Navigation – Plan du site
Recensions

André Donzel, 2014, Le nouvel esprit de Marseille

Paris, L’Harmattan
Cesare Mattina
Référence(s) :

André Donzel, 2014, Le nouvel esprit de Marseille, Paris, L’Harmattan

Texte intégral

1Dans l’année de son départ à la retraite, le sociologue urbain André Donzel finit en beauté sa carrière avec la sortie de deux livres éclairant les transformations et les continuités de la sociologie politique et de l’action publique urbaine au prisme du cas marseillais : Éboueurs de Marseille (Donzel, Godard, 2014), qui est à la fois une socio-histoire des politiques urbaines de gestion des déchets, du fonctionnement de la machine municipale et une description passionnante des mondes syndicaux et professionnels de la mairie marseillaise, et Le nouvel esprit de Marseille, livre traçant en six chapitres les transformations urbaines à l’œuvre dans la cité phocéenne depuis environ une quarantaine d’années.

2Contrairement à une veine décliniste décrivant cette ville en crise permanente, en proie aux trafics de drogues et aux règlements de compte ou minée par les affaires politico-financières, Le nouvel esprit de Marseille met bien en évidence le fait que les processus de mutation urbaine à l’œuvre sont plus complexes et foisonnants. André Donzel montre que, par rapport à la crise des années 1980-90 entraînant un déclin démographique aigu, la ville et l’agglomération marseillaise se portent globalement mieux du point de vue économique : comparativement aux taux de chômage très élevés des années 1990, le niveau d’emploi apparaît en reprise ; malgré quelques difficultés par rapport aux autres économies portuaires européennes, le port marseillais a réussi une remarquable mutation technologique ; des secteurs comme ceux de l’information et de la technologie de pointe se sont développés malgré leur invisibilisation et le peu d’aide qu’ils reçoivent des pouvoirs publics ; par rapport à la période précédant l’élection de Robert Vigouroux à la mairie, on assiste ces vingt dernières années à l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs à la Chambre de commerce, d’une véritable cité culturelle, avec le développement des mondes de la culture et du spectacle, tout cela sacralisé par l’instauration de l’année de la capitale européenne de la culture en 2013. On assiste aussi à une explosion de la grande distribution commerciale et du secteur de l’immobilier, ce dernier ayant été plutôt en berne avant les années 2000.

3En même temps, ces signaux de nouveauté et de reprise sont accompagnés par trois ensembles de processus inverses : premièrement, A. Donzel constate une aggravation des inégalités socio-spatiales déjà préoccupantes si l’on considère la fracture historique entre le nord et le sud de la ville : les quartiers au nord de la ville, qui se paupérisent depuis une trentaine d’années, et les quartiers est et sud, avec de grandes disparités de revenus, un accès au marché du logement difficile et sélectif, une précarisation et une paupérisation des populations immigrées. Deuxièmement, l’auteur remarque un affaiblissement considérable de la démocratie et des pouvoirs politiques locaux. Selon son point de vue, certains processus comme la récente imposition de la métropolisation par l’État, la montée en puissance des pouvoirs économiques (notamment de la Chambre de commerce) ainsi que des agences et de leurs fonctionnaires spécialisés (comme l’association Marseille-Provence 2013 pour la promotion de la capitale culturelle) finissent par vider de pouvoir et de sens les collectivités locales et le pouvoir des élus. Il montre encore une fois, que contrairement à toute la rhétorique sur le développement des pouvoirs locaux, l’État joue encore un rôle important comme dans le cas du programme de rénovation urbaine Euroméditerrannée, notamment aux côtés des acteurs économiques. Troisièmement, A. Donzel révèle un processus qu’il appelle, citant les travaux de David Mangin (2004), de « franchisation urbaine » comportant la privatisation progressive et croissante d’espaces urbains à des fins de production et de consommation. Selon l’auteur, cette franchisation serait due à la dominante d’une conception fonctionnaliste de l’espace, à la montée en puissance des opérateurs privés de réseaux urbains (les grandes entreprises et les agences comme les sociétés d’économie mixte privées gestionnaires de services publics) et à l’apparition d’une économie immobilière favorisant la pénétration des grands groupes sur le marché du logement. Une des conséquences de cette franchisation et privatisation croissante des espaces urbains remarquées par l’auteur est que la citoyenneté marseillaise, pourtant capable dans le passé de s’exprimer au travers de mobilisations spontanées exemplaires de différents mouvements sociaux - et résumée au travers de la notion d’esprit civique marseillais (Donzel, A., Guilhaumou, J. 2001) - en est aujourd’hui fortement affectée.

4L’observation de ces trois processus s’articule ainsi avec la thèse centrale du livre : l’idée qu’un nouvel esprit du capitalisme s’est saisi de la métropole marseillaise (comme de beaucoup d’autres métropoles) par le passage d’une forme fordienne à une forme post-fordienne du projet urbain dans le cadre d’une financiarisation de l’économie et d’une appropriation privative de l’espace urbain. La thèse et les sous-thèses expliquées - bien que parfois pas suffisamment détaillées - paraissent bien dessiner les tendances à l’œuvre dans la cité marseillaise décrites par d’autres travaux sur les politiques urbaines et trouvent confirmation dans celles à l’œuvre dans d’autres villes européennes (Pinson, 2009). Hormis quelques exceptions -, en ouvrant une série de fenêtres comparatives avec d’autres villes et contextes métropolitains français et européens, André Donzel ne tombe pas dans la veine du localisme et, dans ce cas, de la « marseillologie » (Pinson, 2006 ; Maïsetti, 2014).

5Les contraintes éditoriales ayant probablement empêché l’auteur de mieux étayer des arguments d’administration de la preuve, on peut regretter qu’un certain nombre de questions ne soit pas davantage explicité : c’est le cas des mouvements citoyens et populaires marseillais à l’œuvre surtout dans les quartiers centraux ou du nord de la ville, ceux à la pointe de la contestation des politiques culturelles de Marseille-Provence 2013 lors de la préparation de l’année de la capitale européenne de la culture (Assemblée de la Plaine, Collectif des Quartiers populaires, etc.) ou des mouvements, bien que minoritaires, s’opposant aux politiques de construction immobilière (Collectif Laisse béton) ou aux phénomènes de gentrification (Un centre-ville pour tous, certains comités d’intérêt de quartier, le Raco, Collectif On se laisse pas faire, Primitivi, etc.) ; c’est aussi le cas pour l’enjeu fondamental de la place des entrepreneurs privés ou des agences mixtes privées/publiques dans la gouvernance. Si André Donzel a le mérite de montrer l’importance des grandes multinationales de l’eau comme la Société des Eaux de Marseille (et donc de Véolia), la CMA-CGM ou Sodexo, on aimerait en savoir davantage sur ces mêmes entreprises ainsi que sur le rôle des entrepreneurs de l’immobilier (Bouygues Immobilier, Kauffman & Broad, Eiffage, Nexity) très en pointe dans le développement soudain de ce secteur. En effet, le voile n’est qu’à peine levé sur cette question encore trop peu traitée par les sciences sociales de l’urbain à une échelle plus microsociologique que d’habitude. Quel serait donc le rôle des entreprises privées, non seulement dans la gouvernance urbaine, mais aussi dans les logiques de gouvernement de la ville ? Comment penser leurs alliances institutionnelles et personnelles avec les élus locaux en vue de l’obtention de marchés ? Comment interroger leur rôle en termes de dispensateur d’emplois et d’influence sur leurs salariés ? Commencer à répondre à ces questions aiderait sans doute à mieux saisir les configurations des régimes politiques urbains (Stone, 1993) et à comprendre, non seulement qui gouverne la ville, mais aussi comment on la gouverne et au travers de quelles alliances se conquiert une hégémonie politique.

Haut de page

Bibliographie

Donzel, A., Godard P. (2014), Éboueurs de Marseille, Ed. Syllepse, Paris

Donzel, A., Guilhamou, J. (2001), « Les acteurs du champ de l’exclusion à la lumière de la tradition civique marseillaise », in : Schnapper, D. (sous la direction de), Exclusions au cœur de la cité, Anthropos Economica, Paris

Maïsetti, N. (2014), Opération culturelle et pouvoirs urbains, Instrumentalisation économique de la culture et luttes autour de Marseille-Provence Capitale européenne de la culture, L’Harmattan, Paris

Mangin, D. (2004), La ville franchisée. Formes et structures de la ville contemporaine, Editions de la Villette, Paris

Pinson, G., (2006), note de lecture de Samson, M., Peraldi, M. (2005), Gouverner Marseille. Enquête sur les mondes politiques marseillais, La Découverte, Paris, in Pôle Sud, n.24, p. 164-166

Pinson, G. (2009), Gouverner la ville par projet. Urbanisme et gouvernance des villes européennes, Presses de Science Po, Paris

Stone, C., (1993), « Urban regimes and the capacity to govern : a political economy ap­proach », Journal of Urban Affairs, vol. 15, n° 1, p. 1-28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cesare Mattina, « André Donzel, 2014, Le nouvel esprit de Marseille », Métropoles [En ligne], 16 | 2015, mis en ligne le 09 juin 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://metropoles.revues.org/5134

Haut de page

Auteur

Cesare Mattina

Maître de conférences en sociologie
Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES) CNRS
Aix-Marseille Université
cesare.mattina@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org