Navigation – Plan du site

Accéder à la maison individuelle en zone périurbaine : passé résidentiel, position dans le cycle de vie et sphères d’identification

Josette Debroux

Résumés

Les zones périurbaines sont un lieu d’installation privilégié des « jeunes ménages avec enfants » en provenance des pôles urbains qui, tout en continuant de travailler en ville, souhaitent accéder à la propriété d’une maison individuelle. En tenant compte de la socialisation résidentielle, structurée par des normes, des représentations qui dessinent le champ des possibles en matière résidentielle dans un contexte socio-historique donné, des positions occupées dans les trajectoires conjugale, familiale et professionnelle au moment de l’installation, l’objectif de cet article est de montrer l’enjeu, en termes d’identité sociale espérée, du choix résidentiel périurbain qui intervient dans des configurations familiales variées où les conjoints sont investis de manière différenciée dans les différentes sphères d’activités. Les attentes en termes d’identité résidentielle qui dépendent des identités attendues et reçues dans les autres sphères varient selon la position sociale, selon la pente de la trajectoire professionnelle, selon le genre. Quand les identités professionnelles ne coïncident pas avec les identités espérées, que les chances de parvenir à un ajustement sont faibles, l’investissement dans la sphère résidentielle est important.

Suburban areas are privileged by the "young couples with children" from the urban poles which, while continuing to work in town, wish to be first-time buyer of a detached house. By taking into account of the residential socialization, structured by norms, representations which show the field of the possibilities in residential sphere in a given socio-historic context, positions had in the conjugal, family and professional trajectories when they arrive, the aim of this paper is to show the stake, in terms of expected social identity, the suburban residential choice which come up in varied family configurations where the husband and wife invest differently in the varied spheres of activity.
The expectations in terms of residential identity which depend on identities expected and received in the other spheres vary, according to the social position, according to the career evolution, according to the gender. When the professional identities do not coincide with the expected identities, when the chances to reach an adjustment are slight, the investment in the residential sphere is significant.

Haut de page

Texte intégral

1Parmi les différents mouvements qui contribuent au développement résidentiel périurbain (Berger, 2004), les flux migratoires entre pôles urbains et communes périurbaines ont été les plus étudiés parce qu’ils interrogent les mécanismes de polarisation au sein des métropoles. Ils concernent surtout des jeunes ménages de moins de 40 ans avec enfants qui, tout en « choisissant » de résider en zones périurbaines, continuent à travailler en ville (Sencébé, Lepicier, 2007). Le « choix » du périurbain permet de réaliser le « désir de maison », de répondre aux besoins d’une famille qui s’agrandit (Le Jeannic, 1997), d’offrir aux enfants un meilleur environnement scolaire (Mancebo, 2007). Une ségrégation sociale s’opère en fonction des distances à la ville (Berger, 2004 ; Sencébé, Lepicier, 2007), les cadres sont plus nombreux à s’installer dans le périurbain proche et les ménages les plus populaires sont relégués dans le périurbain lointain, là où le prix du terrain est le moins onéreux (Dodier, 2007).

2Au principe du choix périurbain des « jeunes ménages avec enfants », on trouve souvent, dans les discours ordinaires ou semi-savants, le « désir de maison » érigé en moteur des migrations. Le « désir de maison » n’a cependant rien de naturel. Si les préférences en matière de logement ont été infléchies par l’Etat qui a créé une panoplie de mesures pour favoriser l’accès à la maison individuelle en propriété souvent en périphérie des villes, elles ne sont pas indépendantes des modèles résidentiels hérités (Authier, 2010). La trajectoire résidentielle de la famille d’origine engage, en effet, des représentations associées aux différentes positions occupées (Bertaux-Wiame, 1995) et/ou familiarise à un type de logement. Cette socialisation résidentielle familiale est elle-même structurée par des normes, des représentations, plus largement, des « préstructurations inégalement cristallisées » (Passeron, 1992) qui dessinent le champ des possibles en matière résidentielle dans un contexte socio-historique donné et une conjoncture biographique particulière.

3En réduisant la catégorie « jeunes ménages » à une classe d’âge associée aux étapes du cycle de vie, de la carrière professionnelle et familiale, l’approche macrosociale gomme les différences sociales. On peut supposer que, selon les milieux sociaux, l’accès à la localisation résidentielle périurbaine intervient à des moments différents des trajectoires professionnelle, conjugale, familiale, les individus n’achevant pas leur scolarité, n’entrant pas sur le marché du travail et ne constituant pas une famille au même âge (Battagliola, Brown, Jaspart, 1997).

4En tenant compte de la socialisation résidentielle, des positions occupées dans les trajectoires conjugale, familiale et professionnelle au moment de l’installation, nous allons chercher à montrer l’enjeu, en termes d’identité sociale espérée, du choix résidentiel périurbain qui intervient dans des configurations familiales variées où les conjoints sont investis de manière différenciée dans les « différents domaines d’implication des êtres sociaux » (Grafmeyer, Authier, 2008). En effet, la sphère résidentielle est source d’identité sociale (Cartier, Coutant, Masclet, Siblot, 2008a). Nous supposons que les attentes en termes d’identité résidentielle ne sont pas sans lien avec les identités sociales reçues ailleurs, dans les sphères professionnelle, conjugale, familiale « qui sont à la fois des communautés d’appartenance, des sources d’identité individuelle et de lien social, des activités consommatrices de temps… » (Garner, Méda, Senik, 2006 : 25).

5Le matériau d’enquête est constitué de 37 entretiens biographiques, l’entretien biographique permettant de relier de manière fine trajectoire résidentielle et trajectoires professionnelle, conjugale, familiale de chacun des conjoints sur un axe à la fois synchronique (ce qui permet d’éviter l’approche atomistique) et diachronique (pour repérer les progressions, ruptures…). La construction des trajectoires, qui ne retient que les changements de statuts clairement définis, laisse de côté les espoirs déçus, les deuils qui, s’ils ne marquent pas objectivement la carrière par des ruptures, progressions… n’en demeurent pas moins structurants. La prise en compte des représentations de la vie professionnelle ou familiale, de la position sociale… permet d’éclairer le sens symbolique et social du choix résidentiel à un moment donné de la trajectoire sociale.

Le terrain d’enquête

6Les entretiens ont été réalisés auprès de ménages résidant dans deux communes d’un Parc Naturel Régional, équidistantes de Grenoble (28 et 30 km), qui se différencient nettement par leur profil sociospatial. La première, située en zone de montagne (1000 m d’altitude), a vu sa population passer de 1098 habitants en 1982 à environ 2500 en 2008, et se recomposer socialement : la part des ménages (selon la personne de référence) appartenant aux « professions intermédiaires » et « cadres supérieurs et professions intellectuelles supérieures » ne cesse d’augmenter, les deux catégories représentant un peu moins de la moitié des ménages, la part des ménages « employés » s’élève à 10,2 % et celle des ménages « ouvriers » à 11,4 %. L’extension du bâti s’est réalisée dans le prolongement du bourg et dans les différents villages environnants. Les lotissements sont de petite taille avec des parcelles en construction libre de 1000 m2 minimum. Cette commune touristique offre différents équipements : commerces, services (médicaux, crèche, lycée à 9 km…), des équipements culturels (cinéma), une petite station de ski. Elle est desservie par plusieurs lignes de bus.

7La seconde commune localisée en plaine, encore fortement marquée par l’activité agricole, ne présente aucune qualité paysagère et environnementale distinctive. La population municipale augmente de manière constante depuis 1975, atteignant 540 habitants en 2006 et près de 700 habitants en 2008 à la suite de la construction d’un lotissement d’une trentaine de maisons en série. En 2007, les « cadres et professions intellectuelles supérieures » représentent 12,8 % de la population active, les « professions intermédiaires » 25,6 %, les « employés » 20,5 %, les « ouvriers », 36 %. La commune offre peu de services, qu’il s’agisse de transports en commun (un seul bus rejoint Grenoble le matin avec un retour le soir), d’équipements divers (absence de garderie…). Un petit commerce a été ouvert récemment suite (et grâce) à la construction du lotissement.

8Les entretiens ont été menés auprès de ménages qui, sans être originaires de la commune, ont fait construire ou plus rarement acheté une maison individuelle entre 1997 et 2008. Au moment de l’installation, dans tous les couples enquêtés, au moins un des conjoints travaille à Grenoble ou plus exceptionnellement à plus de 100 km de son domicile.

9Les ménages enquêtés sont représentatifs du profil social des communes, les catégories supérieures et moyennes sont fortement représentées dans la commune A avec quelques ménages rattachés aux « ouvriers », « employés » et « artisans » et, dans la commune B, les « catégories intermédiaires », « ouvriers », « artisans » dominent largement.

10La moitié des ménages ont moins de 35 ans au moment de l’installation, le quart entre 35 et 40 ans, les autres entre 41 et 50 ans. Moins de la moitié provient de la ville de Grenoble. Les autres résidaient dans des petites villes de la région grenobloise ou en région parisienne le plus souvent. Un peu plus du tiers des ménages enquêtés se sont installés entre 1997 et 2000, un peu moins du tiers entre 2001 et 2005, le quart après 2005. Les installations les plus récentes concernent la commune B.

1. Un modèle résidentiel hérité commun mais des trajectoires résidentielles socialement différenciées

11Les travaux sur les stratégies résidentielles ont remis en question la vision très schématique de projets orientés exclusivement par les injonctions du marché, par les incitations de nature diverse du contexte, en mettant en évidence le rôle des expériences résidentielles familiales, intra et intergénérationnelles sur les choix résidentiels, qu’il s’agisse du choix de localisation (Fortin, Després, 2008) ou du statut résidentiel (Bonvalet, Gotman, 1993).

12Il s’agit ici de montrer comment la prise en compte des pratiques résidentielles du milieu d’origine, les représentations de cette expérience résidentielle située socialement qui concerne le logement, mais également son environnement, éclaire le choix résidentiel périurbain. Si la maison individuelle en propriété s’inscrit dans le modèle de trajectoire résidentielle intériorisé, l’accès est plus ou moins rapide selon la position sociale des ménages.

1.1 Le goût pour la maison individuelle : le poids de la socialisation du milieu d’origine

13C’est sur le registre de la nécessité que la plupart des enquêtés « expliquent » leur choix résidentiel : « ce qu’on voulait, c’était avoir une maison » (chargé de recherche), « on a dit qu’on aurait une maison » (employée).

14Plus rarement, ce choix peut être rapporté au milieu d’origine, s’apparentant alors à un héritage dont la transmission se serait effectuée à leur insu comme l’exprime Jacques, infirmier : « Parce que mes beaux-parents étaient bien ancrés dans la pierre et mes parents étaient aussi propriétaires d’une maison, ça s’est fait naturellement comme ça ».

15Dans chaque ménage, au moins un des conjoints a vécu au cours de son enfance dans une maison individuelle, cette socialisation résidentielle précoce contribuant à naturaliser « le désir de maison ». L’absence de cette expérience rend d’ailleurs ce « choix » étrange comme le montre l’exemple de Maryse. Maryse, comptable, a 6 ans quand ses parents divorcent. Son père, ouvrier d’origine italienne, se clochardise et meurt à 40 ans. Sa mère, femme de ménage, a beaucoup déménagé dans Grenoble et sa banlieue avec ses trois enfants : « parce qu’elle aimait bien changer d’appartement, ma maman. Comme de numéro de téléphone ! (…) Elle louait. Non, elle aimait bien changer… Voilà. Elle était pas attachée à un quartier ou quoi, ou à une commune, non, non ».

16Maryse se marie à 20 ans. Le ménage s’installe dans un appartement en location et y demeure pendant dix ans. Puis Marie divorce, vit seule pendant deux ans avant de rencontrer son second mari. Ils achètent un appartement« parce que à l’époque justement les locations étaient très chères. Et je m’étais aperçue moi que le prix d’une location valait un crédit. Donc on a acheté. Lui, avait une fille. Moi, un fils. Et puis j’ai redivorcé au bout de cinq ans ». Son conjoint joue un rôle important dans cette acquisition, il est lui-même fils de propriétaire, le statut d’occupation ayant tendance à se transmettre. Pour les enfants de propriétaires, « devenir propriétaire est une évidence qui s’inscrit dans l’horizon des probables … », (Cuturello, 1993 : 117). Au moment du divorce, Maryse conserve l’appartement, achetant la part de son ex-conjoint. Il y a deux ans, elle rencontre Philippe. Après un mois de vie commune, il lui fait part de son « désir de maison », un « désir » qui est complètement étranger à Maryse : « … j’ai jamais pensé, j’ai même jamais pensé, j’ai jamais, j’ai jamais habité dans une maison, en fait c’est la première fois ». Philippe, qui a toujours vécu en maison individuelle, veut retrouver rapidement son statut résidentiel : « ses parents avaient une maison sur S. et puis après c’est vrai que, quand il a été marié, il a toujours eu des maisons. Il a jamais vécu en appartement, le seul moment où il a vécu en appartement ben finalement c’était avec moi quoi ».

17Si Maryse n’a jamais « pensé habiter dans une maison », c’est non seulement parce qu’elle n’en n’a pas eu l’expérience directe au cours de son enfance mais aussi parce que sa mère n’en n’a jamais manifesté le souhait. Si l’on ne peut exclure des mécanismes d’ajustement, le « sense of one’s place » (Bourdieu, 1985 : 549) qui aurait conduit sa mère à refuser de convoiter un bien, objectivement inaccessible, il semble que la disposition particulièrement forte à la mobilité résidentielle de celle-ci s’avérait, de toute façon, incompatible avec l’achat d’une maison.

18Dans le processus de socialisation au cours duquel l’individu « acquiert – « apprend », « intériorise », « incorpore », « intègre »- des façons de faire, de penser, d’être qui sont situées socialement » (Darmon, 2006 : 6), la socialisation primaire joue un rôle déterminant dans la construction de dispositions « irréversibles » qui agissent durablement par hystérésis. L’expérience résidentielle du milieu d’origine transmet des habitudes corporelles associées à la taille du logement : évoluer dans un grand espace par exemple « …induit des comportements et des apprentissages spécifiques » (Pinçon, Pinçon-Charlot, 2007 : 22 ). Vivre dans des conditions de logement analogues à celles connues dans son enfance garantit le bien-être. Annick, informaticienne au chômage, est issue d’une famille très aisée depuis plusieurs générations. Elle a toujours vécu dans de vastes maisons en banlieue résidentielle de différentes grandes villes. Elle se trouve à l’étroit aussi bien dans l’appartement acheté après son mariage que dans la maison de 150 m2 qu’ils ont fait construire en zone périurbaine : « eh moi j’aurais fait plus grand parce que j’ai toujours eu plus grand quand j’étais petite ».

19L’expérience résidentielle va de pair avec la mise en place de routines comme « être dehors », de goûts pour des activités de loisirs comme le jardinage, le bricolage, autant de pratiques qui ne peuvent se déployer qu’en maison individuelle.

20L’expérience résidentielle acquise dans la sphère familiale ne se cantonne pas à la maison mais concerne plus largement l’environnement qui favorise la constitution d’habitudes spatiotemporelles (Fortin et Després, 2008). Ainsi, avoir vécu en milieu rural ou à distance du centre-ville et des équipements familiarise avec les déplacements et prédispose à la localisation résidentielle périurbaine qui rime avec mobilité Mais l’environnement ne détermine pas mécaniquement les pratiques. Catherine, institutrice, dont toute l’enfance s’est déroulée en banlieue résidentielle de Reims, n’est pas attachée au cadre urbain. Issue d’une famille nombreuse modeste (son père, d’origine agricole, facteur, est devenu receveur), elle ne fréquentait pas les équipements culturels de sa ville, « … culturellement on n’a pas été habitué à faire pour des raisons financières ». Elle se décrit comme une « petite fille timide », « j’étais très très timide et mal dans ma peau (…) toute mon adolescence où j’étais complètement repliée sur moi (…) moi, j’ai jamais été attirée par la ville, tout ce qui est shopping, toutes ces activités urbaines ne m’ont jamais intéressées ».

21La socialisation résidentielle transmet également un répertoire de justifications, des « habitudes discursives » qui circulent à la fois hors et au sein du milieu social d’origine, comme « être chez soi », « ne pas mettre l’argent par la fenêtre », « quitte à payer autant que ce soit pour nous »,habitudes qui anéantissent toute velléité de réflexivité.

22Plus exceptionnellement, ce sont des aspirations, des « désirs non aboutis » dont héritent quelques enquêtés et l’accès à la maison individuelle s’apparente alors à une revanche sur le passé vécu par leurs parents (Maison, 1993). Elise, institutrice, fille d’une femme de ménage et d’un ouvrier d’origine italienne qui a gravi les échelons à l’intérieur de son usine pour devenir photographe, a été marquée par les aspirations résidentielles de ses parents :

« …Nous on appelait ça « la crise de printemps » avec mes frères et sœurs (…) parce que tous les printemps, on allait visiter plein de maisons autour de Grenoble et on visitait, et on visitait, on visitait…et on voyait mes parents qui faisaient des calculs euh voilà… qui s’informaient des prêts et finalement, au bout du compte… ça n’a… ils n’y sont jamais arrivés ».

23Avec le parcours résidentiel des parents se transmet la « représentation hiérarchique d’un trajet promotionnel qui va de l’appartement en location à la maison en propriété, chacun se définissant par rapport à l’autre : « les propriétaires » sont d’autant plus « heureux » (Bonvalet, Gotman, 1993) qu’ils le sont d’une maison individuelle plutôt que d’un appartement, la propriété d’un appartement apparaissant, après coup, comme une transition vers la maison.

1.2 Une expérience associée à la mobilité sociale

24Contre une représentation environnementaliste qui laisserait penser qu’il suffit d’avoir passé son enfance dans une maison pour « avoir envie » d’une maison, il s’agit de montrer ici que la reproduction du « modèle » résidentiel ne peut être garantie sans la croyance en la valeur de ce « modèle » qui tient aux représentations positives qui lui sont associées.

25Pour les trois quarts des ménages dans lesquels un des conjoints est d’origine populaire, l’accès à la maison individuelle est lié à la mobilité sociale inter et intragénérationnelle, les pères bénéficiant conjointement de la tertiarisation de la société (Gollac, 2005) et d’une politique favorisant l’accès à la maison individuelle en propriété à partir des années 1970 avec notamment l’abandon de l’aide à la pierre au profit de l’aide à la personne.

26Le profil de la famille de Marie, enseignante, est représentatif de ces mobilités à la fois résidentielle et sociale. Le père et la mère de Marie sont tous deux issus de familles très modestes. Aîné d’une fratrie de 8 enfants, le père de Marie a été contraint d’abandonner ses études pour devenir bûcheron à 14 ans. Frustré scolairement, il va emprunter des voies détournées pour sortir de sa condition et devient enseignant d’électronique. Ses efforts de progression sociale se manifestent aussi dans la sphère résidentielle : « … quand ils ont voulu trouver du travail ils ont dû aller à Charleville, et vite l’appart, ils ont pas eu l’objectif d’y rester, c’était une transition et après ils ont eu envie d’une maison ». 

27Marie, fille unique, bénéficie d’une socialisation primaire très cohérente orientée vers la poursuite de l’ascension sociale. Parce que l’accès à la propriété d’une maison individuelle constitue, pour ses parents, un indicateur de réussite sociale mais aussi une « sécurité », ils l’encouragent dans cette voie par l’ouverture d’un plan d’épargne logement :

« j’ai été beaucoup à chercher à faire plaisir à mes parents parce que je voyais bien qu’ils bossaient comme des fous pour pouvoir payer mes études donc j’ai toujours mis un point d’honneur à faire du mieux possible (…) ben en fait avec mon mari on avait tout de suite envie d’acheter quelque chose qui soit à nous et là encore une fois pas dépendre de quelqu’un, on voulait quelque chose à nous, donc mon mari avait pas mal mis de côté quand il avait des pièces de droite et de gauche des papys et des mamies etc. moi j’avais un plan d’épargne logement parce que mes parents avaient pensé à ça, ses parents aussi même si c’était pas eux dans leur état d’esprit, ils l’avaient fait pour leurs enfants et donc on s’est retrouvés tous les deux à avoir un petit pécule en 99 et on s’est mis un emprunt assez costaud quoi ».

28Que la progression dans la carrière résidentielle de leurs parents ait été vécue directement ou qu’ils en aient eu connaissance par des récits, dans chaque ménage, au moins un des conjoints juge cette expérience positive.

29Pour les ménages d’origine populaire qui n’ont pas connu de mobilité sociale, l’accès à la maison individuelle témoigne de leur inscription dans les milieux populaires en quête de respectabilité (Cartier, Coutant, Masclet, Siblot, 2008). Catherine, infirmière, fille d’un conducteur d’engins de chantier et d’une mère au foyer, érige la trajectoire résidentielle de ses parents et de ses beaux-parents en trajectoire modale de ces ménages populaires qui cherchent à « s’élever » : « j’ai vécu 13 ans en région parisienne puis après ben on a vécu ce que beaucoup de gens vivent encore aujourd’hui, mon père a voulu acheter une maison parce qu’on était encore en location, a voulu acheter une maison et pour répondre au budget, donc a acheté, c’est pas un corps de ferme, c’est une maison à retaper donc en campagne donc ça faisait plus loin, pour aller travailler mon père devait avoir je sais pas, 5 km pour aller travailler et après, une fois qu’on a déménagé il en avait 25 (…) mon mari est né en région parisienne, il est né à Pantin donc eux ils ont vécu vraiment dans les cités, et dans les tours de la Courneuve et ensuite, je pense que c’est le même principe, ils ont voulu être propriétaires et partir en campagne et eh ils ont fait construire ».

30Les lieux de l’enfance, de la maison familiale mais aussi de l’ensemble des maisons fréquentées (Bonnain et De Villanova, 1999) relèvent du « patrimoine identitaire géographique de chacun » (Guérin-Pace, 2006 : 299). Ces lieux qui condensent une multitude de souvenirs toujours retravaillés en fonction du cadre présent sont très souvent mobilisés par les périurbains d’origine favorisée pour rendre raison de leur choix résidentiel et établir une continuité avec une partie de leur passé. Agnès, fille cadette d’un pharmacien et d’une assistante sociale, se démarque de sa fratrie par une réussite scolaire moindre, manifestant très tôt son envie d’entrer dans la vie active, « j’ai eu mon DUT et j’ai arrêté après j’aurais pu aller plus loin », ne répondant pas complètement aux attentes de ses parents, « certainement qu’ils auraient aimé autre chose mais ils l’ont jamais dit comme ça quoi ». Elle s’attache aux lieux de vacances de son enfance, à l’abri des tensions familiales : « ben eh disons que j’allais beaucoup chez un oncle qui eh habite Pau et qui habitait à la campagne, moi j’ai toujours eu envie, je le savais très bien, mes parents le savaient très bien, depuis toute petite je disais que je voulais aller à la campagne ».

31Au cours de la socialisation familiale dans une famille en ascension sociale se transmettent non seulement la représentation d’une trajectoire résidentielle réussie mais aussi le goût de l’effort, la capacité à se priver, à refuser des dépenses pour un plaisir immédiat au profit du plaisir différé, des dispositions ascétiques nécessaires pour vivre en zone périurbaine. La maison est un indicateur de position sociale quand l’origine est favorisée, marquant dans l’espace le statut de la famille. Si, dans tous ces ménages, l’expérience résidentielle d’au moins un des conjoints rend moins mystérieuse « l’envie » de maison, l’accès à la maison individuelle s’inscrit dans une trajectoire marquée par un plus ou moins grand nombre d’étapes selon les positions sociales.

1.3 Des trajectoires résidentielles socialement différenciées 

32La prise en compte de la trajectoire résidentielle construite à partir de trois dimensions (nombre de déménagements, type de logement, statut d’occupation), depuis la mise en couple et avant l’acquisition d’une maison individuelle en périurbain, permet de différencier socialement les ménages. La localisation résidentielle antérieure, définie par les grandes catégories d’espace (ville-centre, banlieue, communes périurbaines, communes rurales), ne constitue pas un facteur véritablement discriminant. Quelle que soit leur position sociale, les ménages résidaient très majoritairement en banlieue et dans des communes périurbaines.

33De manière générale, la trajectoire résidentielle des ménages favorisés s’oppose à celle des ménages populaires tant au niveau du nombre de déménagements qu’au niveau du statut d’occupation des logements antérieurs.

34Pour les ménages appartenant aux catégories supérieures, les changements de logement commencent au moment de la vie étudiante, s’effectuent au sein de la ville et en périphérie. Les « motifs » énoncés mêlent taille du logement et type de quartier. Ces mouvements témoignent de l’importance accordée au logement, d’une difficulté à trouver un logement qui convienne durablement et d’une propension à agir sur cette dimension.

35A contrario, la mobilité résidentielle des ménages populaires dépend plus directement des évènements biographiques qui scandent le cycle de vie. Les changements interviennent au moment de la mise en couple, au début de la vie familiale avec l’arrivée du premier enfant.

36Du point de vue du statut résidentiel, les ménages appartenant aux catégories supérieures comptent la plus faible proportion de ménages déjà propriétaires, un peu moins des deux tiers n’ayant jamais été propriétaires. La moitié de ces ménages sont arrivés avant l’âge de 35 ans et plus des trois quarts avant 39 ans. Moins d’un ménage sur deux de moins de 35 ans a déjà été propriétaire d’un appartement ou plus rarement d’une maison à la faveur d’un héritage le plus souvent ou d’une aide substantielle des parents. Les changements de statut résidentiel ne sont pas strictement promotionnels : des ménages passent du statut de propriétaire à celui de locataire, quittant par exemple un appartement en propriété pour une maison en location sans changer d’emploi.

37Qu’ils aient ou non été propriétaires, quel que soit leur âge à l’arrivée, les ménages les plus favorisés (par la profession du chef de ménage) s’installent dans la commune A, convoitée pour ses qualités paysagères et ses services. Si le choix du type de logement et le statut d’occupation jouent un rôle important dans leur parcours résidentiel, la localisation ne constitue pas pour autant un attribut secondaire, une variable « relais » des autres dimensions.

38Le choix de la localisation périurbaine est souvent un « choix par défaut » qui passe le plus souvent inaperçu parce qu’il relève de l’auto-exclusion, « à S. c’était même pas la peine d’y penser » (technicienne, conjoint ingénieur). En banlieue résidentielle, ils auraient été confrontés constamment à la réalité de leur position : s’ils appartiennent statistiquement aux catégories supérieures, ils occupent les strates inférieures. En zones périurbaines, ils se trouvent reclassés avantageusement : ils font partie des ménages les plus favorisés.

39A l’inverse, les ménages appartenant aux catégories populaires, (le chef de ménage est ouvrier, employé, artisan exceptionnellement titulaire d’un baccalauréat, d’origine populaire) ont quasiment tous été propriétaires avant de s’installer en zone périurbaine (9 sur 10), ce qui témoigne de l’importance accordée au statut de propriétaire et de leur relative marginalité par rapport à une catégorie où statistiquement le taux de propriétaires est le plus faible. La progression dans la trajectoire résidentielle qui tient compte du type de logement et du statut d’occupation est plus laborieuse. S’ils arrivent au même âge biologique que les ménages favorisés (plus des trois quarts ont moins de 39 ans et plus des deux tiers moins de 35 ans), ils ont progressé par étapes (achat d’un appartement avant l’acquisition d’une maison en zone périurbaine). Le choix de localisation tient compte des étapes antérieures et permet de comprendre des proximités spatiales socialement improbables. Les ménages ayant résidé en maison individuelle dans une banlieue populaire parisienne progressent dans leur trajectoire résidentielle en prenant en compte les qualités paysagères de l’environnement dans le choix de localisation et privilégient la commune A, les autres « choisissent » la commune B. Pour certains ménages, la maison en série constitue une étape d’une lente progression vers la « vraie maison ». Antoine, ouvrier, est fils d’un maçon immigré italien qui est devenu cogérant d’une entreprise de maçonnerie. Enfant, il a vécu en immeuble puis en maison individuelle dans une banlieue populaire de Grenoble. Quand il rencontre sa future conjointe, il loue un appartement au centre de Grenoble. Quelques mois avant la naissance de son premier enfant, le couple s’installe dans un appartement en location dans le quartier où Antoine a passé son enfance. Une année plus tard, le couple achète un appartement dans la commune voisine qu’ils occuperont pendant 5 ans. C’est « sur un coup de tête » mais après des problèmes récurrents de voisinage qu’Antoine achète une maison en lotissement. Il projette de poursuivre sa carrière résidentielle :

« … Je me vois racheter un terrain et faire ma propre maison. Cette fois-ci, construire.
Q : ça c’est une transition ?
R : ça c’est une transition ».

40Cette progression dans la carrière résidentielle n’est pas programmée pour autant. Antoine ne se sentait pas à l’aise, surclassé dans son quartier : « Ben ce sont des gens qui, euh bon, même si c’est pas des bourgeois mais voilà y, ils se prennent pour des gens de la haute bourgeoisie. Déjà rien que quand ils vous parlent, tu te dis « Mais qu’est-ce que je fais ici (…) ils savent pas aider » ».

41Selon la position au sein des catégories intermédiaires, la trajectoire résidentielle se rapproche de l’une ou l’autre des catégories polaires. Parmi les ménages rattachés aux catégories intermédiaires, les deux tiers des ménages (6 sur 9) ont été déjà propriétaires. Pour la moitié des ménages, l’accès à la propriété s’est réalisé une fois le couple formé. L’origine sociale des conjoints joue un rôle déterminant dans le choix de la commune. Les ménages d’origine plus favorisée (le père d’un des conjoints appartient aux catégories supérieures, il est diplômé de l’enseignement supérieur) s’installent dans la commune A, qu’ils aient ou non été propriétaires précédemment. Les ménages les plus proches des milieux populaires (par leur origine, les conjoints proviennent d’un milieu populaire, par leur parcours scolaire, ils accèdent à un niveau de bac + 2 après avoir obtenu un bac professionnel à la suite à d’un BEP…) s’installent dans la commune B. On retrouve chez ces derniers la représentation téléologique de la trajectoire résidentielle caractéristique des ménages populaires. Olivier, 29 ans, est fils d’un mécanicien travaillant dans la marine marchande et d’une ouvrière devenue employée. A 16 ans, il s’engage dans l’armée qu’il quitte après 11 ans de service et, depuis deux ans, il occupe un poste de technicien obtenu à la suite d’un concours. Il divorce en 2003. En 2005, il se met en ménage avec Marie, 38 ans, infirmière, fille d’une ouvrière qui a élevé seule ses trois filles après le décès de son conjoint dans une commune périurbaine de Grenoble. Marie, encore célibataire, a acheté un appartement à 28 ans, suivant les conseils de sa mère : « Ben elle nous avait toujours dit que c’était important de pouvoir acheter, d’être chez soi, de… Pas avoir de loyer à payer à la retraite (…) donc en fait on a toujours un peu baigné dans cette option-là de dire qu’il fallait devenir propriétaire. (…) Oui, il fallait être chez soi… Nous c’était pas trop pour la transmission du patrimoine mais plutôt pour avoir voilà un toit sur la tête, quelque chose qui nous appartienne ».

42Olivier souhaite vivre dans une maison, « c’est mieux pour les enfants », expérience résidentielle qu’il a connu dans son enfance. C’est sa rencontre avec Marie qui va activer ce goût résidentiel, mis en veille dans son premier couple « pour plein de raisons ». Assez rapidement, ils achètent une maison mitoyenne dans la commune B, contractant un emprunt sur 30 ans. Marie, qui n’a jamais vécu dans une maison, considère cependant qu’il s’agit d’une « norme » : « c’est vrai que tout le monde a envie d’avoir sa maison quoi. Moi je fais pas, je suis dans la norme hein, je (rires) J’ai rien d’exceptionnel, je suis dans la norme, j’avais envie d’avoir ma maison quoi (rires) Oui ça on a quand même une autre qualité de vie que dans un appartement ». Leur promotion résidentielle est très progressive. Marie a conservé son appartement qu’elle loue « ça rapporte plus qu’un livret », le montant de la location couvrant les mensualités de l’emprunt. La maison jumelée qu’ils viennent d’acheter ne correspond pas à celle de leur « rêve », elle n’est qu’une transition : « là ce sera, on espère, une bascule. En fait c’est juste euh un premier projet comme ça de maison (…). C’est pour y passer quelques années et après revendre et prendre quelque chose qui nous correspond mieux ». Leur projet résidentiel repose cependant sur l’état du marché immobilier du moment, « et puis par la suite si euh l’immobilier remonte, on va voir en fonction… ».

43S’ils se contentent de ce qu’ils ont, « …on est mitoyen des deux côtés, on n’a pas beaucoup de terrain mais comme on se dit y’ en a qui ne peuvent pas acheter donc euh… On est bien content de ce qu’on a aussi », ils rêvent d’une maison plus grande, « ce serait à 130 mètres. 130 m2 et euh allez, 500 m2 de terrain (…) On serait heureux ».

44Les ménages plus proches des catégories favorisées (par leur capital scolaire et leur origine sociale) considèrent d’emblée leur maison comme une « vraie maison ».

45Si la socialisation familiale donne une « impulsion » à une trajectoire résidentielle probable, les ménages accèdent plus ou moins rapidement à la maison individuelle en zone périurbaine. Pour qu’une trajectoire probable devienne effective, il faut un contexte qui rende possible et/ou nécessaire sa réalisation. C’est en prenant en compte les attentes en termes d’identité résidentielle qui dépendent des identités sociales reçues ailleurs que nous allons chercher à comprendre l’enjeu du choix résidentiel périurbain.

2. Sphères d’activité et identités attendues et reçues : les enjeux de l’identité résidentielle

46Plus des trois quarts des enquêtés ont moins de 40 ans quand ils arrivent en zone périurbaine. Ce point commun entre les ménages masque néanmoins des différences de position dans les trajectoires professionnelle, familiale et conjugale et donc des attentes socialement différenciées en termes d’identité résidentielle selon le milieu social.

2.1 Un soutien pour les ménages des catégories supérieures et un investissement plus marqué des femmes dans la sphère familiale

47La moitié des ménages favorisés s’installent rapidement (moins de 5 ans) après l’entrée dans un emploi stable. Ils ont moins de 30 ans quand ils sont enseignants et un peu plus de 30 ans quand ils sont ingénieurs, chercheurs… Pour les plus diplômés (bac + 5 à doctorat), l’accès à l’emploi a été laborieux, la progression rapide dans la carrière résidentielle rassure après un long moratoire. L’interdépendance entre les sphères professionnelle et résidentielle se traduit par le choix de la double résidence en cas de mobilité professionnelle ou par la remise en question du choix résidentiel périurbain quand l’identité professionnelle est valorisante (Debroux, 2011).

48Si les opportunités de mobilité professionnelle existent, il semble que, pour les ménages installés depuis plus de 8 ans, la carrière professionnelle du chef de ménage soit stabilisée. Ils manifestent une distance à l’activité professionnelle (Garner, Méda, Senik, 2006) qui peut, dans quelques cas, devenir instrumentale.

49Pour les ménages de catégories supérieures, le retrait de l’épouse de la sphère professionnelle, total ou partiel, favorise l’investissement professionnel du conjoint sur qui repose la responsabilité exclusive d’assurer la position sociale du ménage. Au moment de l’installation, les enfants sont jeunes et les familles continuent à grandir. Les femmes diplômées ont différé la naissance des enfants après leur mise en couple (Robert-Bobée, 2004), accordant une priorité à l’activité professionnelle au cours des premières années.

50Le retrait de la vie professionnelle ne procède pas d’une négociation mais s’impose « naturellement » pour des femmes ayant fortement intériorisé le rôle de mère au cours de la socialisation primaire. Leur assignation programmée à l’espace familial peut fortement orienter, dans certains cas, le choix des études, comme le montre l’exemple d’Eliane, technicienne, fille d’un artisan et d’une femme de ménage :

51« oui je me suis inscrite en 1ère année de médecine mais je ne suis pas rentrée en 1ère année parce que après, je me suis dit, je ne pourrai pas élever mes enfants comme je le voudrai, donc j’ai fait 2 ans (…) je ne concevais pas ma vie sans enfants (…) j’ai jamais regretté parce que, pour moi, faire des études et pas travailler pour élever ses enfants c’est un non sens, être médecin à temps partiel j’imaginais pas non plus, non, mon idée c’était de pas faire trop d’études, j’avais envie de travailler rapidement, mon idée c’était d’avoir des enfants et de les élever ».

52D’autres ont privilégié un « bon emploi », celui qui laisse la possibilité d’être disponible pour sa famille comme le métier d’institutrice, rappelant la forte imbrication des sphères professionnelle et familiale (Le Quentrec, 2008).

53Le choix résidentiel périurbain permet, dans certains cas, d’abandonner, de manière honorable, une activité professionnelle insatisfaisante. Le ménage de Sophie (fille d’un technicien devenu ingénieur) et Bertrand, (fils de « petits fonctionnaires ») constitue un exemple de ce type de profil. Tous deux sont diplômés d’une école de commerce. Comme pour la plupart des femmes diplômées, la première naissance est différée (Robert-Bobée, 2004). A la naissance de sa fille, Sophie quitte son emploi de responsable en marketing après 5 ans d’activité. Un an plus tard, elle reprend une activité professionnelle, elle assure quelques heures de cours en BTS. Le couple décide de s’installer en zone périurbaine, l’avis de Sophie va fortement peser dans cette décision. A la naissance de son deuxième enfant, elle cesse son activité et, après plusieurs années d’arrêt, reprend son activité de chargée de cours, « j’ai repris un peu l’année dernière, je voulais voir ce que ça donnait » et arrête de nouveau, « c’est pas forcément rentable et compliqué pour s’organiser ».

54Sophie n’a pas hésité à abandonner son poste pour élever ses enfants : « c’est quelque chose qui a toujours été présent quand j’ai eu mes enfants, je ne me suis pas posée la question de continuer à travailler, c’était évident, du moment que j’avais le choix, c’était évident que je m’arrêtais en fait ». La position sociale du ménage étant assurée par son mari, elle peut quitter un emploi qui ne la passionne pas, Sophie dit « avoir fait des études comme ça ».

55Elle prend complètement en charge la sphère domestique, « non là je suis en train de faire du placo, du carrelage (…) j’ai envie de créer ma maison en fait », ce qui permet à son conjoint de poursuivre sa carrière professionnelle : « donc j’ai trois enfants, avec l’éloignement c’est plus facile à gérer et mon mari a un poste à responsabilités (…), donc c’est une organisation plus facile pour toute la famille ».

56Ces femmes investissent fortement leur logement et leur vie familiale dont elles tirent une identité valorisée. Eliane est très sensible au regard de ses visiteurs : « les gens quand ils rentrent chez nous sont toujours très surpris de l’aménagement de notre maison (…) c’est décoré et quand on va chez eux c’est pas étonnant de les voir manger sur des chaises de jardin et moi non, c’est des valeurs qui sont différentes (…) bon la copine elle mange du Lidl, moi je rentre le soir à 4h 30 pour m’occuper d’eux (les enfants) pour leur faire à manger ». Elles tendent à se replier sur la famille nucléaire, après un bref investissement dans la sphère locale qu’elles considèrent comme peu gratifiant, le modèle du ménage périurbain étant celui du ménage biactif migrant-alternant.

57Alors que certaines ont renoncé à toute activité professionnelle ou privilégié une activité « sur place » qui devient instrumentale, d’autres optent pour l’activité à temps partiel. Plus souvent scolairement homogames, elles peuvent négocier leur temps de travail, possibilité qui augmente avec la position sociale (Ortar, 2008). Elles s’interrogent cependant sur la possibilité de rester en zone périurbaine avec un emploi à temps plein :

58« Eh eh pour le moment c’est un truc auquel je m’accroche, auquel je tiens, j’arrive à être… à avoir un boulot très intéressant comme ça à temps partiel (…). C’est 70 %, je pense que je vais passer à 80 %, du coup une journée par semaine dans les années proches eh après prendre un temps plein ça demandera de se réinterroger sur le mode de vie sur eh… » (Cadre, conjoint ingénieur). Ces femmes investissent moins leur logement qui reste inachevé, consacrant l’essentiel de leur temps hors travail à leurs jeunes enfants. Pour ces ménages, l’environnement résidentiel est avant tout un espace de loisirs plus volontiers mis en avant comme source de satisfactions que la maison. Les loisirs ne sont pas sacrifiés au profit de son aménagement.

59Les chefs de ménages arrivés plus tardivement (autour de 40-43 ans en moyenne) ont privilégié l’activité professionnelle associée très souvent à une mobilité résidentielle. Le choix périurbain correspond à la stabilisation de la carrière, la volonté d’un ancrage résidentiel pour des militaires dont la carrière est déjà bien avancée et/ou à un désinvestissement progressif de la sphère professionnelle consécutif à une dévalorisation du poste. La mobilité sociale des chefs de ménage est plus nette que chez les plus jeunes, les diplômes plus sélectifs, les postes plus assurés. L’investissement dans la sphère professionnelle a rendu secondaire l’investissement résidentiel, moins de un sur deux a déjà été propriétaire de son logement.

2.2 Améliorer la position sociale des ménages des catégories intermédiaires mais au prix de tensions accrues entre travail et famille pour les femmes

60Au moment de l’installation en zone périurbaine, les ménages relevant des catégories intermédiaires occupent des emplois de technicien, instituteur, officier de police… pendant plus d’une dizaine d’années, sans promotion et sans véritables perspectives d’amélioration de leur situation professionnelle. Très souvent en déclassement social, ils se sont accommodés de leur situation :

« …Oui il est content, parce qu’il est dans une équipe avec ses collègues eh bon ça fait j’sais pas combien d’années qu’y sont ensemble, je pense que ce p’tit train-train eh jamais il a jamais pensé à partir à changer à eh comme y ont jamais trop bougé alors eh pourquoi bouger » (informaticienne au chômage, conjoint technicien).

61Certains ont laissé passer des opportunités de promotion, refusant de subir une pression professionnelle accrue, se satisfaisant des profits symboliques de la localisation périurbaine. Eric, technicien, a eu « des propositions sur Paris, un poste très intéressant très bien payé… ».Les encouragements de son épouse qui voyait dans cette mutation une occasion de quitter son emploi de secrétaire où elle « ne s’éclate pas » n’ont pas suffi à le convaincre, « j’ai dit c’est peut être intéressant mais lui ne s’y voyait pas du tout ».

62La position dans la trajectoire familiale varie selon le niveau scolaire atteint par les conjointes qui sont, une fois sur deux, plus diplômées que leur mari ; dans ce cas, les enfants ont un âge équivalent à ceux des enfants des catégories supérieures, la famille continue à s’agrandir une fois installée. Les autres ménages ont des enfants plus âgés, conséquence d’une scolarité souvent moins longue et d’une entrée plus rapide dans la sphère professionnelle, la famille est stabilisée.

63Quel que soit l’âge des enfants, les conjointes, très souvent en situation de déclassement social intergénérationnel, occupent leur emploi à temps plein. Elles investissent fortement la sphère professionnelle, cherchant à améliorer leur position. Laure, fille d’un technicien devenu cadre est infirmière comme son conjoint Louis, fils d’un maçon et d’une assistante maternelle. Après quelques années d’activité, Laure prend des cours du soir et devient psychologue. Mère de trois enfants, elle pratique la double résidence, occupant un logement vacant dans la maison de ses parents située dans la banlieue résidentielle de Grenoble. Louis dit à propos de sa conjointe : 

« … elle a toujours eu, comment dire l’ambition, elle tient ça de son père.
Q : Plus que de votre côté ?
R : Ah oui moi j’en n’ai pas, (rires), elle est ambitieuse, elle a tout fait pour réussir ».

64L’investissement de ces femmes dans la sphère professionnelle n’est pas là non plus indépendant de la socialisation familiale. La plupart décrivent leur mère comme une femme active, cherchant à progresser professionnellement :

« elle s’est bien débrouillée, elle a passé plusieurs concours, moi j’ai des souvenirs de ma mère enfant qui révisait ses concours, géographie des choses comme ça, pour moi c’était ma mère à l’école, elle est arrivée à un poste juste sous le receveur, on lui a proposé un poste de receveur mais elle a refusé, il fallait qu’elle parte eh, qu’elle quitte la région et une fois qu’elle était ancrée là-bas eh », (secrétaire titulaire d’un BTS, conjoint technicien).

65Les situations de tiraillement se rencontrent ou s’expriment plus volontiers chez les femmes plus diplômées dont les enfants sont encore en bas âge. Dans ces ménages également, le mode de conjugalité demeure traditionnel et, si la division des tâches est moins marquée qu’au sein des ménages plus favorisés, elle reste, le plus souvent, en correspondance avec les stéréotypes de sexe (Dupray, Moullet, 2006). L’investissement dans la sphère résidentielle (logement et famille) est moins déséquilibré que dans la plupart des ménages relevant des catégories supérieures. Le logement est achevé, les conjoints investissent plus volontiers la sphère locale avec cependant une présence plus marquée des femmes.

66Les deux ménages arrivés après 40 ans n’ont pas changé d’emploi au cours de leur vie professionnelle. Leur installation tardive correspond à la recomposition d’un ménage pour l’un, un des conjoints ayant été propriétaire d’une maison individuelle, et au passage d’un lieu de résidence secondaire à un lieu de résidence principale pour l’autre, à l’approche de la retraite.

2.3 Une source importante d’identité sociale pour les chefs de ménage des milieux populaires

67Les deux tiers des ménages populaires ont moins de 35 ans au moment de leur installation. Ils occupent un emploi depuis plus de 15 ans, sans progression de carrière. Au sein des catégories populaires, on retrouve la corrélation entre entrée en couple et naissance du premier enfant (Battagliola, Brown, Jaspart, 1997). Les enfants sont plus âgés et les familles qui continuent à s’agrandir sont rares, sauf au sein de ménages où les conjointes sont les plus diplômées (niveau bac + 2).

68Du point de vue de la trajectoire professionnelle, pour plus de la moitié des ménages populaires (6 ménages sur 9), le changement résidentiel s’accompagne d’un changement d’emploi. Quand le chef de ménage est ouvrier qualifié, (électricien, ouvrier paysagiste, mécanicien…) en situation professionnelle difficile (chômage …), l’installation en zone périurbaine semble commandée par le projet d’installation à son compte. Sont activées alors les représentations d’un espace rural où la réussite est plus aisée, les concurrences moins nombreuses. 

69Pour ces chefs de ménage, l’identité professionnelle ne coïncide pas avec l’identité espérée (celle intériorisée au cours de la socialisation primaire notamment), les profits symboliques liés à la sphère résidentielle fonctionnent comme une compensation. S’ils investissent davantage la sphère locale qui correspond souvent à leur sphère d’activité, ils se tiennent à distance de la sphère domestique qui reste à la charge de l’épouse. La maison fait l’objet d’un investissement important et continu. Dans la hiérarchie des dépenses, les dépenses liées à la maison viennent juste après les dépenses contraintes. Les privations imposées au ménage pour améliorer la valeur de la maison et l’identité sociale associée sont décidées par le chef de ménage. Reprenons ici l’exemple d’Antoine, ouvrier, fils d’un maçon immigré italien qui est devenu cogérant d’une entreprise de maçonnerie. Il a arrêté ses études en troisième alors que ses parents, « ils voulaient me pousser aux études. Ils m’ont fait faire des, des cours de soutien euh ça a pas marché ! ».A 35 ans, Antoine regrette, « bon maintenant c’est sûr que j’ai du regret (…) euh j’aurais pu peut-être faire plus carrière euh avocat, euh je sais pas avocat aux Prudhommes… Mais bon avec les années… Quand on est jeune, on est bête ! Et quand on prend de l’âge, c’est là qu’on réfléchit ». S’il ne désespère pas de pouvoir tirer parti de son engagement syndical pour « grimper », il trouve dans la sphère résidentielle un moyen de progresser socialement, imposant à sa famille des sacrifices :

« Bon euh cette année, bon on part pas en vacances donc eu (…) Parce que euh j’ai décidé de faire les travaux là, extérieurs : terrasse euh, mes murs, tout ça. Donc j’ai préféré, en fait faut, faut faire un partage des deux. On peut pas tout avoir dans la vie. Donc euh quand on fait des travaux dans la maison, on sacrifie les vacances. Quand on veut partir en vacances, on sacrifie les travaux de la maison. Donc euh, comme j’ai dit, bon là je viens d’habiter en villa. Donc euh une année sur deux, je ferai ça. On n’est pas obligé de partir en vacances toutes les années, non ? ».

70Au fort investissement dans le logement de leur conjoint, les femmes, quasiment toujours plus diplômées, opposent un attachement marqué à leur emploi. Les plus diplômées présentent un profil analogue à celui des femmes des catégories intermédiaires avec un intérêt pour leur activité dont elles tirent une identité valorisée, une socialisation familiale favorable à l’investissement professionnel (avec des mères qui les ont fortement encouragées à être « autonomes »). Elles s’en différencient par une origine sociale plus populaire.

71Le rapport à l’emploi des femmes installées dans la commune B est plus proche de celui des milieux populaires. Elles sont moins attachées à un emploi particulier qu’au fait d’exercer un emploi quel qu’il soit. Plus jeunes, elles sont arrivées sur le marché de l’emploi à un moment où il s’est fortement dégradé. Le récit de leur trajectoire professionnelle est placé, a posteriori, sous le sceau de la contingence (Testenoire, 2001). C’est leur double attachement à l’identité conjugale et professionnelle qui a conduit la plupart d’entre elles à suivre leur conjoint dans son projet résidentiel. L’attachement à leur identité conjugale, « je veux pas quitter mon mari »n’a pas évincé cependant l’importance accordée à la sphère professionnelle, certaines ayant attendu plus d’un an leur mutation pour rejoindre leur conjoint. L’attachement à la sphère professionnelle et l’identité reçue, quelle que soit la position occupée, semble fonctionner comme une protection contre l’imprévisibilité de leur trajectoire résidentielle dont le conjoint semble, seul, avoir la maîtrise. Elles assurent les tâches domestiques, laissant à leur conjoint l’extérieur, le bricolage et l’initiative des travaux à entreprendre.

72L’accès tardif à la localisation résidentielle périurbaine (après 40 ans) concerne des ménages recomposés. Dans ce cas, tout se passe comme si le conjoint, ancien propriétaire d’une maison, s’empressait de recouvrer son statut résidentiel rapidement après sa remise en couple. 

Conclusion

73Le « désir » de maison individuelle en propriété n’apparaît pas ex nihilo mais se construit au cours de la socialisation résidentielle au sein de la famille d’origine produisant des habitudes spatiotemporelles, des manières de penser qui valorisent ce modèle résidentiel. Selon la position sociale des ménages, l’accès à la maison individuelle est plus ou moins rapide. Pour autant, la réalisation de cette trajectoire probable n’a rien de mécanique.

74La prise en compte des identités attendues et reçues dans les sphères professionnelle, conjugale et familiale a permis de montrer que les enjeux symboliques de la localisation résidentielle varient selon les milieux sociaux et selon la pente de la trajectoire professionnelle. Quand les identités professionnelles ne coïncident pas avec les identités espérées, que les chances de parvenir à un ajustement sont faibles, la sphère résidentielle devient une sphère d’identification forte permettant la poursuite d’une progression sociale. La localisation périurbaine permet de résoudre des tensions entre sphères d’indentification pour des femmes ayant fortement intériorisé leur rôle de mère.

75De manière plus générale, si, pour les ménages actifs, le choix résidentiel périurbain est placé sous le sceau de l’incertitude, aucun des ménages enquêtés ne considère être arrivé au terme de son parcours résidentiel, c’est sans doute parce que l’identité résidentielle est toujours complémentaire des identités professionnelle, conjugale, familiale.

76L’investissement dans la sphère résidentielle n’est pas sans effet, en retour, sur l’investissement dans les autres sphères. Ainsi, quand les profits symboliques reçus sont importants, les épouses des milieux favorisés, par exemple, peuvent refuser de suivre leur conjoint dont la poursuite de la carrière professionnelle imposerait un déménagement. La prise en compte des sphères d’activité investies par les conjoints et des identités reçues invite à nuancer les oppositions entre ménages favorisés « hypermobiles » et ménages populaires « captifs » (Rougé, 2005) basées seulement sur le capital économique.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Authier, J.-Y. (sous la direction de) (2010), Bidet J., Collet, A., Gilbert, P., Steinmetz, H., Etat des lieux sur les trajectoires résidentielles, Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du développement durable et de la mer, Plan Urbanisme Construction Architecture.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Battagliola, F., Brown, E., Jaspard, M. (1997), « Itinéraires de passage à l’âge adulte, différences de sexe, différences de classe », Sociétés Contemporaines n° 25, pp. 85-103.
DOI : 10.3406/socco.1997.1436

Berger, M. (2004), Les périurbains de Paris. De la ville dense à la métropole éclatée ?, CNRS Editions, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bertaux-Wiame, I. (1995), « Familial et résidentiel : un couple indissociable », Sociologie et sociétés, 27, n° 2, pp. 163-175.
DOI : 10.7202/001059ar

Bonnain, P. et De Villanova, R. (sous la direction de) (1999), D’une maison l’autre. Parcours mobilités résidentielles, Créaphis, Paris.

Bonvalet, C. et Gotman, A. (sous la direction de) (1993), Le logement une affaire de famille, l’Harmattan, Paris. 

Bourdieu, P. (1985), La distinction, critique sociale du jugement, Minuit, Paris.

Cartier, M., Coutant, I., Masclet, O., Siblot, Y. (2008a). La France des « petits-moyens », enquête sur la banlieue pavillonnaire, Paris, La Découverte.

Cartier, M., Coutant, I., Masclet, O., Siblot, Y. (2008b), Vacarme n° 42, pp. 27-37.

Cuturello, P. (1993), « Le poids de l’origine et la force de la parenté : la dualité familiale dans les pratiques résidentielles », in : Bonvalet, C. et Gotman, A. (sous la direction de), Le logement une affaire de famille, l’Harmattan, Paris, pp. 111-126.

Darmon, M. (2006), La socialisation, Nathan, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Debroux, J. (2011), « Stratégies résidentielles et position sociale : l’exemple des localisations périurbaines », Espaces et sociétés, 1-2, n° 144-145, pp. 123-139.
DOI : 10.3917/esp.144.0121

Détang-Dessendre, C., Piguet, V., Schmitt, B. (2002), « Les déterminants micro-économiques des migrations urbain-rural : leur variabilité en fonction de la position dans le cycle de vie », Population, vol. 57, pp. 35-62.

Dodier, R. (2007), « Les périurbains et la ville : entre individualisme et logiques collectives », Les annales de la recherche urbaine, 107, pp. 31-39.

Dupray, A., Moullet, S. (2006) « Modes de conjugalité et promotion professionnelle en début de carrière des diplômés de l’enseignement supérieur », Population et travail (Actes du colloque d’Aveiro), pp 393-408.

Fortin, A. et Després, C. (2008), « Le juste milieu : représentations de l’espace des résidants du périurbain de l’agglomération de Québec » Cahiers de géographie du Québec, vol. 52, n° 146, pp. 153-174.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Garner, H., Méda, D. et Senik C. (2006), « La place du travail dans les identités », Économie et statistique n° 393-394, pp. 21-40.
DOI : 10.3406/estat.2006.7140

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gollac, S. (2005), « La fonction publique : une voie de promotion sociale pour les enfants des classes populaires ? », Sociétés contemporaines n° 58,  pp. 41-63.
DOI : 10.3917/soco.058.0041

Grafmeyer, Y. et Authier, J.-Y (2008), Sociologie urbaine, A. Colin, Paris.

Guérin-Pace, F. (2006), « Sentiment d’appartenance et territoires identitaires », Espace géographique, n° 4, pp. 298-308.

Le Jeannic, T. (1997), « Radiographie d’un fait de société : la périurbanisation », INSEE Première, n° 535.

Le Quentrec, Y. (2008), « Femmes publiques et princes consorts. Histoires de recompositions conjugales », Enfances, Familles, Générations, n° 9, pp. 52-75.

Maison, D. (1993), « Effet d’alliance et « transmission différée dans le rapport à la propriété et à l’habitat », in : Bonvalet, C. et Gotman, A. (sous la direction de), Le logement une affaire de famille, L’Harmattan, Paris, pp. 87-110.

Mancebo, F. (2007), « Accompagner les turbulences : une périurbanisation durable. Priorité aux cheminements des habitants », Les annales de la recherche urbaine, n° 102, pp. 51-57.

Ortar, N. (2008), « Entre ville et campagne, le difficile équilibre des périurbaines lointaines », Métropoles, 3 : http://metropoles.revues.org/1642.

Passeron, J.-C. (1992), Le raisonnement sociologique, l’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Nathan, Paris.

Pinçon, M. et Pinçon-Charlot M. (2007), Les ghettos du gotha, Au cœur de la grande bourgeoisie, Le Seuil, Paris.

Robert-Bobée, I. (2004), « Les femmes les plus diplômées vivent plus longtemps en couple avant d’avoir un enfant », Insee première, n° 956.

Rougé, L. (2005), « Les « captifs » du périurbain. Voyage chez les ménages modestes installés en lointaine périphérie », in : Capron, G., Guetat, H. et Cortes, G (sous la direction de), Liens et lieux de la mobilité, Belin, Paris, pp. 129-144.

Sencébé, Y. et Lepicier, D. (2007), « Migrations résidentielles de l’urbain vers le rural en France : différenciation sociale des profils et ségrégation spatiale », EspacesTemps.net, Textuel, 10.05.2007, http://espacestemps.net/document2270.html.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Testenoire, A. (2001), « Les carrières féminines : contingence ou projet ? », Travail, genre et sociétés, 1 - n° 5, pp. 117-133.
DOI : 10.3917/tgs.005.0117

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Josette Debroux, « Accéder à la maison individuelle en zone périurbaine : passé résidentiel, position dans le cycle de vie et sphères d’identification », Métropoles [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://metropoles.revues.org/4505

Haut de page

Auteur

Josette Debroux

MEPS– CMV Université Lyon 2
Josette.Debroux@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page