Navigation – Plan du site

Editorial

Fabrice Bardet, Stéphane Cadiou, Julie Pollard et Hélène Reigner

Texte intégral

1Métropoles a huit ans ! Et une nouvelle équipe de rédacteurs en chef a été installée à l’automne 2014. L’occasion de réaffirmer que l’ambition des fondateurs de Métropoles, de proposer à la recherche francophone une revue interdisciplinaire dédiée au phénomène urbain et métropolitain, demeure d’une grande actualité. L’occasion aussi de remercier chaleureusement nos prédécesseurs, Christian Lefèvre et Gilles Pinson, pour leur engagement au service de Métropoles, et de tracer quelques lignes concernant le futur que nous imaginons.

2Dès l’origine, Métropoles s’est affirmée comme une revue de sciences sociales à la fois en prise avec les débats internationaux et ouverte au plus grand nombre d’écoles de pensée ou de sensibilités. Son développement a permis de construire un espace éditorial pour des études urbaines croisant des traditions nationales et des perspectives disciplinaires distinctes. Plus encore, cette revue a donné un large écho à des conceptualisations internationales, à des travaux plaidant pour « une nouvelle critique urbaine », et à des contributions s’appuyant sur de solides bases empiriques, le plus souvent à forte dimension comparative. Métropoles a de ce fait contribué à améliorer la connaissance du fait urbain tant à travers des études de cas, souvent mal connus, qu’en offrant des éclairages sur des controverses émergentes.

3La nouvelle rédaction entend prolonger et renforcer cette ligne constitutive de l’identité de Métropoles. Celle-ci tient, à nos yeux, dans quatre exigences fortes que nous souhaitons réaffirmer.

4La première est la défense d’une ligne éditoriale pluraliste et critique concernant le fait métropolitain, alors même que l’actualité des métropoles, renouvelée en France (à l’occasion de la récente loi de Modernisation de l’action publique et d’affirmation des métropoles du 27 janvier 2014) ou ailleurs en Europe (comme en Italie avec le renforcement des città metropolitana), pourrait laisser augurer une tendance à la standardisation des représentations et des pratiques. L’enjeu est également d’approfondir la connaissance des problèmes qui se posent dans les territoires urbains et métropolitains : ségrégations, attractivité, risques naturels et technologiques, crise énergétique, gouvernance, démocratie, etc. Il est aussi d’analyser des phénomènes et tendances qui cristallisent des interrogations : la crise économique et la financiarisation des activités, la recomposition des services publics, la numérisation croissante des espaces métropolitains, la démobilisation électorale, etc. Autant de sujets sur lesquels les auteurs de travaux exploratoires et novateurs doivent trouver dans Métropoles un lieu naturel de diffusion et de discussion de leurs réflexions. Plus généralement, la revue entend ainsi rendre compte du dynamisme des débats intellectuels en sciences sociales autour des espaces urbains et offrir un support à l’analyse de leurs transformations.

5La liste de ces questions à l’agenda des chercheurs et des acteurs est d’une telle ampleur et complexité qu’elle requiert des regards très diversifiés, s’appuyant sur une pluralité de disciplines des sciences sociales. C’est pour cela que l’interdisciplinarité a constitué dès le départ un deuxième pari de la revue. Si les frontières disciplinaires ont du sens dès lors qu’elles renvoient à des cadres théoriques et/ou à des outils et modes de collecte de données spécifiques, le fait urbain et métropolitain vient bousculer la pertinence de ces frontières. L’appréhension de la métropolisation nous plonge dans des logiques d’économie urbaine et territoriale, impose une réflexion sociologique, nécessite une prise de distance historique, interroge la pensée et les pratiques urbanistiques, et ne peut faire l’économie d’une réflexion sur les politiques publiques déployées par les gouvernements urbains. Géographie, urbanisme, science politique, sociologie, histoire, droit, ethnographie, économie sont autant de disciplines qui viennent nourrir les réflexions sur la ville. Métropoles restera une revue au carrefour de ces disciplines qui alimentent la conception des phénomènes urbains.

6L’une des intuitions gagnantes qui ont soutenu la dynamique de Métropoles a été de s’ouvrir à la recherche anglophone. Celle-ci a bénéficié, ces dernières années, d’une dynamique inédite, en lien avec l’accélération des phénomènes de mondialisation et la généralisation de l’usage de la langue anglaise dans la recherche en sciences sociales. C’est la troisième exigence forte de la revue. Dès ses premiers numéros, Métropoles a accueilli des textes en anglais. Elle a maintenu, depuis lors, son ouverture sur les grands débats en cours dans les études urbaines internationales. Même si elle est d’abord une revue (essentiellement) francophone, Métropoles doit dialoguer avec les grandes revues internationales de ce champ de recherche. Nous travaillerons à ce que Métropoles renforce son identité de revue francophone de référence, informée et inscrite dans les débats internationaux. Nous demeurerons particulièrement sensibles à la dimension comparative et internationale des articles ou des dossiers, persuadés que la discussion et la cumulativité des connaissances sont favorisées par des regards croisés sur des réalités urbaines plurielles.

7Enfin, il nous tient à cœur de conserver un espace de liberté, permettant à des perspectives critiques, à des approches minoritaires de se faire entendre, à d’éventuelles spécificités francophones de s’exprimer auprès du public le plus large. Cet objectif constitue un quatrième défi pour la revue. La recherche se doit, selon nous, de scruter les tensions dans la production ou la reproduction du fait urbain et de déployer des regards décalés. Elle doit, dans le même mouvement, se donner les moyens d’être entendue, lue, transmise à ceux qui « font » la ville. Métropoles continuera d’explorer des fronts émergents d’action publique, de défricher des politiques et pratiques alternatives qui ne manquent pas d’interpeller les observateurs, et de mettre en débat des propositions innovantes. Favoriser le dialogue avec les acteurs professionnels de la ville, rester attentifs à l’évolution de leurs préoccupations et de leurs pratiques, en lien avec les transformations du contexte économique, règlementaire, politique, constitue un enjeu prioritaire. C’est toute l’ambition de Métropoles que de nourrir une réflexion à la fois « critique » mais aussi mobilisable par les gestionnaires urbains. Le choix d’opter pour une revue en ligne, et entièrement gratuite, participe d’une telle démarche.

8Portés par ces quatre exigences fortes qui constituent « l’âme » de Métropoles, notre ambition est désormais de travailler à l’accès à la maturité d’une revue encore jeune. Pour cela, la qualité scientifique et l’originalité des articles et des dossiers retenus seront évidemment prioritaires et garanties par des procédures d’évaluation rigoureuses passant par la mobilisation d’un large réseau d’évaluateurs, recrutés tant au sein d’un comité de rédaction renouvelé qu’à l’extérieur de ce comité, mais aussi par un respect scrupuleux des délais de réponse aux auteurs (en assurant une réponse dans les trois mois suivant le dépôt d’une proposition d’article). Dans ses deux numéros annuels (numéros thématiques ou varia), la revue continuera de promouvoir aussi bien des recherches originales ayant une forte dimension empirique que des travaux à orientation plus théorique, aussi bien des articles de chercheurs confirmés que des propositions de jeunes chercheurs.

9Pour conclure, Métropoles doit s’affirmer comme un lieu central d’échanges et de débats autour des réalités plurielles du fait urbain, une revue francophone des sciences sociales de l’urbain en prise avec les débats internationaux et accessible car électronique et gratuite. Nous nous réjouissons de poursuivre cette aventure avec tous ceux qui souhaiteront y participer, comme lecteurs ou contributeurs. En attendant, bonne lecture !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Bardet, Stéphane Cadiou, Julie Pollard et Hélène Reigner, « Editorial », Métropoles [En ligne], 16 | 2015, mis en ligne le 12 juin 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://metropoles.revues.org/5077

Haut de page

Auteurs

Fabrice Bardet

Directeur de recherches
ENTPE, RIVES, Université de Lyon
fabrice.bardet@entpe.fr

Articles du même auteur

Stéphane Cadiou

Maitre de conférence en science politique
Triangle UMR 5206, Université Jean Monnet, Saint-Etienne
stephane.cadiou@univ-st-etienne.fr

Articles du même auteur

Julie Pollard

Maître d’enseignement et de recherche en science politique
IEPHI, Université de Lausanne
julie.pollard@unil.ch

Articles du même auteur

Hélène Reigner

Professeure des Universités
IUAR, LIEU EA 889, Aix-Marseille Université
helene.reigner@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org