Navigation – Plan du site

Le peuplement, catégorie montante des politiques urbaines néolibérales ?

Le cas de Saint-Etienne
Christelle Morel Journel et Valérie Sala Pala

Résumés

Cet article se propose de considérer le « peuplement » comme nouvel enjeu stratégique pour les villes, dans un contexte de néolibéralisation des politiques urbaines et de montée en puissance de l’entrepreneurialisme urbain. La volonté de contrôler ou d’agir sur l’occupation sociale des espaces urbains, d’influencer les mobilités résidentielles, n’est pas nouvelle mais les stratégies de gentrification en constitueraient aujourd’hui la principale traduction. Les analyses défendant l’hybridité des politiques urbaines contemporaines, articulant des éléments de restructuration néolibérale et des héritages politiques et institutionnels – nationaux et locaux – de l’ère fordiste, permettent de mieux saisir la complexité des enjeux de peuplement, pris entre les logiques de la « place » et celles du « territoire ». Le cas de Saint-Etienne, ville moyenne dont l’histoire récente est marquée par la désindustrialisation et une décroissance démographique significative (près de 50 000 habitants ont quitté la ville depuis 1968), illustre l’imposition du paradigme de l’attractivité dans les politiques urbaines. En effet, au début des années 2000, la Ville a mis en œuvre une stratégie spécifique sur l’habitat alors que le laisser-faire l’emportait dans la période précédente. Cependant, cette stratégie ne repose pas sur une logique unidimensionnelle de gentrification mais sur une logique hybride mêlant une réelle préoccupation pour les – ou certains des – habitants « déjà là » et des enjeux d’image et d’attractivité à l’égard de l’extérieur, et notamment à une échelle intercommunale.

This paper suggests regarding « populating » as a new key issue for cities, in the context of neoliberalisation of urban policies and the rise of urban entrepreneurialism. Within this context, it seems as if gentrification strategies were the main translation of the ancient will to control or to act upon the distribution of social groups and to influence residential mobility in urban spaces. In fact, populating issues, taken between “place” and “territory” logics, are more complex and this complexity could be understood with the idea of hybridity of current urban policies which combine elements of neoliberal restructuration and political and institutional legacies from the Fordism period. Saint-Etienne case study, a middle-sized city which recent history has been characterised by deindustrialisation and a significant loss of inhabitants (nearly 50,000 inhabitants left the city since 1968), shows the strengthening of the paradigm of attractiveness within urban policies. As a matter of fact, since the beginning of the 2000s, the City Council has implemented a specific housing environment strategy, whereas “laissez faire” dominated until that period. This strategy is not a one-dimensional gentrification approach but a hybrid one, mingling the concerns of, or some of, the inhabitants ‘already there’ and issues of image and attraction of inhabitants from outside, and particularly at the inter-municipal level.

Haut de page

Texte intégral

1Si les mobilités résidentielles sont structurées par le marché et par les stratégies individuelles des ménages (pour autant qu’ils ne soient pas captifs et donc à même de développer de telles stratégies), elles sont aussi influencées de diverses manières par les politiques publiques, nationales et locales, à commencer par les politiques en matière de logement et d’habitat. Nous souhaitons interroger le rôle des politiques urbaines contemporaines dans la construction des mobilités résidentielles, en faisant l’hypothèse que ce rôle est en profonde recomposition et en questionnant l’impact des processus de néolibéralisation des politiques urbaines dans ces recompositions.

  • 1  Ces interrogations ont été au cœur du colloque « Le peuplement : catégorie insaisissable des polit (...)

2Ce point de départ nous conduit à proposer une analyse des modes de construction et de transformation du « peuplement » comme catégorie – officielle ou officieuse, dicible ou indicible – des politiques urbaines1 et à soulever l’hypothèse d’une montée en puissance ou, du moins, d’une recomposition de cette catégorie d’action publique, sous l’effet de l’« urbanisation du néolibéralisme » (Peck, Theodore, Brenner, 2009). Nous définissons ici le peuplement comme une action consistant à influencer la répartition des groupes sociaux dans l’espace urbain, ces groupes sociaux pouvant être définis selon des critères divers (critères sociaux, ethniques, culturels, d’âge, de sexualité, etc.). Nous faisons l’hypothèse qu’il existe des politiques urbaines de peuplement qui visent à contrôler ou agir sur l’occupation sociale des espaces urbains (à des échelles diverses : bassin d’habitat, agglomération, ville, quartiers, microquartiers, etc.) et donc à influencer les mobilités résidentielles au moyen de différents instruments (politiques du logement et de l’habitat, politique foncière, aménagement urbain, action sur les espaces publics et les équipements urbains, politique d’image, marketing urbain, transports, action culturelle, etc.). Nous nous focaliserons ici plus spécifiquement sur le cas des politiques de l’habitat et du logement.

  • 2  Cette entrée a peut-être été davantage mobilisée dans les années 1960-70, sous l’effet de l’émerge (...)
  • 3  Cette enquête a été menée dans le cadre du projet de recherche « Le peuplement comme enjeu des pol (...)
  • 4  Nous avons effectué une quinzaine d’entretiens semi-directifs avec des acteurs de la Ville de Sain (...)

3Peu de travaux relatifs aux politiques urbaines abordent aujourd’hui « de front » le peuplement comme objet2. Nombre d’entre eux retiennent comme entrée la ségrégation (Brun, Rhein, 1994), la « mixité sociale » (Bacqué, Fol, 1997), ou encore les formes de mobilités résidentielles et géographiques (Authier, Bonvalet, Lévy, 2010 ; Lévy, Dureau, 2010). Or si ces entrées recoupent souvent la question du peuplement, elles abordent rarement directement la question des intentions, choix et stratégies politiques relatifs au peuplement urbain, des représentations sociales et catégorisations qui informent ces intentions et ces choix, et des instruments d’action publique inventés et mis en œuvre pour atteindre les objectifs de peuplement définis. Ce sont ces questions que nous allons tenter de démêler ici. Comment se transforment les représentations du « bon peuplement » urbain, des « équilibres » sociaux et territoriaux souhaitables, des groupes sociaux dont la présence est désirée ou au contraire indésirable, des cohabitations possibles ou impossibles dans la ville ? Comment le peuplement est-il construit en enjeu dans les villes contemporaines ? Pour apporter de premiers éléments de réponse à ces questions, nous avons mené une enquête de terrain sur le cas de l’agglomération stéphanoise3. Cette enquête, qui ne sera exploitée ici qu’à l’échelle de la ville centre, s’est fondée principalement sur des entretiens semi-directifs avec les acteurs locaux du logement et de l’habitat4 ainsi que sur une analyse documentaire des sources institutionnelles locales.

4Notre recherche était basée initialement sur l’hypothèse selon laquelle le processus de néolibéralisation, saisi comme le processus d’implication des autorités politiques dans l’extension et la reproduction – contradictoires – des règles du marché (Tickell et Peck, 2003), a conduit à de fortes recompositions de la « vieille » catégorie des politiques urbaines qu’est le peuplement, dans le sens où les politiques de peuplement se déclineraient aujourd’hui principalement sous la forme de politiques de gentrification. Tout un ensemble de travaux issus de la sociologie urbaine critique a souligné la montée en puissance des logiques d’attractivité, notamment résidentielle, et des politiques urbaines de gentrification visant à attirer les classes les plus aisées (Smith, 1996 ; Sociétés contemporaines, 2006). Or, l’enquête de terrain menée à Saint-Etienne nous a conduites à nuancer cette lecture des politiques de peuplement au prisme de la gentrification. D’un côté, elle a effectivement permis d’observer une montée en puissance de la question de l’attractivité résidentielle et des enjeux de peuplement sur la scène politique locale. Mais de l’autre côté, si ce nouveau mot d’ordre structure progressivement la politique locale du logement et de l’habitat, il ne s’impose pas sans conflit et sans arrangement. La stratégie urbaine en matière d’habitat qui émerge depuis une dizaine d’années à Saint-Etienne est orientée vers des objectifs pluriels, parfois même contradictoires : attirer de nouveaux habitants, certes, mais aussi maintenir les habitants « déjà là » et créer les conditions d’une « mixité sociale » dont la définition, ainsi que les moyens et instruments pour – éventuellement – y parvenir, sont l’objet de discussions et désaccords. Dès lors, il paraît difficile d’interpréter les évolutions décelées en termes d’invention d’une pure et simple stratégie de gentrification. Le peuplement comme enjeu des politiques urbaines fait l’objet d’une construction plus complexe et d’actions hybrides voire contradictoires (plus que d’une « politique de peuplement » à proprement parler), entre souci d’attractivité et amélioration des conditions de vie des habitants, recherche des classes aisées et objectif de mixité sociale.

5En vue de développer cet argument, nous déploierons notre propos en trois temps. Nous proposerons tout d’abord une réflexion théorique sur les recompositions du peuplement comme enjeu urbain dans un contexte de néolibéralisation des politiques urbaines (1). Nous nous pencherons ensuite sur le cas de l’agglomération stéphanoise, en analysant le processus de construction et de recomposition du peuplement et de l’attractivité résidentielle comme enjeux des politiques urbaines (2) puis celui de l’élaboration d’une stratégie hybride en matière de peuplement et d’attractivité résidentielle (3).

1. Néolibéralisation des politiques urbaines et recompositions du peuplement comme enjeu urbain : vers un cadre théorique

  • 5  Pour une analyse des raisons de cette faible mobilisation, cf. Béal (2010).

6Dans cette première partie, l’objectif est d’examiner comment la littérature scientifique portant sur les recompositions des politiques urbaines peut aider à analyser la façon dont ces politiques se saisissent aujourd’hui des enjeux de peuplement et tentent d’agir (ou pas) sur la répartition des groupes sociaux dans l’espace urbain et sur les mobilités résidentielles. Tout un courant théorique se revendiquant de la « nouvelle sociologie critique urbaine » a mis l’accent sur la montée en puissance des stratégies urbaines d’attractivité dans un contexte marqué par l’émergence des « villes entrepreneuriales » et par la « néolibéralisation des politiques urbaines ». Ce courant de recherche souligne aussi que ce nouveau contexte favorise le développement de politiques urbaines de gentrification, c’est-à-dire de repeuplement de la ville par les classes les plus aisées, aux dépens des groupes sociaux les plus défavorisés. Si cette grille de lecture théorique reste encore peu mobilisée dans les recherches françaises sur les politiques urbaines5, les travaux portant sur l’accompagnement par les politiques publiques de la tardive gentrification de Paris (Clerval, 2008 ; Clerval, Fleury, 2009) ou sur les modalités de la gentrification dans les « villes perdantes » (Rousseau, 2009 et 2010) font cependant exception, tout comme les recherches menées dans d’autres contextes nationaux par des chercheurs français, en Afrique du Sud par exemple où la question des rapports entre politiques publiques et configuration sociospatiale des espaces urbains, en contexte d’apartheid puis d’ouverture néolibérale, est centrale (Bénit, 2001 ; Bénit, 2005 ; Houssay-Holzschuch, 1999 ; Bénit, Morange, 2001 ; Morange, 2006). Nous pouvons aussi citer les travaux d’E. Cunnigham-Sabot qui, dès sa thèse de doctorat, s’appuyait sur la géographie radicale anglo-saxonne (Sabot, 1996). Pour autant, la diffusion de ce cadre théorique n’est pas très large dans l’analyse française des politiques urbaines des villes intermédiaires et de leurs paradigmes contemporains.

7Nous développerons ici deux points : tout d’abord, la(les) manière(s) dont ces travaux constatent et expliquent la montée en puissance des stratégies urbaines d’attractivité et, ensuite, les effets de cette montée en puissance sur la construction du peuplement comme enjeu des politiques urbaines.

1.1. La montée en puissance des stratégies urbaines d’attractivité

1.1.1. Le développement des stratégies entrepreneuriales des villes

8De nombreux travaux ont mis en évidence la montée en puissance des stratégies urbaines entrepreneuriales depuis les années 1970. C’est d’abord l’observation des transformations des villes américaines qui a fondé cette métaphore de la « ville entrepreneuriale ». Celle-ci renvoie, selon P. Le Galès, à trois éléments : « le discours de la concurrence et du marché, y compris en termes d’image et d’identité, la priorité politique accordée aux enjeux de développement économique et d’attraction d’investissements, de flux et de groupes sociaux favorisés, la transformation du gouvernement local vers des formes organisationnelles de type partenariat public-privé qui donnent aux acteurs privés un rôle important dans la définition de l’intérêt général de la ville, des priorités, des modes de gestion ainsi que dans la conception et la mise en oeuvre de projets » (Le Galès, 2003 : 287).

9Dès 1989, D. Harvey avançait la thèse d’un passage « du managérialisme à l’entrepreneurialisme », c’est-à-dire de politiques urbaines antérieurement focalisées sur la production de services urbains en direction des habitants (le « managérialisme » des années 1960) à des politiques orientées vers une stratégie de développement économique endogène (Harvey, 1989 : 3). Cette émergence de l’entrepreneurialisme urbain s’inscrit dans une transformation globale de la dynamique du capitalisme depuis les années 1970, avec le passage d’un régime fordiste-keynésien d’accumulation du capital à un régime d’accumulation flexible (Amin, 1994). Cette recomposition du capitalisme a conduit au développement d’une compétition interurbaine pour les ressources, les emplois et le capital (Harvey, 1989 : 5). Selon Harvey, l’entrepreneurialisme urbain se caractérise par trois principaux éléments: (1) il s’appuie de façon centrale sur des mécanismes de partenariat public-privé ; (2) il est spéculatif, plutôt que de reposer sur une planification rationnelle et une coordination ; (3) enfin, point qui nous intéresse particulièrement, il s’intéresse davantage à l’économie politique de la « place » qu’à celle du « territoire » (Harvey, 1989 : 7-8). Autrement dit, les projets visant à améliorer les conditions de vie et de travail des individus résidant sur un territoire donné (par exemple dans le domaine du logement ou de l’éducation) sont supplantés par des projets supposés avoir un impact au-delà du territoire (par exemple des projets visant à transformer l’image d’une ville, tels que l’implantation de grands équipements culturels ou de centres d’affaires, l’accueil de grandes manifestations sportives, la construction de grands centres commerciaux, etc.). Les bénéfices de ces projets sont indirects et peuvent « détourner l’attention et même les ressources » de la population vivant sur le territoire concerné : « Le nouvel entrepreneurialisme urbain repose ainsi typiquement sur un partenariat public-privé se focalisant sur l’investissement et le développement économique et dont le but économique et politique immédiat est la construction spéculative de la place plutôt que l’amélioration des conditions de vie sur un territoire donné » (Harvey, 1989 : 8).

10Dans ce contexte, parmi différentes stratégies d’entrepreneurialisme urbain possibles (Harvey, 1989 : 8 et s.) qui peuvent se combiner concrètement de façon variable dans les villes, l’une consiste à jouer la carte de la qualité de vie afin d’améliorer sa position dans la compétition interurbaine au niveau de la division spatiale de la consommation et d’« attirer le dollar du consommateur » : « La ville doit apparaître comme innovante, excitante, créative, et comme une place sûre à habiter ou à visiter, où l’on peut jouer ou consommer » (Harvey, 1989 : 9). L’essor de l’entrepreneurialisme urbain favorise ainsi le développement de stratégies de régénération urbaine et de gentrification. La compétition interurbaine conduit les villes à une course sans fin et vaine visant à se créer des avantages comparatifs et à construire une image urbaine valorisante en vue d’attirer entreprises et classes supérieures. Selon Harvey, l’entrepreneurialisme urbain a des conséquences néfastes en termes de redistribution sociale puisqu’il revient à subventionner les entreprises et les consommateurs les plus aisés afin de les inciter à choisir de rester ou de venir s’installer dans la ville, « aux dépens de la consommation collective locale pour les classes populaires et les pauvres » (1989 : 12). Au bout du compte, les stratégies entrepreneuriales favoriseraient la production de villes duales.

11Si les villes européennes ont connu une histoire différente des villes américaines, le développement des Etats-Providence les ayant un temps mises à l’abri des logiques de concurrence, elles n’en sont pas moins confrontées à des évolutions fortes depuis les années 1970. Sur fond de montée de l’idéologie néolibérale, la mondialisation économique, la crise des Etats-Providence, la crise industrielle et l’austérité financière ont accentué la compétition interurbaine à l’échelle internationale et conduit les villes européennes à adopter le modèle et les stratégies de la « ville entrepreneuriale » afin de tenter d’attirer les entreprises et les groupes sociaux désirés (Brenner, 2009 ; Le Galès, 2003). Les villes se sont ainsi lancées dans une course à l’attractivité qui n’est pas seulement le fruit des contraintes économiques nées des restructurations du capitalisme mais aussi des politiques nationales menées par les Etats, lesquels envisagent désormais les villes comme les lieux clés de la compétitivité économique nationale. Dans ce contexte, il ne s’agit pas d’affirmer que les politiques urbaines se réduisent aujourd’hui à des politiques économiques mais de constater que la compétitivité est devenue l’enjeu à partir duquel toutes les politiques urbaines sont désormais pensées (Brenner, 2009 : 458), la capacité d’attraction des villes – notamment sur les classes sociales aisées et les groupes professionnels « créatifs » – étant considérée comme un des aliments prépondérants de la compétitivité des entreprises.

12La métaphore de la ville entrepreneuriale présente néanmoins des limites. En effet, les pressions à la concurrence ne suffisent pas à expliquer les politiques urbaines actuelles, qui sont aussi le fruit d’histoires locales et de structurations socio-historiques des rapports sociaux spécifiques dans chaque ville (Le Galès, 2003 : 304 ; Brenner, 2009 : 456). L’enjeu est alors d’observer les recompositions des politiques urbaines dans des contextes spécifiques, en portant attention à la fois aux contextes nationaux et aux recompositions de régulations locales qui s’inscrivent dans la durée, s’institutionnalisent dans des organisations, des valeurs, des relations et échanges entre acteurs locaux publics et privés, afin d’étudier les processus d’appropriations/traductions locales de ce « modèle » de la ville entrepreneuriale.

1.1.2. Néolibéralisation et hybridation des politiques urbaines

13Depuis l’article fondateur de D. Harvey (1989), des travaux de sociologie urbaine critique ont poursuivi l’analyse des recompositions des politiques urbaines et de leur articulation aux transformations économiques contemporaines. L’un des principaux débats en cours dans le champ des urban studies porte ainsi sur les apports et limites d’une conceptualisation en termes de néolibéralisation des politiques urbaines proposée par une série d’auteurs influents (Brenner, Peck, Theodore, 2010 ; Peck, Theodore, Brenner, 2009 ; Brenner, Theodore, 2002) qui cherchent à construire la néolibéralisation comme catégorie analytique, afin de dépasser les limites fréquemment pointées du concept de néolibéralisme. Peck, Theodore et Brenner (2009) affirment que les villes sont devenues des sites stratégiques pour le développement de projets de restructuration néolibérale et évoquent un processus d’« urbanisation du néolibéralisme » (2009 : 65). Ils proposent une approche processuelle de la néolibéralisation comme processus de restructuration des politiques publiques orienté vers la mise en place de la discipline du marché (Id. : 51).

14L’un des points les plus intéressants de leurs travaux renvoie à la notion d’hybridité des politiques urbaines contemporaines. En effet, ces auteurs soulignent que les projets de néolibéralisation tendent à prendre des formes variables selon les configurations socio-historiques et que l’enjeu est dès lors d’analyser les « façons complexes, contestées selon lesquelles des stratégies de restructuration néolibérales interagissent avec des usages préexistants de l’espace, des configurations institutionnelles, et des constellations du pouvoir socio-politique » (Id. : 54). Autrement dit, il s’agit de prêter attention aux interactions entre les projets néolibéraux de restructuration et les configurations institutionnelles et spatiales héritées.

1.2. Les recompositions du peuplement comme enjeu des politiques urbaines : la gentrification comme horizon indépassable ?

15Quels sont les effets de ces recompositions des politiques urbaines sur la construction du peuplement comme enjeu et sur la façon dont ces politiques tentent d’influencer les mobilités résidentielles ? Nous pouvons retenir de la littérature synthétisée ci-dessus plusieurs idées fortes :

  1. Les stratégies urbaines entrepreneuriales reposent avant tout sur un objectif de compétitivité dans un contexte de concurrence interurbaine ; conçue comme un moteur de la compétitivité, puisqu’elle mesure d’une certaine manière l’offre urbaine déployée, l’attractivité est érigée en objectif central et global des politiques urbaines, dans tous les secteurs de l’action publique (culture, logement, équipements urbains, etc.).

  2. Les stratégies d’attractivité ciblent non seulement les entreprises mais aussi certaines catégories d’individus ou de ménages, ce qui pose directement la question du processus de désignation de certains groupes sociaux comme des ressources en termes de développement économique.

  3. Les stratégies urbaines entrepreneuriales ciblent donc des résidents potentiels plutôt que les résidents présents dans la ville (Harvey, 1989). En conséquence, elles poussent à une réorientation des politiques urbaines de logement et d’habitat, de l’amélioration des conditions de logement des habitants « déjà là » vers la construction de conditions de vie (notamment de logement), d’une qualité urbaine et d’une image susceptibles de rendre les villes attractives aux yeux des catégories sociales visées.

  4. Ces stratégies ciblent avant tout les catégories sociales supérieures, valorisées pour différentes raisons : parce que les entreprises ne viendront pas s’implanter si les cadres ne veulent pas s’installer dans la ville ; parce que ces catégories sont de « gros » contribuables potentiels ; parce qu’elles sont de grandes consommatrices de services et biens urbains ; parce que leur présence visible dans la ville contribue à la « bonne image » de celle-ci, ce qui est donc susceptible d’influencer les stratégies résidentielles de nouveaux ménages, selon un « cercle vertueux » de l’attractivité urbaine. Les acteurs locaux sont donc conduits à identifier des profils d’habitants « désirables » qu’il s’agit de convaincre de rester ou de venir habiter dans la ville.

  5. Toutefois, les politiques urbaines contemporaines ne peuvent se résumer à ces stratégies néolibérales d’attractivité. Ce sont avant tout des politiques hybrides, au sein desquelles s’articulent, de façon potentiellement contradictoire, des héritages politiques et institutionnels de l’ère fordiste (local welfarism en particulier) et des éléments de projets de restructuration néolibérale (stratégie d’attractivité visant à rendre la ville compétitive dans un contexte de concurrence accrue entre les territoires).

  6. L’enjeu d’une étude de cas est donc d’observer cette hybridation des politiques urbaines en rendant compte de leur complexité et d’observer la façon dont s’y articulent, à des degrés variables, configurations et héritages politico-institutionnels urbains et projets de restructuration néolibérale.

16Dans la littérature anglo-saxonne, la question des recompositions des politiques de peuplement sous l’effet de l’urbanisation du néolibéralisme est principalement traitée sous trois angles. Tout d’abord, de nombreux travaux ont mis l’accent sur le développement de politiques de gentrification de certains espaces urbains. N. Smith (1996) a ainsi souligné la brutalité de l’embourgeoisement de certains quartiers de New York, évoquant une « ville revanchiste » qui repousse sans complexe ses « indésirables » (pauvres, sans abri) hors des espaces urbains valorisés. Une autre série de travaux s’est développée autour de la thèse de la « classe créative », à partir des travaux de Richard Florida qui met l’accent sur son rôle dans le développement économique des villes (Florida, 2002, 2005). Selon Florida, le capital humain est désormais le capital essentiel que les villes doivent conquérir pour être prospères. Elles doivent donc développer des stratégies afin d’attirer ces « créatifs » (artistes, architectes, ingénieurs, chercheurs, etc.). Enfin, une troisième série de travaux s’intéresse aux projets de restructuration urbaine, notamment aux « mégaprojets » urbains (développements de grands complexes touristiques, culturels ou d’affaires) (Jewson, MacGregor, 1997 ; Vicario, Martinez Monje, 2003). Ces derniers travaux posent plus souvent, nous semble-t-il, la question des effets de ces projets sur la composition sociospatiale des villes et sur la redistribution sociale des ressources et du pouvoir que celle des intentions et choix politiques des décideurs en matière de peuplement des villes.

  • 6  Le programme de rénovation urbaine Hope VI (Housing Opportunities for People Everywhere), bien ana (...)

17A nouveau, se pose la question des conditions d’importation de cette littérature anglo-saxonne pour l’analyse du cas des villes européennes. Dans le contexte européen, l’implication des pouvoirs publics a été historiquement – et reste aujourd’hui – plus forte que dans le contexte nord-américain6. Ainsi, dans le champ du logement, l’extension du secteur du logement public est sans commune mesure avec celle observée dans les villes américaines, même si elle est très variable d’un pays à l’autre et même d’une ville à l’autre (Lévy-Vroelant, Tutin, 2010). Ces différences ont nécessairement des conséquences fortes sur les politiques de peuplement, dont le logement et l’habitat constituent une dimension centrale. Malgré les recompositions en cours, l’intervention des acteurs publics, notamment locaux, dans ces secteurs reste plus forte dans les villes européennes. Comme le souligne P. Le Galès, « Le logement et le marché des bureaux sont classiquement un excellent indicateur des régulations dominantes où s’entremêlent l’Etat, les autorités locales, les entreprises privées et, dans une moindre mesure, les associations. […] Le pôle de la régulation publique n’a pas disparu dans les villes moyennes européennes. Les municipalités de Copenhague, d’Utrecht ou de Nantes poursuivent des politiques urbaines sur le thème de la mixité, de l’habitat social en centre-ville, de contrôle des prix des nouveaux appartements, d’opposition à la formation de ghettos ethniques, de contrôle de la distribution spatiale de catégories défavorisées » (Le Galès, 2003 : 311). Ainsi, dans le cas de Rennes, on observe la construction d’une véritable communauté d’action publique, caractérisée notamment par la stabilité de relations d’échanges entre élus et promoteurs immobiliers, les premiers ayant obtenu des seconds qu’ils donnent une coloration sociale à leurs projets de développement, les seconds étant en contrepartie « protégés » au moins partiellement de la concurrence tant qu’ils jouent le jeu du partenariat avec la municipalité (Dormois, 2006). Le fait qu’une ville mette l’accent avant tout sur une stratégie entrepreneuriale et sur une stratégie de peuplement ciblant les catégories sociales supérieures ne peut donc pas être considéré comme acquis a priori. Mobiliser la notion de « politique hybride » semble ici à nouveau pertinent pour saisir la forme que prend, dans chaque ville, l’imbrication des « nouvelles » logiques néolibérales et des héritages institutionnels, sociaux, spatiaux et idéologiques, et la façon dont cette imbrication produit des recompositions du « peuplement » comme catégorie des politiques urbaines.

2. La construction du peuplement et de l’attractivité résidentielle comme enjeux des politiques urbaines : le cas de l’agglomération stéphanoise

  • 7  Entretien avec un(e) ancien(ne) responsable de direction, Ville de Saint-Etienne, décembre 2009.

« La question de l’attractivité résidentielle de Saint-Etienne et de sa reconquête, en termes de pluralité de populations et d’avoir des dynamiques démographiques positives, notamment en agissant sur l’habitat, est vraiment au fondement de l’action de Saint-Etienne sur ces dix dernières années »7.

  • 8  Cela ne signifie pas que le peuplement n’était précédemment construit comme enjeu par aucun acteur (...)
  • 9  La ville de Saint-Etienne connait son acmé démographique en 1968 avec 223 223 habitants. Les donné (...)

18Ces propos d’un(e) ancien(ne) responsable de direction de la Ville de Saint-Etienne témoignent de la montée en puissance des enjeux d’attractivité résidentielle et de peuplement dans la stratégie urbaine stéphanoise depuis le tournant des années 20008. Cette chronologie interroge, dans la mesure où la courbe démographique stéphanoise s’inverse dès la fin des années 19609 (voir figure 1). Comment expliquer que ces évolutions démographiques, pourtant repérées dès les années 1970, ne soient perçues comme un enjeu des politiques urbaines et ne soient saisies par la politique de l’habitat qu’à partir de la fin des années 1990 ? Comment et pourquoi passe-t-on, en une dizaine d’années, d’une (apparente) absence de politique locale du logement et de l’habitat à une véritable stratégie urbaine de l’habitat centrée autour de la question de l’attractivité résidentielle ?

2.1. L’habitat et l’attractivité résidentielle comme « non problèmes »

  • 10  Le premier Plan d’occupation des sols (POS) de la ville, établi en 1976, est un POS partiel, qui a (...)

19Qui cherche à reconstituer l’émergence de l’attractivité résidentielle et du peuplement comme enjeu des politiques urbaines à Saint-Etienne est avant tout frappé par l’absence de « véritable » politique du logement et de l’habitat de la Ville de Saint-Etienne avant le début des années 2000, absence de politique qui peut aussi être lue comme une politique « active » de laisser faire. A ce stade, il est significatif de rappeler que les édiles stéphanois se sont montrés largement réticents à la stabilisation d’un droit des sols10, qui leur aurait fait perdre la possibilité de constituer rapidement des opportunités foncières pour eux-mêmes ou leurs supporters. Pour ce qui concerne la question du logement, force est de constater qu’elle n’a pas été très mobilisatrice à Saint-Etienne : une société d’HBM créée en 1912, peu active pendant l’entre-deux-guerres, un patronat peu investi dans les constructions ouvrières. La situation du logement aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, largement décrite par J. Cellier (Cellier, 1949), force l’investissement municipal, qui se traduit dès 1949 par le lancement de l’opération de Beaulieu-Le-Rond-Point, dont le programme de 1262 logements est rattaché ensuite aux opérations nationales du « secteur industrialisé », et l’implication du petit patronat avec la création en 1948 du Comité Interprofessionnel du Logement Stéphanois (C.I.L.S.). A Saint-Etienne comme ailleurs, la production massive de logements mobilise les acteurs nationaux et locaux dans les années 1950-1960 sans que le lien ne s’établisse vraiment entre les caractéristiques de ces opérations et la politique d’image de la ville qui se formalise à partir de 1964 sous les mandats du radical Michel Durafour. Partagé par de nombreux acteurs interviewés, ce constat de « vide » en matière de politique d’habitat jusqu’aux années 1990 n’est nuancé que pour une période, celle des années 1977-1983, durant lesquelles la municipalité d’Union de la gauche, dirigée par le communiste Joseph Sanguedolce, tente de mettre un place une politique de l’habitat volontariste et idéologiquement structurée par des objectifs de lutte contre l’étalement urbain et la spéculation, se traduisant notamment par des actions de « réanimation des quartiers anciens » grâce à la procédure d’OPAH. Cette politique s’appuie sur le Dossier Habitat réalisé en 1978 par l’Agence d’urbanisme à la demande de la Ville de Saint-Etienne, dossier qui met en évidence la dégradation et la paupérisation du centre-ville, mais aussi la vacance croissante des logements ainsi que l’évasion de certaines franges de la population vers les quartiers périphériques ou la première couronne stéphanoise (Tomas, 1985).

  • 11  Un des responsables de la Direction départementale de l’Equipement de la Loire (DDE 42), arrivé au (...)
  • 12  Entretien avec un(e) ancien(ne) responsable de service, Ville de Saint-Etienne, novembre 2009.

20Durant la période des années 1980-90 qui voient pourtant dans d’autres villes, à la faveur de la réforme de la décentralisation de 1982-83, se développer des politiques locales du logement et de l’habitat aux échelles communale et, progressivement, intercommunale (Ballain, 2005), l’action de la municipalité stéphanoise reste largement limitée à la mise en oeuvre d’OPAH pour la réhabilitation des logements privés dégradés dans les quartiers anciens du centre-ville (Tomas, 1985 ; Bonneville, 1985). Cette politique se poursuit jusqu’au milieu des années 1990, sans véritable remise en cause lors du retour de municipalités de droite après 1983. Le service Habitat de la Ville de Saint-Etienne se résume de fait au service Habitat ancien, sans grande visibilité et, surtout, sans élu de référence11. De manière globale d’ailleurs, les élus occupent peu ce terrain : « Pour eux c’était du social »12. Le logement social en particulier est perçu négativement par les élus, qui y voient un logement « pour pauvres ». Des logements sociaux sont construits, à l’initiative des bailleurs quels qu’ils soient, mais en l’absence d’une définition d’objectifs municipaux et, in fine, de stratégie urbaine de l’habitat.

21Quant à l’échelle de l’agglomération, elle est bien longue à émerger. Si l’évolution du C.A.L.L.-P.A.C.T., créé en 1953 dans la sphère du catholicisme social, dessine peu à peu la pertinence de cette échelle de réflexion et d’intervention (Vant, 1996), les élus tardent à formaliser la structuration intercommunale de l’agglomération stéphanoise : Saint-Etienne Métropole naît comme Communauté de communes en 1995 et devient Communauté d’agglomération en 2001 (Vant, Gay, 1997). Cette même année, elle lance le premier Programme local de l’habitat (PLH) de Saint-Etienne Métropole dont le document-cadre est validé en décembre 2002 sans orientations très fortes. L’avènement d’une politique locale du logement et de l’habitat est donc difficile en région stéphanoise tant à l’échelle municipale qu’à celle de l’agglomération.

  • 13  Un des responsables de la DDE au début des années 2000 parle d’une « certaine idéologie de ne pas (...)
  • 14  Entretien avec un(e) ancien(ne) technicien(ne) de l’agence d’urbanisme EPURES, novembre 2009.

22Comment expliquer cette émergence relativement tardive (au regard des autres villes et agglomérations françaises) d’une stratégie urbaine en matière d’habitat à Saint-Etienne ? Il nous semble que quatre facteurs ont interagi. Le premier tient à la priorité accordée à l’emploi et aux entreprises dans la stratégie de développement économique menée par la municipalité stéphanoise, avec un tournant significatif en la matière avec le retour, en 1983, d’une municipalité de droite conduite par F. Dubanchet. Jusqu’aux années 1990, celle-ci priorise très clairement l’action sur l’emploi et les entreprises, au travers de nombreuses opérations immobilières en direction des entreprises ; cette action est perçue comme la plus à même de combattre la crise économique et sociale. A l’opposé, le logement et l’habitat sont considérés comme des enjeux marginaux voire inexistants. Un(e) ancien(ne) technicien(ne) de l’Agence d’urbanisme EPURES rapporte que, dans les années 1980, la croyance dans un « laisser faire »13, caractéristique de l’histoire de la planification urbaine à Saint-Etienne (en-dehors, à nouveau, de la parenthèse 1977-83), conduit les élus à penser que la ville et l’organisation du marché du logement offrent la possibilité de parcours résidentiels « vertueux » au regard de la morale et sans intervention publique particulière : « On commence sa vie à Montchovet et on la finit rue de la République, c’est un cursus résidentiel. Tu commences à en chier, et puis si t’es gentil, si tu payes ton loyer, si t’as pas de chien, s’il n’y a pas de pétition contre toi, tu passes dans un immeuble un peu plus ordinaire, un peu plus, un peu plus… et tu finis rue de la République… Voilà. C’était simple, c’était clair »14.

  • 15  Dans la rédaction du rapport Politique de l’habitat et du logement à Saint-Etienne depuis 1980 (Vi (...)

23Un deuxième élément d’explication tient au fait que certains élus considèrent la situation du logement et de l’habitat à Saint-Etienne comme désespérée, si manifestement mauvaise qu’ils ne croient pas en la possibilité de modifier le cours des choses. Tout se passe comme si le stigmate de « la capitale des taudis », hérité des lendemains de la Seconde Guerre mondiale, avait été intériorisé. Les élus sont persuadés que, de toute façon, les classes moyennes et supérieures ne viendront (ou reviendront) jamais habiter à Saint-Etienne et qu’il serait donc vain de dépenser du temps et des moyens pour tenter de les attirer. Cette réticence, que nous traitons davantage comme un constat provisoire que comme une explication, semble difficile à vivre pour les techniciens du service Habitat qui peinent à convaincre15.

24Un troisième élément d’explication renvoie aux traits structurels de la culture politico-administrative locale à Saint-Etienne, qui obère, au-delà du seul champ de l’habitat, la capacité de construction d’une stratégie urbaine. Les rapports entre la municipalité et l’Etat, et plus généralement entre les différents types d'élites – politiques, technocratiques, étatiques et économiques – qui composent la société locale s’inscrivent dans une histoire spécifique, produit de la structure des rapports de force entre ces élites et des modes d’intervention de l’Etat dans l’économie locale, notamment depuis la Seconde guerre mondiale. Sans pouvoir entrer dans les détails de cette histoire, nous nous bornerons ici à constater qu’elle finit par entraver « la construction d'une capacité d'action collective à Saint-Étienne dans un contexte de compétition territoriale qui exige des acteurs, institutions et groupes sociaux composant les villes une capacité à ‘faire système’ et à élaborer des stratégies collectives » (Béal, Dormois, Pinson, 2010 : 20 ; voir aussi Béal, 2006 et Le Galès, 2006).

  • 16  A ce jour, le second PLH, en discussion depuis 2007, n’a toujours pas été adopté.

25Enfin, le déficit d’intercommunalité constitue un quatrième facteur ayant freiné l’émergence d’une politique locale en matière de logement et habitat, ces enjeux étant de plus en plus difficiles à poser en-dehors d’un solide cadre intercommunal à partir du moment où les mobilités des ménages s’inscrivent de façon croissante, du fait des nouveaux modes de transport, à l’échelle du bassin d’habitat (Cretin, 1995). Si plusieurs projets de PLH ont été élaborés à partir des années 1990, il faut attendre plus d’une année après la création de la communauté d’agglomération pour qu’un premier PLH à l’échelle de Saint-Etienne Métropole soit adopté en 200216.

2.2. La réévaluation tardive du peuplement et de l’habitat comme enjeux stratégiques

26Cette absence de politique de l’habitat et du logement va progressivement faire l’objet de questionnements et d’une remise en cause. Ces questionnements émergent à deux niveaux. Ils sont d’abord soulevés par l’Agence d’urbanisme, qui pousse à l’élaboration d’un PLH et, à travers lui, à la construction d’une scène partenariale sur laquelle les communes pourraient développer progressivement un diagnostic partagé et une capacité d’action collective. Ils émergent aussi à l’intérieur du service Habitat de la Ville de Saint-Etienne. Deux rapports produits au sein de ce service en 1995 sont particulièrement intéressants à analyser de ce point de vue, d’autant plus que leur caractère de document « interne », rédigé par un(e) ou des technicien(ne)s pour un(e) ou des élu(e)s, se traduit par une évocation très directe, sans « langue de bois », des enjeux rencontrés. Le premier, Politique de l’habitat et du logement à Saint-Etienne depuis 1980, est daté d’avril 1995. Il fait le constat des limites de la politique menée depuis les années 1980 en pointant l’accroissement des disparités entre Saint-Etienne et sa couronne et l’émergence de quartiers fragilisés en centre-ville, tout en mettant en évidence le fait que la ville est essentiellement perçue comme une ville d’habitat social. Il affirme que les différentes phases d’élaboration du PLH constitueront « des moments privilégiés pour définir clairement une politique de l’Habitat et du peuplement ».

27Quelques mois plus tard, en août 1995, un nouveau rapport du service Habitat vient en quelque sorte prolonger le premier. Il est intitulé Pour une politique de l’habitat (Du constat aux propositions d’actions). Horizon 2010. Son préambule souligne une rupture avec la marginalisation antérieure des enjeux d’habitat et la nouvelle imbrication des enjeux d’habitat, logement, peuplement et image : « L’Habitat et le logement demeurent un des enjeux primordiaux pour la Ville de Saint-Etienne. La politique conduite en la matière aura, dans les années futures, des conséquences considérables sur l’avenir de la Ville, tant au niveau de son poids démographique, qu’au niveau du type de population qui y résidera et par voie de conséquence sur le rayonnement et l’attractivité de la Ville (économique, sociale, culturelle) et sur l’image qu’elle renverra à l’extérieur ».

  • 17  Entre les recensements de 1982 et 1990, Saint-Etienne a perdu 5 559 habitants, tandis que le dépar (...)
  • 18  Les chiffres indiqués sont, pour 1990, 12% de personnes étrangères et 16% de personnes d’« origine (...)

28Le rapport s’appuie sur un diagnostic globalement inquiet concernant l’évolution du peuplement de la ville de Saint-Etienne, fondé sur différentes études réalisées ou pilotées par le service Habitat, ou réalisées par des organismes prestataires dans le cadre de l’élaboration du PLH. Les inquiétudes sont de deux ordres : elles portent sur la situation objective de la ville mais aussi sur sa perception. Du point de vue de la situation objective, les principales tendances relevées sont les suivantes : perte de population de la ville-centre17, vieillissement, population étrangère nombreuse18, paupérisation (taux de chômage de 14% en 1990), en particulier dans les quartiers centraux. La perception subjective (ou l’image) de la ville et celle de son habitat, tant pour le parc locatif privé que social, sont également jugées problématiques. Si la part de logements HLM est estimée à 21% du parc en 1993, c’est surtout la présence d’un important parc privé ancien dégradé, occupé par des familles défavorisées souvent étrangères, jouant le rôle de parc social de fait en hypercentre et estimé à 40% du parc stéphanois, qui est perçue comme problématique en termes d’image. Au final, le rapport s’inquiète d’« une perception et une réalité du centre ville qui peuvent agir comme repoussoir des catégories sociales plus aisées ». Plus loin, c’est la fuite des classes moyennes et supérieures en périphérie qui est soulignée : « Saint-Etienne souffre d’un problème d’image et son atout de ville à la campagne joue contre elle. Les familles aux revenus moyens et supérieurs fuient Saint-Etienne pour s’installer en proche périphérie (environnement et cadre de vie, proximité de Saint-Etienne, de ses activités et équipements, facilités de communications, fiscalité plus légère) ».

29Sur le fondement de ce diagnostic est soulevée une série de « questions de fond » révélant la saillance de l’enjeu du peuplement et de l’attractivité des classes moyennes et supérieures mais, plus encore, les tensions et les contradictions entre les divers objectifs assignés à la politique de l’habitat. C’est à la suite de cette série de questions de fond qu’est affirmée la nécessaire dimension stratégique de l’action en matière d’habitat : « L’habitat est un des éléments majeurs du projet de Ville et ne peut en être déconnecté ». L’objectif visé est clairement la reconquête de l’image, indissociable de la quête des classes moyennes et supérieures, et l’action sur l’habitat et le logement est conçue comme un levier pour agir sur cette image et cette attractivité : il s’agit de « traiter en priorité l’évolution négative du centre ville, afin de [le] mettre […] en cohérence avec l’image d’un cœur d’agglomération et ne plus détourner les couches sociales moyennes et supérieures de Saint-Etienne ». Au fond, c’est un « cap moins social » qui est préconisé, la municipalité élue en 1983 ayant, par « compensation » en regard de ses lourds investissements dans l’immobilier d’entreprises, développé un volet social en faisant du C.A.L.L.-P.A.C.T. une « nouvelle » figure des politiques de logement (Vant, 1996).

  • 19  Entre 1990 et 1999, le nombre d’habitants de la ville de Saint-Etienne passe de 199 396 à 180 438, (...)

30Quatre ans après ces rapports, le recensement de 1999, indiquant une très forte déprise démographique19, va accélérer la prise de conscience des acteurs locaux : il agit comme un révélateur de l’ampleur des difficultés que rencontre la ville et de son manque d’attractivité, et donc des limites – voire de l’inefficacité (Tirmarche, 1999) – de la stratégie urbaine focalisée sur l’action économique, notamment immobilière, cette dernière peinant à susciter des dynamiques collectives (Le Galès, 2006). Les acteurs locaux vont en tirer les enseignements suivants : l’action en faveur des entreprises et de l’emploi ne suffit pas ; la politique menée jusqu’alors en matière d’habitat est également insuffisante ; il est urgent d’agir très rapidement sur la ville, son image, son attractivité résidentielle, son habitat, faute de quoi elle risquerait d’être entraînée dans la spirale de la dévalorisation-paupérisation. La municipalité menée par Michel Thiollière (1994-2008) va progressivement rompre avec la politique de développement des capacités d’accueil d’entreprises et chercher à développer l’attractivité du territoire à travers trois principaux vecteurs : la mobilisation de grands noms de l’architecture (Norman Forster, Finn Geipel, Manuelle Gaudrand, etc.), le design et l’habitat.

3. Entre place et territoire : vers une stratégie urbaine hybride

31C’est à partir du début des années 2000 que s’amorce une stratégie urbaine en matière, indissociablement, d’habitat, d’attractivité résidentielle et de peuplement. Notre hypothèse est que cette stratégie, dont nous allons analyser les principales étapes de développement, peut être lue, non comme une stratégie de gentrification, mais plutôt comme une stratégie hybride  (Peck, Theodore, Brenner, 2009), articulant la construction de la « place » pour les habitants potentiels à attirer et celle du « territoire » pour les habitants « déjà là » (Harvey, 1989).

3.1. Le GPV20 et l’ANRU21 : laboratoires d’une stratégie habitat

  • 20  Grand Projet de Ville.
  • 21  Agence nationale de la Rénovation Urbaine.
  • 22  Entretien avec un(e) ancien(e) responsable de la DDE 42, février 2011.
  • 23  « Je crois que le maire de Saint Etienne et ses élus les plus proches l’ont compris : du côté de l (...)

32Deux ans après le recensement de 1999, la mise en place du Grand Projet de Ville (GPV) en 2001 constitue une nouvelle étape clé dans la montée en puissance locale de l’enjeu de l’attractivité résidentielle. L’expérience du GPV joue un rôle décisif de trois points de vue. Tout d’abord, le GPV initie un partenariat entre acteurs locaux qui, jusqu’alors, faisait défaut. Dès 2001, un groupement d’intérêt public (GIP) est mis en place, réunissant l’Etat (DDE), la Ville de Saint-Etienne, la nouvelle Communauté d’agglomération et la Caisse des Dépôts, avec pour mission d’animer la phase d’étude et d’assurer le pilotage stratégique de la politique de rénovation urbaine menée dans le cadre du GPV. Ensuite, durant cette phase, les acteurs se mettent à élaborer un diagnostic commun, appuyé sur la construction d’indicateurs de fragilité sociale et urbaine. Ce travail permet de percevoir plusieurs phénomènes, en particulier un processus de paupérisation, dans les quartiers d’habitat social mais aussi dans les quartiers centraux caractérisés par l’habitat privé ancien. Enfin, ce diagnostic partagé débouche sur un choix décisif : celui d’identifier quatre quartiers en difficultés sur lesquels l’action va être orientée, à savoir les deux principaux quartiers d’habitat social périphériques (Sud-Est et Montreynaud) et deux quartiers centraux fragilisés (Crêt de Roc et Tarentaize-Beaubrun-Séverine). Ce choix d’intégrer des quartiers centraux anciens d’habitat privé dégradé est fondateur, peu répandu à l’échelle nationale, et basé sur le constat d’une sorte de continuum de fragilité sociale qui inquiète tant les services municipaux en charge de l’Urbanisme et de l’Habitat que ceux de l’Etat local22. L’impulsion des dirigeants de la DDE et des techniciens de son service Habitat semble décisive : ils arrivent à imposer un rapport de force aux élus en la matière et constituent par là même un appui important pour les techniciens de la ville discrètement mobilisés sur cette question depuis des années23.

  • 24  A savoir les 220 millions d’euros de la convention initiale, auxquels s’ajoutent 80 millions d’eur (...)

33L’adoption en août 2003 de la loi Borloo, qui met en place le Programme National de Rénovation Urbaine (PNRU) et crée, par son article 10, l’Agence nationale de la rénovation urbaine (ANRU), signe la fin des GPV. A Saint-Etienne, cette expérience est alors réinvestie dans la construction d’un projet de rénovation urbaine porté par la Ville de Saint-Etienne, dans le cadre d’une contractualisation avec l’Etat. Le projet ANRU marque d’abord l’affirmation du portage politique de la Ville de Saint-Etienne, encouragé par – et en lien étroit avec – l’Etat local (DDE 42) : un service dédié, consacré au Renouvellement urbain, est mis en place en septembre 2003. Le projet ANRU maintient la géographie définie par le GPV et son originalité d’intégrer des quartiers centraux d’habitat privé dégradé. Il s’inscrit dans la continuité du GPV, les principaux changements résidant dans l’accent mis sur les opérations « physiques » de rénovation urbaine (qui prévoient la démolition de 1 000 logements et la construction d’une quantité équivalente) et l’augmentation du budget (qui passe de 80 millions d’euros pour le GPV à 300 millions pour le projet ANRU)24.

  • 25  Entretien avec un(e) technicien(ne) de la DDE42, novembre 2009.
  • 26  L’Etablissement public d’aménagement de Saint-Etienne (EPASE) est finalement créé en janvier 2007.

34Le GPV puis le projet ANRU apparaissent au final comme des incubateurs d’une politique locale de l’habitat et du logement : « Le GPV puis l’ANRU ont été le laboratoire, ont conduit à exprimer une politique de logement à l’échelle de la Ville de Saint-Etienne »25. Ils jouent un rôle fondateur dans la construction timide d’une capacité d’action collective, d’un pilotage politique municipal, d’une nouvelle perception des enjeux liés au logement et à l’habitat, et des régulations publiques. Cette mobilisation sur les enjeux de logement et d’habitat dépasse le seul cadre de la « Politique de la ville ». En effet, c’est dans ce contexte de l’année 2003 que s’exprime, tant du côté de l’Etat local que de la municipalité, une demande d’intervention forte sur les quartiers anciens auprès de l’Etat (central), sous-tendue par l’idée que l’archipel de périmètres ANRU ne peut suffire à régler le problème de la dégradation des quartiers anciens stéphanois. Cette démarche donne lieu, à la fin de cette même année 2003, à la formalisation d’une mission d’études de la situation stéphanoise mandatée en Comité interministériel d’aménagement du territoire (CIAT), première étape vers la création d’un établissement public d’aménagement26.

3.2. Au-delà de la rénovation urbaine : vers une stratégie urbaine de reconquête résidentielle

  • 27  Nous ne revenons pas sur les ambiguïtés sémantiques de la notion de « renouvellement urbain » ni s (...)

35En lien avec le développement du projet de renouvellement urbain27 et parallèlement à ce processus, à partir de 2003, on assiste à une extension à la fois de l’action en matière d’habitat et d’attractivité et de l’échelle territoriale de cette action, à travers l’élaboration par la Ville d’une « stratégie Habitat » formalisée en 2003. C’est un moment crucial car, cette fois, la Ville de Saint-Etienne ne se « contente » pas de développer un dispositif proposé par l’Etat mais produit sa propre stratégie en dehors de tout dispositif national, même si le lien reste fort avec la politique nationale de rénovation urbaine et avec l’Etat local (DDE).

  • 28  Agence de conseil auprès des collectivités au spectre d’activités très large, subsumé sous « commu (...)

36La stratégie Habitat de la Ville de Saint-Etienne est initiée et portée en interne, même si les services ont recours au cabinet Stratis28 pour aider à, et accompagner, la formalisation de cette politique en émergence. Elle ne se limite pas à certains segments du territoire urbain mais englobe l’ensemble de ce territoire. Elle est très clairement orientée vers un objectif d’attractivité résidentielle, dans le prolongement du GIP-GPV. La question de l’habitat y est soulevée comme une dimension (centrale) d’une stratégie d’attractivité : « L’inscription de ces quatre quartiers en procédure Grand Projet de Ville et la mise en place d’un dispositif partenarial actif animé par le GIP-GPV a permis de dynamiser le volet prospective et stratégie de l’habitat et, par voie de conséquence, d’accélérer la prise de conscience politique de l’enjeu habitat pour Saint-Etienne et son agglomération et surtout de mesurer la hauteur de cet enjeu. Les quatre quartiers en GPV sont en quelque sorte des laboratoires, des sites d’expérimentation du renouvellement urbain et de l’habitat à l’échelle stéphanoise ».

3.2.1. Une « révolution » stratégique

  • 29  Entretien avec un(e) ancien(ne) responsable de direction, Ville de Saint-Etienne, décembre 2009.

37A partir du début des années 2000 et surtout de 2003, la municipalité s’approprie rapidement les enjeux d’habitat. On observe une montée en puissance de la régulation publique locale, une construction (à l’échelle communale et non intercommunale) d’une politique du logement et de l’habitat, partenariale et centrée sur l’enjeu de l’attractivité résidentielle du centre-ville. La rapidité de ce processus est frappante, certains interlocuteurs locaux parlent même de « révolution » dans la façon d’envisager le logement et l’habitat comme objet des politiques urbaines : « La révolution de 2003-2004, c’était de prendre le problème de l’habitat en tant que tel, ce qui n’était pas du tout le cas avant. En gros, on faisait de l’emploi parce que l’emploi faisait venir des gens. […] Avant, il n’y avait pas de politique de l’habitat, il n’y avait pas grand-chose. Il y avait du curatif, il y avait des OPAH de ci de là, il y avait des actions, mais ce n’était pas structuré autour d’un propos de type stratégique »29.

  • 30  Groupement des Industries de l’Armée de Terre.
  • 31  Après la crise de GIAT-Industries dans les années 1990, les sites industriels de Roanne, Saint-Cha (...)

38On peut identifier deux phases dans ce changement de paradigme. La première phase est marquée par la découverte qu’il est possible de faire venir de nouveaux habitants à Saint-Etienne à condition d’agir sur le marché du logement et de l’habitat et de proposer de « bons » logements. Le succès de l’opération GIAT30-Nexity31 en 2001 joue un rôle crucial dans cette réévaluation du domaine des possibles. Ce qui était alors perçu comme une fatalité devient un problème dont les acteurs peuvent nommer la cause (le manque d’attractivité de la ville et de son habitat) et donc sur lequel ils peuvent agir (à travers une régulation de l’offre résidentielle) :

  • 32  Entretien avec un(e) ancien(ne) responsable de direction, Ville de Saint-Etienne, décembre 2009.

« Donc il y a eu tout d'un coup l’envie de faire du privé en disant : ‘C'est possible’. Non mais en 2003, il y avait un élu du conseil municipal, un adjoint qui disait : ‘Mais pourquoi ? Vous ne ferez pas revenir les investisseurs à Saint-Etienne, ça ne marchera jamais’, la ritournelle habituelle, ‘ça ne marchera jamais parce que tant que les prix de l’ancien sont bas, l’ancien est concurrentiel, donc les gens ne vont pas acheter du neuf puisque l’ancien est moins cher’. Et en fait, quand il y a eu les opérations, et c’est pour ça que je dis que Nexity a été un truc important, quand ça s’est vendu à plus de 2 000 euros le mètre carré alors que le reste était à 1 500-1 700, tout d’un coup il y a eu un changement culturel qui a consisté à dire : ‘Finalement, c'est la mauvaise qualité de l’offre qui fait que les gens ne viennent pas. Si on donne une offre de qualité même plus chère, ils vont la prendre’. Et c'est là qu’il y a eu le changement de culture, dans ces années-là. »32

  • 33  Entretien avec un(e) responsable dans l’aménagement urbain, Ville de Saint-Etienne, décembre 2009.
  • 34  J.-C. Driant rapporte que la part des logements sociaux dont les loyers sont intermédiaires est en (...)
  • 35  Entretien avec un(e) responsable dans l’aménagement urbain, Ville de Saint-Etienne, juin 2010.
  • 36  Entretien avec un(e) responsable de la DDE 42 (novembre 2006), entretien avec un(e) ancien(ne) tec (...)
  • 37  Elle renforce par ailleurs ses relations avec certains promoteurs privés.
  • 38  Entretien avec un(e) responsable de direction, Ville de Saint-Etienne, décembre 2009.

39Durant cette première phase, c’est donc l’idée d’agir sur le parc de logement privé et d’améliorer sa qualité, quitte à élever les prix du marché, qui fait son chemin. En revanche, une vision négative du logement social, largement identifié à un logement pour « pauvres » ou pour « familles à problèmes », persiste. Ici encore, l’expérience du GIAT est emblématique : dans le cadre de cette opération, aucun logement social n’est construit, seuls sont édifiés des logements libres. Or, dans une deuxième phase, c’est cette vision du logement social qui se transforme, au prix d’un intense travail de « pédagogie » mené par certains techniciens de la Ville (mais aussi d’EPURES, de l’Etat local et de Saint-Etienne Métropole) en direction des élus. Progressivement, l’idée fait son chemin parmi ces derniers que le logement social n’est pas un problème mais au contraire une partie de la solution, un outil pour améliorer l’attractivité résidentielle : « Aujourd’hui le logement social, on a pris conscience à Saint-Etienne qu’il pouvait être disséminé un peu partout dans la ville de manière assez harmonieuse, assez discrète, qu’on n’y voyait pas de différence et qu’au contraire ça contribuait à renforcer cette image et cette attractivité du territoire »33. Saint-Etienne ne peut être considérée en la matière comme une exception et de nombreuses communes se sont converties au logement social… encore faudrait-il soigneusement analyser les types de logements sociaux privilégiés par les municipalités ou les intercommunalités34. A partir de 2003, avec la stratégie Habitat, on découvre que le logement social n’est plus une question taboue : « La stratégie habitat, […] ça a été la première fois qu’il y avait une approche un peu aboutie de l’offre d'habitat en terme de marché, mais de segments aussi. Moi je l’ai vécu à cette époque là, c’est comme si, sur la ville de Saint-Etienne, on découvrait que la question du logement social n’était plus une question taboue »35. Les acteurs locaux découvrent que le logement social peut être « discret », attirer des classes moyennes et améliorer le centre-ville en y remplaçant le parc social de fait de statut privé. Leur connaissance du logement social s’affine : ils perçoivent l’existence de différentes catégories de logements sociaux, plus ou moins « sociaux », destinés à des catégories socioéconomiques allant bien au-delà des « groupes défavorisés » et s’écartant de l’urbanisme des barres et des tours. On mesure ici ce qui sépare cette nouvelle appréhension du logement social de celle décelée dans les deux rapports produits par le service Habitat en 1995, qui s’inquiétait de la perception de la ville de Saint-Etienne comme ville de « logement social » et préconisait l’adoption d’un « cap moins social » en matière d’habitat. Cette redécouverte du logement social comme solution plutôt que comme problème conduit, d’une part, à l’élaboration d’une des « règles du jeu » fondamentales posées par la stratégie Habitat en 2003, celle du « 1/3, 1/3, 1/3 », visant à construire dans des proportions équilibrées des logements locatifs sociaux, des logements locatifs privés et des logements en accession à la propriété dans les différentes opérations. Proposée par les services techniques, cette règle est finalement entérinée par les élus. Eriger le logement social en solution suppose, d’autre part, de poser la question des relations entre la municipalité et les bailleurs sociaux. C’est chose faite lors du débat organisé fin mars 2003 sur les propositions de Stratis : le premier enjeu d’une approche politique globale de l’habitat, c’est de « dépasser les politiques contractuelles et les contraintes d’exploitation des bailleurs ». En d’autres termes, et conformément aux propos recueillis en entretiens36, l’absence de la question du logement à l’agenda municipal signifie aussi une latitude d’action importante pour les bailleurs et notamment pour l’Office municipal d’HLM. A partir de 2003, la Ville met progressivement en place de nouvelles relations avec les bailleurs sociaux37, auxquels elle impose des règles du jeu, tant en matière de choix de construction que d’attribution des logements, en contrepartie d’un soutien financier et d’une meilleure visibilité sur les priorités municipales ; un(e) responsable de direction à la Ville de Saint-Etienne affirme ainsi en décembre 2009 : « Je pense que ce qui a fondamentalement changé, […] [c’est que] ce n’est plus la collectivité locale qui est au service des organismes, c’est l’inverse aujourd’hui. Et c’est ça fondamentalement qui change. Mais ça a pris quelque temps ! »38.

3.2.2. La question de l’attractivité au centre de la « stratégie Habitat »

40Cette rupture conduit donc à l’émergence d’une stratégie pour l’habitat et indissociablement pour l’attractivité résidentielle. L’arrimage d’une question à l’autre transparaît clairement de cette stratégie Habitat, dont le préambule constate que « l’action publique dans les années 80 s’est attachée à la reconquête des friches industrielles et à la recomposition du tissu économique mais, en grande partie faute de moyens financiers, a minimisé l’intervention sur l’habitat et plus globalement sur l’urbain, autre volet indispensable de la reconquête de l’attractivité stéphanoise ». Un peu plus loin, le préambule indique que :

« Saint-Etienne a su maintenir son niveau d’emplois mais son déficit résidentiel s’est gravement creusé en 20 ans. Saint-Etienne a créé des emplois mais a continué à perdre des habitants par perte d’attractivité. Facteur aggravant ce sont les ménages actifs, de catégories moyennes et supérieures qui orientent leur recherche vers de l’individuel voire du petit collectif en périphérie. Ces mouvements aboutissent à une spatialisation sociale et démographique, une spécification des territoires au détriment de la ville centre qui concentre les difficultés : paupérisation, vieillissement des populations, vacance, diminution des rentrées fiscales… Ce phénomène se trouve amplifié par le fait que le solde migratoire est négatif dans le département de la Loire et que, de ce fait, on assiste à une redistribution spatiale des populations endogènes les plus mobiles.
Ce constat a suscité une prise de conscience que l’attractivité résidentielle est un enjeu aussi fondamental que celui du dynamisme économique et que les différentes politiques sectorielles (économique, sociale, culturelle, de transports, d’habitat) doivent être menées en cohérence et de manière concomitante pour conserver les habitants à Saint-Etienne et attirer des catégories sociales moyennes et supérieures. »

41La stratégie Habitat, élaborée par Stratis pour le compte de la Ville, se donne alors pour but « d’enrayer durablement le déclin démographique, de redonner de l’attractivité à l’habitat de la Ville Centre d’une agglomération forte de 390 570 habitants et d’attirer de nouveaux habitants ». Une fois ces priorités et objectifs définis, la stratégie Habitat est déclinée de manière quantitative, géographique, et par segments de marché, dans un document cadre et évolutif dont l’horizon temporel est de 10 ans (2003-2012).

42L’originalité de la stratégie Habitat par rapport aux dispositifs préexistants (GPV, RU) est de porter sur l’ensemble du territoire municipal, même si des secteurs prioritaires sont définis. Outre les quatre quartiers ANRU, deux types de quartiers font leur entrée dans cette géographie prioritaire : d’abord des quartiers centraux hors ANRU repérés comme en voie de fragilisation (République / Frères Chappe, Ledin / Marengo, Chavanelle / Saint-Roch, Le Coin / Dolet), ensuite les quartiers définis comme nouveaux projets urbains, à commencer par deux sites considérés comme particulièrement stratégiques, à savoir celui de la Manufacture d’Armes alors occupé par le Groupement des Industries de l’Armée de Terre (GIAT) que l’on souhaite transformer en pôle d’excellence design, et celui de Châteaucreux (quartier de la gare), imaginé en futur quartier d’affaires (voir la figure n°2 pour l’ensemble des territoires de projets à Saint-Etienne). Comme le montre la conclusion de la Stratégie, l’ambition est très élevée :

« Saint-Etienne a l’ambition d’être partie intégrante d’une aire métropolitaine européenne Lyon-Saint-Etienne, forte de plus de 2 millions d’habitants. Elle doit se donner les moyens de sortir d’une phase de déclin au niveau population et attractivité urbaine, regagner de la valeur résidentielle, offrir un habitat de qualité, adapté aux désirs des habitants et aux besoins issus des nouveaux modes de vie, dans un environnement, au sens large, renouvelé pour prendre en compte les exigences actuelles.
Saint-Etienne veut mettre en place une sorte de ‘plan Marshall’ pour l’habitat et le renouvellement urbain, dispositif qui nécessite des partenariats actifs, des dispositifs exceptionnels et des moyens à la hauteur de cette ambition. ».

  • 39  Ces données sont issues d’une recherche en cours sur les établissements publics d’aménagement dont (...)

43Ce dispositif exceptionnel, c’est l’Etablissement public d’aménagement de Saint-Etienne (EPASE). Le lancement du dossier de l’EPASE s’est fait très vite après le « choc » du recensement de 1999. A la fin de l’année 2002, dans la perspective de prendre en compte la situation dégradée de quartiers centraux qui n’ont pas été inscrits dans les politiques nationales de renouvellement urbain (GPV), l’idée émerge de solliciter l’Etat sur un dispositif d’intervention qui puisse soutenir une stratégie globale de reconquête résidentielle. L’initiative est aujourd’hui revendiquée par plusieurs acteurs mais il semble que le rôle du directeur départemental de l’Equipement soit incontestable en la matière. De manière analogue à d’autres exemples contemporains de création d’établissements publics d’aménagement, l’initiative est d’origine locale avec une mobilisation assez spécifique, à Saint-Etienne, des services déconcentrés du Ministère de l’Equipement et du Préfet départemental39. Battant apparemment en brèche la répartition des compétences en aménagement et urbanisme issue des lois de décentralisation et disposant de capacités de transformation de la ville appuyées sur des moyens financiers conséquents, pour autant, ce dispositif exceptionnel qu’est l’EPASE n’est pas facilement approprié par les acteurs locaux, car il est perçu à la fois comme un nouveau guichet et comme le signe du retour d’un Etat aménageur omnipotent reprenant la main sur le projet urbain stéphanois.

44Dès le départ, la problématique habitat occupe une place centrale dans le dossier EPASE, dont l’argumentaire repose sur le risque d’un « scénario à l’américaine », à savoir le cercle vicieux de la paupérisation et de la dégradation du centre. La problématique de l’EPASE pourrait se résumer ainsi : comment dépasser le traitement des seuls quartiers ANRU en centre-ville et agir sur l’ensemble de l’hypercentre pour faire face au dépeuplement et à la paupérisation et reconquérir l’attractivité résidentielle ? C’est dans cette perspective, qui n’est pas séparable de l’horizon métropolitain, que l’EPASE est créé en janvier 2007. Il se fonde sur un partenariat entre l'Etat et les collectivités locales (Ville de Saint-Etienne, Saint-Etienne Métropole, Conseil général de la Loire, Région Rhône-Alpes) visant à accélérer le renouveau urbain de Saint-Etienne. Sur un territoire de 970 hectares qualifié en Opération d’intérêt national, il est chargé d'accélérer l’aménagement, le renouvellement urbain et le développement économique de la ville à travers le pilotage de cinq projets majeurs : Châteaucreux, Manufacture Plaine Achille, Pont de l’Ane Monthieu, Centre ville / Ursules et les quartiers anciens. Il dispose d’un budget de 255 M€ pour la période 2007-2014, dont 125 M€ de subventions publiques. Il affiche trois principaux objectifs : d’abord contribuer à renforcer Saint-Etienne dans sa position de second pôle urbain de l’Eurométropole Lyon / Saint-Etienne, en particulier par la création d’un quartier d’affaires à Châteaucreux, différencié et complémentaire de celui de La Part Dieu à Lyon, et par le développement d’un campus à rayonnement métropolitain sur Manufacture Plaine Achille favorisant les collaborations entre filières d’excellence ; ensuite pérenniser le dynamisme économique du bassin d’emplois, en privilégiant les services créatifs et innovants, les fonctions tertiaires nécessaires au développement des activités industrielles stéphanoises et en renforçant l’attractivité commerciale de Saint-Etienne ; enfin, « restaurer l’attractivité résidentielle du centre ville de Saint-Etienne, en améliorant la qualité des espaces publics, en proposant une offre de logement adaptée (réhabilitation, démolition/reconstruction) et en développant des aménités urbaines à destination des cadres »40.

3.3. Entre place et territoire : vers une stratégie urbaine hybride

45Si la stratégie municipale de 2003 inscrit clairement l’habitat comme une dimension de la reconquête de l’attractivité résidentielle, il est plus difficile d’identifier les cibles de cette nouvelle politique. La question qui se pose à ce stade est de comprendre quel est le peuplement identifié comme souhaitable par les acteurs locaux, à commencer par la Ville de Saint-Etienne. Vers qui, vers quels types d’habitants cette stratégie d’attractivité résidentielle est-elle principalement orientée ? En particulier, la politique menée en matière d’habitat et de logement est-elle orientée avant tout vers les habitants « déjà là » (et lesquels) ou bien vers des habitants potentiels venant d’ailleurs (lesquels, et venant d’où) ? Quels sont les profils des habitants désirés ou non désirés ? Comment la stratégie Habitat cherche-t-elle à modifier le peuplement urbain, à agir sur les mobilités résidentielles des ménages (ou plutôt de certains ménages) ? En particulier, peut-on identifier une stratégie de gentrification, ciblant très nettement les classes moyennes et supérieures, voire les « classes créatives » à la Florida ?

46Nous remarquerons tout d’abord que les notions de « peuplement » et de « politique de peuplement » sont peu revendiquées, voire contestées, par les acteurs locaux que nous avons rencontrés. Pourtant, comme nous avons déjà pu le constater, elles sont présentes dans de nombreux documents produits par ces acteurs, et les entretiens effectués attestent aussi du poids de cette préoccupation. En revanche, il semblerait beaucoup trop réducteur de ramener les objectifs et politiques définis à une stratégie de gentrification ou d’attraction des classes « aisées ». Les figures de l’habitant désiré paraissent plus complexes, plus morcelées, différenciées aussi selon les segments de ville. La construction du peuplement comme enjeu urbain paraît donc composite voire contradictoire, à la fois à l’échelle de la municipalité elle-même et – encore plus – à l’échelle de la multiplicité des acteurs locaux impliqués dans la production de la stratégie en matière d’habitat et d’attractivité urbaine (Ville, Communauté d’agglomération, EPASE, DDT, bailleurs sociaux, promoteurs).

47Si l’un des traits de la « ville entrepreneuriale » est de cibler les habitants potentiels plutôt que les (ou aux dépens des) habitants « déjà là » (Harvey, 1989), l’observation de la stratégie urbaine stéphanoise donne à voir une réalité plus composite. En particulier, des logiques d’intervention et des cibles différentes se dégagent pour, d’un côté l’aménagement des nouveaux quartiers « phares » (Châteaucreux et Manufacture Plaine Achille dit « MPA »), et de l’autre, les interventions sur les quartiers anciens dégradés. L’aménagement des nouveaux quartiers vise avant tout le changement d’image de la ville et l’attraction de nouvelles activités et nouveaux profils d’habitants, en particulier des cadres pour le quartier d’affaires de Châteaucreux et des étudiants de filières d’excellence et de classes sociales aisées pour le nouveau « pôle créatif » MPA. L’intervention dans les quartiers anciens vise plutôt à améliorer le quotidien des habitants « déjà là » et en particulier à retenir les jeunes familles – tentées de s’installer en périphérie dès qu’elles s’agrandissent – plus longtemps dans la ville-centre.

48Les tensions et les ajustements entre ces deux logiques d’action et ces deux cibles de la stratégie urbaine peuvent se lire à travers la comparaison des logiques de la municipalité et de l’EPASE. Nous nous appuierons ici sur une lecture croisée des entretiens effectués avec l’actuel adjoint au maire en charge des politiques urbaines et avec un acteur de l’EPASE.

49Pour l’adjoint à l’Urbanisme, ce sont dans le fond deux processus différents qui sont considérés comme problématiques : d’abord, la déprise démographique ; ensuite le processus de paupérisation et de spécialisation associé à cette déprise, dans la mesure où ce sont les habitants les plus mobiles – donc les plus aisés – qui quittent le centre. Il insiste sur la priorité donnée par la municipalité aux quartiers anciens, aux habitants « déjà là » et à l’amélioration de leur qualité de vie, notamment au travers de la lutte contre l’habitat indigne. Selon lui, la politique menée par la municipalité socialiste actuelle, conduite par Maurice Vincent, se démarque de ce point de vue de la précédente municipalité de droite emmenée par Michel Thiollière :

  • 41  Entretien avec l’adjoint à l’Urbanisme, Ville de Saint-Etienne, avril 2011.

« Peut-être finalement que l’on [l’actuelle équipe municipale] pense la ville en premier lieu pour ceux qui l’habitent. Alors que, j’allais dire… j’allais être un peu caricatural mais il faut parfois l’être quand on fait un peu de politique, mais j’ai l’impression que cette ville a été pensée pour ceux qui ne l’habitent plus. C’est-à-dire on a pensé à de grosses infrastructures que l’on vient consommer, on a été très attentif aux cinémas et aux parkings au pied du cinéma, et c’est la raison pour laquelle on a opté, il y a une quinzaine d’années, pour la construction du parking Jean Jaurès, sur la place Jean Jaurès… alors que, du point de vue de la qualité résidentielle, c’était un non-sens. Voilà. »41

50L’adjoint à l’Urbanisme se montre par ailleurs critique à l’égard des ambitions de gentrification portées par la municipalité précédente, qui développait un discours portant sur l’attraction des habitants lyonnais, tandis que l’Agence d’urbanisme posait la question de l’existence de « classes créatives » à Saint-Etienne (EPURES, Université Jean Monnet, 2008). Cette ambition apparaît à l’équipe actuelle en complet décalage par rapport à la réalité du contexte stéphanois :

  • 42  La Croix-Rousse est un quartier historiquement populaire de Lyon, emblématique d’un processus de g (...)

« Je pense qu’en toute chose, il faut être… il faut maîtriser un peu ses ambitions et ses enthousiasmes, il faut être réaliste. Avant de faire venir des Lyonnais, c’est une tarte à la crème, on va faire du Crêt-de-Roc la Croix-Rousse stéphanoise… eh bien, il ne faut pas connaître la Croix-Rousse42, ça n’a rien à voir et heureusement que ça n’a rien à voir, j’allais dire. Parce que le modèle Croix-Rousse, il a [les] limites que l’on connaît. C’est 3 500 euros le mètre carré aujourd’hui. Alors après, on peut parler de mixité sociale, mais ça devient du baratin. Au lieu de caler des modèles qui ne fonctionnent pas, je crois que la première chose est de se dire : pourquoi les gens qui font le choix de faire des études, de démarrer une vie avec un projet de vie, mariage, concubinage, enfants… pourquoi s’en vont-ils ? Déjà essayer de répondre à cette question avant de vouloir attirer des éléments exogènes, ce qui, de mon point de vue, est beaucoup plus complexe. Parce qu’après, on joue sur l’image que renvoie la ville. Alors que là, je préfère travailler sur la réalité de la ville. Les gens qui habitent connaissent la ville, on n’a pas de communication à mettre en place, on a à mettre en place des choses très très concrètes. »

51La cible privilégiée de la stratégie urbaine n’est donc pas, selon l’adjoint à l’Urbanisme, l’habitant lyonnais, cadre supérieur, candidat à la gentrification, que l’on chercherait à attirer dans de nouvelles « Croix rousses » stéphanoises, mais bien davantage la famille stéphanoise avec de jeunes enfants qu’il s’agirait de ne pas laisser « s’échapper » dans l’habitat pavillonnaire des communes périurbaines mais de maintenir dans la ville-centre en en renforçant la qualité résidentielle (habitat, équipements, espaces publics).

« On ne peut pas dire qu’il y a peu de bébés dans la ville. Donc, en gros, les Stéphanois, et surtout les Stéphanoises d’ailleurs [sourire], font des bébés, les élèvent pendant les trois premières années et puis, paf, ils s’en vont. Alors ça, c’est le pire des scénarii parce que ça signifie que le moment où l’attente est importante, c’est-à-dire crèches, structures périscolaires, la Ville doit être présente au rendez-vous puis, au moment où ça commence à être intéressant pour la dynamique d’ensemble, entre autres, ouverture de classes, postes d’enseignants, emplois dérivés, assistantes maternelles, etc., là les gens s’en vont. C’est quand même une des cibles que nous travaillons : que faire pour inciter les jeunes ménages avec enfants en bas âge à rester à Saint-Etienne ? »

52Que nous apprend la comparaison de ce discours avec celui tenu par un(e) des chefs de projet de l’EPASE ? Si cette institution intervient à la fois sur les nouveaux quartiers « stratégiques » et sur les quartiers anciens, sa priorité reste clairement l’aménagement des nouveaux quartiers d’affaires et d’excellence, considérés comme le cœur de la mission de développement économique de l’opérateur. Si la situation des quartiers anciens péricentraux a servi de déclencheur à la mobilisation locale pour une intervention forte de l’Etat, la mission d’études du Conseil général des Ponts et Chaussées (printemps 2004) puis la Mission de préfiguration (juillet 2005 – janvier 2007) ont incorporé les enjeux métropolitains et, partant, englobé les enjeux de développement urbain dans le référentiel d’attractivité : « Ce qu’entend l’Etat, c’est plus un discours de développement et de grandes opérations d’urbanisme… je dirais presque à visée exogène, que les opérations de type renouvellement urbain en quartiers anciens, à visée plus… améliorer la qualité de vie des habitants qui sont là, quoi »43. Le référentiel d’attractivité est ainsi inclus directement dans les objectifs majeurs de l’EPASE qui doit « contribuer à renforcer Saint-Etienne dans sa position de second pôle urbain de l’Eurométropole Lyon / Saint-Etienne », « pérenniser le dynamisme économique du bassin d’emplois » et « restaurer l’attractivité résidentielle du centre-ville de Saint-Etienne »44.

53Toutefois, les « classes créatives » ne semblent pas constituer la cible privilégiée de l’EPASE et les arguments de R. Florida ne guident pas son action :

  • 45  Les anciens bâtiments de production de la Manufacture d’Armes portent ce nom, image parfaite de le (...)

« Autant des gens avec des enfants, on aimerait bien les voir dans le centre-ville, c’est simple comme catégorie, voilà, autant la classe créative qui irait d’un jeune architecte installé à un artiste underground qui aimerait bien Saint-Etienne parce qu’il y a des tas de friches… enfin c’est quoi l’économie résidentielle de ces deux trucs-là ? Donc, je ne vois pas comment on tricote quelque chose qui pourrait relever de la stratégie Habitat ou d’une politique publique sur la classe créative. Sauf très ponctuellement, Manufacture Plaine Achille, les H45, des locaux provisoires pour des jeunes artistes, en résidence ou pas, voilà, un truc comme ça, dont on se dit oui ils sont là, il faut les garder, il ne faut pas qu’ils aillent travailler à Lyon. Mais en gros on parle de quoi ? On parle de dix mecs ou quinze. Ce n’est pas ça non plus qui va renverser le potentiel fiscal de la ville, ni qui va remplir nos opérations de logement. »

54S’il y a un souci d’attirer les cadres ou du moins de ne pas les repousser, afin d’accompagner les prospectives réalisées en direction des entreprises du tertiaire supérieur susceptibles de s’installer à Saint-Etienne, les « cadres », lyonnais ou non, ne sont pas perçus comme une cible privilégiée. La cible centrale des opérations, c’est à nouveau la jeune famille qu’il s’agit de garder dans la ville centre :

« Le sujet, ce n’est pas d’attirer des Lyonnais dont on dit aujourd’hui que, les loyers étant tellement importants à Lyon – il y a tout un discours là-dessus – ils cherchent maintenant de Villefranche à Vienne, et donc pourquoi pas à Saint-Etienne. Donc ça, pour moi, ça, ce n’est pas le sujet. Le sujet, c’est par contre… les jeunes ménages qui sont là, qu’ils restent deux ou trois ans de plus, parce qu’ils trouvent une qualité de vie dans cette ville, une offre de logement, une offre d’espace public, une offre de… voilà, qui fait que, à un moment, ils restent un peu plus longtemps. »

  • 46  Cette volonté s’appuie sur la vigilance montrée par les services Habitat et Etudes générales de la (...)

55La « véracité » de ces propos pose bien sûr question (reflètent-ils bien les objectifs effectivement poursuivis ?) et la « communication » n’est sans doute pas absente des entretiens dès que des enjeux sensibles sont abordés : jusqu’où les acteurs peuvent-ils parler « franchement » des logiques de peuplement à des chercheurs qui enregistrent leurs propos ? L’observation fine des politiques et actions menées et de leurs effets sociospatiaux serait nécessaire pour prendre du recul vis-à-vis des propos tenus. Pour l’heure, nous pouvons mettre en exergue la volonté de la Ville46 de s’approprier une démarche d’Observatoire des mobilités résidentielles dont les objectifs sont mentionnés dans une étudeportant sur le quartier de Carnot, celui-là même dont le parti pris d’aménagement tourné vers la seule attractivité « extérieure » est mobilisé aujourd’hui comme un contre-exemple par les acteurs locaux :

  • 47  Ville de Saint-Etienne, Les mobilités résidentielles. Enquête qualitative auprès des habitants du (...)

« L’observation des mobilités résidentielles sur un temps long peut apporter des éclairages nouveaux sur l’impact du projet urbain stéphanois et sur les stratégies résidentielles développées par les ménages dans ce contexte de renouvellement urbain. Une nouvelle géographie sociale de la ville se met-elle en place ? Correspond-elle aux ambitions des politiques publiques développées sur le territoire ? »47.

Conclusion

56Dans cet article, nous avons voulu mettre l’accent sur la construction du peuplement comme nouvel enjeu stratégique pour les villes, dans un contexte de néolibéralisation des politiques urbaines et de montée en puissance des « villes entrepreneuriales », en nous appuyant sur l’étude du cas stéphanois. Nous avons cherché à confronter cette étude de cas à la littérature relative à la ville entrepreneuriale, qui a souligné l’émergence des enjeux d’attractivité et pointé le développement de stratégies de gentrification et la redistribution des ressources vers les habitants extérieurs mobiles identifiés comme des habitants désirables, qu’il s’agit de capter, aux dépens des habitants déjà là et de leur qualité de vie.

57A notre sens, l’étude de cas stéphanois permet de faire ressortir plusieurs éléments :

  1. Tout d’abord, un changement profond dans la construction du projet urbain depuis dix à quinze ans peut être indéniablement observé. Ces années ont vu l’émergence d’une stratégie urbaine et plus particulièrement d’une stratégie habitat subordonnée à un objectif d’attractivité résidentielle, visant à influencer les mobilités résidentielles et par conséquent le peuplement de la ville, là où auparavant le laisser-faire l’emportait.

    • 48  Contraction de « bourgeois bohemian », popularisée à la suite de la parution de l’ouvrage de D. Br (...)
    • 49  Entretien avec un(e) chef de projet de l’EPASE, février 2011.

    Toutefois, la cible de cette stratégie d’attractivité résidentielle est moins homogène qu’on ne pourrait le penser en se fondant sur la littérature évoquée. Elle ne peut se réduire aux classes aisées, aux « classes créatives » ou aux « bobos »48. Si la stratégie habitat englobe l’ensemble du territoire urbain, les acteurs locaux projettent des « peuplements souhaités » différenciés à l’échelle de chaque segment de ville. D’un côté, les nouveaux quartiers emblématiques (quartier d’affaires de Châteaucreux et pôle créatif de Manufacture Plaine Achille) ciblent en partie des cadres, des « créatifs » et des étudiants « choisis » ; ils doivent aussi permettre un changement d’image de la ville et donc y générer plus globalement de nouvelles mobilités résidentielles. Pour ce faire, la part de logements sociaux construits dans ces quartiers sera sans doute un peu en deçà des besoins estimés en regard des caractéristiques sociologiques actuelles de la ville49. De l’autre côté, les quartiers anciens sont l’objet d’interventions visant à améliorer la qualité de vie des habitants déjà là, ou plutôt de certains d’entre eux, puisqu’on observe une forte polarisation sur la « jeune famille de classe moyenne », celle qu’il faut « convaincre » de rester plus longtemps dans la ville-centre plutôt que de faire le choix de l’habitat pavillonnaire périphérique. Enfin, les quartiers d’habitat social, auxquels la stratégie d’attractivité résidentielle réserve une place moins centrale, n’en sont pas moins l’objet de politiques lourdes de rénovation urbaine et la question de leur peuplement y est posée, dans d’autres termes et avec d’autres logiques, en particulier celle des démolitions-relogements, que nous n’avons pas abordées ici et qui mériteraient une recherche spécifique.

  2. Ensuite, on peut constater que l’émergence de l’attractivité résidentielle comme enjeu s’accompagne moins, dans le cas stéphanois, d’une remise en cause d’un modèle local « welfariste » de politique du logement et de l’habitat que de l’émergence d’une politique de logement et de l’habitat qui se résumait largement, antérieurement, à une politique de laisser-faire. Ainsi, la stratégie d’attractivité résidentielle s’élabore à Saint-Etienne parallèlement à la structuration d’une politique locale de l’habitat et en particulier d’une politique locale du logement social. La municipalité a progressivement construit une stratégie habitat autonome, quoique fortement appuyée par l’Etat local et en interaction avec cet outil d’exception qu’est l’EPASE.

  3. L’enquête menée incite aussi à souligner que la cristallisation d’une compétition interurbaine à l’échelle européenne n’est pas la seule raison qui peut expliquer la montée en puissance de l’enjeu d’attractivité résidentielle à Saint-Etienne. Dans le cas étudié, le véritable arrière-plan de l’élaboration de la stratégie habitat est peut-être davantage la compétition intercommunale à l’échelle du bassin d’habitat que la compétition interurbaine à l’échelle nationale et européenne. Plus que le « cadre lyonnais », perçu comme une figure peut-être souhaitable mais quasiment inaccessible, c’est la jeune famille stéphanoise de classe moyenne tentée par le mode de vie et d’habitat périurbain qui focalise l’attention et constitue la cible privilégiée de la politique de l’habitat ; elle constitue la cible potentielle des logements privés mais aussi des nouveaux logements sociaux développés dans les quartiers centraux. Le départ de ces familles de classe moyenne qui contribuent à la fois à l’image positive de la ville et à son dynamisme économique au sens large (ces familles sont contribuables et consommatrices de biens et de services publics ou privés) est perçu comme un problème central, que la faiblesse de la régulation intercommunale ne permet pas de traiter.

  4. Au final, nous pouvons donc affirmer que la logique de la stratégie menée n’est pas une logique unidimensionnelle de gentrification mais une logique hybride mêlant souci des – ou de certains – habitants « déjà là » et enjeux d’image et d’attractivité à l’égard de l’extérieur, et notamment à une échelle intercommunale.

58L’étude de cas nous conduit donc à souligner, en conclusion, les apports d’une analyse des recompositions des politiques urbaines afin de saisir la façon dont elles cherchent à influencer les mobilités résidentielles, mais aussi les risques d’une transposition trop rapide de ce qui est observé dans les villes américaines voire dans les grandes villes européennes. Si l’attraction des classes moyennes et aisées fait partie des objectifs, elle se juxtapose, de façon complexe voire contradictoire, avec d’autres objectifs de peuplement et de mixité sociale. La néolibéralisation des politiques urbaines se traduit diversement dans des configurations locales spécifiques. Dans le cas stéphanois, celui d’une ville anciennement industrielle marquée par des dynamiques lourdes de déprise démographique, de paupérisation et d’image négative, la gentrification constitue du reste un horizon particulièrement lointain des politiques urbaines ; on pourrait presque parler de « ville ingentrifiable », c’est en tout cas la vision qui semble prédominer aujourd’hui chez les acteurs qui produisent la ville.

59Il faudrait, bien sûr, aller plus loin que nous ne l’avons fait dans cet article en prolongeant l’analyse de plusieurs points de vue : en analysant les politiques menées, leurs évolutions, leur mise en oeuvre et leurs effets sociaux (notamment en termes de modification du peuplement et d’effets sur les mobilités résidentielles, souhaitées ou subies, dans le logement privé et dans le logement social) ; en affinant la compréhension des différentes logiques d’acteurs impliqués dans la production du marché de l’habitat et du peuplement (communes périphériques, instances intercommunales, Etat central et local, bailleurs sociaux, promoteurs, etc.) et de leurs modalités de combinaison à l’échelle de la ville, du bassin d’habitat et des différents quartiers de la ville ; en observant de plus près l’impact des changements d’équipe municipale ; et enfin, en comparant le cas stéphanois à celui d’autres villes, françaises ou étrangères.

Haut de page

Bibliographie

Amin Ash (dir.), Post-fordism. A reader, Oxford, Blackwell, 1994.

Authier Jean-Yves, Bonvalet Catherine, Lévy Jean-Pierre (dir.), Elire domicile. LA construction sociale des choix résidentiels, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2010.

Bacqué Marie-Hélène, Fol Sylvie, Le devenir des banlieues rouges, Paris, L’Harmattan, 1997.

Ballain René, « Les politiques locales de l’habitat et le redéploiement de l’action publique », in Faure Alain, Douillet Anne-Cécile (dir.), L’action publique et la question territoriale, Grenoble, PUG, 2005, p. 131-144.

Béal Vincent, « Does neoliberalisation matter? Apports et limites d’une notion montante des urban studies dans la science politique française », Working paper du Programme Villes et territoires, 2010/1, Paris, Sciences-Po.

Béal Vincent, « L’évolution du gouvernement municipal dans une ville industrielle : le cas de Saint-Etienne », Pôle Sud, 2006/II, n° 25, p. 89-105.

Béal Vincent, Dormois Rémi, Pinson Gilles, « Relancer Saint-Etienne. Conditions institutionnelles et capacité d’action collective dans une ville en déclin », Métropoles, n° 8, 2010.

Bénit Claire, La fragmentation urbaine à Johannesburg : recomposition des pouvoirs locaux, mobilités de travail et dynamiques résidentielles dans la ville post-apartheid, Thèse pour le doctorat de géographie, Université de Poitiers, 2001, 512 p.

Bénit Claire, « La difficile définition de la justice spatiale à Johannesburg. Un processus de démocratie participative », Annales de la recherche urbaine, n°99, 2005, p. 49-59.

Bénit Claire, Morange Marianne, « Propriété privée et ségrégation urbaine dans les villes sud-africaines », Villes en parallèle, n°32-33-34, 2001, p. 423-434.

Bensoussan Bernard, « Le recours au quartier : enjeux et changement social en milieu urbain, le quartier de la Croix-Rousse à Lyon », Cahiers de l’observation duchangement social, n°16, Paris, Editions du CNRS, 1982.

Bonneville Marc, « Politiques et pratiques d’intervention publique dans les vieux quartiers de Grenoble, Lyon et Saint-Etienne », Revue de géographie de Lyon, Vol. 60, n° 3, 1985, p. 259-293.

Bonneville Marc, « Les ambiguïtés du renouvellement urbain en France. Effets d’annonce, continuité ou rupture ? », Annales de la recherche urbaine, n° 97, 2004, p. 7-16.

Brenner Neil, « Cities and territorial competitiveness », in Chris Rumford (dir.), The Sage Handbook of European Studies, LA, Sage, 2009, p. 442-463.

Brenner Neil, Peck Jamie, Theodore Nik, « After neoliberalization? »,Globalizations, vol. 7, n°3, September, 2010, p. 327-345.

Brenner Neil, Theodore Nik (dir.), Spaces of neoliberalism. Urban restructuring in North America and Western Europe, Oxford, Balckwell, 2002.

Brooks David, Bobos in paradise: the new upper class and how they got there, Simon & Schuster, 2000.

Brun Jacques, Rhein Catherine (dir.), La ségrégation dans la ville, Paris, L’Harmattan, 1994.

Castells Manuel, La question urbaine, Paris, Maspero, 1972.

Castells Manuel et al., « Paris 1970. Reconquête urbaine et rénovation-déportation », Sociologie du travail, 4, novembre-décembre, 1970, p. 488-514.

Cellier Jean, Le logement à Saint-Etienne, thèse pour le doctorat de droit, Université de Grenoble, 1949.

Clerval Anne, La gentrification à Paris intra-muros : dynamiques spatiales, rapports sociaux et politiques publiques, Thèse pour le doctorat de géographie, Université Panthéon-Sorbonne, 2008, 602 p.

Clerval Anne, Fleury Antoine, « Politiques urbaines et gentrification, une analyse critique à partir du cas de Paris », L'Espace Politique [En ligne], 8 | 2009-2, mis en ligne le 15 novembre 2009, URL : http://espacepolitique.revues.org/index1314.html

Coing Henri, Rénovation urbaine et changement social, Paris, Les Editions ouvrières, 1966.

Cretin Claude, Saint-Etienne n’est plus dans Saint-Etienne. Plaidoyer pour un pays urbain, Saint-Etienne, PUSE, 1995.

Dormois Rémi, « Structurer une capacité politique à l'échelle urbaine » Les dynamiques de planification à Nantes et à Rennes (1977-2001), Revue française de science politique, 2006/5 Vol. 56, p. 837-867.

Driant Jean-Claude, « Politiques du logement et mutations socio-économiques des territoires », in Béhar Daniel, Derzypolski Sonia, Driant Jean-Claude., Genest Sigrine (dir.), Revue Enjeux Logement, n°2, 2008, p. 59-137.

Dupuy Sabine, Giaccobe Nora, Le jardin secret des attributions, Paris, MEDINA pour le Ministère de l’Equipement, multig., 1988.

EPURES, Dossier Habitat, Saint-Etienne, EPURES, 1978.

EPURES/Université Jean Monnet, Des ‘classes créatives’ à Saint-Etienne ?, EPURES, février 2008, 49 p.

Florida Richard, Cities and the creative class, Londres, Routledge, 2005.

Florida Richard, The rise of the creative class, Basic Books, 2002.

Harvey David, « From managerialism to entrepreneurialism: the transformation in urban governance in late capitalism », Geografiska Annaler. Series B, Human Geography, Vol. 71, n°1, 1989, p. 3-17.

Houssay-Holzschuch M.yriam, Le Cap, ville sud-africaine : ville blanche, vies noires, Paris, L’Harmattan, 1999.

Jewson Nick, MacGregor Susanne (dir.), Transforming cities. Contested governance and new spatial divisions, Londres et New York, Routledge, 1997.

Kirszbaum Thomas, Rénovation urbaine. Les leçons américaines, Paris, PUF, La ville en débat, 2008.

Lefebvre Henri, Le droit à la ville, Paris, Seuil, 1968.

Le Galès Patrick, Le retour des villes européennes, Paris, Presses de Sciences Po, 2003.

Le Galès Patrick, « La restructuration des PMI à Saint-Étienne après la crise : traces du passé et limites de l’intégration horizontale », Sociologie du travail, 2006, 48-1, p. 17–36.

Le Garrec Sylvaine, Le renouvellement urbain, la genèse d’une notion fourre-tout, Paris, Plan Urbanisme Construction Architecture, 2006, 92 p.

Lévy Jean-Pierre, Dureau Françoise (dir.), L’accès à la ville. Les mobilités spatiales en question, Paris, L’Harmattan, 2002.

Lévy-Vroelant Claire, Tutin Christian (dir.), Le logement social en Europe au début du XXIe siècle. La révision générale, Rennes, PUR, 2010.

Morange Marianne, La question du logement à Mandela-City (ex-Port Elizabeth), Paris, Karthala, 2006, 410 p.

Morel Journel Christelle, Pinson Gilles, « Les Etablissements Publics d’Aménagement. Le néomanagement au service du projet local ? », Communication au Congrès de l’Association française de science politique, ST 14 « Retour sur l’Etat local », Strasbourg, 31 août–2 septembre 2011.

Peck Jamie, Theodore Nik, Brenner Neil, « Neoliberal urbanism: models, moments, mutations », SAIS Review vol. XXIX n° 1 (Winter-Spring), 2009, p. 49-66.

Rousseau Max, « Du keynésianisme spatial à l’‘élitisation’ de la ville : un modèle interprétatif des trajectoires des villes françaises et britanniques en déclin », Communication au dixième congrès de l’Association Française de Science Politique, Grenoble, 2009.

Rousseau Max, « Gouverner la gentrification », Métropoles [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 08 juillet 2010. URL : http://metropoles.revues.org/4257

Sabot Emmanuelle, Pour une étude comparée des politiques de développement économique localisé. Analyse franco-britannique de trois villes industrielles : Saint-Etienne, Glasgow, Motherwell, Université de Saint-Etienne, Thèse pour le doctorat de géographie, Saint-Etienne, Université Jean Monnet, 1996, 642 p.

Sala Pala Valérie, Politique du logement social et construction des frontières ethniques. Une comparaison franco-britannique, Thèse pour le doctorat de science politique, Université de Rennes 1, 2005, 598 p.

Smith Neil, « New Globalism, New Urbanism: Gentrification as Global Urban Strategy », Antipode, 34(3), 2002, p. 434-457.

Smith Neil, Newurban frontier: gentrification and the revanchist city, Londres, Routledge, 1996.

Sociétés contemporaines, « Gentrification : discours et politiques », n° 3, 2006.

Tanter Annick, Toubon Jean-Claude, « Mixité sociale et politiques de peuplement : genèse de l’ethnicisation des operations de rehabilitation », Sociétés contemporaines, n° 33-34, janvier-avril, 1999, p. 59-86.

Thomas Eric, Politiques urbaines et transformations socio-spatiales. L’exemple stéphanois 1977-1991, Thèse pour le doctorat de géographie, Saint-Etienne, Université Jean Monnet, 1992.

Tickell Adam, Peck Jamie, « Making global rules: globalisation or neoliberalisation? », in Peck Jamie, Yeung Henry Wai-chung (dir.), Remaking the Global Economy: Economic-Geographical Perspectives, Londres, Sage, 2003, p. 163-182.

Tirmarche Olivier, « L’action publique de développement industriel à Saint-Étienne : le territoire réduit au plus petit dénominateur commun ? », Sociologie du travail, 1999, 41 (4), p. 431–452.

Tissot Sylvie, « Une discrimination ‘informelle’ ? Usage de la notion de mixité sociale dans la gestion des attributions de logement social, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 159, septembre 2005, p. 55-69.

Tomas François, « Quartiers anciens et stratégie urbaine, d’une crise à l’autre, vus de Saint-Etienne », Revue de Géographie de Lyon, n°3, 1985, p. 173-203.

Vant André, « Du logement à l’habitat, l'émergence d'un nouvel acteur dans l’urbanisme stéphanois, le C.A.L.L.-P.A.C.T. », Revue de géographie de Lyon, Vol. 71, n°3, 1996, p. 233-242.

Vant André, Les grands ensembles du sud-est de Saint-Etienne : essai de géographie sociale, Université de Saint-Etienne, 1974, 78 p.

Vant André, Gay Georges, « Saint-Etienne Métropole ou le découpage du territoire minime », Revue de Géographie de Lyon, Vol. 72, n° 3, 1997, p. 177-190.

Vicario Lorenzo, Martinez Monje P. Manuel, « Another 'Guggenheim Effect'? The Generation of a Potentially Gentrifiable Neighbourhood in Bilbao », Urban Studies, 2003, 40, p. 2383-2400.

Ville de Saint-Etienne, Les mobilités résidentielles. Enquête qualitative auprès des habitants du quartier Carnot, mars 2011, 35 p.

Ville de Saint-Etienne, Stratégie Habitat, 2003.

Ville de Saint-Etienne, Politique de l’habitat et du logement à Saint-Etienne depuis 1980, avril 1995.

Ville de Saint-Etienne, Pour une politique de l’habitat (Du constat aux propositions d’actions). Horizon 2010, août 1995.

Haut de page

Notes

1  Ces interrogations ont été au cœur du colloque « Le peuplement : catégorie insaisissable des politiques urbaines ? », coorganisé par les laboratoires CERAPS (UMR CNRS 8026), EVS (UMR CNRS 5600) et TRIANGLE (UMR CNRS 5206), qui s'est déroulé les 17 et 18 novembre 2011 à Saint-Etienne et Lyon. A l'initiative de Fabien Desage, Christelle Morel Journel et Valérie Sala Pala, ce colloque a pris place dans le programme scientifique du projet ANR SPACECONTROL (2011-2013 ; ANR 10 ESVS 001 01), « Logiques et dynamiques du contrôle sociospatial des jeunes des classes populaires », coordonné par Dominique Duprez (MESHS-CLERSE).

2  Cette entrée a peut-être été davantage mobilisée dans les années 1960-70, sous l’effet de l’émergence d’un questionnement sur le « droit à la ville » (Lefebvre, 1968) et de la montée en puissance de la sociologie urbaine marxiste, qui analyse notamment les effets sociospatiaux des opérations de rénovation urbaine (Castells, 1972 ; Castells et al., 1970 ; Coing, 1966). Cette littérature met l’accent sur les rapports de domination entre classes sociales et la façon dont les politiques urbaines contribuent à leur reproduction et à leur inscription dans l’espace. A partir des années 1980, les recherches qui abordent les enjeux de peuplement se penchent davantage sur les stratégies de peuplement des acteurs du logement social (en particulier des bailleurs sociaux), l’ethnicisation de ces stratégies et la production de discrimination et de ségrégation ethniques via les attributions de logements sociaux (Dupuy, Giaccobe, 1988 ; Sala Pala, 2005 ; Tanter, Toubon, 1999 ; Tissot, 2005).

3  Cette enquête a été menée dans le cadre du projet de recherche « Le peuplement comme enjeu des politiques locales du logement et de l’habitat. Le cas de l’agglomération stéphanoise » conduit de 2008 à 2011 dans le cadre du pôle Territoires, Mutations, Innovation, Société (TemiS), pôle de recherche et formation portant sur les enjeux territoriaux à Saint-Etienne : http://portail.univ-st-etienne.fr/bienvenue/recherche/pole-territoires-mutations-innovation-societe-temis-222355.kjsp

4  Nous avons effectué une quinzaine d’entretiens semi-directifs avec des acteurs de la Ville de Saint-Etienne, de la Communauté d’agglomération de Saint-Etienne Métropole (SEM), de l’Agence d’urbanisme EPURES, de l’Etat local (Direction départementale des Territoires de la Loire (DDT) depuis le 1er/01/2010 – anciennement Direction départementale de l’Equipement (DDE) jusqu’au 31/12/2006, puis Direction départementale de l’Equipement et de l’Agriculture (DDEA) jusqu’au 31/12/2009), de l’Etablissement public d’aménagement de Saint-Etienne (EPASE) et des bailleurs sociaux. Les entretiens ont été, avec l’accord des acteurs et une garantie d’anonymat, enregistrés puis retranscrits. Nous utiliserons des extraits de ces entretiens à l’appui de la démonstration, de manière anonyme mais située.

5  Pour une analyse des raisons de cette faible mobilisation, cf. Béal (2010).

6  Le programme de rénovation urbaine Hope VI (Housing Opportunities for People Everywhere), bien analysé par T. Kirszbaum, représente une exception dans une tendance globale au repli des politiques fédérales américaines (Kirszbaum, 2008).

7  Entretien avec un(e) ancien(ne) responsable de direction, Ville de Saint-Etienne, décembre 2009.

8  Cela ne signifie pas que le peuplement n’était précédemment construit comme enjeu par aucun acteur au niveau local ; au contraire, il l’était clairement par certains d’entre eux, à commencer par les bailleurs sociaux (Vant, 1974 ; Thomas, 1992). En revanche, le peuplement n’était pas construit comme un enjeu stratégique par la municipalité stéphanoise ; c’est bien cette construction qui nous intéresse ici.

9  La ville de Saint-Etienne connait son acmé démographique en 1968 avec 223 223 habitants. Les données du recensement de 1975, indiquant une perte démographique de plus de 3 000 habitants, sont reçues comme un choc par les édiles municipaux et posent la question de la répartition des populations et des dynamiques démographiques entre Saint-Etienne, les vallées industrielles et les communes situées dans la plaine du Forez, qui connaissent alors un fort accroissement de leur attractivité résidentielle.

10  Le premier Plan d’occupation des sols (POS) de la ville, établi en 1976, est un POS partiel, qui a été élaboré, sans commande politique, par les techniciens de la jeune agence d’urbanisme mobilisés sur les enjeux fonciers liés au démantèlement de l’espace de production des Houillères de la Loire sur le flanc ouest de la ville.

11  Un des responsables de la Direction départementale de l’Equipement de la Loire (DDE 42), arrivé au début des années 2000, témoigne de son étonnement : « […] c’est une ville où la question du logement est première… de mon point de vue, elle est essentielle, or il n’y a pas d’adjoint au logement… étonnant, pour ne pas dire plus… Je m’entretiens avec le maire [sur cette question] et donc, l’année 2002/2003 consiste à faire un peu monter la pression sur la Ville sur les questions liées au logement, puisque n’ayant ni adjoint ni un micro service, il n’y a pas de politique du logement. », Entretien avec un responsable de la DDE, novembre 2006.

12  Entretien avec un(e) ancien(ne) responsable de service, Ville de Saint-Etienne, novembre 2009.

13  Un des responsables de la DDE au début des années 2000 parle d’une « certaine idéologie de ne pas faire », entretien de novembre 2006.

14  Entretien avec un(e) ancien(ne) technicien(ne) de l’agence d’urbanisme EPURES, novembre 2009.

15  Dans la rédaction du rapport Politique de l’habitat et du logement à Saint-Etienne depuis 1980 (Ville de Saint-Etienne, 1995) nous lisons très bien l’implication du (de la) rédacteur (trice) qui laisse échapper un pronom personnel à la page 40 : « Le dispositif mis en place pour l’attribution [des] logements [du parc HLM ou du parc privé conventionné aux familles en difficultés] ne me [n.s.] paraît pas le plus adapté ». Cette personne rompt de fait avec le style impersonnel de ce genre de document.

16  A ce jour, le second PLH, en discussion depuis 2007, n’a toujours pas été adopté.

17  Entre les recensements de 1982 et 1990, Saint-Etienne a perdu 5 559 habitants, tandis que le département de la Loire en gagnait 6 767.

18  Les chiffres indiqués sont, pour 1990, 12% de personnes étrangères et 16% de personnes d’« origine étrangère ». Le rapport ne précise pas la façon dont est définie et mesurée cette dernière catégorie de population.

19  Entre 1990 et 1999, le nombre d’habitants de la ville de Saint-Etienne passe de 199 396 à 180 438, soit une baisse inédite de 9,5% de la population.

20  Grand Projet de Ville.

21  Agence nationale de la Rénovation Urbaine.

22  Entretien avec un(e) ancien(e) responsable de la DDE 42, février 2011.

23  « Je crois que le maire de Saint Etienne et ses élus les plus proches l’ont compris : du côté de l’Etat, on ne pourrait pas se mobiliser très fortement s’il n’y avait pas, du point de vue de la Ville, un accord politique, sur le fait qu’il fallait y aller. Sur une politique du logement, où la Ville petit à petit prendrait la main, reprendrait la main sur la question des attributions de logement social, sur la question de la construction du logement social… […] il y a un rapport de force qui s’est créé […] en disant : Monsieur le Maire, on vous accompagne sur la rénovation de la ville, nous ça nous intéresse, mais si vous n’avez pas de politique du logement on n’ira pas, parce qu’on ne peut pas, parce qu’on va merder, parce qu’on ne va pas y arriver », Entretien avec un(e) responsable de la DDE 42,  novembre 2006.

24  A savoir les 220 millions d’euros de la convention initiale, auxquels s’ajoutent 80 millions d’euros supplémentaires alloués à Montreynaud dans le cadre d’un avenant spécifique.

25  Entretien avec un(e) technicien(ne) de la DDE42, novembre 2009.

26  L’Etablissement public d’aménagement de Saint-Etienne (EPASE) est finalement créé en janvier 2007.

27  Nous ne revenons pas sur les ambiguïtés sémantiques de la notion de « renouvellement urbain » ni sur le retour controversé de la notion de « rénovation urbaine », voir (Bonneville, 2004) et (Le Garrec, 2006).

28  Agence de conseil auprès des collectivités au spectre d’activités très large, subsumé sous « communication publique » sur leur site web, cf. http://www.stratis.fr/specialiste-de-la-communication-publique-6.html, consulté le 12 octobre 2011.

29  Entretien avec un(e) ancien(ne) responsable de direction, Ville de Saint-Etienne, décembre 2009.

30  Groupement des Industries de l’Armée de Terre.

31  Après la crise de GIAT-Industries dans les années 1990, les sites industriels de Roanne, Saint-Chamond et Saint-Etienne font l’objet d’un processus de reconversion et d’aménagement urbain. Sur le site stéphanois, situé au nord de l’hypercentre (Carnot), cette reconversion aboutit à l’aménagement d’un pôle optique, la création de la Cité du Design et la construction de logements par Nexity.

32  Entretien avec un(e) ancien(ne) responsable de direction, Ville de Saint-Etienne, décembre 2009.

33  Entretien avec un(e) responsable dans l’aménagement urbain, Ville de Saint-Etienne, décembre 2009.

34  J.-C. Driant rapporte que la part des logements sociaux dont les loyers sont intermédiaires est en augmentation, passant de 15 % en 2001 à 34 % en 2005 (Driant, 2008 : 11).

35  Entretien avec un(e) responsable dans l’aménagement urbain, Ville de Saint-Etienne, juin 2010.

36  Entretien avec un(e) responsable de la DDE 42 (novembre 2006), entretien avec un(e) ancien(ne) technicien(ne) d’Epures (novembre 2006), entretien avec un(e) ancien(ne) chef de projet des quartiers Sud-Est (avril 2007).

37  Elle renforce par ailleurs ses relations avec certains promoteurs privés.

38  Entretien avec un(e) responsable de direction, Ville de Saint-Etienne, décembre 2009.

39  Ces données sont issues d’une recherche en cours sur les établissements publics d’aménagement dont les premiers fruits ont été présentés au Congrès annuel de l’Association française de science politique à Strasbourg en septembre 2011 (Morel Journel, Pinson, 2011).

40  http://www.epase.fr/, consulté le 4/2/2011.

41  Entretien avec l’adjoint à l’Urbanisme, Ville de Saint-Etienne, avril 2011.

42  La Croix-Rousse est un quartier historiquement populaire de Lyon, emblématique d’un processus de gentrification oeuvrant dès les années 1970 et se traduisant par la reprise en logements de nombreux ateliers des ouvriers de la soierie lyonnaise (Bensoussan, 1982).

43  Entretien avec un(e) chef de projet de l’EPASE, février 2011.

44  http://www.epase.fr/fr/L-EPASE-un-outil-d-exception/Grand-projet-urbain

45  Les anciens bâtiments de production de la Manufacture d’Armes portent ce nom, image parfaite de leur emprise au sol.

46  Cette volonté s’appuie sur la vigilance montrée par les services Habitat et Etudes générales de la DDE (puis DDT) de la Loire à l’égard des enjeux de mixité sociale à Saint-Etienne.,

47  Ville de Saint-Etienne, Les mobilités résidentielles. Enquête qualitative auprès des habitants du quartier Carnot, mars 2011, 35 p.

48  Contraction de « bourgeois bohemian », popularisée à la suite de la parution de l’ouvrage de D. Brooks (2000).

49  Entretien avec un(e) chef de projet de l’EPASE, février 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christelle Morel Journel et Valérie Sala Pala, « Le peuplement, catégorie montante des politiques urbaines néolibérales ? », Métropoles [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 19 septembre 2014. URL : http://metropoles.revues.org/4536

Haut de page

Auteurs

Christelle Morel Journel

Maître de conférences en géographie, Lyon University, F-42023, Saint-Etienne, France
CNRS, UMR 5600, Environnement Ville Société, 69362 Lyon, France
EVS-Isthme – TemiS, F-42023, Saint-Etienne, France
Saint-Etienne University, Jean Monnet, F-42023, Saint-Etienne, France
christelle.morel.journel@univ-st-etienne.fr

Articles du même auteur

Valérie Sala Pala

Maître de conférences en science politique, Lyon University, F-42023, Saint-Etienne, France
CNRS, UMR 5206, Triangle, 69342 Lyon, France
Saint-Etienne University, Jean Monnet, F-42023, Saint-Etienne, France
TRIANGLE – TemiS, F-42023, Saint-Etienne, France
valerie.sala.pala@univ-st-etienne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page