Navigation – Plan du site
Recensions

Eugene McCann and Kevin Ward 2011 (eds), Mobile Urbanism. Cities and Policymaking in the Global Age

Minneapolis, University of Minnesota Press, 2011
Gilles Pinson
Référence(s) :

Eugene McCann and Kevin Ward 2011 (eds), Mobile Urbanism. Cities and Policymaking in the Global Age, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2011.

Texte intégral

1Pour qui s’intéresse aux transferts de politiques publiques impliquant les villes, ce livre collectif deviendra vraisemblablement une référence incontournable. Mobile Urbanism rassemble des textes proposant de fort intéressants développement théoriques et d’autres restituant des études de cas détaillées et très illustratives des mécanismes de circulation des modèles et des savoirs. Il a le mérité d’associer un projet intellectuel collectif fort cohérent avec l’indispensable liberté laissée aux contributeurs pour développer les cadres analytiques idoines pour rendre raison des réalités empiriques qu’ils ont à traiter. Avant d’explorer ce que l’on peut considérer comme les trois principaux arguments de ce volume et avant de formuler deux réserves que sa lecture peut soulever, voyons de quoi il retourne. Les sept chapitres, et les très utiles introduction et conclusion qui les accompagnent, traite du rôle joué aujourd’hui dans l'élaboration des politiques urbaines par les idées, les modèles, les pratiques et les paradigmes élaborées ailleurs (par d’autres villes, par des consultants ou des organisations internationales) et qui circulent grâce aux réseaux, aux congrès, aux voyages d’étude et à l’entremission des consultants.

2Il y a donc trois principaux arguments au cœur de ce livre qui constituent autant de contributions au débat scientifique sur les transferts de politique publique. Le premier argument prend la forme d’une thèse forte sur un changement radical intervenu dans la fabrique des politiques urbaines. Les échanges entre villes et la circulation des idées et des modèles de politiques urbaines ne sont pas chose neuve. Les voyages d’étude et les réseaux de villes ont déjà une longue histoire. Mais cette histoire s’est accélérée à partir des années 1990. Les transferts se sont multipliés ; les acteurs ont gagné en capacité à modéliser, normaliser et standardiser les modèles et les expériences de référence (par la quantification par exemple), facilitant ainsi leur circulation ; l’intensification de ces circulations est à la fois le débouché et le moteur d’une multiplication des réseaux de villes et de la montée en puissance d’une « consultocracy » internationalisée. “This process reduces urban complexity to a series of numbers, bringing into comparative coexistence territories from around the world” (76). Tout ceci conduit à une situation dans laquelle, comme les éditeurs l’écrivent dans leur chapitre conclusif, la comparaison est devenue un instrument de gouvernance essentiel, générant de forts effets disciplinaires (176).

3Le deuxième argument est plutôt de nature épistémologique. Le développement et l’accélération des phénomènes de circulation des connaissances et des modèles constitue sans doute une incitation à voir les villes comme des espaces gouvernés –et constamment bouleversés- par des flux globaux, comme des hubs traversés par des réseaux d’information et d’influences qui les dépassent en font des sociétés partiellement régies à distance par des sociétés transnationales, des consultants nomades et des institutions supranationales intrusives imposant leurs normes. En bref, il convient de dépasser une vision purement localiste des modes des gouvernement des villes et d’appréhender ces dernières de manière relationnelle. Toutefois, les auteurs réunis ici ne se satisfont pas non plus d’une vision purement extravertie des villes et de la gouvernance urbaine. Ils proposent plutôt (et l’on se réfèrera ici par exemple au chapitre de Doreen Massey) une approche « relationnelle et territoriale » des villes et des politiques urbaines dans lesquelles la ville est à la fois un lieu, un site, un territoire, et également une plaque tournante par laquelle les réseaux et flux circulent ; une approche dans laquelle l’élaboration des politiques urbaines est à la fois affaire d’importation, d’influences extérieures et de luttes politiques localisées qui contribuent à la réinterprétation et à l’adaptation des éléments « importés ». Selon un certain nombre de contributeurs, la notion deleuzienne d’ « assemblage » subsume ce programme qui vise à articuler les logiques de déterritorialisation et de reterritorialisation qui sont aujourd’hui au cœur du processus d’élaboration des politiques urbaines. De ce point de vue, les chapitres signés par J. Robinson, sur l’élaboration de documents de stratégie urbaine, et d’E. McCann, consacré aux politiques des drogues en milieu urbain, fournissent des éléments très convaincants sur le rôle incontournable des exemples étrangers, des consultants et de la pratique du benchmarking dans l’élaboration des politiques, mais aussi sur les logiques inévitables, et toujours conflictuelles, de réinterprétation et de réappropriation d’éléments externes .

4Le troisième apport de l’ouvrage est à la fois théorique et méthodologique. La plupart des contributeurs reprennent à leur compte le manifeste de l’ethnologue états-unien Michael Burawoy en faveur d’une « ethnographie du global » qui s’affranchisse des limites fétichisées des sites observés, mais sans pour autant abandonner la pratique de l’étude de cas, et qui s’intéresse aux liens et aux circulations entre « sites » qui forment le global. Les « mobilités » de politiques publiques sont justement un moyen de pratiquer cette « unbound ethnography », comme un moyen de fournir des fondements empiriques plus solides à des analyses de la globalisation qui ont longtemps été caractérisées par leur caractère spéculatif. Parallèlement, l’analyse des mobilités est également présentée par l’essentiel des contributeurs comme un moyen d’affiner le cadre analytique de la néolibéralisation appliqué aux transformations des politiques urbaines. Comme McCann l’indique clairement, les travaux sur les mobilités constituent une occasion de faire franchir un saut qualitatif à la littérature sur le néolibéralisme urbain, “beyond the allurs of ‘gestural analysis’ toward well-conceptualized but also empirically detailed investigation of the global and the local as they are combined in certain moments, by and for certain interests” (115). Pour lui, l’approche des mobilités « fournit l’agence » à un modèle d’analyse encore caractérisé par une forte propension au structuralisme et à l’incantation.

5Malgré les grands mérites de l’ouvrage et la richesse des études de cas qu’il propose, deux aspects suscitent la perplexité. Le premier est relatif à la manière dont la littérature sur les transferts de politique publique, jugée à juste titre comme étant « dominée par la science politique » (167), est discutée par les éditeurs du livre. A raison, cette littérature est décrite comme étant principalement préoccupée par les transferts impliquant les Etats et les organisations internationales et par le rôle qu’y jouent des élites nationales et internationales, et se désintéressant parallèlement des mobilités transnationales impliquant les villes. Là où la critique est beaucoup moins convaincante c’est quand elle décrit cette littérature comme ayant une conception linéaire et balistique des « transferts » comme processus asymétriques d’application littérale dans des espaces dominés de modèles provenant d’espaces dominants. Si la critique peut valoir pour la première génération de travaux sur les transferts, elle ne tient guère pour les travaux les plus récents qui ont assez largement abandonné la conception ballistique des transferts comme simples réplications de solutions importées. Les contextes nationaux, les contraintes institutionnelles, les interactions politiques et les stratégies des acteurs sont désormais considérés comme des filtres essentiels qui déterminent dans une large mesure le sort fait aux modèles, idées et instruments importés. Les transferts sont ainsi conçus comme des processus relevant de l’hybridation plutôt que de la réplication. Les travaux sur l’« européanisation » de Bulmer, Radaelli, Neumayer, Saurugger, Woll ou Surel, menés dans une perspective de sociologie politique, ont notamment beaucoup aidé à surmonter les perspectives ballistiques, diffusionistes et rationalistes présentes dans les premiers travaux sur les transferts. En outre, la critique visant des travaux de science politique considérés comme véhiculant une vision désociologisée des transferts ne tient pas non plus car les travaux les plus récents insistent bien sur le rôle clé de certains acteurs qui opèrent comme courtier ou même entrepreneur dans les processus de circulation car ils y sont socialement disposés et parce qu’ils pensent en tirer un profit politique ou professionnel.

6La seconde remarque critique a trait au lien qui existe entre le programme de recherche sur les mobilités de politique urbaine et le cadre d’analyse de la néolibéralisation. Précisons tout d’abord que ce cadre est mobilisé de manière plus ou moins centrale par l’essentiel des contributeurs. Ici, deux éléments suscitent la perplexité. Tout d’abord, si les coordonnateurs du volume et certains des contributeurs considèrent que l’approche des mobilités est un moyen d’affiner la thèse de la néo-libéralisation en « fournissant l’agence », en laissant une place à la variété des adaptations locales des pressions néolibérales et même à des projets contre-hégémoniques (cf. Massey) ou des stratégies alternatives (cf.Robinson), d’autres, comme J. Peck, s’en tienne à une vision extrêmement descendante des circulations et de la néolibéralisation. Ils voient dans la multiplication des transferts le signe d’une « déférence croissante à l’égard des modèles de ‘bonnes pratiques’ » (43). Dans son chapitre consacré à la comparaison des politiques culturelles de Londres dans les années 1980 et de Detroit dans les années 2000, Peck appréhende les mobilités contemporaines comme le véhicule d’une implacable discipline néolibérale, ne laissant aucun espace aux réinterprétations locales. Un contraste un peu caricatural entre un passé progressiste et un présent néolibéral structure sa contribution: « The Greater London Council was actively producing an alternative, countercultural policy project; Detroit has been consuming a transnational policy fix » (63); « if the GLC’s strategy was developed by local activist-craftworkers as a disruptive policy technology, pushed as part of a transformative political-economic project, creative urbanism is brokered by peripatetic (sic) consultant-entrepreneurs, as a means of making over tired growth strategies and pulled by the still unsatisfied demand of urban managers and business-oriented development cadres » (52). La position a le mérite de la clarté structuraliste : les mobilités sont le « support » (65) des normes politiques néolibérales « ne nécessitant qu’un minimum d’adaptation aux conditions locales » (65). La position des autres contributeurs est moins claire, sans doute plus intéressante mais du coup également plus ambiguë et c’est là le deuxième aspect qui pose problème dans le lien entre mobilités et néolibéralisation urbaine. En effet, pour la majorité des contributeurs, l’étude des mobilités est un moyen d’affiner le cadre analytique de la néolibéralisation, de le rendre compatible avec l’agence, avec l’inertie inévitablement opposés par les « paysages institutionnels et spatiaux hérités » (172) aux pressions néolibérales. Pour ces auteurs, le fait que l’application de modèles venus d’ailleurs déclenche des luttes politiques et des formes d’adaptation locale explique pourquoi il y a « de nombreuses variantes du néolibéralisme » (172). Ainsi, tout comme les notions d’ « actually existing neoliberalisms » ou de « variegated neoliberalisms » (Brenner et Theodore), le programme de recherche sur les mobilités est une autre façon de résoudre la contradiction entre, d’une part, une théorie qui postule l’existence d’un projet néolibéral global –ce qui reste à établir- et, d’autre part, des situations locales où l’application du credo néolibéral est, pour le moins, incomplète et inégale. Ainsi, le néolibéralisme urbain finit par s’incarner dans une telle diversité de situations différentes en termes de cadrages institutionnels et de contenus de politiques urbaines, que l’on finit par se demander si, au bout du compte, la notion a un véritable intérêt heuristique. Si les « circuits néolibéraux de la connaissance et des normes peuvent être utilisés pour une diversité d’objectifs de politiques publiques » (174), y compris pour des projets contre-hégémoniques, alors on peut se demander si le programme de recherche sur les mobilités n’est pas une n-ième tentative pour sauver le cadre analytique de la néolibéralisation de la ville.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Pinson, « Eugene McCann and Kevin Ward 2011 (eds), Mobile Urbanism. Cities and Policymaking in the Global Age », Métropoles [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 24 juin 2014, consulté le 27 avril 2017. URL : http://metropoles.revues.org/4907

Haut de page

Auteur

Gilles Pinson

Professeur de Science Politique, Sciences Po Bordeaux, Centre Emile Durkheim
g.pinson@sciencespobordeaux.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org