Navigation – Plan du site
Recensions

Philippe Hamman, Sociologie urbaine et développement durable

Bruxelles, Editions De Boeck Université, 2012
André Donzel
Référence(s) :

Philippe Hamman, Sociologie urbaine et développement durable, Bruxelles, Editions De Boeck Université, 2012

Texte intégral

1Le développement durable est devenu un attribut incontournable de la « bonne gouvernance » à l’échelle mondiale. Après avoir pris forme au sein des organisations internationales, la notion a connu une diffusion fulgurante dans les différentes strates de l’action publique, de l’échelon des Etats à celui des collectivités territoriales et notamment des villes. Les sciences sociales, en particulier la sociologie urbaine, ont été fortement sollicitées pour accompagner ce mouvement à travers de nombreux programmes de recherche. Le dernier ouvrage de Philippe Hamman, intitulé Sociologie urbaine et développement durable, se propose de tirer un bilan de ce compagnonnage tel qu’il a pu se développer dans le contexte français. Ce travail se place sous l’éclairage de la sociologie des transactions sociales, courant théorique promu par Jean Rémy, Liliane Voyé et Emile Servais dans leur ouvrage Produire ou reproduire ? (1978) et approfondi par Maurice Blanc (Pour une sociologie de la transaction sociale, 1992). Dans cette perspective, il s’agit de se demander ce « que peut apporter la sociologie urbaine à l’étude du développement durable et, réciproquement, en quoi cet objet permet de renouveler les analyses de la ville » (p. 17). La démarche s’appuie sur une très riche bibliographie couvrant une large part des publications scientifiques parues au cours des dernières décennies sur les enjeux du développement urbain durable. Elle a en outre bénéficié d’enquêtes de terrain menées entre 2006 et 2009 à l’occasion de plusieurs opérations de recherche dans sept agglomérations françaises (Bordeaux, Lille, Lyon, Nantes, Montpellier, Strasbourg et Toulouse).

2L’ouvrage s’organise en cinq parties. Le premier chapitre s’attache à décrypter le répertoire sémantique du développement durable à partir d’une lecture approfondie de la littérature académique consacrée à cette thématique. La notion est abordée à travers une triple interrogation : « celle de l’origine du terme et de son histoire, celle de sa définition et de ses usages, celle enfin de son appréhension dans les recherches actuelles de sciences sociales » (p. 17). Plutôt que d’en rechercher une définition unifiée, l’auteur pose d’emblée « l’ambiguïté sémantique du développement durable » (p. 7). Il dresse un tableau des questionnements que cette notion a suscités à travers « la mise en tension de quatre couples d’opposition structurants » (p. 9) : continuité ou rupture, global ou local, intérêts et valeurs, principes et applications… Au croisement de ces oppositions, le développement durable ne peut donc se concevoir que comme un « produit transactionnel », c’est-à-dire comme un espace de « coopération conflictuelle » (p. 8) entre logiques opposées de pensée et d’action. Il ressort de ce tour d’horizon un certain consensus méthodologique sur le caractère « non fractal » du développement durable (p. 37), c’est-à dire de ses déterminations contextuelles, ainsi que sur ses dimensions multisectorielles impliquant une approche transversale des enjeux territoriaux. Il n’en reste pas moins que le développement durable « renvoie à la régulation politique au sens plein (et non à une question « technique »), notamment quant à la légitimation de la décision » (p. 13). De ce point de vue, le développement durable reproduit dans le champ de l’action publique la distinction mise en évidence par Herbert Simon en économie entre « rationalité substantive » et « rationalité procédurale ». Dans une certaine mesure, le développement durable, par son caractère non fractal, pourrait réhabiliter la raison substantive dans la prise de décision politique. Mais il se heurte au « primat de la logique procédurale qui fournit les cadres d’action des acteurs institutionnels » (p. 14).

3C’est dès lors en privilégiant « l’entrée par la dimension procédurale » (p. 13) qu’est abordée la mise en œuvre du développement durable à l’échelle locale. Les chapitres suivants en décomposent les différentes étapes :

- Le deuxième chapitre traite de l’incorporation de cette problématique dans les institutions locales. Dans les différentes villes étudiées, le développement durable « ne s’énonce pas d’emblée de façon similaire (…) et n’est pas unanimement mobilisé par les décideurs » (p. 56-57). Néanmoins, les programmes européens et, à l’échelon national, la politique de la ville ont peu à peu fait émerger au sein des administrations locales une nouvelle culture du développement urbain articulant agir local et penser global. Cette mise en forme écologique de l’action publique territoriale a eu pour conséquence de susciter l’émergence d’un vaste marché de l’expertise environnementale, souvent animé par des acteurs associatifs qui ont du abandonner « leurs références militantes pour adopter une position gestionnaire de prestataire » (p. 78).

- Le troisième chapitre s’intéresse à « l’intégration des préoccupations du développement durable dans la fabrique de la ville » (p. 81). Il aborde l’opérationnalisation du développement durable dans les projets visant à promouvoir « la ville durable ». La sociologie de la transaction sociale est une nouvelle fois mobilisée pour penser les compromis qui se nouent dans ce cadre entre décideurs politiques, opérateurs techniques et habitants. Ces compromis s’opèrent à travers « des séquences temporelles d’ajustements successifs à travers lesquelles la logique institutionnelle compose avec la logique de projet » (p. 94). Cette transition ne va pas de soi car elle impose des changements de comportement tant à l’intérieur des institutions que parmi les destinataires des projets. Comme le montre l’exemple des écoquartiers, « la réalisation de projets de développement durable constitue une mise à l’épreuve pour les institutions locales » (p. 99). Les actions en ce domaine en viennent alors à être le plus souvent « un jeu sur les marges », en sorte qu’au final on doit constater qu’ « il n’y a pas de scénario opérationnel unique et évident en développement durable » (p. 105).

- Le quatrième chapitre aborde le développement durable à travers le prisme de la démocratie locale. « La dimension participative » est fondatrice de la démarche du développement durable. Elle est présente dans le rapport Brundtland de 1987 comme dans la déclaration de Rio de 1992 et elle se trouve nettement réaffirmée dans la Stratégie nationale de développement durable énoncée en France en juin 2003. Les transactions sont consubstantielles à la démocratie. Celle-ci constitue un système de transactions multipolaires entre élus, techniciens et citoyens. Les projets de développement durable se sont accompagnés de la mise en place d’une véritable « ingénierie de la participation » (p. 123). Mais celle-ci ne débouche pas nécessairement sur le consensus, ni même sur le dissensus, mais « favorisent surtout un statu quo » (p. 114). La démocratie participative laisse donc intacte la primauté des élus dans les processus décisionnels, tout en confortant leur légitimité. Au final, « les institutions locales pèsent toujours sur la structuration des intérêts » (p. 126). De leur côté, « les associations et autres formes de représentation des intérêts sociaux doivent accepter des relations asymétriques dans une participation qui conserve une dimension coercitive » (p. 130). Quelles sont alors les conditions d’un « déverrouillage » de la participation dans le champ du développement durable ?

- Le cinquième et dernier chapitre explore les voies possibles d’une co-construction de produits transactionnels dans le champ de l’action publique urbaine. Cela suppose « l’émergence d’acteurs et de lieux ‘tiers’ participant de la sédimentation d’un ‘ordre négocié »  (p. 133). Il s’agit d’espaces autorisant « une régulation conjointe » et la fabrication d’un « univers de référence commun » (p. 134). Ils sont généralement animés par des « passeurs de frontières, c’est-à-dire des acteurs individuels et collectifs impulsant des réseaux » (p. 142). Par delà des spécialisations très diverses, ceux-ci tiennent leur autorité d’une expertise approfondie du terrain local, ce qui les positionne « en tant qu’insiders au sein des réseaux publics » ainsi qu’en « intermédiaires avec les habitants » (p. 146). Le milieu associatif n’est pas le seul pourvoyeur de tels médiateurs. Les élus, les techniciens ou les professionnels de la ville peuvent aussi développer des compétences d’ « acteurs collaboratifs » (p. 149). Cela va de pair avec l’existence de « lieux de mutualisation » où se rencontrent « scènes politiques, techniques et associatives » (p. 154). Il s’agit souvent de structures externalisées (Sociétés d’économie mixte, associations, etc.), à la marge des institutions mais qui sont propices à l’expérimentation et à l’émergence de « transactions secondes » (p. 155) entre acteurs institutionnels et citoyens.

4Quels enseignements peut-on tirer de la lecture de cet ouvrage ? On doit d’abord lui reconnaître un très grand apport informatif, à fois sur l’état d’avancement du développement urbain durable en France et sur le regard que portent les sciences sociales sur cet objet. Le vaste travail de synthèse effectué sur des matériaux empiriques et théoriques plutôt épars ne semble pas avoir d’équivalent à ce jour. Sur le plan analytique, il démontre que, par delà l’ignorance ou la croyance, il est possible d’aborder le développement durable d’une façon raisonnée. Le recours à l’outillage théorique de la sociologie de la transaction sociale apparaît, de ce point de vue, très fécond.

5Quelques points peuvent cependant prêter à discussion, tant sur la forme que sur le fond. En premier lieu, la densité de la matière abordée et les chassés-croisés qu’elle induit dans l’analyse entre le conceptuel et le factuel, ne rendent pas toujours la lecture de l’ouvrage très aisée. Bien que cela soit inévitable dans un travail de synthèse, il aurait peut-être été souhaitable de s’adonner de façon un peu moins généreuse au jeu des références bibliographiques et des citations pour n’en retenir que les plus significatives.

6Un autre problème, plus profond, tient à la grille de lecture privilégiée par l’auteur, qu’il définit comme une « approche procédurale » du développement urbain durable. Ce parti pris nuit à l’analyse de ses dimensions proprement écologiques, c’est-à-dire de son ancrage dans le terreau matériel et culturel spécifique à chaque ville. Or le développement durable ne procède pas seulement d’une rationalité procédurale venue d’en haut, il est confronté à la réalité substantielle des territoires dans leurs dimensions historiques, géographiques et sociologiques. A cet égard, l’héritage de l’école de Chicago et sa contribution à une analyse « non fractale » de l’urbain auraient pu être davantage sollicités.

  • 1  L. Tanguy, La sociologie du travail en France – Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990, (...)

7Les études urbaines doivent-elles se résoudre à ce glissement de la « rationalité substantive » à la « rationalité procédurale », comme cela s’observe dans d’autres champs de la pensée sociologique ? Ainsi, dans son histoire de la sociologie du travail en France1, Lucie Tanguy montre comment cette discipline a progressivement déplacé ses questionnements de l’analyse de l’activité productive à celle des dispositifs normatifs et organisationnels qui la régissent, évoluant ainsi d’une sociologie du travail à une sociologie de la gestion d’entreprise. Il semble qu’une tendance similaire soit à l’œuvre dans le champ de la sociologie urbaine. Dans la tradition sociologique de l’Ecole de Chicago, celle-ci s’est longtemps définie comme une science des « cultures urbaines ». Elle semble désormais de plus en plus restreindre son horizon aux enjeux de la « gouvernance urbaine », ce qui revient à la dissoudre dans la sociologie de l’action publique.

8Or, faute d’être irrigué par une prise en considération des cultures urbaines fondées sur l’étayage des réalités matérielles et sociales de la ville, le développement durable, réduit à sa dimension procédurale, risque fort de n’être qu’une feuille de route passe-partout n’attirant qu’un petit nombre de voyageurs. Dans sa conclusion, l’auteur indique justement que « pour prendre au sérieux le développement durable, la sociologie urbaine doit continuer de se renouveler » parce que « les nouveaux espaces de régulation de la durabilité urbaine (…) sont opposés aux formes traditionnelles de structuration des politiques publiques » (p. 159). Il y a là incontestablement une invitation à poursuivre, de façon un peu moins « procédurale », l’investigation sur cet objet.

Haut de page

Notes

1  L. Tanguy, La sociologie du travail en France – Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990, Paris, La Découverte, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Donzel, « Philippe Hamman, Sociologie urbaine et développement durable », Métropoles [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://metropoles.revues.org/4824

Haut de page

Auteur

André Donzel

Chargé de recherche au CNRS, Laboratoire méditerranéen de sociologie, UMR 7305 UMR 7305 (CNRS & Aix-Marseille Université) Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme. 
donzel@mmsh.univ-aix.fr

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org