Navigation – Plan du site

Faire territoire au quotidien dans les grands ensembles HLM

Entre ordre et frontière
Denis la Mache

Résumés

Cet article propose une lecture anthropologique de la manière dont les habitants des grands ensembles de périphéries urbaines délimitent, administrent, transforment matériellement et symboliquement les espaces et les lieux de leur quotidien pour faire territoire. Nous nous intéresserons à la fabrication de ces entités spatiales dont chaque individu se donne la liberté de disposer chaque jour selon un usage singulier et qu’il entoure d’un champ symbolique spécifique, garant d’identité. Ces « fabrications sociospatiales » seront abordées à partir d’une recherche empirique menée auprès d’habitants de deux terrains d’enquêtes situés dans des périphéries de villes moyennes.

This paper proposes an anthropological reading of how the inhabitants of large urban peripheries define, administer, and process their daily spaces and places from a material as much as symbolical point of view to give sense to their territory. We will focus on the making of these spatial entities, witch everyone can dispose of everyday individually, to guarantee their identity. These “socio spatial creations” will be based on an empirical research, that is to say surveys conducted among the suburbians of two towns.

Haut de page

Texte intégral

1Tous les jours, en rentrant de son travail, France-Marie sort son chien. C’est une habitude qu’elle a prise il y a quelques mois, lorsqu’elle a emménagé dans ce quartier HLM. En fumant sa cigarette, elle arpente des lieux qui lui sont vite devenus familiers. Chaque soir le même tour. Chaque soir dans le même sens. Le chien a vite compris. « C’est une sorte de rituel » me dira-t-elle. Des gestes, des formes, des déplacements, mais aussi des visages, des odeurs et des bruits sont venus peupler son univers quotidien. En décrivant son parcours journalier, France-Marie nomme et délimite son « bloc », son « hall », la « dalle ». Des intérieurs et des extérieurs, des vides et des pleins, des distances et des repères viennent jalonner et dimensionner son quotidien.

  • 1  Nous entendrons par lieu une configuration instantanée de positions. L’idée de lieu, dit M. de Cer (...)

2Il s’agira ici de mettre au jour les inventions contextuelles et les opérations symboliques par lesquelles, dans la répétitivité de leurs pratiques quotidiennes, les habitants des grands ensembles de périphéries urbaines délimitent, administrent, transforment matériellement et symboliquement des espaces et des lieux1, en domptent les temporalités propres pour contribuer à faire territoire et entretenir, transformer ou préserver des identités personnelles ou familiales. L’existence de ces territoires est ici posée comme une hypothèse heuristique permettant de saisir globalement un ensemble d’actes dispersés. Il ne s’agit pas de supposer la matérialité de territoires identifiés et cartographiables. Il s’agit plutôt de saisir de manière unifiée un registre particulier de fabrications sociospatiales auxquelles se livrent les citadins.

3Les territoires du quotidien seront donc envisagés dans la perspective d’une anthropologie des singularités subjectives, attentive non pas à la reconstruction de logiques propres à des communautés urbaines spécifiques, mais à des actes, à des opérations de sujets individuels, autonomes et interdépendants. Il s’agira, dans une démarche proche de celle engagée par G. Di Méo (Di Méo, 1991), de repérer des entités spatiales dont chaque individu se donne la liberté de disposer chaque jour selon un usage singulier. Il s’agira d’identifier des espaces relevant d’un modèle de découpage et de contrôle propre à l’individu et pourvu d’un champ symbolique spécifique, garant d’identité. Le quartier pourra alors être envisagé, dans la perspective des travaux de K. Noschis, comme un amas, une collection de lieux entremêlés auxquels l’usage répété a imprimé une valeur de symboles affectivement chargés, assouvissant l’imaginaire des habitants (Noschis, 1984). Dans et entre ces lieux, des individus et des groupes constitués s’agitent et se croisent. Leurs trajets, comme l’a montré S. Juan, transcendent les seules exigences matérielles pour s’inscrire dans un projet. La mobilité quotidienne est aussi un ensemble d’actions réalisées pour que d’autres actions soient possibles en vue de (re) produire des personnes ou des choses (Juan et al, 1997).

  • 2  Programme de Développement Social des Quartiers dits « sensibles ».

4La question sera traitée à partir de la mise en dialogue de deux recherches empiriques. Celles-ci ont été développées entre 2005 et 2010 dans des villes moyennes de l’ouest de la France. Le premier est le grand ensemble de La Rabaterie. Implanté sur la commune de Saint-Pierre-des-Corps, dans la banlieue de Tours, ce quartier HLM étale 40 hectares d’urbanisme planifié. La « machine à habiter » entreprise dans les années soixante y a mécaniquement aligné des constructions en tours et en barres. Au total, 2 590 logements standardisés s’insèrent dans un réseau de parkings et d’espaces verts. Quelques pavillons épars rompent la régularité architecturale caractéristique d’une conception désormais révolue du logement social. Une population modeste et cosmopolite cohabite dans ce quartier classé DSQ2 en 1989. Au dernier recensement, sa population s’élevait à 3 712 habitants. La part des HLM parmi les résidences principales y était de 71,3 %. Le taux d’activité des 25-65 ans s’élevait à 69,4 %. Le revenu fiscal médian était de 9 137 euros. Dans cette « cité de banlieue », 44 % des actifs sont ouvriers. 33 % de la population a moins de vingt ans. 14 % des résidants sont des ressortissants étrangers, la plupart originaires d’Afrique du Nord. Ici, depuis trente ans, une multitude de destins contrastés se juxtaposent et se succèdent. De jeunes ménages en transit, des retraités, des étudiants, des familles ouvrières aménagent, emménagent ou déménagent.

5Le second terrain d’enquête est le quartier du Clou-Bouchet à Niort. Au recensement de 2006, sa population s’élevait à 6 390 habitants. La part des HLM parmi les résidences principales était de 75,4 %. Le taux d’activité des 25-65 ans était de 75,2 %. Le revenu fiscal médian était de 9 580 euros. Ce grand ensemble se distingue formellement du précédent par la présence quasi exclusive de barres, à l’exclusion de tours. Une plus faible pression foncière et une volonté de se conformer à un urbanisme bas caractérisant le reste de la ville a conduit à une succession de constructions rectilignes. Dépassant rarement les 6 étages, elles sont disposées parallèlement ou perpendiculairement les unes aux autres. Depuis une dizaine d’années, des barres sont abattues régulièrement avec l’objectif affiché d’aérer le quartier et de l’ouvrir sur la ville, c’est-à-dire sur le centre commercial tout proche. Les barres jugées dignes de subsister font l’objet de réhabilitations très visibles portant sur les balcons, les isolations extérieures, mais aussi le confort intérieur des logements.

6Peu étudiés, volontiers éclipsés par leurs homologues des grandes métropoles, les grands ensembles de villes moyennes ne constituent pas pour autant des terrains d’enquête dépourvus d’intérêt. Les questions ethniques, religieuses ou politiques y sont moins vives. Les focales médiatiques y sont braquées avec moins d’insistance. Le marché de l’immobilier y est plus tempéré. Tous ces éléments constituent une occasion rare de jeter un regard apaisé sur les périphéries urbaines.

  • 3  Soit 500 au Clou-Bouchet et 260 à la Rabaterie, respectant ainsi les proportions de populations re (...)

7Pour plonger au cœur de ces espaces urbains, 13 individus seront évoqués ici. 13 rencontres privilégiées se sont tissées durant cinq ans dans une alternance d’observation in situ et d’entretiens semi-directifs. 13 foyers, choisis pour le contraste de leurs parcours social et résidentiel, ont dévoilé progressivement leurs façons d’inscrire leurs histoires dans les lieux. Grâce à eux, rencontre après rencontre, la collection d’observations a laissé entrevoir des logiques d’actions. Un ensemble cohérent de pratiques est apparu derrière l’inventaire disparate des savoir-faire et des savoir-être résidentiels. Les personnages cités ne sont pas des synthèses abstractives. Ils sont des individus bien réels d’une sélection méthodique. Au début de l’enquête, 760 foyers choisis aléatoirement sont venus constituer l’échantillon scruté par questionnaires3. L’observation s’est ensuite resserrée sur un nombre plus réduit d’individus. Ils ne furent plus qu’une vingtaine de foyers soumis aux entretiens et à l’observation participante. Pour construire le propos présenté ici, l’effectif s’est encore réduit. Les autres sont là, en arrière-plan. Remisés dans les archives de l’enquête, ils laissent les faveurs du récit au petit groupe de ceux qui, sur les aspects abordés, présentent des caractères exemplaires.

I – Fabriquer les territoires du quotidien

8Quel que soit le groupe social concerné, l’observation ethnographique permet aisément de repérer les pratiques quotidiennes. Celles-ci sont reconnues par leurs auteurs comme susceptibles de se reproduire chaque jour. Elles se donnent à voir dans une dimension spatiale et temporelle. Parfois simples cadres de réalisation, les espaces et les temps de ces pratiques peuvent aussi en constituer une dimension nécessaire. Émergent alors des formes particulières de situations socio-spatio-temporelles, c’est-à-dire de situations sociales dont l’espace et le temps constituent des dimensions intrinsèques, à la fois cadres de réalisation et partenaires symboliques. C’est ce type de situations socio-spatio-temporelles qui concentrera ici l’attention. Il s’agira d’explorer l’hypothèse selon laquelle les pratiques quotidiennes peuvent entretenir des relations de construction mutuelle avec des blocs d’espace-temps qui leur sont spécifiques. Il s’agit donc de concentrer l’observation sur la manière dont les individus fabriquent et transforment des blocs d’espace-temps pour faire territoire du quotidien et exprimer, faire évoluer, entretenir ou protéger des identités personnelles et familiales.

A – Une poïétique située

9Un hall d’entrée qu’il vaut mieux ne pas traverser après une certaine heure pour ne pas « faire de mauvaises rencontres », une supérette de quartier où l’on peut « tailler une bavette », un porche où l’on « retrouve les copains », un appartement que l’on aime retrouver chaque soir… les blocs d’espace-temps qui accompagnent les pratiques quotidiennes sont faits d’espaces publics et d’espaces privés, d’intérieurs et d’extérieurs, d’horaires et de rythmes, de continuités et de ruptures… Les ensembles hétérogènes ainsi constitués apparaissent intimement liés à l’histoire de leurs auteurs. Ils ne sauraient être compris indépendamment des positions et des possessions sociales, économiques et culturelles de ceux-ci. Mais il serait tout aussi incomplet de considérer ces blocs comme le fruit direct et exclusif d’un système de dispositions acquises, indépendant de la situation de cohabitation. Dans le grand ensemble, des singularités subjectives se croisent et cohabitent. Chacune saisit les espaces et les temps de manière singulière, mais objectivement interdépendante. Pour fabriquer des blocs d’espace-temps consubstantiels aux pratiques quotidiennes, les habitants des deux grands ensembles étudiés utilisent mille ressources et savoir-faire. Chacun mobilise ses propres capitaux économiques ou symboliques, s’insère dans la vie sociale locale et s’accommode de la matérialité et de la temporalité propres des lieux concernés.

10La fabrication des territoires du quotidien relève de la poïétique. Création et acte de synthèse, celle-ci relie, dans des combinaisons chaque fois inédites, des habitants à des espaces, à des lieux et à d’autres habitants. Dans la diversité des styles de vie qui agitent le grand ensemble, des individus et des familles aménagent des appartements, prennent possession des balcons, barricadent des places de parkings, prennent des idées chez les autres, critiquent vertement des usages non conformes des parties communes ou délaissent ostensiblement un habitat social qu’ils vont ou espèrent quitter incessamment pour le rêve pavillonnaire.

11France-Marie L., 38 ans, a emménagé il y a 5 mois. Seule avec son chien, elle est là, dit-elle, de manière transitoire, « en attendant que la situation s’arrange sur le plan du boulot ». En recherche d’emploi, elle se pose en spectatrice de la vie sociale locale. Elle a vite repéré « les gens comme [elle] », les « CSP+ », les « petites vieilles du quartier », les « yoyos » [Elle désigne par-là les jeunes issus de l’immigration maghrébine]. Pour descendre son chien, elle développe mille ruses. Elle évite les lieux fréquentés par les « yoyos » et les heures de sortie des « petites vieilles ». Elle fréquente les mêmes espaces que les familles de gens actifs. Elle ne va pas « n’importe où, n’importe quand ». La promenade du chien prend la forme d’un discours sur le monde, sur la société comme elle va, à l’adresse des autres et d’elle-même.

12À l’image de la poétique d’Aristote, la création des territoires du quotidien se noue, autour de 3 composants de l’agir interreliés et complémentaires : l’action de faire, la potentialité active ou passive et l’imitation. La mimesis est poétique, soulignent R. Dupont-Roc et J. Lallot, c’est-à-dire créatrice (Dupont-Roc et Lallot, 1980). En effet, dans la fabrication et l’entretien de ses blocs d’espace-temps, chacun se rapproche du semblable et se distingue de l’autre. Puissants outils de distinction, les territoires du quotidien font advenir l’identité sociale de leurs auteurs à eux-mêmes autant qu’aux autres. Si l’auteur fait l’œuvre, celle-ci à son tour fait l’auteur. Seule l’œuvre fait émerger l’artiste comme maître d’art, dit M. Heidegger (Heidegger, 1960). La dynamique créatrice des territoires du quotidien prend la forme d’un complexe va-et-vient entre l’auteur et son œuvre qui s’insère dans un jeu de différenciation/ rapprochement avec l’autre et le semblable. Le territoire du quotidien se veut cohérent avec les aspirations sociales de son auteur. Il est à la fois singulier, distinctif et distinguant.

13Dans son opérationnalité concrète, la fabrication des territoires du quotidien se situe dans un registre d’action tout à fait particulier. Il s’agit du bricolage. Celui-ci ne saurait cependant être entendu ici comme une pratique marquée par l’à-peu-près, le manque de rigueur et de moyens. Le bricolage spatio-temporel à l’œuvre dans la fabrication des territoires du quotidien est plutôt tel qu’il fut décrit par C. Lévi-Strauss. Il est un travail dont la technique est improvisée, adaptée à la fois aux matériaux et aux circonstances (Lévi-Strauss, 1962). Le bricoleur fabrique un objet à partir d’objets préexistants. Créer, dit J. Monod, c’est recombiner.

14Le bricolage peut aussi être entendu au sens propre. Dans son appartement, Gérard C., 34 ans, ne reste pas les bras croisés. Il se définit lui-même comme un fin bricoleur. Alors, à ses heures perdues, il mobilise des savoir-faire entretenus, mais faiblement valorisés dans le cadre professionnel, pour « faire des rangements » etaméliorer son cadre de vie. Il pose des étagères, installe une réception satellite… Propriétaire de son logement, il vise à se sentir « bien chez soi » quand, après « une journée de boulot », il est enfin chez lui, retranché du « bordel ambiant du quartier ». Installé pour un temps indéfini dans ce quartier, un peu loin de la ville, mais « proche du boulot », il aime à « s’occuper les mains » en conséquence.

  • 4  Voir D. La Mache : « Des mondes à soi. Pour une ethnologie des territoires du quotidien en HLM », (...)

15L’observation des pratiques quotidiennes laisse apparaître que le bricolage opère par domestication et appropriation des spatialités et des temporalités propres des espaces et des lieux. Il puise dans des entités spatiales essentiellement rassemblées autour de 3 pôles : celui du travail des membres du foyer, celui de la résidence et celui du commerce. Il mobilise 3 échelles de temps : le temps historique de la ville, le temps de la vie, des parcours sociaux et résidentiels et le temps quotidien des pratiques urbaines4. Ainsi, chaque habitant use d’outils matériels, idéels, conceptuels, techniques et symboliques pour s’accommoder des durées ou des coûts de déplacements ou pour jongler entre les horaires de travail, de nourrice et de fermeture des magasins. Chacun, à sa mesure et selon ses moyens, combine les espaces et les temps du quotidien.

B – Un acte d’imagination

16Dans leurs composantes privatives, les territoires du quotidien se traduisent souvent concrètement par des artifices visibles, objectifs et volontaires (stores aux fenêtres, claustras sur les balcons, plot sur la place de parking…). La plupart du temps, ces agencements sont irréalisables dans les parties communes ou l’espace ouvert de la ville. Ils laissent alors place à une appropriation qui peut n’être qu’uniquement toponymique. Par le geste ou la parole, une multitude d’actes nomme et qualifie les espaces et les lieux. Cette activité, qui se donne à voir de manière dispersée, relève d’une construction symbolique, dans laquelle l’imagination tient une place déterminante, assurant le lien entre des formes et des concepts.

17 Ainsi, est-il facile de constater que les concepts de « maison », de « jardin »… sont parfois mis à mal par la réalité formelle et sociale du grand ensemble. Pour nombre d’habitants, ils ne renvoient pas aux formes qu’ils en attendent. Patrick M. a 58 ans. Après une trajectoire résidentielle essentiellement pavillonnaire, il est arrivé dans le quartier il y a 10 ans, suite à un divorce. Faisant visiter son appartement, il ironise devant ce que « les HLM osent appeler une cuisine ». Lui qui « vien[t] de la campagne » s’en fait une idée bien différente. Alors, comme les autres habitants, il interprète, détourne ou simplement aménage la matérialité des espaces pour fabriquer des lieux identifiés. Il fabrique « un coin desserte », bricole un « fourre-tout » et « une souillarde ». Ces espaces prennent alors des formes inédites pour se conformer au concept de cuisine. Un autre exemple, très fréquemment constaté auprès de la population observée, est celui de l’entrée. Ainsi, dans la plupart des logements, l’espace qui sépare la porte d’entrée de la pièce principale est-il aménagé pour « faire une entrée » propre à remplir des fonctions de sas entre le chez-soi et les parties communes. De la même manière, des jardins se créent sur certains balcons tandis que d’autres deviennent des « terrasses », des « appentis » ou un prolongement du « débarras ». Les espaces verts deviennent des « squares » ou des « jardinets » qu’à certaines heures on se donne le droit de fréquenter en famille ou dans lesquels on s’autorise à envoyer les enfants jouer seuls.

18Dans ce qui précède, il est possible d’identifier deux logiques distinctes mobilisées pour nommer et reconnaître des lieux des territoires du quotidien. D’une part, les habitants mobilisent des éléments existants pour fabriquer des blocs d’espace-temps, conformes à une forme conceptuelle. C’est le cas de l’entrée imaginée à partir des formes du logement et matérialisée à grand renfort d’étagères. D’autre part, les habitants reconnaissent, dans des formes jusqu’ici inconnues, l’expression d’une forme conceptuelle. C’est par exemple le cas lorsque, dans la diversité des usages des balcons, on reconnaît que tel locataire a « fait un jardin d’hiver » sur lequel il aime à rester le soir ou transformé l’espace en « cagibi » où il ne se rend jamais « sauf exceptionnellement pour déposer des trucs ».

19Deux opérations synthétiques distinctes, mais potentiellement simultanées, interviennent pour établir des mises en correspondance des espaces-temps avec des formes conceptuelles. Ces opérations sont comparables à celles qui ont été identifiées par G. Deleuze reprenant E. Kant (Deleuze, 1978). Il s’agit de la synthèse et du schème. Ces deux opérations sont des actes d’imagination au sens d’E. Kant, c’est-à-dire de mise en correspondance entre des ensembles spatio-temporels et des réalités conceptuelles. L’imagination est ici entendue comme la faculté par laquelle l’individu détermine un espace et un temps d’une manière conforme à un concept, mais qui ne découle pas du concept. L’acte d’imagination est alors une production et non une reproduction. La synthèse et le schème sont deux opérations de l’imagination productrice. Une différence essentielle existe cependant entre ces deux opérations. La synthèse est un acte d’imagination qui opère ici et maintenant. Elle a pour règle le processus de recognition. À partir d’éléments divers appréhendés, elle reconstitue un tout signifiant pouvant être relié au concept. Ainsi, face à la nouveauté d’un habitat qui lui est peu familier, Patrick M. se dit-il « ceci est une cuisine ». Il opère une synthèse allant de la détermination spatio-temporelle à la détermination conceptuelle. Le schème, quant à lui, consiste en une opération valable en tout temps. Dans ce cas, disposant du concept, il s’agit de déterminer la relation spatio-temporelle qui lui correspond. Le schème se distingue de la synthèse en ce qu’il procède du processus de production et non de recognition. Ainsi, Patrick M. se dit-il « un cagibi étant comme cela, voici comment je peux m’en fabriquer un ».

II – Délimiter les territoires du quotidien

  • 5  Voir D. la Mache, L’art d’habiter un grand ensemble HLM, L’harmattan, 2006.

20La frontière peut être entendue comme une limite signifiante d’un territoire, comme un objet mis en place pour affirmer et distinguer une entité territoriale. Tout territoire est alors intrinsèquement lié à l’idée de frontière. Les territoires du quotidien ne font pas exception. Les habitants des grands ensembles étudiés, dans leurs pratiques quotidiennes et leur discours, mettent au jour une multitude de séparations aux statuts, aux appellations et aux formes diverses et volontiers brouillées. Dans les parties communes, dans le quartier, dans la ville et jusqu’à l’intérieur de l’appartement, des successions de microseuils jalonnent les trajets journaliers et marquent les espaces5.

21Dans sa cartographie du quartier, Miloud E., 19 ans, distingue son bloc, ses lieux de ralliement, les « coins » où il ne va jamais et la « ville » où il descend « traîner un peu le samedi ».Dans son logement, Patrick M. a « fait une entrée » pour protéger son séjour à son goût en contact trop direct avec l’extérieur, c’est-à-dire les parties communes. Nathalie P., 36 ans, mariée, un enfant et actuellement en reconversion professionnelle, passe « beaucoup de temps dans l’appartement ». Elle a distingué et classifié les pièces de son logement en fonction de leur caractère de fréquentation. Le pas de la porte est accessible aux voisins. Le séjour est ouvert aux amis. Les proches sont admis dans la cuisine. Sanctuaire des sanctuaires, la chambre du couple n’est accessible qu’aux membres du foyer.

  • 6  Par bien des aspects, ces manières rappellent les configurations décrites par C. Arbaret-Schulz, A (...)

22Toutes ces séparations, pour autant, ne font pas frontière. Certaines apparaissent réductibles aux notions voisines identifiées par J.-P. Renard que sont la limite et la discontinuité. L’auteur propose, en effet, une graduation conceptuelle entre ces notions. La limite circonscrit deux ensembles spatiaux dont on souligne les différences. Ces dernières ne sont pas nécessairement structurantes. La discontinuité suppose des structures d’organisation de l’espace. La frontière, enfin, est une séparation structurante qui exprime ou révèle l’exercice d’un pouvoir. La frontière suppose la discontinuité qui elle-même implique la limite (Renard, 2002). Les habitants se livrent à une activité productrice matérielle et symbolique, mobilisant discontinuités et/ou limites contribuant ainsi à faire frontière. Les territoires du quotidien mettent alors au jour des réalités frontalières parfois inédites qui contribuent à en renouveler les expressions conventionnelles6.

A – Formes frontalières

23Autour des pratiques quotidiennes, des tris s’opèrent entre les espaces connus, reconnus et inconnus. Certains espaces non signifiants se présentent comme de simples temps de parcours. D’autres marquent l’exceptionnel d’un trajet inhabituel. Ce dernier, parfois, recoupe ou relie des espaces de déambulations routinières. Des lieux familiers émergent parfois de terres ignorées. Pour épouser cette géographie complexe et changeante, les frontières recouvrent et combinent des formes diverses.

24Parmi les formes frontalières des territoires du quotidien, la frontière linéaire est sans doute la plus fréquente. Elle est, en tout cas, celle qui apparaît le plus spontanément dans les descriptions que font les habitants de leurs pratiques journalières. Elle renvoie à des lignes sans épaisseur. Ainsi des obstacles naturels au cheminement forment-ils frontière. Plus difficile, le franchissement en devient plus exceptionnel. Dans le grand ensemble de Saint-Pierre-des-Corps, la Loire ou l’autoroute forment frontière des territoires du quotidien. Dans le grand ensemble de Niort, un axe à forte circulation routière assure la même fonction. Leur épaisseur n’est pas signifiante. Elle n’est pas évaluée par les habitants. Quelle est la largeur de la Loire ? Combien y a-t-il de mètres pour traverser l’autoroute ? Nul ne sait le dire de manière exacte, ni même convaincante. La question elle-même n’est pas pertinente. Il ne s’agit là que de lignes appréhendées par ce qu’elles séparent.

25Le point est également couramment utilisé pour constituer les frontières. Faire frontière ponctuelle, c’est implanter dans l’espace urbain, selon la formule de Th. Paquot, des repères et des repaires. C’est créer des lieux entendus à la fois comme des accueils et des haltes. Ce sont des endroits qui marquent l’entrée ou la sortie des territoires du quotidien. Ce sont aussi des endroits qui constituent les territoires du quotidien dans un environnement qui ne l’est pas. Ainsi, entre le quartier, le centre-ville, le lieu de travail… des lieux repères émergent d’espaces non signifiants. Dans cette perspective, Solange K., 62 ans, retraitée, invitée à retracer ses cheminements quotidiens, décrit avec force détails le contenu du petit magasin où elle se rend spécifiquement en traversant un quartier où elle « ne met jamais les pieds ». De tels points constituent autant de frontières séparant les blocs d’espace-temps du quotidien du reste de la ville. Lorsqu’il rentre à vélo de son travail, Monsieur R. raconte que, lorsqu’il aperçoit l’enseigne de l’hypermarché, il sait qu’il est « enfin arrivé ». Jusqu’alors l’espace ne lui était apparu que comme un temps de parcours dont la matérialité n’avait de sens qu’en rapport avec le déplacement.

26Discontinus, les territoires du quotidien forment de complexes ensembles d’espaces et de lieux au sein desquels, après la ligne et le point, s’imbrique une troisième forme frontalière. Il s’agit de la frontière réticulaire. Distincte de la frontière linéaire, elle prend la forme d’un ensemble articulé de points de contrôle et de passage qui se multiplient au sein des espaces traversés par des réseaux de circulation des personnes, des marchandises et des informations (réseaux ferroviaires, de bus urbains, internet haut débit...). La frontière apparaît alors indissociable de ces réseaux. Elle se localise dans ses terminaux (arrêts de bus, gares, points d’accès « wifi » publics…). Les expressions les plus fréquentes en sont les hubs et les terminaux des lacis de déplacements journaliers. Entre des « dehors » et des « dedans », entre des vides et des pleins, des arrêts de bus, des gares, des parkings, des places… se conjuguent pour contribuer à faire frontière.

27Quatrième forme frontalière, la frontière aréolaire est celle qui revêt la configuration la plus floue. Elle se présente sous forme de cercles concentriques aux contours incertains ayant chacun pour centre un lieu approprié. Les abords du lieu de travail, de la zone commerciale… sont fréquemment dotés de ce type de frontière. Dans le cadre d’une construction aréolaire, l’exercice de délimitation frontalière ne s’est fixé sur aucune ligne, sur aucun point, sur aucun réseau particulier. Comme en suspens, la limite ne s’est matérialisée dans aucune forme finie. Dans les descriptions auxquelles sont invités à se livrer les habitants, la frontière aréolaire intervient en complément des autres formes frontalières. Ainsi, Khadija Z., 49 ans, femme au foyer, sait-elle avec beaucoup de précision décrire son quartier, ses infrastructures, ses rythmes, ses habitants et leurs petites habitudes. Elle sait aussi parler des quartiers voisins repérables à leur architecture pavillonnaire, de la zone commerciale ou de la zone industrielle. Entre ces entités, des lignes, des points et des réseaux formés par l’usage font frontière. Mais à elles seules, ces formes ne sauraient épuiser les configurations frontalières en jeu. Des zones d’incertitudes se forment. Situées selon des cercles concentriques autour de la maison, elles complètent les formes frontalières précédemment citées par des continuums séparant les blocs d’espace-temps du quotidien du reste de la ville.

B – Franchissements

  • 7  Voir D. la Mache, « Homes sweet homes, univers domestiques en HLM », Ethnologie Française, n° 3, j (...)

28Toute idée de frontière s’accompagne inévitablement de la question des franchissements. Encore est-il nécessaire, dans le cas des territoires du quotidien, de se repérer parmi la profusion de limites et de seuils qui les organisent et les subdivisent. En effet, comme nous l’avons déjà évoqué, des ensembles complexes de limites multiples et de discontinuités variées jalonnent les déplacements routiniers. Ceux-ci peuvent donner lieu à une succession de franchissements mettant au jour des jeux de relations entre public et privé, entre scènes et coulisses auxquelles participent les personnes et les lieux. Tous ces agencements de limites ne font pas pour autant frontière7. Il est toutefois possible de repérer des logiques à l’œuvre, spécifiques aux territoires du quotidien, qui règlent et organisent les passages pour soi-même et pour les autres. Ainsi distinguerons-nous les franchissements d’ego et ceux d’alter.

29S’agissant d’ego, bien que volontiers habituel, le franchissement de la frontière des territoires du quotidien reste périlleux. Une série de dispositions matérielles et symboliques accompagne les passages. Outre une modification des postures ou un réajustement de la présentation de soi de la part de celui qui entre ou sort, l’espace lui-même est soumis à un travail de recomposition/ fragmentation. Le passage, quant à lui, fait l’objet de dispositions tactiques marquant une adaptation in situ au changement de conditions spatiales et temporelles. Le franchissement du seuil du logement met au jour le lien particulier qui unit l’habitant à son logement, à son quartier et à la ville. Comme le souligne M. Bonetti, le passage entre intérieur et extérieur, bien que familier, est périlleux (Bonetti, 1994). On se prépare pour quitter l’intimité rassurante du chez-soi. Ainsi, dans les deux grands ensembles observés, une série de dispositifs matériels et symboliques accompagne les passages. Outre une modification des postures, l’espace lui-même fait l’objet d’un travail de recomposition/fragmentation. Entre public et privé, entre scène et coulisses, apparaît un jeu de relations auquel participent les personnes et les biens. La porte d’entrée devient alors tout à la fois partenaire, accessoire et cadre d’exécution d’une distinction entre les blocs d’espace-temps et les systèmes de relations sociales qui y sont intrinsèquement liés. Parmi les habitants des grands ensembles observés, il est possible de distinguer, d’une part, ceux qui ont constitué les parties communes de l’immeuble en territoires du quotidien et, d’autre part, ceux qui ont abandonné l’idée d’en produire un contrôle propre et de le pourvoir d’un champ symbolique spécifique, garant d’identité. Pour justifier cette distinction, les habitants concernés évoquent la manière dont ils construisent et donnent sens à leur trajectoire résidentielle. On retrouve dans la première catégorie les habitants qui inscrivent de manière volontaire et valorisée leur existence au sein du grand ensemble, et ce quel que soit le terrain d’observation. Il y a là ceux qui sont « né(s) ici », ceux qui ont « choisi de s’installer près du boulot »… Dans la seconde catégorie se retrouvent ceux qui construisent leur situation résidentielle actuelle comme un évènement subi ou peu valorisé. Il y a là ceux qui ont dû « subir un relogement », qui n’ont « pas trop les moyens de partir »…L’observation systématique des sorties d’appartements permet alors de distinguer, dans des espaces aux matérialités comparables, les seconds qui franchissent une frontière des premiers qui se contentent de passer un seuil intermédiaire. Pour tous, il est possible d’observer des réajustements de posture, des vérifications ou des modifications de tenues vestimentaires que les considérations météorologiques ne sauraient expliquer qu’en partie. Ces dispositions tactiques ne semblent pas de nature différente, qu’il s’agisse de franchir une limite ou une frontière. Tout au plus peut-il être repéré un degré d’intensité et surtout un sens donné. Ainsi, Martine F., 52 ans, opératrice de saisie, n’a pas constitué les parties communes en territoires du quotidien. Elle est là, dit-elle, « faute de mieux ». Il s’agit pour elle de marquer une sortie de l’univers domestique. Miloud E. s’est autodésigné « jeune des quartiers ». Il a investi les parties communes. Il s’agit, pour lui, de marquer une transition vers une partie de son territoire du quotidien caractérisée par une appropriation groupale et générationnelle.

30Ainsi, des halls, des paliers ou des couloirs viennent alimenter des discours sur soi. Ils mobilisent des espaces et des lieux, mais aussi des temps et des rythmes. Sortir des territoires du quotidien peut s’entendre comme sortir de l’espace consubstantiel aux pratiques quotidiennes. C’est aussi sortir des temporalités qui y sont attachées. Le passage fait donc l’objet d’une préparation à la fois spatiale et temporelle. Ainsi Nadia E., 32 ans, hôtesse de caisse, raconte-t-elle combien le fait de rentrer chez elle après des horaires de travail atypiques l’amène à fréquenter des lieux qui, bien que parfaitement connus, lui apparaissent étrangers à certaines heures avancées de la soirée. Elle a donc préparé en conséquence cette échappée des blocs d’espace-temps du quotidien. Elle a prévu des itinéraires, évitant les zones sombres ou « mal fréquentées » qu’à d’autres horaires elle a pourtant identifiées comme des espaces de connaissance et de reconnaissance. Elle a anticipé, planifié et cartographié mentalement la situation. Elle a négocié avec son employeur ses modifications d’horaires pour pouvoir s’adapter, dans de bonnes conditions, à ces modifications.

31Si la frontière des territoires du quotidien se réalise dans les passages d’ego, elle s’accomplit aussi dans ceux d’alter. Ces passages laissent voir un usage spécifique de dispositifs frontaliers particuliers. Le dispositif est ici entendu comme une matérialité, meuble ou immeuble, que l’on dispose et dont on dispose, concrètement ou symboliquement, pour organiser les passages. Ainsi en est-il des portes d’entrée des appartements. L’observation de leur usage vis-à-vis d’alter fait apparaître une réalité frontalière particulière. La frontière dont il est question est ici une frontière sociale. Sa fonction est d’opérer une distinction entre des groupes sociaux. Il s’agit cependant moins de faire rupture au sens de séparer deux entités autonomes. Il s’agit plutôt de distinguer des entités interdépendantes, composant une même totalité.

  • 8  J’avais déjà eu l’occasion de décrire ces opérations de mise à distance symbolique in D. la Mache  (...)
  • 9 Ce procès réciproque avait été décrit par G. Althabe dès 1984 dans un grand ensemble de la banlieue (...)

32Vis-à-vis de leurs voisins de palier, les habitants des deux grands ensembles font apparaître des opérations de mise à distance symbolique8. Ils marquent ainsi une volonté de se démarquer d’une population avec laquelle le consensus sur les usages des lieux est ténu et changeant et sur laquelle ils ne peuvent installer une domination sociale par manque de capitaux symboliques. Il s’agit de se dégager d’une éventuelle logique de procès réciproques consistant en des alliances de circonstance entre locataires pour fustiger l’un d’eux au motif d’un non-respect des convenances9. Les dispositifs frontaliers utilisés pour assurer la séparation et l’ouverture entre le territoire du quotidien et les espaces de coprésence résidentielle agissent comme de véritables opérateurs sociaux de différenciation des relations. Ils servent des jeux ambivalents entre liaison et séparation, entre dehors et dedans, entre disqualification et protection. Ainsi en est-il de la porte d’entrée. Par sa double fonction d’accueil et d’éconduction, elle agit comme un véritable filtre. Elle marque le point au-delà duquel les voisins ne pénètrent pas. Elle rétablit la distance sociale que la proximité spatiale met en péril.

III – Administrer

33Hétérogènes et complexes, les blocs d’espace-temps qui structurent les pratiques quotidiennes et que l’on dote d’un champ symbolique spécifique garant d’identité sont aussi agités de perpétuelles transformations. Une attention aux territoires du quotidien ne saurait éluder la dimension diachronique de leur constitution et de leur transformation. Pour appréhender cet aspect de la réalité sociospatiale, la démarche ethnologique possède quelques atouts. Elle permet de cerner un registre particulier de logiques d’action. Ni savantes, ni techniques, elles relèvent de l’ordinaire. Ce sont les logiques du familier. Logiques implicites des comportements, elles relèvent de ce qui « va de soi ». Elles renvoient à des opérations matérielles et symboliques que l’on reproduit sans réinterroger. C’est dans leur mise en œuvre que seront explorés deux caractères majeurs de la constitution et de la transformation des territoires du quotidien : les créations de familiarité et de sécurité.

A – La familiarité

34Des univers de gestes et d’objets, des sons, des odeurs et des images jalonnent les territoires du quotidien. Pour se sentir « enfin chez soi », Monsieur C., 51 ans, cariste, aime à reproduire chaque soir les mêmes microrituels. L’écoute du répondeur, l’ouverture du courrier marquent le passage vers le repli domestique. Le bruit du voisin qui fait chauffer son diesel sur le parking, les odeurs du marché, la vue sur le centre commercial… indiquent de manière certaine à Madame T., 38 ans, femme au foyer, qu’elle entre ou qu’elle sort des blocs d’espace-temps qui structurent son activité quotidienne. Ces blocs consubstantiels aux pratiques quotidiennes possèdent, en propre, la caractéristique d’apparaître familiers à leurs auteurs. Ce qui fait le mystère de la familiarité avec un objet est, comme le souligne J.-C. Kaufman, le fait que l’on y dépose une part de son identité personnelle ou familiale (Kaufman, 1988). Le familier est ici à pendre aux deux sens du terme. Il est ce qui est bien connu, ce dont on a une expérience habituelle, ce dont la connaissance, la pratique et l’usage apparaissent ordinaires. Il est aussi le geste, la parole ou l’usage qui apparaîtrait incongru hors du cercle restreint de l’entre soi. La fabrication et l’entretien des territoires du quotidien se réalisent donc dans ces gestes minuscules, ces attentions fluides qui, au jour le jour, font apparaître et perpétuent des univers sensoriels singuliers.

35Tous les matins, Nadine Q., 42 ans, secrétaire, aime écouter RTL. Elle prend son petit déjeuner avec ses journalistes favoris. Elle appréhende ainsi la mesure du temps qui s’écoule. Des voix familières l’accompagnent dans ses enchaînements de gestes, chaque jour répétés. « Je sais que je suis en retard quand j’entends la météo dans la salle de bain. La météo c’est dans la cuisine [rires] ». Les logiques du familier se manifestent par des actions incorporées et générées par l’habitude. Façonnés dans la routine, ses ensembles d’actions et de perceptions sont validés par la répétition. Un régime d’action spécifique, caractéristique, mais non exclusif de la création et de l’entretien des territoires du quotidien, peut être repéré. Comparable au régime de familiarité décrit par L. Thévenot, il recouvre l’action des individus intégrés à un environnement qui leur est propre, dont ils produisent une accommodation afin de s’y sentir à l’aise (Thévenot, 2006). Dans ce régime de familiarité, l’agent en action est la personne intime. La finalité de son action est l’aise ressentie dans l’accommodement de l’environnement. L’objectif en est la production de repères. L’entretien et la gestion des territoires du quotidien s’effectuent dans un façonnement conjoint et permanent de la personne et de son environnement.

B – La sécurité

36Autant que faire se peut, l’état d’esprit confiant et tranquille de celui qui se pense à l’abri du danger caractérise les territoires du quotidien. Le sentiment de sécurité y règne. Celui-ci associe deux idées distinctes et interdépendantes. Il s’agit de la sûreté et de l’ordre. Commençons par évoquer la sûreté.

37Dans les territoires du quotidien, les environnements sensoriels sont identifiés et font l’objet d’une appropriation signifiante. Ainsi, pour René B., 77 ans, retraité, le vacarme des avions qui décollent de la base aérienne proche du domicile, la sonnerie du collège tout proche ou les flots réguliers de véhicules sur le boulevard à certaines heures sont des sonorités attendues. Familières, elles sont aussi prévisibles. Leur occurrence est planifiée. Avec certitude, on peut nommer les bruits, les spectacles ou les micro-événements qui, à coup sûr, de manière intermittente ou permanente, plus ou moins régulière, vont venir peupler les territoires du quotidien. Si certains ne sont liés à aucune idée d’accident, d’autres, au contraire, indiquent la possibilité d’un dommage. René B. explique : « Les camionnettes sur le boulevard, on n’y fait plus attention, je veux dire au bruit quand ça déboule à fond de train là, mais pour les gamins ils savent qu’il faut faire gaffe. Je veux dire, ils ont l’habitude depuis tout petits. Ils ont appris à se méfier quand ça dépote ». Les événements qui emplissent les territoires du quotidien apparaissent moins dangereux que risqués. Sur le boulevard proche du domicile, dans le parking souterrain désert du centre commercial… les risques sont multiples, mais ils sont connus. Une fréquentation aux horaires jugés adéquats, des précautions appropriées contribuent à écarter le danger. Ainsi, au jour le jour, les habitants fabriquent et entretiennent la sûreté de leurs territoires du quotidien. Faite d’inéluctabilité, de certitude et de confiance, la sûreté se construit et prend en compte le danger. Faire territoire du quotidien, c’est aussi fabriquer des systèmes d’alerte, mobiliser des savoir-faire appropriés mille fois répétés pour parvenir à transformer les dangers en risques.

  • 10  Voir D. la Mache, « Homes sweet homes, univers domestiques en HLM » op. cit.

38 L’ordre constitue la seconde composante de la sécurité. Il intervient ici à deux niveaux. Il désigne d’abord l’existence d’une organisation dans la distribution des objets qui entrent dans la fabrication des territoires du quotidien. C’est le cas dans les intérieurs des logements dont une étude approfondie montre combien le rangement et l’entretien des éléments qui les composent sont autant d’éléments indispensables à la constitution du « chez-soi »10. Loin d’aller de soi, cette mise en ordre repose sur des savoir-faire incorporés qui trouvent leur opérationnalité dans une confrontation avec la réalité objective des espaces.

  • 11  Voir D. la Mache, L’art d’habiter un grand ensemble HLM, op. cit.

39L’ordre désigne également un domaine au sein duquel il est possible de repérer un ensemble homogène d’objets. C’est le cas, par exemple, des espaces commerciaux qui jalonnent les territoires du quotidien. Petits commerces de proximité, grandes surfaces de périphéries ou boutiques de centre-ville constituent autant de sous-catégories dont les habitants qui les désignent et les fréquentent s’accordent à dire que toutes ces enseignes ne sont pas « du même ordre ». Chacune est activée pour des fonctions qui lui sont propres. Les commerces de proximité peuvent assurer la rapidité du service ou la sociabilité locale. Les grandes surfaces sont plus volontiers appréhendées sur le registre rationnel de l’approvisionnement. Les boutiques de centre-ville peuvent garantir une accessibilité à « La ville »11. Dans leur opérationnalité quotidienne, ces deux acceptions de l’ordre entretiennent des rapports de coefficacité. Elles se combinent pour isoler, repérer, nommer et entretenir un ensemble cohérent d’espaces, de lieux et de temporalités.

40Ainsi appréhendé, l’ordre apparaît comme une construction symbolique indispensable au déroulement harmonieux de la vie sociale. Il est une taxis, une loi d’énumération et de classement. Mis en ordre et répertoriés, les territoires du quotidien assurent leurs fonctions protectrices à leurs auteurs. Ils contribuent à donner sens (dans son acception de direction et de signification) à la vie sociale. Sans la taxis, le monde ne serait, selon la formule de F. Nietzsche, « qu’un chaos éternel du fait d’une absence d’ordre, d’enchaînements, de beauté, de sagesse, bref de toute esthétique humaine » (Nietzsche, 1882). Le réel, en soi, est inhumain et invivable. L’ordre est un indicateur d’être.

41Mais l’ordre est toujours solidaire d’un certain regard. L’hétérogénéité des usages spatiaux auxquels se livrent les habitants des grands ensembles est à mettre en relation avec les travaux de mise en ordre distincts et parfois antagonistes dont ils témoignent. René B. ne décolère pas devant le « bordel que certains peuvent mettre sur leurs balcons » au vu de tous et qui, à coup sûr, pense-t-il, contribue à discréditer l’immeuble et ses habitants. Mais ce qui échappe à un ordre n’est pas forcement hors d’ordre. Il peut aussi être l’ordre de l’autre, parfois désapprouvé, souvent simplement incompris. « Classeurs classés par leurs classements, les sujets sociaux se distinguent par les distinctions qu’ils opèrent » disait P. Bourdieu.

42Pourtant, du fait même d’être projeté et appliqué, l’ordre se donne pour intrinsèque aux choses. Il se présente comme le prolongement ou l’explicitation d’une disposition objective. Les taxis revendiquent leur rattachement au kosmos qui renvoie au principe organique d’unité du tout, au critère de réalité. Le kosmos est l’ordre originel. Ainsi entendu, l’ordre est, par principe, irréductible à toute taxis. Si la taxis est artificielle, le kosmos ne recouvre l’existence d’aucun classement. Pour rétablir une forme d’innocence de l’ordre, il faut faire intervenir un « opérateur d’ordre absolu ».

43Ainsi, les habitants des grands ensembles observés se partagent entre la perspective d’un ordre ultime et architectonique et son impossibilité quotidienne. Chaque fois, c’est un ordre parmi d’autres qui s’exprime. Le concept alors se diffracte. Il n’est plus un seul ordre global et un seul domaine à ordonner. L’acte d’ordonnancement se porte alors tantôt sur la création d’une multitude de relations intelligibles entre une multiplicité de situations sociospatiales, tantôt sur un principe particulier de rangement/classement, tantôt sur la fabrication de blocs d’espace-temps spécifiques fondés sur un mode de fonctionnement propre. Derrière l’ordre gestionnaire se profile la tentation de l’ordre démiurgique.

44Ainsi, une anthropologie des singularités subjectives, attentive aux actes courants et aux transformations minuscules permet-elle d’accéder aux logiques ordinaires auxquelles chacun se livre pour constituer et entretenir des blocs d’espace-temps singuliers. Ceux-ci structurent les situations socio-spatio-temporelles du quotidien en articulant les propriétés intrinsèques des espaces et des lieux avec des systèmes de dispositions sociales, économiques et culturelles.

45La démarche proposée ici est ancrée sur une mise en dialogue entre deux terrains d’enquêtes situés dans des périphéries de villes moyennes. Malgré les différences de formes et de contextes locaux, des constantes ont pu être dégagées s’agissant de la construction et de l’entretien de blocs d’espace-temps par les habitants. Et rien n’autorise à penser que ces constantes et ces logiques soient spécifiques aux périphéries de province. Tel est, en effet, comme le rappelait M. de la Pradelle, le paradoxe de la démarche anthropologique : quelle que soit la généralité de son objet, elle passe nécessairement par une idiographie (La Pradelle, 1996). Il lui faut prendre en compte la spécificité des sociétés étudiées et les faire fonctionner comme exemples. L’hypothèse peut être tenue que ces terrains périurbains peuvent constituer d’intéressants laboratoires, ouvrant des pistes d’investigation pour alimenter une compréhension de la ville tout entière.

46Dans ces deux extraits de ville, des individus se croisent et se toisent. Loin d’être des figures folkloriques ou idéales, les acteurs observés ont permis de montrer des procédures, ni exotiques ni pittoresques, mais seulement des occurrences de possibles. Ainsi, différentes dimensions de la vie sociale et de la matérialité des formes se mettent au service de légitimités individuelles personnelles et distinctes. Dans la diversité des lieux, chacun produit de l’espace vécu, de la limite, de la proximité et de la mobilité. Par des inventions contextuelles, réelles et imaginaires, des individus unis entre eux par des liens objectifs d’interdépendance et des situations de coprésence, tentent, au jour le jour, de construire des systèmes d’espaces et de temps ordonnés et apaisés au sein desquels ils se fabriquent une place bien à eux.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Alphandéry P., Bergues M., « Territoires en questions. Pratiques des lieux, usages d’un mot », Ethnologie française, n° 1, 2004.
DOI : 10.3917/ethn.041.0005

Bonetti M., Habiter, le bricolage imaginaire de l’espace, Paris, Hommes et perspectives, 1994.

Certeau (de) M., L’invention du quotidien I. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1980.

Deleuze G., La philosophie critique de Kant, Doctrine des facultés, Paris, PUF, 1963.

Di Méo G., L’Homme, la Société, l’Espace, Paris, Anthropos, 1991.

Dupont-Roc R. et Lallot J., La poétique d’Aristote, Paris, Seuil, 1980.

Filiod J.-P., Le désordre domestique, essai d’anthropologie, Paris, L’Harmattan, 2003.

Heidegger M., L’origine de l’œuvre d’art, Paris, Reclam, 1960 (1949).

Javeau C., Prendre le futile au sérieux. Microsociologie des rituels de la vie courante, Paris, Cerf, 1998,

Juan S. et al., Les sentiers du quotidien, Paris, L’Harmattan, 1997

Kaufmann J.-C., La chaleur du foyer. Analyse du repli domestique, Paris, Méridien Klincksieck, 1988.

Lefebvre H., Critique de la vie quotidienne, T2 Fondements d’une sociologie de la quotidienneté, Paris, L’Arche, 1961.

Lévi-Strauss C., La Pensée sauvage, Paris, Plon, 1962.

Merleau-Ponty M., Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1945.

Nietzsche F., Le gai savoir, Paris, Gallimard, 1990 (1882).

Noschis K., Signification affective du quartier, Paris, Méridiens, « sociologie du quotidien », 1984.

Renard J.-P., « La frontière, limite politique majeure, mais aussi aire de transition » in Collectif Limites et discontinuités en géographie, Paris, SEDES, 2002.

Rémy J., « Mobilités et ancrages, vers une autre définition de la ville », in Hirschhorn M., Berthelot J.-M. (dir.), Mobilités et ancrages. Vers un nouveau mode de spatialisation ?, Paris, L’Harmattan, 1996.

Simmel G., Sociologie. Études sur les formes de socialisation, Paris, PUF, 1999.

Thévenot L., L’action au pluriel, sociologie des régimes d’engagement, Paris, La Découverte, 2006.

Haut de page

Notes

1  Nous entendrons par lieu une configuration instantanée de positions. L’idée de lieu, dit M. de Certeau, exprime un ordre selon lequel des éléments sont distribués dans des rapports de coexistence. Les éléments y sont chacun à un endroit propre et distinct (Certeau, 1980). Il y a dans le lieu une indication de stabilité qui distingue ce dernier de l’espace défini par M. de Certeau comme intégrant les vecteurs de direction et de vitesse. L’espace est animé par ceux qui le pratiquent. Il est au lieu, dit M. de Certeau, « ce que devient le mot quand il est parlé ». Il y a, dit M. Merleau-Ponty, « autant d’espaces que d’expériences spatiales ».

2  Programme de Développement Social des Quartiers dits « sensibles ».

3  Soit 500 au Clou-Bouchet et 260 à la Rabaterie, respectant ainsi les proportions de populations respectives des 2 terrains.

4  Voir D. La Mache : « Des mondes à soi. Pour une ethnologie des territoires du quotidien en HLM », Strates 14 : 55-68.

5  Voir D. la Mache, L’art d’habiter un grand ensemble HLM, L’harmattan, 2006.

6  Par bien des aspects, ces manières rappellent les configurations décrites par C. Arbaret-Schulz, A. Beyer, J-L Permay, B. Reitel, C. Selimanovski, C. Sohn et P. Zander in « La frontière, un objet spatial en mutation », EspaceTemps.net, 29.10.2004.

7  Voir D. la Mache, « Homes sweet homes, univers domestiques en HLM », Ethnologie Française, n° 3, juillet 2003, p. 473-482.

8  J’avais déjà eu l’occasion de décrire ces opérations de mise à distance symbolique in D. la Mache : « La conquête de l’espace. Habitat et regards croisés dans un grand ensemble HLM » -TERAIN, n° 30, mars 1998.

9 Ce procès réciproque avait été décrit par G. Althabe dès 1984 dans un grand ensemble de la banlieue nantaise (in G. Althabe, B. Léger et M. Selim, Urbanisme et réhabilitation symbolique, Anthropos, 1984).

10  Voir D. la Mache, « Homes sweet homes, univers domestiques en HLM » op. cit.

11  Voir D. la Mache, L’art d’habiter un grand ensemble HLM, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis la Mache, « Faire territoire au quotidien dans les grands ensembles HLM », Métropoles [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 24 avril 2014. URL : http://metropoles.revues.org/4528

Haut de page

Auteur

Denis la Mache

Responsable de formation au CREPS Poitou-Charentes
Chercheur associé à l’UMR LADYSS
denis.la.mache@technecampus.com

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page