Navigation – Plan du site
Recensions

Giuseppe Dematteis (dir.), Le grandi città italiane. Società e territori da ricomporre

Venezia Marsilio, 2011
Raffaella Iacovino
Traduction de Gilles Pinson
Référence(s) :

Le grandi città italiane. Società e territori da ricomporre, Giuseppe Dematteis (dir.), Venezia Marsilio, 2011

Notes de la rédaction

Traduit de l’italien

Texte intégral

1Intervenant dans le débat plus large sur les grandes villes et leur rôle économique et social au niveau national et transnational, le livre propose une analyse multidisciplinaire, large et cohérente de la question urbaine en Italie, en réunissant les résultats d’une étude sur le gouvernement urbain conduite par le Conseil italien pour les sciences sociales (CSS) entre 2008 et 2011. Les évaluations, diagnostics et les propositions d’action qui sont ressortis de l’étude ont été intégrés et résumés dans le « Livre blanc sur le gouvernement des villes italiennes » qui clôt le volume et à travers lequel les auteurs, s’adressant aux acteurs politiques, institutionnels, économiques et sociaux, aux médias et au grand public, s’efforcent d’animer le débat public italien sur les questions urbaines.

2Le constat d’une ville métamorphosée, tant du point de vue des fonctions qu’elle exerce que du point de vue de ses formes spatiales, sociales et institutionnelles, est le fil conducteur de l’ensemble du volume. Les grandes villes italiennes ont un potentiel à exploiter du fait des ressources dont elles disposent (infrastructures, patrimoine culturel, entreprises, institutions culturelles, capital humain et social) et des fonctions stratégiques qu’elles opèrent ; dans le même temps, elles sont confrontées à des problèmes et des difficultés découlant des changements économiques et sociaux radicaux qui ont caractérisé les dernières décennies. Les chapitres 2, 4 et 5 sont consacrés à l’analyse de certains des changements majeurs qui ont affecté le tissu social urbain. Dans le chapitre 2, Guido Martinotti met en lumière les changements qui ont conduit à l’émergence d’une nouvelle entité, la métaville (meta-città). Cette dernière s’étend au-delà des limites de la ville traditionnelle, nécessite des structures administratives qui dépassent les municipalités et qui représentent et répondent aux besoins d’une population qui n’est plus uniquement celle qui réside dans les limites administratives mais celle qui, plus largement, y travaille, y consomme et contribue à son développement. Piero Amerio, dans le chapitre 4, en insistant sur les aspects subjectifs et psychosociaux de la vie urbaine, se concentre sur deux questions importantes dans la réflexion sur la gouvernance de la ville : l’enjeu de la sécurité, d’une part, qui a la particularité d’être à la frontière entre sphère individuelle et sphère collective, évaluation objective et évaluation subjective, et celui de la participation et de l’empowerment, d’autre part. Dans le chapitre 5, Tiziana Caponio propose une réflexion sur la relation entre les villes et l’immigration. La question de la migration, qui est encore aujourd’hui prise en charge en Italie comme un enjeu de sécurité et gérée dans une urgence permanente, nécessite l’invention de véritables politiques urbaines visant à favoriser l’intégration des migrants et leur participation à la vie sociale.

3Pour affronter tous ces défis politiques, sociaux et économiques, il faut des gouvernements urbains innovants capables de gérer la complexité, de mettre en œuvre des politiques intégrées, de promouvoir la compétitivité du territoire, tout en poursuivant des objectifs sociaux. Or, ce qui ressort de l’analyse comparative des politiques (policies) et de la vie politique urbaine (politics) dans quatre villes italiennes (Turin, Milan, Rome, Naples), telle qu’elle est présentée dans le chapitre 7, c’est plutôt une difficulté préoccupante de la part des leaders politiques à prendre conscience du rôle potentiel de moteurs du développement régional et national que les villes italiennes peuvent jouer.

4La complexité croissante des problèmes urbains, la fragmentation du processus décisionnel et des dispositifs institutionnels mettent en évidence la nécessité d’une recomposition sociale et territoriale, que les auteurs ici réunis appellent de leurs vœux au travers en particulier du titre du livre. Cette recomposition doit s’opérer verticalement, en repensant l’articulation entre les acteurs institutionnels et extra-institutionnels opérant à différentes échelles, et horizontalement en réorganisant les relations entre les communes qui constituent les systèmes métropolitains. Tout cela pose bien entendu la question cruciale de la réforme du gouvernement de la métropole, qui s’impose comme une condition préalable pour résoudre les principaux problèmes des grandes villes italiennes. La fragmentation des pouvoirs publics induit inévitablement leur faiblesse ; la nature multi-scalaire des processus urbains et la réorganisation territoriale de la ville exigent le dépassement des visions et des logiques d’action municipalistes. Partant de ce constat, Paolo Urbani, dans le chapitre 9, défend l’idée de gouvernements métropolitains opérant sur des territoires plus vastes que les territoires municipaux, en mesure d’assurer une meilleure gestion des services urbains et capables de traiter d’égal à égal avec des acteurs privés de plus en plus impliqués dans des domaines clés de la politique urbaine. L’urbanisme concédé (urbanistica contrattata) fournit un exemple de l’urgence à doter les métropoles de gouvernements compétents. La vente de droits à construire à des acteurs privés en échange de la réalisation d’équipements publics risque de se faire au détriment de l’intérêt général si elle est effectuée par des administrations urbaines fragmentées et incompétentes. L’incapacité à gérer la ville comme un système unifié et intégré, la dette publique et la réduction des transferts de l’Etat aux collectivités locales ont joué un rôle important dans la spéculation immobilière. Dans le chapitre 3, Lorenzo Bellicini soutient l’idée selon laquelle les autorités publiques ont bradé les droits à construire afin d’assurer des rentrées financières et fiscales et de combler les déficits, tout cela sans jamais bien évaluer les situations de rente foncière qu’elles contribuaient à créer en participant ainsi à la spéculation immobilière. Dans le chapitre 8, Luigi Mazza examine le rôle de la planification urbaine comme composante technique du gouvernement visant à l’application de normes et de connaissances techniques pour la gestion de l’espace urbain. Selon l’auteur, lorsqu’elle véhicule une trop forte ambition politique et idéologique, l’activité de planification politique devient peu efficace. C’est à ceux qui exercent des fonctions politiques de gouvernement du territoire que doit revenir la responsabilité de distribuer des droits de propriété, de transformation et d’usage des sols.

5La dimension institutionnelle de la question urbaine est traitée dans le chapitre 10 par Marco Cammelli qui met l’accent sur le décalage entre l’organisation actuelle des autorités locales, qui fonde le régime juridique de la ville, et la nécessité d’un système de gouvernance urbaine capable de « faire système » et d’intégrer les décisions, les politiques, les acteurs et les niveaux institutionnels. Les profonds changements qui ont affecté les gouvernements locaux ont également des implications institutionnelles (par exemple la complexité croissante des processus décisionnels, l’interdépendance entre les différents niveaux institutionnels, l’externalisation des fonctions urbaines) et nécessitent des réponses organisationnelles adaptées, qui ne soient pas standardisées et uniformisantes et qui tiennent compte des différences entre les contextes territoriaux. La proposition formulée par Cammelli est de doter les villes de statuts différenciés, autrement dit, d’arrangements institutionnels, de systèmes de compétences et d’extraction des ressources déterminés en fonction des besoins locaux et à travers un processus de négociation avec le gouvernement central. Dans le même ordre d’idées, Carlo Donolo analyse dans le chapitre 6 la question de la gouvernabilité en défendant l’idée selon laquelle les structures politiques devraient s’adapter et refléter la nature des processus urbains. La complexité, les enchevêtrements, le désordre, la fragmentation de ces processus appellent une gouvernance urbaine souple et stratégique, un « gouvernement faible », étranger au modèle du « command and control », qui sache s’adapter à l’évolution du phénomène urbain, à la fois capable d’apprentissage et d’auto-ajustement et en mesure de développer des projets intégrés.

6En combinant l’analyse des principaux enjeux et défis auxquels sont confrontés les gouvernements des grandes villes avec l’intention de fournir des lignes directrices pour renforcer leur capacité de décision, le livre fournit ainsi une vision cohérente du système politique urbain, à partir de laquelle il est possible de reconnaître et d’exploiter le potentiel des grandes villes italiennes.

7Certaines des thématiques analysées par les auteurs de l’ouvrage -la privatisation des services publics, l’importance accordée aux objectifs de développement et de compétitivité, l’implication croissante des acteurs privés-, semblent confirmer l’actuelle orientation néolibérale des politiques urbaines. La reconnaissance de cette tendance peut enrichir et stimuler le débat sur la question urbaine en Italie. Comme le soulignent les auteurs du chapitre 7, Fabio Amato, Matteo Bolocan Goldstein, Marco Cremaschi, Francesca Governa, Gabriele Pasqui, réduire l’ensemble des transformations et des problèmes que connaissent les villes à l’affirmation d’un modèle unique de ville néolibérale est sans doute hasardeux. Toutefois, le processus de néolibéralisation des politiques urbaines ne conduit pas nécessairement à la disparition des différences nationales ou régionales. Reconnaître le caractère « path-dependent » de ce processus de néolibéralisation c’est, à l’inverse, admettre son caractère protéiforme et ses variations dans l’espace et le temps ainsi que sa capacité à prendre des visages différents, en fonction de ses interactions avec les cadres socioéconomiques et géo-institutionnels existants. Débarrassé de toute charge idéologique, le débat sur le néolibéralisme et la néolibéralisation peut fournir, dans ce contexte, un cadre général dans lequel inscrire, lire et interpréter les transformations urbaines, réfléchir au gouvernement des villes italiennes et aux interactions entre le secteur public et le marché qui, de manière croissante, conditionnent les activités de gouvernement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raffaella Iacovino, « Giuseppe Dematteis (dir.), Le grandi città italiane. Società e territori da ricomporre », Métropoles [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://metropoles.revues.org/4696

Haut de page

Auteur

Raffaella Iacovino

PhD Student, Department of Social and Economic Science, Sapienza University of Rome

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org