Navigation – Plan du site
Recensions

Collectif, 2013. Agriculture urbaine : aménager et nourrir la ville

Les éditions en environnement VertigO, Montréal, 396 p.
Amandine Gatien-Tournat
Référence(s) :

Collectif, 2013. Agriculture urbaine : aménager et nourrir la ville. Les éditions en environnement VertigO, Montréal, 396 p.

Texte intégral

1Trois ans après un dossier consacré au même objet (Duchemin et al., 2010), Eric Duchemin, professeur associé à l’Institut des sciences de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), propose un nouveau panorama de l’agriculture urbaine, convoquant un collectif pluridisciplinaire comprenant des géographes, des urbanistes, des paysagistes, des aménageurs, une agronome, des nutritionnistes, une anthropologue et un historien, pour un total de 31 contributeurs. L’ouvrage a pour ambition de définir et décliner les multiples fonctions de l’agriculture urbaine, en insistant sur sa place dans l’aménagement urbain et l’alimentation des citadins. Cette publication s’insère dans une déferlante d’articles et de livres, suivant le mouvement du terrain, à savoir un engouement pour la production alimentaire dans les villes qui s’observe depuis une dizaine d’années dans le monde occidental. Nouveau moyen de lutte contre l’insécurité alimentaire en ville ? Outil de transformation de la ville en organisme durable et fertile (Salomon Cavin, 2012 ; Barles, 2008) ? Les villes d’Europe de l’Ouest et d’Amérique du Nord redécouvrent les vertus d’une production alimentaire à petite échelle, locale, quand les citadins du Sud ne l’avaient pas abandonnée (Smit et al., 1996). Toujours est-il que les visages de l’agriculture urbaine ne cessent de se diversifier et les publications scientifiques à son sujet se multiplient depuis la fin des années 1990, comme en témoigne une simple recherche avec le mot clé “Urban Agriculture” sur ISI Web of Knowledge. Alors que l’année 1990 comptait 7 publications à ce sujet, il y en eut 50 en 1996, le double en 2000, 149 en 2004, 315 en 2009, pour atteindre 450 en 2013.

2Issu du Collectif de recherche en aménagement paysager et agriculture urbaine durable (Crapaud) créé en 2009 à l’UQAM, le laboratoire sur l’agriculture urbaine (AU/Lab) est un organe de recherche, de formation, d’innovation et d’intervention en agriculture urbaine.

3Ayant lancé des travaux de recherche et d’expérimentation à la fin des années 2000, ce laboratoire a montré une expertise et une pratique reconnues mondialement sur le sujet, particulièrement en ce qui concerne le monde occidental, comme en témoignent les écoles d’été de l’agriculture urbaine organisées depuis 2009. Montréal est un terreau fertile aux projets de production alimentaire urbaine, stimulés depuis les années 1970 par la municipalité, qui a soutenu le développement des jardins communautaires dans un programme alimentaire, puis leur pérennisation sous la forme de jardins collectifs (voir page 39, et chapitre 5 pour un historique de ces jardins).

4L’équipe de l’AU/Lab travaille de manière militante, selon Eric Duchemin qui en est l’animateur : “C’est pour une telle planification urbaine agricole et alimentaire intégrée que je milite depuis de nombreuses années” (p. 11). Ce militantisme se concrétise notamment par des propositions faites à la municipalité de Montréal pour le projet d’aménagement du quartier de l’Hippodrome (démarche de concertation lancée en 2012 par la Ville pour la mise en valeur de 43 hectares de friches urbaines, http://ville.montreal.qc.ca). Les chapitres 10 et 11 exposent à ce propos comment l’AU/Lab et des étudiants de la maîtrise de design de l’environnement à l’UQAM ont conçu des aménagements urbains agricoles intégrant la production alimentaire à l’aménagement progressif du site. L’engagement en faveur de l’agriculture urbaine est perceptible tout au long de l’ouvrage, dont une grande partie des auteurs est issue des formations en environnement de l’UQAM et a développé une connaissance pratique qui sert de base d’analyse pour les différents chapitres.

5L’ouvrage comporte vingt-deux chapitres, assemblés en trois sections. La première propose une définition de ce que l’éditeur scientifique comprend par "agriculture urbaine" et dresse une typologie et un glossaire des formes d’agriculture urbaine observées en Amérique du Nord et en Europe, typologie réalisée en fonction des espaces de production et des bénéficiaires des activités agricoles urbaines. Partant de définitions proposées par d’autres auteurs (Mougeot, 2000 ; Van Veenhuizen, 2006), le coordinateur insiste sur le caractère “multiforme” (p. 20) de l’agriculture urbaine et sur son impérative reconnaissance par les différents acteurs et planificateurs urbains. Il préfère une acception qui souligne le caractère de “mouvement social urbain qui s’approprie l’espace urbain” (p. 21). Il ne diminue pas pour autant l’importance du rôle alimentaire de l’agriculture urbaine. Sans proposer une définition circonscrite, Eric Duchemin invite à une réflexion interdisciplinaire sur l’intégration “de l’agriculture urbaine dans une planification de l’aménagement urbain voulant répondre aux enjeux et défis de la ville du 21e siècle” (p 23). Pour une définition combinant les aspects spatiaux, sociaux et environnementaux de l’agriculture urbaine, le lecteur pourra se référer à l’article de P. Nahmías et Y. Le Caro (2012).

6La typologie présente 9 formes d’agricultures urbaines, illustrées par 29 fiches décrivant les lieux, les formes de la production, les usagers, à l’appui de croquis et de photos. 17 de ces exemples ont pour terrain Montréal : vu la diversité des formes d’agriculture urbaine que porte cette ville, une spatialisation des informations sous la forme d’une carte synthétique de ces 17 initiatives aurait été un réel atout. S’ensuit un chapitre qui décline les multiples fonctions de cette agriculture. Cette partie de cadrage et de typologie prend une centaine de pages. La thématique de l’aménagement urbain est explorée en deuxième section, dans six chapitres (de 3 à 8), puis illustrée par huit études de cas (chapitres 9 à 16), dont quatre prennent place dans la province du Québec, au Canada.

7Ce qui ressort de la présentation de ces expériences de jardiniers urbains est l’importante implication des autorités municipales dans le soutien à ces activités. Ellis et Sumberg en 1998 interrogeaient pourtant l’intérêt de soutenir ces formes d’agriculture dans les villes du Sud, qui empiètent sur le foncier à urbaniser - déjà rare - et qui profitent de distorsions de concurrence et de fait, ne seraient que transitoires. Il est effectivement légitime de se demander si ces formes d’agriculture ont une viabilité économique, au regard des obligations imposées à des producteurs hors de la ville. L’ouvrage tente de répondre à cette question en apportant des exemples significatifs à Montréal et en Île-de-France (chapitres 8 et 18 à 20). P. Saint-Hilaire-Gravel pointe justement une question cruciale : “comment assurer la permanence de l’agriculture urbaine ?” (p. 165). Les obstacles sont nombreux (chapitre 4), dont l’accès au foncier, qui demeure un point essentiel et que les municipalités ne sont pas toujours prêtes à garantir, face à des projets de construction de logements ou de services. S’ajoute également la question des pollutions que la ville concentre dans les sols ou dans l’air.

8Et si la production alimentaire en ville ou dans sa proximité améliorait malgré tout la santé de ses consommateurs ? C’est ce qu’explorent les chapitres 20 à 22. Sans surprise, la proximité avec la végétation et l’exercice physique que constitue le jardinage tendraient à développer de saines habitudes alimentaires, voire à réduire l’obésité dans certaines villes nord-américaines.

9Ces chapitres portent aussi l’idée de soutenir l’éducation et la formation des populations qui jardinent : comment cultiver ? Comment conserver et cuisiner ce volume de produits qui arrivent dans mon assiette ? C’est notamment le but des jardins pédagogiques, prenant place en général dans les écoles, sous de multiples formes. En dehors de cette pratique, les porteurs de projets en agriculture urbaine ont tout intérêt à accompagner les jardiniers dans cette sensibilisation, notamment pour limiter et réduire le gaspillage alimentaire, l’une des premières causes d’insécurité alimentaire à l’échelle mondiale (FAO, 2011), et pour limiter les échecs des projets (Muramatsu, 2014).

10Trois chapitres (de 14 à 16) sont consacrés à des études de cas dans des villes du Sud. Une étudiante de l’Université de Brasilia présente une expérience de potagers communautaires de la ville de Sete Lagoas, dans l’Etat du Minas Gerais. Selon elle, c’est un projet exemplaire en termes de durée (entamée il y a 30 ans, la production vivrière continue et les surfaces consacrées au jardinage ne cessent de s’étendre) et en termes de viabilité économique et d’insertion dans le projet urbain. La municipalité accompagne en effet la production, l’accès au foncier, et fournit de l’assistance technique aux agriculteurs urbains. Les deux autres cas d’étude dans les villes du Sud concernent l’Argentine et la Colombie. On y retrouve les objectifs principaux de l’agriculture urbaine, que sont la sécurité alimentaire des populations précaires, la lutte contre la marginalisation sociale et le développement socio-économique local.

11La question de l’alimentation des villes reste posée dans la troisième section de l’ouvrage, qui signale que l’insécurité alimentaire ne touche pas que les pays en voie de développement. Chantal Gailloux consacre le chapitre 17 à ce problème et aux palliatifs apportés par l’agriculture urbaine au Canada, que l’auteure considère comme un “passage vers la reconstruction d’un tissu social plus humain et d’un système alimentaire plus durable” (p. 310). Fournissant une nourriture de manière structurante à long terme, elle tendrait à briser les inégalités d’accès à la nourriture, en sortant du cercle de l’urgence, bienveillant mais court-termiste, de l’aide alimentaire.

12L’agriculture peut-elle nourrir 3,6 milliards d’humains citadins (chiffres ONU en 2011) et pourra-t-elle nourrir 60 % des habitants de la planète dans 15 ans (projections ONU) ? Décemment, les réponses à de telles questions ne peuvent être positives, à moins de transformations en profondeur des aménagements, des paysages, et des fonctions de la ville. La majeure partie de l’alimentation des citadins est encore produite dans les campagnes, bien que 300 millions de paysans soient déconnectés de ces marchés urbains et ne produisent que pour leur propre consommation ou pour des marchés locaux (FAO). La crise alimentaire mondiale de 2008 a poussé sur le devant de la scène internationale le sort des urbains pauvres qui ne disposaient plus d’accès à la nourriture, du fait de l’augmentation brutale des prix alimentaires. Or, ces urbains sont la plupart du temps d’anciens ruraux émigrés qui ont rejoint les villes parce qu’ils ne parvenaient pas à rémunérer leur travail à la campagne. Bien que ce constat puisse paraître loin du sujet traité ici, il incite à prendre en considération l’ensemble des protagonistes producteurs alimentaires, en un mot, les paysans de la planète. Si les urbains délaissent l’activité agricole hors des villes pour s’auto-approvisionner, le foncier deviendra d’autant plus précieux qu’ils verront arriver davantage de familles de paysans sans emploi, n’étant plus rémunérés par les fruits de leur labeur. Le rôle des producteurs péri-urbains est effleuré dans l’ouvrage (chapitres 4 et 18), et celui des agriculteurs plus “lointains” n’est quasiment pas abordé, qui, en circuits longs ou courts, fournissent déjà l’alimentation aux urbains.

13Pourtant, l’enthousiasme actuel pour l’agriculture urbaine, ce joyeux “retour à la terre”, ne pourra pas perdurer sans la collaboration des paysans, qui détiennent le savoir-faire dans le domaine des sols, des plantes, des animaux, et qui vivent de ces pratiques. Il y a là une opportunité nouvelle (également mise en avant par Nahmías et Le Caro, 2012) de mettre en relation symbiotique les villes et les campagnes, par le biais de leurs producteurs alimentaires, paysans d’un côté, jardiniers de l’autre. Sans cette forme de collaboration, un malentendu perdurera, dans le sens où les agriculteurs “hors des villes” ne comprendront pas pourquoi on les exclut d’un marché où ils écoulaient leurs produits, et les producteurs urbains seront vite limités en termes de compétences pour produire de manière durable. Un nouveau dialogue peut donc s’enclencher, sur les bases de la production alimentaire, pour construire ensemble des systèmes alimentaires durables, parce que villes et campagnes ne peuvent pas vivre les unes sans les autres. Pourtant, le dialogue et le terrain d’entente commun entre ville et agriculture sont difficiles à trouver, selon C. Peltier (2010). La dichotomie entre le rural et l’urbain dans nos sociétés post-industrielles a la peau dure. Malgré tout, le “décompactage entre les deux oreilles” dont nous aurions tous besoin (expression empruntée au réseau des partisans de l’agriculture sans labour, réseau Agricool), n’avancera pas en suivant de beaux et longs discours : rien ne vaudra l’implication de chacun dans l’action, tel que le prônait Gandhi : “Soyez vous-même le changement que vous voulez apporter dans le monde”.

14Somme toute, il s’agit d’un ouvrage très agréable à lire, basé sur des recherches empiriques, associant expériences pratiques et analyses pluridisciplinaires. Il défend l’idée de l’intégration de l’agriculture au projet urbain, et ouvre des pistes de recherche sur le genre dans l’agriculture urbaine (chapitre 5), les cycles métaboliques des villes et la résilience urbaine (chapitre 3), ainsi que sur les liens entre toutes les formes d’agriculture de proximité, en pensant l’agriculture urbaine à une échelle régionale (chapitre 4). Il manquerait à l’équilibre de l’édifice un pilier centré sur les acteurs, à ajouter sans doute à la typologie, où les origines sociales, l’âge, la profession, les ambitions, les objectifs des jardiniers, n’apparaissent pas. Seules quelques pages (chapitre 2, p 101-105) contentent le lecteur avide de ces questions, en commentant des résultats de sondages menés auprès de jardiniers urbains à Montréal et en Europe. Enfin, on peut regretter que seuls trois chapitres soient consacrés à des productions agricoles en villes du Sud, ce qui suggère que les initiatives originales sont le fait du monde occidental. En conclusion de l’article introductif du dossier VertigO de 2010, Eric Duchemin affirmait qu’ ”une analyse croisée entre les initiatives dans les pays industrialisés et les pays en développement apporterait énormément à l’un et à l’autre, particulièrement dans les pays industrialisés où l’AU reste encore embryonnaire”. Malheureusement, une telle entreprise comparative n’apparaît pas dans cette nouvelle édition de 2013. Les auteurs auraient gagné à s’intéresser à la situation de Cuba, et de la Havane en particulier, où 70 % de la consommation de légumes est assurée par la production urbaine en agriculture biologique (Aguilar, 2012). De même, au Vietnam, au Nicaragua, pays où agriculture et ville n’ont pas été pensées séparément, ce sont près de 70 % des ménages urbains qui pratiquent l’agriculture urbaine (Zezza et Taschiotti, 2010). Ce sont d’autres cultures, d’autres imaginaires, d’autres histoires, mais dont l’Occident a néanmoins tant à apprendre.

15Réinventer la ville, c’est de cela dont il s’agit. Dans les chapitres 6 et 7 (respectivement consacrés aux guérillas jardinières et aux potagers de façade), les auteurs plaident pour un “renouveau d’ordre symbolique”, et nous invitent à “élargir et renouveler nos représentations de la ville”, afin que la végétalisation et la production alimentaire puissent durablement s’y établir.

Haut de page

Bibliographie

Aguilar, N. (2012), Voices of Transition, (Cultures en transition, dans sa traduction française), film documentaire, Milpa Films, 92 min.

Barles, S. (2008), « Comprendre et maîtriser le métabolisme urbain et l’empreinte environnementale des villes », Responsabilité & Environnement, 52, pp. 21-26.

Duchemin, E. et Mougeot, L. et Nasr J., (sous la direction de), (2010), L’agriculture urbaine : un outil multidimensionnel pour le développement des villes et des communautés, VertigO - La revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Volume 10, n° 2, URL : http://vertigo.revues.org/9848.

Ellis, F. and Sumberg, J. (1998), « Food production, urban areas and policy responses », World Development, 26, pp. 213-225.

FAO, (2011), Global food losses and food waste. Extent, causes and prevention, FAO, 36 p.

Muramatsu K., (2014), « Expériences des jardins partagés à Strasbourg : vers un renouvellement ou un effacement du "social" ? », communication au colloque Nourritures jardinières dans les sociétés urbanisées, dirigé par S. Allemand et E. Heurgon, Cerisy (Manche, France), 6-13 août 2014.

Mougeot, L J.A. (2000), « Urban agriculture: Definition, presence, potential and risks », in : Bakker, N. et al, (eds.), Growing Cities, Growing Food: Urban Agriculture on the Policy Agenda. A Reader on Urban Agriculture. Feldafing, German Foundation for International Development (DSE), Food and Agriculture Development Centre, pp. 1-42.

Nahmías, P. et Le Caro, Y. (2012), « Pour une définition de l’agriculture urbaine : réciprocité fonctionnelle et diversité des formes spatiales », Environnement urbain / Urban Environment, volume 6, pp. 1-16.

Peltier, C. (2010), « Agriculture et projet urbain durables en périurbain : la nécessité d’un réel changement de paradigme », in : Duchemin, E. et Mougeot, L. et Nasr J., (sous la direction de), L’agriculture urbaine : un outil multidimensionnel pour le développement des villes et des communautés, VertigO - La revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Volume 10, n° 2, consulté le 15 octobre 2014. URL : http://vertigo.revues.org/10119 .

Salomon Cavin, J. (2012), « Entre ville stérile et fertile, l’émergence de l’agriculture urbaine en Suisse », Environnement urbain / Urban Environment, volume 6, pp. 17-31.

Smit, J. and Ratta, A. and Nasr, J. (1996), Urban Agriculture: Food, Jobs and Sustainable Cities, United Nations Development Program.

Van Veenhuizen, R. (sous la direction de), (2006), Cities Farming for the Future. Urban Agriculture for Green and Productive Cities, ETC-Urban agriculture, RUAF Foundation, IIRR, IDRC, 326 p.

Zezza, A. et Tasciotti, L. (2010), « Urban agriculture, poverty, and food security: Empirical evidence from a sample of developing countries », Food Policy, 35, pp. 265–273.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amandine Gatien-Tournat, « Collectif, 2013. Agriculture urbaine : aménager et nourrir la ville », Métropoles [En ligne], 15 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://metropoles.revues.org/5019

Haut de page

Auteur

Amandine Gatien-Tournat

Ingénieur agronome et docteur en géographie, est actuellement post-doctorante à l’UMR CNRS 7324 Citeres, Université de Tours.

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org