Navigation – Plan du site
Débats

Sciences urbaines : interdisciplinarités passive, naïve, transitive, offensive

Gabriel Dupuy et Lucien Gilles Benguigui

Résumés

Le présent article examine les modalités d’interaction entre différentes disciplines et l’urbanisme, c’est-à-dire l’interdisciplinarité liée aux savoirs et pratiques de l’urbanisme. Les auteurs décrivent une première forme d’interdisciplinarité qu’ils appellent « passive ». Cette interdisciplinarité s’est imposée dans le contexte du fort développement urbain qui a suivi la deuxième guerre mondiale. Elle consiste en une collaboration de disciplines intervenant dans les projets d’urbanisme. Après avoir montré les limites de ce type d’interdisciplinarité, les auteurs considèrent d’autres formes appelées dans l’article « naïve » et « transitive ». Dans ces formes d’interdisciplinarité, des chercheurs non urbanistes proposent des approches issues des sciences « dures » telle la physique (fractales) ou l’informatique (simulation multi-agents ou systèmes complexes auto-entretenus). Ces derniers types d’interdisciplinarité (naïve et transitive) procurent à l’urbanisme de nouvelles approches mais sont peu appréciés par les urbanistes dans leur ensemble. Plus récemment, l’urbanisme est devenu la cible de chercheurs qui souhaiteraient qu’il devienne une science comme les autres. Cela conduirait à l’utilisation de méthodes dites « scientifiques » (élaboration théorique, vérification des hypothèses, analyses de résultats, choix d’un modèle). Il s’agit d’une forme particulière et nouvelle d’interdisciplinarité que les auteurs nomment « interdisciplinarité offensive ». En effet, ce type d’interdisciplinarité ne se soumet pas aux paradigmes urbanistiques habituels et tend, par l’introduction de nouvelles méthodes, à modifier la nature même de l’urbanisme. Les auteurs concluent en s’interrogeant sur l’avenir d’un urbanisme confronté à de nouvelles formes d’interdisciplinarité.

The present article investigates several types of interaction between different disciplines and the urban planning i.e. the interdisciplinarity for the working knowledge of urban planning. The authors begin first by describing a kind of interdisciplinarity which they call "passive". This kind of interdisciplinarity was implemented in the context of the very important development of urban planning after the Second World War. It consists in a collaboration which associates different disciplines which participate in the urban projects. The authors show the limits of this kind of interdisciplinarity and consider other kinds which they call "naïve" and "transitive". In these cases of interdisciplinarity, scientists do not participate directly in the urban planning but propose several approaches deduced from the "hard sciences" such as physics (fractals) or computer sciences (multi-agents simulation, self-organized complex systems). Although these kinds of interdisciplinarity propose new approaches in urban planning, they are not very well appreciated by the majority of the urban planners. More recently urban planning has become the target of researchers who hope for urban planning to be scientific. This implies the use of "scientific methods" (theoretical elaboration, checking hypothesis reliability, critical analysis of the results and choice of a model) and this appears to be a new kind of interdisciplinarity called "offensive" by the authors. In fact this new kind does not follow the well know paradigms of the urban planning and tends toward the introduction of new methods so that the structures of urban planning itself may be modified. The authors conclude by asking about the future of urban planning facing new forms of interdisciplinarity.

Haut de page

Texte intégral

1L’interdisciplinarité fait depuis longtemps l’objet de nombreuses discussions, réflexions, expérimentations (Origgi et Darbellay 2010, Augsburg, 2006). Le débat s’est avivé du fait de l’évolution des modes de financement de la recherche, deplus en plus soumise aux impératifs de contrats et de projets qui ne suivent pas la logique d’une seule discipline (Barry et al., 2008, Petts et al., 2008). Mais l’organisation disciplinaire est également en cause du fait de l’apparition de nouvelles problématiques : environnement, changement climatique et, en sciences sociales, area studies, women studies, etc., impliquant un traitement interdisciplinaire (Kwan, 2002).

2Il existe différents termes pour désigner la coopération de plusieurs disciplines : « transdisciplinarité », « multidisciplinarité », « pluridisciplinarité » et « interdisciplinarité ». Nous préférons utiliser ce dernier terme parce qu’ 'il exprime bien l'interaction entre les disciplines et la mise en commun de différentes méthodes en vue d’un même projet. La pluridisciplinarité (comme le terme équivalent de « multidisciplinarité ») n'implique pas une interaction, mais plutôt une association des disciplines. Néanmoins, les frontières entre les situations décrites par ces mots ne sont pas toujours tranchées, particulièrement quand plusieurs disciplines concourent au projet commun. Le terme de « transdisciplinarité » peut être compris comme la collaboration de diverses disciplines débouchant sur une approche entièrement nouvelle. Ce n’est pas le cas de l'urbanisme dont la finalité reste toujours l’organisation de la ville.

3L’urbanisme, présenté tantôt comme un champ, tantôt comme une discipline, entre simple pratique et discipline reconnue, jouit d’une image interdisciplinaire peu contestée. Pourtant l’interdisciplinarité pose des problèmes en urbanisme comme ailleurs (Ramadier, 2004, Devisme, 2009). Cet article, écrit par deux auteurs ayant expérimenté la démarche interdisciplinaire, examine différentes formes d’interdisciplinarité dans le domaine de l’urbanisme. Il montre que l’image d’un urbanisme naturellement et tranquillement interdisciplinaire est trompeuse. Des disciplines extérieures à l’urbanisme s’intéressent directement ou indirectement au champ urbain. Elles entrent en rapport avec l’urbanisme selon des modalités qui vont de la passivité à l’agressivité en passant par la naïveté et la transitivité. Un historien de l’urbanisme, Thierry Paquot, tire même la sonnette d’alarme : « ...l’urbanisme bat de l’aile…il serait temps de rassembler les différents savoirs et savoir-faire sur les villes…en un apprentissage transdisciplinaire… » (Paquot, 2013).

4Sans s’engager sur l’injonction de T. Paquot, mais en observant différentes modalités interdisciplinaires qui concernent l’urbanisme, l’article cherche à préciser son diagnostic. Il s’agit notamment d’analyser, sans parti pris positiviste, des confrontations de l’urbanisme, en tant que science sociale de l’espace, avec des disciplines plus « dures », notamment des disciplines plus modélisatrices, quantitativistes dans leurs approches.

5Ajoutons que nous avons choisi l'urbanisme comme cas très typique d'une situation que l’on retrouve dans d'autres champs des sciences humaines et sociales comme l'anthropologie, la géographie urbaine ou la psychologie.

1. Naissance de l’urbanisme

6Dès la fin du XVIIIe siècle, la nécessité d’une organisation volontaire de l’espace urbain se fait jour. L’accroissement de la taille des villes, souvent contrarié en Europe par des enceintes héritées d’époques antérieures, est un premier facteur qui pousse à organiser l’espace urbain. Une deuxième cause est la naissance d’une industrie qui provoque à l’intérieur du tissu urbain des nuisances de moins en moins supportables. Dans l’ensemble, le sentiment se répand que la ville n’assure plus à ceux qui y vivent ni la commoditas ni la voluptas jadis préconisées par Leon Battista Alberti dans son ouvrage De Re Ædificatoria (1485).

7La révolution industrielle, dont les effets au cours de la première moitié du XIXe siècle sont considérables, exacerbe ce sentiment. De grands établissements industriels s’implantent dans les banlieues des villes, attirant une main d’œuvre qui bien souvent s’entasse dans des immeubles inadaptés. Les problèmes d’hygiène sont patents, en plus de l’alcoolisme, de la prostitution, de la délinquance. De graves épidémies déciment les populations urbaines. Si les pauvres paient leur tribut, les riches ne sont pas épargnés. Les industriels, les pouvoirs publics, cherchent des solutions. Des esprits éclairés, comme I. Cerda à Barcelone, le baron Haussmann à Paris et R. Unwin en Angleterre, en proposent. C’est dans ces conditions que naît la planification urbaine sous des dénominations variées : « urbanización », « city planning » ou « urban planning », « urbanisme ». Les différences dans les législations, les institutions politiques, les cultures propres à chaque nation, voire à chaque région, expliquent les différences dans l’accent mis sur tel ou tel aspect (planification, projet architectural ou urbanistique) ainsi que les différences de vocabulaire. Devant l’impossibilité d’entrer ici dans le détail de ces différences, on utilisera le terme français « urbanisme » en considérant qu’il résume l’essentiel des visées de la planification urbaine telle qu’elle est issue de l’histoire des villes occidentales.

8Il s’agit de mieux organiser l’utilisation de l’espace, rare, des villes pour faire coexister harmonieusement l’habitat, l’industrie, le commerce, le transport, voire les loisirs, sans négliger une esthétique, marque du pouvoir qui à l’époque distingue les villes des campagnes. De plus, une ville a une histoire et une géographie qui influent sur sa forme et son évolution. L’urbanisme doit connaître cette histoire et cette géographie et les respecter.

9Les citadins résident, travaillent et utilisent des services divers. Les localisations des résidences, des emplois, des équipements doivent être organisées au mieux afin de faciliter la vie urbaine. La vie en commun sur un espace limité impose des règles concernant l’utilisation du sol et la forme urbaine. L’urbanisme doit les définir et les édicter dans le souci de l’intérêt public et dans une perspective d’avenir.

10Le fonctionnement urbain implique des déplacements. Les réseaux de transport, en particulier les réseaux ferrés pour les grandes villes, doivent les assurer. Le tracé de ces réseaux, la position des stations dans l’espace doivent se faire en adéquation étroite avec les règles d’occupation du sol existantes ou prévues et en prenant en compte les principes d’urbanisme fixés par les pouvoirs publics (centralité, densité…). Afin de juguler les tendances ségrégatives et de maintenir la cohésion sociale, les réseaux doivent assurer une desserte équitable des différentes zones urbaines. Il faut aussi éviter les nuisances pour les populations riveraines.

11Aujourd’hui, dans l’idéal, les objectifs du développement durable sont supposés rejoindre les buts de l’urbanisme (Merlin et Choay, 2010).

2. Le recours aux disciplines scientifiques : l’interdisciplinarité passive

12Les méthodes de l’urbanisme sont mises en place, puis développées et affirmées progressivement pendant un siècle et demi. Dans le principe, l’urbanisme doit prévoir, projeter, programmer, délimiter, réguler, réglementer. Pour cela des connaissances de l’histoire, de la géographie, de la démographie, de l’hydraulique, de la médecine, de l’architecture, de l’ingénierie de circulation, mais aussi de la sociologie, du droit sont requises. Comme il s’agit finalement d’imposer à chaque individu, dans l’intérêt de tous, des règles strictes d’usage des sols, les connaissances empiriques subjectives, les choix arbitraires, qui en la matière avaient marqué les époques précédentes, ne sont plus de mise. A leur place, les utopies mobilisatrices faciliteront des politiques et des projets parfois impopulaires. Les thèmes de la santé, de la nature, de l’égalité sont mis en avant. Mais surtout, comme l’a bien noté Françoise Choay, il s’agit de passer à une approche scientifique de l’urbanisme. Ce sont donc des disciplines en tant que telles qui devront apporter leur pierre à l’urbanisme. La multidisciplinarité s’impose. Mais selon quel principe articuler l’apport de disciplines diverses à l’objectif commun ?

13Pour ce qui est de la France, T. Paquot apporte deux réponses à cette question. Le premier principe est totalisant. « Il s’agit d’additionner tout ce qui participe du fait urbain, sans en oublier » (Paquot, 2013). Le total ainsi obtenu est supposé guider la pratique urbanistique. Le fonctionnalisme du mouvement moderne, illustré par la Chartes d’Athènes, donne un bon exemple de cette démarche. L’autre principe, unitaire, se réfère à une harmonie quasi-organique fondée sur des bases écologiques, démocratiques ou autres, harmonie qui conduit à la synthèse urbanistique au profit de la diversité des habitants des villes. Les urbanistes français Gaston Bardet et Robert Auzelle défendront cette position dans les années 1970.

14L’approche scientifique de l’urbanisme aurait pu résulter de la constitution d’une « urbanologie », science unique de l’urbanisme. En dépit des prétentions de la Teoría general de la urbanización conçue par Cerda, de la Charte d’Athènes suivie par celles du mouvement moderne, l’accord ne se fera pas sur l’urbanologie. Plus tard et jusqu’à nos jours, certains théoriciens ou praticiens provenant de disciplines différentes (Claval, 1981, Gourdon, 2001, Devisme, 2001, Paquot, 2003) se qualifièrent eux-mêmes d’ « urbanologues » mais sans créer de consensus en France ni a fortiori au niveau international.

15Après force tâtonnements, et à défaut de consensus sur une improbable urbanologie, la réponse trouvée un peu partout est la même. On part bien d’un principe de division du travail entre des disciplines supposées concourir à un même objectif d’aménagement de la ville. Mais la nécessaire synthèse s’opère lors de l’élaboration de documents marquants, plans d’aménagement, schémas, projets d’urbanisme. Les rôles des tenants de différentes disciplines sont distribués sous l’égide d’un architecte, d’un ingénieur, d’un urbaniste, auquel on donne d’un commun accord le rôle de « chef d’orchestre », . Chacun œuvre à la tâche commune, par exemple, un plan ou un projet d’urbanisme. Bien qu’il ne s’agisse que de multi- ou de pluridisciplinarité, le terme d’interdisciplinarité est souvent utilisé pour désigner ce travail collectif. Ce type d’interdisciplinarité est mis en œuvre depuis longtemps dans différents pays. Prenons le cas de la France où des organismes créés par l’Etat ont bien illustré cette méthode dans les années 1960 (OREAM, Agences d’urbanisme, Equipes d’aménagement de villes nouvelles et, au niveau national, STCAU, SAEI) (Verdès-Leroux, 1972). Des cabinets d’urbanistes ont emboîté le pas. Cette interdisciplinarité qui est devenue un principe dans les formations universitaires en urbanisme et en aménagement, est certifiée par un label (APERAU) et admise par des instances académiques (création en 1985 d’une section « Architecture, Urbanistique, Société » du comité national du CNRS et en 1992 d’une spécialité autonome « Aménagement de l’espace, urbanisme » pour les enseignants-chercheurs des Universités).

16Un avantage de cette interdisciplinarité est qu’elle implique une proximité du terrain et une connaissance approfondie de la réalité particulière de la ville qu’il s’agit de planifier, d’organiser, de gérer.

17Il existe des variantes de cette forme l’interdisciplinarité. On peut rassembler au sein d’une même équipe de travail des personnes de disciplines différentes pour les faire collaborer. Le « chef d’orchestre » distribue le travail et se charge ensuite de combiner les différentes approches et d’en faire la synthèse. On peut également assurer dès le départ aux futurs praticiens une formation composite combinant plusieurs disciplines, chacun étant ainsi à même par la suite de traiter les problèmes de manière interdisciplinaire. Dans de telles formations, des ateliers, lieux et temps de collaboration des étudiants formés au départ dans différentes disciplines, sont des composantes majeures et emblématiques. En France encore, l’atelier Tony Garnier, créé à l’Ecole des Beaux-Arts au début des années 1960 et animé par Robert Auzelle, fut un modèle du genre.

  • 1  Extrait de Pinson, D. (2003), « L’urbanisme : une discipline indisciplinée », page consultée le 18 (...)

 « … Pour ce qui est de l’urbanisme, le déplacement de toutes sortes de problématiques portées par les sciences de l’homme et de la société vers l’urbain associe plus que jamais l’urbaniste, qu’il soit praticien ou chercheur, aux tenants d’autres savoirs. Il lui est donc aujourd’hui difficile de rester à l’écart de nombreuses approches de l’urbain développées par bien d’autres disciplines que l’urbanisme. Généralement ouvert à l’interdisciplinarité, souvent formé dans une discipline précise dont il a dépassé les frontières, fréquemment intégré dans une équipe pluridisciplinaire, l’urbaniste est conduit à mettre sa spécialisation initiale au service d’une pratique d’urbanisme dont il peut en retour nourrir la construction théorique. Un double frottement au sein de l’équipe pluridisciplinaire, d’une part, et dans l’échange avec les autres disciplines venues aux problématiques urbaines, d’autre part, presse alors l’urbaniste de mieux cerner ce qui fonde l’existence et l’originalité de son domaine. Cette préoccupation concerne en tout premier lieu une part du travail de ceux qui se consacrent à la formation et à la recherche dans cette discipline…1 »

18Cependant, cette forme d’interdisciplinarité s’avère, à l’usage, fragile. Elle revient en effet à établir des rapports inégalitaires entre disciplines. La discipline du « chef d’orchestre » se trouve de fait hégémonique et donc valorisée, les autres jouant un rôle subalterne, forcément insatisfaisant quand bien même les tenants de ces disciplines en viennent parfois à s’intituler « urbanistes ». Lorsque le démographe apporte son savoir à une équipe dirigée par un architecte, il fournit un outillage somme toute secondaire. En tous cas, il est très rare qu’il puisse ce faisant faire progresser sa discipline. Le rôle qui lui est dévolu ne lui en donne ni le temps, ni les moyens, ni la reconnaissance par sa communauté disciplinaire. Il s’agit en quelque sorte d’une interdisciplinarité subie, passive pour la plupart des disciplines qui y participent.

19Il n’est donc pas étonnant que les disciplines « subalternes » ne se soient pas contentées de cette instrumentalisation. C’est ainsi que l’on a observé des dissociations significatives, par exemple, du côté des sciences de l’ingénieur, mais aussi de l’histoire ou de l’économie. L’ingénierie n’a pas été vraiment intégrée à cette interdisciplinarité. La médecine pour sa part n’y a jamais participé. Par la suite, dans les plans d’urbanisme, les questions d’eau et d’assainissement ont été le plus souvent traitées dans des « annexes sanitaires » sans que ces aspects aient été vraiment pris en compte en amont dans la confection du plan. De même, les économistes sont le plus souvent restés à l’écart, préférant mener des travaux théoriques fondés sur des modèles abstraits de villes plutôt que de collaborer avec la géographie appliquée utilisée dans les équipes pluridisciplinaires d’urbanisme, d’où une insuffisance patente des plans et projets d’urbanisme en matière de préconisations foncières.

20Ce constat ne signifie pas que chaque discipline s’est repliée complètement sur elle-même pour analyser le phénomène urbain. Il explique néanmoins l’apparition d’autres formes d’interdisciplinarité. D’ailleurs, les formes d’interdisciplinarité étudiées dans cet article ne se succèdent pas chronologiquement : elles coexistent, se superposent au moins partiellement (Dupuy, 2013).

3. L’interdisciplinarité naïve  

21Depuis la fin des années 1980, des chercheurs de disciplines externes à l’urbanisme prennent les choses à rebours. Ils ne se plient plus à l’interdisciplinarité passive qu’ils jugent appauvrissante pour leur discipline. Ils ne renoncent pas pour autant à l’objet « ville », mais ils l’envisagent à leur manière, en fonction des principes de leur discipline, avec les outils qui sont les leurs et en cherchant la reconnaissance de leurs collègues. Ils le font tranquillement, spontanément, naïvement même, plutôt en fonction de ce qu’ils pensent être utile, un peu à la manière de l’incursion du physicien John Dalton dans le domaine de la chimie au tout début du dix-neuvième siècle. On a montré par ailleurs (Dupuy, 2013) que des chercheurs relevant de disciplines telles que les mathématiques, la physique ou la biologie avaient abordé la question des réseaux ferrés urbains avec une compréhension très limitée de ces réseaux. Ils ont utilisé des plans ou des cartes destinées au grand public plutôt que des diagrammes fonctionnels ou des schémas de flux sur lesquels se fondent les spécialistes (Dupuy, 1993). Ils se sont référés à des indicateurs simplistes de densité urbaine, ont opéré des choix d’échelle souvent arbitraires pour délimiter leur objet. Leurs références bibliographiques concernant la géographie urbaine, l’aménagement et même le transport urbain sont très rares. Qui plus est, leurs écrits contiennent très peu de recommandations (ou des recommandations très générales) pour la planification. La plupart de leurs articles ont été publiés dans des revues qui ne s’adressent pas à la communauté de l’urbanisme, mais à leur discipline propre.

22Pourtant, ils ont su mettre en évidence des logiques inédites de développement de ces réseaux. Prenons l’exemple de l’approche par les fractales (Benguigui et Daoud, 1991). Les réseaux ferrés urbains donnent l’exemple d’un remplissage de l'espace qui, bien que régulier, ne peut se décrire comme un remplissage par des lignes simples. Le fait que ces réseaux soient fractals indique bien qu'un même pattern est à l'œuvre dans leur évolution. C'est le cas, en particulier, pour le réseau ferré de banlieue parisien (RER et SNCF) qui est un objet fractal de dimension 1,5 (Benguigui ,1995). Or de tels réseaux de transport public ont été construits par des concepteurs différents à l'échelle de plusieurs générations. On en déduit qu'un même modèle est en action dans leur constitution au cours du temps. C’est la logique de ce modèle que l’on peut utiliser pour la prédiction et la planification.

23Face à cette nouvelle démarche interdisciplinaire, qu’on peut appeler « interdisciplinarité naïve » (Morin, 1990 ; Dupuy, 2013), l’urbanisme manifeste de l’indifférence et de l’inertie, plutôt que de l’hostilité. Les urbanistes finissent par accepter les innovations résultant de cette nouvelle interdisciplinarité mais seulement à la longue et au compte-gouttes.

Au début des années 1990, un chercheur du CEA travaillant sur la physique des polymères, s’intéressait aux fractales. Un jour, en prenant le métro avec un collègue israélien, ils remarquent un plan du réseau ferré parisien affiché dans une station. Ils en discutent et tous deux ont l’impression que le dessin du réseau a une allure de figure fractale. Ils se procurent le plan. En utilisant un grand compas, ils tracent des cercles concentriques dans lesquels ils comptent les stations. Le résultat confirme l’intuition : le réseau est bien fractal. Une régression linéaire entre le logarithme du rayon des cercles concentriques et le logarithme du nombre de stations à l’intérieur du cercle donne, avec une bonne validité statistique, une dimension fractale proche de 2 pour la partie urbaine (métro) (densité constante de stations en fonction du rayon) et, pour la partie suburbaine (RER/SNCF), une dimension fractale égale à 0,47. Pour les lignes elles-mêmes, ils trouvent une dimension de 1,47.

Les auteurs soumettent l’article rédigé à la revue Nature qui le refuse. L’article est finalement accepté par une autre revue, Geographical Analysis. Le collègue d'Israël poursuit l’idée en publiant ensuite un autre article dans lequel il s’appuie sur les résultats précédents pour proposer un modèle fractal de génération du réseau de métro de Paris et du réseau RER/SNCF.

Grâce à ce modèle, il peut prétendre que le cas du métro de Paris n’est qu’un échantillon d’un processus plus vaste. Le réseau de Paris ne serait qu’une partie d’un réseau de dimension fractale 2. C’est un réseau « dense » parce qu’il dessert une ville avec une densité de population constante. Au prix de très fortes simplifications, l’origine de la géométrie du réseau de métro parisien paraît donc avoir trouvé une explication. Pour les lignes des réseaux RER/SNCF, ce modèle propose une dynamique de croissance basée sur une division partielle des lignes au cours de leur évolution qui résulte d’une dynamique de génération fractale dont on trouve les modèles dans la nature, comme l’a montré B. Mandelbrot.

  • 2  Voir : Benguigui et Daoud (1991) et Benguigui (1995)

La position de ces deux physiciens, le Français et l’Israélien, est bien au départ celle de naïfs. Sans connaissance géographique ni historique particulière de l’agglomération parisienne et du réseau ferré qui l’irrigue, ils le modélisent. Les plans utilisés sont les plans visuels destinés au grand public et non des schémas fonctionnels ou des cartes de flux. Les références bibliographiques à la géographie urbaine, à l’aménagement des villes et même au transport urbain sont rares. A la fin des articles, les préconisations à destination des planificateurs de réseaux et des urbanistes sont quasiment inexistantes. Il y a donc bien naïveté des chercheurs, étant entendu que cette naïveté était la condition pour que des physiciens s’engagent dans des modélisations originales de la géométrie des réseaux ferrés urbains permettant finalement de mieux comprendre leurs logiques de déploiement2.

4. L’interdisciplinarité transitive

24A côté de cette interdisciplinarité naïve, certes féconde mais impliquant de très longs délais de mise en œuvre, est apparu un autre type d’interdisciplinarité que l’on peut qualifier de « transitive ». En effet des disciplines telles que les mathématiques, l’informatique et la physique développent avec d’autres disciplines, traditionnellement plus proches ou réceptives à leurs approches, des outils nouveaux, traitant de sujets nouveaux. Un cas bien connu est celui de la géographie et des systèmes d’information géographiques (Kwan et Schwanen, 2009). Dans la mesure où ces disciplines « accueillantes » sont assez proches aussi de l’urbanisme, il y a possibilité d’une démarche interdisciplinaire transitive au profit de l’urbanisme. Il y a en quelque sorte perfusion par transitivité de l’urbanisme par des disciplines lointaines grâce à des disciplines plus proches. Ce processus interdisciplinaire, bien qu’indirect, peut s’avérer finalement plus rapide et plus efficace que l’interdisciplinarité naïve. On développe ci-après l’exemple de l’interdisciplinarité transitive via la géographie, mais on pourrait aussi bien développer le cas de la démographie, de la sociologie, de l’histoire ou de l’anthropologie qui contribua dans les années 1960 à la critique du mouvement moderne.

25Depuis environ 25 ans s'est développée ce qu'on appelle la "géographie quantitative" qui se caractérise par l'introduction en géographie de méthodes empruntées à la physique, à l'informatique ou aux mathématiques (Portugali, 1997, Bretagnolle et Pumain, 2010). En opposition avec la géographie "traditionnelle", cette approche consiste à mettre de côté certains aspects humains pour porter l'effort de recherche sur une description des entités géographiques comme des objets physiques. Les aspects humains ne sont pas oubliés mais passent après l’étude formelle.

26Pour bien comprendre cette démarche et ses avantages, il est nécessaire de rappeler un certain nombre de notions maintenant bien acceptées par les géographes : la notion de fractale, déjà évoquée ci-dessus à propos des réseaux de transport, la notion de systèmes auto-organisé et celle de simulations au moyen d'agents. Plus récemment est venue s'ajouter la notion de réseaux aléatoires.

27Les fractales permettent d'aborder le problème de l'occupation de l'espace (qui est essentiel en géographie comme en urbanisme) d'une manière nouvelle. Il est maintenant bien établi que les villes sont fractales, cela veut dire qu'elles remplissent l'espace d'une manière régulière et que les surfaces bâties ne sont pas situées au hasard. Dans de nombreux cas, leur dimension fractale, nécessairement inférieure à 2 (puisque le remplissage de l'espace n'est pas compact), est comprise entre 1,7 et 1,8 (Fankhauser, 1993 ; Batty et Longley ,1994). Récemment), une étude comparative du développement de plusieurs grandes villes européennes a été faite sur la base des dimensions fractales (Frankhauser, 2004). Elle a permis de mettre en relation la dimension fractale et le type d'usage des sols (centre-ville, périphérie, zone résidentielle). Finalement la leçon la plus importante de la fractalité des villes est que leur croissance est bien due à certaines lois directrices dépassant les acteurs qui interviennent dans leur développement. Cela rejoint l'idée que les villes sont des systèmes auto-organisés. (Portugali, 1997, 2000).

28C’est également la physique qui a inspiré aux géographes la notion de système auto-organisé (Roth et Schwegler, 1981). Des matériaux ferro-magnétiques sont composés d'atomes ou de molécules possédant individuellement un moment magnétique. Les moments individuels s'organisent spontanément en moment total du matériau. Cela est dû aux interactions entre moments individuels. Chaque atome agit sur ses voisins mais ceux-ci aussi l'influencent. Un effet de rétroaction crée le moment total. En application de cette idée, un nombre impressionnant de simulations ont été réalisées avec le but avoué d'en tirer des prédictions concernant le futur des villes. Citons les "Urban Growth Prediction Models" (Triantakonstantis et Mountrakis, 2012).

29On peut également évoquer la simulation par agents à l’aide d’automates cellulaires (Axelrod, 2007, Portugali, 2000) permettant de représenter la complexité spatiale des mobilités urbaines, ou encore la théorie des réseaux aléatoires (Albert et Barabasi 2002, Barthélémy, 2011). Cette dernière théorie permet à Porta et ses collègues (Porta et al. 2006) de montrer que des villes a priori fort différentes telles que Vienne, San Francisco ou Barcelone ont des structures de réseaux viaires finalement assez semblables.

30La philosophie de ces nouvelles approches de la géographie est de considérer la réalité géographique comme un phénomène dont il s’agit, à l’instar de la physique, de trouver les lois.

31Bien qu’une certaine prolifération méthodologique indique que nous ne sommes encore qu’au début de ce processus interdisciplinaire transitif, on constate une réelle tendance, prometteuse pour l’analyse de l'évolution des villes (taille, distribution spatiale, inhomogénéité, stabilité), les prévisions et la planification urbaine. Les évolutions scientifiques de la géographie citées ci-dessus (fractales, auto-organisation, simulation par agents, graphes, réseaux aléatoires) sont donc porteuses d’applications capables de modifier les façons traditionnelles de penser et de faire de l’urbanisme.

 « …La stratégie d’une recherche modélisatrice sera donc de simplifier ou d’épurer les données de l’observation, de n’en retenir que la partie pertinente. On pourrait dire « d’appauvrir » les data, de ne retenir qu’un seul aspect du phénomène : la description de la forme (la position dans l’espace) de ce réseau, aspect dont nous faisons l’hypothèse qu’il condense (qu’il a condensé durant l’histoire de la ville) à lui seul, bien plus d’information qu’on ne l’imagine, ou plutôt une information bien plus cruciale et qui demeure enfouie.

On fait donc ici le pari de ne considérer dans la ville que sa trace spatiale la plus élémentaire, celle du réseau viaire, lui-même réduit à son expression géométrique la plus simple de lignes (constituées par l’axe des voies), indifférenciées, mais inscrites dans l’espace géométrique et géographique. La figuration d’un réseau viaire brut, débarrassé de toutes les qualités de l’espace urbain vécues et mises en œuvre au quotidien… compose une structure filaire (un graphe) où ne sont figurées que des lignes, décomposables en segments, de longueurs et d’orientations différentes, qui se joignent ou non à leurs extrémités. Ces données « allégées » conservent néanmoins une information importante, cruciale même, charge à nous de la faire émerger à partir de cet élément seul… C’est une approche de la modélisation que l’on peut qualifier de radicale. Mais nous l’avons construite conjointement, entre physiciens, mathématiciens appliqués et informaticiens d’une part, et urbanistes ou spécialistes de l’urbain dans différentes disciplines des SHS (histoire, archéo-géographie, anthropologie)…

  • 3  Extrait de Bonnin, P., Douady, S., "Analyse et modélisation de la morphogénèse des réseaux de rues (...)

Si cette information donnée par le « squelette » et sa forme est pertinente par rapport à la « physiologie urbaine », à son fonctionnement, qu’elle en retient une propriété structurelle centrale, alors peut-elle nous instruire sur la manière dont elle s’est formée progressivement (ou brutalement selon le cas d’espèce), et par conséquence nous permettre de reproduire cette morphogénèse ?...3 ».

32A la suite de l’interdisciplinarité passive mise en œuvre par l’urbanisme à ses débuts sont donc apparues d’autres formes d’interdisciplinarité, naïve ou transitive. Ces formes d’interdisciplinarité bien réelles, plus ou moins utiles et efficaces, n’ont pourtant pas jusqu’ici mis en question les principes de l’urbanisme, même si elles mettent en cause son organisation interdisciplinaire antérieure, plutôt passive comme on l’a vu.

5. Vers une interdisciplinarité offensive

33Cependant, l’urbanisme, tout comme l’urban planning et l’urban design, sont actuellement mis en cause au nom de la science. Pour certains auteurs, la légitimité des « planners » est de plus en plus questionnée dans la pratique comme dans la théorie (Thomas, 2004, Van der Broek, 2008, Chettiparamb, 2014). Les savoirs professionnels et techniques de l’urbaniste sont battus en brèche par d’autres formes de connaissance (expérience, perceptions, savoirs tacites). Une vision de la ville comme système auto-organisé fait surface. Cette perspective substitue au processus planificateur (du haut en bas) un processus du bas vers le haut dans lequel de multiples acteurs et agents interviennent, interagissent et, finalement, organisent eux-mêmes la ville. Cette critique concerne aussi bien les formes « historiques » de l’urbanisme que les courants inspirés depuis les années 1960-1970 par J. Jacobs, K. Lynch ou C. Alexander, mais aussi les tendances plus récentes du New Urbanism de A. Duany et E. Plater-Zyberk cherchant à corriger les excès du sprawl en se souvenant des manières d’ E. Howard ou encore les propositions d’élargissement d’échelle d’un J. Calthorpe (Duany et al., 2014, Calthorpe, 2011) . Mais c’est aussi la prétention scientifique de l’urbanisme qui est contestée. Dans un article très documenté, Stephen Marshall, accuse l’urban design, ou du moins les théories qui l’inspirent, de n’être que de la pseudo-science (Marshall, 2012). S. Marshall est architecte et urbaniste. Il a travaillé sur les réseaux de voirie urbaine en proposant des principes de composition prenant en compte les différentes fonctions des réseaux : accessibilité, connectivité, qualité des espaces publics. Il insiste particulièrement sur la nécessité d’une approche cohérente dans ce domaine.

34Cela l’amène, dans un article intitulé « Science, pseudo-science and urban design », à critiquer de façon virulente les principes urbanistiques habituels. D’après lui, ces principes relèvent de la pseudo-science déjà dénoncée il y a un demi-siècle dans une autre perspective par Jane Jacobs dans son ouvrage « The Death and Life of Great American Cities ». Pour Marshall, le caractère non scientifique des théories de l’urbanisme tient au fait qu’elles se fondent sur des hypothèses fortes qui ne seraient jamais validées. Non seulement, il n’y a guère eu de test des principales hypothèses du paradigme de l’urbanisme, mais, ce qui est plus grave selon lui, « urban design does not… seem interested in its scientific validation ». Par exemple, la nécessité de promouvoir la densité et la mixité pour promouvoir l’animation urbaine est couramment affirmée mais l’hypothèse sous-jacente n’est jamais testée et, surtout, les urbanistes ne ressentent pas le besoin d’une telle validation. Marshall propose alors de refonder l’urbanisme comme véritable science urbaine dont les théories seraient réfutables et les hypothèses rigoureusement testées. Sans s’étendre davantage sur ces graves accusations, on ne peut manquer de faire un rapprochement à cet égard entre l’urban design et l’urbanisme, y compris, encore une fois, dans ses formes renouvelées. Les principes de l’urbanisme sont donc désormais mis en cause dans la mesure où ils ne relèvent pas d’une approche scientifique standard. Dans un article récent inspiré de sa propre expérience dans le domaine de la communication, D. Wolton dénonce la violence d’une telle accusation : « ce n’est pas scientifique ! » est aussi violent que l’anathème du temps du pouvoir de l’Eglise. Dire que quelque chose n’est pas scientifique équivaut à ouvrir les portes de l’enfer... » (Wolton, 2013).

35Ces interrogations fondamentales s’ajoutent à d’autres, telle celle de Maxime Forriez qui évoque un impensé de la géographie, auxiliaire majeure de l’urbanisme dans l’interdisciplinarité passive comme dans l’interdisciplinarité transitive. La géographie fait depuis peu l’objet de critiques théoriques fondées sur des travaux de disciplines qui lui sont externes comme elles le sont également à l’urbanisme). Les recherches de l’astrophysicien L. Nottale sur la relativité d’échelle (Nottale, 1993) sont mobilisées pour montrer des contradictions entre l’approche fractale, évoquée ci-dessus, et la notion d’échelle chère aux géographes, bien que généralement implicite dans leurs travaux (Forriez et al., 2010).

36Un autre article signé par Kang Cao et Yan Zhang s’intitule “Urban planning in generalized non-Euclidean space”. Les auteurs avancent que « The concepts of space and time have dramatically changed with the development of modern sciences, such as geometry, physics, and astronomy. This radical shift also changes every aspect of our perspectives, including those on urban space and urban planning” (Cao et Zhang, 2013).

37Citons enfin un article très récent intitulé « It’s time for urbanization science » (Solecki et al., 2013). C’est l’argument de l’environnement et du développement durable qui est ici mis en avant dans une plaidoirie en faveur d’une approche enfin véritablement scientifique du développement urbain. Selon les auteurs, cette approche devrait mobiliser diverses compétences de manière à créer une science de l’urbanisation qui viserait à formuler de manière cohérente « the fundamental laws of the urbanization process ».

“…The science and policy communities increasingly recognize that cities, urban areas, and the underlying urbanization process are at the center of global climate change and sustainability challenges. Policymakers need facts, empirical evidence, and theories on how to plan and manage cities and urbanization during the contemporary era of rapid change and environmental uncertainty.

….Scholarship on cities is extensive, but our knowledge of urbanization is fragmented. Cities are places. Urbanization is a process, one of simultaneous transformation of places, populations, economies, and the built environment that creates an urban society. Despite a panoply of researchers studying cities, research on urbanization has not focused on the process and its intersection with other environmental systems. Consequently, contemporary urban studies are unlikely to deliver the information and knowledge required to help urban areas become the meaningful catalysts for sustainability solutions. Why is this the case ? Part of the problem is that each discipline approaches the city and uses its own analytical lenses and tools to examine the processes of interest to that discipline : population growth in cities, ecology within cities, migration to cities, the economy of cities, and climate within cities.

…In order to address this lacuna we must take a good, hard, and inspired look at what we are missing. We need a science of urbanization. This science would focus on the fundamental laws of the urbanization process : its origins, development, organization, emergent properties, and connections to other social and biophysical processes. What might urbanization science look like ? At minimum, it would address three fundamental aspects of urbanization that to date have been only partially answered.

 First, there is no consensus on the basic components of urbanization. What is missing is a framework that focuses on urbanization as an object of study both within one city and more importantly across cohorts and populations of cities. Generally, axiomatic conditions on the relationship between the population share in urban centers and income generation, or the space for time substitution models associating urban land use and ecosystem service degradation, also have been undertheorized. These statements taken together suggest that we need to explore what makes up the most fundamental aspects of urbanization, across space, place, time, and cultures.

…Second, we need to explore and critically examine the empirical evidence that presents the urbanization system (meaning the set of components and process of changing urban centers) in and of itself as unique among systems (at any scale) and ask how the associated elements and processes influence other systems… A more critical review of the evidence on urbanization as a process and not on cities as places could lead to systemic solutions that address the whole rather than separate components.

Finally, can we then find relationships between urbanization and other aspects of the Earth System ? We argue that a science is needed to understand how urbanization unfolds so that we can develop generalities to larger scales and with that understand how this process interacts with local and global environments …

  • 4  Extrait de Solecki, W., Seto, K.C., Marcotullio, P.J., "It’s Time for an Urbanization Science", En (...)

To answer these questions we need a firm grasp on what urbanization is and how it interacts with other systems. The answers to these questions will lead to a better understanding of how, when, where, and at what scale urbanization connects to laws and principles in other sciences…4”.

38Ces mises en causes frontales s’inscrivent dans un contexte qui prône de nouvelles manières de penser la ville. Il en est ainsi de l’idée de plus en plus répandue de smart cities. Une smart city est fondée sur le développement de réseaux électroniques d’information et de communication pour favoriser l’échange, la coopération, la prise de décision au service du développement durable d’une communauté (Albert et al., 2009). Ce concept implique que de nouveaux réseaux permettent une démultiplication des acteurs, modifiant en profondeur les hiérarchies habituelles dans les organisations et le gouvernement urbains (Rumpala, 2013). Cela conduit à revoir certaines distinctions classiques de la géographie (échelle locale, échelle régionale, échelle globale) mais aussi celles de l’urbanisme qui opposent couramment public et privé, experts et non-experts, technique et politique. Ces révisions s’ajoutent à d’autres, en particulier la décentralisation des rôles rendue nécessaire par l’avenir incertain des réseaux classiques, dont évidemment les réseaux de transport mais aussi les réseaux d’énergie (Dupuy 2011, Rumpala, 2013).

39Un autre auteur, dans un article plus journalistique, s’interroge même sur la capacité des urban planners à planifier convenablement, en prenant l’exemple des réseaux de transport public urbains (Metcalfe, 2012). Partant de résultats présentés par une équipe anglo-japonaise de biologistes qui a simulé avec succès le développement du réseau ferré de la région de Tokyo à partir de la croissance d’un microchampignon (Tero et al, 2010.), Metcalfe laisse perfidement entendre que, si un organisme aussi élémentaire qu’un champignon amiboïde, « sans cerveau », est capable de retrouver par lui-même le tracé d’un système aussi complexe que le réseau ferré de la région de Tokyo, les prétendus planners pourraient avoir du souci à se faire quant à la reconnaissance de leurs compétences et à la pérennité de leur métier. Le titre de l’article de la revue Planetizen sur le sujet, s’adressant à la profession de l’urban planning, est sans ambiguïté : « Is a Slime Mold Competing for Your Job ? » (Nettler, 2012).

40Ce faisceau de critiques montre pourquoi l’interdisciplinarité, jadis passive, naguère naïve et couramment transitive, ne peut plus être considérée comme inoffensive. Dans l’urbanisme, l’interdisciplinarité est bien désormais l’objet d’enjeux disciplinaires. Les disciplines autrefois mobilisées au service de l’urbanisme semblent profiter des circonstances pour adopter une attitude plus offensive, voire impérialiste, qui suscite déjà de fortes réactions. Par exemple, le point de vue non plus « naïf » mais offensif de M. Forriez a rapidement suscité la réaction d’une géographe doutant que la théorie de la relativité d’échelle développée en science physique soit utile en géographie et réclamant la preuve de sa validité dans cette discipline (Pumain, 2010). On observe aussi une forte résistance des urbanistes face à la modélisation du développement urbain, particulièrement active grâce aux méthodes multi-agents (Triantakonstantit et Mountrakis, 2012). De même, les idées du physicien Marc Barthélémy (2011) font l’objet de réactions pour le moins contrastées dans le milieu de l’urbanisme.

41On peut en effet s'interroger sur les dangers de cette interdisciplinarité offensive et en particulier sur certains aspects positivistes de cette démarche. Il est bien évident que demander plus de scientificité peut apparaitre comme une démarche rationnelle et, en tant que telle, bienvenue. Mais il ne faut pas oublier le risque positiviste : cette interdisciplinarité impliquerait une réduction de la démarche urbanistique à des activités uniquement contrôlées par des critères "scientifiques". L'urbanisme, on l’a vu, se nourrit d'interdisciplinarité, mais celle-ci doit inclure aussi des dimensions qui ne sont pas dans le quantitatif mais aussi dans le qualitatif. Pour ne prendre qu'un exemple bien connu et rappelé plus haut dans cet article (Partie 2), les critères esthétiques sont inhérents à l'urbanisme. Mais l’urbanisme n’est-il pas aussi garant d’une certaine justice spatiale ? La question reste donc de savoir jusqu'à quel point cette interdisciplinarité offensive peut avancer tout en respectant les spécificités de l'urbanisme.

6. En guise de conclusion

42Au vu des faits et des tendances analysés ci-dessus, on peut avancer en conclusion quatre hypothèses explicatives. La première concerne l’évolution de l’urbanisme. La seconde tient à l’évolution des disciplines elles-mêmes. La troisième porte sur les formes d’interdisciplinarité. La quatrième touche en particulier au statut du projet en urbanisme.

43L’urbanisme, né au dix-neuvième siècle, qui a tenté d’organiser la croissance inouïe des villes pendant tout le vingtième siècle, est aujourd’hui désorienté. Si l’impératif d’ « aide à la décision publique » taraude toujours l’urbanisme, les défis d’environnement, de développement durable dont il est supposé s’occuper changent en étendue et profondeur ses missions. Les urbanistes peinent manifestement à répondre aux défis de l’époque sur la base de leurs doctrines, de leurs principes, de leurs méthodes et sans doute aussi de leur formation. A cela s’ajoute une tendance des sociétés démocratiques à donner une place de plus en plus large à la concertation, à la participation et au débat. Ces processus mettent en cause aussi bien les prévisions que les propositions dont l’urbanisme était jusqu’ici chargé. La question même de la planification, des plans et projets d’urbanisme, se trouve posée, alors qu’il s’agit de l’emblème de ce qui se présentait jusqu’ici comme une nouvelle discipline fondée sur des bases sinon scientifiques, du moins rationnelles. Sans que l’on puisse pour autant parler de crise, l’urbanisme se trouve ainsi indéniablement fragilisé, perméable à de nouvelles tendances, à de nouvelles suggestions, à de nouveaux apports qui pourraient donner des solutions à des problèmes que certains voient comme existentiels.

44En deuxième lieu, depuis quelques décennies, certaines disciplines ont connu des évolutions majeures. Les technologies de l’information ont joué ici un très grand rôle. En permettant le traitement rapide de données très nombreuses, en rendant possibles des simulations, des modélisations inimaginables jusqu’alors, le développement très rapide de ces technologies a ouvert des champs et des pistes nouvelles pour la physique, la biologie, etc. Mais les sciences humaines et sociales ont également été travaillées par ces avancées. Citons simplement le rôle des systèmes d’information géographiques, utiles à plusieurs disciplines. La modélisation a acquis droit de cité dans des disciplines qui jusque-là s’étaient montrées plutôt réfractaires à son principe. De ce fait des disciplines, tant « dures » que « molles » ont pu envisager de prendre la ville dans sa complexité comme objet d’étude dans le but soit d’y trouver un nouvel objet d’investigation, un nouveau lieu d’application, soit de contribuer à la compréhension d’un phénomène essentiel caractérisant les sociétés humaines.

45Troisièmement, et corrélativement à ce qui précède, les formes d’interdisciplinarité ont évolué. L’interdisciplinarité passive, organisée pour l’urbanisme, a atteint ses limites car le nombre de disciplines à mobiliser augmentait alors même que la mobilisation, fondée sur la hiérarchie et la division du travail, s’essoufflait. Des disciplines telles que la géographie, l’économie, l’histoire, la sociologie ou même la physique, l’astronomie, la biologie ont fait des incursions significatives dans le champ urbain par l’intermédiaire d’interprétations ou de modélisations originales. Ces incursions spontanées, souvent désordonnées, ont été accueillies avec circonspection par les urbanistes au motif de leur grande naïveté par rapport à la connaissance approfondie du fait urbain dont ils se réclamaient. Puis l’interdisciplinarité sous sa forme transitive a interpellé l’urbanisme comme on l’a montré plus haut à propos de la géographie. Mais, plus récemment, la pression s’est accrue. C’est l’hégémonie de l’urbanisme sur la compréhension et la maîtrise du fait urbain qui est mise en cause de l’extérieur (et même parfois de l’intérieur) par différentes disciplines. Le défaut de scientificité, le manque de pertinence, l’incapacité à dégager des lois générales gouvernant l’urbanisation justifient une condamnation des urbanistes que l’on se propose à mots couverts de remplacer. On est passé d’une interdisciplinarité naïve et supportée comme telle à une interdisciplinarité ouvertement conflictuelle. Il faudrait pour être complet ajouter à cela une forme d’interdisciplinarité vernaculaire où la connaissance est apportée non par une discipline instituée mais par des connaissances ou des pratiques du public auquel l’urbanisme était naguère supposé apporter ses solutions, mais auquel le débat public donne la capacité d’hybrider les solutions préconisées par les experts (Whatmore et Landström, 2011).

46Enfin, en quatrième lieu, il faut rappeler la dimension projectuelle inhérente à l’urbanisme depuis ses débuts. Les idées de progrès, un certain idéalisme, voire des visées utopiques, ont toujours sous-tendu la démarche urbanistique. Le projet d’urbanisme cristallise ces idées. Le projet transcende donc les limites que pourrait lui assigner la scientificité. Cette dimension, présente dans l’interdisciplinarité passive du fait du rôle particulier souvent dévolu à un « chef d’orchestre » architecte, s’efface dans l’interdisciplinarité naïve et dans l’interdisciplinarité transitive. Dans l’interdisciplinarité offensive, c’est semble-t-il cet aspect que visent particulièrement les critiques de l’urbanisme ordinaire. Or, d’autres disciplines seraient susceptibles d’apporter aux urbanistes des éléments de réflexion et de méthode dans ce domaine. J.P. Boutinet a analysé et évalué la démarche de projet du point de vue de l’anthropologie (Boutinet, 1990). Dans le même temps, M. Conan, à propos du projet d’architecture, souhaitait l’avènement de « machines de traitement des signes mises au service de processus créatifs contrôlés par la pensée humaine » (Conan, 1990). A côté des sciences sociales telles que l’anthropologie et la sociologie, des disciplines comme les sciences cognitives ou l’informatique pourraient donc jouer un rôle interdisciplinaire fécond pour l’urbanisme via la méthodologie du projet. Les formes d’interdisciplinarité que nous avons observées sont-elles propices à tels rapprochements ? Les tentatives réalisées dans ce sens depuis quelques années (cf la revue International e-planning review créée il y a deux ans ou encore le programme Morphocity, Douady, 2014) peuvent-elles mener à une interdisciplinarité "projectuelle" active pour l’urbanisme d’aujourd’hui, qui prendrait place à côté des formes d’interdisciplinarité que nous avons observées ? Une telle interdisciplinarité serait-elle de nature à tempérer les prétentions de l’interdisciplinarité offensive ?

47Il semble clair que la situation est instable un peu partout en Europe et surtout en France même si l’on ne veut pas se l'avouer. Nous avons vu que, sous couvert d’améliorations scientifiques, les paradigmes urbanistiques sont mis en question. Mais en même temps, l’essence même de l'urbanisme risque d'en être profondément perturbée.

48C'est pourquoi il est difficile de prévoir l’issue de ces tendances. Mais on doit retenir que l’interdisciplinarité « tranquille » et jusqu’ici consensuelle, qui accompagnait l’investigation sur la ville et guidait la gestion urbaine, a vécu. Les enjeux épistémologiques mais aussi les enjeux politiques se profilent désormais nettement derrière le recours à l’interdisciplinarité dans l’urbanisme.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Albert R. and Barabasi A. (2002), “Statistics Mechanics of Complex Networks”, Rev. Mod. Phys. 74, pp. 47-97

Augsburg, T., (2006), "Becoming Interdisciplinary : An introduction to Interdisciplinary Studies" second ed. Kendal/Hunt Publishing, New York.

Axelrod R. (2007), "Simulation in Social Sciences", in Handbook of Research on Nature-inspired  Computing for Economics and Management, Ch.7, Jean-Philippe Rennard (sous la direction de). Idea Group Inc, Calgary

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Barry, A., Born, G., Weszkalnys, G. (2008), “Logics of interdisciplinarity”, Economy and Society 37 ,1, pp. 20–49.
DOI : 10.1080/03085140701760841

Barthélémy, M. (2011), “Spatial Networks”,  Physics Reports 499, pp. 1-101

Batty M. and Longley P.A (1994,) "Fractal Cities : a geometry of form and function", Academic Press, Londres

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Benguigui L. and Daoud M. (1991),”Is the Suburban Railway System a Fractal ?” Geographical Analysis 23, 4, pp. 362-368
DOI : 10.1111/j.1538-4632.1991.tb00245.x

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Benguigui L. (1995), “A fractal analysis of the public transportation system of Paris”, Environment and Planning A 27, 7, pp. 1147-1161
DOI : 10.1068/a271147

Bonin, P., Douady, S. (2013) “Analyse et modélisation de la morphogénèse des réseaux de rues” in Actes de la deuxième journée d’étude du groupe fmr, page consultée le 23.10.2013 http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/86/93/71/PDF/reseaux_temps_espaces.pdf

Boutinet, J.P. (1990), " Anthropologie du projet ", PUF, Paris

Bretagnolle, A. and Pumain, D. (2010), “Simulating Urban Networks through Multiscalar Space-time Dynamics”, Urban Studies 47, 13, pp. 2819-2839

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Calthorpe, P. (2011), "Urbanism in the Age of Climate Change", Island Press, Washinton D.C.
DOI : 10.5822/978-1-61091-005-7

 Cao, K., Zhang, Y. (2013), “Urban planning in generalized non-Euclidean space”, Planning theory,  12, 4, 335-350

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chettiparamb, A. (2014) “Complexity theory and planning : Examining fractals for organizing policy domains in planning practice”, Planning Theory, 13, 1, pp. 5-25
DOI : 10.1177/1473095212469868

Claval, P, (en collaboration avec Claval, F.) (1981), "La logique des villes : essai d’urbanologie", Litec, Paris

Conan, M. (1990), "Concevoir un projet d’architecture", L’Harmattan, Paris

Devisme, L. (2001), "L’urbanologie : une constitution disciplinaire problématique" , Cahiers thématiques, : architecture, histoire/conception , N° 1, Ecole d’Architecture de Lille et des Régions du Nord

Devisme, L., coord. (2003), "Vertiges et prodiges de l’interdisciplinarité", Lieux communs, N° 7, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes

Douady, C. N. (2014), "De la trace à la trame", L’Harmattan, Paris

Duany, A., Roberts, P., Talen, E. (2014), "A General Theory of Urbanism. Towards a System of Assessment", DPZ Company, Miami

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dupuy, G., ( 1993), "Les stations nodales du métro de Paris : Le réseau métropolitain et la revanche de l’histoire", Annales de Géographie 102, 569, pp. 17–31
DOI : 10.3406/geo.1993.21128

Dupuy, G., (2011), " Fracture et dépendance : l’enfer des réseaux ? " Flux 1,83, pp. 6–23.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dupuy G. (2013), “Network geometry and the urban railway system : the potential benefits for geographers of harnessing inputs from ‘‘naive’’ outsiders”, Journal of Transport Geography, 33, pp. 85-94
DOI : 10.1016/j.jtrangeo.2013.09.012

Forriez, M., Martin, P., Nottale, L., (2010), "Lois d’échelle et transitions fractal-non-fractal en géographie", l’Espace géographique, 2, 39, pp : 97–112.

Fankhauser P. (1993), "La fractalité des structures urbaines", Anthropos, Paris

Frankhauser P. (2004), "Comparing the morphology of urban patterns in Europe – A fractal approach" in "European Cities – Insights on outskirts" (Vol.2 Structures), Borsdorf, A. and Zembri,P. (sous la direction de) , pp. 79-105

Gourdon, J.L. (2001), "La rue : essai sur la forme urbaine", Editions de l’Aube, La Tour d’Aigues

Kobayashi, R., Nakagaki, T. (2010), “Rules for biologically inspired adaptive network design”, Science, 327, pp. 439–442

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kwan, M.-P., (2002), “Feminist visualization : re-envisioning GIS as a method in feminist geographic research”, Annals of the Association of American Geographers 94, 2, pp. 645–661
DOI : 10.1111/1467-8306.00309

Kwan, M.-P., Schwanen, T.,( 2009), “ Quantitative revolution 2 : the critical (re)turn”, The Professional Geographer 61, 3, pp. 283–291.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Marshall, S., (2012), ”Science, pseudo-science and urban design”, Urban Design International, 17, 4, pp. 257–271
DOI : 10.1057/udi.2012.22

Merlin, P. et Choay, F., (sous la direction de) (2009), " Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement ", PUF, Paris

Metcalfe, J.,( 2012), “Mapping Tokyo’s Train System in Slime Mold”, The Atlantic Cities, July, 23.

 Morin, E., ( 1990), "Sur l’interdisciplinarité". in : "Carrefour des sciences". Actes du colloque du Comité national de la recherche scientifique. Interdisciplinarité, Éditions du CNRS, Paris

Netler, J., (2012), “Is a slime mold competing for your job?”, Planetizen, Tuesday July 24, 2012, page consultée le 02.10.2013 http://www.planetizen.com/node/57718

 Nottale, L.,(1993),”Fractal Space-Time and Microphysics : Towards a Theory of Scale Relativity” World Scientific, Singapore.

Origgi, G. et Darbellay, F.( 2010),"Repenser l’interdisciplinarité", Slatkine, Genève

 Paquot, T. (2003), "Marcel Cornu : de l’urbanologie à l’urbanistique.. ", Urbanisme, 332, sept-oct, pp. 83-89

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

 Paquot, T. (2013), "Urbanisme, urbanologie, études urbaines : l’improbable classification", Hermès, 67, pp. 95-102
DOI : 10.4267/2042/51892

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

 Petts, J., Owens, S., Bulkeley, H.,( 2008), “Crossing boundaries : interdisciplinarity in the context of urban environments”, Geoforum 30, 2, 593–601
DOI : 10.1016/j.geoforum.2006.02.008

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pinson, D. (2004), "Urban planning : an 'undisciplined' discipline ?”, Futures 36, 4, pp. 503-513
DOI : 10.1016/j.futures.2003.10.008

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Porta S. Crucitti P. and Latora V. (2006), “The Network Analysis of Urban Streets : a Dual Approach” Physica A 369, pp. 853-866
DOI : 10.1016/j.physa.2005.12.063

Portugali J. (1997), “Self Organizing Cities”, Futures 29, 4-5, pp. 353-390

Portugali J. (2000), "Self 0rganization and the City " (Ch.5), Springer-Verlag, Berlin

Pumain, D., (2010), "Commentaire : Transition fractal-non fractal et objets géographiques", l’Espace géographique, 2, 39, pp. 113–116.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ramadier, T., (2004). “Transdisciplinarity and its Challenges : The Case of Urban Studies”, Futures 36, 4, pp. 423–439.
DOI : 10.1016/j.futures.2003.10.009

Roth G. and Schwegler (1981), "Self-Organizing Systems : an Interdisciplinary Approach", Campus Verlag , Francfort et New York

Rumpala, Y., (2013), "Formes alternatives de production énergétique et reconfiguration politiques. La sociologie des énergies alternatives comme étude des potentialités de réorganisation du collectif", Flux, 92, pp. 47-61

Solecki, W., Seto, K.C. and Marcotullio,P. J. (2013),” It’s time for urbanization Science”, Environment, Science and Policy for Sustainable Development, 55, pp. 12-17 http://www.environmentmagazine.org/Archives/Back Issues/2013/urbanization-full.html

Tero, A., Takagi, S., Saigusa, T., Ito, K., Bebber, D.P., Fricker, M.D., Yumiki, K., Kobayashi, R., Nakagaki, T.,( 2010), “Rules for biologically inspired adaptive network design”, Science 327, pp. 439–442.

Thibault, S. et Marchand, A., (1987), Réseaux et topologie, Laboratoire Méthodes, INSA–Lyon (non publié)

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Thomas, H., (2004), “What future for British planning theory”, Planning Theory 3, 3, pp. 189–198
DOI : 10.1177/1473095204048811

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Triantakonstantis D. and Mountrakis G. (2012), “Urban Growth Prediction : A Review of Computational Models and Human Perception” , J. Geographic Inf. Systems 4, 6, 555-587
DOI : 10.4236/jgis.2012.46060

Van der Broek P., (2008) “The changing position of strategic – Spatial planning in Flanders. A social political and instrument based perspective”, International Planning Studies 13, 3, pp. 261–283.

Verdès-Leroux, J., (1972), "Le STCAU : des candidats aménageurs dans une organisation en quête de finalité", Action concertée de recherché urbaine, Ministère de l’équipement, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Whatmore, S. and Landström, C., (2011), “Flood apprentices : an exercise in making things public”, Economy and Society, 40, 4, pp. 582–610
DOI : 10.1080/03085147.2011.602540

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Wolton, D., (2013), "Pour un manifeste de l’indiscipline", Hermès, 67, pp. 210-222
DOI : 10.4267/2042/51919

Haut de page

Notes

1  Extrait de Pinson, D. (2003), « L’urbanisme : une discipline indisciplinée », page consultée le 18.03.2014, http://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00789207/

2  Voir : Benguigui et Daoud (1991) et Benguigui (1995)

3  Extrait de Bonnin, P., Douady, S., "Analyse et modélisation de la morphogénèse des réseaux de rues", in Actes de la deuxième journée d’étude du groupe fmr, (3 octobre 2013), http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/86/93/71/PDF/reseaux_temps_espaces.pdf

4  Extrait de Solecki, W., Seto, K.C., Marcotullio, P.J., "It’s Time for an Urbanization Science", Environment, Science and Policy for Sustainable Development, 55, 12-17 http://www.environmentmagazine.org/Archives/Back %20Issues/2013/January-February %202013/urbanization-full.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Dupuy et Lucien Gilles Benguigui, « Sciences urbaines : interdisciplinarités passive, naïve, transitive, offensive », Métropoles [En ligne], 16 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 25 août 2016. URL : http://metropoles.revues.org/5107

Haut de page

Auteurs

Gabriel Dupuy

Professeur émérite
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (CRIA UMR 8504)
gdupuy@univ-paris1.fr

Lucien Gilles Benguigui

Professeur émérite
Technion, Israel Institute of Technology, Haifa, Israël
gilles@tx.technion.ac.il

Haut de page