Navigation – Plan du site
Articles

Mouvement étudiant du printemps 2012 au Québec : exploration du répertoire d’action mobilisé

Mathieu Labrie

Résumés

Au printemps 2012, la ville de Montréal et l’ensemble du Québec ont été balayés par la mobilisation massive des étudiants de niveau postsecondaire, et même secondaire, qui s’opposaient à la hausse des frais de scolarité annoncée par le gouvernement provincial libéral de Jean Charest. Ce qui est devenu la plus longue et importante grève étudiante de l’histoire du Québec s’est transformé en véritable « crise sociale » sans précédent. Cet article poursuit l’objectif général de caractériser le répertoire d’action collective mis en avant par ce mouvement en s’intéressant particulièrement à la relation entre ces actions collectives et le territoire urbain de la ville de Montréal. Sur le plan méthodologique, nous voulons participer au débat entourant l’utilisation de la presse écrite et de l’analyse événementielle en tant que stratégie de recherche.

Haut de page

Texte intégral

1Du « printemps arabe » au « mouvement des Indignés », plusieurs grandes villes du monde ont été le siège de démonstrations populaires exprimant un manque de confiance dans la démocratie représentative et un désir de justice sociale (Della Porta, 2012 ; Razsa et Kurnik, 2012). La nomination de The protesters au titre de personnalité de l’année 2011 par la revue américaine Time1 illustre la place importante prise par les mouvements de protestation dans le monde en tant qu’acteurs politiques au cours des dernières années. Certains analystes associent les récentes mobilisations à un refus global des valeurs associées au néolibéralisme politique et économique qui s'est installé depuis les trente dernières années dans les pays occidentaux et également dans les pays émergents (Chomsky, 2012 ; Brenner et al., 2012). Cette vague mondiale de contestations, qui persiste à ce jour sous la forme de campagnes anti-austérité, est caractérisée par l’utilisation croissante des technologies de communication, comme les réseaux sociaux, et par sa géographie proprement urbaine (Juris, 2012 ; Marom, 2013). Comme le souligne Harvey (2012), en s’organisant de la sorte, ces mouvements illustrent la valeur stratégique des « villes rebelles » dans la lutte contre les pouvoirs hégémoniques du capital. Cette observation est tirée d’une recherche historique qui démontre le caractère urbain de certaines luttes sociales allant de la Révolution française de la fin du XVIIIe siècle, en passant par la guerre civile espagnole et les révoltes des années 1960 aux États-Unis et se terminant par le mouvement Occupy en 2011-2012.  

1. Problématique de recherche

1.1 Montréal, « ville rebelle »

2La ville de Montréal a également été le siège de deux importants mouvements de mobilisation depuis 2011, soit le mouvement « Occupons Montréal » et le mouvement étudiant du printemps 2012. Par solidarité avec le mouvement des Indignados qui a pris racine dans les métropoles européennes et qui s’est rapidement étendu à un ensemble de villes en Amérique, des centaines de militants ont occupé pendant plusieurs semaines le square Victoria au cœur du quartier des affaires de Montréal.

3Au mois de février suivant, la ville de Montréal et l’ensemble du Québec ont été balayés par la mobilisation massive des étudiants de niveau postsecondaire, et même secondaire, qui s’opposaient à la hausse des frais de scolarité annoncée par le gouvernement provincial libéral de Jean Charest. Ce qui est devenu la plus longue et importante grève étudiante de l’histoire du Québec s’est transformé en véritable « crise sociale » sans précédent (Chiasson-Lebel, 2012). Quelque 300 000 étudiants se sont mobilisés dans une lutte contre le gouvernement qui dura plus de 8 mois. Bien que les actions de résistance se soient concentrées à Montréal, le mouvement s’est étendu dans l’ensemble des villes de la province abritant des établissements d’enseignement postsecondaire. À Montréal, plusieurs centaines de manifestations, de rassemblements et « d’activités de perturbation économique » se sont organisés entre le mois de février et le mois d’août 2012. Déjà, au mois de mai 2012, le journal La Presse recensait plus de 180 manifestations dans les rues de Montréal depuis le début du conflit. Organisées principalement par les trois grandes associations étudiantes (FEUQ, FECQ, CLASSE), mais également par une variété de groupes, les pratiques et les stratégies déployées étaient ancrées de façon importante dans l’espace-temps métropolitain. Le blocage des ponts et du port, l’occupation de certains espaces publics, les manifestions nocturnes au centre-ville et l’utilisation d’espaces publics urbains comme lieux de rassemblement sont des exemples qui posent l’espace-temps métropolitain au centre des stratégies du mouvement étudiant du printemps 2012 à Montréal.

4Devenu le symbole de la résistance, le carré rouge a marqué le paysage montréalais de multiples façons : d’abord, sur les individus s’identifiant au mouvement progrève, mais ensuite sous la forme de drapeaux, parfois immenses, installés sur les hauts lieux de la ville, par exemple la croix du Mont-Royal, les tourelles du pont Jacques-Cartier et la tour de l’Université de Montréal. Au fil du conflit, le mouvement des « carrés rouges » a trouvé des appuis auprès des syndicats, des groupes de la société civile et chez une partie de la population. Parallèlement à cette mobilisation populaire, les revendications mises en avant par les participants se sont généralisées, passant de la question des frais de scolarité aux problèmes de la démocratie et de la représentativité, du néolibéralisme, de la corruption et de l’environnement (Thériault, 2013). Comme l’ont démontré Stolle et al. (2013), cet épisode d’intenses débats, qui a divisé le Québec et remué la scène politique, a eu un impact non négligeable sur l’issue des élections de septembre 2012 qui ont été marquées par la défaite du gouvernement libéral de Jean Charest.

1.2 Les mouvements sociaux, la ville et le territoire : que disent les écrits ?

5La question des mouvements sociaux et de la ville est peu traitée en science politique et en sociologie (Fontan, Hamel et Morin, 2012). Même si des travaux l’ont précédée, plusieurs chercheurs s’accordent à dire que le point de départ de l’étude des mouvements sociaux urbains est l’œuvre maintenant classique de Manuel Castells sur les comités citoyens de Madrid dans les années 1960 et 1970 (Ward et McCann, 2006). Dans « Luttes urbaines et pouvoir politique », le jeune Castells décrit comment la ville est un espace social marqué par les contradictions du capitalisme où émerge une « nouvelle forme de conflit social directement lié à l'organisation collective du mode de vie » (Castells, 1973 :12). Selon lui, les luttes des mouvements urbains autour des enjeux de la consommation collective propre à la ville sont une source de changement et d’innovation sociale qui rejoint parfois l’objectif plus vaste des mouvements sociaux de remettre en cause l’ordre social (Castells, 1973 :129). Cette définition proposée par Castells reste une référence dans le champ des mouvements sociaux, mais s’est vue fortement critiquée au fil des années, notamment à cause de son caractère normatif. De plus, ces travaux s’inscrivent davantage dans une démarche sociologique et évitent les questions de pouvoir et de conflit (Leontidou, 2010). De ce fait, il exclut de son analyse un ensemble d’acteurs et de groupes, tels les gouvernements locaux, les groupes de pression et les partis politiques (Ibid., 2010). Une autre critique qui lui est faite porte sur la réelle capacité des mouvements sociaux urbains à induire des transformations sociales qui vont au-delà de l’arène de la ville (Pickvance, 2003).

6Plus récemment, un courant de recherche sur la question des mouvements sociaux et de la ville (mouvements sociaux urbains) s’est développé autour de la redécouverte des travaux d’Henri Lefebvre dans le monde anglo-saxon dans les années 1990, à la suite de la traduction de ses ouvrages principaux en anglais (Leontidou, 2010). Présent dans un ensemble de recherches en géographie et en science politique, le concept de « droit à la ville » est utilisé afin d’interroger les rapports de pouvoir et de domination dans la production de l’espace urbain. « Le droit à la ville ne se réduit donc pas à un droit d’accès individuel aux ressources incarnées par la ville : c’est un droit à nous changer nous-mêmes en changeant la ville de façon à la rendre plus conforme à notre désir le plus cher » (Harvey, 2010 : 160). À l’aide de ce concept, des chercheurs qui s’inscrivent davantage dans la tradition néomarxiste ont travaillé sur les questions d’accès aux services publics, d’appropriation de l’espace, de logement et, de manière générale, de justice sociale dans la ville (Harvey, 1973 ; Mitchell, 2003 ; Brenner et al., 2012). Ces recherches s’efforcent de démontrer les dynamiques inhérentes à l’urbanisation capitaliste et néolibérale ainsi que les fractures sociales qui en résultent. Le droit à la ville se veut d’abord un concept théorique, mais également une position politique critique de l’économie politique (Marcuse, 2012). En bref, pour certains auteurs, ce n’est pas seulement un appel à l’inclusion dans un système structurellement inéquitable, mais une demande en vue de la démocratisation des villes dans leur processus décisionnel (Mayer, 2009 ; Schmid, 2012). La popularisation de ce concept dans le monde académique chez les adeptes de la théorie urbaine critique et son utilisation croissante parmi les acteurs de la société civile ont transformé les mots de Lefebvre en véritable slogan qui rassemble des groupes et des mouvements qui luttent contre la transformation des villes sous l’égide du capitalisme global (Mayer, 2012).

7L'approche de la politique du conflit (contentious politics), maintenant dominante dans la recherche sur les mouvements sociaux, a été développée dans les années 1980 à partir des travaux de Tarrow et McAdam sur la notion de structure d’opportunité politique et des travaux de Tilly sur l’action collective. Cette approche se concentre sur le contexte politique et historique de l’émergence des conflits sociaux (Neveu, 2005). Selon Tilly, les actions collectives sont définies comme des actes non routiniers et publics qui impliquent des demandes faites au nom de la collectivité (Tilly, 2004). En misant sur les acteurs et leurs demandes, nombre de recherches ont négligé l’importance du contexte local et de la dimension spatiale des mouvements sociaux (McAdam et Schaffer Boudet, 2012).

La politique du conflit est faite d’interactions où des acteurs élèvent des revendications touchant aux intérêts d’autres acteurs, ce qui conduit à la coordination des efforts au nom d’intérêts ou de programmes partagés ; et où l’État se trouve impliqué, soit en tant que destinataire de la revendication, soit comme son instigateur, soit comme tierce partie. La politique du conflit réunit donc trois éléments bien connus de la vie sociale : le conflit, l’action collective et la politique (Tilly et Tarrow, 2008 : 20).

8Ces travaux ont démontré notamment l’importance de la dimension temporelle dans la recherche sur les mouvements sociaux afin de mettre en lumière des processus de transformation à long terme des sociétés et des cycles de protestations (long-term change processes and protest cycles) (McAdam et Sewell Jr., 2001). Ces observations s’inscrivent dans la continuité des recherches de Tilly sur les répertoires d’action collective (Tilly, 1995; 2004) définis comme « a structural and a cultural concept, involving not only what people do when they are engaged in conflict with others but what they know how to do and what others expect them to do »(Tarrow, 1998: 30). Les répertoires sont le reflet des identités, des liens sociaux et des formes organisationnelles qui constituent l'environnement social quotidien des mouvements. À l'échelle du conflit, l'interaction entre trois facteurs, soit l'organisation sociale quotidienne, l’expérience cumulée et l'intervention du régime, forme un agglomérat de représentations reconnaissables qui composent le répertoire. Ces recherches ont démontré que l’évolution des répertoires était due à un enchaînement de mécanismes et, à plus long terme, de processus.

Par mécanisme, nous entendons une classe d’événements qui modifient de manière identique ou analogue, dans une grande diversité de situations, les relations entre certains ensembles d’éléments. Les mécanismes à leur tour s’enchaînent en processus. Par processus, nous entendons une combinaison ou séquence régulière de mécanismes qui produit des transformations analogues (en général plus complexes et plus contingentes) de ces éléments (Tilly et Tarrow, 2008 : 59).

9Dans une de leurs récentes recherches, McAdam et Schaffer Boudet (2012) tentent de comprendre les conditions d’émergence de l’action collective en comparant vingt municipalités américaines qui ont fait face à l’exploitation de gaz naturel. Leurs résultats démontrent entre autres l’importance du territoire, des lieux et du contexte local dans la compréhension de la mobilisation et des formes d’action collective. À la lumière de leur découverte et des limites de ce travail, ils dénoncent la négligence du lieu et du contexte local dans la théorie sur les mouvements sociaux. « Attention to place is rare in contemporary movement studies […] It is time, however, that movement analyst, in whatever discipline, take the need to put movements in their place seriously » (McAdam et Schaffer Boudet, 2012: 202).

10La non-reconnaissance du rôle de l’espace et du contexte local dans les recherches sur les mouvements sociaux nous semble indissociable du peu d’intérêt qu’ont accordé les chercheurs à l’urbanité en tant que dimension analytique de l’action collective et de la mobilisation (Wilton et Cranford, 2002 ; Ripoll, 2008 ; Nicholls, 2009 ; McAdam et Schaffer Boudet, 2012). « Social movement theories, whether of the American or the European traditions, have some trouble with the urban specificity of movements » (Mayer et Boudreau, 2012: 278).L’approche du processus politique, largement utilisée dans le champ des mouvements sociaux, laisse peu de place aux territoires et aux lieux dans son analyse. Même si les tenants de cette approche évoquent l’importance du lieu (place) dans l’évolution des répertoires d’action collective et des modes d’action dans leurs travaux, la dimension spatiale occupe généralement une place mineure ou secondaire dans l’analyse (Hmed, 2009).

11Pourtant, les pratiques territoriales sont révélatrices des tensions sociales et politiques dans la ville. Comme le soulignent Brunet et Dollfus (1990), s’approprier l’espace, communiquer dans l’espace et se représenter l’espace sont des actes qui structurent l’organisation de celui-ci et participent à la reproduction et au maintien des relations de pouvoir (Soja, 1989). D’un point de vue social et politique, les pratiques spatiales, telles l’appropriation et les représentations, produisent le territoire et « contribuent à forger l’identité des individus » (Breux, 2007 : 46). Dans son ouvrage Conflict, Power and Politics and the City : A Geographic View, Kevin Cox (1973) développe cette idée à partir des outils conceptuels de la géographie sociale. L’auteur traite des conflits urbains dans les grandes métropoles américaines sous l’angle de l’organisation spatiale et des inégalités socioéconomiques des quartiers. Sans aborder de front le thème des mouvements sociaux, il met en évidence les dimensions spatiales et territoriales des conflits urbains autour d’enjeux de politiques et de services publics. Cette ouverture sur l’organisation spatiale des inégalités dans les villes et son rôle dans les conflits urbains s’est révélée une inspiration pour un nombre marginal de géographes qui ont voulu, par la suite, développer un cadre théorique spécifique de l’analyse des mouvements sociaux. C’est le cas de Miller (2000) qui tente, dans son ouvrage clé Geography and social movements, de faire un rapprochement entre les concepts classiques de la géographie (space, place and scale) et les courants dominants dans le champ des mouvements sociaux afin de mettre en lumière le caractère géographique du mouvement antinucléaire dans la région de Boston. En soulignant l’emprise inégale de l’État et de la politique sur le quotidien des gens, il démontre comment les inégalités spatiales jouent un rôle déterminant pour les groupes dans la mobilisation des ressources et dans la mise en place de stratégies d’opposition. Il aborde le lieu et le territoire comme des facteurs contribuant à la construction d’une identité collective et d’une base à la mobilisation. « In short, the characteristics of places affect the ability of organizations to mobilize and campaign effectively » (Miller, 2000: 167). Dans une tentative d’intégrer la dimension territoriale au cadre conceptuel de la théorie de la politique du conflit, Sewell Jr. (2001) propose une série de concepts clés, par exemple : spatial structure and spatial agency, location and spatial differentiation, space and copresence, spatialities of power et spatial routines. Il démontre ensuite, à partir de l’étude du mouvement étudiant pékinois de 1989, l’importance de la configuration spatiale de la ville et de la spatialisation du pouvoir dans la mobilisation des étudiants chinois.

12Certes, la conception du rapport entre les mouvements sociaux et la ville a évolué depuis les travaux de Castells sur les comités citoyens de Madrid. Exprimant au départ des conflits portant sur des enjeux de consommation collective de services urbains, les travaux contemporains s’intéressent davantage aux mouvements sociaux qui s’organisent dans la ville (mouvements sociaux urbains) autour d’enjeux économiques, environnementaux et sociaux qui ne se limitent pas à la ville et au mode de vie urbain. Cette distinction est d’ailleurs mise en évidence par Fontan, Hamel et Morin (2012) dans un ouvrage portant sur les actions collectives « dans » la ville, en rapport avec des revendications relatives à l’échelle de la société en général, et « sur » la ville, qui se rapportent à des questions proprement urbaines au sens de Castells. Dans le cadre de cette recherche, nous soulevons le caractère urbain d’une lutte menée par un mouvement social qui porte sur des enjeux de société ne se limitant pas à la ville. Par « mouvement social », nous désignons une organisation qui formule publiquement des revendications collectives en interpellant une forme d’autorité pendant une période donnée (durant une campagne) ; cette organisation utilise un ensemble d’actions politiques collectives qu’elle réalise publiquement (un répertoire d’action), et les participants à ces actions se reconnaissent comme faisant partie d’un tel mouvement (Tilly, 2004). Tout comme Allegra et al. (2013), nous pensons que, pour bien comprendre ce qu’est la ville et son importance dans les campagnes contestataires, il ne suffit pas de la réduire au théâtre des protestations ou à un objet défini par des modèles théoriques rigides. Il faut plutôt l’aborder comme un territoire, voire un contexte unique avec des caractéristiques politiques, géographiques et sociales propres, où l’on observe une expérience sociale singulière. En ce sens, la ville et ses différentes dimensions représentent une échelle d’analyse pouvant participer à la compréhension des mouvements sociaux.

1.3 Objectif et question de recherche

13Considérant l’intensité de la campagne de contestation du mouvement étudiant québécois au printemps 2012 et la montée en généralité qu’elle a connue tant sur le plan des revendications que de l’adhésion de la population, notre recherche poursuit l’objectif général de caractériser le répertoire d’action collective mis en avant par ce mouvement. De manière spécifique, nous voulons comprendre la relation entre ces actions collectives et le territoire urbain de la ville de Montréal. Ceci étant dit, nous posons la question suivante : quel est le rôle du territoire urbain dans la mobilisation étudiante du printemps 2012 ?

2. Cadre théorique et conceptuel

2.1 La théorie urbaine critique

14Notre recherche s’inscrit dans le champ des études urbaines avec une approche pluridisciplinaire au croisement de la géographie, de la théorie des mouvements sociaux et de la science politique. La réflexion que nous proposons s’inspire de la théorie urbaine critique, c’est-à-dire que nous appréhendons la ville et l’espace urbain comme des objets « malléables » qui reflètent les idéologies politiques et économiques dominantes ainsi qu’une succession de luttes sociales (Brenner et al., 2012). En ce sens, la ville n’est pas une finalité historique, mais une construction sociale reflétant des relations de pouvoir et les pressions du capitalisme globalisé. En tant que théorie réflexive qui s’oppose aux analyses mainstream, elle critique à cet égard les idéologies (politiques, économiques, sociales et même scientifiques), les relations de pouvoir et les injustices entre et à l’intérieur des villes (Davies et Imbroscio, 2010). Les travaux qui rejoignent ce courant laissent transparaître l’idée qu’une ville meilleure, plus juste, est possible (Soja, 2010).

15Notre projet de recherche rejoint l’une des trois questions fondamentales de la recherche sur les mouvements sociaux, soit celle du « comment » les mouvements évoluent. La question de la structure organisationnelle, chère à la théorie de la mobilisation des ressources ne fera pas l’objet d’une analyse. La troisième interrogation - qui ne sera pas traitée dans le cadre de ce travail - la plus ancienne dans le champ selon certains, est celle des conditions d’émergence des mouvements sociaux (McAdam, McCarthy et Zald, 2000). Ces dernières dynamiques ont été largement explorées dans les travaux classiques de Gamson (1975), de Tilly (1978) et, de manière générale, dans les travaux se référant à la théorie de la mobilisation des ressources. Notre questionnement, quant à lui, renvoie à une posture épistémologique propre à la théorie du processus politique (McAdam, McCarthy et Zald, 1996 ; Tilly et Tarrow, 2008). Nous considérons donc que les mouvements sociaux et les stratégies qu’ils déploient nous informent sur l’environnement politique et social dans lequel ils évoluent. Comme cela a été proposé par la théorie du processus politique, nous plaçons les actions collectives au centre de notre analyse afin de mettre en lumière des changements sociétaux et d’expliquer des périodes de contestation sociale.

2.2 Cadre conceptuel

16Notre réflexion s’articule autour de trois concepts clés : le territoire, le mouvement social et l’action collective. Comme nous l’avons démontré dans la première partie du travail, les relations entre ces trois concepts ont été mises en lumière à travers le champ des mouvements sociaux et de l’action collective. En ce sens, l’action collective ne peut être comprise en dehors de ses rapports avec le mouvement social en tant que groupe qui formule des demandes à une forme d’autorité dans le but de causer un changement social ou politique. Conformément à la définition de Tilly (2004), ce groupe porte une identité propre et s’engage dans une campagne de revendications. Tilly a démontré la transformation des formes des mouvements sociaux et de leurs actions collectives sur des périodes historiques. La relation entre ceux-ci et le territoire, compris dans ses dimensions physique, politique, symbolique et historique, relevant de l’usage, de la perception et de l’expérience a été démontrée par plusieurs chercheurs, dont Sewell Jr. (2001). McAdam et Schaffer Boudet (2012) ont également soulevé la pertinence de cette relation en mettant en avant l’importance du lieu (place) dans l’organisation des mouvements locaux de contestation contre l’industrie gazière aux États-Unis. La dernière interrelation, soit celle du territoire et de l’action collective, a clairement été mise en évidence par Hmed (2008) dans une recherche portant sur l’évolution d’un conflit dans les foyers de travailleurs migrants en France. À partir de cette étude de cas, il met en lumière le rôle du territoire en tant que ressource, enjeu et cadre de l’action collective. « Seule l’analyse localisée des stratégies sociales de construction, d’appropriation et de réappropriation de l’espace permet en somme de comprendre ce que ce jeu particulier fait à l’action collective » (Hmed, 2008 : 148).

3. Stratégie méthodologique

17Notre stratégie méthodologique est inspirée de l’analyse événementielle (protest event analysis) dans la mesure où l’événement de contestation est l’unité d’analyse de notre recherche. Nous utiliserons des articles de presse écrite comme source principale de données et nous les soumettrons à une analyse qualitative selon une méthode de codage thématique. En complément, nous construirons une base de données factuelles des événements retenus. Une recension des travaux traitant des mouvements sociaux, de l’action collective et des dimensions spatiales de ceux-ci nous a influencé dans l’élaboration de notre méthodologie de recherche. Les paragraphes qui suivent présentent l’opérationnalisation du cadre conceptuel mobilisé, la méthode de collecte de données que nous allons employer et la stratégie de traitement et d’analyse des données recueillies. Dans un deuxième temps, nous discuterons de la validité interne et externe de notre démarche méthodologique.

18Il est important de préciser que cet exercice de recherche se veut en quelque sorte une exploration préalable à la réalisation de notre projet de recherche doctoral. Comme cela a été détaillé dans les paragraphes qui suivent, le présent article se penche sur une période courte du conflit dans le but de valider notre démarche et de porter une réflexion sur la méthode de l’analyse événementielle à l’aide de la presse écrite dans le contexte actuel. En d’autres termes, nous cherchons à vérifier la qualité, la pertinence et la quantité des données recueillies à partir de cette méthode de collecte. C’est pourquoi le croisement avec une autre source de données n’est pas pertinent dans le cadre de cet exercice.

3.1 Méthode de collecte de données

  • 2  Le projet de loi 78 (devenu la loi 12) déposé par le Parti Libéral le 17 mai 2012 visait notamment (...)

19La principale technique de collecte de données présentée est celle de l’analyse de la presse écrite. Les raisons qui nous ont poussé à choisir cette méthode sont multiples : la presse écrite est une source quotidienne d’information permettant de reconstituer la chronologie des événements et plusieurs bases de données sont disponibles pour faire des recherches dans les quotidiens principaux de la région de Montréal (La Presse, Journal de Montréal et Le Devoir). De plus, le conflit étudiant de 2012 a été fortement médiatisé. La revue médiatique de l’année 2012 de la firme Influence communication place le conflit étudiant au tout premier rang des nouvelles québécoises de 2012. « Depuis 2001, jamais un dossier d’actualité entièrement québécois n’a été aussi dominant sur une aussi longue période » (Déry et Roy, 2012 : 30). Ainsi, nous pourrons recueillir un ensemble de données factuelles (ex. : dates, lieux de l’événement, nombre de personnes, trajets empruntés, interventions policières, groupes impliqués) qui nous permettront de faire l’analyse des événements contestataires pendant la période à l’étude. Comme nous l’avons mentionné précédemment, ce travail de recherche se veut exploratoire, en ce sens qu’il précède notre travail de recherche doctorale qui porte sur deux périodes historiques, une dans les années 1960 et l’autre en 2012, totalisant 18 mois. La présente recherche porte, quant à elle, sur la période du 17 au 24 mai 2012. Bien qu’elle ne permette pas de reconstituer l’ensemble des événements ou de saisir la diversité des modes d’action, cette période est l’une des plus intenses de la campagne en termes d’activité de protestation et correspond à la période d’adoption du projet de loi 782, un événement marquant dans le dénouement de la crise (Nadeau-Dubois, 2013). Nous sommes donc sûr de pouvoir répondre à la question de recherche proposée et de nourrir le débat sur la validité de l’analyse événementielle à travers la presse écrite (Trudelle, 2005). Notez qu’un retour sur la méthode et sur la période choisies sera réalisé en conclusion.

20Bien que plusieurs chercheurs aient recours à la technique de l’analyse événementielle pour l’étude de l’action collective et des mouvements sociaux, son utilisation soulève de nombreux débats (Trudelle, 2005). Dans un chapitre de sa thèse portant sur les biais dans l’utilisation de la presse écrite à des fins de recherche sur les conflits sociaux, Trudelle (2005) identifie deux biais principaux, soit le processus de sélection des nouvelles et les rapports sociopolitiques de pouvoir. Le premier réfère notamment au choix fait par les éditeurs et les journalistes quant aux nouvelles rapportées. Celui-ci est influencé par un ensemble de facteurs qui vont des contraintes journalières liées au travail, aux lois du marché et à la concurrence entre les périodiques (Ibid., 2005). Le deuxième biais fait référence à l’imprécision avec laquelle les événements sont couverts. À ce problème d’imprécision s’ajoute celui du langage utilisé, qui influence grandement la compréhension de la nouvelle par les lecteurs. Le recours à des catégories sociologiques non neutres, par exemple la classe sociale, le groupe ethnique ou le genre ont des effets de profondeur (Ibid., 2005).

21De façon concrète, nous avons réalisé notre collecte de données dans la presse écrite à partir du site web du quotidien montréalais La Presse (lapresse.ca) qui regroupe un ensemble de quotidiens régionaux de la province. Selon le Répertoire des médias du gouvernement du Québec (2013), les quotidiens les plus populaires selon le tirage en semaine sur l’île de Montréal sont Le Journal de Montréal (268 561), La Presse (213 212) et The Gazette (160 316). Le choix d’exclure le Journal de Montréal est basé sur l’irrégularité et la partialité de la couverture qu’il a fait du mouvement étudiant (Sauvageau et Thibault, 2013). Afin de recenser les événements qui nous intéressent, nous avons interrogé la base de données Eureka.cc à l’aide du mot-clé « étudiant » pour la période comprise entre le 17 et le 24 mai inclusivement. Ce mot-clé a été choisi car nous avons supposé qu’il ferait ressortir un maximum d’articles traitant du conflit étudiant. Il est à noter que nous avons dû étendre nos recherches à l’agence de La Presse canadienne (LPC) puisque celle-ci n’était pas prise en compte dans les recherches sur le site web de La Presse même si ce dernier publie quotidiennement des articles de LPC sur son site web.

3.2 Traitement des données

22Afin de systématiser l’analyse des données recueillies, nous avons procédé à une analyse thématique des contenus de nos textes. Pour ce faire, nous avons utilisé une technique de codage par thèmes à l’aide du logiciel NVivo qui nous a permis de dégager le sens des données d’une façon systématique et structurée (Figure 1). L’utilisation d’une grille de codage hybride, c’est-à-dire avec des parties hiérarchisées et non hiérarchisées, a facilité une lecture horizontale et verticale de nos données. Une série de précautions a été prise dans le but d’assurer la validité et la fidélité du classement du matériau. D’abord, nous assurons la pertinence de nos thèmes et sous-thèmes avec nos objectifs de recherche en appuyant nos choix sur des travaux antérieurs. Par exemple, sous la variable « dimension territoriale » de l’action collective nous avons placé les indicateurs (ou sous-thèmes en langage NVivo) « trajet », « lieux » et « échelle » comme cela a été suggéré par Sewell Jr. (2001). Nous avons également procédé au codage des attributs des articles sélectionnés (auteur, date et quotidien) afin de reconstituer la chronologie des événements et de voir les tendances dans la couverture des événements de protestation.

Figure 1 - Grille de codage pour le concept « action collective »

Figure 1 - Grille de codage pour le concept « action collective »

4. Résultats et analyse

4.1 Présentation des résultats

23À partir de la base de données Eureka.cc, accessible depuis le portail de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (banq.qc.ca), nous avons réalisé une recherche avec le mot-clé « étudiant » pour la période du 17 au 24 mai 2012. Nous avons appliqué cette recherche aux archives du site web de La Presse et aux archives de la La Presse canadienne. De ce fait, la recherche s’est étendue aux quotidiens qui affichent des articles dans les sections d’actualité régionale du site web de la La Presse, par exemple, Le Soleil (Québec), La Voie de l’Est (Granby), Le Droit (Gatineau), Le Quotidien (Saguenay) et La Tribune (Sherbrooke). Inclure dans notre recherche les quotidiens régionaux nous a semblé intéressant puisqu’ils représentent des sources de données sur les actions en lien avec le mouvement étudiant non seulement dans la métropole mais aussi dans d’autres villes du Québec. Il importe de mentionner que cette couverture est parfois plus descriptive et détaillée que celle des quotidiens montréalais, peut-être parce que le lectorat auquel s’adressent ces articles connaît moins bien le contexte de la ville de Montréal.  

24Le résultat de notre recherche est de 65 articles pour le site web de La Presse et de 14 articles pour La Presse canadienne. Parmi ces 79 articles, nous en avons conservé 58 pour l’étape du codage. Les 21 articles exclus n’abordaient pas directement le sujet du conflit étudiant ou, s’ils le faisaient, ce n’était qu’en référence brève. Le Tableau 1 représente le nombre d’articles retenus par jour pour chaque quotidien.

Tableau 1 – Nombre d’articles par jour pour chaque quotidien

Tableau 1 – Nombre d’articles par jour pour chaque quotidien

25En termes de quantité, La Presse est le journal ayant publié le plus d’articles sur le mouvement étudiant durant cette période tandis qu’au deuxième rang se place le quotidien Le Soleil de la région de Québec. D’abord, ces résultats nous semblent logiques vu l’importance de ces quotidiens en termes de tirage. Ensuite, Montréal et Québec, les deux plus grandes villes de la province, respectivement la métropole régionale et la capitale administrative, ont été les deux villes les plus touchées par le mouvement étudiant durant cette période. Les journées marquées par le plus grand nombre de publications sont le jeudi 17 mai avec 14 publications et le samedi 19 mai avec 10 publications (ex æquo avec le 22 et le 24 mai). Cette intensité peut être expliquée par le débat entourant le projet de loi 78 à l’Assemblée nationale et son adoption le 18 mai. En effet, ce projet de loi a fait les manchettes pendant plusieurs jours et a polarisé le débat dans la société québécoise en général. Le nombre plus élevé d’articles dans la deuxième moitié de la semaine (soit 29 articles pour les 22-23-24 mai, contre 24 pour les 17-18-19 mai) peut être dû à la vague de soulèvements causés par l’adoption du projet de loi 78 et à l’apparition des soirées de « casseroles » dans les rues de Montréal et dans plusieurs villes du Québec. Rappelons que les soirées de « casseroles » sont des manifestations quotidiennes débutant à 20h00 précisément qui ont rassemblé des milliers de personnes de tous les âges dans les rues de Montréal. Durant ces manifestations populaires se déroulant simultanément dans plusieurs quartiers de la ville, les participants étaient appelés à frapper sur des casseroles afin de faire un maximum de bruit tout en dénonçant la loi 78. Des articles rapportent même des manifestations et du « tapage » de casseroles à Sept-Îles, Gaspé et même aux Îles-de-la-Madeleine, soit dans des régions éloignées des grands centres. La manifestation mensuelle du 22 a également été un sujet « chaud ». Amplifié par le mécontentement populaire autour du projet de loi 78 et par la popularisation des marches de « casseroles », c’est l’événement qui a été le plus médiatisé durant la période étudiée.

26Nous avons été étonné de la richesse des articles en matière de données et d’informations. Avec une couverture d’une semaine, nous avons recensé 48 actions différentes dans 12 villes : 10 villes de la province et 2 villes de l’extérieur de la province, soit Paris et New York. parmi ces actions, nous avons répertorié 28 manifestations, une manifestation thématique (la Manufestation de Montréal le dimanche 20 mai), deux pétitions, trois blocages, trois sorties publiques, six marches de casseroles et cinq actions directes (actions de perturbation économique, alertes à la bombe et bombes fumigènes dans le Métro de Montréal). Le nombre de participants aux événements rapportés varie entre quatre et 250 000. Les plus petits nombres se rapportent aux actions directes, extrêmes, par exemple l’explosion de bombes fumigènes dans le Métro ou l’occupation des bureaux de la ministre de l’Éducation. Les manifestations ayant lieu dans de plus petites municipalités comme Granby ou Sept-Îles sont également (sans surprise) celles où l'on rapporte un plus petit nombre de participants. À l’inverse, la manifestation du 22 mai à Montréal, associée à un acte populaire de désobéissance civile dans la foulée de l’adoption du projet de loi 78, a attiré plus de 250 000 participants des quatre coins de la province.

27La couverture offerte par la presse écrite met également en avant les principaux lieux investis par les actions. Une quantité étonnante de détails sur les intersections, les rues et les quartiers est présente dans les articles. L’organisation quotidienne d’événements qui se sont déroulés dans le Quartier Latin, précisément sur la place Émilie-Gamelin, peut révéler l’importance de ce secteur comme enjeu stratégique et comme lieu symbolique pour les militants, comme cela a été soulevé par Fortin (2013). Plusieurs articles publiés dans la deuxième moitié de la semaine portent sur le déroulement des marches de casseroles dans les quartiers péricentraux, principalement à l’est du Boulevard St-Laurent, par exemple, Villeray, Rosemont, Plateau Mont-Royal et Hochelaga-Maisonneuve. Certains articles portent même sur l’occupation d’intersections spécifiques par les manifestations familiales de casseroles, par exemple, avenue du Mont-Royal et St-Denis ou Villeray et Christophe-Colomb. Les trajets qui, selon les articles, ont été les plus empruntés par les manifestations sont l’axe Sherbrooke et Sainte-Catherine entre Berri (à l’est) et Crescent (à l’ouest). Des informations sont également rapportées dans les médias sur des tentatives échouées, pour cause de présence policière, de groupes de manifestants voulant entrer dans le tunnel Viger et monter sur le pont Jacques-Cartier. Ces informations mettent en évidence la valeur stratégique de ces lieux pour les militants, mais également l’importance des ressources policières déployées pour empêcher la perturbation de la circulation sur ces artères principales.

4.2 Discussion

28Maintenant que nous avons présenté sous forme de résumé les données recueillies à travers l’analyse de la presse écrite, il est temps de répondre à notre question principale de recherche qui est : quel est le rôle du territoire urbain dans la mobilisation étudiante du printemps 2012 ? Pour répondre à cette question, nous avons choisi de caractériser le répertoire d’action collective mobilisé selon les modes d’action mis en avant, leur dimension politique et leur dimension territoriale.

29Les modes d’action répertoriés dans notre collecte de données correspondent, dans la littérature sur les mouvements sociaux, au répertoire de troisième génération (après le répertoire ancien et moderne) (Péchu, 2009). Ce répertoire met en avant des modes d’action qui sont marqués « par l’expression des identités plutôt qu’orientés stratégiquement, et qui laisseraient une large part à l’action directe. […] [Ceux-ci] se déroulent dans un espace supranational, visant des enjeux très techniques et donnant une place clé à l’expertise » (Péchu, 2009 : 456). À notre connaissance, parmi les sept modes d’action répertoriés, seules les manifestations de « casseroles » ou charivaris représentent une nouvelle forme de contestation pour le Québec. Bien qu’elles aient été présentées comme « spontanées », l’organisation de ces dernières est le fait d’un appel généralisé sur les médias sociaux, notamment Facebook. Or, l’apparition de ce mode d’action n’est pas une transformation du répertoire d’action, mais plutôt l’effet de l’internationalisation des formes de protestation (Neveu, 2005 : 98). En effet, l’utilisation d’objets comme des casseroles pour faire du vacarme et ainsi attirer l’attention des autorités sur un problème social ou politique remonte à au moins cent ans (Péchu, 2007). Un article de La Presse nous apprend également que des concerts de casseroles ou cacerolazo étaient fréquents au Chili dans les années 1980 lors d’une vague de protestations contre le régime de Pinochet. La nouveauté de cette action réside donc, selon nous, dans son organisation et dans sa forme d’occupation de l’espace public. À cet égard, des liens sont à établir avec les travaux de Juris (2012) sur l’utilisation des médias sociaux et les logiques d’agrégation dans le mouvement Occupy.

A logic of aggregation is an alternative cultural framework that is shaped by our interactions with social media and generates particular patterns of social and political interaction that involve the viral flow of information and subsequent aggregations of large numbers of individuals in concrete physical space (Juris, 2012: 266).

30De par l’installation d’une routine de protestation, selon laquelle les participants se rejoignent tous les jours à 20h00 dans la rue, et le peu de risque que représentaient ces actions collectives, les gens ont participé sans qu’il y ait une organisation en amont. Les médias sociaux, par exemple Facebook et Twitter, ont servi de relais d’information à travers des réseaux virtuels personnels, donnant ainsi naissance à des regroupements d’individus au lieu de regroupements de groupes.

31Nous avons également noté la variabilité des actions selon le risque qu’elles représentent pour les individus qui y participent. Certaines des actions directes rapportées dans la presse, par exemple l’explosion de bombes fumigènes dans le Métro ou le blocage du pont Jacques-Cartier, représentent au sens de la loi des actes illégaux passibles d’amende ou d’emprisonnement. De l’autre côté du spectre, nous trouvons les pétitions formulées dans le cadre d’une démarche formelle par des organismes reconnus. Au centre du spectre, les manifestations de casseroles représentent en soi un acte de désobéissance civile (suite à l’adoption du Projet de loi 78), mais se sont déroulées dans une ambiance festive et sans interventions policières.

32Une autre caractéristique utilisée pour qualifier les répertoires d’action collective est celle des revendications (Tilly et Tarrow, 2008). Sur ce plan, la période choisie est révélatrice de l’évolution des revendications du mouvement pour cause, selon notre analyse, de l’adoption du projet de loi 78. La revendication qui revient le plus souvent dans les articles est celle de l’abolition des frais de scolarité et du droit à l’accès à l’éducation. Avec l’adoption du projet de loi 78, plusieurs articles rapportent les demandes des manifestants concernant le droit de manifester, le droit de rassemblement, le droit à l’espace public et une demande concernant le respect de la démocratie de manière générale. Nous avons également répertorié des articles qui mentionnaient les revendications de certains groupes face au système capitaliste et au néolibéralisme économique, et au mécontentement d’autres groupes devant la gestion et l'exploitation des ressources naturelles (gaz de schistes, mines, et dénonciation du Plan nord). Il est intéressant de regarder cette montée en généralité des revendications à la lumière du texte de Fontan, Hamel et Morin (2012) sur les actions collectives « dans » la ville et « sur » la ville. Parmi les revendications répertoriées, certaines correspondent à des demandes collectives qui touchent des enjeux généraux de société, par exemple, l’exploitation des ressources naturelles et la protection de l’environnement, la démocratie, l’accès à l’éducation et le système capitaliste en général. Ces dernières demandes correspondent aux actions « dans » la ville selon Fontan, Hamel et Morin (2012). En ce sens, la ville est une vitrine sur le monde, l’espace privilégié de la contestation globalisée (Harvey, 2012). Or, l’adoption de la loi 78 vient, selon nous, transformer cette dynamique ; les actions s’orientent vers le droit d’être dans l’espace public montréalais et le droit de rassemblement. Les revendications se portent « sur » la ville, aux sens où elles soulèvent des enjeux locaux qui peuvent également concerner la société en général. Nous venons ici appuyer les propos de Fortin (2013 : 524), qui suggère que « l’espace de la lutte [s’est étiré] à la planète ». Considérant que les actions collectives organisées après le 18 mai mettent en avant un plus grand nombre de revendications, il nous apparaît logique que celles-ci, comme la manifestation du 22 mai, la plus grande de l’histoire du Québec, ou les populaires marches de casseroles, aient attiré un plus grand nombre de participants.

  • 3  Dans l’ouvrage collectif À qui la rue ? Répression policière et mouvements sociaux (2013), Dupuis- (...)

33Une représentation spatiale des actions collectives répertoriées illustre le caractère central de la majorité des événements. Nous pouvons supposer ici que le centre-ville présente plusieurs « espaces libres » (free space) qui représentent des ressources pour les manifestants en tant que territoires propices à la politisation, à l’organisation et à la construction identitaire (Wilton et Cranford, 2002). Sur le plan territorial, l’adoption du projet de loi 78 semble étendre les manifestations aux quartiers péricentraux majoritairement résidentiels, par exemple Villeray, Rosemont et Plateau Mont-Royal. Ce phénomène n’est toutefois pas nouveau, Fontan, Hamel et Morin (2012) l’ont documenté dans les actions collectives relatives aux enjeux de justice sociale dans ces quartiers entre les années 1980 et 2006. L’instauration d’une routine spatiale (spatial routine), soit la réalisation quotidienne de manifestations nocturnes pendant plus de cent jours ou le rendez-vous quotidien qu’ont représenté les manifestations de casseroles, s’est avérée une stratégie efficace pour perturber l’ordre socio-spatial et économique de la ville (Sewell Jr., 2001). Plusieurs articles évoquent la crainte vécue par les commerçants et les acteurs économiques de la ville face aux perturbations économiques associées au détournement temporaire des fonctions des lieux. Par exemple, les restaurateurs du centre-ville attribuent aux manifestations quotidiennes la baisse de leur chiffre d’affaire. La relation qu’entretiennent les manifestants avec l’espace se reflète également dans le développement d’un savoir-faire propre au territoire urbain pratiqué. À l’image d’une guérilla urbaine, les manifestants développent des réflexes et des stratégies : « On a laissé le coin Saint-Denis et Sherbrooke à la police et on a évité la trappe. À l'avenir, ça ne servira plus à rien de tenter de s'approprier des coins de rue, on va juste se faire arrêter » rapporte un participant à une manifestation de nuit. La relative longévité du conflit a donc mené à une escalade des affrontements et une complexification de ceux-ci. Le nombre d’arrestations et d’amendes distribuées en reflète l’importance3 (Dupuis-Déri, 2013).

Conclusion

34Au final, comment caractériser le répertoire d’action mobilisé lors des événements du « Printemps érable » ? La collecte de données que nous avons réalisée nous permet d’avancer, de manière préliminaire, ces quelques remarques. D’abord, la transformation drastique des formes d’action collective est à rejeter. Somme toute, les modes d’action répertoriés pendant la période à l’étude laissent entendre que le troisième répertoire, comme cela est décrit par Péchu (2009), est toujours d’actualité. Or, des transformations sont observables sur le plan de l’organisation des événements et des formes prises par les regroupements sur le territoire. À l’image du texte de Juris (2012) sur le mouvement Occupy, certaines actions, par exemple les manifestations de casseroles, ressemblent davantage à un regroupement d’individus qu’à un regroupement de groupes. Le « mécanisme » à l’œuvre ici, pour reprendre les termes de Tarrow et Tilly (2008), est celui d’une transformation du « processus » de mobilisation et la création de réseaux. En effet, l’utilisation des médias sociaux, contrairement aux listes de diffusion par courriel, vient changer la logique d’agrégation du mouvement et lui donne une nouvelle forme. Sur le plan des revendications, deux échelles s’articulent, celle des revendications générales sur le système capitaliste, l’environnement et la gestion des affaires publiques et celle du droit de manifester et d’occuper l’espace urbain montréalais dans un processus de montée en généralité.

35Quelle est la place du territoire urbain dans tout ça ? L’exercice de recherche que nous avons fait permet de mettre en évidence l’importance du territoire urbain comme ressource stratégique des mouvements sociaux. En créant des routines spatiales dans les quartiers centraux et péricentraux de la ville, les manifestants ont apporté une pression supplémentaire sur les autorités en détournant les usages fonctionnels des lieux. À l’image de leurs représentations territoriales, les espaces centraux de Montréal associés au commerce international et à la finance ont fait l’objet de revendications« dans »laville. Tandis que les quartiers péricentraux, à vocation résidentielle, sont devenus le théâtre de manifestations qui revendiquaient de manière générale le droit d’être dans l’espace public. En ce sens, les prestations publiques qui ont suivi l’adoption du projet de loi 78 ont mis en évidence l’importance du territoire urbain comme enjeu des luttes sociales.

36Avant de terminer, il est important de mentionner quelques limites de notre recherche et de discuter de la validité de l’analyse événementielle. D’abord, des informations provenant de travaux que nous effectuons dans le cadre d’une recherche au Laboratoire Ville et espaces politiques de l’INRS nous laissent croire que les médias traditionnels n’auraient fait qu’une couverture partielle des événements de protestation réalisés. Cette observation a également été soulevée par Sauvageau et Thibault (2013). Nous posons alors l’hypothèse que certains événements, organisés par des groupes plus marginaux ou moins connus du public, n’ont pas profité de la même couverture que d’autres groupes, par exemple les principales organisations étudiantes. Pour pallier cette lacune, l’analyse de médias alternatifs, par exemple les radios et les journaux étudiants et des médias sociaux comme Twitter ou Facebook, nous apparaît une solution, d’autant plus que les logiciels de codage comme Nvivo permettent leur traitement. Les fils Twitter des services de police, par exemple celui du Service de police de la Ville de Montréal, s’avèrent également une source riche en informations et sont utilisés par certains journalistes dans la couverture des événements.

37En conclusion, cet exercice de recherche démontre la pertinence et la validité de l’analyse événementielle à travers les articles de presse en tant que méthode de collecte de données pour la recherche sur les mouvements sociaux. Même si les quotidiens « grand public » présentent certaines lacunes du point de vue de la couverture des événements, la presse écrite demeure une source importante d’information. Cet article met également en lumière les différents rôles du territoire dans les campagnes de protestation. Il s’agit d’abord d’un cadre et d’une ressource, les manifestants ayant déployé des stratégies sur le territoire urbain afin de perturber temporairement la fonctionnalité de certains lieux. Ces stratégies, concrétisées par la réalisation d’actions collectives, ont mené à une intensification de la présence policière et à l’adoption du projet de loi 78. À partir de ce moment, le territoire urbain se présente également comme un enjeu de la lutte. Il est intéressant de mentionner que, si l’objectif du gouvernement était de désamorcer la tension entre les manifestants et les autorités et mettre fin au conflit, tel que cela a été suggéré dans les médias, l’adoption du projet de loi 78 semble avoir eu l’effet contraire. En effet, le droit d’occuper l’espace public est venu s’ajouter aux autres revendications des manifestants et a motivé davantage de citoyens à descendre dans la rue. La montée en généralité qui a accompagné ces événements a illustré la capacité de certains mouvements sociaux urbains à s’engager dans des enjeux dépassant les limites de la ville et l’importance stratégique du territoire urbain comme espace de revendication.

Haut de page

Bibliographie

Allegra, M., Bono I, Casaglia, A., Marzorati, R. et Yacobi, H. (2013), « Rethinking cities in contentious times: the mobilisation of urban dissent in the ‘Arab Spring’« , Urban Studies, 50, 9, pp. 1675-1688.

Brenner, N., Marcuse, P. et Mayer, M. (sous la direction de) (2012), Cities for People, Not for Profit: Critical Urban Theory and the Right to the City, New York, Routledge.

Breux, S. (2007), De l’imaginaire géographique à l’acte politique, l’influence des représentations territoriales sur la participation politique individuelle à l’échelle locale et urbaine, Thèse de doctorat, Géographie, Université Laval.

Brunet, R. et Dollfus, O. (sous la direction de) (1990) Mondes nouveaux. Géographie universelle, Paris/Montpellier, Hachette/Reclus.

Castells, M. (1973), Luttes urbaines et pouvoir politique, Paris, Librairie François Maspero.

Chiasson-Lebel, T. (2012), « Introduction. Grèves et tensions dans les universités et les cégeps », Nouveaux cahiers du socialisme, 8, pp. 1-7.

Chomsky, N. (2012), Occupy, New York, Occupied media pamphlet series.

Cox, K. (1973), Conflict, Power and Politics and the City: A Geographic View, New York, McGraw-Hill.

Della Porta, D. (2012), « Critical trust: social movements and democracy in times of crisis », Cambio Revista sulle Transformazioni Sociali, 4, pp. 33-43.

Davies, J.S. et Imbroscio, D.L. (2010), Critical Urban Studies: New Directions, New York, SUNY Press.

Déry, P. et Roy, C. (sous la coordination de) (2012), État de la nouvelle, bilan 2012 Québec, Montréal, Influence communication.

Dupuis-Déri, F. et al. (2013), À qui la rue ? Répression policière et mouvement sociaux, Montréal, Écosociété.

Fontan, J-M., Hamel, P. et Morin, R. (2012), Villes et conflits. Actions collectives, justice sociale et enjeux environnementaux, Québec, Presses de l'Université Laval.

Fortin, A. (2013), « La longue marche des Carrés rouges », Recherches sociographiques, 54, 3, pp. 513-529.

Hmed, C. (2008), « Des mouvements sociaux sur une tête d'épingle ? Le rôle de l'espace physique dans le processus contestataire à partir de l'exemple des mobilisations dans les foyers de travailleurs migrants », Politix, 4, 84, pp. 145-165.

Hmed, C. (2009), « Espace géographique et mouvements sociaux », In : Fillieule, O., Mathieu, L. et Péchu, C. (sous la direction de), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, pp. 220-227.

Harvey, D. (1973), Social Justice and the City, London, E. Arnold.

Harvey, D. (2010), Géographie et capital : vers un matérialisme historico-géographique, Paris, Éditions Syllepse.

Harvey, D. (2012), Rebel Cities: From the Right to the City to the Urban Revolution, New York, Verso.

Juris, J.S. (2012), « Reflections on Occupy Everywhere: social media, public space, and emerging logics of aggregation », American Ethnologist, 39, 2, pp. 259-279.

Leontidou, L. (2010), « Urban social movements in ‘Weak’ civil societies: the right to the city and cosmopolitan activism in Southern Europe », Urban Studies, 47, 6, pp. 1179-1203.

Marcuse, P. (2012), « Who’s Right(s) to What City? », In: Brenner, N., Marcuse, P. et Mayer, M. (sous la direction de) (2012), Cities for People, Not for Profit: Critical Urban Theory and the Right to the City, New York, Routledge, pp. 24-41.

Marom, N. (2013), « Activising space: the spatial politics of the 2011 protest movement in Israel », Urban Studies, 50, 13, pp. 2826-2841.

Mayer, M. (2009), « The right to the city in the context of shifting mottos of urban social movements », City, 13, 2, pp. 362-374.

Mayer, M. (2012), « The right to the city in urban social movements ». In : Brenner, N., Marcuse, P. et Mayer, M. (sous la direction de) (2012), Cities for People, Not for Profit : Critical Urban Theory and the Right to the City, New York, Routledge, pp. 63-85.

Mayer, M. et Boudreau, J-A. (2011), « Social movements in urban politics : trends in research and practice », In : Mossberger, K., Clark, S.E. et John, P. (sous la direction de), The Oxford Handbook of Urban Politics, Oxford, Oxford University Press, pp. 273-291.

McAdam, D. et Sewell Jr. W.H. (2001), « It’s about time : temporality in the study of social movements and revolutions », In : Aminzade, R.R. et al., Silence and Voice in the Study of Contentious Politics, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 89-125.

McAdam, D. et Schaffer Boudet. H. (2012), Putting Social Movements in Their Place : Explaining Opposition to Energy Projects in the United States, 2000-2005, Cambridge, Cambridge University Press.

Miller, B.A. 2000. Geography and Social Movements Comparing Antinuclear Activism in the Boston Area. Minneapolis, University of Minnesota Press.

Mitchell, D. (2003), The Right to the City and the fight for public space, New York, The Guilford Press.

Nadeau-Dubois, G. (2013), Tenir tête, Montréal, LUX éditeur.

Neveu, É. (2005), Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte.

Nicholls, W. (2009), « Place, networks, space : theorising the geographies of social movements », Transactions of the Institute of British Geographers, 34, pp. 78-93.

Péchu, C. (2007), « Laissez parler les objets ! De l’objet des mouvements sociaux aux mouvements sociaux comme objets », In : Favre, P., Fillieule, O. et Jobard, F. (sous la direction de), L’atelier du politiste Théories, actions, représentations, Paris, La Découverte, pp. 59-78.

Péchu, C. (2009), « Répertoire d’action », In : Fillieule, O., Mathieu, L. et Péchu, C. (sous la direction de), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, pp. 454-462.

Pickvance, C. (2003), « From urban social movements to urban movements : a review and introduction to a symposium on urban movements », International Journal of Urban and Regional Research, 27, 1, pp. 102-109.

Rasza, M. et Kurnik, A. (2012), « The Occupy movement in Zizek's hometown : direct democracy and a politics of becoming », American Ethnologist, 39, 2, pp. 238-258.

Répertoire des médias, Gouvernement du Québec. (2013), Région de Montréal, http://www.montreal.gouv.qc.ca/medias/RepertoireMedia.asp?Region=Montreal&Filtre=Tous, Page consultée le 16 décembre 2013.

Ripoll, F. (2008), « Espaces et stratégies de résistance : répertoires d'action collective dans la France contemporaine », Espaces et sociétés, 8, 134, pp. 83-97.

Sauvageau, F. et Thibault, S. (2013), « Tout voir et tout entendre, mais sans comprendre ! Le conflit étudiant et les défaillances des médias », Recherches sociographiques, 54, 3, pp. 531-552.

Schmid, C. (2012), « Henri Lefebvre, the right to the city, and the new metropolitain mainstream », In : Brenner, N., Marcuse, P. et Mayer, M. (sous la direction de) (2012), Cities for People, Not for Profit : Critical Urban Theory and the Right to the City, New York, Routledge, pp. 42-61.

Sewell Jr., W.H. (2001), « Space in Contentious Politics », In : Aminzade, R.R. et al., Silence and Voice in the Study of Contentious Politics, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 51-88.

Soja, E.W. (2010), Seeking Spatial Justice, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Stolle, D., Pedersen, E.F., Harell, A. et Dufour, P. (2013) « Le printemps érable et l'élection québécois de 2012 », In : Bastien, F.E., Bélanger, É. et Gélineau, F. (sous la direction de), Les Québécois aux urnes ; les partis, les médias et les citoyens en campagne, Montréal, Les Presses de l'Université de Montréal, pp. 271-283.

Tarrow, S. (1998), Power in Movement Social Movements and Contentious Politics, New York, Cambridge University Press.

Tarrow, S. et Tilly, C. (2008), Politique (s) du conflit de la grève à la révolution, Paris, Les Presses de Sciences Po.

Thériault, J.Y. (2013), « Le peuple de gauche, les carrées rouges et la crise des institutions », Argument, 15, 2, pp. 9-20.

Tilly, C. (1995), Popular Contention in Britain 1758-1834, Cambridge, Harvard University Press.

Tilly, C. (2004), Social Movements 1768-2004, Boulder, Paradigm.

Trudelle, C. (2005), Vidibilité Visibilité de la participation des femmes aux conflits urbains à Québec entre 1965 et 2000, Thèse de doctorat, Aménagement du territoire et développement régional, Université Laval, Québec.

Ward, K. et McCann, J.E. (2006), « The new path to a new city ? Introduction to a debate on urban politics, social movements and the legacies of Manuel Castells' the City and the Grassroots », International Journal of Urban and Regional Research, 30, 1, pp. 189-93.

Wilton, R. D. et Cranford, C. (2002), « Toward an understanding of the spatiality of social movements : labor organizing at a private university in Los Angeles », Social Problems, 49, 3, pp. 374-394.

Haut de page

Notes

1  http://content.time.com/time/specials/packages/article/0,28804,2101745_2102132,00.html

2  Le projet de loi 78 (devenu la loi 12) déposé par le Parti Libéral le 17 mai 2012 visait notamment à encadrer le droit de manifester en limitant la taille des rassemblements et en forçant les organisateurs de manifestation à fournir un itinéraire de leur trajet à la police. Elle prévoyait également des amendes pour les organisations et les individus qui ne se plieraient pas à ces conditions.

3  Dans l’ouvrage collectif À qui la rue ? Répression policière et mouvements sociaux (2013), Dupuis-Déri dénombre 3504 arrestations en lien avec la grève étudiante pour la période comprise entre le 16 février et le 3 septembre 2012. Selon ces chiffres, le nombre d’arrestations pour la période du 17 au 24 mai 2012 inclusivement est de 922 et de 1045 si nous ajoutons les arrestations de la nuit du 16 au 17 mai.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Grille de codage pour le concept « action collective »
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/5118/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 1 – Nombre d’articles par jour pour chaque quotidien
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/5118/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Labrie, « Mouvement étudiant du printemps 2012 au Québec : exploration du répertoire d’action mobilisé », Métropoles [En ligne], 16 | 2015, mis en ligne le 17 juin 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://metropoles.revues.org/5118

Haut de page

Auteur

Mathieu Labrie

Doctorant en études urbaines
Laboratoire Vespa
Institut national de la recherche scientifique UCS
mathieu.labrie@ucs.inrs.ca

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org