Navigation – Plan du site
Recensions

Michel Kokoreff, Didier Lapeyronnie, Refaire la cité. L’avenir des banlieues

Paris, Seuil - La République des idées, 2013
Renaud Epstein
Référence(s) :

Michel Kokoreff, Didier Lapeyronnie, Refaire la cité. L’avenir des banlieues, Paris, Seuil - La République des idées, 2013

Texte intégral

1Dans ce court ouvrage, Michel Kokoreff et Didier Lapeyronnie présentent leur diagnostic des transformations des quartiers populaires français au cours des trois dernières décennies, de leur situation actuelle et des politiques développées en leur direction. S’il s’appuie sur de longues années recherches de terrain des deux sociologues, Refaire la cité. L’avenir des banlieues, est d’abord un livre d’intervention politique. Publié en janvier 2013, quelques semaines avant la clôture de la concertation nationale sur la réforme de la politique de la ville initiée par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, il doit se lire comme une contribution au débat public, appelant à un changement de regard sur les quartiers populaires et à une réorientation des politiques menées en leur direction.

2Dans les discours politiques comme dans les présentations médiatiques, les problèmes des banlieues populaires sont abordés alternativement sous l’angle social, moral ou culturel et religieux. Leurs habitants y sont présentés comme des victimes tenues en marge de la société ou, à l’inverse, comme les premiers responsables de leurs difficultés, la délinquance, les émeutes et le repli identitaire qui affectent ces quartiers étant la source de leur marginalisation et de leur stigmatisation. Tout en prenant garde à ne pas donner prise à l’accusation d’angélisme, les auteurs récusent ces lectures pour insister sur la dimension proprement politique d’un problème auquel les réponses doivent elles aussi être de nature politique :« ces banlieues se définissent moins par la pauvreté, le chômage ou la relégation, que par une exclusion de nature politique. Les populations des quartiers et des banlieues populaires n’ont ni représentation ni capacité d’expression. Perçues négativement, elles sont exprimées par d’autres qu’elles-mêmes, qui agissent souvent aussi en leur nom. Mais il y a pire : les politiques menées depuis trente ans contribuent à envenimer la situation. Elles isolent les territoires en difficulté et confinent leurs habitants dans l’accumulation de problèmes. Surtout, elles enferment la population dans la passivité, invalidant ses capacités d’action » (p. 8).

3Contrairement à ce que pourrait laisser penser son sous-titre (L’avenir des banlieues), la majeure partie du livre est consacrée à l’établissement du diagnostic sur la situation présente et les processus qui y ont conduit. Dans un premier chapitre, les auteurs décrivent les métamorphoses des quartiers populaires au cours des trente dernières années en distinguant trois périodes. La première, qui va du milieu des années 1970 à la fin des années 1980, se caractérise d’un côté par l’effondrement des formes traditionnelles d’organisation sociale et politique qui structuraient la vie des quartiers, et, de l’autre côté, par des mobilisations politiques (notamment la Marche pour l’égalité et contre le racisme en 1983) et institutionnelles (ZEP, DSQ…) qui laissaient entrevoir des perspectives de résolution de la crise des banlieues. La seconde période s’ouvre avec les émeutes de Vaulx-en-Velin en 1990 et se clôt le 11 septembre 2001. Cette décennie est marquée par la forte croissance du chômage et des inégalités, la récurrence des émeutes et l’installation de l’économie souterraine. Le sentiment d’impuissance s’impose alors chez les responsables politiques et administratifs, ce pessimisme trouvant écho chez les habitants des quartiers. En l’absence de perspectives, ceux-ci tendent alors à se replier sur la sphère privée, abandonnant les espaces publics aux jeunes garçons qui y imposent une culture de la rue organisée autour de codes et de normes spécifiques. La troisième période est celle de la ghettoïsation. La ségrégation, l’exclusion et l’isolement croissant de la population, l’augmentation des violences, la rupture de la communication entre hommes et femmes, l’installation d’une religiosité quotidienne structurant la vie sociale et la distance aux institutions se combinent alors pour construire une sorte de contre-monde plus ou moins fermé, qui résulte de la marginalisation politique des quartiers en même temps qu’il la renforce.

4Cette présentation est prolongée –et nuancée– dans le second chapitre, dans lequel les auteurs insistent sur la diversité des quartiers populaires, dont la situation est irréductible à la représentation construite à partir de quelques grands ensembles emblématiques (les Minguettes à Vénissieux hier ou les Bosquets à Clichy-Montfermeil aujourd’hui) : « Trop de généralisations hâtives conduisent à prendre la partie pour le tout, les situations extrêmes pour la norme » (p. 41). Après avoir noté qu’il est difficile de dresser un portrait des banlieues, les auteurs s’y essaient en démultipliant les approches et les sources. Pour rendre compte de cette diversité, ils commencent par présenter brièvement deux cas contrastés (Marseille et Toulouse), avant d’esquisser une typologie des cités structurée autour de deux axes, interne (niveau de participation sociale, culturelle et politique dans les quartiers) et externe (degré de rupture avec l’environnement social et urbain), puis de passer en revue une série d’entrées thématiques visant à dégager, derrière le foisonnement des singularités, l’unité des situations : accumulation des problèmes sociaux, faiblesse des perspectives promotionnelles, délinquance et insécurité, tensions intra- et intercommunautaires, extrême variabilité des ambiances au fil de la journée et de la nuit…

5Le dernier chapitre s’ouvre par une analyse des émeutes qui embrasent sporadiquement les quartiers populaires. A rebours de ceux qui y voient de pures violences urbaines, les auteurs insistent sur la dimension morale et politique des émeutes. Celles-ci constituent le seul moyen d’expression politique restant pour ceux qui sont privés d’accès au système politique et à la représentation. Elles expriment une « économie morale » des quartiers, un ensemble de valeurs collectives dont découlent des conceptions partagées de ce qui est tolérable et ce qui ne l’est pas, qui structurent les émotions, les indignations et les formes de l’action collective. Cette économie morale s’enracine dans une vie quotidienne marquée par l’expérience de la discrimination, le sentiment d’injustice et un profond ressentiment envers les institutions. Les agents de ces dernières (enseignants, travailleurs sociaux et autres professionnels qui interviennent dans les quartiers) sont perçus comme les représentants d’une République incapable de tenir ses promesses, exigeant des individus le respect de normes arbitraires sans payer en retour ceux qui s’y conforment. La perte de légitimité des pouvoirs publics s’est amplifiée depuis 2002 sous l’effet combiné de la montée en puissance d’approches sécuritaires qui, en construisant une figure nouvelle de « l’ennemi de l’intérieur », ont conduit au renforcement des crispations identitaires, et au rabattement de la politique de la ville sur une politique de rénovation du bâti dont les projets sont élaborés sans les populations les plus directement concernées.

6Face à cette situation, les auteurs en appellent à un changement d’approche dans l’analyse comme dans l’action, pour donner la priorité à une intégration politique qui conditionne la réintégration sociale : « il s’agit moins de ʺrésoudreʺ un problème et de développer l’assistance, que de permettre aux habitants des quartiers de devenir des acteurs, d’être reconnus comme des citoyens actifs. Les interventions sociales et urbaines ne retrouveront un minimum de légitimité qu’à cette condition » (p. 91). Ce plaidoyer pour une action publique remontante et participative, prenant appui sur la « force des quartiers », se prolonge par la proposition d’orientations pour une autre politique des banlieues (rapprocher les institutions de la population, mobiliser les collectifs existants pour « remettre les gens en mouvement », encourager et renforcer les interventions politiques), et par un appel au lancement de réformes qui permettraient d’affirmer une volonté politique de changement social (réforme de la police, ouverture du droit de vote aux élections locales pour les immigrés extracommunautaires, révision de la loi de 1970 sur les drogues).

7L’ouvrage a ainsi le mérite de rappeler qu’une autre politique des banlieues est possible. Sur ce plan, on peut se féliciter de l’écho qu’il a eu dans la presse et auprès des responsables politiques, en particulier du Ministre délégué à la ville, François Lamy, qui a repris dans ses discours l’essentiel du diagnostic et des propositions des auteurs (à l’exception notable de celle relative à la loi de 1970 sur les drogues). Il est vrai qu’un lecteur peu familier des travaux de sociologie urbaine et d’analyse des politiques publiques peut aisément être convaincu par l’argumentation des auteurs, qui énoncent une thèse claire à l’appui de laquelle ils remobilisent les résultats de leurs recherches portant sur des thèmes diversifiés (ségrégation, immigration, racisme, usage des drogues, délinquance, militantisme politique…) et couvrant une longue période. La mise en perspective historique des quartiers populaires et la multiplication des angles d’analyse de leur situation actuelle font incontestablement la richesse du livre, mais aussi sa faiblesse. Car de nombreuses questions sont traitées en quelques pages, au prix d’affirmations parfois discutables –sur la ghettoïsation, les effets de quartier ou les discriminations « à l’adresse » par exemple– qui auraient mérité d’être nuancées ou du moins réinscrites dans les controverses sociologiques. De la même façon, l’analyse des politiques dirigées vers les banlieues au cours des trente dernières années et de leurs effets apparaît très sommaire, ce qui n’est pas sans conséquences sur les pistes esquissées en conclusion de l’ouvrage. Celles-ci recoupent en grande partie les propositions du rapport Ensemble : refaire la ville établi en 1983 par la Commission Nationale pour le Développement Social des Quartiers sous la présidence d’Hubert Dubedout. Mais si la politique de la ville s’est soldée par trente ans d’échec, est-il pertinent d’en revenir aux orientations qui ont été les siennes dans les années 1980, à l’époque du développement social des quartiers ? Et quels sont les leviers et les instruments à activer, les obstacles à éviter, les verrous à faire sauter pour concrétiser cette nouvelle « politique des banlieues » visant à la réintégration politique leurs habitants ? Sur ce plan, on peut regretter que l’ouvrage s’en tienne à des propositions très générales, sans examiner plus avant leurs conditions de mise en œuvre.

8On ne saurait pourtant reprocher aux auteurs de s’en tenir à des analyses et des propositions succinctes : il s’agit d’un livre d’intervention politique et non de vulgarisation scientifique ou d’expertise administrative, dont la nature et le format ne se prêtent pas à l’exposition d’arguments détaillés. On sera en revanche plus critique s’agissant de l’oscillation qui traverse l’ouvrage, entre affirmation de la ghettoïsation et appel à un changement de regard, tant il est vrai que changer de regard sur les quartiers consiste justement à cesser de les voir sous ce prisme négatif du ghetto. De la même façon, on peut regretter que l’insistance sur la diversité des banlieues populaires dans le second chapitre s’accompagne, dans le reste de l’ouvrage, de présentations globalisantes et de propositions très générales laissant de côté l’enjeu de différenciation des réponses en fonction des configurations locales. La typologie esquissée par les auteurs, qui laissait entrevoir un dépassement de cette tension dialectique entre unité et diversité, n’est malheureusement ni renseignée ni utilisée pour décrire et analyser de quelle façon les phénomènes décrits varient dans l’espace et dans le temps. En creux, l’ouvrage met ainsi au jour l’enjeu de production de cadres d’analyse intermédiaires des banlieues populaires, à équidistance des approches monographiques qui surestiment les singularités et les contingences locales d’un côté, et des analyses macroscopiques qui les font disparaître de l’autre. L’enjeu n’est pas seulement scientifique. Il est aussi politique, en ce qu’il conditionne le changement de regard sur les quartiers et le changement d’approche des politiques publiques qui les prennent pour objet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renaud Epstein, « Michel Kokoreff, Didier Lapeyronnie, Refaire la cité. L’avenir des banlieues », Métropoles [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://metropoles.revues.org/4818

Haut de page

Auteur

Renaud Epstein

Maître de conférences en science politique
Laboratoire Droit et Changement Social (CNRS - Université de Nantes)
renaud.epstein@univ-nantes.fr

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org