Navigation – Plan du site
Recensions

Carlo Trigilia, Non c’è Nord senza Sud. Perché la crescita dell’Italia si decide nel Mezzogiorno

Il Mulino, Bologna, 2012
Deborah Galimberti
Référence(s) :

Carlo Trigilia, Non c’è Nord senza Sud. Perché la crescita dell’Italia si decide nel Mezzogiorno, Il Mulino, Bologna, 2012

Texte intégral

1Carlo Trigilia, l’un des chercheurs ayant le plus travaillé sur le thème du développement local en Italie, nous propose, dans cet essai court mais très dense, une réflexion lucide sur l’état de l’art des rapports Nord-Sud dans l’Italie des années 1990-2012. Le livre braque les projecteurs sur un enjeu resté largement absent de la campagne électorale de 2013 et du débat politique récent : la question du Mezzogiorno (Gatinois, 2013)..Par ailleurs, il aborde plusieurs thématiques qui sont au centre des réflexions de la recherche urbaine et territoriale en Italie et ailleurs : la relation entre croissance nationale et territoires, les rapports entre classe politique et société civile, le lien entre culture civique et développement.

  • 1  « Il n’y a pas de Nord sans le Sud. Pourquoi la croissance en Italie se décide dans le Mezzogiorno (...)

2Le titre1 est explicite quant à la thèse de l’auteur : l’Italie, si elle veut reprendre le chemin de la croissance, ne peut pas s’exonérer d’apporter une réponse à la question du Mezzogiorno. A l’appui de cet argument, l’auteur consacre les trois premiers chapitres du livre à une relecture critique des réflexions et des politiques menées en faveur ou (parfois indirectement) en défaveur du développement du Mezzogiorno pour aboutir ainsi à une reproblématisation des rapports Nord-Sud. En conclusion, l’auteur se livre à un exercice de prescription réformatrice en développant des propositions destinées à favoriser la relance de l’économie méridionale. Au fond, il cherche à démontrer l’idée qu’un développement autonome, auto-entretenu, du Sud, avec une réduction des dépenses publiques, est une voie possible. Pour Trigilia, cette idée d’un développement autonome repose sur deux démarches complémentaires : la mise en œuvre de politiques actives d’investissement et de valorisation des services et biens collectifs des villes et des territoires, d’une part, et la refondation du rapport entre société civile et classe politique, d’autre part.

  • 2  Ensemble d’études historiques et économiques développées pendant la période post-unitaire et s’int (...)

3Dans les deux premiers chapitres, l’auteur s’attache d’abord à discuter les thèses dominant le débat politique et public sur la relation entre Nord et Sud. Ce faisant, il revient sur les caractéristiques du modèle de développement économique italien de l’après-guerre, pour souligner ensuite les motivations économiques et sociales justifiant une attention renouvelée au développement du Sud. Trigilia rappelle que la question des rapports entre Sud et Nord a souvent été construite en fonction de motivations et de présupposés idéologiques et politiques. L’idée d’un Sud exploité, dont le sort a été soumis à des choix politiques favorables au Nord, est un argument qui enfonce ses racines dans le meridionalismo2 plus ancien. S’il est vrai que les aides en faveur du Mezzogiorno ont subi une forte contraction dans les toutes dernières années, cette thèse d’un Sud exploité tend à sous-estimer selon l’auteur les très considérables redistributions dont le Mezzogiorno a pu bénéficier pendant tout l’après-guerre (avec des montants variant entre 0,5 et 1 % du PIB national selon les années). De la même façon, l’idée inverse d’un Nord étouffé et freiné dans son développement, qui s’est récemment imposée dans le débat scientifique (Ricolfi, Debernardi, 2010), semble oublier le fait que le Mezzogiorno a été un réservoir de demande interne pour les entreprises du Nord. Pour l’auteur, il n’existe ni exploitant, ni exploité. La stagnation économique nationale et la persistance des fortes inégalités entre Nord et Sud sont à imputer à un modèle pervers et inefficace de développement, qui a été mis en crise par les changements des conditions internationales. Trigilia considère que, pendant les années 1970 et 1980, le dynamisme de la troisième Italie des districts a joué comme une sorte d’alibi pour retarder des réformes. Cela a débouché sur un « désordre public » des comptes de l’Etat, qui s’est traduit par l’augmentation non contrôlée de la dépense. Les défis compétitifs posés par la globalisation des marchés et l’entrée dans l’Union européenne ne font que rendre plus impérative une révision de ce modèle de développement et, par conséquent, de la relation Nord-Sud.

  • 3  La nouvelle programmation se fondait sur la mobilisation des ressources et acteurs locaux, et donc (...)
  • 4  A titre d’exemple, nous rappelons l’élection directe du maire (1993), la réforme du titre V de la (...)

4C. Trigilia propose, dans le troisième chapitre, véritable cœur de l’ouvrage, une analyse rétrospective très lucide des deux thèses principales au prisme desquelles la faillite des politiques en faveur du Mezzogiorno a été couramment interprétée. En premier lieu, il discute la thèse dite « des aides économiques insuffisantes ». En s’appuyant sur de nombreuses études de la Svimez (Associazione per lo sviluppo dell’industria nel Mezzogiorno), il nous montre le biais qualitatif masqué par cet argument. La majorité des transferts au Sud ont en effet concerné les services et les prestations sociales de base, en négligeant la partie destinée à l’investissement. Le problème ne concerne pas le montant des aides (très consistant), mais plutôt leur destination. Ensuite, l’auteur s’attaque au filon de pensée d’inspiration néo-culturaliste, axé sur la dotation en capital social. Cette perspective s’est imposée à partir des années 1990 et a inspiré les nouvelles politiques pour le Mezzogiorno. Si Trigilia en reconnaît l’intérêt, il montre aussi que le focus sur la faiblesse historique de la dotation des régions du sud en capital social a amené à sous-estimer la responsabilité des pratiques politiques dans la perpétuation de cette situation. Il propose donc un schéma analytique alternatif qui remet au centre de l’analyse les liens (pervers) entre absence de culture civique et mécanismes politiques. Dans de nombreux cas, la nouvelle programmation des années 19903 s’est traduite par des incitations indifférenciées aux entreprises, en dehors de tous projets collectifs (les pactes territoriaux n’en représentent qu’une partie très réduite). Trigilia met l’accent sur l’usage clientéliste et distributif des fonds publics alloués dans le cadre de la programmation par les collectivités locales. Il met également en cause l’excessive autonomie (sans responsabilisation politique) que les réformes de décentralisation des vingt dernières années4 ont accordée à ces collectivités. De leur côté, les partis politiques nationaux ont largement soutenu ce modèle, considérant le Mezzogiorno comme une « armée électorale de réserve », à travers un mécanisme très net d’échange politique : consensus versus ressources. Cela n’a fait qu’accentuer la tendance au particularisme (entendu comme préservation des intérêts particuliers) de la demande politique locale et le déclin de la culture civique. Un cercle vicieux entre faible culture civique et clientélisme politique s’est donc instauré.

  • 5  Dans cet ouvrage, Sabino Cassese, juge constitutionnel depuis 2005, l’un des experts majeurs de dr (...)

5Carlo Trigilia consacre le dernier chapitre de son ouvrage aux propositions qui lui semblent de nature à permettre de sortir de ce cercle vicieux. Il propose une réflexion très stimulante sur le rôle des instances territoriales associatives (patronat, Eglise) qui, trop souvent, ont fait passer les compromis et les intérêts particuliers avant l’intérêt collectif. Trigilia invite à repenser la notion de « federalismo » (la dévolution à l’italienne), et plaide pour un « retour du centre », à savoir un renforcement du rôle régulateur de l’Etat central, afin de compenser les caractéristiques négatives de ce qui est couramment identifié dans la littérature sous le nom de stateless society (Cassese, 2011)5. Il insiste enfin sur la nécessité d’utiliser les atouts territoriaux (le patrimoine culturel, le paysage, l’agriculture, les universités), pour lesquels la demande globale est en forte croissance et qui ont pourtant été trop souvent délaissés, à travers la promotion de politiques d’investissement ciblées vers les services et les biens collectifs pour les entreprises et les citoyens.

  • 6  Cette dernière se fondait sur la mobilisation des ressources et des acteurs locaux, et donc sur la (...)

6Formuler des critiques à l’égard de cet ouvrage n’est pas chose aisée. Laissant de côté sa dimension prescriptive, nous allons nous concentrer davantage sur sa portée scientifique. Le livre suscite en effet de nombreuses réflexions au cœur des débats sur le développement local. A notre avis, deux thèmes ressortent de façon nette : l’entrelacement entre recherches et doctrines de développement, d’une part, et la place des facteurs politico-institutionnels dans les cadres analytiques appliqués aux mécanismes de développement territorial, d’autre part. Le premier aspect est explicitement soulevé par l’auteur dans l’analyse des résultats très contrastés des expériences de la nouvelle programmation6. Trigilia invite à s’interroger sur la vague d’optimisme (affectant aussi le monde académique) qui a accompagné la mise en œuvre de ces politiques. En ce qui concerne la place des facteurs politiques, l’auteur, sans nier la contribution des études néoculturalistes sur le développement local, revendique la centralité des facteurs politico-institutionnels. Cet argument se retrouve aussi dans sa proposition (politique) d’un « retour au centre » pour assurer un meilleur contrôle de l’emploi des ressources. C. Trigilia nous rappelle ainsi que les études sur le développement local doivent tenir compte des formes institutionnelles des Etats-nations et des relations politiques entre centre et périphérie.

  • 7  Cette catégorie analytique a été construite pour interroger les facteurs locaux (ressources matéri (...)

7L’un des propos les plus intéressants du livre, à savoir la remise en cause des idées dominantes sur le développement du Sud, nous amène à formuler notre principale remarque. L’auteur nous invite à repenser nos catégories d’analyse, en critiquant des approches jugées trop manichéennes, à la fois sur la relation Nord-Sud (chapitre 1) et sur les explications de la faillite des politiques en faveur du Mezzogiorno (chapitre 3). Dans le chapitre conclusif, il appuie son analyse et son propos prescriptif sur la notion de « biens collectifs pour la compétitivité », développée avec d’autres chercheurs dans un autre ouvrage (Crouch et al. 2001)7. A cet égard, il faudrait mieux éclaircir les mécanismes permettant d’expliquer la relation entre la valorisation des ressources locales à travers les investissements dans les biens et services collectifs et les processus de développement territorial. Toutefois, cette remarque ne remet pas en cause l’intérêt de la notion de « biens collectifs pour la compétitivité ». Elle vise plutôt à inciter à de nouvelles recherches comparatives empiriquement fouillées donnant plus de pouvoir analytique à cette notion.

8Cela dit, il faut resituer cette contribution dans le cadre de son ambition principale, celle de permettre de sortir la question méridionale de la zone d’ombre dans laquelle elle avait été cantonnée. Sur ce plan, l’ouvrage de Trigilia réussit le pari de remettre le développement du Sud au centre des préoccupations scientifiques et politiques. Du développement de ces régions dépend la compétitivité nationale mais aussi la fortune des grandes villes et des régions du Nord. Au moment où les villes, et plus spécifiquement les grandes métropoles, attirent l’attention de la classe politique sur leur rôle de catalyseurs des ressources et des investissements publics (champions nationaux) (Crouch, Le Galès, 2012), l’auteur nous rappelle qu’un développement unitaire est possible et même souhaitable économiquement. La contribution de Trigilia invite donc tant les acteurs politiques que les chercheurs en sciences sociales à porter un regard (renouvelé) et attentif sur les processus et mécanismes soutenant le développement à l’échelle locale, et sur leurs relations avec la croissance nationale.

Haut de page

Bibliographie

Cassese, S. (2011), L’italia, una società senza Stato ?, il Mulino, Bologne.

Crouch, C., Le Galès, P., Trigilia, C., Voelzkow H. (2001), Local production systems in Europe  : rise or demise ?, Oxford University Press,  Oxford ; New York.

Crouch, C. et Le Galès, P. (2012), “Cities as National Champions”, Journal of European Public Policy, 19, 3, pp. 405‑419.

Gatinois, C. (2013), “Le Mezzogiorno en crise, grand oublié de l’agenda politique italien”, Le Monde, 22 février.

Ricolfi, L., Debernardi, L. (2010), Il sacco del Nord : Saggio sulla giustizia territoriale, Guerini, Milan.

Haut de page

Notes

1  « Il n’y a pas de Nord sans le Sud. Pourquoi la croissance en Italie se décide dans le Mezzogiorno ». [notre tr.]

2  Ensemble d’études historiques et économiques développées pendant la période post-unitaire et s’intéressant au processus d’intégration du Mezzogiorno dans la structure politique, économique et culturelle du Royaume d’Italie.

3  La nouvelle programmation se fondait sur la mobilisation des ressources et acteurs locaux, et donc sur la promotion du capital social comme facteur de développement.

4  A titre d’exemple, nous rappelons l’élection directe du maire (1993), la réforme du titre V de la constitution (2001), prévoyant un élargissement des champs de compétence des régions (gestion exclusive de la santé publique), les projets de lois sur le fédéralisme fiscal (2009).

5  Dans cet ouvrage, Sabino Cassese, juge constitutionnel depuis 2005, l’un des experts majeurs de droit administratif, s’attache à décrire un paradoxe italien selon lequel il est reproché à l’Etat d’être à la fois envahissant et faible, en raison de la présence d’une administration pléthorique mais inefficace.

6  Cette dernière se fondait sur la mobilisation des ressources et des acteurs locaux, et donc sur la promotion du capital social comme facteur de développement.

7  Cette catégorie analytique a été construite pour interroger les facteurs locaux (ressources matérielles et immatérielles) expliquant les modèles de développement des économies locales dans plusieurs contextes nationaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Deborah Galimberti, « Carlo Trigilia, Non c’è Nord senza Sud. Perché la crescita dell’Italia si decide nel Mezzogiorno », Métropoles [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://metropoles.revues.org/4700

Haut de page

Auteur

Deborah Galimberti

TRIANGLE (UMR 5206), Université Jean Monnet de Saint-Étienne, Université de Lyon
deborah.galimberti@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org