Navigation – Plan du site

Immigration, entreprenariat et ethnicité

Comprendre la création de commerces au sein des populations d’origine immigrée
Antoine Pécoud

Résumés

La création d’entreprises au sein des populations d’origine immigrée est un processus socio-économique important, qui contribue à façonner leur incorporation dans les sociétés occidentales. Cet article analyse la manière dont ce type d’entreprenariat a été abordé par les sciences sociales, et en particulier le rôle qui a été attribué à la notion d’ethnicité pour comprendre l’émergence de ce qui est souvent qualifié d’économie ‘ethnique’. Sur la base d’une étude des activités entrepreneuriales au sein de la population d’origine turque à Berlin, il démontre que l’ethnicité est définie de manière souvent confuse et qu’elle ne saurait caractériser toutes les formes d’entreprises tenues par des immigrés. Trois facteurs sont identifiés, qui sont négligés dans l’approche de l’entreprenariat en termes d’ethnicité : la porosité des frontières entre groupes ; la diversité au sein des économies immigrées ; et le cadre légal et politique dans lequel ces activités économiques se développent.

Business creation among immigrant minorities is an important socio-economic process that contributes to shape their incorporation in receiving societies. This article analyses the way this type of entrepreneurship has been addressed by social sciences, and in particular the role that has been attributed to the notion of ethnicity in understanding the development of what is often called ‘ethnic business’. On the basis of an analysis of Turkish entrepreneurship in Berlin, the article argues that ethnicity is defined in often contradictory manners and that it does not apply to all patterns of immigrant businesses. Three factors are identified, which are neglected in the ethnic approach to entrepreneurship: the porosity of group boundaries; the diversity within immigrant economies; and the legal and political context in which these economic activities take place.  

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La création d’entreprises est depuis plusieurs décennies un phénomène marquant dans l’insertion économique, sociale et culturelle des populations d’origine immigrée. En Europe occidentale comme en Amérique du nord, ces dernières sont fortement représentées dans certains secteurs d’activités commerciales. Si la majorité des entrepreneurs immigrés sont associés au commerce de détail et de proximité, à l’image du traditionnel «Arabe du coin » en France, d’autres secteurs sont également concernés, à commencer par la restauration, la confection, ou l’import-export.

2Il s’agit là d’un phénomène ancien. En 1908, Georg Simmel écrivait que ‘toute l’histoire économique montre que l’étranger fait partout son apparition comme commerçant, et le commerçant comme étranger’ (1990, p. 54). Son observation s’inscrit dans les transformations de l’Europe de l’époque, qui voit converger urbanisation, coexistence de populations d’origines diverses et développement du capitalisme ; le commerce apparaît alors comme une activité qui transcende les formes d’appartenance et de solidarité traditionnelles, et qui favorise les contacts avec l’extérieur et avec les étrangers. Ma Mung (1994a) souligne quant à lui que le nombre de commerçants étrangers était déjà important dans la France d’avant la Première guerre mondiale, avant que la dépression des années 30 et les conflits mondiaux ne constituent un contexte politiquement et économiquement défavorable à leur encontre.

3Depuis trois ou quatre décennies, la création d’entreprises est (re)devenue un recours pour les immigrés et leurs descendants, confrontés à des processus socioéconomiques qui les affectent directement : discriminations, sous-qualifications, restructurations industrielles, chômage, dérégulation du marché de l’emploi ou crise de l’Etat-providence. Ce contexte postfordiste, bien différent de celui qu’observait Simmel, est celui qui fait l’objet de cet article et souligne l’aspect intriguant et largement imprévu de ce processus qui voit des immigrés, souvent situés au bas de l’échelle sociale et initialement destinés à occuper des emplois industriels, devenir des entrepreneurs et même - dans certains cas - des employeurs.

  • 1  Selon Kloosterman et Rath (2003), on recensait en 2003 plus de 1700 publications sur l’entreprenar (...)

4Une littérature importante s’est développée pour comprendre cette inattendue transformation sociale.1 Le but de cet article est d’identifier les principaux arguments mobilisés dans ces débats, et ce dans un contexte qui a vu les travaux anglo-saxons – et surtout nord-américains – exercer une grande influence. Si plusieurs approches ont été mobilisées, celle qui a polarisé la majeure partie des débats se fonde sur la notion d’ethnicité ; nettement plus utilisée en Amérique du nord et en Grande-Bretagne qu’en Europe continentale, cette dernière s’est imposée dans les travaux sur l’entreprenariat immigré – au point que l’expression ‘commerce ethnique’ est très fréquente quand il s’agit de nommer les entreprises tenues par les immigrés. Mais la manière dont cette notion est définie n’est pas toujours claire : ce qui est ‘ethnique’ dans une économie fait l’objet de conceptualisations divergentes, qui vont d’un usage descriptif de cette notion à des analyses sophistiquées des relations entre ethnicité et entreprenariat. Cet article entreprend donc à la fois de comprendre la popularité de cet argument et les différentes manières dont il a été développé, et d’identifier ses points faibles et la manière dont il a été remis en question par certains travaux récents, notamment en Europe.

5Cet article est construit de la manière suivante. Il commence par identifier et décrire trois manières d’analyser l’entreprenariat immigré, centrées respectivement sur des arguments contextuels, de classe et ethniques. Sur la base d’un échantillon de définitions, il se penche ensuite de façon plus détaillée sur le dernier de ces arguments et étudie les différents types de relations entre ethnicité et entreprenariat qui existent dans la littérature. Ces définitions sont confrontées à une étude de cas empirique (l’entreprenariat turc à Berlin), afin d’illustrer un certain nombre de leurs lacunes. Sur cette base, l’article discute des différents types de critiques récemment développées à l’encontre des arguments de type ethnique, et en particulier des cinq facteurs suivants : la diversité interne aux populations d’origine immigrée ; les rapports entre ethnicité et mobilité sociale, ainsi qu’entre ethnicité et genre ; la complexité des frontières entre groupes ethniques ; et les contextes politiques et institutionnels au sein desquels les entrepreneurs évoluent.

1. Trois approches des économies immigrées

6Il est possible d’identifier trois approches des économies immigrées, centrées respectivement sur le contexte, la classe sociale et l’ethnicité.

7La première, développée principalement par des chercheurs britanniques, voit la création d’entreprises comme le produit d’un contexte à la fois social et géographique. Absence d’opportunités alternatives, chômage et discrimination ne laisseraient d’autre choix aux immigrés que de créer leur propre emploi. La ségrégation résidentielle renforcerait ce processus : les entrepreneurs ‘non-ethniques’ de la majorité abandonneraient les commerces situés dans les quartiers immigrés, en raison de leur incapacité à s’adapter aux besoins de cette population et/ou de leur réticence à demeurer dans ces zones urbaines ; cela priverait les populations concernées d’accès aux commerces, et les contraindrait à développer leurs propres entreprises. On reconnaît également là l’argument du ‘marché protégé’ que constitueraient les besoins des populations étrangères, et que les entrepreneurs immigrés pourraient exploiter. Un autre argument lié insiste sur les conditions peu attrayantes (en termes d’horaires de travail ou de retours sur investissement) des secteurs commerciaux investis par les immigrés, lesquelles expliqueraient pourquoi leurs propriétaires, qu’ils soient issus de la majorité ou de groupes immigrés précédemment arrivés, les cèdent aux nouveaux venus (Aldrich, Zimmer et McEvoy,1989 ; Barrett, Jones et McEvoy, 1996 ; Coste, 1994 et Waldinger, 1994).

8Une seconde approche insiste sur les ressources financières et humaines des entrepreneurs. La création de commerces s’expliquerait avant tout par le capital financier et les compétences des immigrés ; la situation spécifique des populations d’origine immigrée ne joue aucun rôle dans cette analyse d’inspiration économique, qui s’appliquerait indifféremment aux entrepreneurs immigrés et non-immigrés. L’argument du ‘marché protégé’, par exemple, ne serait pas pertinent en raison du faible pouvoir d’achat des immigrés, qui ne saurait soutenir la création d’entreprises viables. Ce sont donc les caractéristiques de classe des immigrés qui expliqueraient leur accès à l’entreprenariat ; ainsi, la présence des Asiatiques dans le commerce aux Etats-Unis serait le résultat de leur niveau de formation et de leur capital financier, plus élevés que ceux des Afro-Américains ou des Hispaniques par exemple. L’étonnant processus de transformation sociale évoqué ci-dessus n’en serait donc pas un, et découlerait d’insuffisances dans les travaux empiriques, trop orientés sur des études de cas locales et pas assez sur les statistiques nationales (Bates, 1997; Borjas, 1999).

  • 2  Light et Bonacich écrivent: ‘Ethnic resources are social features of a group which co-ethnic busin (...)
  • 3  Les tontines rotatives sont des formes informelles d’épargne et de crédit, qui voient les membres (...)

9La troisième approche explique l’entreprenariat au sein des populations immigrées par l’ethnicité, et particulièrement par l’existence de ‘ressources ethniques’ qui leur permettraient de compenser leurs handicaps de classe ou la discrimination qui les affecte. Les ressources ethniques sont diversement définies, mais désignent en général un ensemble d’éléments qui vont des compétences spécifiques des migrants à leur organisation en passant par leurs valeurs, attitudes ou institutions sociales.2 La solidarité, notamment, est souvent présentée comme une conséquence directe de l’ethnicité, et comme une source de capital social ; l’appartenance au même groupe atténuerait la compétition entre entrepreneurs, encouragerait le soutien mutuel, accroîtrait la fiabilité des partenaires en affaires, réduirait les coûts de transaction, et permettrait la circulation et le partage d’informations. La solidarité favoriserait également des dispositifs comme les systèmes de ‘tontines rotatives’3 (Light, 1972) et serait particulièrement utile dans des situations de commerce informel où aucun accord écrit ne garantit les transactions. De plus, dans un contexte de mondialisation économique, les liens ethniques permettraient aux immigrés d’avoir recours à des réseaux transnationaux pour développer leur entreprise à l’étranger (Portes, Guarnizo et Haller, 2002).

10Ces différentes approches sont en partie compatibles. Par exemple, certaines recherches ont démontré que les entrepreneurs peuvent avoir recours simultanément à des ressources ethniques et de classe, ou se tourner vers les secondes une fois qu’ils ont épuisé les premières (Light, 1984; Yoon, 1991). De même, selon le modèle développé par Waldinger, Aldrich et Ward(1990), l’entreprenariat immigré résulterait de la combinaison de contraintes subies (approche contextuelle) et des ressources internes aux populations immigrées qui, selon l’approche ethnique, permettent aux immigrés de saisir les opportunités. De façon analogue, les ressources ethniques ont été conceptualisées non comme une caractéristique inhérente aux groupes ethniques, mais comme une conséquence de l’adversité, laquelle inciterait les immigrés à développer une conscience de groupe ; la solidarité et la confiance seraient donc socialement contraintes (Portes et Sensenbrenner, 1993).

11Cela a débouché sur des travaux qui, sur le modèle de l’opposition entre structure et agency, débattent de l’importance respective des contraintes/opportunités externes et des ressources internes. Light, Bhachu et Karageorgis (1993) soutiennent par exemple que les réseaux ethniques des immigrés créent des opportunités nouvelles ; les économies ethniques permettraient par exemple aux femmes d’être actives dans un commerce tout en prenant soin de leur famille, ce qui est plus difficile dans des entreprises non-ethniques. En revanche, d’autres affirment que les immigrés ne feraient que réagir à des conditions externes, et que les ressources ethniques existent certes, mais sans pour autant modifier les rapports de classe (Sassen, 1996).

12Mais malgré ces convergences possibles, ces trois approches présentent des divergences fondamentales, qui correspondent de surcroît aux débats théoriques dans lesquels s’inscrivent les recherches sur l’entreprenariat immigré (Pécoud 2005). La seconde approche, de nature économique et néoclassique, est ainsi critiquée par la sociologie économique pour sa négation de l’encastrement des activités commerciales dans des structures sociales (telle qu’elle est analysée par Granovetter, 1985) ; l’insistance sur des facteurs non-économiques (comme la discrimination ou la solidarité) est une manière d’introduire des éléments sociologiques dans l’analyse d’un phénomène économique. De façon analogue, les ressources ethniques seraient associées à des pratiques commerciales ‘traditionnelles’ ou ‘prémodernes’, habituellement perçues comme antérieures à la révolution industrielle, mais qui s’avéreraient en phase avec des sociétés postfordistes et socioculturellement hétérogènes. L’opposition entre la première et la troisième perspective s’inscrit dans les débats entre un déterminisme structurel d’inspiration marxiste et une approche en termes d’agency et de communauté ; cette dernière s’inscrit dans le cadre plus large des community studies, très développées dans le monde anglo-saxon, et qui soulignent le rôle des différents types de liens qui unissent les individus, et l’impact du partage de valeurs, d’une identité, d’une histoire ou de normes sur les comportements individuels (voir par exemple Blackshaw 2010 ; Etzioni 2001).

13Les travaux sur l’ethnic business ont également été mobilisés dans le débat, à la fois sociologique et politique, entre multiculturalisme et assimilation. L’utilité commerciale de l’ethnicité contredirait la thèse assimilationniste (développée notamment par l’Ecole de Chicago), selon laquelle la perte de la spécificité socioculturelle des immigrés serait la condition de leur réussite socioéconomique. Elle valorise au contraire la différence des immigrés et l’importance de la communauté pour leur intégration et leur mobilité sociale. Les immigrés, plutôt que d’adhérer individuellement aux valeurs et aux normes de la société d’accueil, trouveraient des opportunités économiques au sein de leur propre groupe, et auraient donc intérêt à préserver leur différence vis-à-vis de la société d’accueil. La vie dans la communauté ne piègerait pas les immigrés dans un ghetto aux conséquences négatives (comme l’anomie). Elle leur permettrait au contraire de surmonter leur désavantage grâce à l’action collective ; bien que relativement pauvres et opprimés, les immigrés trouveraient dans leur identité culturelle les ressources nécessaires pour créer des opportunités et échapper au déterminisme social (Portes et Zhou, 1992).

14Un autre contexte intellectuel qui a influencé le débat sur les économies immigrées est celui du ‘rêve américain’, fondé sur l’idée du migrant qui arrive sans ressources et parvient à surmonter les handicaps liés à ses origines, à sa classe ou à son lieu de naissance grâce à son travail - mais aussi grâce aux opportunités d’une société libre et ouverte (Morokvasic, 1991). L’ethnicité s’inscrit alors dans l’histoire sociale de l’immigration aux Etats-Unis, comme une forme de capital social qui permet la mobilité sociale d’immigrés privés de ressources de classe (Min et Bozorgmehr, 2000). L’approche ethnique a donc exercé une très forte influence sur les débats sur l’entreprenariat immigré, comme en témoigne l’usage intensif de notions comme celles d’ethnic business, ou de commerces, enclaves, économies ou niches ethniques.

15Plusieurs facteurs expliquent la popularité de cette approche. L’ethnicité apparaît d’abord comme le seul facteur capable d’expliquer l’intrigante mutation d’immigrés sans ressources en entrepreneurs. Si on adopte une approche purement contextuelle, l’entreprenariat n’est qu’une solution par défaut et son développement devrait rester confiné à la marginalité qui le motive. Dans une perspective de classe, l’entreprenariat immigré est une forme d’entreprenariat comme les autres et rien ne devrait distinguer les commerces tenus par les immigrés des autres. C’est seulement l’introduction de facteurs liés au capital social des immigrés, et donc à leur possible différence socioculturelle, qui permet de rendre compte de la spécificité de ce type d’entreprenariat.

  • 4  ‘Few images can be more ideologically loaded than that of ethnic people getting ahead through busi (...)

16Mais le succès de l’argument ethnique découle également de son attrait idéologique ou politique. En insistant sur la capacité des immigrés à s’en sortir par l’entreprenariat, on valide la pertinence d’un modèle socioéconomique fondé sur la liberté d’entreprendre, qui permettrait à chacun de réussir. Mais on n’adhère pas pour autant aux connotations individualistes de ce modèle socioéconomique, puisqu’on insiste dans le même temps sur l’importance des liens sociaux, de la solidarité ou encore de l’identité au sein d’une population immigrée. Comme le note Waldinger (1995), c’est là un récit dont le pouvoir d’attraction est élevé.4

  • 5  Werbner (1984) établit par exemple un parallèle entre l’éthique protestante et l’« ethos » des Pak (...)

17De plus, là où les arguments de contexte et de classe sont peu sensibles à la spécificité des immigrés, l’introduction de facteurs ethniques permet de rendre compte de la ‘différence’ qui leur est associée, et des caractéristiques sociales et culturelles qui les distingueraient du reste de la population - et qui devraient donc aussi distinguer leurs commerces. Il est intéressant à cet égard d’observer la relation qu’entretient la notion d’ethnicité avec celle de culture : dans une perspective weberienne, la culture des immigrés est parfois entendue comme un ensemble de valeurs, de mentalités ou de croyances qui favoriserait l’entreprenariat5 ; mais la plupart des auteurs rejettent ce culturalisme et insistent, comme indiqué ci-dessus, sur la nature réactive de l’ethnicité. Dans ce contexte, la notion d’ethnicité permet de (ré)introduire la différence ethnoculturelle des immigrés, tout en la conciliant avec une approche sociologique en termes de capital social et en évitant le reproche de réductionnisme culturel.

18La popularité de l’approche en termes d’ethnicité est donc liée à des raisons à la fois scientifiques et politiques. Mais ce lien entre ethnicité et entreprenariat se manifeste sous des formes différentes dans les études empiriques ou théoriques. L’objet de la section suivante est donc d’identifier les différentes manières dont ethnicité et entreprenariat sont associés.

2. Entreprenariat et ethnicité

19La principale question qui se pose lorsqu’on essaye de préciser la manière dont ethnicité et entreprenariat sont associés est ‘qu’est-ce qui rend une économie (ou un commerce) ethnique ?’, ou ‘quand/comment une économie (ou un commerce) devient-elle/il ethnique ?’. Seules certaines activités économiques sont qualifiées d’ethniques et il convient de comprendre pourquoi et comment ce ‘label’ est octroyé. Cette question s’insère dans les débats plus larges sur la manière dont on conceptualise l’ethnicité, laquelle fait encore l’objet de divergences et de débats (Poutignat et Streiff-Fénart, 2008).

20La réponse à cette question est malaisée, non seulement parce que l’ethnicité est une notion complexe et multiforme, mais aussi parce que peu d’études s’y consacrent explicitement. Il existe certes une quantité importante de travaux sur l’entreprenariat immigré, mais seule une très petite minorité traite de ces questions ; la plupart sont de nature empirique et reprennent le concept d’ethnicité sans le définir. C’est en particulier le cas dans la littérature anglo-saxonne, au sein de laquelle cette notion est – à l’instar d’autres comme community – d’usage très courant, au point que les chercheurs s’estiment souvent dispensés de devoir préciser le sens qu’ils lui donnent. Cette situation indique en creux la nécessité de penser de façon systématique et critique la relation entre ethnicité et entreprenariat.

21Afin d’éclairer les réponses existantes à cette question, j’ai rassemblé un échantillon de définitions qui permet d’aborder les principales réponses qui y sont apportées. Cet échantillon n’est pas exhaustif mais, étant donné la relative rareté de telles définitions, il propose néanmoins un panorama des réponses possibles. Les citations, classées par ordre chronologique, sont les suivantes :

    • 6  ‘What is “ethnic” about “ethnic business” may be no more than a set of connections and regular pat (...)

    La dimension ‘ethnique’ d’un ‘commerce ethnique’ se résume souvent à un ensemble de connexions et d’interactions régulières entre des gens qui partagent une origine nationale ou une expérience migratoire communes (Waldinger, Aldrich et Ward, 1990, p. 33).6

    • 7  ‘An ethnic economy could be defined as any situation where common ethnicity provides an economic a (...)

    Une économie ethnique peut être définie comme toute situation dans laquelle une ethnicité commune procure un avantage économique (Logan, Alba et McNulty, 1994, p. 693).7

    • 8  ‘An ethnic economy consists of the self-employed, employers, their co-ethnic employees, and their (...)

    Une économie ethnique se compose des travailleurs indépendants, des employeurs, de leurs employés coethniques, et des membres non payés de leur famille (Light, 1994, p. 650).8

    • 9  ‘We treat the ethnic economy as including not only participants in ethnic enterprises, but also th (...)

    Nous considérons l’économie ethnique comme incluant non seulement les personnes actives dans les entreprises ethniques, mais aussi leur clients coethniques et leur bassin d’employés potentiels, car la disponibilité et la concentration de ces derniers au sein d’une communauté peut contribuer à déterminer la viabilité des entreprises ethniques (Spenner et Bean, 1999, p. 1026).9

    • 10  ‘An economy is ethnic because the personnel are coethnics’.

    Une économie est ethnique parce que le personnel est coethnique (Light et Gold, 2000, p. 10).10

    • 11  ‘The term ‘ethnic economy’ is used to describe enterprises from the same ethnic group, without ass (...)

    Le terme d’économie ethnique est utilisé pour décrire des entreprises issues du même groupe ethnique, sans pour autant assumer qu’elles n’ont que des employés de leur propre communauté (Strüder, 2003, p. 187).11

    • 12  ‘We define ethnic minority entrepreneurs … as business owners or self-employed individuals who sel (...)

    Nous définissons les entrepreneurs des minorités ethniques comme des propriétaires de commerces ou des travailleurs indépendants qui s’identifient, ou qui peuvent être identifiés, à un groupe ethnique particulier (défini sur la base de critères géographiques ou religieux) (Menzies, Brenner et Filion, 2003, p. 128).12

    • 13  ‘Ethnic entrepreneurs are often referred to as simultaneously owners and managers (or operators) o (...)

    Les entrepreneurs ethniques sont souvent décrits comme à la fois les propriétaires et les gérants de leur propre commerce, dont l’appartenance à un groupe est liée à un héritage ou une origine culturels communs et est reconnue comme telle par les personnes hors du groupe ; surtout, ils sont intrinsèquement imbriqués dans des structures sociales particulières au sein desquelles s’inscrivent les comportements individuels, les relations sociales et les transactions économiques (Zhou, 2004, p. 1040).13

22Trois types de réponses à la question ci-dessus se dégagent de ces citations. Selon la première, un commerce est ethnique parce que le commerçant appartiepnt à un groupe ethnique. La définition 7 est la plus explicite à cet égard ; elle précise par ailleurs que cette appartenance est basée soit sur l’auto-identification (le commerçant estime faire partie d’un groupe), soit sur l’identification par des tiers (le commerçant est considéré comme faisant partie d’un groupe). Dans ce second cas, la question est celle des critères qui déterminent les groupes : la définition 7 mentionne des critères géographiques et religieux, tandis que la définition 8 ajoute des critères de type culturel. D’autres travaux incorporent également le critère racial, comme en témoignent des expressions comme ‘entreprenariat noir’ ou ‘entreprenariat afro-américain’ (Boyd, 1990).

23Une deuxième réponse possible insiste sur le caractère relationnel de l’ethnicité. L’enjeu n’est pas l’appartenance d’un individu à un groupe, mais les relations entre des individus qui partagent la même appartenance. Ainsi, les définitions 3 à 5 ne se préoccupent pas des critères qui définissent un groupe ethnique (langue, pays d’origine, religion, ‘race’, culture, etc.). Elles soulignent en revanche la co-appartenance des membres d’une économie ethnique : un commerce est ethnique non seulement parce que son propriétaire appartient à un groupe ethnique, mais aussi parce qu’il regroupe des personnes issues du même groupe. Selon les définitions 3 et 5, ce qui compte est qu’employeurs et employés partagent la même appartenance ethnique ; la définition 4 inclut aussi les clients. La définition 1 se réfère aussi à l’appartenance commune des acteurs d’une économie, mais d’une manière plus souple. La définition 6 se base également sur l’appartenance commune, mais de manière différente puisqu’elle définit une économie ethnique comme se composant d’entrepreneurs du même groupe (sans impliquer la présence d’employés coethniques).

24La troisième réponse qui émerge de cet échantillon de définitions concerne l’impact de l’ethnicité sur la manière de faire du commerce. La définition 8 définit les économies ethniques par l’encastrement (embeddeness) des ‘comportements individuels, des relations sociales et des transactions économiques’ dans les structures sociales d’un groupe. Les économies ethniques sont ainsi façonnées par les caractéristiques socioculturelles du groupe dont elles font partie et ont donc vocation à fonctionner différemment d’un groupe à un autre. La définition 2 affirme de plus qu’une économie n’est ethnique que si les entrepreneurs tirent bénéfice de leur ethnicité, ce qui implique également une différence de nature entre économies ethniques et non-ethniques, dans la mesure où les acteurs au sein de ces dernières n’utiliseraient pas l’avantage représenté par leur appartenance à un groupe.   

25On peut noter la relative rareté des références géographiques dans cet ensemble de définitions. La définition 7 mentionne des critères géographiques dans la définition des groupes ; il s’agit vraisemblablement des pays ou des régions d’origine des migrants, lesquels motivent l’emploi d’expressions comme ‘économies cubaines’ ou ‘économies asiatiques’. Mais il est également possible d’y lire une référence aux quartiers immigrés au sein des sociétés d’accueil, qui – à l’image des Chinatown ou des Little Italy des villes américaines – sont souvent associés aux entreprises tenues par des immigrés. Comme le note Kaplan (1998), la dimension spatiale est donc souvent ignorée dans les travaux sur l’ethnic business, et ce alors même que des facteurs géographiques peuvent avoir un rôle dans le développement d’une économie immigrée ; seule la définition 4 mentionne la ‘concentration’ des immigrés, laquelle peut en effet soutenir l’émergence de commerces. Cette mise à l’écart des considérations spatiales a par ailleurs été source de confusion, dans la mesure où plusieurs termes employés ont une signification géographique ; Portes a ainsi proposé la notion d’« enclaves » ethniques, mais en insistant sur sa dimension sociale, et non géographique (Light et al., 1994).

  • 14  Light et Gold (2000) tentent de remédier à cette contradiction en proposant la notion d’économie i (...)
  • 15  La notion de ‘majorité’, bien que délicate à définir, est très largement utilisée dans les études (...)
  • 16  Conscients de cette ambiguïté, Light et Gold (2000) soulignent que chaque groupe a une économie et (...)

26Suivant la définition adoptée, tel commerce peut être, ou ne pas être, considéré comme ethnique. Il existe par exemple aux Etats-Unis de nombreux entrepreneurs d’origine asiatique qui emploient des Latino-Américains : selon les définitions 7 et 8, ils appartiennent aux économies coréenne ou chinoise ; ils n’ont cependant pas d’employés coethniques, ce qui est compatible avec la définition 6, mais non avec la 5.14 De même, la définition 1, par exemple, mentionne des ‘expériences migratoires communes’, ce qui est probablement plus englobant que l’appartenance au même groupe, ou que les critères plus élaborés contenus dans la définition 8. Certaines définitions pourraient même s’appliquer aux entrepreneurs non-immigrés. Si une économie ethnique est composée d’employés coethniques (définition 5), alors toutes les entreprises qui n’emploient que des non-immigrés sont ethniques. De même, si les entrepreneurs ethniques se définissent par leur recours aux réseaux internes à leur groupe (définition 2), beaucoup d’entreprises de la ‘majorité’15 sont ethniques.16 Des pans entiers de l’économie seraient alors ethniques, ce qui changerait significativement la notion d’économie ethnique (Pécoud 2010).

27Ces définitions oscillent donc entre descriptions et analyses. Affirmer qu’un commerce est ethnique parce son propriétaire appartient à un groupe ethnique, ou parce qu’il regroupe des personnes de même origine, ne dit rien de son fonctionnement. Cet usage descriptif du terme n’est pas neutre : qualifier quelqu’un ou quelque chose d’« ethnique » est un choix, surtout dans la mesure ou tous les immigrés ne sont pas appelés ‘ethniques’. Il n’en demeure pas moins que ces définitions n’impliquent pas une différence de nature entre économies ethniques et non-ethniques. En revanche, postuler que l’origine ethnique des acteurs d’une économie influe sur leur comportement ou leur succès commercial implique que les économies ethniques sont fondamentalement différentes du reste de l’économie. Les usages descriptifs et analytiques du label ‘ethnique’, bien que souvent confondus, gagnent à être distingués : une économie peut être ethnique parce que ses acteurs appartiennent à un groupe ethnique (quels que soient les critères utilisés pour le définir), ou parce que son fonctionnement est façonné par la coappartenance de ses acteurs à un groupe et par les traits socioculturels de ce dernier.

3. L’entreprenariat turc à Berlin

  • 17  Les données utilisées dans cette section proviennent du Zentrum für Türkeistudien (2005). Cette se (...)

28Afin de mettre en pratique les définitions analysées ci-dessus, cette section les confronte aux caractéristiques de l’entreprenariat actuel des immigrés d’origine turque à Berlin. Avec une population d’environ 2 millions de personnes, la minorité turque est la plus importante en Allemagne et la création d’entreprises y est relativement répandue : en 2003, il y avait environ 61 000 entrepreneurs d’origine turque dans le pays et 6000 à Berlin.17

  • 18  Cette enquête porte sur les personnes d’origine turque : même si une large majorité (près de 95 %) (...)

29Les premières enquêtes consacrées à l’économie turque à Berlin décrivaient une économie composée de petits commerçants regroupés dans les quartiers de la ville où vivent la majorité des Turcs. La majorité de ces entrepreneurs se concentraient dans un nombre restreint de secteurs et employaient de manière informelle les membres de leur famille. Une importante fraction de ces commerces vivait des besoins spécifiques des Turcs et de leur difficulté à s’adresser à d’autres commerces (Blaschke et Ersöz, 1986). Avec les décennies, ce portrait est devenu sensiblement plus complexe. Les dernières enquêtes menées par le Zentrum für Türkeistudien (2005) soulignent ainsi l’hétérogénéité des entrepreneurs d’origine turque18, qu’il s’agisse de leur âge/génération, de la taille de leur entreprise (chiffre d’affaires, nombre d’employés), de la durée/pérennité de leur activité, de leur niveau de formation, ou encore de leurs secteurs d’activité. Si un grand nombre d’entrepreneurs correspondent encore au profil ‘classique’ de l’entrepreneur ‘turc’ en Allemagne (i.e. actifs dans la restauration ou le commerce de détail, sans formation spécifique, avec un très petit nombre d’employés et à l’épreuve d’une précarité considérable), d’autres s’écartent de ce portrait.

30Cette hétérogénéité s’est accompagnée d’un désenclavement des activités entrepreneuriales : ainsi, près de 90% des commerçants turcs ont des clients non-turcs et 70% d’entre eux collaborent avec des fournisseurs allemands. De plus, presqu’un tiers des employés dans l’économie turque ne sont pas d’origine turque. Ce désenclavement est notamment dû à l’importance décroissante du ‘marché protégé’ : beaucoup de magasins allemands ont adapté leurs produits à leur clientèle d’origine turque, laquelle n’a donc plus besoin d’avoir recours à des commerces spécifiques, tandis que les Turcs de la seconde et troisième génération ont adapté leurs besoins et ont tendance à ne plus utiliser les magasins de produits turcs. En conséquence, les entrepreneurs turcs ne peuvent survivre qu’en quittant la ‘niche’. L’économie ‘turque’ est donc fortement connectée à l’économie générale et établir une frontière entre économies ‘turque’ et ‘allemande’ est impossible.       

31Une conséquence de cette tendance est l’apparition d’entrepreneurs d’origine turque qui ne diffèrent plus guère de leurs collègues non-turcs/allemands. Les femmes, qui représentent un cinquième des entrepreneurs d’origine turque, incarnent un cas particulier à cet égard: selon Hillmann (1999), elles n’ont que très peu de liens avec la population d’origine turque ; n’ayant que peu de clients ou d’employés issus de cette population, elles tendent à rejeter la notion d’«entrepreneures turques». Beaucoup de patrons d’entreprises relativement grandes affirment pareillement n’avoir rien à faire avec l’économie turque. De tels cas indiquent qu’une partie de l’économie ‘turque’ pourrait ‘fusionner’ avec le reste de l’économie et perdre totalement sa spécificité. C’est la notion même d’« entreprenariat turc » (ou d’« économie turque ») qui est ainsi remise en question, à la fois quant à son contenu et ses frontières. Sur le plan interne, celle-ci recouvre un ensemble d’activités qui n’ont plus grand chose à voir les unes avec les autres et, sur le plan externe, elle semble se fondre en tout cas partiellement dans l’économie allemande.

32Cette analyse est confirmée par l’observation, de nature ethnographique, de la manière dont les entrepreneurs turcs gèrent leurs activités, laquelle met en évidence leur encastrement dans différents réseaux. D’une part, leurs activités entrepreneuriales reposent fréquemment sur des réseaux presque exclusivement coethniques, au sein desquels les personnes d’origine turque jouent un rôle prépondérant, en fournissant financement, locaux, compétences ou personnel. Cette imbrication dans des réseaux turcs n’est pas toujours souhaitée, car beaucoup d’entrepreneurs y ont eu recours faute de pouvoir s’en sortir par eux-mêmes (ou par des moyens plus classiques, comme les banques). Mais, d’autre part, les entrepreneurs ont également fortement besoin de clients qui, eux, n’ont rien à voir avec ces réseaux. La très grande majorité recherche une clientèle non-turque, ce qui est bien sûr dicté par des impératifs de survie, mais aussi par une question de prestige. Beaucoup de restaurants embauchent ainsi des migrants africains, souvent en situation irrégulière, dont le travail est bon marché, tandis que de jeunes étudiants allemands s’avèrent également peu coûteux et utiles pour le contact avec les clients. Par ailleurs, l’absence de liens socioculturels entre employés et employeurs est appréciée par ces derniers, car elle leur confère davantage de liberté dans le traitement de leur personnel. Des personnes d’origines ethnique et linguistique différentes se côtoient donc dans ces établissements et leurs propriétaires sont confrontés au défi de concilier amis, employés, clients et fournisseurs – tous également nécessaires au développement de leur entreprise. Cette analyse tend donc à montrer que l’entreprenariat dit ‘turc’ à Berlin se développe à cheval sur les frontières entre groupes : il est le produit de deux types de ressources, coethniques et non-ethniques, et ne pourrait se développer sans l’existence à la fois de réseaux immigrés et d’une clientèle non-immigrée. C’est grâce à leur capacité de combiner ces deux types de ressources que les entrepreneurs d’origine turque peuvent prospérer.

33Dans un tel contexte, de quelle utilité sont les définitions discutées ci-dessus ? En raison du désenclavement des activités entrepreneuriales des personnes d’origine turque, les définitions 3 à 5, qui insistent sur la coethnicité des personnes actives dans une économie immigrée, ne s’appliquent que partiellement et ne permettent pas de rendre compte du rôle des éléments extérieurs au groupe ethnique (clientèle, fournisseurs et employés, notamment), tout en occultant la dimension interethnique de ce type d’entreprenariat. Les définitions 6 et 7 s’appliquent, mais sous-estiment les divisions internes à la population d’origine turque, à savoir non seulement les différences entre Kurdes et Turcs, mais aussi les orientations religieuses ; certains entrepreneurs font par exemple partie d’associations fondées sur les principes de l’Islam, localisées en Turquie et dans les pays de la diaspora. S’ils sont identifiés comme ‘Turcs’, l’auto-identification des entrepreneurs à cette minorité est plus problématique : en raison de leur dépendance vis-à-vis de ressources non-ethniques, les entrepreneurs évoluent dans un environnement hybride et développent des compétences culturelles et des sentiments d’appartenance multiples. Les jeunes, en particulier, s’identifient à la nature urbaine et cosmopolite de Berlin plus qu’à une hypothétique économie ‘turque’ (Caglar, 2001).

34Les relations distantes que de nombreux entrepreneurs entretiennent avec leur groupe contredisent également la définition 8. Dans une perspective de genre, les ressources ethniques bénéficient principalement aux hommes, ce qui incite les femmes à construire leurs stratégies commerciales hors du groupe – et les exclut de la définition 2. De plus, 70% des entrepreneurs se disent ‘précaires’, ce qui nuance l’avantage commercial censément représenté par l’ethnicité. Parmi les difficultés rencontrées, les problèmes administratifs figurent en bonne place, de nombreux entrepreneurs étant mal à l’aise au sein du complexe ensemble de règles et de régulations qui caractérise l’économie allemande. Par exemple, l’ouverture d’un commerce requiert, dans de nombreux secteurs, une formation et une qualification spécifiques, ce qui handicape tous les jeunes qui sont exclus du système de formation (Wilpert, 2003).

35Les réseaux ethniques restent néanmoins utiles, en particulier pour les nombreux jeunes d’origine turque sans emploi qui n’ont souvent d’autre choix que de travailler dans une entreprise tenue par un membre de leur entourage, même si nombre d’entre eux sont frustrés d’être au service de patrons d’origine turque généralement plus âgés qu’eux, et dont ils n’apprécient pas les manières ‘traditionnelles’ de travailler. En revanche, pour une minorité d’entrepreneurs à succès, l’ethnicité est devenue ‘optionnelle’ (Waters, 1990): la réussite leur a ouvert de nouvelles opportunités, rendant les réseaux ethniques moins importants, mais le récent intérêt politique à l’égard de la création d’entreprises par les immigrés (censée réduire le chômage et favoriser l’intégration) les incite cependant à insister sur leur origine turque afin d’acquérir une visibilité auprès du gouvernement.

4. Repenser les rapports entre entreprenariat et ethnicité

36Cette brève description de l’entreprenariat turc à Berlin permet d’identifier un certain nombre de problèmes dans la mise en œuvre des définitions discutées ci-dessus. Il y a d’abord l’hétérogénéité de la population d’origine turque, et de ses activités économiques : de nombreux entrepreneurs, bien qu’issus de cette population, ne sont que faiblement encastrés en son sein, ou s’en sont progressivement détachés - dans un processus où des facteurs comme le genre ou la mobilité sociale jouent un rôle prépondérant. Ensuite, les frontières de la population et de l’économie turques sont poreuses ; les activités entrepreneuriales s’inscrivent dans (et alimentent) des processus complexes de redéfinition des frontières, entre majorité et minorités, et entre différentes minorités. Finalement, les entreprises turques sont influencées par des facteurs externes, qu’il s’agisse des régulations institutionnelles ou des politiques d’intégration. Dans ce qui suit, j’examine en détails ces différents éléments et leurs implications pour les rapports entre ethnicité et entreprenariat.

4.1. Ethnicité, ‘superdiversité’ et politiques migratoires

37Selon Vertovec (2007), la population des pays occidentaux ne se caractérise plus par sa ‘diversité’, mais par sa ‘superdiversité’. Là où un petit nombre de groupes de grande taille, relativement homogènes et bien identifiés, ont longtemps mobilisé les chercheurs et les politiques, on est aujourd’hui confronté à des situations de plus grande fragmentation, caractérisées par des origines plus diverses et une plus grande hétérogénéité, à la fois entre groupes et au sein d’eux. Cette diversité accrue est en partie une conséquence des politiques d’immigration : le contexte européen est ainsi marqué, depuis plus de deux décennies, par des politiques migratoires restrictives, bien différentes des programmes de recrutement de main d’œuvre étrangère qui ont abouti à l’installation durable de population d’origine étrangère et à l’apparition des premiers ‘commerces ethniques’ (Ma Mung et Simon, 1990). Moins ordonnées, plus hétéroclites, les ‘nouvelles’ migrations post-guerre froide mêlent asile, regroupement familial, immigration irrégulière, trafic d’êtres humains, réseaux et filières du travail au noir.

38Il en résulte d’importantes différences entre immigrés en termes, notamment, de statut juridique, ce qui a un impact direct sur la possibilité, ou non, de se mettre à son compte. Dans la plupart des pays, créer une entreprise n’est possible qu’aux migrants titulaires d’un permis de séjour de longue durée. Les migrants en situation irrégulière (et, dans certains pays, les requérants d’asile) n’ont pas le droit de travailler, et peuvent encore moins se mettre à leur compte. Il en va de même pour d’autres catégories comme les étudiants ou les migrants temporaires. Cependant, ces personnes peuvent être actives dans les économies immigrées, principalement en tant qu’employés non déclarés. Ram et al. (2012) ajoutent que ces difficultés légales s’accompagnent d’un contexte plus largement défavorable aux entrepreneurs migrants ; ils soulignent en particulier les difficultés socioéconomiques associées à cette précarité juridique (qui handicape à la fois la création d’entreprises et le pouvoir d’achat des clients d’origine immigrée), ainsi que les conséquences d’une fragmentation des populations immigrées sur l’existence d’un marché protégé (puisque les groupes risquent de ne plus avoir la taille nécessaire pour soutenir la naissance d’une économie reposant sur leurs besoins).

39Du point de vue des travaux sur l’ethnic business, cette différence entre anciens immigrés et nouveaux venus est problématique, car ces recherches reposent sur l’idée que des nouveaux venus arrivent régulièrement et qu’ils sont dotés plus ou moins des mêmes droits que leurs prédécesseurs. Ainsi, dans les ‘enclaves ethniques’ analysées par Portes (1987), les nouveaux venus débutent comme employés d’un patron issu du même groupe ethnique, avant de devenir eux-mêmes entrepreneurs – et d’embaucher à leur tour des nouveaux venus, etc. De même, Waldinger (1996) parle d’un ‘jeu de chaise musicale’ pour décrire la manière dont les immigrés succèdent les uns aux autres dans des niches commerciales : à mesure que les groupes les plus anciennement arrivés connaissent une certaine mobilité sociale, des immigrés nouvellement arrivés prennent leur place au bas de l’échelle. Ces modèles diffèrent, mais ont en commun le postulat de flux migratoires ininterrompus, rendant les économies immigrées attractives pour les nouveaux venus ; même si certains immigrés peuvent trouver des opportunités ailleurs, les nouveaux venus ne le peuvent pas, ce qui maintient l’utilité des liens ethniques. En revanche, si le flux migratoire cesse (ou s’il change de nature de telle sorte que les nouveaux venus ne peuvent plus suivre le même parcours que leurs prédécesseurs), cette continuité se brise et l’économie immigrée risque de se fragmenter et de se polariser.

  • 19  Notons que l’association du commerce et de la circulation n’est pas entièrement nouvelle, comme l’ (...)

40Des travaux récents menés en Europe illustrent ce processus. Les chercheurs ont en effet mis en évidence des formes nouvelles d’entreprenariat, proches du bazar et caractérisées par l’informalité, la fluidité, l’oralité et la mobilité, ainsi que par un cadre transnational qui voit des marchands sillonner l’Europe et ses régions périphériques et développer des réseaux marchands dans différentes villes - composant ainsi par leurs mouvements pendulaires des espaces de circulation transnationale (Diminescu, 2003 ; Tarrius, 2002).19 Les interprétations de ce type d’entreprenariat divergent. Pour certains, il s’agit pour les migrants de saisir les nouvelles opportunités offertes par la facilité accrue de se déplacer, dans ce que Portes (1999) appelle la ‘mondialisation par le bas’. Mais il est également possible d’avancer que ces trajectoires migratoires et économiques sont déterminées par les politiques de rejet des immigrés en Europe, ainsi que par la disparition des emplois salariés disponibles à l’époque fordiste des Trente Glorieuses. Exclus politiquement et économiquement, les migrants contemporains se tourneraient vers le commerce et le transnationalisme (Pécoud, 2006 ; Peraldi, 2005).

4.2. Ethnicité et mobilité sociale

41Une autre source de diversité au sein des populations immigrées provient non des caractéristiques des nouveaux venus ou des changements dans les politiques ou les flux migratoires, mais de dynamiques internes au groupe et des évolutions qu’il subit à mesure que dure sa présence dans la société d’accueil. C’est en particulier le cas de la possible mobilité sociale d’un groupe, ou de certains membres de ce groupe : Zhou (2004) note que seuls les entrepreneurs modestes sont qualifiés d’« ethniques », alors que ceux qui ont connu un certain succès sont perçus comme appartenant à l’économie ‘générale’. Ce biais fait écho aux débats décrits plus haut sur l’importance respective des ressources de classe et ethniques, et constitue une confirmation indirecte de la manière dont la mobilité sociale remet en question les approches fondées sur l’ethnicité.

  • 20  Les études sur les économies ‘ethniques’ sont en large partie le produit de chercheurs qui s’intér (...)

42Des observations similaires s’appliquent aux immigrés qualifiés, dont on sait qu’ils constituent la cible des politiques migratoires de nombreux Etats dont le but est d’attirer les travailleurs qualifiés (Kapur et McHale, 2005). Il est très difficile de placer les entrepreneurs immigrés qualifiés dans le cadre de l’entreprenariat ethnique, au point que les recherches sur le sujet ne se rejoignent presque jamais.20 Marger et Hoffman (1992), ainsi que Leung (2001), montrent comment les migrants qualifiés, s’ils créent aussi leurs entreprises et se concentrent dans certaines niches, utilisent davantage leur capital humain que leurs ressources ethniques et visent un marché non-ethnique. Les immigrés dont les entreprises, initialement modestes et ‘ethniques’, ont connu un fort développement sont dans une situation similaire, ce qui suscite des situations contrastées et peu explorées dans lesquelles l’ethnicité n’est qu’une caractéristique, possible mais non nécessaire, des entreprises tenues par les immigrés (Basu, 2001).

  • 21  Ce débat est au cœur des travaux américains sur la ‘nouvelle seconde génération’ et l’assimilation (...)

43La question de la possible mobilité sociale des immigrés pose également celle du devenir des enfants d’immigrés, et de la manière dont différentes générations coexistent au sein des économies immigrées. Dans la perspective de l’assimilation classique, l’entreprenariat ethnique peut certes aider temporairement les populations immigrées nouvellement arrivées, mais enferme leurs descendants dans des niches sans perspectives d’avenir. En revanche, dans la perspective collective qui caractérise l’approche ethnique, les enfants des immigrés font partie du groupe, et ce qui est bon pour ce dernier est aussi bon pour les premiers (Apitzsch, 2005) ; les économies ethniques procureraient ainsi aux jeunes générations des opportunités de formation et de travail, contribuant à leur intégration socioéconomique (Bailey et Waldinger, 1991). Une approche intermédiaire consiste à voir les économies immigrées comme des filets de sauvetage, permettant aux enfants d’immigrés de faire face à leurs difficultés sur le marché du travail et à l’absence d’alternatives (Ram et al., 2001).21

4.3. Ethnicité et genre

  • 22  Dans une revue de 80 publications sur l’entreprenariat immigré, Menzies, Brenner et Filion (2003) (...)

44Une autre caractéristique récente des flux migratoires est leur féminisation (Zlotnik, 2003), ce qui pose la question de la place des femmes dans les économies immigrées et du rôle – peu exploré - du genre dans leur fonctionnement.22 Les femmes sont souvent présentées comme des rouages effacés, mais essentiels, au sein des économies immigrées ; elles s’occuperaient des tâches familiales, tout en fournissant une main d’œuvre non rémunérée au sein d’entreprises tenues par des hommes - situation considérée soit comme de l’exploitation, soit comme le produit de la place ‘traditionnelle’ des femmes dans certaines cultures (Phizacklea, 1988 ; Zhou, 1992). Morokvasic (1991) considère donc que les femmes migrantes sont une minorité au sein de la minorité et que leur accès aux ressources ethniques et collectives est problématique. Le concept d’ethnic business serait donc basé sur l’expérience des seuls hommes (Strüder, 2003).

45Les réseaux ethniques sont avant tout masculins et les femmes qui se mettent à leur compte ne peuvent y avoir recours, mais doivent se développer à l’extérieur de leur groupe. La création d’entreprises par les femmes migrantes représenterait donc une trajectoire différente de celle qui caractérise les hommes. L’entreprenariat serait associé à une prise de distance vis-à-vis du groupe (Dallalfar, 1994) et, dans la mesure où la situation des femmes au sein d’un groupe est subordonnée à celle des hommes, à un vecteur d’émancipation et d’autonomie. En d’autres termes, l’attention portée au genre remet en question l’approche collective des économies immigrées ; elle (ré)introduit en particulier des facteurs et des motivations de nature individuelle ou personnelle, mais sans pour autant revenir aux prémices individualistes de l’économie néoclassique. L’enjeu est donc de développer une perspective sociologique des motivations et des intérêts individuels (Swedberg, 2005). Apitzsch (2003) observe par exemple que la spécificité de leur situation peut amener certaines femmes à privilégier des activités commerciales de taille modeste, sans volonté d’agrandir leur entreprise.

4.4. Entreprenariat et frontières interethniques

46La littérature sur les économies immigrées contient de nombreuses études sur des économies bien définies : cubaine, coréenne, chinoise, juive, etc. Ces travaux reposent sur une continuité implicite entre un pays d’origine (ou une religion), un groupe/minorité, et un ensemble d’activités économiques. Des groupes bien séparés les uns des autres auraient ainsi chacun leur économie, qui serait juxtaposée à une économie non-ethnique (‘majoritaire’ ou ‘blanche’). Ce ‘groupisme’ a été dénoncé par Wimmer (2008), qui y voit la persistance d’une approche primordialiste de l’ethnicité dans les recherches sur les migrations, alors que les approches constructivistes ont progressivement dominé les débats sur l’ethnicité (Poutignat et Streiff-Fénart, 2008). L’étude de Zhou (1992) dans le quartier de Chinatown à New York illustre cette insistance sur l’appartenance ethnique des acteurs, et les impasses d’une telle approche ; elle y observe en effet des établissements situés dans le quartier chinois, avec des employés et des clients chinois, mais les exclut de son analyse car leurs propriétaires ne sont pas chinois.

47Dans le cas de l’entreprenariat immigré, ce ‘groupisme’ est d’autant plus surprenant que, comme l’observait déjà Simmel (voir plus haut), le commerce est de longue date reconnu comme une activité qui remet en cause les frontières entre groupes sociaux. L’entreprenariat est une activité qui contribue à brouiller les frontières : la quête d’opportunités peut contribuer à la redéfinition des formes de loyauté et d’appartenance, en incitant les entrepreneurs à aller voir ailleurs que dans leur propre groupe ; de plus, des liens ethniques trop forts peuvent entraver le développement d’une entreprise, tandis que l’accès à des clients non-ethniques motive des stratégies d’ouverture (Gold, 1994; Kim, 1999) ; cela illustre également la ‘force des liens faibles’ et la plus grand utilité des liens intergroupes ‘faibles’ par rapport aux liens intragroupes ‘forts’ (Granovetter, 1973).

48Cela aboutit à l’existence de situations à cheval, hybrides, ou intermédiaires, qui ne sauraient être situées d’un côté ou d’un autre des frontières entre groupes et qui ne peuvent qu’imparfaitement être approchées en termes ethniques (Nederveen Pieterse, 2003). Nee, Sanders et Sernau (1994) parlent d’un continuum au sein des économies immigrées : certains commerces sont entièrement encastrés dans un milieu ethnique, tandis que d’autres n’ont pas (ou plus) de contact avec ce milieu ; au centre, on trouve une ‘économie mixte’, au sein de laquelle les acteurs franchissent de façon répétée les frontières entre les groupes et utilisent à la fois des ressources ethniques et non-ethniques. Comme le démontre Ma Mung (1996), le fait de travailler avec des personnes de même appartenance ethnique n’est alors pas une caractéristique structurelle des économies immigrées, mais le produit d’un choix ou d’une stratégie qui se développe au sein d’une dynamique entrepreneuriale, et en réponse à des facteurs comme la discrimination, les barrières linguistiques, ou l’accès aux réseaux et à l’information.

49Dans une étude des commerçants congolais et zaïrois à Paris, MacGaffey et Bazenguissa-Ganga (2000) soulignent de même la manière dont leurs réseaux mêlent des appartenances diverses et évoluent au gré des intérêts et tactiques de chacun ; bien loin de représenter des liens établis, l’ethnicité prend plutôt la forme de relations non-durables, parfois aléatoires et soumises à des négociations constantes, processus caractérisés par des notions comme ‘savoir-circuler’, ‘savoir-traverser-les-frontières’, ou ‘savoir-faire-continuité humaine’ à travers les barrières institutionnelles, socioculturelles ou étatiques (Tarrius 2002).

4.5. Ethnicité, capitalisme et contexte institutionnel

50Dans une critique déjà ancienne, Bonacich (1993) avait souligné les liens entre entreprenariat ethnique et capitalisme aux Etats-Unis. Comme indiqué ci-dessus, la littérature sur l’ethnic business s’est développée dans un contexte idéologique et politique qui valorise la libre entreprise, tout en insistant sur le rôle des ressources collectives dans la faculté des immigrés à s’y adapter et à réussir socioéconomiquement. Mais cette célébration de la réussite par l’entreprise ignore, selon Bonacich, les souffrances et les injustices qui constituent l’autre versant de la réussite commerciale. La réussite par le commerce instaurerait notamment une compétition et des tensions entre groupes (comme entre Afro-Américains et Asiatiques), tout en imposant aux entrepreneurs et à leurs employés des conditions de travail déplorables et très peu protégées. Ce coût social, psychologique et humain est également démontré par Sanders et Nee (1987), qui notent que l’insistance sur l’ethnicité et la ‘solidarité’ sous-estime la compétition entre immigrés et les situations d’exploitation au sein des économies immigrées. La notion d’ethnicité apparaît alors, au mieux, comme une interprétation idéaliste de la situation et, au pire, comme une manière cynique d’amortir les conséquences négatives de ce modèle capitaliste par les liens sociaux informels au sein des populations immigrées.

51Ce débat politique a trouvé des échos dans certaines recherches socioéconomiques. Engelen (2001) soutient ainsi que les travaux sur les ‘économies ethniques’ sont ancrés dans un contexte spécifiquement anglo-saxon, qui se caractérise par des politiques économiques d’inspiration libérale et une valorisation de la création d’entreprise. Cet argument élargit la notion d’encastrement. Comme indiqué plus haut, les économies immigrées ont été présentées comme une illustration de l’encastrement des activités économiques dans des réseaux sociaux, conformément aux acquis de la sociologie économique. Mais comme le note Krippner (2001), cette notion d’encastrement ne fait pas seulement référence au contexte ‘micro’ des réseaux sociaux, mais aussi à un contexte ‘macro’ de nature politique et institutionnelle. Dans cette perspective, les commerces ‘ethniques’ ne seraient donc pas seulement encastrés dans les liens ethniques entre immigrés, mais aussi dans un type d’organisation socioéconomique.

52Une conséquence importante de cet argument est la difficulté d’exporter les arguments fondés sur l’ethnicité dans d’autres régions du monde, caractérisées par d’autres modèles socioéconomiques – à commencer par l’Europe. Selon Kloosterman (2000), la mobilité sociale par le biais de la création d’entreprise est plus facile dans le contexte anglo-saxon ; en Europe, les retours sur investissements de l’entreprenariat sont moins intéressants et le mode d’incorporation professionnelle le plus favorable est l’emploi dans l’économie non-ethnique. Des différences de ce genre existent aussi au sein de l’Europe, par exemple entre les pays méditerranéens, caractérisés par une tolérance vis-à-vis de l’informalité qui peut favoriser les entrepreneurs immigrés, et les économies nord-européennes où les activités non déclarées sont davantage stigmatisées (Pécoud, 2004b).  

53Comme toute activité économique, les économies immigrées ne se développent pas dans un vacuum légal, institutionnel ou politique, mais font l’objet de régulations décidées et mises en œuvre par les pouvoirs publics et par les autres acteurs concernés (partenaires sociaux, corporations professionnelles, etc.). Contrairement à ce que des notions comme ‘niches’ ou ‘enclaves’ laissent entendre, elles s’insèrent dans une dynamique économique plus large et dans les forces sociales et politiques qui la façonnent. Ces régulations sont par conséquent un facteur essentiel dans l’analyse des économies immigrées. Dans cette perspective, le rôle de l’ethnicité n’est pas une caractéristique naturelle, mais dépend du contexte - dans la mesure où moins de régulation donne davantage de place aux ressources de groupe et aux réseaux ethniques.

54La dimension ‘ethnique’ d’une économie n’est donc pas uniquement le produit de la stratégie collective d’une population immigrée, mais aussi le résultat d’un contexte social plus large qui la déborde. Si Martinelli (2004) parle du ‘double encastrement’ des économies immigrées (dans des environnements socioculturels et politico-institutionnels respectivement), Kloosterman et Rath (2001) voient le premier comme étant déterminé par le second, et donc comme analytiquement secondaire. Les recherches sur les économies immigrées ont longtemps opposé le déterminisme de ceux qui insistaient sur les éléments contextuels (discrimination, chômage, etc.) et les partisans de l’agency des migrants qui soulignaient le rôle de l’ethnicité. L’attention portée au contexte institutionnel renouvelle ce débat, en élargissant le spectre de facteurs contextuels tout en permettant une approche plus nuancée et dialectique de la manière dont les acteurs développent des stratégies en fonction des contraintes et des opportunités du contexte dans lequel ils évoluent.

Conclusion

55L’ethnicité s’est révélée comme un élément central dans la compréhension des mécanismes sous-jacents à l’entreprenariat immigré, et ce malgré un certain nombre de contradictions. A l’instar des populations d’origine immigrée, les économies immigrées sont en effet traversées par des clivages internes, en termes de genre, de statut, de classe ou de génération ; leurs frontières externes évoluent en fonction des interactions avec la majorité ou avec d’autres populations immigrées – et ce dans un contexte institutionnel, social et politique qui varie d’un pays à un autre. La diversité au sein des économies immigrées exige donc des explications différentes de la manière dont les immigrés deviennent entrepreneurs.

56L’approche ethnique valorise un niveau d’explication intermédiaire, qui insiste sur les liens sociaux, le capital social et les réseaux. Elle s’oppose en cela à une approche d’inspiration plus économique, qui considère avant tout les caractéristiques des individus concernés. L’approche institutionnelle, de son côté, insiste sur le macrocontexte (institutions, régulation, etc.), même si le cadre ainsi proposé est par nature très large, ce qui le rend difficile à mettre en œuvre dans des études empiriques. Les travaux récents ont également introduit d’autres critères que l’ethnicité, comme le statut, le genre, ou les générations, de même que des facteurs plus individuels comme les motivations. Il s’agit cependant dans tous les cas de nuancer le rôle des ressources ethniques, qui ne sont qu’une caractéristique possible des économies immigrées.

57La notion d’entreprenariat ‘ethnique’ obscurcit cette diversité et court le risque d’ethniciser les entrepreneurs immigrés. Ce risque est renforcé par la tension entre usages descriptif et analytique du label ‘ethnique’ : tant que les entrepreneurs immigrés s’insèrent dans des réseaux internes à la minorité à laquelle ils appartiennent, les deux acceptions coïncident ; mais un entrepreneur d’origine immigrée peut n’avoir aucun contact avec son milieu d’origine et devenir ainsi ‘immigré mais non ethnique’. Mais envisager un agenda de recherche ‘postethnique’ n’est pas pour autant aisé. Comme le note Streiff-Fénart (2003), beaucoup de travaux récents considèrent les catégories ethniques comme statiques et dépassées ; mais cela ne les empêche pas de continuer à en faire un usage régulier et à désigner ainsi les populations dont ils traitent.

58Ce paradoxe indique la difficulté de se passer des labels ethniques. Du point de vue de la recherche en sciences sociales, leur usage devrait dépendre uniquement de leur pertinence sociologique : à quoi bon parler d’un entrepreneur ‘turc’ si cette origine ne joue aucun rôle dans son existence et ne sert à rien pour comprendre sa situation sociale ou économique ? Mais c’est là probablement ignorer la portée des catégories ethniques, lesquelles ne sont pas uniquement analytiques, mais constituent également le résultat des interactions sociales et des (auto)identifications identitaires dans les sociétés d’immigration contemporaines. A cet égard, les chercheurs ne sont pas les seuls à y avoir recours et à expérimenter leurs limites. Il est donc vraisemblable que les références ethniques vont continuer à imprégner les débats scientifiques et, plus largement, la manière dont les personnes issues de l’immigration sont appréhendées dans les sociétés d’accueil. Un tel contexte invite à un usage raisonné, prudent et critique des labels ethniques – une tâche à laquelle cet article a tenté de contribuer.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aldrich, H., Zimmer, C., McEvoy, D., 1989. Continuities in the Study of Ecological Succession: Asian Businesses in Three English Cities. Social Forces 67 (4), 920-44.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Apitzsch, U., 2003. Gaining Autonomy in Self-Employment Processes. The Biographical Embeddedness of Women’s and Migrants’ Business. International Review of Sociology 13 (1), 163-82.
DOI : 10.1080/0390670032000087041

Apitzsch, U., 2005. The Chances of the Second Generation in Families of Migrant Entrepreneurs: Quality of Life Development as a Biographical Process. Revue Européenne des Migrations Internationales 21 (3), 83-94.

Bailey, T., Waldinger, R., 1991. Primary, Secondary, and Enclave Labour Markets: A Training Systems Approach. American Sociological Review 56 (4), 432-45.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Barrett, G., Jones, T., McEvoy, D., 1996. Ethnic minority business: theoretical discourse in Britain and North America. Urban Studies 33 (4-5), 783-809.
DOI : 10.1080/00420989650011825

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Basu, A., 2001. The Emergence of a South Asian Business Elite in the United Kingdom. Journal of International Migration and Integration 2 (2), 249-65.
DOI : 10.1007/s12134-001-1030-z

Bates, T., 1997. Race, self-employment, and upward mobility : an illusive American dream. John Hopkins University Press, Baltimore.

Blackshaw, T., 2010. Key Concepts in Community Studies. Sage, Londres.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BLASCHKE, J. et A. ERSÖZ (1986) ‘The Turkish Economy in West Berlin’, International Small Business Journal, 4(3): 38-45.
DOI : 10.1177/026624268600400304

Bonacich, E., 1993. The Other Side of Ethnic Entrepreneurship: A Dialogue with Waldinger, Aldrich, Ward and Associates. International Migration Review 27 (3), 685-702.

Borjas, G., 1999. Heaven’s Door: Immigration Policy and the American Economy. Princeton University Press, Princeton.

Boyd, R., 1990. Black and Asian Self-Employment in Large Metropolitan Areas: A Comparative Analysis. Social Problems 37 (2), 258-74.

Caglar, A., 2001. Constraining metaphors and the transnationalisation of spaces in Berlin. Journal of Ethnic and Migration Studies 27 (4), 601-13.

Coste, L., 1994. La dimension ethnique : une explication du comportement économique des migrants ? Revue française de sociologie XXXV (2), 231-249.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dallalfar, A., 1994. Iranian Women as Immigrant Entrepreneurs. Gender & Society 8 (4), 541-561.
DOI : 10.1177/089124394008004005

Diminescu, D. (Eds.), 2003. Visibles, mais peu nombreux... : les circulations migratoires roumaines. Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris.

Dinh, B., 2006. L’entreprenariat ethnique en France. Hommes et migrations, 1264, 114-128.

Engelen, E., 2001. «Breaking in» and «Breaking out»: a Weberian approach to entrepreneurial opportunities. Journal of Ethnic and Migration Studies 27 (2), 203-223.

Etzioni, A., 2001. The Monochrome Society. Princeton University Press, Princeton.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gold, S., 1994. Patterns of Economic Cooperation among Israeli Immigrants in Los Angeles. International Migration Review 28 (1), 114-135.
DOI : 10.2307/2547028

Granovetter, M., 1973. The Strength of Weak Ties. American Journal of Sociology 78 (6), 1360-1380.

Granovetter, M., 1985. Economic Action and Social Structure. The Problem of Embeddedness. American Journal of Sociology 91 (3), 481-510.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hillmann, F., 1999. A Look at the “Hidden Side”: Turkish Women in Berlin’s Ethnic Labour Market. International Journal of Urban and Regional Research 23 (2), 267-282.
DOI : 10.1111/1468-2427.00195

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

KAPLAN, David H. (1998) ‘The Spatial Structure of Urban Ethnic Economies’, Urban Geography 19(6): 489-501.
DOI : 10.2747/0272-3638.19.6.489

Kapur, Devesh et John McHale (2005) Give Us Your Best and Brightest: The Global Hunt for Talent and Its Impact on the Developing World, Washington: Center for Global Development.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kim, D. Y., 1999. Beyond co-ethnic solidarity: Mexican and Ecuadorian employment in Korean-owned businesses in New York City. Ethnic and Racial Studies 22 (3), 581-605.
DOI : 10.1080/014198799329431

Kloosterman, R., 2000. Immigrant Entrepreneurship and the Institutional Context: A Theoretical Exploration. In: Rath, J. (Ed.), Immigrant Businesses. The Economic, Political and Social Environment.Macmillan, Basingstoke, pp. 90-106.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kloosterman, R., Rath, J., 2001. Immigrant Entrepreneurs in Advanced Economies: Mixed Embeddedness Further Explored. Journal of Ethnic and Migration Studies 27 (2), 189-201.
DOI : 10.1080/13691830020041561

Kloosterman, R., Rath, J., 2003. Introduction. In Kloosterman, R., Rath, J. (Eds.), Immigrant Entrepreneurs: Venturing Abroad in the Age of Globalization, Berg, Oxford, pp. 1-16.

Krippner, G., 2001. The Elusive Market: Embeddedness and the Paradigm of Economic Sociology. Theory and Society 30 (6), 775-810.

Leung, M., 2001. Get IT going: new ethnic Chinese business. The case of Taiwanese-owned computer firms in Hamburg. Journal of Ethnic and Migration Studies 27 (2), 277-294.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Light, I., 1972. Ethnic Enterprise in America. Business and Welfare among Chinese, Japanese and Blacks. University of California Press, Berkeley.
DOI : 10.2307/3002452

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Light, I., 1984. Immigrant and Ethnic Enterprise in North America. Ethnic and Racial Studies 17 (2), 195-216.
DOI : 10.1080/01419870.1984.9993441

Light, I., 1994. The Ethnic Economy. In: Smelser, N., Swedberg, R. (Eds.), The Handbook of Economic Sociology. Princeton University Press, Princeton, pp. 650-677.

Light, I., Bonacich, E., 1988. Immigrant Entrepreneurs. Koreans in Los Angeles, 1965-1982. University of California Press, Berkeley.

Light, I., Gold, S., 2000. Ethnic Economies. Academic Press, San Diego.

Light, I., Bhachu, P., Karageorgis, S., 1993. Migration Networks and Immigrant Entrepreneurship. In: Light, I., Bhachu, P. (Eds.), Immigration and Entrepreneurship. Culture, Capital and Ethnic Networks. Transaction Publishers, New Brunswick, pp. 25-49.

LIGHT, Ivan, Georges SABAGH, Mehdi BOZORGMEHR and Claudia DER-MARTIROSIAN (1994) ‘Beyond the Ethnic Enclave Economy’, Social Problems 41(1): 65-80.

Logan, J., Alba, R., McNulty, T., 1994. Ethnic Economies in Metropolitan Regions: Miami and Beyond. Social Forces 72 (3), 691-724.

MacGaffey, J., Bazenguissa-Ganga, R., 2000. Congo-Paris. Transnational Traders on the Margins of the Law. Indiana University Press, Bloomington.

Ma Mung, E., 1994a. L’expansion du commerce ethnique: Asiatiques et Maghrébins dabns la région parisienne. Revue Européenne des Migrations Internationales 8 (1), 39-59.

Ma Mung, E., 1994b. L'entreprenariat ethnique en France. Sociologie du travail 36 (2), 185-209.

Ma Mung, E., 1996. Entreprise Economique et Appartenance Ethnique. Revue Européenne des Migrations Internationales 12 (2), 211-233.

Ma Mung, E., Simon, G., 1990. Commerçants maghrébins et asiatiques en France. Masson, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Marger, M., Hoffman, C., 1992. Ethnic Enterprise in Ontario: Immigrant Participation in the Small Business Sector. International Migration Review 26 (3), 968-981.
DOI : 10.2307/2546972

Martinelli, A., 2004. The Context of Entrepreneurship: The Case of Ethnic Entrepreneurs. The Tocqueville Review 25 (2), 81-107.

Menzies, T., Brenner, G., Filion, L., 2003. Social capital, networks and ethnic minority entrepreneurs: transnational entrepreneurship and bootstrap capitalism. In: Etemad, H., Wright, R. (Eds.), Globalisation and Entrepreneurship. Policy and Strategy Perspectives. Edward Elgar, Cheltenham, pp. 125-151.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Min, P. G., Bozorgmehr, M., 2000. Immigrant Entrepreneurship and Business Patterns : A Comparison of Koreans and Iranians in Los Angeles. International Migration Review 34 (3), 707-738.
DOI : 10.2307/2675942

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Morokvasic, M., 1991. Roads to Independence. Self-Employed Immigrants and Minority Women in Five European States. International Migration 29 (3), 407-420.
DOI : 10.1111/j.1468-2435.1991.tb01028.x

Nederveen Pieterse, J., 2003. Social capital and migration. Beyond ethnic economies. Ethnicities 3 (1), 29-58.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Nee, V., Sanders, J., Sernau, S., 1994. Job transitions in an Immigrant Metropolis: Ethnic Boundaries and the Mixed Economy. American Sociological Review 59 (6), 849-872.
DOI : 10.2307/2096372

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pécoud, A., 2002. «Weltoffenheit schafft Jobs»: Turkish Entrepreneurship and Multiculturalism in Berlin. International Journal of Urban and Regional Research 26 (3), 494-507.
DOI : 10.1111/1468-2427.00395

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pécoud, A., 2004a. Entrepreneurship and Identity. Cosmopolitanism and cultural competencies among German-Turkish businesspeople in Berlin. Journal of Ethnic and Migration Studies 30 (1), 3-20.
DOI : 10.1080/1369183032000170141

Pécoud, A. 2004b ‘Réseaux, ethnicité et institutions dans les économies immigrées’, Hommes & Migrations 1250: 13-23.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pécoud, A. 2005 ‘Les enjeux de l’entreprenariat immigré’, Revue de l’Immigration Internationale et de l’Intégration / Journal of International Migration and Integration 6(3) : 377-403.
DOI : 10.1007/s12134-005-1019-0

Pécoud, A., 2006. Circulations migratoires et contrôles aux frontières. Migrations Société 18 (107), 51-63.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pécoud, A., 2010. What is ethnic in an ethnic economy?, International Review of Sociology – Revue Internationale de Sociologie 20(1): 59-76.
DOI : 10.1080/03906700903525677

Peraldi, M., 2005. Les Nouvelles Routes Algériennes. In: Anteby-Yemini, L., Berthomière , W., Sheffer, G. (Eds.), Les Diasporas. 2000 Ans d’Histoire. Presses Universitaires de Rennes, Rennes, pp. 371-383.

Phizacklea, A., 1988. Entrepreneurship, ethnicity, and gender. In: Westwood, S., Bhachu, P. (Eds.), Enterprising Women. Ethnicity, Economy, and Gender Relations. Routledge, Londres, pp. 20-33.  

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Portes, A., 1987. The Social Origins of the Cuban Enclave Economy of Miami. Sociological Perspectives 30 (4), 340-372.
DOI : 10.2307/1389209

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Portes, A., 1999. La mondialisation par le bas, l’émergence des communautés transnationales. Actes de la recherche en sciences sociales 129, 15-25.
DOI : 10.3406/arss.1999.3300

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Portes, A., Sensenbrenner, J., 1993. Embeddedness and Immigration: Notes on the Social Determinants of Economic Action. American Journal of Sociology 98 (6), 1320-1350.
DOI : 10.1086/230191

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Portes, A., Zhou, M., 1992. Gaining the Upper Hand: Economic Mobility Among Immigrant and Domestic Minorities. Ethnic and Racial Studies 15 (4), 491-522.
DOI : 10.1080/01419870.1992.9993761

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Portes, A., Zhou, M., 1993. The New Second Generation: Segmented Assimilation and its Variants. Annals of the American Academy of Political and Social Science 530, 74-96.
DOI : 10.1177/0002716293530001006

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Portes, A., Guarnizo, L. E., Haller, W., 2002. Transnational Entrepreneurs: An Alternative Form of Immigrant Economic Adaptation. American Sociological Review  67 (2), 278-298.
DOI : 10.2307/3088896

Poutignat, P., Streiff-Fénart, J., 2008. Théories de l’ethnicité. PUF, Paris.

Ram, M., Abbas, T., Sanghera, B., Barlow, G., Jones, T., 2001. «Apprentice Entrepreneurs»? Ethnic Minority Workers in the Independent Restaurant Sector. Work, Employment & Society 15 (2), 353-372.

Ram, Monder, Trevor Jones, Paul Edwards, Alexander Kiselinchev, Lovemore Muchenje et Kassa Woldesenbet (2012) ‘Engaging with Super-Diversity: New Migrant Businesses and the Research-Policy Nexus’, International Small Business Journal, sous presse.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Salem, G., 1981. De la brousse sénégalaise au Boul’Mich: le système commercial mouride en France. Cahiers d’Etudes Africaines 81-83, 267-288.
DOI : 10.3406/cea.1981.2315

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sanders, J. , Nee, V., 1987. Limits of Ethnic Solidarity in the Enclave Economy. American Sociological Review 52 (6), 745-773.
DOI : 10.2307/2095833

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sassen, S., 1996. New employment regimes in cities: the impact on immigrant workers. Journal of Ethnic and Migration Studies 22 (4), 579-594.
DOI : 10.1080/1369183X.1996.9976561

Silberman R., Fournier I., 2006. Les secondes générations sur le marché du travail en France : une pénalité ethnique ancrée dans le temps. Contribution à la théorie de l'assimilation segmentée. Revue française de sociologie 47 (2), 243-292.

Simmel, G. (1990). Digressions sur l'étranger. In : I. Grafmeyer & I. Joseph (Eds.), L'Ecole de Chicago. Paris: Aubier. p. 53 à 59

Spenner, D., Bean, F., 1999. Self-Employment Concentration and Earnings among Mexican Immigrants in the U.S. Social Forces 77 (3), 1021-1047.

Streiff-Fénart, J., 2003. Transnationalité et ethnicité. In : Peraldi, M. (Ed.), La fin des norias? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée. Maisonneuve et Larose, Paris, pp. 489-495.

Strüder, I., 2003. Self-employed Turkish-speaking women in London. The International Journal of Entrepreneurship and Innovation  4 (3), 185-195.  

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Swedberg, R., 2005. Can there be a sociological concept of interest? Theory and Society, 34
DOI : 10.1007/s11186-005-1986-3

(4), 359-390.

Tarrius, A., 2002. La Mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades de l’économie souterraine. Balland, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Vertovec, S., 2007. Super-diversity and its implications. Ethnic and Racial Studies 30 (6), 1024-1054.
DOI : 10.1080/01419870701599465

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Waldinger, R., 1994. The Making of an Immigrant Niche. International Migration Review 28 (1), 3-30.
DOI : 10.2307/2547023

Waldinger, R., 1996. Still the Promised City ? Afro-Americans and New Immigrants in New York. Harvard University Press, Cambridge, Mass.

WALDINGER, Roger (1995) ‘The ‘other side’ of embeddedness: a case-study of the interplay of economy and ethnicity’, Ethnic and Racial Studies 18(3): 555-580.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Waldinger, R., Fitzgerald, D. 2004. Transnationalism in Question. American Journal of Sociology 109 (5), 1177-1195.
DOI : 10.1086/381916

Waldinger, R., Aldrich, H., Ward, R. (Eds.), 1990. Ethnic Entrepreneurs. Immigrant Business in Industrial Societies. Sage, Newbury Park.

Waters, M. C., 1990. Ethnic Options: Choosing Identities in America.University of California Press, Berkeley.

Werbner, P., 1984. Business on Trust: Pakistani Entrepreneurship in the Manchester Garment Trade. In: Jenkins, R., Ward, R. (Eds.), Ethnic Communities in Business. Strategies for Economic Survival, Cambridge University Press, Cambridge, pp. 166-188.

Wilpert, C., 2003. Germany: From Workers to Entrepreneurs. In: Kloosterman, R., Rath, J. (Eds.), Immigrant Entrepreneurs: Venturing Abroad in the Age of Globalization. Berg, Oxford, pp. 233-259.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Wimmer, A., 2008. The Making and Unmaking of Ethnic Boundaries: A Multilevel Process Theory. American Journal of Sociology 113 (4), 970-1022.  
DOI : 10.1086/522803

Yang, Philip Q., 2000. Ethnic Studies. Issues and Approaches. State University of New York Press, New York.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Yoon, I.-J., 1991. The Changing Significance of Ethnic and Class Resources in Immigrant Businesses: The Case of Korean Immigrant Businesses in Chicago. International Migration Review 25 (2), 303-332.
DOI : 10.2307/2546290

Zentrum für Turkeistudien, 2005. Türkische Unternehmer in Berlin. Zentrum für Türkeistudien, Essen.

Zhou, M., 1992. Chinatown. The Socioeconomic Potential of an Urban Enclave. Temple University Press, Philadelphia.

Zhou, M., 2004. Revisiting Ethnic Entrepreneurship: Convergencies, Controversies, and Conceptual Advancements. International Migration Review 38 (3), 1040-1074.

Zlotnik, Hania (2003) ‘The Global Dimensions of Female Migration’, Migration Information Source, mars.

Haut de page

Notes

1  Selon Kloosterman et Rath (2003), on recensait en 2003 plus de 1700 publications sur l’entreprenariat immigré ; pour une revue de la littérature française sur le sujet, voir Dinh (2006) et Ma Mung (1994b).

2  Light et Bonacich écrivent: ‘Ethnic resources are social features of a group which co-ethnic business owners utilise in business or from which their business passively benefits. Ethnic resources include values, knowledge, skills, information, attitudes, leadership, solidarity, an orientation to sojourning, and institutions’ (1988, pp. 18-9).

3  Les tontines rotatives sont des formes informelles d’épargne et de crédit, qui voient les membres d’un groupe alimenter un fonds qui pourra ensuite être utilisé à des fins d’investissement.

4  ‘Few images can be more ideologically loaded than that of ethnic people getting ahead through business’ (Waldinger 1995: 577).

5  Werbner (1984) établit par exemple un parallèle entre l’éthique protestante et l’« ethos » des Pakistanais en Grande-Bretagne, qui auraient en commun le sacrifice de soi et la valorisation du travail.

6  ‘What is “ethnic” about “ethnic business” may be no more than a set of connections and regular patterns of interactions among people sharing common national background or migration experiences’. Toutes les traductions sont de l’auteur.

7  ‘An ethnic economy could be defined as any situation where common ethnicity provides an economic advantage’.

8  ‘An ethnic economy consists of the self-employed, employers, their co-ethnic employees, and their unpaid family workers’.

9  ‘We treat the ethnic economy as including not only participants in ethnic enterprises, but also their co-ethnic customers and pool of potential employees as well …, for the availability and concentration of both of these in a community may help determine the viability of ethnic enterprises’.

10  ‘An economy is ethnic because the personnel are coethnics’.

11  ‘The term ‘ethnic economy’ is used to describe enterprises from the same ethnic group, without assuming that they only have employees drawn from their own community’.

12  ‘We define ethnic minority entrepreneurs … as business owners or self-employed individuals who self-identify, or can be identified, with a particular ethnic (geographically or religiously based) group’.

13  ‘Ethnic entrepreneurs are often referred to as simultaneously owners and managers (or operators) of their own businesses, whose group membership is tied to a common cultural heritage or origin and is known to out-group members as having such traits; more importantly, they are intrinsically intertwined in particular social structures in which individual behaviour, social relations, and economic transactions are constrained’.

14  Light et Gold (2000) tentent de remédier à cette contradiction en proposant la notion d’économie immigrée (‘immigrant economy’), qui désigne des cas où les entrepreneurs ont des employés d’autres groupes, alors que celle d’économie ethnique (‘ethnic economy’) ferait référence à des situations où employeurs et employés sont issus du même groupe.

15  La notion de ‘majorité’, bien que délicate à définir, est très largement utilisée dans les études sur l’ethnic business (et, de façon plus générale, dans les ethnic studies). Selon Yang (2000 : 62-63), ce terme désigne le groupe qui, au sein d’une société pluriethnique, a accès à une part proportionnellement plus importante de richesse, de pouvoir et de prestige ; il s’agit souvent, mais pas toujours, du groupe le plus important numériquement. De plus, la majorité est une notion contextuelle : les Italiens ou Irlandais aux Etats-Unis ont longtemps été des minorités, mais sont aujourd’hui considérés comme appartenant à la majorité. D’autres chercheurs emploient l’expression de ‘groupe dominant’, qui insiste plus explicitement sur les rapports de domination ou l’hostilité qui peuvent exister entre groupes.

16  Conscients de cette ambiguïté, Light et Gold (2000) soulignent que chaque groupe a une économie ethnique, y compris le groupe ethnique ‘blanc’, mais que les entrepreneurs au sein de ce dernier groupe ne sont pas habituellement perçus comme ethniques.

17  Les données utilisées dans cette section proviennent du Zentrum für Türkeistudien (2005). Cette section propose un résumé d’une recherche menée sur l’entreprenariat turc à Berlin ; pour des analyses et des matériaux empiriques plus approfondis, voir Pécoud (2002, 2004a).

18  Cette enquête porte sur les personnes d’origine turque : même si une large majorité (près de 95 %) des entrepreneurs sont nés en Turquie, 55 % sont de nationalité turque tandis que 45 % sont citoyens allemands.

19  Notons que l’association du commerce et de la circulation n’est pas entièrement nouvelle, comme l’illustrent les réseaux de colporteurs mourides, enracinés au Sénégal et déployés dans l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest et de l’Europe méditerranéenne (Salem, 1981).

20  Les études sur les économies ‘ethniques’ sont en large partie le produit de chercheurs qui s’intéressent aux questions de migration (ethnic/migration studies), tandis que les travaux sur la création d’entreprises par les migrants qualifiés tendent à relever plutôt des business studies.

21  Ce débat est au cœur des travaux américains sur la ‘nouvelle seconde génération’ et l’assimilation dite ‘segmentée’, selon lesquels l’intégration dans la société américaine impliquerait une perte de statut pour la seconde génération, qui aurait par conséquent intérêt à rester proche de son groupe ethnique et à y développer des ressources internes (Portes et Zhou, 1993 ; pour un éclairage français sur la question de l’assimilation segmentée, voir Silberman et Fournier, 2006).

22  Dans une revue de 80 publications sur l’entreprenariat immigré, Menzies, Brenner et Filion (2003) ne trouvent que trois articles consacrés au genre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Pécoud, « Immigration, entreprenariat et ethnicité », Métropoles [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 12 décembre 2012, consulté le 30 août 2016. URL : http://metropoles.revues.org/4560

Haut de page

Auteur

Antoine Pécoud

Université de Paris 13 Sorbonne Paris Cité, antoine.pecoud@univ-paris13.fr

Haut de page