Navigation – Plan du site
Recensions

Sylvie Tissot, De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste

Paris, Raisons d’agir éditions, 2011
Stéphane Cadiou
Référence(s) :

Sylvie Tissot, De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Paris, Raisons d’agir éditions, 2011

Texte intégral

1En quelques années, la gentrification est devenue une thématique particulièrement prisée dans les études urbaines francophones pour décrire la revalorisation de quartiers anciennement populaires et/ou dégradés. Ce succès a suscité une tendance à la répétition des mêmes arguments avec une focalisation sur quelques figures-clés (comme les artistes bohèmes ou les professions intellectuelles souvent considérés comme « pionnières ») et sur quelques quartiers parisiens. De ce point de vue, l’ouvrage de Sylvie Tissot apporte une contribution originale et salutaire à ce domaine de la sociologie urbaine par l’étude d’un terrain américain ‑ un quartier (South End) de Boston – investi par un groupe d’un genre particulier : des résidants plutôt fortunés, issus des classes moyennes supérieures, et d’inclination progressiste. Ce terrain fournit la matière à une belle analyse des mécanismes de revalorisation, matérielle et symbolique, des espaces urbains. Mais l’un des atouts de l’ouvrage est d’aller au-delà pour nous livrer une lecture plus ambitieuse de la redéfinition des rapports de pouvoir entre les groupes sociaux : autant que la requalification d’un quartier, l’auteure nous donne à voir un « groupe en train de se constituer en instituant les frontières qui le distinguent des autres » (p. 301). L’étude de la mutation du quartier va de pair avec celle des frontières sociales et des modes de domination. De ce fait, la lecture de l’ouvrage intéressera bien au-delà du cercle des sociologues de l’urbain et des quartiers.

2À ce titre, la lecture de l’ouvrage pourrait bien s’imposer comme une suggestion particulièrement utile dans les bibliographies des enseignements méthodologiques. L’auteure revient longuement, en effet, sur les conditions et les modalités de déroulement d’une enquête ethnographique qui s’est déployée principalement dans le milieu associatif (associations caritatives et de quartier). S. Tissot rend compte (notamment dans le chapitre 1) des « ficelles » et des difficultés de l’immersion dans un espace de « dominants ». Elle n’hésite pas à dévoiler ses dispositions personnelles (qu’elles soient sociales ou militantes) à un tel travail et, en même temps, sa gêne à l’égard de certaines pratiques de distinction sociale. Son étude repose sur la mobilisation d’un vaste matériau de données qualitatives issues à la fois d’entretiens, d’observations de réunions et de fundraisings (opérations de collecte de fonds), d’archives administratives et privées, de participations à des événements (soirées, festivals, promenades…). Néanmoins, l’auteure montre tout ce que le travail de collecte de données, loin d’être le résultat d’une stratégie totalement planifiée, doit à des « alliés » et des « informateurs privilégiés », à une audace relationnelle et une exploitation d’opportunités (comme l’occupation d’un logement et la garde d’un chien permettant d’accéder aux parcs, espaces signifiants dans le quartier), à des doutes et des épisodes délicats (comme le malaise du bal de la Société historique, p. 181). Par ailleurs, le « tour ethnographique » pris par l’enquête est indissociable du mode de construction du terrain. En effet, plutôt que d’objectiver a priori une catégorie sociale (sur une base résidentielle ou socioprofessionnelle), S. Tissot fait de la formation et de la délimitation du « groupe » des gentrifieurs un enjeu-clé de la recherche. Par une démarche inductive, elle suit l’engagement associatif d’habitants du quartier ‑ principalement blancs – qui sont parvenus à se constituer en une « élite de quartier » tout en transformant un espace dégradé. S’inspirant à la fois de l’étude d’Elias sur la communauté de Winston Parva et du concept de « capital d’autochtonie » développé par J.-N. Retière, l’analyse restitue alors les conditions (contextuelles, biographiques, morales…) d’un « pouvoir local » fondé sur la maîtrise de l’espace.

3Ce pouvoir des gentrifieurs se mesure à l’ampleur de la transformation du South End. Affecté, comme tant d’autres villes américaines après 1945, par le mouvement de désertion des classes moyennes vers les banlieues, ce quartier ancien de centre-ville à Boston se transforme en une slum area (ou « zone de taudis ») accueillant des populations noires et hispaniques. Quelques décennies plus tard, le changement est patent : les blancs sont majoritaires, passant de 39,3% de la population du quartier à 50% entre 1980 et 2000. De skid row (« mal famé »), le quartier est devenu à la fois mixte, branché et gay friendly. Il obtient en 1983 le label de quartier historique notamment pour ses maisons de ville (brownstones). Entre-temps, de nouveaux propriétaires blancs se sont installés durablement et mobilisés activement à travers le tissu des associations de quartier. Celles-ci vont bénéficier, à partir de la fin des années 1960, des opportunités offertes par la fin des politiques de démolition et par le souci de la municipalité de trouver de nouveaux interlocuteurs pour négocier une politique de réhabilitation. Sous la férule du maire démocrate Kevin White, les autorités locales s’engagent en faveur de programmes sociaux pour enrayer la dégradation et répondre au mouvement des droits civiques. Ces autorités ont aussi à l’esprit d’élargir leur base électorale et, plus encore, de « refonder l’appareil municipal et politique de la ville » (p. 68) fondé traditionnellement sur des machines politiques clientélistes. Bref, la politique de réhabilitation converge à cette époque avec une entreprise de modernisation politique qui stimule un renouvellement des méthodes urbanistiques. La mairie met ainsi en place des dispositifs de concertation. Toutefois, soucieuse d’en contrôler les usages et de ne pas se laisser déborder par des activistes, elle « s’efforce de repérer et de sélectionner des interlocuteurs susceptibles de soutenir son entreprise de rénovation, et notamment les habitants récemment arrivés dans le South End, et plus sensibles que les militants radicaux à son ‘progressisme éclairé’ » (p. 70). Dans ce contexte, qui est à la fois celui des luttes américaines et des politiques urbaines, les associations investies par les nouveaux propriétaires blancs conquièrent progressivement une place privilégiée. Néanmoins, la gentrification est encore loin d’être garantie. L’auteure revient notamment sur les rivalités au sein du tissu associatif local. L’accélération de la requalification du quartier n’interviendra que sous l’effet conjugué de l’action municipale (avec la vente de terrains), de mécanismes économiques et immobiliers (apparition d’un nouveau marché de condominiums par la découpe de maisons entières pour répondre à la demande), de l’investissement de promoteurs et de l’alliance des résidants blancs progressistes avec des entreprises locales communautaires (les Community Development Corporations). Enfin, s’ouvre à partir du milieu des années 1990 une nouvelle phase, de mutation commerciale, soutenue par une structure parapublique et des financements privés (fondations, dons, entreprises…), qui modifie la « vitrine » du South End. Au fil de ces étapes qui s’étalent sur plusieurs décennies, l’auteure décrit un « resserrement du champ associatif sur le groupe de propriétaires blancs » (p. 87). Celui-ci est donc parvenu à asseoir son autorité en s’engageant pour et dans le quartier, ce qui l’a conduit à occuper « un espace d’intervention dans la gestion des affaires publiques » (p. 99). Le prix en a été une élévation du coût d’entrée dans le quartier avec des effets de sélection sociale particulièrement importants.

4La constitution de cette « élite de quartier » revêt pourtant une dimension morale. Elle s’est faite sous la bannière de la mixité (diversity) qui spécifie ce groupe de la haute bourgeoisie conservatrice. L’avènement d’un tel mot d’ordre marque bien une ouverture aux diverses catégories déviantes et/ou paupérisées de la population. Par ailleurs, son atout est de ne pas rallumer les mèches de la contestation en « diluant la question raciale dans une multitude de catégories qui forment la diversité » (p. 141). Les défenseurs de la mixité s’emploient ainsi à militer au sein d’associations caritatives, à organiser des réunions de débats, des activités philanthropiques ou des promenades guidées, à servir des repas aux sans-logis et à participer à la gestion de foyers d’accueil… Toutefois, la mixité ne se décrète pas. Comme le constate l’auteure, malgré des efforts d’ouverture, les manifestations concrètes de mixité sont rares. Les événements organisés par les associations, tels les fundraisings, ne parviennent qu’exceptionnellement à attirer des non-blancs. Plus encore, le souci d’ouverture est, lui-même, limité par le souci des propriétaires blancs de préserver leur hégémonie sur les normes de vie et les modes de relations au sein du quartier. La mixité ne semble donc satisfaire l’élite du quartier que dans la mesure où elle demeure contenue. Intégrer des populations sans se fondre avec elles : tel est le défi des classes moyennes supérieures. Une grande partie de l’ouvrage repose alors sur l’analyse des stratégies de distanciation, sur ce « contrôle exercé sur tous ceux qu’il s’agit de transformer en ‘bons voisins’ » (p. 149).

  • 1  P. Fournier, S. Mazzella, dir., Marseille, entre ville et ports, Paris, La Découverte, 2004

5Parallèlement à l’entretien d’une sociabilité associative interne à leur groupe, ces propriétaires s’emploient à fixer les règles et les limites de la coexistence sociale. Pour cela, ils actualisent de subtiles formes de distinction sociale à travers, par exemple, une valorisation du patrimoine architectural victorien (plutôt que de la culture alternative), un privilège accordé aux restaurants chics (servant de la cuisine française notamment) et aux cavistes (plutôt qu’aux bars populaires, aux fast-foods et pizzerias relégués dans les rues périphériques). L’offre du quartier permet ainsi d’effectuer une mise à distance de ceux qui sont peu disposés à goûter cette diversité commerciale et culinaire (p. 248-266). Le contrôle se décline aussi comme un refus des « lieux exclusifs » : qu’il s’agisse de populations noires, pauvres ou gays, les différences doivent demeurer sous contrôle et ne pas s’afficher (trop) ouvertement dans l’espace public. Enfin, même dans les lieux de proximité physique (comme les espaces publics), d’autres stratagèmes interviennent pour réguler les comportements et sélectionner les usagers. La mise à distance se joue par exemple jusque dans la détention d’animaux et l’appropriation de parcs à chiens (dog run) conçus pour éloigner les « dealers », les prostituées et les clochards (p. 287). Autrement dit, la dog friendly se révèle être l’une des expressions de ce mélange d’ouverture et de distinction, de progressisme et de méfiance sociale caractérisant le nouveau South End. Toutes ces modalités de contrôle rendent compte du pouvoir acquis par des propriétaires dans la gestion d’un quartier. On regrettera toutefois que l’auteure ne s’attarde guère sur les pratiques populaires de résistance, de contournement ou de contestation de cette gentrification. Cela aurait permis de contraster la lecture de plus en plus univoque qui en est faite au fil des pages. En effet, la transformation urbaine doit souvent composer avec des temporalités, des échelles, des intérêts hétérogènes1. Elle peut aller de pair avec des comportements qui, sans nécessairement prendre la forme d’une protestation collective, lui confèrent un aspect hétéroclite.

6Au final, à travers l’étude d’un processus de gentrification ayant mobilisé ici non pas les pionniers traditionnels du monde artistique mais des propriétaires de classes moyennes supérieures, l’auteure fournit une illustration particulièrement convaincante et ambitieuse de l’enquête de terrain en sociologie urbaine. Loin de s’enfermer dans un quartier, elle aborde des enjeux plus généraux. Elle livre notamment une réflexion sur des phénomènes politiques de première importance. Elle éclaire les mécanismes de notabilisation liés à l’engagement dans un quartier que l’on pourrait assurément rapprocher d’autres modes d’action associés aux dispositifs de « proximité » sur le continent européen. Plus généralement, elle scrute les mutations de la gauche progressiste américaine et ses manières de gouverner la diversité dans les villes. Mais, cette démarche ambitieuse aurait pu être encore davantage poussée en se tournant vers d’autres horizons. Tout d’abord, il est dommage que l’auteure évacue rapidement, au détour d’une phrase, l’hypothèse de la « la ville néolibérale » (p. 294) qui ne se réduit pas à une seule dimension policière et répressive. Les mutations de l’offre urbaine, décrites au fil des pages de l’ouvrage, s’inscrivent en effet dans une tendance plus globale (comme la recomposition du capital commercial). Mais en quoi ces mutations se singularisent-elles au sein d’un quartier de classes supérieures ? Les commerces branchés du South End échappent-ils à l’emprise de grandes enseignes et de franchiseurs qui standardisent les villes contemporaines ? Sylvie Tissot avance en conclusion l’expression stimulante de « gouvernement de la diversité » (p. 308) qui ouvre la voie à de nouvelles recherches, mais qui suppose, pour cela, d’accorder plus d’importance à l’action publique et aux activités institutionnelles. En effet, en refermant l’ouvrage, le politiste pourra être avide de nouvelles informations relatives aux liens entre la municipalité de Boston et les associations de quartier, à la négociation des politiques de requalification des espaces, au travail politique des élus et à la mobilisation électorale, autant de dimensions qui ne sont qu’épisodiquement abordées. On touche là un défi plus large des études urbaines : parvenir à faire dialoguer de manière efficace les travaux de sociologie urbaine et ceux sur le gouvernement urbain. En se raffinant, les uns comme les autres ont eu tendance ces dernières années à s’autonomiser. C’est là un fossé qu’il importe de combler pour être encore plus ambitieux dans l’analyse.

Haut de page

Notes

1  P. Fournier, S. Mazzella, dir., Marseille, entre ville et ports, Paris, La Découverte, 2004

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Cadiou, « Sylvie Tissot, De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste », Métropoles [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 12 décembre 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://metropoles.revues.org/4602

Haut de page

Auteur

Stéphane Cadiou

Maître de conférences en science politique, Université de Nice Sophia-Antipolis-ERMES (EA 1198), stephane.cadiou@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org