Navigation – Plan du site
Articles

Paris sera toujours paris : Réflexions sur la centralité dans la métropole francilienne

Benjamin Pradel, Miguel Padeiro et Anne Aguiléra

Résumés

Cet article s’intéresse aux évolutions du rôle de Paris dans l’organisation de la centralité à l’échelle de la métropole francilienne. Notre réflexion s’appuie sur une synthèse de la littérature récente dans trois champs disciplinaires (économie, géographie, sociologie), dont la lecture simultanée invite à une vision élargie de la centralité conjuguant, d’une part, dimensions économiques, sociodémographiques et symboliques et, d’autre part, temporalités brèves et longues. Nous montrons comment les dynamiques récentes de différenciation et de sélectivité économique et sociale, qui ont opéré à une échelle intra-métropolitaine mais aussi à une échelle plus large dans un contexte de mondialisation et de mise en réseau des grandes métropoles mondiales, se sont conjuguées pour maintenir Paris comme principal centre métropolitain, tout en faisant notablement évoluer ses attributs et son rôle. Les deux principales évolutions que nous soulignons sont, d’une part, un élargissement spatial de la centralité économique parisienne, qui demeure toutefois limité et, d’autre part, une réaffirmation de Paris comme centralité symbolique mais aussi sociale, à travers le processus de gentrification.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Si les travaux théoriques et surtout empiriques sont particulièrement nombreux, la définition même (...)
  • 2  Ces recompositions sont principalement de quatre ordres. On constate, premièrement, un développeme (...)

1L’intérêt des sciences humaines et sociales pour l’analyse des formes urbaines1 connaît un renouveau certain. Une première raison concerne les préoccupations relatives au développement durable dont les interactions avec les formes urbaines invitent à insister ou à renouveler certains questionnements, en particulier celui des liens avec la mobilité (Aguiléra et Mignot, 2010). La seconde explication est que ces formes connaissent des transformations2 profondes, qui touchent à la fois, mais selon des dynamiques très différentes, le centre traditionnel, sa périphérie mais également leurs rapports mutuels et les limites qui les séparent.

2Ces changements invitent à réinterroger les catégories traditionnelles de l’analyse des formes urbaines, les logiques (individuelles et collectives) qui concourent à leur production ainsi que leur inscription dans l’espace métropolitain. En particulier, dans un contexte où le processus de polycentrisme a largement dominé les débats au cours des dernières décennies (McMillen, 2001 ; Servais et al., 2007), une réflexion sur la notion de centralité et la place de la ville-centre dans les espaces métropolitains nous semble nécessaire. Une approche pluridisciplinaire, croisant les débats actuels en géographie, économie urbaine et sociologie, nous apparaît par ailleurs indispensable pour mener à bien une telle analyse.

3Nous proposons ici de questionner la centralité (Claval, 2000 ; Fache, 2008 ; Gaschet et Lacour, 2002) dans la métropole francilienne. Plus précisément, nous nous intéressons au centre traditionnel (Paris), non seulement dans son rôle et dans son fonctionnement, mais encore dans ses contours spatiaux bousculés par les nouveaux rapports de dépendance entre les territoires métropolitains et par l’émergence de pôles économiques péricentraux, comme la Défense. Le centre est aussi interrogé dans son évolution symbolique et sociale.

4Trois sections structurent notre propos. La première propose une définition pluridisciplinaire de la centralité et situe notre problématique dans les débats récents en économie urbaine, en géographie et en sociologie. Les deux sections suivantes s’intéressent aux nouvelles dynamiques de la centralité dans la métropole parisienne. Elles défendent la thèse d’un élargissement spatial de la centralité économique parisienne qui s’accompagne d’une résistance de la centralité symbolique et sociale, concourant à maintenir Paris comme centralité sans équivalent au sein de la métropole, au risque de sa gentrification. Nous soutenons par ailleurs que ces évolutions sont le produit de logiques individuelles et de politiques d’aménagement qui s’inscrivent dans une dynamique intra-métropolitaine mais également dans celle du réseau des métropoles mondiales.

1. La centralité métropolitaine en débat

1.1. Une approche pluridisciplinaire

5A la fois objet et théorie polysémique, la notion de centralité est mobilisée par les sciences sociales pour expliquer la structure des localisations mais aussi les pratiques de mobilité (biens et personnes) sur un territoire à toutes les échelles spatiales (Bourdeau-Lepage et al., 2009). De ce fait, beaucoup de définitions ont été proposées (Bourdeau-Lepage et al., 2009), aboutissant à deux grilles de lecture : la première distingue les travaux qui considèrent principalement les aspects économiques de la centralité de ceux qui se penchent plutôt sur les aspects socio-démographiques et symboliques. La seconde clé de lecture concerne l’échelle temporelle prise en compte, la centralité étant pour certains une propriété spatiale qui n’existe que sur le temps long, tandis que d’autres (notamment en sociologie) envisagent des centres temporaires voire éphémères, créés par exemple à la faveur d’un grand événement (Ascher, 1999 ; Bourdin, 2003), mais qui influencent durablement l’attractivité sociale et la recomposition fonctionnelle des lieux centraux permanents (Pradel, 2010).

6Pour dépasser cette dualité, nous rejoignons la proposition de Castells (1972) pour qui la centralité est la combinaison, à un moment donné, d’activités économiques, de fonctions politiques et administratives, de pratiques sociales, de représentations collectives, qui concourent au contrôle et à la régulation de l’ensemble de la structure de la ville. En particulier, la notion de « moment donné » permet d’inclure les dynamiques ayant une temporalité longue ou courte, voire très courte (centralité éphémère).

7Cette grille de lecture comprend l’appréciation graduée de plusieurs critères qui permettent de hiérarchiser les territoires incarnant la centralité et, partant, de positionner le centre traditionnel. La centralité relève d’une concentration particulière d’emplois et de population, qui correspond à un système de localisations de long terme et marque durablement les territoires. Elle implique la présence de fonctions et d’une population liées au commandement (Sassen, 1991), cette double dimension (sièges sociaux et activités de front office, d’une part, surreprésentation des classes aisées de l’autre) renvoyant à la fois aux liens que la centralité tisse avec le pouvoir politique (Monnet, 2000) et à l’expression controversée de « classes créatives » (Florida, 2002). Elle possède une forte dimension symbolique impliquant l’identification individuelle et collective du centre comme lieu privilégié de l’urbanité, de l’interaction et de l’intégration sociales (Roncayolo, 1990 ; Devisme, 2005 ; Bordreuil, 2004). La centralité se réfère ainsi aux représentations collectives, et relève en général d’une construction sur le temps long (plusieurs années, plusieurs siècles). Elle se traduit par la présence de lieux et bâtiments remarquables, mais aussi de manifestations ou d’animations (culturelles, religieuses, ludiques, etc.) ayant une aire de rayonnement au moins métropolitaine, mais qui va souvent au-delà. La centralité repose sur une dynamique de polarisation des flux et la richesse des interactions, à l’échelle intra-métropolitaine mais également à l’échelle mondiale (flux touristiques et d’affaires) – la polarisation pouvant être pérenne ou plus occasionnelle (Wiel, 2003) – le tout se traduisant par une intensité et une qualité particulières dans les interactions entre les acteurs présents, que l’on parle d’interactions économiques (économies d’agglomération et de localisation), formelles ou informelles (Storper et Venables, 2004), ou bien d’interactions sociales au sens large (Lévy, 1994 ; Monnet, 2000). Elle possède enfin un haut niveau d’accessibilité reliant de manière remarquable le centre au reste du territoire métropolitain, à un hinterland plus ou moins étendu, ainsi qu’aux places centrales de niveau mondial – la pluralité des modes de transport, leur accumulation et leur haut niveau de performance déterminant le degré d’accessibilité.

1.2. Les recompositions de la centralité : une vision géoéconomique et une vision sociale

8Les évolutions récentes de la centralité métropolitaine sont analysées par l’économie urbaine et la géographie principalement au prisme des évolutions des localisations intra-urbaines, et en particulier de la constitution d’espaces polycentriques. La sociologie invite plutôt à repenser la centralité à partir des recompositions des représentations et des modes de vie et, notamment, de la fréquentation des espaces publics.

1.2.1. Mono-, polycentrisme ou dispersion généralisée ?

9Les évolutions des conditions de transport et des pratiques de mobilité ont joué un rôle déterminant dans la constitution d’espaces urbains plus polycentriques. D’une part, l’allongement des migrations domicile-travail a intégré au périmètre des villes des centres au bassin d’emploi autrefois autonome (Aguiléra et al., 2006 ; Halbert, 2006). D’autre part, les pouvoirs publics ont contribué à la création de nouvelles centralités, généralement situées en proche banlieue du centre traditionnel, comme les villes nouvelles ou le quartier d’affaires de la Défense.

10Malgré des traits communs, la thèse d’un modèle polycentrique unique, défendue dans les années 90, a depuis été sérieusement nuancée (Aguiléra et Mignot, 2011 ; Bourdeau-Lepage et Tovar, 2012 ; Sarzynski et al., 2005). Plusieurs nouveaux modèles sont désormais envisagés. Le modèle des edge cities (Garreau, 1991), dans lequel les centralités périphériques s’affirment autour d’un centre traditionnel en déclin. Le modèle des métropoles multi-monocentriques dans lequel les centres sont tous rigoureusement identiques. Le modèle du polycentrisme hiérarchisé dans lequel le centre traditionnel conserve sa domination de par ses spécificités et son positionnement central dans les réseaux de transport, et où les centralités demeurent de taille modeste et ne répliquent qu’une partie des attributs du centre traditionnel. C’est ce troisième modèle qui domine pour l’instant en France et notamment en Île-de-France (Halbert, 2006 ; Terral, 2011).

11Toutefois, la désaffection du centre traditionnel par certaines catégories d’activités, y compris certaines activités supérieures mais aussi certaines catégories de ménages, pose la question de son attractivité et à terme d’une évolution vers une autre forme de polycentrisme moins favorable au centre traditionnel. Les raisons évoquées pour expliquer cette mutation sont de trois ordres : d’une part, de nouvelles stratégies de localisation dues à la hausse des prix de l’immobilier et à une inadaptation croissante de l’offre de locaux d’activité et de logements dans le centre, notamment pour les familles, d’autre part, une congestion croissante des réseaux de transport. En outre, les politiques d’aménagement visent explicitement à déconcentrer les localisations, voire à mettre en place des centralités concurrentes y compris pour des activités de commandement (La Défense), d’innovation (Saclay), d’enseignement et de recherche (Universités), ou encore de loisirs (parc Disneyland). Les nouveaux projets d’infrastructures de transport dans le cadre du Grand Paris, résolument polycentriques, participent également de ce processus. C’est donc la question des avantages comparatifs du centre traditionnel pour les acteurs économiques et les résidents métropolitains qui est posée à moyen terme, et finalement la capacité du centre traditionnel à conserver son attractivité, tout en la renouvelant.

1.2.2. La relocalisation de la vie sociale

  • 3  « Certes l’inertie du bâti et du réseau des voies tend à cristalliser les lieux, les usages et les (...)

12La remise en cause du centre traditionnel comme l’unique organisateur de la forme urbaine interroge également son rôle d’intégrateur culturel et politique, de lieu physique et symbolique incarnant l’urbanité, la diversité, la densité, l’effervescence sociale métropolitaine. Saisi comme un élément constitutif de la forme urbaine, on préjugera que la défection de la centralité traditionnelle défera la ville (Bordreuil, 1994) dans sa dimension sociale. La centralité comprise comme concentration d’individus plus qu’accumulation de fonctions peut se dissocier du centre mais aussi y revenir, continuer de le (re)qualifier dans un rapport hiérarchique avec d’autres pôles attracteurs de la vie sociale : flux et fréquentation sociale sont deux parties intégrantes de la centralité (Ascher, 1999) Cette centralité, reflet d’une condensation du corps social, n’est pas seulement le résultat de gestes utilitaires. Sentiment et symbolisme s’y associent (Roncayolo, 1990)3.

13Dans ce cadre, la capacité du centre traditionnel à préserver sa prépondérance dans l’incarnation de l’urbanité et son rôle « intégrateur et symbolique » (Castells, 1973) est interrogée par trois phénomènes : d’abord, les technologies de l’information et de la communication délocalisent les interactions sociales, remettant en cause la spatialité même de la rencontre (Virilio, 1991) ; ensuite, l’individualisation des modes de vie incarnée par de multiples appartenances sociales et articulée aux développements de la mobilité favorise un zapping territorial faisant du centre un lieu parmi d’autres dans ceux permettant la rencontre sociale ; enfin, les espaces publics traditionnels supportant historiquement l’urbanité grouillante et donnant à voir la société rassemblée sont concurrencés par de nouveaux lieux de loisirs multiformes qui en répliquent les caractéristiques (parcs de loisirs, galeries commerciales, néo-urbanisme des villes nouvelles) (Poupart, 2003 ; Tortel, 2003). Le centre traditionnel n’apparaît plus comme le garant stable de l’intégrité urbaine car la centralité n’est plus donnée géographiquement mais peut émerger hors du centre, là où le rassemblement est possible (Lefebvre, 1970) ou rendu possible. Dès lors, la fonction de représentation-légitimation des politiques urbaines qui orchestre des « centralités d’attraction » (Devisme, 2005) se déploie au sein d’une fonction de régulation-organisation des espaces centraux. Il ne s’agit pas de travailler seulement sur le bâti mais aussi sur d’autres dispositifs, contribuant à marquer une ambiance ou une qualité de vie, à affirmer un ordre et à qualifier socialement les espaces au risque de la mise en place d’un code restrictif pouvant entraîner une désertion ou un désintérêt au profit d’autres espaces. Cette lecture en termes de fréquentation, d’animation et donc d’interactions sociales dans l’espace public invite à considérer aussi la centralité sous un angle symbolique et temporel, au croisement des approches géoéconomiques et sociologiques.

2. Éléments pérennes d’une centralité sélective en Île de France

2.1 Une centralité économique élargie mais réaffirmée

14La perte d’emplois et d’habitants dans les centres-villes a longtemps alimenté la thèse d’un polycentrisme destructeur du centre traditionnel (Beckouche, Vire, 1998 ; Davezies, 2008) et la critique de plusieurs décennies de politiques volontaristes qui avaient fait du polycentrisme un objectif essentiel. Dans le cas parisien, l’analyse plus fine des hiérarchies intra-métropolitaines peine parfois à reconnaître le maintien d’une structure fondamentalement marquée par un centre unique. Or, le tri social et économique auquel on assiste relève moins désormais d’une recomposition polycentrique stricto sensu que de la sélectivité croissante dans les localisations.

15Si un desserrement relatif des activités a pu être constaté en région parisienne, il ne bouleverse pas pour autant la distribution générale de l’emploi francilien (Burgel, 1996 ; Beckouche et al., 1997). Plusieurs éléments attestent du maintien de l’attractivité de Paris : maintien sur place des activités et des fonctions les plus centrales (Berroir et al., 2004 ; Boiteux-Orain, Guillain, 2004 ; Halbert, 2006 ; Terral, 2011), évolution du prix du mètre carré de bureau (Crouzet, 2001). Pour 1 % de la superficie régionale et 20 % de la population, Paris représentait encore 33 % de l’emploi régional en 1999 (Bouvier, 2003), et toujours 31 % en 2007 (données INSEE). Surtout, les activités situées en haut de la hiérarchie urbaine demeurent fortement associées à Paris.

  • 4  À travers ces politiques, les promoteurs devaient soumettre une demande d’agrément aux pouvoirs pu (...)

16Certes, d’autres territoires ont également connu des logiques de polarisation de certains secteurs d’activités et surtout de fonctions économiques liées à la centralité. Cependant, le desserrement tend au moins autant à un mode de dispersion relativement généralisé qu’à une configuration réellement multipolaire (Gilli, 2009), et la diffusion des emplois à partir du centre parisien reste de faible portée spatiale, suggérant de ce fait une dynamique relevant moins d’un déclin que du débordement d’une puissante centralité économique (Terral, Padeiro, 2013). Les relocalisations de proximité indiquent un processus d’une autre logique que celle de la désaffection pour la capitale et de la constitution de centralités concurrentes. De ce point de vue, le développement des sièges sociaux en dehors de Paris s’explique surtout par l’inadaptation des locaux et le manque de constructions nouvelles dans la capitale (Beckouche et al. 1998 ; Thiard, 2010). Les politiques d’agrément4 avaient déjà largement contribué au cours des années 1980 à cette évolution. Enfin, la financiarisation du secteur immobilier a ouvert, plus récemment, une nouvelle voie aux marchés émergents, comme à La Plaine Saint-Denis dont la proximité immédiate de Paris constitue un facteur décisif d’attractivité. D’une manière générale, ce n’est pas très différent du cas de La Défense, qui apparaît moins comme une centralité autonome et menaçante pour l’attractivité économique de Paris que comme un quartier des affaires un peu décentré – sa proximité d’avec Paris explique en grande partie son succès ainsi que la part significative de Parisiens dans les emplois – autre indice du lien fort entre le centre traditionnel et son « excroissance » occidentale (Aguiléra et al., 2009). Les autres centralités périphériques, notamment les villes nouvelles, présentent un profil économique bien différent, où les activités du haut de la hiérarchie sont encore peu représentées.

17De ce point de vue, l’agrandissement de la centralité parisienne est indissociable de la position de la région métropolitaine au sein du réseau mondialisé. La sélectivité croissante et la réorganisation des services rendent compte d’une recherche d’équilibre dans les stratégies de localisation entre marchés internationaux et régionaux (Halbert, 2004), ce qui autorise une relocalisation de proximité, permise par les opportunités foncières, par la financiarisation de l’immobilier susmentionnée, et par les TIC, mais également induite par les externalités négatives issues de la concentration, notamment en termes de coût foncier (Halbert, 2008) et de congestion.

2.2. Le contenu social de l’espace fait centralité

18Consubstantielle au tri économique à l’œuvre, la sélectivité du centre-ville en matière de localisation résidentielle exacerbe la concurrence spatiale entre ménages. Ce parallélisme entre la tendance au rehaussement social, particulièrement accentuée dans le centre parisien, et la segmentation des emplois plutôt favorable aux fonctions stratégiques, en un mot la cogentrification, a également été constaté dans d’autres villes (Naud et al., 2009).

19Le rehaussement social de la capitale est probablement l’une des transformations récentes les plus marquantes du centre de l’agglomération (Pinçon, Pinçon-Charlot, 2004). Plus qu’une ville en perte démographique liée à une moindre attractivité et dont la rhétorique de la fin des villes et de la mort des distances a contribué à entretenir la thèse (Chombart de Lauwe, 1983 ; Virilio, 1991 ; Choay, 1994 ; Jaillet, 2001), Paris est surtout devenu l’espace de concentration des catégories privilégiées, ce que Préteceille (2003b) appelle « espace de l’élite dirigeante ». Déjà amorcé dans les années 1980-1990 (Brun et Chauviré, 1983 ; Noin, 1984 ; Beckouche, 1992), d’abord à la faveur de la désindustrialisation, de la mortalité ou des déménagements des plus âgés, ensuite avec des réhabilitations menées par la nouvelle petite bourgeoisie des professions intellectuelles et culturelles (Simon, 1995), le mouvement s’est accentué au cours des années 2000 (Clerval, 2008).

20Si la différenciation entre Paris et proche banlieue constitue un « héritage haussmannien » (Cornu, 1972 ; Marchand, 1993), la gentrification correspond à une réalité plus spécifique, plus localisée dans les arrondissements du nord et de l’est parisien (Bacqué et Fijalkow, 2006), et qui est à replacer dans le cadre plus large des transformations que connaissent actuellement les métropoles européennes. À ce titre et pour certains auteurs, elle ne serait que la reproduction, à une échelle interne aux grandes agglomérations, de la métropolisation au sens de Sassen, du développement du capitalisme (Sassen, 1991 ; Lash et Urry, 1994) et de la dualisation des économies et des sociétés (Bidou-Zachariasen, 2003). Le renouvellement de l’attraction socioculturelle exercée par la centralité est lié, selon l’approche culturelle, aux jeunes actifs, aux classes moyennes et à leurs nouveaux modes de vie plus individualisés, plus adaptés à la sociabilité urbaine. La moindre présence d’enfants et les taux de divorce en augmentation (Camagni, 1996 ; Lipton, 1977 ; Smith, 1979 ; Bidou-Zachariasen, 2003) contribueraient également à ce renouveau. La transformation des formes familiales, l’individualisation, la part croissante de ménages bi-actifs, enfin la montée des classes moyennes supérieures (la service class des sociologues d’Outre-Manche) constituent à cet égard les principaux éléments explicatifs du renouveau de la centralité. Dans une perspective économique, la gentrification s’articule plutôt avec la recentralisation de l’investissement global dans les grandes villes et avec l’accumulation du capital dans les économies tertiaires (Zukin, 1995). Alors que l’approche culturelle met l’accent sur la position des choix résidentiels dans le cycle de vie, certains auteurs ont montré qu’il existait des stratégies individuelles de rapprochement géographique vis-à-vis de nœuds centraux, par l’acceptation de contraintes en termes d’espace habitable (Korsu, 2006 ; Padeiro, 2012), y compris chez des ménages qui ne correspondent pas au profil généralement rattaché au regain socioculturel de la centralité, ce qui serait le signe, entre autres, d’une attractivité liée aux services et aux emplois.

21Enfin, la revalorisation de la centralité fait également face à l’incapacité des pouvoirs publics et des promoteurs privés à fournir de nouveaux logements en masse du fait d’un manque de rentabilité (Korsu et Massot, 2006). La résultante en est une forme de spécialisation de la ville-centre parisienne, qui porte en elle une dimension à la fois sociale et symbolique, celle d’une ville idéalisée, chargée de représentations formant reflet des classes montantes, hyper-mobiles, connectées au monde mais en premier lieu au reste des espaces centraux intra et inter-métropolitains.

2.3. Le double jeu de l’accessibilité

22Rester relié aux différents espaces centraux est en effet un enjeu majeur de l’inclusion sociale et de la compétitivité des firmes et des travailleurs. L’accessibilité de la ville-centre est favorisée en termes de nouveaux investissements par rapport à celle des espaces périphériques, et contribue en retour à l’attractivité de la capitale. Soulignée par l’ensemble des modèles de l’économie spatiale, elle définit une convergence de localisations avantageuses, tant pour les entreprises que pour les résidents, en rendant possible une démultiplication des interactions sociales (face-à-face professionnel), induisant de ce fait une mise en concurrence des acteurs collectifs et individuels (mais aussi des fonctions économiques contre les fonctions résidentielles) pour l’espace. Comme sous-produit de l’amélioration locale des conditions d’accessibilité, la différenciation des espaces détermine les conditions de succès des uns et des autres : mixité fonctionnelle des activités économiques, éloignement de certains groupes sociaux et aggravation de leurs conditions de mobilité (Wenglenski, 2003).

23Dans cette perspective, alors que l’injonction publique est généralement favorable au maillage des transports en petite couronne, l’essentiel des axes lourds récents et des revendications municipales relèvent de la connexion directe à Paris, garante d’une certaine honorabilité économique (Padeiro, 2009). À titre d’exemple, la seule station de métro hors Paris à posséder une interconnexion avec d’autres réseaux lourds est celle de La Défense, les autres sont uniquement reliées à la capitale. D’une certaine manière, la tendance au polycentrisme métropolitain n’a fait que renforcer la position dominante de Paris sur le plan de l’accessibilité : les centres administratifs de petite couronne (Nanterre, Créteil, Bobigny) sont moins bien reliés à leurs territoires administratifs (départements) respectifs qu’à la capitale, les villes nouvelles disposées autour de Paris lui réservent toujours la place centrale, la capitale étant reliée par les différents réseaux de transport à l’ensemble des centralités périphériques métropolitaines, notamment à celles d’Orly et de Roissy. Au fond, les grandes décisions en matière de transport ont systématiquement favorisé la centralité parisienne au détriment de l’accessibilité des banlieues (Larroque et al., 2002), ainsi qu’en témoigne le choix de la ligne 14 (Météor) comme priorité du gouvernement en 1992, qui devait geler par la suite de nombreux investissements envisagés en périphérie pour répondre à la pressante augmentation des besoins de déplacements.

24Certes, les lignes de tramway existantes et en projet sont en augmentation. Pour autant, outre leur plus faible niveau de performance (vitesse, capacité, fréquence) par rapport aux réseaux lourds centraux et de direction radiale, ces lignes souffrent d’un faible fonctionnement en réseau, impliquant maillage fin et portée spatiale élargie, et s’inscrivent dans l’espace métropolitain plutôt comme une somme de sous-réseaux d’échelle intermédiaire et éventuellement complémentaire des grandes lignes régionales. Quant à la rocade métro débattue dans le cadre du Grand Paris, les premières réflexions à son sujet datent de plus de quarante ans : l’agenda des priorités d’investissements renforce historiquement, et de manière quasi constante, l’accessibilité parisienne.

25Il existe probablement une corrélation entre les conditions de mobilité, le rehaussement de la population et la spécialisation par le haut des activités. Il ne suffit cependant pas de dire que la centralité économique, la centralité de composition sociale et l’accessibilité jouent de concert en matière de pérennité de la centralité. Au-delà de ce qui constitue pour les autorités centrales et pour certains auteurs le signe nécessaire d’un positionnement avantageux dans le cadre de la concurrence multi-scalaire entre les métropoles, chaque élément s’appuie sur les autres de manière à produire un territoire auto-renouvelant et d’une manière générale peu sensible (très résilient) aux crises. Cela ne signifie pas qu’une partie des éléments constitutifs de la ville ne le soient pas. Une partie des emplois banals, des fonctions standardisables ou de l’industrie manufacturière, par exemple, ont subi la désindustrialisation. Les classes populaires, quant à elles, ne se maintiennent qu’au prix de sacrifices individuels ou d’une politique volontariste dont les réhabilitations ne sauraient être des exemples. De cette sélectivité naît la centralité contemporaine.

3. Paris, centralité symbolique et sociale dynamique

3.1. Paris, une centralité symbolique préservée

26La centralité économique et géographique de Paris se combine avec une centralité sociale et symbolique qui s’appréhende, d’un côté, par l’identification des lieux les plus fréquentés et, de l’autre, par la caractérisation des lieux les plus mobilisés dans les corpus d’images et de discours sociaux (Monnet, 2000). La centralité symbolique de Paris est d’autant plus importante qu’elle concentre, sur un territoire identifié, un nombre important d’objets symboliques de qualité (Monnet, 2000) qui rassemble et synthétise un nombre élevé de valeurs régulièrement mobilisées dans les flux médiatiques, les représentations et les discours. Cette dimension symbolique est un puissant facteur de distinction de la capitale à différentes échelles territoriales qui prend d’autant plus de valeur que s’observe une tendance à l’élargissement de sa centralité géoéconomique. Ce processus d’élargissement entre en tension avec la centralité symbolique d’un Paris intramuros qui cherche alors, tout en capitalisant sur son statut historique de capitale, à renouveler ses représentations et renforcer son attractivité sociale pour préserver son « image identifiante » (Augé, 1994) de cœur battant de la métropole francilienne.

  • 5  « Une ville qui sert depuis longtemps de lieu d'échange aux populations d'un territoire, une capit (...)

27Paris jouit d’un fort capital symbolique lié à son histoire (Claval, 2000)5 avec une homogénéité architecturale, une morphologie spatiale et une richesse patrimoniale préservée et valorisée. Cette muséification de la capitale facilite son identification en tant que centre de la métropole dans les cartes mentales, postales, géographiques et en tant que destination touristique spécifique. L’héritage haussmannien et celui des expositions universelles, les monuments et le mobilier historiques mais aussi la ceinture périphérique qui détoure la ville et la Tour Eiffel qui la désigne dans le lointain exhaussent Paris de son environnement direct en tant que centre symbolique (Lebrun, 2002). Les débats suscités à l’époque par la construction du Centre Georges Pompidou ou de tours de grande hauteur témoignent de l’importance de cette dimension dans les représentations collectives, entretenue depuis plus d’un siècle par le cinéma, la littérature, la peinture, etc. L’image du Paris centre historique et symbolique est d’autant plus forte que les objets qui l’incarnent correspondent à des fonctions de premier ordre (Bourdeau-Lepage L., Huriot J.M., Perreur J., 2009).

28Marquée du triple sceau des pouvoirs politiques, religieux et économiques, Paris se donne à voir en tant que synecdoque et centre de la Nation dans une tradition toute jacobine. Le Palais de l’Elysée, l’Hôtel Matignon, le Palais Bourbon, le Palais du Luxembourg, les ministères et QG des partis incarnent sa centralité politique tandis que la République est tantôt célébrée sur ses Champs-Elysées, tantôt interpelée dans les trajets historiques des manifestations (Ozouf, 1989). Paris concentre aussi les symboles nationaux des pouvoirs religieux : le siège de la Conférence Episcopale et de la nonciature apostolique, représentant officiel du Saint Siège, la plus grande et ancienne mosquée de France et le Conseil Français du Culte Musulman, la Grande Synagogue de la Victoire, siège officiel du Grand Rabbin de France, et le Conseil Représentatif des Institutions Juives de France. Paris abrite enfin les symboles nationaux du pouvoir économique avec la Bourse de Paris, le siège de la Banque de France et de la plupart des entreprises du CAC40. Paris symbolise la France pour les touristes internationaux en tant que centre des pouvoirs supportant une fonction de représentation nationale appuyée par l’Etat. Les investissements dans le Grand Paris ainsi que la dénomination même du projet parlent d’eux même alors que, tactiquement, le Louvre est dédoublé à Metz et Doha mais pas à Bobigny ni à Sarcelles, et que ce sont les ministères que Roland Castro propose de délocaliser en banlieue lorsqu’il s’agit de redistribuer la centralité parisienne.

29L’imbrication de ces éléments alimente la position hiérarchique de Paris à l’échelle francilienne, nationale et internationale. Paris est une griffe spatiale valorisante dans sa capacité à attirer les flux d’une « économie symbolique » (Lash & Urry, 1994) sensible à la dimension immatérielle des territoires et dans laquelle le prestige de l’objet suscite l’attraction des touristes, des classes aisées et des fonctions stratégiques (Bourdeau-Lepage L., Huriot J.M., Perreur J., 2009). Des sociétés installées en province achètent des boîtes postales sur les Champs-Élysées (Pinçon & Pinçon-Charlot, 2011), d’autres localisées à La Défense à Nanterre font du lobbying pour que leur adresse postale soit « Paris-La Défense » et des établissements franciliens cherchent à associer leur image à la marque « Paris » (Disneyland Paris, Université Paris-Est ou parc des expositions Paris-Nord Villepinte). Ces localisations déguisées alimentent l’hypothèse d’un agrandissement de la centralité parisienne tout en suggérant que Paris continue d’incarner le centre de la métropole comme lieu de « sublimation de l’ambiance urbaine elle-même » (Castells, 1973). De la même manière, les touristes internationaux intègrent le Château de Versailles ou Disneyland à la destination « Paris » dans une représentation qui dilate la capitale jusqu’aux Yvelines et la Seine-et-Marne, alors même que leurs parcours de découverte de la ville, les Bateaux Mouches et les bus touristiques ne dépassent que rarement le périphérique.

30Pour préserver son rôle de « centralité affective » (Gerber, 2000) face aux défis de l’extension de sa centralité géoéconomique, au risque de sa dilution et face à la concurrence de nouvelles polarités périphériques dans certaines fonctions (loisirs, commerce, etc.), Paris se pare de nouveaux objets symboliques incarnant la modernité. Autolib’ et Vélib’ ont été déployés dans le centre avant leur extension au-delà du périphérique. Nuit Blanche et Paris-Plages ne font pas l’objet d’une collaboration intercommunale ouvrant sur des sites en banlieue. La rénovation du Forum des Halles augmente la capacité d’attraction de la première porte d’entrée de Paris. La piétonisation des berges de Seine s’arrête au périphérique. La Cité de la mode, la Fondation Louis Vuitton, le Philarmonique de Paris renforcent la centralité culturelle de la capitale. Ce marketing urbain participe du rajeunissement symbolique de Paris orienté par les principes d’une « économie présentielle » (Davezies, 2004). Il s’agit de capter les dépenses de consommation de cibles solvables mais mouvantes, classes créatives (Florida, 2000), visiteurs et touristes, en les incitant à fréquenter la capitale dans ses limites resserrées.

3.2. Paris, une centralité sociale sélective ?

  • 6  Magazine du Tourisme, Classement 2007 du Magazine Forbes [En ligne] http://www.americas-fr.com/tou (...)
  • 7  Office du Tourisme et des Congrès de Paris, 2010, Le Tourisme à Paris : chiffres clés, Parisinfo.c (...)
  • 8  Ministère de la culture et de la Communication, 2009, Statistiques de la culture. Chiffres clés, E (...)
  • 9  Observatoire National du Tourisme, 2009, Palmarès des 30 premiers sites culturels (entrées comptab (...)

31La centralité sociale qui se mesure par la fréquentation des lieux (Ascher, 1999 ; Monnet, 2000) et varie selon des rythmes courts (Roncayolo, 1988 ; Lefebvre, 1970) est consubstantielle à l’activité urbaine car « il ne peut y avoir d’activité sans individus, et pas de centralité sans concentration d’individus dans un espace précis. » (CERTU, 1999 : 26). Elle est liée à la dimension symbolique de Paris qui attire touristes, excursionnistes, congressistes, visiteurs d’un jour mais aussi à son statut de « noyau ludique [qui] offre toute une gamme de choix possibles et la valorisation d’une disponibilité de « consommation », au sens large du terme » (Castells, 1973). Paris intramuros offre un ensemble d’activités touristiques, ludiques et culturelles qui en fait un lieu hautement fréquenté au quotidien à l’échelle francilienne. Paris est la capitale des congrès avec 5 % de l’offre mondiale et la 5ème ville la plus visitée du monde avec ses 25 millions de visiteurs6 grâce à une offre culturelle constituant la 1ère motivation de visite pour 80 % d’entre eux7. Paris regroupe 140 salles de spectacles, une centaine de discothèques, 96 cabarets, 3 opéras et 7 % des salles de cinéma d’Ile-de-France fréquentées par 27 millions de spectateurs8. Paris abrite le musée le plus visité du monde (Le Louvre), 5 des 10 monuments historiques et 8 des 10 sites culturels les plus visités en France9. Cette offre ne souffre d’aucune comparaison à l’échelle métropolitaine, nationale, voire internationale, et fonctionne en étroite interaction avec d’autres activités prisées par les visiteurs comme les grandes enseignes du luxe, de la mode et de la gastronomie. La symbolique et la diversité d’activités au centre drainent des millions visiteurs dans ses rues où peuvent s’enchaîner activités et dépenses de consommation. Cette augmentation conjointe de l’offre culturelle parisienne et de la population résidente qui la produit, circonscrit à la ville-centre (Baumont, Boiteux-Orain, 2005), permet le maintien de l’animation traditionnelle (Chaudoir & Ostrowetsky, 1995). L’implantation d’éléments isolés en périphérie (salles de cinéma, multiplexes, parcs de loisirs) n’entrave pas cette dynamique mais la reflète dans une tendance à l’expansion du noyau ludique parisien par une offre d’entertainment de masse, plus demandeuse et consommatrice de sols et souvent associée aux activités commerciales (biens de consommation). La fréquentation marchande, ludique, touristique et culturelle de la capitale fonde sa centralité sociale. Elle rehausse son statut de centralité symbolique en tant que lieu privilégié de consommation d’une urbanité parisienne animée, liée à des espaces publics à forte identité, mise en scène et alimentée par diverses manifestations événementielles.

32Les espaces publics variés à dominante historique, ponctués de cafés, restaurants et terrasses, cristallisent une animation qui, surtout aux beaux jours (Jolé, 2006 ; Fleury, 2008), qualifient Paris comme le lieu où se consomme la métropole. En permettant de « fréquenter les fréquentations » (Bordreuil, 2004 ; Lerup, 1978), la ville répond à un « désir de visibilité sociale » (Kokoreff, 1994) de la part, par exemple, des jeunes franciliens (Buffet, 2006 ; Oppenchaim, 2010) ou des touristes (Pradel et Simon, 2012). L’animation sociale quotidienne, moteur de l’attractivité de Paris, est rehaussée par une politique d’animation événementielle qui, engagée depuis la fin des années 1990, alimente sa centralité « fréquentée en vertu même de la montée en puissance des besoins de manifestation fusionnelle et des demandes de mise en scène des occurrences de rencontre » (Devisme, 2005 : 255). Les événements festifs représentent autant de « polarités temporaires » (Wiel, 2003) qui, rythmant çà et là les quartiers, travaillent l’attractivité globale de Paris dans son statut de centre intégrateur « en le parant de tous les charmes d’une urbanité aussi festive que factice » (Garnier, 2008 : 9). A l’échelle internationale, l’arrivée du tour de France, Roland Garros, le Marathon de Paris, la Fashion Week, la Foire Internationale d’Art Contemporain signalent la ville dans l’agenda médiatique en tant que destination culturelle, touristique et ludique. La capitale produit aussi ses propres événements festifs comme Paris-Plages ou Nuit Blanche qui sont devenus des modèles d’aménagement et d’animation des espaces publics reproduits à Lima, Budapest, Berlin, Rome, Montréal, etc. A l’échelle nationale et de par l’ampleur du réservoir de visiteurs que lui procure l’Ile-de-France, Paris abrite les plus importantes Fêtes de la Musique, Gay Pride, Techno-Parade, auxquelles s’ajoutent les célébrations nationales (défilé du 14 juillet) qui donnent l’image d’une société rassemblée (Boullier, 2010) dans sa capitale. A l’échelle locale, ces événements attirent au-delà des limites de la ville, 50 % des 4 millions de visiteurs de Paris-Plages en 200810 étaient des franciliens résidant en petite et grande couronnes (Pradel, 2010). Ainsi, par une « mobilisation du spectacle » (Harvey, 1995), Paris se démarque en tant que « centralité de mise en scène » (Boulin in Certu, 2003) organisant son attractivité en ajoutant à sa centralité traditionnelle, une dimension expérientielle et sensible propre aux centralités contemporaines (Devisme, 2005).

33Les dimensions symboliques et sociales de la centralité parisienne s’articulent ainsi avec les dimensions fonctionnelles et résidentielles analysées précédemment. Mais les premières sont davantage soumises à des fluctuations que les secondes, déformant ou resserrant la centralité parisienne au gré des représentations et des pratiques, qu’elles soient touristiques ou habitantes. Capitalisant sur son patrimoine, la ville cherche à renforcer ces dimensions de la centralité en tentant son entrée dans « la ville ludique » (Burgel, 2008). Ce positionnement est à interroger en lien avec une dynamique de gentrification où la dimension symbolique s’exprime particulièrement. La festivalisation des espaces publics et leur embellissement contribuent à un changement d’image et de fréquentation de certains quartiers (Clerval et Fleury, 2009) et au renouvellement des populations au détriment des classes laborieuses (Clerval, 2013), tandis qu’un affaiblissement de la vie nocturne participe à déclasser la capitale au profit de Berlin ou Londres pour les jeunes touristes et les noctambules (Epstein, 2001). Face à l’expansion de sa centralité géoéconomique, Paris tente l’enrichissement des constituants de sa centralité symbolique et sociale pour continuer de signifier le centre en attirant ainsi « du capital et des gens (de la bonne espèce) » (Harvey, 1990 : 92).

4. Conclusion

34Si l’émergence ou le renouveau de centres en périphérie, porté par les politiques d’aménagement, est incontestable, une lecture de travaux empiriques récents en économie, géographie et sociologie montre que Paris demeure au sein de l’Île-de-France le territoire qui accumule le plus de propriétés économiques, géographiques, sociales, historiques, fonctionnelles, ce qui la place ainsi en tête dans le classement hiérarchique des différents centres constituant la métropole. Cette « course en tête » est toutefois le fruit d’importantes réorganisations au cours des récentes décennies, produites par les acteurs individuels (habitants et activités économiques) et les politiques publiques.

35Ces réorganisations sont de deux ordres. On observe premièrement un élargissement spatial de la centralité économique. Celui-ci demeure toutefois limité à certains territoires de petite couronne, dont la Défense, et ne remet pas fondamentalement en cause le rôle de Paris comme centre économique de l’Île de France et comme centre économique important à l’échelle internationale. La deuxième évolution notable concerne les dimensions sociales et symboliques de la centralité. A l’inverse de ce qui est constaté sur le plan économique, où un relatif partage des fonctions supérieures est consenti avec quelques territoires périphériques essentiellement pour des raisons de manque de place dans la capitale, on observe un processus très net de réaffirmation de Paris comme centralité symbolique et sociale dominante et exclusive. Sur le plan symbolique, cette réaffirmation passe par son positionnement sur de nouveaux registres touchant notamment aux espaces publics. A la préservation de la dimension historique et culturelle traditionnelle de Paris s’articule un réaménagement et équipement des espaces publics et des stratégies événementielles qui, ancrées dans l’espace collectif, réaffirment la centralité « comme étant le moment de rencontre, de l’épreuve de la foule, à l’occasion des grands rendez-vous, fêtes ou festivals… » (Devisme, 2005 : 262). Cette dynamique peut être interprétée comme une tentative de relocaliser la centralité métropolitaine via des espaces et des temps suscitant le rassemblement et représentant l’urbanité centrale, car « virtuellement, n’importe quoi peut se passer n’importe où. Ici ou là une foule peut se rassembler, des objets s’amonceler (…) d’où le caractère fascinant de l’urbain : la centralité est toujours possible » (Lefebvre, 1970 : 174). La ludicisation et touristification de Paris est une forme de réponse à la perte de prégnance des centralités fondées sur des fonctions traditionnelles, car la centralité se bâtit aussi à coup d’images et de symboles valorisant des modes de vie agréables au sein d’une société rassemblée dans un environnement urbain de qualité. La captation des activités de temps libre par une offre de loisirs devient un levier important d’organisation de la centralité métropolitaine. Cette dernière joue sur de nouveaux registres d’attractivité, reflets idéalisés d’une société plus hédonique et ludique, mais aussi sur de nouvelles populations cibles qui ne sont pas forcément (ou pas en priorité) les habitants, mais les touristes et les visiteurs. D’où l’importance du traitement des espaces publics centraux, supports privilégiés de la vie urbaine, qui doivent conserver leur accessibilité et leur rôle intégrateur en offrant symboliquement et fonctionnellement un droit à la ville pour tous. Sur le plan social s’exerce une exacerbation de la sélectivité conduisant progressivement à l’éviction des classes populaires, dégradant une mixité autrefois constitutive de la centralité parisienne. La dynamique est flagrante pour ce qui concerne les résidents, mais il serait intéressant d’analyser dans quelle mesure la fréquentation de Paris par les classes populaires (en dehors de ceux qui viennent y travailler) a baissé. L’accès à l’emploi de la capitale pour les catégories modestes (employés, ouvriers) est par ailleurs un problème, dans un contexte où la proportion d’emplois modestes occupés par des résidents ne cesse de diminuer depuis trente ans et où l’accès à Paris pour ces catégories devient très difficile. Sans parler du coût de la vie à Paris pour ces ménages, plus élevé qu’en périphérie. Pourtant, même si l’emploi ouvrier a beaucoup baissé à Paris, ce n’est pas le cas des emplois d’employés qui sont encore nombreux, liés notamment à l’hébergement, à la restauration et au commerce.

36Pour partie, les recompositions que connaît la capitale sont le fruit de dynamiques d’échelle métropolitaine : elles sont largement relayées par la municipalité, et répondent à des aspirations des acteurs économiques et privés (les plus aisés) qui habitent la métropole et y travaillent. Notre analyse suggère par ailleurs que, dans une certaine mesure, les politiques de transport et de rééquilibrage des localisations et des fonctions métropolitaines (villes nouvelles, etc.) ont contribué à renforcer l’attractivité parisienne qui, plus que jamais, est le territoire métropolitain doté de la meilleure accessibilité (à l’échelle métropolitaine et au-delà). Le polycentrisme actuel, couplé à des réseaux de transport qui ont peu évolué, contribue à renforcer la position dominante du centre traditionnel comme lieu de meilleure accessibilité (depuis la métropole/vers la métropole/depuis le reste du monde/vers le reste du monde). Enfin, les mutations parisiennes échappent, probablement pour une part croissante, à la seule dimension métropolitaine, et relèvent de la mondialisation de l’activité économique et de la métropolisation à l’échelle mondiale (mise en réseau des grandes métropoles). Le capitalisme avancé, la postindustrialisation, le postmodernisme entraînent une série de changements dans les économies occidentales en influençant la nature de l’économie territoriale et urbaine et en transformant radicalement la manière dont les territoires urbains sont perçus et vécus (Gravari-Barbas, 2000). Parmi ces changements, la dématérialisation des biens marchands, la montée du divertissement, la marchandisation des biens culturels ou encore l’importance donnée à la consommation transforment les éléments constitutifs de la centralité. Le loisir, la culture, la créativité, l’innovation, le tourisme, l’ambiance participent d’une reconfiguration des centralités en tant qu’éléments socialement, symboliquement et économiquement valorisés.

  • 11  Y compris la reconversion d’anciens espaces industriels en petits centres commerciaux ou en comple (...)

37Ces dynamiques de composition et recomposition structurelle, fonctionnelle, sociale et symbolique de la centralité parisienne questionnent le principe du « droit à la ville » dans une métropole multiple où le droit au centre est à réinterroger dans une aire urbaine plus étalée. Car l’accès différencié à la centralité relève non seulement d’un changement d’échelle, la taille démographique et géographique ne pouvant plus offrir un accès collectif à la centralité, mais surtout de l’inachèvement de cette dilatation de la centralité, qui laisse de côté plusieurs éléments propres à sa définition, comme les ressources urbaines et les emplois. L’idée selon laquelle la diversité de composition sociale et économique, signe d’urbanité et de centralité (Claval, 1981 ; Lévy, 1994), semble de moins en moins constituer un attribut de la ville-centre, soulève des interrogations. L’augmentation des prix immobiliers, l’embourgeoisement du centre, la réhabilitation (municipale et individuelle) d’immeubles11, et l’incapacité à satisfaire la demande de construction de logements pour les catégories populaires, sont autant d’évolutions qui, pour n’être pas nouvelles (Cornu, 1972), contribuent à l’émergence encore incomplète d’un attribut de rehaussement social dans la détermination de la centralité. Cette évolution est valorisée par une rhétorique urbanistique s’inscrivant dans la thématique du développement durable. Elle est confortée dans le même temps par les catégories intermédiaires et aisées au nom de la qualité de la vie locale et d’une certaine patrimonialisation de la ville. À ce titre, on peut légitimement se demander si la centralité symbolique et celle de diversité sociale ne sont pas en tension, et dans quelle mesure la première contribue au déclin ou à la transformation de la seconde.

Haut de page

Bibliographie

Aguiléra, A. (2005), « Growth in Commuting Distances in French Polycentric Metropolitan Areas: Paris, Lyon and Marseille », Urban Studies, 42, 9, pp. 1537-1547.

Aguiléra, A., Massot M.H., Proulhac L. (2006), « L’intégration du périurbain francilien à la métropole parisienne. Une mesure par les flux quotidiens de personnes », in : Larceneux, A. et Boiteux-Orain, C. (sous la direction de), Paris et ses franges. Etalement urbain et polycentrisme, Editions Universitaires de Dijon, pp. 73-97.

Aguiléra, A. et Mignot, D. (2010), « Formes urbaines et mobilités » : des liens discutés », in : Massot, M.H. (sous la direction de), Mobilités et modes de vie métropolitains, Paris, Editions l’Oeil d’Or, pp. 27-41.

Aguiléra, A. et Mignot, D. (2011), « Multipolarisation des emplois et mobilité domicile-travail ; Une comparaison de plusieurs aires urbaines françaises », Revue Canadienne de Sciences Régionales, 33, 1, pp. 83-100.

Aguiléra, A., Wenglenski, S. et Proulhac, L. (2009), « Employment suburbanisation, reverse commuting and travel behaviour by residents of the central city in the Paris metropolitan area », Transportation Research Part A : Policy and Practice, 43, 7, pp. 685-691.

APUR (2008), « Paris, + 44 000 habitants, entre le 01/01/1999 et le 01/01/2006 », Note de 4 pages, 28.

Ascher, F., Baudin, G. et Bourdin, A. (2002), La société urbaine du 21ème siècle, IAURIF, page consultée le 24.05.2010 : http://www.univ-mlv.fr/~www-ltmu/groupe_documents/doc_pdf/societe urbaineLTMU.pdf

Augé, M. (1994), Pour une anthropologie des mondes contemporains, Aubier, Paris.

Bacqué, M.-H. et Fijalkow, Y. (2006), « En attendant la gentrification : discours et politiques à la Goutte d’Or (1982-2000) », Sociétés Contemporaines, 63, pp. 63-83.

Barthes, R. (1964), La Tour Eiffel, Delpire Editeur, Paris.

Baumont, C. et Boiteux-Orain, C. (2005), Secteur culturel, métropolisation et centralités urbaines : le cas de l’Île-de-France. Communication au XVIeme Colloque de l’ASRDLF, Dijon, Université de Bourgogne, Laboratoire LEG.

Beckouche, P. (1992), « Une région parisienne à deux vitesses : l’accroissement des disparités spatiales dans l’Île-de-France des années 1980 », Strates, 7, pp. 85-103.

Beckouche, P. et Vire, E. (1997), Géographie économique de la région parisienne, DREIF, Paris.

Beckouche, P., and Vire, E. (1998), « La recomposition du centre économique parisien », Données urbaines 2, Anthropos, Paris, pp. 287-296.

Benoit, P., Benoit, J-M., Bellanger, F. et Marzlof, B. (sous la direction de), (1993), Paris 1995, le grand desserrement : enquête sur 11 millions de Franciliens, Romillat, Paris.

Berroir, S., Mathian, H. et Saint-Julien T. (2002), « Déplacements domicile-travail : vers le polycentrisme », INSEE Ile-de-France Regards, 54, pp. 5-8.

Berroir, S., Mathian, H., Saint-Julien, T. et Sanders, L. (2004), Mobilités et polarisations : vers des métropoles polycentriques : le cas des métropoles francilienne et méditerranéenne, UMR Géographie-Cités, Université Paris1, Université Paris7, ENS Lettres Sciences Humaines Lyon, rapport de recherche pour le compte du PUCA.

Bessy, P. et Tabard, N. (1990), Typologie socioprofessionnelle de l’Île-de-France, INSEE, Paris.

Bidou-Zachariasen, C. (sous la direction de) (2003), Retours en ville, Descartes et Cie, Paris.

Boiteux-Orain, C. et Guillain, R. (2004), « Changes in the intrametropolitan location of producer services in Île-de-France (1978-1997) : do information technologies promote a more dispersed spatial pattern ? », Urban Geography, 25, 6, pp. 550-578.

Bonvalet, C. et Lefebvre, D. (1983), « Le dépeuplement de Paris, 1968-1975 : quelques éléments d’explication », Population, 38, 6, pp. 941-958.

Bordreuil, S. (1994), « Centralité urbaine, ville, mobilité », Le courrier du CNRS, 81.

Bordreuil, J-S. (2004), « Culture, attention visuelles et orchestrations des mobilités », in : Allemand S., Ascher, F. et Lévy, J. (sous la direction de), Les sens du mouvement, Belin, Paris, pp. 207-217.

Bourdeau-Lepage, L., Huriot, J.M. et Perreur, J. (2009), « A la recherche de la centralité perdue », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, 3, pp. 549-572.

Bourdeau-Lepage L. et Tovar, E. (2012), « Emplois et territoires : l’hypercentralité fonctionnelle de Paris, un atout pour l’Île-de-France ? », Métropolitiques, page consultée le 17.12.2012 : http://www.metropolitiques.eu/Emplois-et-territoires-l.html.

Boullier, D. (2010), La ville événement. Foules et publics urbains, PUF, Paris.

Bourdin, A. (2003), « Anatomie des nouvelles centralités », in : Centralité dans la ville en mutation. Quelles perspectives d’action pour les pouvoirs publics ? CERTU, Lyon, pp. 76-89.

Bouvier, C. (2003), Réflexion sur l’avenir de l’Île-de-France : rapport du groupe de travail Zone dense, Direction Régionale de l’Équipement d’Île-de-France, Paris.

Brun, J. et Chauviré, Y. (1983), « La ségrégation sociale : observations critiques sur la notion et essais de mesures à partir de l’exemple de Paris (1962-1975) », in : Noin, D. (sous la direction de), Actes du colloque de géographie sociale de Lyon (14-16 octobre 1982), Gueres, Lyon, pp. 102-133.

Buffet, L. (2006), « De l’appropriation du quartier à la découverte de la grande ville. L’influence des bornes de la ville sur les usages spatiaux », in : Bonnet, M. et Aubertel, P. (sous la direction de), La ville aux limites de la mobilité, PUF, Paris.

Buisson, M.A. (2001), « Métropolisation et polarités intraurbaines. Le cas de Lyon », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, 2, pp. 250-271.

Burgel, G. (2008), Paris meurt-il ?, Perrin,Paris.

Burgel, G. (1999), Paris, avenir de la France, L’Aube, La Tour d’Aigues.

Burgel, G. (2006), La revanche des villes, Hachette Littératures, Paris.

Butler, T., Hamnett, C. et Ramsden, M. (2008), « Inward and upward : making out social class change in London, 1981-2001 », Urban Studies, 45, 1, pp. 67-88.

Camagni, R. (1996), Principes et modèles de l’économie urbaine, Economica, Paris.

Carmona, M. (1979), Le Grand Paris : l’évolution de l’idée d’aménagement de la région parisienne, Imprimerie Girotypo, Bagneux.

Castells, M. (1973), La Question urbaine, François Maspero, Paris.

CERTU. (1999), Nouvelles centralités, nouvelles pratiques. Les pratiques sociales dans les centres commerciaux de périphérie : pôles commerciaux ou pôles d’intégration. CERTU, Lyon, 18.

Chaudoir, P. et Ostrowétsky, S. (1996), « L’intervention culturelle en espace public en villes nouvelles et villes moyennes », Les Annales de la Recherche Urbaine, 70, pp. 79-88.

Choay, F. (1994), « Le règne de l’urbain et la mort de la ville », in : Dethier, J. et Guiheux, a. (sous la direction de), La ville : art et architecture en Europe, 1870-1993, Éditions du Centre Pompidou, Paris, pp. 26-35.

Chombart de Lauwe, P. H. (1982), La fin des villes : mythe ou réalité, Calmann-Lévy, Paris.

Claval, P. (1981), La logique des villes : essai d’urbanologie, LITEC, Paris.

Claval, P. (2000), « Réflexions sur la centralité », Cahiers de géographie du Québec, 44, 123, pp. 285-301.

Clerval, A. (2008), La gentrification à Paris intra-muros : dynamiques spatiales, rapports sociaux et politiques publiques, Thèse de doctorat, sociologie, Université Paris I - Panthéon-Sorbonne, Paris.

Clerval, A. (2013), Paris sans le peuple. La gentrification de la capitale, Paris, La Découverte

Cornu, M. (1972), La conquête de Paris, Mercure de France, Paris.

Crouzet, E. (2001), « Géographie économique des bureaux : l’organisation urbaine en question », L’Espace Géographique, 3, pp. 256-264.

Davezies, L. (2004), « Temps de la production et temps de la consommation : Les nouveaux aménageurs des territoires ? », Futuribles, 295, pp. 43-56

Davezies, L. (2008), « Paris s’endort... » La vie des idées, (En ligne), [URL] : http://www.laviedesidees.fr/Paris-s-endort.html.

Devisme, L. (2005), La ville décentrée. Figures centrales à l’épreuve des dynamiques urbaines. L’Harmattan, Paris.

Diziain, R. (2006), « Le London Plan joue la carte du bureau », Cahiers de l’IAURIF, 145, pp. 118-125.

Diziain, R. (2009), Construction de bureaux : proche du métro, loin de l’objectif polycentrique, Note rapide IAU-IDF, 490.

Epstein, R. (2001), « Les raves ou la mise à l’épreuve underground de la centralité parisienne », Mouvements, 13, pp. 73-80.

Esponda, M. (2003), « Profil socio-démographique des Parisiens », Paris-Projet, 34-35, pp. 90-100.

Fache, J. (2008), Acentralité spatiale : de la centralité théorique au projet territorial, Mémoire d’HDR, Géographie, Université d’Anger.

Fleury, A. (2008), « La rue "branchée" contemporaine : un nouveau modèle de rue parisienne ? », in : Flonneau, M. (sous la direction de), La rue parisienne aux XIXe et XXe siècles, L’Harmattan, Paris, pp. 163-180.

Flonneau, M. (2006), « Par-delà la frontière du périphérique : l’automobile, Paris et les enjeux rejoués de la centralité et de la conscience de la ville », in : Fraboulet, D. (sous la direction de), La ville sans bornes, la ville et ses bornes, Nolin, Paris, pp. 175-186.

Fourcaut, A. et Flonneau, M. (2005), Une histoire croisée de Paris et de ses banlieues à l’époque contemporaine : bilan d’étape, Mairie de Paris, Paris.

Fourcaut, A., Bellanger, E. et Flonneau, M. (sous la direction de) (2007), Paris/banlieues : conflits et solidarités, historiographie, anthologie, chronologie, 1788-2006, Créaphis, Paris.

Garnier, J-P. (2008), « Scénographie pour un simulacre : l’espace public réenchanté », Espaces et Sociétés, 134, pp. 67-81

Garreau J. (1991), Edge cities, Doubleday, New York.

Gaschet, F. (2001), La polycentralité urbaine, Thèse de doctorat, Sciences Economiques, Université Montesquieu Bordeaux IV.

Gaschet, F. et Aguiléra, A. (2005), « Externalités : forme et croissance des villes », in : Lacour, C., Perrin, E. et Rousier, N. (sous la direction de), Les nouvelles frontières de l’économie urbaine, éditions de l’Aube, pp. 103-125.

Gaschet, F. et Lacour, C. (2002), « Métropolisation, centre et centralité », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, 1, pp. 49-72.

Gerber, P. (2000), Gentrification et confort postmoderne : éléments émergents de nouvelles centralités. L’exemple de Strasbourg, Thèse de doctorat, Urbanisme et Aménagement du territoire, Université Louis Pasteur - Strasbourg I, Strasbourg.

Halbert, L. (2006), « The polycentric city region that never was : the Paris agglomeration, Bassin Parisien and spatial planning strategies in France », Built Environment, 32, 2, pp. 183-193

Harvey, D. (1995), « L’accumulation flexible par l’urbanisation réflexions sur : le « postmodernisme » dans la grande ville américaine », Multitude Web, [En ligne] URL : http://multitudes.samizdat.net

Jaillet, M.-C. (2001), « Peut-on parler de sécession urbaine à propos des villes européennes ? », in : Donzelot, J. et Jaillet, M-C. (sous la direction de), La nouvelle question urbaine : actes du séminaire (1999-2000), Plan Urbain, Ministère de l’Equipement, Paris, pp. 23-44.

Jole, M. (2006), « Le destin festif du Canal Saint-Martin », Pouvoirs, 116, pp. 117-130.

Kokoreff, M. (1994), « La dimension spatiale des modes de vie des jeunes : le cas d’une cité de la banlieue parisienne », Sociétés contemporaines, 17, pp. 29-49.

Korsu, E. (2006), Paris à l’épreuve de la déconcentration : quelles populations, quels emplois, quelles mobilités ? Rapport de recherche pour la Ville de Paris, LVMT, Marne la Vallée.

Korsu, E. et Massot, M-H. (2006), « Rapprocher les ménages de leurs lieux de travail : les enjeux pour la régulation de l’usage de la voiture en Île-de-France », Cahiers Scientifiques du Transport, 50, pp. 61-90.

Larroque, D., Margairaz, M. et Zembri, P. (2002), Paris et ses transports, XIXe-XXe siècles. Deux siècles de décisions pour la Ville et sa région, Éditions Recherches, Paris.

Léo, P.Y. et Philippe, J. (1998), « Tertiarisation des métropoles et centralité », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, 1, pp. 63-84.

Lerup, L. (1978), Building the Unfinished : Architecture and Human Action, Sage Publications, Londres.

Lash, S. et Urry, J. (1994), Economies of Signs and Space, Sage Publications, Londres.

Lévy, J. (1994), L’espace légitime : sur la dimension géographique de la fonction publique, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, Paris.

Lebrun, N. (2002), Centralités urbaines et concentration de commerces, Thèse de doctorat, Géographie et Aménagement, Université de Reims Champagne-Ardenne.

Lipovetsky, G. (2004), Les Temps hypermodernes, Grasset, Paris.

Lipton, S. G. (1977), « Evidence of central-city revival », Journal of the American Planning Association, 43, pp. 136-147.

Marchand, B. (1993), Paris, histoire d’une ville (XIXe-XXe siècle), Seuil, Paris.

Massot, M.H. (sous la direction de), (2010), Mobilités et modes de vie métropolitains, Editions l’œil d’Or, Paris.

Mc. Millen, D.P. (2001), « Non parametric employment subcenter identification », Journal of Urban Economics, 50, 3, pp. 448-473.

Monnet, J. (2000), « La dimension symbolique de la centralité », Cahier de Géographie du Québec, 44, 123, pp. 399-418.

Naud, D., Apparicio, P. et Shearmur, R. (2009), « Cogentrification sociale et économique : la colocalisation de la main-d’œuvre et des emplois de services aux entreprises à Montréal, 1996-2001 », Cahiers de géographie du Québec, 53, 149, pp. 197-220.

Noin, D. (1984), Atlas des Parisiens, CNRS, Paris.

Oppenchaim, N. (2010), « Foules, espaces publics urbains et apprentissage de la co-présence chez les adolescents des quartiers populaires de l’Île-de-France », Conserveries mémorielles, 8, page consulté le 2 mars 2013 : http://cm.revues.org/713

Ozouf, M. (1989), La fête révolutionnaire 1789-1799, Gallimard, Paris.

Padeiro, M. (2009), Le métro hors les murs : prolongements du métropolitain et évolution urbaine de la banlieue parisienne, Thèse de doctorat, Urbanisme et Aménagement du territoire, Université Paris-Est, Marne la Vallée.

Padeiro, M. (2012), « Polarisation sociale sélective autour des lignes prolongées du métro parisien », Cahiers Scientifiques du Transport, 61, pp. 119-158.

Pinçon, M. et Pinçon-Charlot, M. (2010), « La grande bourgeoisie, une classe mobilisée sur tous les fronts », Métropolitiques, En ligne, [URL] : http://www.metropolitiques.eu/La-grande-bourgeoisie-une-classe.html

Pinçon, M., and M. Pinçon-Charlot (2004), Sociologie de Paris, La Découverte, Paris.

Pradel, B. (2010), Rendez-vous en ville ! Urbanisme temporaire et urbanité événementielle : les nouveaux rythmes collectifs, Thèse de doctorat, Sociologie, Université Paris-Est, Marne la Vallée.

Pradel, B. et Simon, G. (2012), « Quand le citadin joue au plagiste. Paris-Plages, des référents touristiques dans le quotidien urbain », Espaces et Sociétés, 151, pp. 69-84.

Préteceille, E. (2003), La division sociale de l’espace francilien : typologie socioprofessionnelle 1999 et transformations de l’espace résidentiel 1990-99, CNRS - Observatoire sociologique du changement, Paris.

Roncayolo, M. (1990), La ville et ses territoires, Gallimard, Paris.

Salomon, M. et Voisin, J. (1989), Transformations urbaines de la ceinture de Paris et Boulevard Périphérique : étude exploratoire sur le processus de transformation des tissus urbains de part et d’autre du boulevard périphérique à Paris et en banlieue depuis sa création en 1959, Paris.

Sarzynski, A., Hanson, R. et Wolman, H. (2005), « All Centers Are Not Equal : An Exploration of the Polycentric Metropolis », GW Institute of Public Policy, IPP Working Paper Series, 15, page consultée le 15.03.2013 : http://www.gwu.edu/~gwipp/papers.htm

Sassen, S. (1991), The global city : New York, London, Tokyo, Princeton University Press, Princeton.

SDAURP. (1965), Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Parisienne, La Documentation Française, Paris.

Servais, M., Thomas, I., Van Dyck H. et Verhetsel, A. (2007), « Polycentrisme urbain : une réalité spatialement mesurable ? » Cybergeo : European Journal of Geography, page consultée le 26.02.2012 : http://cybergeo.revues.org/3669

Simon, P. (1995), « La société partagée. Relations interethniques et interclasses dans un quartier en rénovation, Belleville, Paris 20e », Cahiers internationaux de sociologie, 68, pp. 161-190.

Smith, N. (1979), « Toward a theory of gentrification : a back to the city movement by capital, not people », Journal of the American Planning Association, 45, 4, pp. 538-548.

Storper M. et Venables A.J. (2004), « Buzz : Face to Face Contact and the Urban Economy », Journal of Economic Geography, 4, pp. 351-370.

Tarde, G. (1989), L’Opinion et la foule, PUF, Paris.

Terral, L. (2011), « Localisation des services bancaires et centralité économique de Paris », in : Mattei, M.F. et Pumain, D. (sous la direction de), Données Urbaines, 6, pp. 239-250

Terral, L. et Shearmur, R. (2008), « Vers une nouvelle forme urbaine ? Desserrement et diffusion de l’emploi dans la région métropolitaine de Montréal », L’Espace Géographique, 37, 1, pp. 16-31.

Terral, L. et Padeiro, M. (2013), « La centralité d’affaires parisienne face au desserrement des emplois : un examen par le biais de la localisation d’activités « témoins » (1993-2008) », Géographie Économie Société, 15, 3, pp. 205-237.

Thiard, P. (2010), « Le polycentrisme métropolitain à l’aune des mobilités d’entreprises en Île-de-France », communication aux Journées du Pôle Ville, Université Paris-Est, Marne la Vallée.

Viard, J. (2002), Le sacre du temps libre, la societe des 35 heures, Ed. de l’Aube, Paris.

Virilio, P. (1991), « Territoire, flux et inertie », in : Duhem, B, (sous la direction de), Villes et Transports : actes du séminaire, tome I, Plan Urbain, Ministère de l’Equipement, Paris, pp. 219-227.

Wiel, M. (2003), « Où sont les marges de manœuvre en matière d’aménagement des centralités ? »,in : Centralité dans la ville en mutation. Quelles perspectives d’action pour les pouvoirs publics ? Lyon, CERTU, pp. 90-100

Wirth, L. (1938), « Le phénomène urbain comme mode de vie »,in : Joseph, I. et Grafmeyer, Y. (1979), L’École de Chicago, Flammarion, Paris, pp. 255-273.

Zukin, S. (1995), The Culture of Cities, Éd. Blackwell, Cambridge.

Haut de page

Notes

1  Si les travaux théoriques et surtout empiriques sont particulièrement nombreux, la définition même du terme « forme urbaine » n’est pas consensuelle et revêt, en particulier en fonction des disciplines scientifiques, une connotation plutôt morphologique ou plutôt fonctionnelle. Notre parti pris dans ce papier est de considérer simultanément ces deux dimensions, qui selon nous s’enrichissent plutôt qu’elles ne se concurrencent. Dans cette acception, la forme d’une ville se caractérise, d’une part, par une forme de positionnement dans l’espace des habitants et des activités économiques, qui ont par ailleurs chacun des qualités propres (comme leur appartenance à une catégorie socioprofessionnelle) et, d’autre part, par des pratiques sociales des résidents mais aussi des non-résidents. Ces pratiques se matérialisent par des flux (nous ne parlons ici que des flux physiques issus des mobilités individuelles) engendrés par des logiques spatiales mais aussi temporelles. Notre approche est ainsi pluridisciplinaire et emprunte à la fois à l’économie urbaine, la géographie mais aussi à la sociologie et spécifiquement aux réflexions sur les temporalités des modes de vie métropolitains (Massot, 2010).

2  Ces recompositions sont principalement de quatre ordres. On constate, premièrement, un développement du peuplement et des emplois en dehors du centre traditionnel. La littérature met l’accent, deuxièmement, sur la multiplication de lieux d’incarnation de la centralité (ou d’une partie des attributs de la centralité) en dehors du centre traditionnel (polycentrisme) (Gaschet, 2001). La spécialisation de certaines communes ou quartiers centraux ou périphériques sur le plan de la nature des emplois (comme la concentration du tertiaire supérieur à La Défense) et/ou sur le plan des habitants (gentrification ou, à l’inverse, paupérisation) constitue une troisième caractéristique de la réorganisation en cours. Enfin, les nouveaux agencements dans l’espace urbain des activités et des populations, ainsi que les évolutions des modes de vie (individualisation, désynchronisation des rythmes sociaux) modifient les flux intra-urbains sur les plans spatial et temporel. En particulier, les relations domicile-travail sont moins radiales, articulées de façon croissante sur les centralités périphériques (Aguiléra, 2005 ; Berroir et al. 2002).

3  « Certes l’inertie du bâti et du réseau des voies tend à cristalliser les lieux, les usages et les pratiques. Mais l’accessibilité n’est pas donnée par la géométrie : elle varie, d’une part, selon des rythmes très courts, y compris les rythmes journaliers ; elle change à long terme d’emplacement et de contenu, car elle est ‘fabriquée’ et ‘construite’, non subie. » (Roncayolo, 1988, p 141).

4  À travers ces politiques, les promoteurs devaient soumettre une demande d’agrément aux pouvoirs publics pour toute demande de permis de construire concernant des locaux à usage professionnel. L’agrément constituait donc potentiellement un puissant instrument de régulation de l’offre de bureaux à l’échelle de l’agglomération et, partant, de l’aménagement du territoire francilien (Crouzet, 2001).

5  « Une ville qui sert depuis longtemps de lieu d'échange aux populations d'un territoire, une capitale à partir de laquelle celui-ci est depuis toujours contrôlé, sécurisé et protégé, finissent par être investis d'une charge affective et par bénéficier d'un capital symbolique » (Claval, 2000, p. 294)

6  Magazine du Tourisme, Classement 2007 du Magazine Forbes [En ligne] http://www.americas-fr.com/tourisme/actualite/les-villes-les-plus-visitees-1282.html

7  Office du Tourisme et des Congrès de Paris, 2010, Le Tourisme à Paris : chiffres clés, Parisinfo.com, [En ligne] http://www.parisinfo.com/paris-en-chiffres/

8  Ministère de la culture et de la Communication, 2009, Statistiques de la culture. Chiffres clés, Edition 2009, La documentation française, 227 p.

9  Observatoire National du Tourisme, 2009, Palmarès des 30 premiers sites culturels (entrées comptabilisées), Ministère du Tourisme, [En ligne] http://www.tourisme.gouv.fr/stat_etudes/memento/2009/sites2.pdf

10 Données : Mairie de Paris, www.paris.fr

11  Y compris la reconversion d’anciens espaces industriels en petits centres commerciaux ou en complexes résidentiels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Pradel, Miguel Padeiro et Anne Aguiléra, « Paris sera toujours paris : Réflexions sur la centralité dans la métropole francilienne », Métropoles [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 24 juin 2014, consulté le 27 avril 2017. URL : http://metropoles.revues.org/4923

Haut de page

Auteurs

Benjamin Pradel

Chargé de recherches, LVMT
benjamin.pradel@enpc.fr

Miguel Padeiro

Chercheur, Instituto de Geografia e Ordenamento do Território (IGOT), Centro de Estudos Geográficos (CEG), Universidade de Lisboa (Portugal)
jmpadeiro@campus.ul.pt

Anne Aguiléra

Directrice-adjointe du Département Aménagement, Mobilité, Environnement, IFSTTAR, LVMT
anne.aguilera@ifsttar.fr

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org