfiglioli, 2004). L’inscription de ces politiques dans un réseau d’acteurs territoriaux a également favorisé l’émergence d’initiatives par le bas. Celles-ci ont débordé et devancé la normalisation législative, participant ainsi à une logique de territorialisation. Elles restent actives et continuent leur travail d’expérimentation, notamment dans l’Italie du nord avec les villes de Bergame, Bolzano, Milan, Turin, etc. L’Italie des années 1990 a donc été le berceau de l’émergence du temps comme question de société. L’agencement des temps sociaux et le partage des tâches face aux réalités sociétales contemporaines ont été le point de départ de revendications appelant à une redéfinition des temps sociaux et des temps de la ville dans leur globalité.

20D’autres pays Européens vont prendre exemple sur l’Italie afin de mettre en œuvre sur leur territoire ces politiques porteuses de nouveaux sens et de nouveaux enjeux. Cependant, leur diffusion n’est pas linéaire et si dans un premier temps les échelons nationaux et supranationaux vont appuyer les collectivités locales porteuses de ces initiatives, ces dernières se retrouveront rapidement seules à militer en faveur de la prise en compte du temps pour repenser les projets de territoires.

2. Une diffusion rapide des politiques temporelles en Europe : l'exemple de la France

21À partir de l'exemple italien, tout en tenant compte des particularités et sensibilités locales, les politiques temporelles se sont diffusées en Europe. Cette diffusion est stimulée par les politiques sociales européennes au début des années 2000. En effet, les politiques temporelles s’inscrivent dans des projets favorables à la prise en compte de l'égalité des genres et de la qualité de vie.

22Ces politiques sont diffusées tout d’abord grâce aux actions d’Eurexcter, réseau européen au service de la coopération interrégionale financée par les syndicats européens, destiné à contribuer à l'amélioration de la qualité de vie des territoires par le dialogue local, en promouvant un nouveau type de gouvernance territoriale. Ce réseau de villes, de territoires et d'universités, financé par le Fonds Social Européen (FSE) de 1996 à 2000, a associé l’Allemagne, l’Espagne, la France, l’Irlande et l’Italie. Il a donné naissance à des projets pilotes et à des échanges de « bonnes pratiques », et a soutenu les politiques temporelles en favorisant leur diffusion au sein des territoires membres de cette expérimentation. Ce réseau a vu, dans les méthodes de concertation inhérentes à ces politiques, une opportunité de renouvellement des méthodes classiques de gouvernance.

23En France, entre 1996 et 1999, la branche nationale de ce réseau, l'Association Française pour l'Excellence Territoriale (AFET), propose des formations portant sur les questions temporelles. Elle contribue alors à susciter  un travail réflexif concernant l’intégration des questions temporelles dans les politiques municipales des villes de Saint-Denis et de Poitiers.

24A la suite de cette première approche, l'État, par l’intermédiaire de la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR), a joué un rôle primordial dans la diffusion des politiques du temps. Rappelons que, dans les années 1990, les lois Aubry sur les 35 heures ont placé la question des temporalités quotidiennes sur le devant de la scène (Boulin, 2003). En 2000, dans le cadre du programme prospectif « Territoires 2020 », la DATAR crée un groupe de travail  baptisé « Temps et territoires », au sein duquel quatre collectivités s’impliquent : les communes de Saint-Denis et de Poitiers, le Territoire de Belfort et le Département de la Gironde. Ces « expérimentations prospectives [devaient] pouvoir aboutir à la mise en place de « bureaux des temps » et à des politiques et des actions en faveur de la coordination des temps, sur des échelles territoriales variables » (DATAR, 2001 : 9-10). Les moyens humains (services de formation, d’études, représentations statistiques et cartographiques, réflexion prospective, séminaires et plates-formes d’échanges d’expériences) et financiers importants accordés à ce groupe de travail ont favorisé l’émergence des premières initiatives en matière de politiques temporelles en France. En 2000, un séminaire intitulé « Temps des femmes, temps des villes » est organisé à Poitiers à l’initiative de Claude Bartolone, ministre délégué à la Ville, et de Nicole Péry, secrétaire d'État aux Droits des Femmes. A la suite de ce séminaire, à la demande des ministères de la Ville et du Droit des Femmes, le député-maire de Rennes, Edmond Hervé, remet, en juin 2001, un rapport sur les « temps de la ville » qui appelle, suivant l'exemple italien, à la création d'un bureau des temps dans les villes de plus de 20 000 habitants. C’est l’agglomération de Poitiers qui, en 2001, créé le premier bureau des temps avec le soutien manifeste du maire, Jacques Santrot, sensibilisé aux problématiques des rythmes des villes. D'autres séminaires décentralisés et un fonds de 4,5 millions d'euros mis à disposition par le gouvernement à partir de 2001 (Boulin, 2004) permettent d'élargir ces expérimentations à de nouveaux territoires : les Villes de Créteil, de Lille, de Paris, de Rennes, la Communauté urbaine du Grand Nancy.

25Durant cette période, le soutien financier de l'État est continu : lors de son intervention à l'occasion du festival international de la Ville de Créteil, le premier ministre Lionel Jospin confirme que « les politiques des temps sont essentielles. » (DATAR, 2001 : 4). Dans ce discours, il précise également qu'« à travers les contrats d’agglomération et les contrats de pays, le Gouvernement devait soutenir les initiatives des collectivités en vue d’harmoniser les temps de la vie quotidienne. Il souhaite d’ailleurs veiller à ce que les enseignements de ces expériences soient pleinement pris en compte en 2003, lors de la révision des contrats de plan État-région ». En septembre de la même année, le chef du gouvernement fait savoir son intention de créer un fond d'expérimentation (DATAR et Délégation interministérielle à la Ville), en faveur de « l'harmonisation des temps ». Une loi, destinée à encourager la création de bureaux des temps, est alors en préparation.

26Cependant, en 2002, le changement de majorité met fin au soutien de l'État en matière de promotion et de financement. Dès lors, les initiatives en matière de politiques temporelles sont portées essentiellement par des collectivités territoriales. Pour cela, elles sollicitent le soutien du Programme européen d’Initiative Communautaire « Equal », mis en place en 2002, sur le thème de la « conciliation entre vie familiale et vie professionnelle ». Le programme Equal (2002-2008), porté par les pays déjà engagés dans le réseau Eurexcter et rejoint par les Pays-Bas, la Finlande et le Portugal, vise à promouvoir l'égalité sociale et des genres notamment sur le marché de l'emploi. Il permet la création d'un réseau d'échange européen qui diffuse les premières expériences portées par les politiques temporelles. Ce programme européen recentre les questions temporelles sur l’égalité des genres, ainsi que sur la conciliation des temps de travail et des temps familiaux, au détriment des articulations initiales entre le temps et la planification territoriale défendues dans le programme de la DATAR. Ce faisant, cette approche renoue avec la pensée féministe soucieuse de l'égalité des genres, en partie à l’origine des préoccupations temporelles. Ces politiques peinent par la suite à évoluer vers des politiques plus transversales, intégrant de nouveaux enjeux. Pour Jean-Yves Boulin, sociologue et vice-président de l'association Tempo Territorial (2008), la France peine à concevoir le passage d’une approche en termes de genres et de politiques sociales à une approche plus sociétale qui intègre à la fois la citoyenneté et la dimension spatiale et territoriale.

27Cependant, malgré ces difficultés, en 2015, plus d'une trentaine d’institutions locales (communes, intercommunalités, départements, régions) sont engagées dans les politiques temporelles en France. Cet essor est notamment dû au travail mené par Tempo Territorial, association créée en 2004 à l'aide de financements européens et propres aux collectivités impliquées dans les politiques temporelles. Ce réseau national, réunissant des agents des collectivités, des chercheurs, des entreprises, des associations et des citoyens,9 est un centre de ressources qui capitalise et diffuse les expérimentations, accompagne les acteurs et les territoires dans des démarches temporelles, et propose des journées de formation. C'est également un lieu de débat et d'échanges, permettant la création de groupes de réflexion autour des questions temporelles. Sa volonté est de faire reconnaître le droit au temps, la pertinence d’agir en matière temporelle, quelles que soient les politiques publiques locales. Il cherche ainsi à se constituer en « acteur collectif » encourageant les responsables publics et privés à prendre en compte ces dimensions. Il milite donc pour faire connaître et reconnaître l'intérêt des politiques temporelles et plaide auprès des décideurs politiques pour que la prise en compte de ces politiques fassent désormais partie de leur profession de foi.

28Les politiques temporelles se sont donc rapidement diffusées en France avec un accent mis, sous l’effet des projets européens, sur les questions d'égalité des genres et de cohésion sociale. Soutenues par l’Etat, elles pâtissent du changement de gouvernement en 2002. Les collectivités locales sont alors appelées à devenir les lieux d’impulsion de ces politiques. Elles se structurent pour ce faire en réseaux afin de conserver la dynamique engagée et de favoriser la diffusion de leurs innovations. Cependant, l’absence de soutien de la part des échelons nationaux et supranationaux nuit à la force de leurs actions et à leur visibilité. Mais en investissant la scène de l’aménagement du territoire, en proposant une autre approche de la concertation et de la planification, ces politiques connaissent, en 2015, un regain d’intérêt de la part d’un nombre de plus en plus important d’acteurs qui n’appartiennent pas exclusivement au monde des collectivités territoriales.

3. Repenser les projets d’aménagement en intégrant simultanément l’espace et le temps : les conditions d’une participation citoyenne renforcée

29Introduire de nouvelles formes de participation et de nouveaux instruments pour réaliser une lecture critique des réalités spatio-temporelles d’un territoire, modifier les règles du jeu pour aborder la planification et les problèmes locaux, telles sont les caractéristiques majeures des politiques temporelles. Leur caractère transversal et participatif constitue des éléments forts de leur argumentaire.

30À l’heure où les citoyens souhaitent un « droit de regard » sur l'action publique par le biais de politiques publiques participatives, les enjeux de gouvernance et de concertation apparaissent comme de nouveaux défis pour les territoires, mais les élus peinent encore à véritablement coconstruire des projets avec la société civile dans son ensemble. Ils favorisent même, parfois, une certaine confiscation du pouvoir au profit d’une élite locale (Crépon et Stiegler, 2004 ; Jouve, 2003 ; Cadiou, 2013 ; Simoulin, 2007 ; Tournont 2009 ; 27e région, 2010). Les projets menés par les politiques temporelles veulent rompre avec ces anciens schémas faits par et pour les institutions. Leur but consiste à monter des projets en concertation avec les principaux intéressés dans une recherche de coconception. En effet la prise en compte du temps ne peut se faire sans tenir compte des utilisateurs et pourvoyeurs de services. Ces politiques encouragent donc le dialogue et les échanges à l’aide d’expertises collectives, favorisant l’émergence de discussions productives pour fonder des projets plus robustes.

31Ces projets visent à remplacer les rapports hiérarchiques entre les différents acteurs concernés par des rapports de dialogue, à l’image des « tables quadrangulaires » italiennes qui réunissent élus, décideurs, salariés et citoyens pour toute action concernant la vie publique et l’aménagement urbain : activités nocturnes, aménagement d’une place, horaires des commerces et des administrations, organisation des modes de gardes, des modes de déplacements, concertation avec les « générateurs » de temps tels que l’Éducation nationale et les entreprises. Que ce soit pour mettre en place des services de gardes d’enfants à des horaires atypiques, pour débattre de l’ouverture des médiathèques le dimanche ou du réaménagement des horaires des techniciens de surface en journée, la participation est la condition sine qua non de la réussite des projets. Faciliter les temps d’accès des usagers tout en ne pénalisant pas les temps des pourvoyeurs de services est un objectif qui requiert une négociation pour élaborer des solutions réalistes.

32En faisant de l’articulation entre temps sociaux et territoriaux une question de société, les politiques temporelles se posent en alternative à l’ensemble des pratiques contemporaines de construction de la ville. Elles apportent désormais un nouvel éclairage sur les pratiques d’aménagement urbain. De cette exploration des liens entre temps et espace, de nouveaux termes apparaissent : « aménagement temporaire », « ville malléable », « chrono-urbanisme »… Quels enjeux se cachent derrière ces notions, quelles alternatives proposent-elles ?

33L’apparition de ces notions questionne les outils traditionnels de l’aménagement et de la planification issus de la LOF (Loi d’orientation foncière de 1967) et de la loi SRU (Solidarité et renouvellement urbain - 2000). Les théories aménagistes se sont jusque-là intéressées à la répartition des fonctions puis aux questions de mobilité et d’habitat. « Mais l’histoire de l’urbanisme et sa complexification croissante ont négligé les situations de polychronie. » (Richer, 2013 : 124). Ainsi, les PLU (Plans Locaux d’Urbanisme) et les SCoT (Schémas de Cohérence Territoriale) essayent d’instaurer une répartition des activités dans l’espace, mais limitent la dimension spatiale et ignorent les dimensions temporelles du territoire (Gwiazdzinski, 2005). Dans cette perspective, l’espace figure bien comme objet d’attention d’une action ; en revanche, le temps reste une variable ignorée ou le plus souvent intégrée à la marge. Plus encore, l’espace est aménagé pour faire gagner du temps. L’inverse est-il possible ? Peut-on aménager le temps pour agir sur l’espace comme le proposent les politiques temporelles ?

34Face aux défis que doivent relever les villes (mobilité, mixité, proximité, cohésion...), les questions temporelles doivent trouver leur place dans les politiques d’aménagement du territoire. L’espace et le temps sont des ressources fondamentales non renouvelables avec lesquelles l’aménageur peut jouer. Alors que les leviers locaux sur l’énergie sont encore faibles, et que l’espace constitue une ressource rare, le temps permet de composer avec les deux dimensions précédentes et de réintroduire la prise en compte de la vie quotidienne des collectifs et individus dans le débat (Gwiazdzinski, 2012) : on peut, par exemple, l’envisager à travers les projets d’urbanisme temporaires ou les nouveaux usages et temporalités des espaces publics.

35Les aménagements temporaires, les aménagements non pérennes sont souvent utilisés sur la voirie (Chabot, 2013), mais qu’en est-il du reste de l’espace public ? Jardins provisoires, micro-équipements mobiles, lieux de rencontres éphémères, occupation passagère d’un bâtiment en attente de requalification par des projets sociaux ou culturels… : les aménagements temporaires offrent une nouvelle lecture de la ville. Ils permettent d’occuper des friches urbaines en attendant leur aménagement et de redonner ainsi de la vie à des espaces délaissés ; ce faisant, ils offrent l’opportunité de recenser l’ensemble des espaces libres de la ville qui ont cette potentialité (Zareh, 2012). Ils permettent également de ponctuer, par leur présence, des projets d’aménagement lourds, afin de ne pas interrompre la vie de quartier le temps des travaux et de maintenir une certaine dynamique sociale et économique (Chabot, 2013). Cette occupation, voire cette reconquête des friches urbaines, participe à la revalorisation (image, foncière, urbaine) du site et engendre donc des retombées positives tout en limitant leurs nuisances (Andres, 2011).

36Au-delà de ces aspects concernant la valorisation, le maintien du lien social et de la vie, les aménagements temporaires ont d’autres atouts à proposer : ils questionnent les usages habituels de l’espace et en proposent de nouveaux. Ils introduisent une certaine flexibilité dans l’espace, et par là même, l’anticipation ou l’expérimentation de nouvelles formes spatio-temporelles. Ils constituent ainsi une interface permettant le passage du temporaire au durable. La question temporelle ne se limite alors plus au temporaire, mais s’ouvre aux temporalités et aux usages différenciés de l’espace dans le temps. Elle permet ainsi d’aborder la possibilité de diversifier les usages des espaces publics, des voiries, en mettant en place par exemple des fermetures temporaires. Les aménagements temporaires incitent « à réfléchir sur la notion d’espace public » et « engendrent inévitablement un débat, autour de la ville contemporaine et sur la place des êtres qui la peuplent » (Canosa et Trayser, 2005 : 2). C’est ce que révèle l’exemple de la fermeture des voies sur berge le week-end à Paris, lorsqu'il y a moins de déplacements domicile-travail, pour permettre des balades, des activités de loisirs.  C’est aussi l'opération « Les yeux de la ville » ‑ un projet d’aménagement temporaire réalisé chaque été par la Ville de Genève ‑ qui transforme l’espace public en modifiant les conditions de circulation et la configuration des lieux, afin de rendre l’espace urbain aux piétons et permettre ainsi l’expression de nouveaux usages (Trayser, 2011).

37Prendre en compte les différentiations temporelles des usages de l’espace permet de redessiner de nouvelles pratiques d’investissement de l'espace public. En ouvrant d’autres possibilités d’usage, ces aménagements sollicitent et cherchent à modifier les comportements ; ils souhaitent donner envie de vivre autrement et d’infléchir les usages en apportant la preuve que des changements sont possibles (Canosa et Trayser, 2005). Ces tests grandeur nature permettent d’observer, d’explorer les évolutions possibles, de construire par étapes, d’identifier les conflits potentiels, de nourrir le débat public. Mais aussi de s’intéresser à l’intérêt, à la fonctionnalité et aux usages d’un aménagement selon ses temporalités (quotidiennes, hebdomadaires, saisonnières). Cette préfiguration temporaire d’un projet, ces moments où les usages et fonctions habituels des espaces sont redéfinis et soumis à un jugement d’usage, à une confrontation entre envies et réalisation, peut être perçue comme une forme de participation « revigorée » à la construction d’un projet, une participation qui est plus « séduisante » qu’une réunion publique où bien peu de personnes se rendent, et encore moins prennent la parole.

38Le passage de la notion de temporaire à celle de temporalités délimite alors une ville réversible, dont le projet est de mêler l’espace et le temps, le temporaire et le durable pour construire un territoire urbain aux temporalités différenciées et aux espaces hybrides. La ville réversible (parfois dénommée « ville malléable ») cherche à mettre fin à la monofonctionnalité pour introduire de la polyvalence, de la modularité et de l’hybridation, des usages alternés des espaces et de leurs équipements, selon différents moments, pour limiter la consommation d’espace (Gwiazdzinski, 2013b). Elle introduit de la souplesse en tentant de prendre en compte les besoins et le bien-être des habitants et usagers et en définissant d’autres règles d’usage et de partage (Gwiazdzinski, 2007 et 2011). Cette ville malléable ou réversible « est un emprunt à la lecture du monde biologique et non plus mécanique. Elle invite à la souplesse du vivant, plutôt qu’à la rigidité de ces œuvres humaines conçues littéralement pour traverser le temps. Elle expose à la surprise, plutôt qu’elle ne propose une finalité. Par définition, elle dérange le monde que tant d’autres actes et volontés s’efforcent de ranger » (Vanier 2013 : 266).  

39Dans la pratique, en termes d’urbanisme opérationnel, d’autres parlent de « chrono-urbanisme » (Ascher 1997), d’ « urbanisme chronotopique » (Mallet, 2013), ou encore d’ « urbanisme des temps » (Gwiazdzinski, 2013a). Ces trois dénominations recouvrent la même réalité : des aménagements qui intègrent la variable « temps » au même titre que la variable « espace » dans sa conception et ses projets ; un urbanisme qui réponde à « la nécessité de régulations temporelles territorialisées » (Asher 1997 : 120) et imagine « sinon un zonage temporel des activités, tout au moins une qualification temporelle des divers territoires » (Asher 1997 : 121) ; un urbanisme des temps défini comme « l’ensemble des plans, organisations des horaires, et actions cohérentes sur l’espace et le temps qui permettent l’organisation optimale des fonctions techniques, sociales et esthétiques de la ville pour une métropole plus humaine, accessible et hospitalière » (Gwiazdzinski, 2013a : 2).

40Penser l’aménagement de l’espace sous l’angle temporel, c'est concevoir des espaces publics, des bâtiments et équipements, des services et des transports dont la morphologie est évolutive selon les temporalités et les usages différenciés. Cela revient à mettre à l’honneur un urbanisme qui prend en compte la multiplicité des temps sociaux, la polychronie des lieux et la polyvalence séquentielle des espaces (Mallet, 2013). Pour notre part, cette conception  intègre les différents usages de l'espace par les populations résidentes et temporaires et les différentes générations qui le fréquentent à un instant T ainsi que leurs évolutions à T+1. Ce type d’aménagement pense la polyfonctionnalité des espaces construits et aménagés, afin de favoriser le partage et l’optimisation de leur utilisation, notamment en regroupant des fonctions sur des créneaux horaires différents sur un même lieu.

41Penser l’usage de l’espace dans le temps signifie réfléchir à la maîtrise des usages des lieux. Cette forme d’aménagement articule en permanence deux registres : le long terme (la mutabilité, l’adaptabilité) et le court terme (les usages, le partage). Mais au-delà de la théorie qui alimente cette nouvelle façon de concevoir le territoire, qu’en est-il des prémisses de cette pratique en devenir qui se pose en alternative à une planification figée, centrée uniquement sur l’espace ?

42Au Pays-Bas, les écoles, dont l’utilisation pour l’enseignement est limitée dans le temps, sont pensées et conçues pour être des lieux multifonctionnels pouvant accueillir d’autres activités en dehors des créneaux d’enseignement et favoriser ainsi la vie de quartier. La régulation des activités accueillies et de leurs créneaux horaires s'effectue via un coordinateur et un conseil qui réunit l'ensemble des acteurs impliqués (enseignants, parents, associations de quartiers, etc.) (Boulin, 2012). À Paris, des écoles et des collèges se sont également engagés dans des démarches de ce type, et la municipalité souhaite renforcer l'ouverture des collèges aux activités de leur quartier. La plus grande difficulté réside dans le fait que ces bâtiments, non conçus pour être multifonctionnels, ne possèdent pas de sas d'entrée ou de fermeture permettant de cloisonner les espaces selon leur utilisation et, de fait, nécessitent la mobilisation d'un gardien pour garantir la sécurité des locaux lors de leur mise à disponibilité (Koehl et Robert, 2012). Selon Thomas Perez-Vitoria, directeur de cabinet de Mao Péninou, élu de la Ville de Paris délégué aux politiques temporelles jusqu’en 2014, «  l’utilisation des collèges pour des activités non scolaires permet de modifier le rapport des parents à l’institution éducative. Ceux-ci fréquentent le bâtiment pour de nouveaux usages, ils le démystifient des mauvais souvenirs qu’il peut véhiculer. » (Tempo Territorial, 2012 : 4)

43Les maisons des services publics ou guichets uniques sont un autre exemple de lieux multifonctionnels. Ce sont des structures regroupant différents services publics, parapublics et associatifs, indispensables à la vie quotidienne dans un lieu unique et accessible à des horaires élargis afin d’en faciliter leur accès. Outre leur fonction première, ces lieux impulsent des dynamiques transversales. À Poitiers, les guichets uniques de rentrée, réunissant l’ensemble des services liés à la scolarité et à la périscolarité, permettent par exemple aux pères de s’investir dans les tâches administratives liées à la rentrée scolaire. Ils permettent en outre d’ouvrir les loisirs culturels à de nouveaux publics : l’intégration d’un guichet d’inscription aux beaux-arts au sein des guichets uniques de rentrée a rencontré un tel succès que de nouveaux professeurs ont dû être embauchés. Ces lieux multiservices sont plus que la somme de leurs parties, car ils permettent de créer des synergies et de la transversalité entre les services présents et de penser des projets communs. Le regroupement des services et des fonctions en un même lieu possède aussi une dimension sociale, en favorisant l'accessibilité des aménités urbaines à tous et en permettant à différents types d'usagers de se côtoyer en un même lieu durant la même séquence de temps (Boulin, 2012).

44La métropole de Rennes prend en compte l'évolutivité des usages dans le temps grâce à des opérations d'aménagement « évolutives ». Les projets mis en œuvre intègrent dès leur origine la possibilité d'évoluer vers d'autres fonctionnalités, que ce soit à l'échelle des parcelles – aménagements modulables, réserves foncières ou petits espaces non bâtis ou avec des aménagements temporaires légers, afin de garder la possibilité de les adapter selon les usages réels… ou futurs – ou des bâtiments, qui sont alors conçus en intégrant la possible évolution de leur fonction. La chargée de mission au bureau des temps de Rennes Métropole évoque deux exemples représentatifs :

  • dans le PLU de Rennes, les logements en rez-de-chaussée des (futurs) nouveaux quartiers doivent avoir 3,5 mètres de haut afin de pouvoir accueillir si besoin des activités ou commerces ;

  • pour certains projets de parkings en silo, notamment à Villejean ou dans l'écoquartier Via Silva 2040, la hauteur de plafond prévue est de 2,5 mètres, au lieu des 2,1 mètres qui seraient suffisants pour un parking, l'objectif étant de pouvoir envisager de transformer ces parkings à terme en logements, si le recours à la voiture tend à décroître (entretien).

45Ces nouvelles pratiques traduisent une tendance encore timide à construire une « mutabilité » dans le bâti, qu’elle soit fonctionnelle (habitat, commerces) ou liée à la plus grande diversité des formes d’habiter : célibat, couple, décohabitation, famille recomposée, accueil de jeunes adultes ou de personnes âgées (Eleb, 2013).

46Certaines villes pionnières, à l'instar de Dijon, Montpellier, Niort ou Rennes approfondissent cette démarche et la traduisent par davantage de réalisations concrètes, cherchant ainsi à « concevoir l’avenir des territoires sans les figer » (Trouwborst, 2013 : 202). Néanmoins, intégrer les temps dans les documents de planification opposables n’est pas sans poser problème. La principale limite à l’intégration des politiques temporelles dans la planification urbaine provient d’une difficulté juridique : les politiques temporelles intègrent essentiellement de nouveaux modes de gestion, alors que les documents de planification interrogent l’utilisation des sols, en excluant implicitement les questions de gestion. Pourtant, la liaison entre ces deux pratiques est indispensable. En effet, la gestion ne peut pas être pensée en dehors de l’aménagement, et inversement. Gestion et aménagement doivent entretenir un dialogue étroit : l’aménagement influence et facilite la gestion, et cette dernière le conforte.

Conclusion

47Dans un contexte où la gestion du temps est devenue une question de société, il existe un décalage entre les objectifs des politiques temporelles et les résultats souhaités : la prise en compte du temps dans les politiques publiques et les entreprises reste encore marginale. Le désengagement des instances nationales ou supranationales ne doit pas cacher la nécessité de prendre en compte des temps sociaux afin de construire l'avenir. Toutefois, le travail déjà effectué a contribué à faire du temps une véritable question de société mise à l’agenda public. En effet, les politiques publiques ne peuvent être réduites à la recherche de solutions opérationnelles. Mettre au point une politique publique, ce n’est pas seulement résoudre un problème, c’est construire une représentation des problèmes qui met en place les conditions socio-politiques de leur traitement par la société (Muller et Surel, 1998).Ainsi, le travail effectué jusqu'à présent par les défenseurs des politiques temporelles - et leurs réalisations concrètes - ont contribué à l’émergence des conditions nécessaires pour que la société traite sérieusement les défaillances de l’organisation temporelle de ses territoires.

48Cela se traduit par le nouveau tournant que prennent ces politiques qui, à la suite d’une première phase reposant sur une approche en termes de gestion et de synchronisation des temps (accessibilité spatio-temporelle des services, conciliation entre vie familiale et vie professionnelle, égalité des genres…), entrent dans une seconde phase où le temps et l'espace sont enfin réunis autour de problématiques communes, synonymes de territorialisation de l’action publique locale. Bien qu’innovantes, les actions entreprises dans une planification plus ouverte sont encore loin de correspondre aux critères qui définissent l’espace, la ville réversible ou malléable. Elles posent cependant les jalons de cette nouvelle approche qui semble constituer le futur des espaces urbains. Leur inscription manque encore dans un projet de territoire d’envergure destiné à jouer avec les cartes de l’espace et les rouages du temps pour redessiner la ville.

49La ville mutable, adaptable, réversible, représente avant tout des essais, des espoirs « de sortir du carcan de la vision planificatrice rationnelle, qui subsiste malgré ou à cause de l'apparente disparition de ses formes d'expressions les plus marquées » (Scherrer, 2013 : 47). Ces essais sont les prémisses de nouvelles stratégies visant à infléchir les modes d’organisation de la planification pour introduire plus de souplesse dans les projets.

Haut de page

Bibliographie

27ème Région (2010), Design des politiques publiques, la Documentation Française.

Arot, D. (2012), L’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques : progrès et obstacles, IGB, Rapport pour le compte du Ministère de la Culture, Paris.

Andres, L. (2013), « L'intérim, le temporaire et la veille comme enjeux d'une ville réversible et éminemment mutable », in :Scherrer, F. et Vanier, M.  (sous la direction de), Villes, Territoires, Réversibilités, Hermann, Paris, pp. 49-62.

Ascher, F. (1997), « Du vivre en juste à temps au chrono-urbanisme », Revue Les Annales de la Recherche Urbaine, 77, pp. 113-122.

Ascher, F. (2000), « Les mobilités et les temporalités, condensateurs des mutations urbaines», in Bonnet, M. et Desjeux, D. (sous la direction de), Les territoires de la mobilité, PUF, Paris, pp. 201-214.

Ascher, F. (2010), Les nouveaux principes de l'urbanisme, L’Aube, Marseille.

Augereau, R. et Richer, J. (2013), Révision du PLU de Niort cadrage pour l’élaboration d’une trame temporelle, Niort.

Aubert, N. (2003), Le Culte de l’Urgence la société malade du temps, Flammarion, Paris.

Babauta, L. (2010), La semaine de 4 heures, Pearson, New-York.

Babauta, L. (2012), L'art d'aller à l'essentiel, Leduc, Paris.

Boulin, J.-Y.  (2003), « Les temps de la ville », Revue Projet, 273, pp. 30-39.

Boulin, J.-Y. (2004),  « L'émergence des politiques temporelles en Europe », in : Istace, E. et al., (sous la direction de), Sphères privée et professionnelle, De Boeck, Paris, pp. 313-328.

Boulin, J.-Y. (2008), Villes et politiques temporelles, La Documentation Française, Paris.

Boulin, J.-Y. (2012), Les enjeux temporels de l’utilisation partagée des équipements et des services, Rapport pour Tempo Territorial, Paris.

Boulin, J.-Y. et Mückenberger, U. (2001), La ville à mille temps, l’Aube, Marseille.

Bonfiglioli, S. (1997), « Les politiques des temps urbains en Italie »,  Revue Les Annales de la Recherche Urbaine, pp. 22-30.

Bonfiglioli, S. (2004),  « L'Italie met en place des politiques de temps urbains pour un rapprochement entre vie privée et vie professionnelle », in : Istace, É. et al., (sous la direction de), Sphères privée et professionnelle, De Boeck, Paris, pp. 329-352.

Cadiou, S. (2013), « Jeux et enjeux de connaissance l’expertise au service de la gouvernance municipale », in : Pasquier, R., Simoulin, V. et Weisbein, J., (sous la direction de), La gouvernance territoriale, pratiques discours et théories, LGDJ, Paris, pp. 197-221

Canosa, A. et Trayser, M. (2005), Aménagements éphémères et durabilité – le cas de l’opération « Les yeux de la ville », rapport pour  la ville de Genève, Université de Lausanne.

Chabot, L. (2013), Lausanne, Les aménagements papillons ; nouvel outil stratégique d'aménagement urbain ?, Master, Géographie, Université de Lausanne, Lyon.

Crépon, M. et Stiegler, B. (2004), De la démocratie participative, Mille et une nuits, Paris.

DATAR (2001), Temps et territoires, prospective et expérimentation, Paris.  

Delsart, V. et al., 2004, « L’évolution de l’activité féminine dans l’Union Européenne, convergences et divergences », Revues Innovations, 20, pp. 9-32.

Donnat, O. (2009), Les pratiques culturelles des Français à l'ère numérique. Éléments de synthèse 1997-2008, Rapport pour le Ministère de la Culture, Etudes, 5, Paris.

Ehrenberg, A. (1991), Le culte de la performance, Calmann-Levy, Paris.

Eleb, M. (2013), « L'habitat : flexible, adaptable, réversible ? »inScherrer, F. et Vanier, M.  (sous la direction de), Villes, Territoires, Réversibilités, Hermann, Paris.

Erm, P. (2010), Vivre plus lentement : Un nouvel art de vivre, Ulmer, Paris.

Faure, A. et Douillet, A-C. (2005), L’action publique et la question territoriale, PUG, Grenoble.

Faure, A., Négrier, E. (2008), Les politiques publiques à l’épreuve de l’action locale, L’Harmattan, Paris.

Finchelstein, G. (2011), La dictature de l’urgence, Fayard, Paris.

Godard, F. (1997), « Gérer les temporalités : du travail à la ville », in Obadia, A., (sous la direction de), Entreprendre la ville : Nouvelles temporalités, Nouveaux services, l’Aube, Marseille.

Gwiazdzinski, L. (2003), La ville 24 heures sur 24, L’Aube, Marseille.

Gwiazdzinski, L. (2005), La nuit, dernière frontière de la ville, L’Aube, Marseille.

Gwiazdzinski, L. (2007), Redistribution des cartes dans la ville malléable, Espace Populations Sociétés, http://eps.revues.org/2270.

Gwiazdzinski, L. (2011), « Ville malléable, ville hybride dans Propos sur la ville sensible », Conférence, Université de Tours, Tours, 17 sept.

Gwiazdzinski,  L. (2012), « La ville adaptable insérer les rythmes urbains », Revue Europan, pp. 9-12.

Gwiazdzinski, L. (2013a),  « Quel temps est-il ? Eloge du chrono-urbanisme », Revues Vues sur la ville, 30, p. 2.

Gwiazdzinski, L. (2013b),  « De l’hypothèse de la réversibilité, à la ville malléable dansScherrer, F. et Vanier, M. (sous la direction de), Villes, territoires, réversibilités, Hermann, Paris.

Hägerstrand, T. (1970), « What about people in regional science ? », Revue Regional Science Association, 24, pp. 7-21.

Hervé, E. (2001), Le Temps des Villes, Rapport pour le compte de l’Assemblée nationale, Paris.

Honoré, C. (2007), Éloge de la lenteur, Marabout, Paris.

Jouve, B. (2003), La gouvernance urbaine en question, Elsevier, Paris.

Koehl, É. et Robert, N. (2012,) L’utilisation des écoles et des collèges parisiens en dehors du temps scolaire, Rapport pour le compte de Tempo Territorial, Paris.

Lynch, K. (1972), What time is this place ?, MIT Press, Paris.

Le Breton, D. (2012), Marcher. Éloge des chemins et de la lenteur, Métaillié, Paris.

Mallet, S. (2013), Aménager les rythmes : politiques temporelles et urbanisme, EspacesTemps.net, http://espacestemps.net/document522.html.

Méda, D. (2001), Le Temps des femmes, Flammarion, Paris.

Milan, K. (1995), La lenteur, Gallimard, Paris.

Muller, P. et Surel, Y. (1998), L’analyse des politiques publiques, Montchrétien, Paris.

Nadolny, S., (2008), La découverte de la lenteur, Grasset, Paris.

Pinson, G., Galimberti, D. et Lefèvre, C. (2013), Territoires Villes et métropoles en Italie, Métropole,, http://metropoles.revues.org/4625

Paquot, T. (2002), L'art de la sieste, Zulma, Paris.

Poitrinal, G. (2012), « Ne pas freiner en pleine course », Revue M3, 3, p. 54.

Richer, J. (2013), Plan + temps, master, Ecole spéciale d’architecture de Paris et INSET de Montpellier, Paris.

Rosa, H. (2010), Accélération, Une critique sociale du temps, La Découverte, Paris.

Rosa, H. (2012), Aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité tardive, La Découverte,  Paris.

Royoux, D. (2007), « Temporalités urbaines et politiques publiques », Revue Espace, Populations, Sociétés, 2-3, pp. 449-466.

Royoux, D., Costanzo, S., Leblanc, N. et al (2010), « les politiques temporelles s’installent dans le temps », Revue Territoires, 510, pp. 21-34.

Royoux, D. et Vassalo, P. (sous la direction de) (2013), Urgences temporelles, Syllepse, Paris.

Salecl, R. (2012), La tyrannie du choix, Albin Michel, Paris.

Sansot, P. (1998), Du bon usage de la lenteur, Payot et Rivages, Paris.

Scherrer, F. et Vanier, M. (sous la direction de)  (2013), Villes, Territoires, Réversibilités, Hermann, Paris.

Scherrer, F. (2013), « De Prométhée à Janus : l'acte aménagiste est-il réversible ? » in :Scherrer, F. et Vanier, M. (sous la direction de)  (2013), Villes, Territoires, Réversibilités, Hermann, Paris.

Servan-Schreiber, J-L. (2000), Le nouvel art du temps, Albin Michel, Paris.

Servan-Schreiber, J-L. (2010), Trop vite, pourquoi sommes-nous prisonniers du court terme, Albin-Michel, Paris.

Sewert, J-L. (2012), Prendre son temps... pour en gagner : gérez vos priorités, rééquilibrez votre vie, Eyrolles, Paris.

Simoulin, V. (2007), « La gouvernance territoriale : dynamiques discursives stratégiques et organisationnelles », in : Pasquier, R., Simoulin, V., et Weisbein, J. (sous la direction de) (2007), La gouvernance territoriale, pratiques discours et théories, LGDJ.

Tempo Territorial, (2011), Guide méthodologique : ouvrir les médiathèques le dimanche, pourquoi, comment ?, Paris.

Tempo Territorial, (2012), Les lieux multifonctionnels, Paris.

Tournont, J. (2009), La république antiparticipative, l’Harmattan, Paris.

Trayser, M. (2011), Aménagements éphémères à Genève : « Les yeux de la ville », in : Sanson, P. (sous la direction de),  Les arts de la ville dans le projet urbain Débat public et médiation, Revue Perspectives Villes et Territoires, pp. 211-222.

Trouwborst, C. (2013) « L’urbanisme temporel à Dijon », dans Royoux, D. et Vassalo, P. (sous la direction de), Urgences Temporelles, Syllepse, Paris, pp. 201-207.

Turco, L. (2011), « Les politiques des temps de vie en Italie », Communication au Colloque Les Temporelles, Tempo Territorial, Rennes, 29-30 septembre.

Vanier, M. (2013), Conclusion, in : Scherrer, F. et Vanier, M. (sous la direction de) (2013) Villes, territoires, réversibilités, Hermann, Paris, pp. 265-267.

Vassalo, P. (2005), « Villes et politiques temporelles », Revue Mouvement, 39-40, pp. 112-120.

Viard, J. (2004), Le nouvel âge du politique, le temps de l’individu monde, L’Aube, Marseille

Viard, J. (2006), Éloge de la mobilité, L’Aube, Marseille.

Viard, J. (2012), Nouveau portrait de la France : la société des modes de vie, L’Aube, Marseille

Virilio, P. (1977), Vitesse et Politique : essai de dromologie, Galilée, Paris.

Virilio, P. (1995), La vitesse de libération, Galilée, Paris.

Virilio, P. (2009), Le futurisme de l'instant, Galilée, Paris.

Virilio, P. (2010), Le Grand Accélérateur, Galilée, Paris.

Vesta Nele, Z. (2012), « Espaces temporaires et adaptables » Revue Europan, pp. 16-19.

Haut de page

Notes

1 Rappelons, cependant, que le travail constitue toujours le premier élément structurant le quotidien. Comme il devient une ressource rare, les individus sont plus enclins à se soumettre à des rythmes plus flexibles, moins standardisés, plus fatigants (travail de nuit, le samedi, le dimanche, les jours fériés, en horaires décalés, fragmentés, atypiques ; contrats de courte durée, intérim, contrats à la journée, vacances ou pauses non prises, mais payées, horaires connus la veille pour le lendemain, travail à la demande, travail en urgence...). Si le temps de travail se réduit, son impact sur les modes de vie ne suit pas le même chemin (Turco, 2011).

2 « Dictature de l'urgence », « tyrannie de l'instant », « omnipotence du présent », toutes ces appellations sont à lire comme un appel à la maîtrise du temps qui semble échapper au plus grand nombre.

3 Le slow food, créé par Carlo Petrini en 1986, le slow art, créé par  l'artiste Tim Slowinski en 1995, cittaslow, créé en 1999 dans la localité toscane de Greve in Chianti  par un groupement de maires, le slow travel, terme apparu aux alentours des années 2000, le slow sex, conceptualisé en 2002 par l'italien Alberto Vitale, le Slow fashion, terme utilisé en 2007 par  Kate Fletcher du Centre for sustainable Fashion de Londres, le slow money, créé en 2008 par l'investisseur Woody Tasch, etc.

4 L'apparition d'applications pour ordinateurs ou téléphones intelligents destinées à mieux gérer le temps traduit la difficulté à fixer des limites dans un contexte où le temps semble échapper à tout un chacun. Ces applications agissent bien souvent de manière coercitive : une fois le processus décidé, l'utilisateur ne peut y mettre un terme, l'application le forçant ainsi à prendre une pause ou à couper sa connexion durant le laps de temps décidé préalablement.

5 Dans l’Europe des 15, le taux moyen d’activité féminin est passé de  44 % dans les années 1970 à 60 % dans les années 2000 (Delsart et al., 2004) et l'UE a pour objectif que 80 % des femmes en âge de travailler deviennent des actives. En France, ce taux d’activité des femmes de 25 à 49 ans était de 41,5 % en 1962. Il est aujourd’hui de 80 % et les femmes représentent 45% de la population active. Alors que, jusqu’aux années 60, la plupart des femmes s’arrêtait de travailler entre 25 et 49 ans, depuis les années 80 et partout en Europe, les femmes ont des trajectoires professionnelles continues (Méda, 2001).

6 Depuis les années 1990, que ce soit en Italie ou en France, cette réalité ne s’est que faiblement améliorée. Selon l’enquête Emploi du temps 2009-2010 de l’INSEE, les femmes consacrent 3h52 par jour aux tâches domestiques contre 2h24 pour les hommes, soit 1h28 de plus.

7 Les bureaux ou agences des temps sont des instances mises en place par les collectivités territoriales. Ils sont chargés d'animer une réflexion transversale sur les temps du territoire afin de co-construire des réponses adéquates en regard des dysfonctionnements repérés avec l'ensemble des acteurs concernés. Ils constituent des lieux de dialogue dans lesquels les préoccupations quotidiennes des citadins sont prises en compte. Ces bureaux ne sont pas forcément les porteurs des actions mises en œuvre, qui peuvent très bien être un autre service de la collectivité, une entreprise ou une association.

8 Association destinée à faire la promotion des politiques temporelles. Soutenue par un réseau d’élues, d’universitaires et de syndicalistes, son rôle sera repris par le « Polytechnico de Milan » dans les années 2000.

9 tempoterritorial.free.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chris Beyer et Dominique Royoux, « L’aménagement temporel territorial : repenser les territoires en conjuguant espace et rythmes », Métropoles [En ligne], 17 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://metropoles.revues.org/5193

Haut de page

Auteurs

Chris Beyer

Chris Beyer, docteur en géographie, Université de Poitiers, membre de l’Association nationale Tempo territorial et consultant Les Nouveaux Géographes, bureau d'études spécialisé dans le conseil en cartographie aux collectivités.
chris.beyer@univ-poitiers.fr

Dominique Royoux

Dominique Royoux, professeur de géographie, Université de Poitiers, directeur du laboratoire Ruralités (EA 2252), et président de l’Association nationale Tempo territorial.
dominique.royoux@univ-poitiers.fr

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org