Navigation – Plan du site
Articles

Vers une « global city region » ? Stratégies économiques, déploiement spatial et politiques d’accompagnement à Mumbai

Romain Imbach

Résumés

L’objet de cet article est d’appréhender l’évolution de Mumbai sur la scène économique mondiale et son positionnement dans l’armature urbaine à l’échelle globale. Ainsi, le cadre théorique des régions métropolitaines globales (global city régions de Scott et al., 2001) est-il interrogé au regard des évolutions du système productif métropolitain et du jeu des acteurs politiques. À une échelle plus fine, nous mettons en perspective les dynamiques propres à deux zones industrielles en présentant leur activité (principalement bijouterie et informatique), leur intégration respective dans le système productif régional et mondial ainsi que les politiques d’encadrement différenciées autour de chacun de ces espaces.

The purpose of this paper is to apprehend the evolution of Mumbai in the world economy and its positioning in the urban hierarchy on a global scale. Thus, the theoretical framework of global city regions (Scott et al., 2001) is explored with regard to developments in the metropolitan production system and the interplay of political actors situated at various scales. At at a more micro scale, we put into perspective the specific dynamics of two industrial areas: their business activities (mainly jewelry and computers), their integration in the respective regional and global production systems and the differentiated policy framework put in place for each of these areas.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Mumbai constitue le moteur de croissance de l’État du Maharashtra dans lequel elle se trouve, et dans une certaine mesure de l’Union Indienne. La restructuration économique récente, marquée par une montée en puissance des secteurs en forte croissance sur le plan international (finance, services aux entreprises), pose la question de son positionnement dans l’économie mondiale et dans l’armature urbaine à une échelle globale. En cela, cette étude rejoint les questionnements de la nouvelle géographie économique, et tout particulièrement les travaux de Scott et al. (2001) sur les régions métropolitaines mondiales (global city regions). Ils envisagent l’ordre économique mondial contemporain structuré par un réseau d’archipels ayant les régions métropolitaines pour nœuds principaux. Ce sont des points réticulés au marché mondial, fondés sur la nouvelle économie, ainsi qu’au marché national dans lequel ils s’insèrent. Mumbai participe indéniablement à l’économie mondiale, en particulier grâce à son fort dynamisme financier et ses activités destinées à l’exportation, tout en conservant une position phare dans l’économie nationale avec son rang de capitale économique. Par ses mutations économiques récentes, la ville se positionne dans la nouvelle économie tout en réorganisant son système productif à l’échelle de la région métropolitaine, centralisant les fonctions de commande. C’est ce qu’indique l’étude de terrain dont les résultats sont présentés ici.

2L’autonomie des choix de développement de la ville pour se placer dans la compétition économique lancée avec la mondialisation est, pour Scott et al. (2001), une caractéristique forte des régions métropolitaines mondiales. Aussi nous interrogeons-nous sur les stratégies sous-jacentes aux changements que la ville connaît et a connus, les formes d’accompagnement et de gestion des activités productives ainsi que leur déploiement spatial dans la ville. Quels sont les acteurs du développement économique, quelles sont leurs ambitions pour la ville ? Au moyen de quel type d’arrangements réglementaires le système économique de l’agglomération se positionne-t-il sur la scène nationale et mondiale ? L’analyse de deux zones industrielles de Mumbai, toutes deux situées à Andheri East (carte 1), nous permet d’apporter des éléments de réponse.

3Nous nous concentrerons dans un premier temps sur les transformations économiques et spatiales qui ont eu lieu à Mumbai en lien avec les évolutions urbaines, notamment l’évolution du système productif dans un contexte d’urbanisation rapide. Les enjeux des principaux acteurs (la ville, l’État et les groupements d’industriels) exprimés à travers des politiques de développement économique de l’agglomération seront aussi analysés, avant de considérer la place de la ville sur la scène mondiale. La seconde partie se focalisera, à une échelle plus fine, sur les dynamiques propres à deux zones industrielles mitoyennes : leur spécialisation actuelle dans les secteurs de la bijouterie et de l’informatique, le fonctionnement des entreprises et l’intégration de ces activités dans le système productif régional. Enfin, à partir de l’analyse des modèles d’accompagnement contrastés de ces deux zones d’activités, nous serons amenés à nous pencher sur leur gestion différenciée comme expression d’une gouvernance fragmentée.

4Le travail de terrain sur lequel repose cet article est constitué d’entretiens auprès des acteurs institutionnels du développement économique à Mumbai, des acteurs à l’origine et en charge de la gestion des deux zones industrielles étudiées, des entrepreneurs qui y sont implantés, ainsi qu’auprès des responsables de la distribution des services urbains des deux zones et du quartier d’Andheri qui les entourent.

La montée en gamme industrielle à Mumbai : du coton à l’informatique

5Une rapide mise en perspective historique permet de poser les principaux jalons du développement économique de Mumbai ainsi que ceux de son déploiement dans l’espace urbain. Nous nous intéressons ensuite au jeu des acteurs, aux stratégies poursuivies, et enfin aux échelles de décisions concernant les politiques de développement économique.

6L’essor industriel de Mumbai a été stimulé par l’arrivée, au XIXe siècle, des chemins de fer et des bateaux à vapeur. L’année 1853 marque l’ouverture de la première ligne de chemin de fer d’Asie, reliant Mumbai à Thane (situé à une quarantaine de kilomètres au Nord), ainsi que la création de la première filature de coton en plein centre de Mumbai. L’ouverture du canal de Suez en 1869 et l’expansion des docks contribuent au développement des activités portuaires de Mumbai, qui devient le premier port de l’Inde. Cette nouvelle position stratégique dans le commerce international appuie la spécialisation industrielle textile de la ville : Mumbai comptait 13 filatures en 1870, 70 en 1895 et jusqu’à 83 en 1915 (TIFR, 1997). Le déclin progressif du textile jusque dans les années 1950 est lié au contexte historique (crise de 1925, concurrence japonaise) et à la montée en puissance de nouvelles activités commerciales : thé, charbon, cuir. Mais c’est aussi le début d’une nouvelle industrie qui prend de l’ampleur dès 1930 : le cinéma parlant. La diversification industrielle se poursuit avec l’implantation d’un nombre croissant d’industries, comme le groupe Tata qui y installe aciéries, usines automobiles et infrastructures hydroélectriques.

7La croissance démographique spectaculaire de Mumbai s’est surtout manifestée à partir de la deuxième moitié du XXe siècle : la ville comptait un peu plus d’un million d’habitants en 1906, 2,3 millions en 1951, 4,1 en 1961, 8,2 en 1981 et 15 millions en 2001 (Saglio, 2001). Parallèlement à cette forte croissance de population, la ville s’étale et les limites administratives de Mumbai et de son agglomération sont régulièrement redéfinies. La région métropolitaine de Mumbai (MMRDA, Mumbai Metropolitan Region Development Authority) couvre 3887 km2 et inclut la municipalité de Mumbai (appelée BMC, Brihanmumbai Municipal Corporation ou bien MCGM, Municipal Corporation of Greater Mumbai), de 468 km2, ainsi que 13 autres municipalités et plusieurs villages. La municipalité s’étend aujourd’hui sur 63 kilomètres de long vers le Nord, depuis la pointe Sud de la presqu’île et de ses quartiers d’affaires.

8Depuis les années 1960, les politiques d’aménagement visent à diversifier l’industrie traditionnelle textile en déclin tout en relocalisant des installations industrielles dans les périphéries lointaines. Les filatures de coton employaient en permanence 300 000 personnes au début des années 1970 et comptaient 63 entreprises localisées au centre actuel de Mumbai. En 2001, seules 33 usines étaient encore en activité et le secteur n’employait plus que 60 000 personnes (Heuzé, 2001). En 1982-1983, l’échec d’un mouvement social, qualifié par G. Heuzé de « grève du siècle », a sonné le glas de l’industrie textile à Mumbai. Les deux ports de la ville, qui représentent à eux deux le plus gros trafic maritime du pays, ont permis la diversification des activités dans les années 1970 avec des implantations pétrolières, pétrochimiques et plastiques à proximité, activités qui marquent un véritable changement dans la production industrielle de Mumbai. Dans le même temps, l’aéroport, de loin le plus important du pays, a permis la localisation à sa proximité de la SEEPZ (Santacruz Electronic Export Processing Zone), qui deviendra par la suite une zone franche, la plus dynamique du pays avec une spécialisation actuelle dans la bijouterie et les technologies de l’information (IT). Depuis les années 1980, Mumbai est devenu incontestablement la capitale économique et financière de l’Inde.

Mumbai, poumon de l’économie nationale : quel rôle à l’échelle mondiale ?

9Mumbai concentre aujourd’hui un grand nombre d’institutions financières et de sièges sociaux, de banques nationales ou régionales. Parmi ces institutions financières figurent les deux pôles boursiers les plus importants de l’Inde, la Bombay Stock Exchange (BSE) et la National Stock Exchange (NSE), les sièges sociaux de la Reserve Bank of India, de la Life Corporation of India, de l’Industrial Investment Corporation of India, de l’Industrial Development Bank of India, de la Unit Trust of India ou encore de l’Industrial Reconversion Bank of India. Cette centralisation financière à l’échelle du pays a été amorcée depuis les années 1960 et renforcée dans les années 1990 avec l’implantation de la Securities and Exchange Board of India (SEBI), corps autonome chargé de réguler les marchés financiers, et avec la création de la deuxième bourse, la NSE, en 1993. D’après les données de la RBI pour l’année financière 2006-2007, Mumbai apparaît clairement comme la capitale financière de l’Inde en termes de volume de transactions. Le deuxième centre, New Delhi, enregistre à peine la moitié du montant enregistré par Mumbai (tableau 1).

Tableau 1 : Part du montant total des transactions enregistrées par chaque centre RBI en 2006-2007

Centre RBI

Part du montant de tous les centres (%)

Mumbai

38,6

New Delhi

20,6

Chennai

8

Kolkata

7,9

Bangalore

6,5

Ahmedabad

4,9

Hyderabad

4,6

Chandigarh

2,3

Source : Cheque Clearance Data en ligne, www.rbi.org.in

10En plus de sa position incontestable de capitale financière, Mumbai constitue le premier pôle économique d’Inde : c’est la région métropolitaine la plus riche de l’Union, concentrant 1,6 % de sa population active, 19 % de sa valeur ajoutée industrielle, 14 % de son capital productif (soit plus de 5 000 usines) et représentant 25 % des impôts fédéraux sur le revenu (Paquot, 2001). En témoigne aussi la localisation des sièges sociaux des 500 plus grandes entreprises d’Inde. La carte 2 place encore une fois Mumbai en première place devant Delhi, Kolkata et Chennai. F. Durand-Dastès dépeint Mumbai comme la ville dominant l’économie indienne, « où restent installés nombreux les membres des puissants milieux d’affaires indiens, dès avant l’indépendance, et où, depuis une vingtaine d’années, se multiplient les activités économiques les plus modernes, comme celles des secteurs de l’informatique ou de la communication. Avec ses gratte-ciel et ses quartiers bourgeois, ses avenues bordées de boutiques, mais aussi ses innombrables bidonvilles et son immense banlieue industrielle, Bombay se présente donc comme une capitale économique moderne à l’échelle du monde, un centre de décision présent dans une vieille région industrielle ayant su conserver et même développer ses activités, et tout particulièrement dans les secteurs économiques les plus novateurs » (2002 : 89).

  • 1 D’autres auteurs corroborent cette affirmation : Harris (1996), Kosambi (1986), Patel et Thorner (1 (...)

11Plus réservée, Shaw (1999) considère que l’attention est portée sur Mumbai car c’est actuellement la seule à pouvoir prétendre devenir une ville globale en Inde.1 Elle y reconnaît la présence de caractéristiques typiques comme la spécialisation en services aux entreprises et la montée en gamme des activités économiques. Elle précise cependant que, par rapport à Londres ou New York, le rythme de la restructuration des emplois à Mumbai est plus lent, bien que des changements se soient produits dans sa structure économique et sa géographie sociale : déplacement de l’industrie textile vers l’extérieur et centralisation d’autres activités.

12Le dynamisme boursier de Mumbai est un signe de son intégration dans la sphère financière mondiale (tableau 2). Ses deux places financières (NSE et BSE) se positionnent parmi les six bourses mondiales les plus dynamiques en nombre de transactions. La NSE est au troisième rang depuis 2003, derrière le NASDAQ et le New York Stock Exchange, tandis que la BSE était en cinquième position jusqu’en 2005, et en sixième en 2006 après la bourse Sud Coréenne.

13Par ailleurs, en considérant la carte des zones économiques spéciales (SEZ) (Carte 3), on constate que celle de Mumbai (SEEPZ) est la plus dynamique, avec un volume d’exportations qui représente à lui seul 45 % du volume total des exportations des onze SEZ en activité en 2006. Harris (1996) souligne que les secteurs de la finance et des services de programmation de logiciels informatiques sont ceux qui permettent à Mumbai de s’introduire sur la scène de l’économie mondiale. En revanche, l’important secteur automobile n’a pas réussi à dépasser le marché national. Cet exemple permet de mettre en exergue les freins qui continuent à limiter le décollage économique de l’Inde. Bien que la ville possède de bonnes infrastructures physiques par rapport au reste du pays (autoroutes, réseau ferré, port, énergie, …), ces dernières demeurent cependant limitées en comparaison des villes avec lesquelles Mumbai se met en concurrence à l’échelle planétaire (Harris 1996). Si les infrastructures de télécommunications et de transports avec l’étranger ont été considérablement améliorées ces dernières années (création d’un nouveau terminal au sein de l’aéroport existant et projet d’un nouvel aéroport, connexion avec le reste du monde par fibres optiques sous-marines), le talon d’Achille de la ville est constitué des mauvaises conditions de circulation internes. La congestion et les très lentes vitesses de circulation sont le lot commun des axes routiers tandis que les utilisateurs du train de banlieue y passent plus de quatre heures par jour dans des conditions de surpeuplement extrême.

Tableau 2 : Le classement des bourses par le nombre de transactions entre 2003 et 2006

Tableau 2 : Le classement des bourses par le nombre de transactions entre 2003 et 2006

Source : GOI, Economic Survey 2006-2007

Déploiement spatial des activités économiques

14Parallèlement à la restructuration de son économie, l’agglomération de Mumbai est soumise à des dynamiques spatiales particulières liées à son site originel en « goulet d’étranglement » (carte 1). Historiquement, trois logiques de structuration de l’espace ont accompagné la croissance de la ville (Landy, 2002 : 248-49). D’abord, un gradient Sud-Nord qui se caractérise par des fonctions de « commandement, d’ancienneté de l’industrie, de densité ou de richesse de l’agglomération ». Ensuite une opposition Est-Ouest, entre le port et son aspect populaire donnant sur la baie, et le versant occidental donnant sur le large, aux populations plus aisées. Enfin, il existe un paradoxe entre vides et pleins, des quartiers abritant gratte-ciels et très fortes densités aux zones de marécages, de lagunes, de friches industrielles et d’espaces laissés vides par la spéculation immobilière. Ce schéma est aujourd’hui complexifié par la croissance urbaine et la réorganisation territoriale qui placent les anciennes zones périphériques de la presqu’île au cœur de l’agglomération, et repoussent les périphéries lointaines de l’autre côté de la baie.

15Le phénomène actuel de redéploiement du système productif de la ville à l’échelle de l’agglomération a été observé par Harris (1996) et Shaw (1999). Le cœur historique constitue le centre financier de la ville et du pays. Le quartier du Fortconcentre Bourse, institutions financières et courtiers, tandis que celui de Nariman Point est un quartier d’affaires composé, d’une part, de l’administration de l’État du Maharashtra avec le siège du gouvernement (Mantralaya) et, d’autre part, de gratte-ciels occupés par des bureaux. La plupart des importantes entreprises indiennes et transnationales possèdent leur siège social à Nariman Point. La pointe Sud de la ville, avec ses quartiers d’affaires du Fort et de Nariman Point, constitue ainsi le CBD (Central Business District) de la ville.

16Plus au Nord, les quartiers de Dadar, Worli et Parel par exemple sont les quartiers d’implantation des mills (usines), activité traditionnelle manufacturière de filature de coton. Très peu de filatures sont encore en activité aujourd’hui, et la reconversion de ces larges espaces est controversée. Au terme de longues tractations judiciaires, les industriels propriétaires des terrains ont réussi à conserver ces derniers et la gentrification de ce quartier est en cours avec la construction de centres commerciaux modernes et d’immeubles résidentiels élevés, destinés aux classes aisées (D’Monte, 2002 ; Adarkar, 2006), de même qu’avec la transformation d’anciennes manufactures en bureaux pour multinationales et agences financières (Saglio 2001).

17Dans les années 1960-1970, les politiques urbaines avaient pour cible de désengorger la ville en la réorganisant. Les politiques d’aménagement ont favorisé la décentralisation des activités industrielles vers la périphérie : la zone industrielle d’Andheri, le lieu de cette étude, est le fruit de ces politiques. De même, une nouvelle ville a été planifiée de l’autre côté de la baie, Navi Mumbai. Un nouveau centre d’affaires a été créé à Bandra East : il s’agit de l’énorme Bandra-Kurla Complex planifié dans les années 1980 comme une alternative au CBD de la pointe Sud de Mumbai. Il abrite aujourd’hui des sièges d’administrations et d’entreprises, ainsi que la deuxième bourse de Mumbai avec toute sa sphère d’activités financières. Au Sud de Bandra s’étend le bidonville de Dharavi, l’un des plus grands et plus célèbres d’Asie, abritant une population estimée à environ un million d’habitants. Autrefois périphérique, ce dernier occupe aujourd’hui une place centrale dans l’agglomération, où les activités informelles comme le travail du cuir prospèrent.

18Quant au quartier industriel d’Andheri encore plus au Nord, les productions métallurgiques, textiles ou plastiques ont progressivement été délocalisées, au fur et à mesure que cette ancienne périphérie s’est intégrée à la ville. Cependant les productions destinées à l’exportation de la zone franche SEEPZ ont été maintenues, bien qu’on ait observé une évolution sectorielle vers des produits à plus haute valeur ajoutée (bijouterie et logiciels informatiques). D’après des enquêtes effectuées à Andheri, les entreprises présentes depuis plusieurs décennies ont choisi de délocaliser la fonction productive de cette zone vers d’autres aires industrielles plus à l’extérieur de la ville dans les districts voisins de Thane ou Raigad, voire plus loin au Maharashtra, et de conserver une partie des locaux à Andheri, soit pour des opérations administratives et de gestion, soit pour diversifier l’activité de l’entreprise.

19Ainsi, l’activité productive autrefois localisée à Andheri a été repoussée plus loin en périphérie, n’étant plus rentable aujourd’hui dans cet espace. Si jadis les unités de production pouvaient être approvisionnées facilement et transporter leurs produits vers le port pour l’exportation ou la distribution, la congestion actuelle du quartier et de la ville fait augmenter les coûts. Autrement dit, les effets d’agglomération positifs sont devenus négatifs. En plus de la congestion routière, le coût du foncier et les taxes plus élevées ont également contribué à inciter des délocalisations à l’extérieur de la ville. Cependant, si ces facteurs ont renchéri le maintien des activités industrielles dans ce quartier, les entreprises ont tiré parti de sa localisation désormais « centrale » pour conserver des espaces de bureaux où sont gérées les différentes activités de l’entreprise, les développements de projets, les activités de conception et d’étude des produits, ainsi que des opérations informatiques. Ces activités nécessitent un espace plus restreint que les activités productives, et occupent dans certains cas une position de relais entre les sièges sociaux situés à Nariman Point au centre-ville et les unités de production en périphérie. Enfin, la localisation à Andheri permet de conserver des avantages nécessaires aux activités de gestion et de conception des produits : proximité de l’aéroport et des axes de transport urbain, qualité des réseaux de distribution d’électricité et de télécommunications de Mumbai.

Acteurs et stratégies des politiques du redéploiement urbain

20En dépit de compétences propres attribuées par le 74e amendement de la Constitution, visant à mettre en place une décentralisation politico-administrative, le rôle des municipalités est resté très faible. Les initiatives de développement économique reviennent dans ce contexte aux États régionaux, un fait reconnu et assumé par les autorités urbaines. L’administration municipale s’occupe cependant de ce qui a trait à la construction, la rénovation ou l’amélioration de certaines infrastructures comme les routes, même si la transformation de portions routières en autoroutes ou voies de circulation plus larges résulte de décisions provenant du schéma directeur de la région métropolitaine.

21À l’échelon de la région métropolitaine, l’agence MMRDA est chargée de l’élaboration du schéma directeur (Development Plan Project), mais ne s’occupe pas non plus du développement économique : la localisation des zones industrielles est le plus souvent du ressort des agences du gouvernement du Maharashtra ou du gouvernement national pour ce qui concerne les zones franches. Si la MMRDA décide de classer un espace de la région métropolitaine en zone industrielle, le gouvernement doit encore donner son accord en approuvant le schéma directeur avant que celui-ci soit appliqué par les municipalités concernées. L’absence au sein de l’administration métropolitaine d’un service de développement économique est révélatrice de son poids très faible sur cette question.

22C’est donc principalement du gouvernement de l’État du Maharashtra que relèvent les stratégies de développement économique de l’agglomération, par l’intermédiaire d’agences autonomes : MIDC (Maharastra Industrial Development Corporation) pour l’ensemble du Maharashtra, et CIDCO (City & Industrial Development Corporation) spécialement pour Navi Mumbai. Notons que le discours de la MIDC et du Département de l’Industrie du gouvernement du Maharashtra ne porte pas d’attention particulière au développement économique de Mumbai : « notre but n’est pas d’appuyer le développement économique de Mumbai qui est l’aire urbaine la plus développée du Maharashtra, mais d’équilibrer le développement de tout l’État ». Les brochures publicitaires du gouvernement ou de la MIDC destinées aux entrepreneurs souhaitant investir ou s’implanter dans l’État reprennent le même discours, bien que l’image de l’État soit toujours liée à celle de Mumbai, à son dynamisme économique à l’échelle du pays et du monde. Si le développement de Mumbai n’est pas une priorité affichée pour le gouvernement, c’est néanmoins un symbole mis en avant pour attirer les entrepreneurs.

23Face à ces services administratifs, d’autres acteurs, comme des associations patronales ou des groupes d’industriels, tentent de faire valoir leur volonté de nouvelles initiatives économiques. Le plus influent est l’organisation Bombay First, regroupant d’importants entrepreneurs ou chefs d’entreprises de Mumbai. Ceux-ci ont décidé d’œuvrer ensemble dans le but « de faire de la ville un meilleur endroit pour vivre, travailler et investir, d’aider à l’amélioration des infrastructures économiques et sociales en vue de rendre la ville compétitive au niveau mondial2». Leurs actions passent par des communications à travers la publication d’une revue bimensuelle, The City, destinée au monde de l’entreprise, ainsi que par l’organisation de conférences sur le thème du développement urbain réunissant les acteurs de la ville, publics, privés et relevant des ONG. En 2003, Bombay First décide de s’activer en commandant une étude au cabinet international McKinsey. Intitulée Vision Mumbai : Transforming Mumbai into a world-class city, ce rapport propose un mode d’emploi pour transformer Mumbai en une ville de classe mondiale à l’horizon 2013. Parmi ses objectifs ambitieux : augmenter la croissance économique à 8-10 % par an, améliorer les infrastructures de transport individuelles et collectives, augmenter le parc immobilier et le rendre plus abordable pour les couches moyennes et modestes, et améliorer la gouvernance. Peu de temps après sa publication, le gouvernement de l’Etat adopte une résolution notifiant l’établissement d’un comité d’experts affecté à la préparation d’un plan d’action pour le développement de Mumbai. Ce comité (Task Force) a rendu à son tour un rapport (en février 2004), qui reprend en substance et dans des termes très proches le rapport de Bombay First et McKinsey. Le ralliement du gouvernement révèle-t-il la forte influence politique du groupe Bombay First ou la prise de conscience soudaine des nécessités de développement de la ville capitale de l’État ? Quoi qu’il en soit, le silence relatif gardé autour d’un projet si ambitieux reflète la volonté du gouvernement de ménager à la fois son alliance informelle avec les acteurs économiques puissants de Mumbai et sa popularité auprès d’un électorat majoritairement rural. L’État du Maharashtra, bien qu’étant un des plus urbanisés de l’Inde, possède une part de population urbaine de 42 % (contre 28 % pour la moyenne indienne), et donc de 58 % de population rurale, tandis que la population de Mumbai ne compte que pour 12 % de la population de l’État (Census of India, 2001).

Zoom sur le système productif métropolitain à partir de deux zones industrielles

24Cette partie, où nous présentons les résultats de nos enquêtes de terrain, apporte des éléments concrets pour éclairer l’organisation de l’économie urbaine, discutée dans la section précédente. À partir de l’étude de deux zones industrielles, nous proposons une analyse de l’organisation des systèmes productifs locaux, qui ressemblent à maints égards à des districts industriels. Il s’agit d’examiner comparativement les modes de gestion des zones et les politiques d’accompagnement mises en place par différentes agences publiques, ce qui nous permet de proposer une analyse diachronique de la gouvernance économique des activités productives à différentes échelles urbaines.

25Les deux zones privilégiées par l’étude, SEEPZ-SEZ (Santacruz Electronic Export Processing Zone – Special Economic Zone) et MIDC Marol Industrial Estate, se situent à Andheri East. Comme nous l’avons vu plus haut, ce quartier jadis périphérique à plus de 20 km du centre historique et du CBD situé à l’extrême Sud de la ville) est aujourd’hui bien intégré à l’agglomération où il occupe une position péricentrale. En effet, de nouvelles centralités se sont formées, plus au Nord par rapport à l’ancien centre (Harris, Patel et Thorner, 1996 ; Shaw, 1999 ; Saglio, 2001 ; Patel et Masselos, 2003), et Andheri peut être considéré comme une nouvelle centralité économique. De plus, ce quartier profite d’une bonne connectivité aux réseaux urbains (connexion au réseau de trains de banlieue avec la station d’Andheri sur la Western Railway Main Line et proximité du grand axe routier rapide Nord-Sud Western Express Highway), même si les problèmes de congestion sont récurrents. L’aéroport (domestique et international) de Mumbai, situé à 5 kilomètres, offre par ailleurs une précieuse ouverture sur le pays et la sphère internationale (carte 1).

26L’actuelle zone franche SEEPZ-SEZ a été fondée en 1973 en vue d’accélérer la progression de la manufacture de produits électroniques en Inde tout en tirant profit du développement du marché mondial de l’électronique. Cette zone a donc été orientée vers un secteur d’activité unique, l’électronique, et tournée exclusivement vers l’exportation avec un statut particulier d’Export Processing Zone (EPZ). En 1987, l’activité de production de matériel électronique a été diversifiée avec l’entrée dans la zone d’unités de production de bijouterie et de pierres précieuses (Gems & Jewellery). Le gouvernement indien a permis l’introduction de ce secteur d’activité en raison de son caractère non polluant (l’implantation d’unités industrielles polluantes est interdite dans les limites des grandes agglomérations indiennes) et en considérant son important potentiel. Depuis les années 1990, la production de matériel électronique a été progressivement remplacée par celle de logiciels informatiques.

27Pour promouvoir le développement des secteurs d’activité de la zone franche et faciliter l’exportation, les gestionnaires ont mis à disposition des entreprises les locaux proposés en location. Ainsi, la zone comprend sept bâtiments destinés à la production de matériel électronique et de logiciels informatiques et trois bâtiments destinés aux productions de bijoux et de pierres précieuses. Les entrepreneurs n’avaient qu’à installer le capital productif dans des locaux prévus pour leur activité, et pouvaient débuter la production assez rapidement. Quelques parcelles non bâties ont été louées aux entrepreneurs désireux de construire leur propre unité de production : lors de la cessation d’activité, l’entreprise devrait théoriquement rendre la parcelle vierge. Le succès de cette zone industrielle a poussé les gestionnaires à créer entre 2001 et 2003 une extension d’environ 20 000 m2 pour construire des locaux comprenant 72 unités d’entreprises IT, baptisée SEEPZ++. La construction d’un autre bâtiment, le Multi-Storied Building abritant 56 unités de bijouterie et de pierres précieuses, s’est achevée fin 2006.

28En 2006, la SEEPZ-SEZ comptait 209 entreprises : 34 produisant du matériel électronique, 60, des logiciels informatiques et 115 entreprises de bijouterie et de pierres précieuses. Les locaux du Multi-Storied Building étaient réservés aux entreprises avant même le début de la construction du bâtiment : 42 nouvelles entreprises du secteur de la bijouterie et des pierres précieuses attendaient la finalisation du bâtiment pour débuter leur production. Ainsi, plus de la moitié des entreprises de la zone appartiennent au secteur bijoutier qui réalise presque les trois quarts des exportations de la zone. Les exportations des entreprises électroniques et de logiciels informatique ont stagné et même un peu diminué les cinq dernières années, tandis que celles du secteur bijoutier ont plus que doublé sur la même période, de 25 milliards à 60 milliards de roupies en 2005. Ce dernier secteur constitue la spécialisation la plus rentable de la zone.

Figure 1 : Exportations annuelles par secteur d’activité de la SEEPZ-SEZ

Figure 1 : Exportations annuelles par secteur d’activité de la SEEPZ-SEZ

29L’Amérique du Nord, les États-Unis et le Canada sont les plus importants destinataires des exportations de la zone franche. Presque 65 % des exportations sont dirigées vers ces deux pays, et, sur les cinq dernières années, cette part est en augmentation progressive, de 52 % en 2000 à 64 % en 2004. Les exportations vers l’Asie du Sud-Est furent relativement importantes avec un cinquième des exportations totales en 2000, mais ont connu une diminution rapide entre 2001 et 2003 pour représenter, en 2004, 2 % des exportations totales. Celles dirigées vers la Grande-Bretagne et l’Europe de l’Ouest représentent entre 10 et 15 % des exportations totales. En définitive, les exportations de cette zone sont principalement dirigées vers l’Amérique du Nord et, dans une moindre mesure, vers l’Europe.

Tableau 3 : Part des exportations totales de la SEEPZ-SEZ selon la région géographique destinataire entre 2000-2001 et 2004-2005

Part des exportations totales de la SEEPZ-SEZ en %

Pays / Aire géographique

2000-2001

2001-2002

2002-2003

2003-2004

2004-2005

Amérique du Nord (États-Unis et Canada)

51,94

53,91

54,91

59,02

64,24

Europe

10,14

26,4

9,6

10,06

15,03

Asie du Sud-Est

21,37

14,78

2,01

4,27

2,28

Autre

16,55

4,91

33,48

26,65

18,45

Source : SEEPZ-SEZ : 2005a, p. 11.

La zone Marol ou la volonté d’aménager l’espace urbain

30Concernant la zone industrielle de Marol, elle a été planifiée en 1961 par le Département de l’Industrie du Gouvernement du Maharashtra et devenue operationnelle en 1963. La création de cette zone répond à une politique gouvernementale de décentralisation des activités industrielles alors concentrées au Sud de la ville, pour tenter de décongestionner le centre et d’en écarter les industries les plus polluantes et les plus gourmandes en espace. L’objectif était donc de relocaliser ces industries en dehors de la ville, dans un espace occupé alors par des plantations et des villages. Le gouvernement avait fait pression sur les entreprises par le biais du système de licences : à partir d’une certaine date, les nouvelles industries ne pouvaient plus obtenir de licences pour s’implanter dans le Sud de la ville. La zone s’est donc développée et a pris de l’ampleur à la fin des années 1960 et au début des années 1970, d’autant que l’étalement urbain a rattrapé et intégré cet espace à la ville. Cette intégration est marquée en 1972-1973 par le transfert de certaines compétences de la MIDC à la municipalité de Mumbai qui s’est élargie et contenait alors Marol dans ses limites administratives.

31Une fois le terrain acquis par le gouvernement du Maharashtra, celui-ci a chargé la MIDC de le développer en zone industrielle. La MIDC a subdivisé le terrain en 250 parcelles à construire et s’est occupée de la construction des routes (à l’intérieur de la zone et la reliant à la ville) et du réseau d’approvisionnement en eau et en électricité. Les parcelles étaient mises à disposition des entreprises sous la forme de baux renouvelables de 95 ans. Les firmes devaient construire leur propre unité de production et rendre la parcelle vierge lors de la cessation d’activité. À l’origine, la MIDC voulait rester propriétaire des parcelles, mais la politique a évolué pour permettre aux entreprises de devenir propriétaires en renouvelant deux fois leur bail et en payant la différence de prix de location entre le moment d’implantation et les tarifs actuels.

32Cette zone industrielle n’avait pas de spécialisation sectorielle lors de sa création mais, d’après les gestionnaires de la zone (MIDC), elle comprenait dans les années 1960-1970 des unités de production d’acier, de produits chimiques et de textile. La zone connaît une première diversification avec l’arrivée d’entreprises productrices de plastique et d’électronique dans les années 1970. Consécutivement à l’introduction du secteur de la bijouterie et des pierres précieuses dans la zone franche SEEPZ, des manufactures de bijoux se sont développées à proximité de Marol, suggérant le démarrage d’un cluster. De même, avec la diversification de la production électronique de la SEEPZ en logiciels informatiques, des entreprises IT se sont implantées à Marol. Depuis la dernière décennie, les activités productives industrielles tendent à disparaître de cette zone au profit d’activités d’étude et de conception des produits, souvent par les mêmes entreprises qu’auparavant.

33Aucune information concernant le volume ou le montant des productions n’est disponible, ni pour l’ensemble de la zone, ni par secteur d’activité. La seule information obtenue est la liste complète de toutes les firmes présentes dans la zone au printemps 2006 : 318 entreprises. Cette absence d’information reflète la faiblesse de réglementation spécifique et de gestion centralisée de la zone Marol, notamment en comparaison avec le mode de gestion des zones franches.

Bijouterie et informatique au sein d’un système productif régional

  • 3 Les chiffres donnés ici ont tous été enregistrés pour l’année fiscale 2004-2005 et ont été communiq (...)

34La forte valeur ajoutée de l’orfèvrerie et la surface productive relativement restreinte nécessaire à sa production ont rendu le prix du foncier de ces deux zones acceptable pour cette activité, qui s’est ainsi installée aussi bien dans la zone franche SEEPZ-SEZ qu’à MIDC Marol Industrial Estate. Le développement du secteur s’est produit avec l’abolition de taxes très contraignantes : le gold regulation act, qui taxait l’achat de l’or à 100 %, fut aboli l’année de l’introduction du secteur dans la SEEPZ en 1988-89. Le secteur de la bijouterie indienne (bijoux en or et en argent) est destiné aussi bien à l’exportation qu’à l’important marché indien. Les exportations de bijouterie indienne représentaient 3 813 millions de dollars US en 2004-05, et celles de la SEEPZ-SEZ y contribuaient à hauteur de 1 172 millions de dollars la même année (soit 30,74 % des exportations de bijouterie du pays). Le client privilégié de la bijouterie indienne est les États-Unis vers lesquels ont été exportés 1 450 millions de dollars de bijoux en 2004-05, soit presque 40 % des exportations indiennes totales du secteur de la bijouterie. La part de la production de bijoux de la SEEPZ-SEZ exportée vers les États-Unis s’élèverait à 75 %3. Quant au poids de la production destinée au marché indien, aucun chiffre n’est disponible.

35Les entreprises de ce secteur, dans la zone de Marol ou dans la SEEPZ-SEZ, fonctionnent sur le même type d’organisation. Concernant les matériaux, l’or et l’argent sont indiens tandis que les pierres précieuses sont importées de différents pays, brutes ou taillées. Les diamants bruts proviennent en général d’Afrique du Sud, et la taille des pierres se fait principalement à Nashik, ville du Maharashtra spécialisée dans le domaine. Les entreprises achètent généralement les pierres taillées à des courtiers présents à Mumbai, ainsi que l’or et l’argent, et réalisent les bijoux dans leurs ateliers. La production ne consiste pas en la réalisation de bijouterie fine et unique mais plutôt en une production bijoutière de masse, avec la réalisation en grande quantité de pièces similaires. De plus, la présence d’instituts de formation spécialisés répond au grand besoin de main-d’œuvre qualifiée pour ce secteur d’activité : l’Indian Institute of Jewellery se trouve à Mumbai. Ce cluster bijoutier a également provoqué l’agglomération de courtiers à proximité : le Diamond Trading Center se trouve lui-même à Andheri tandis que le marché aux diamants regroupant environ deux cents courtiers se trouve dans le nouveau CBD de Bandra Kurla Complex, qui accueille depuis fin 2007 une bourse aux diamants (Bharat Diamond Bourse), à dix kilomètres plus au Sud. En raison du statut de zone franche de la SEEPZ-SEZ, toute la production de cette zone est exportée, alors que la majorité des entreprises du secteur de la bijouterie et des pierres précieuses implantées à MIDC Marol destine sa production au marché indien. Par ailleurs, les entreprises ont souvent une branche implantée dans la SEEPZ-SEZ ainsi qu’une autre dans la zone MIDC Marol, afin de se positionner à la fois sur le marché étranger et sur le marché domestique.

Les zones fonctionnent-elles comme districts industriels ?

36Nous reconnaissons dans cette description les caractéristiques des districts ou clusters industriels dont notamment la proximité géographique d’un grand nombre d’entreprises spécialisées dans une même branche d’activité. Suivant la théorie des districts industriels, la combinaison de concurrence et de coopération entre firmes d’un même cluster ainsi que la présence de structures communes d’action engendrent des économies externes, dont les bénéfices reviennent à l’ensemble des firmes, le plus souvent des petites et moyennes entreprises (Schmitz 1995). Un élément central du modèle est la capacité des firmes à obtenir de la part des pouvoirs publics un soutien, sous forme de ‘services réels’ (real services), dont par exemple des informations commerciales et des équipements communs, leur permettant d’améliorer leur performance (Brusco 1990).

37Dans le cas du secteur bijoutier, les entreprises implantées dans ces deux zones industrielles profitent de la proximité de fournisseurs, d’instituts de formation et de la localisation dans la ville avec notamment la proximité de l’aéroport. Les entreprises installées dans la zone franche ont d’autres avantages, notamment fiscaux, leur permettant d’importer les matières premières détaxées. Parmi les ‘services réels’, notons tout d’abord le niveau de sécurité très élevé dans la zone franche : contrôles à l’entrée de la zone, à l’entrée et à la sortie des bâtiments de production de bijoux qui sont équipés de coffres-forts gardés. Ensuite, un service du gouvernement fourni par la compagnie MMTC Limited vend de l’or aux entreprises de la zone et permet d’optimiser l’acheminement des productions des entreprises de la zone. Ce service collecte les productions quotidiennement à 16 heures dans la zone et fournit un service de transport sécurisé par camion blindé jusqu’à l’aéroport international où les marchandises sont stockées dans un coffre-fort avant d’être expédiées à Londres, puis de là aux États-Unis par les liaisons aériennes quotidiennes de la compagnie British Airways. En profitant des fuseaux horaires, les marchandises quittant la SEEPZ-SEZ en fin d’après-midi heure locale arrivent au milieu de la nuit à Londres, et repartent quelques heures plus tard pour New York où elles arriveront au petit matin, heure locale. Ce service permet aux entreprises d’expédier leur production du jour au lendemain sur le territoire américain, réactivité non négligeable lorsque 75 % des bijoux produits dans la zone sont exportés vers ce pays.

  • 4 D’après l’U. S. International Trade Commission, 2006.

38Outre l’effet de décalage horaire favorable, une politique américaine en faveur des importations a certainement contribué à rendre le secteur bijoutier de cette zone prospère. En effet, avec la politique américaine du General System of Preferences, les entreprises localisées aux États-Unis peuvent importer des marchandises indiennes sans payer de taxes à l’importation. Cette politique a permis à la bijouterie indienne de s’imposer sur le marché américain en se positionnant devant la Chine et l’Italie (principal pays duquel les États-Unis importaient 25 % des articles de bijouterie jusqu’en 2001-02). La part de l’Italie dans les importations de bijoux des États-Unis a progressivement chuté jusqu’à 10 % en 2004-05, alors que celle de l’Inde est passée de 12 % en 2001-02 à presque 25 % en 2005-06, soit une valeur de 1 375 milliards de dollars américains4.

Facteurs de localisation et effets d’agglomération

39Les deux zones d’étude regroupent également de nombreuses entreprises du secteur informatique, notamment dans le domaine du génie logiciel à haute valeur ajoutée. Comme pour la bijouterie, ces entreprises semblent tirer profit de leur proximité spatiale et des infrastructures de qualité offertes au sein des zones. De plus, elles profitent, sans s’en rendre compte nécessairement, de la forte mobilité de la main-d’œuvre, qui favorise l’échange des connaissances et des compétences au sein du cluster, ce qui est encore une caractéristique de l’idéal type du district industriel. Cependant, nos enquêtes de terrain ont également fait ressortir l’importance des facteurs de localisation classiques et des politiques sectorielles favorables.

40Ainsi, comme la bijouterie, les coûts fonciers d’Andheri sont acceptables pour cette activité, et un avantage particulièrement important de cette localisation est la fourniture en électricité et la présence de réseaux de télécommunications performants. Si le coût de l’électricité est plus important à Mumbai que partout ailleurs en Inde, la qualité du service fourni aux entreprises est de niveau élevé : les entreprises informatiques enquêtées disent n’avoir qu’exceptionnellement des coupures de courant et n’utilisent généralement pas de générateur d’électricité. De plus, des incitations gouvernementales particulières sont en vigueur pour le secteur TIC à Mumbai : la zone ayant été déclarée « IT park » en septembre 2003, toutes les entreprises du secteur s’y implantant peuvent bénéficier d’un coefficient d’occupation du sol doublé et de certains abattements fiscaux.

41Quel que soit le secteur d’activité concerné, un important facteur de localisation évoqué par les entrepreneurs est l’ambiance industrielle, qui est encore un attribut majeur du district industriel. De même, on évoque la « culture du travail », propre à Mumbai et « qu’on ne retrouve nulle part ailleurs en Inde ». L’ambiance industrielle serait liée à l’histoire économique de Mumbai, à la tradition industrielle longue qui a favorisé l’accumulation des compétences et du savoir technique. La « culture du travail » présente à Mumbai apparaît aux yeux des entrepreneurs comme un atout important vis-à-vis de la fiabilité et de la productivité des employés réputée meilleure que dans le reste du pays, ainsi que comme un gage de sérieux vis-à-vis des partenaires et clients. En quelque sorte, être localisé à Mumbai constitue un « label de qualité », qui prend appui sur le statut de la ville, capitale économique et financière du pays et sur la présence des sièges sociaux des plus grandes entreprises indiennes et de nombreuses multinationales.

Deux zones industrielles à Andheri East : rupture ou continuité de l’espace urbain ?

42Dans cette partie finale, nous examinons la question de l’intégration de nos deux zones industrielles, en tant qu’espaces mondialisés, avec le niveau local, c’est-à-dire la ville qui l’entoure. En effet, peut-on parler, et surtout est-il pertinent de parler de « fragmentation » pour ces zones industrielles ? En termes d’infrastructures et de services de réseaux, ceux développés pour ces espaces économiques profitent-ils également au reste du quartier ? Si tel est le cas, est-ce un facteur d’intégration ? À l’inverse, la tendance est-elle à l’accroissement des disparités locales entre des pôles économiques mondialisés et le quartier d’Andheri dans lequel ils se trouvent ? La gestion de ces zones et des services urbains par différents niveaux administratifs, l’État du Maharashtra, des agences de développement autonomes, la municipalité, peut-elle être génératrice de fragmentation urbaine ? Ces parcs industriels créent-ils de la distance avec l’espace urbain qui les entoure, et, autrement dit, existe-t-il un paradoxe entre une réduction de la distance avec les autres espaces mondialisés et un accroissement de la distance, ou une rupture avec l’espace local dans lequel se trouvent ces deux zones industrielles ?

  • 5 L’équipe Réseaux, Institutions, Territoires du LATTS (LAboratoire Techniques, Territoires et Sociét (...)

43Les services de réseaux - eau, énergie, télécommunications, transports - sont l’objet depuis une vingtaine d’années d’importantes réformes de libéralisation, de privatisation ou encore de concession de gestion à des opérateurs privés. Les effets de ces réformes sur l’intégration ou la fragmentation des sociétés urbaines sont encore à l’étude, mais plusieurs auteurs soutiennent la thèse d’une fragmentation urbaine croissante. C’est le cas de Graham et Marvin (2001), qui la généralisent à tous les services en réseaux et à l’ensemble des régions économiques du monde (vieux pays industriels, pays en développement, nouveaux pays industrialisés, pays d’Europe centrale et orientale). Ils affirment que de puissants facteurs concourent à une désintégration des infrastructures de réseaux, qui favorise la fragmentation de la structure sociale et matérielle des villes. Les facteurs principaux sont la crise des infrastructures urbaines, les changements affectant l’économie politique du développement et de la régulation des réseaux, l’affaissement du principe d’intégration dans la planification urbaine, l’étalement urbain ainsi que des changements culturels. Cette désintégration des infrastructures rend possible des stratégies de contournement, c’est-à-dire des stratégies visant à connecter des usagers et des espaces « valorisés » ou « puissants », tout en contournant les usagers et les espaces « non valorisés » ou « moins puissants ». Ces processus conduisent à la constitution d’espaces-réseaux de première classe (premium network(ed) spaces) : ainsi, les élites sociales ou les classes supérieures vivent de plus en plus dans des lieux/espaces déconnectés de la structure urbaine d’ensemble. Cette tendance renforce le cercle vicieux de l’éclatement (splintering), dans lequel des débuts de sécession conduisent à une appréhension accrue du mélange social, augmentant ainsi la pression en faveur de plus de sécession, et ainsi de suite. Et le fossé croissant entre espaces et populations connectés et espaces et populations non connectés est d’autant plus préoccupant que nous vivons dans un monde qui est, de plus en plus, selon l’expression de M. Castells, une « société en réseaux » dans laquelle la pauvreté qui compte désormais est moins une pauvreté matérielle qu’une pauvreté de connexion (qui limite la capacité des personnes ou des groupes à étendre leur influence dans l’espace et dans le temps) (d’après COUTARD 2001 et 2002).5

44Face à ces interrogations, nous avions émis quelques hypothèses avant d’effectuer les recherches sur le terrain. Nous pensions, en ce qui concerne l’intégration des zones industrielles avec le reste de la ville, que ce type d’espace pouvait être générateur d’accroissement des inégalités, en termes de production de richesse, mais aussi en termes d’infrastructures et de services. Il semble en effet cohérent d’offrir aux entreprises des services les plus performants possibles lorsqu’on cherche à développer un pôle industriel d’excellence destiné à l’exportation (SEEPZ-SEZ), alors qu’on peut douter que les entreprises situées à proximité puissent profiter des mêmes infrastructures, et encore moins les résidents du quartier. On peut également envisager, sur le plan de la gestion urbaine de ces parcs et de la ville, que la gestion des zones par différents acteurs soit génératrice de fragmentation urbaine.

45Sur le terrain, l’hétérogénéité existante entre les deux zones industrielles étudiées est flagrante. Bien que les deux secteurs soient mitoyens, la zone franche est enclavée à l’intérieur de la zone de MIDC Marol. De plus, la zone franche est physiquement fermée, entourée d’un mur de trois mètres de haut surmonté de fils barbelés, alors que la zone MIDC Marol est ouverte sur le reste de la ville. La présence de ce mur est justifiée par le statut d’extraterritorialité de la zone franche, et la présence de gardes à chaque entrée s’explique par la nécessité de contrôle des marchandises de la zone : les matières premières entrantes doivent être déclarées par les entreprises pour le remboursement des taxes d’importation tandis que les produits finis sortants sont déclarés pour être taxés vers l’exportation.

46À côté de la SEEPZ-SEZ, cloisonnée et uniquement dédiée à la production industrielle pour l’exportation, la zone de MIDC Marol paraît beaucoup plus intégrée au quartier d’Andheri dans lequel ces deux zones se trouvent. Cet espace paraît relativement mixte, par le bâti et les fonctions qui y sont présentes. Les unités industrielles sont variées, avec la présence d’anciens bâtiments aussi bien que d’immeubles récents construits de verre et d’acier. Mais, par rapport à la SEEPZ-SEZ, un point intéressant de la zone MIDC Marol est la présence de fonctions résidentielles et d’activités informelles au milieu des activités industrielles et commerciales de la zone. Les fonctions résidentielles s’expriment par la présence de poches de bidonvilles et de parcelles sur lesquelles sont implantés des immeubles d’habitations collectives. Les activités informelles sont concentrées sur les mêmes parcelles que les fonctions résidentielles, en rez-de-chaussée des immeubles collectifs et en bordure des bidonvilles donnant sur les rues principales. Cet aspect mixte et contrasté de la zone de MIDC Marol lui permet d’être en adéquation avec le tissu urbain du quartier d’Andheri, voire avec la ville de Mumbai en général. La limite entre la zone et le reste du quartier est d’ailleurs difficilement perceptible par l’observation du tissu urbain. 

Gestion différenciée des deux zones et disparité des services proposés

47La zone industrielle MIDC (Marol Industrial Estate) est un espace créé par une initiative gouvernementale dans un contexte précis : décongestionner le centre de la ville en écartant les industries et en les forçant à se concentrer plus au Nord, dans un espace alors situé en dehors des limites de la municipalité de Mumbai. La MIDC s’est progressivement désengagée de la gestion pour se limiter aujourd’hui à l’enregistrement des entreprises et au transfert des parcelles industrielles entre les firmes. La création de la SEEPZ-SEZ, en revanche, répond à une volonté de l’État indien de positionner la ville sur le marché économique mondial. Sa création au début des années 1970 sous le statut d’Export Processing Zone (EPZ) est le résultat d’une coopération entre le gouvernement central, le gouvernement du Maharashtra ainsi que l’agence de développement MIDC. Le basculement du statut d’EPZ vers celui de SEZ (Special Economic Zone) en 2000 n’a pas altéré cette coopération : elle l’a même amplifiée. En effet, des efforts supplémentaires d’accompagnement de la part des trois acteurs gestionnaires de la zone franche ont été mis en place avec le nouveau statut. Ces trois acteurs sont présents dans la zone par le biais d’un guichet unique (single-window office) auprès duquel les entrepreneurs peuvent se tourner et régler toute procédure administrative très rapidement. De plus, les gestionnaires prennent en charge la mise à disposition aux entreprises de certains services et infrastructures indispensables à l’activité productive.

48Lors de la création de la zone MIDC Marol, celle-ci se situait géographiquement à l’extérieur des limites de la municipalité de Mumbai. C’est donc l’agence gouvernementale MIDC qui était chargée de la création puis de l’entretien des infrastructures de base : routes, approvisionnement en eau et en électricité. Avec l’intégration de cet espace à la municipalité de Mumbai en 1972-1973, la MIDC s’est déchargée de ces compétences pour laisser place à une gestion par la municipalité. Depuis, la configuration est quelque peu particulière puisque la municipalité s’occupe des infrastructures publiques (routes, éclairage public…) et de l’approvisionnement en eau de la MIDC Marol, de la même manière qu’elle le fait dans le reste du quartier d’Andheri. En revanche, à l’intérieur de la zone franche, c’est l’autorité de la zone à travers son « bureau unique » qui est en charge de pourvoir à la création et à l’entretien des infrastructures nécessaires aux entreprises et au bon fonctionnement du secteur.

49Arrêtons-nous un instant sur la gestion de la zone franche, qui apparaît comme un « premium space », en prenant l’exemple de l’eau. Comme pour les routes, les gestionnaires de la zone franche délèguent la gestion du réseau d’eau à la MIDC, qui elle-même sous-traite les travaux à entreprendre à des prestataires privés. Les gestionnaires ont négocié un contrat spécifique avec le service hydraulique de Mumbai (MCGM) qui approvisionne le réseau de la zone franche en continu. À la sortie du réseau de distribution d’eau de la SEEPZ, les gestionnaires facturent aux entreprises le taux appliqué par la MCGM majoré de 15 % pour les frais d’entretien du réseau interne et le service continu qu’ils proposent. La qualité des infrastructures (routes, éclairage public, distribution d’eau…) a connu une amélioration significative ces dernières années, avec le déblocage de fonds du gouvernement central pour placer les infrastructures à un « niveau international ». Les routes internes ont été élargies, tandis qu’un réservoir de 3000 m3 est en cours de construction pour garantir la distribution d’eau en cas de coupure temporaire de l’approvisionnement de la municipalité, et que les conduites sont progressivement remplacées pour permettre un débit plus important du réseau interne.

50Si la MIDC était en charge de la gestion de certains services et infrastructures dans la zone franche, elle s’en est aujourd’hui totalement déchargée dans la zone de MIDC Marol. Lors du transfert de la MIDC à la municipalité du réseau d’eau et de sa gestion, cette dernière s’est vu également confier la responsabilité de desservir les nouveaux espaces résidentiels qui se sont créés à Andheri East. Or le calibrage du réseau n’étant pas adapté à la desserte offerte par la municipalité, la qualité du service a considérablement décrû : la municipalité dessert actuellement les différentes parties du réseau en alternance, certaines n’ayant que deux heures d’eau par jour, tandis que les entreprises de la zone MIDC Marol ont un approvisionnement en eau de 12 heures par jour environ. De même, lorsque la MIDC a transféré la gestion des routes à la municipalité, l’entretien de ces dernières a été négligé. Au début des années 1990, elles étaient clairement inadaptées à la circulation croissante en raison du développement des activités, doublé du développement résidentiel des espaces environnants. D’après nos enquêtes, les recours en justice sont le seul moyen dont disposent les entrepreneurs de MIDC Marol pour obtenir de la municipalité une amélioration des infrastructures et des services de réseau sous sa charge.

51Quant à l’organisation de la distribution de l’électricité à Mumbai, elle répond à un schéma unique en Inde. En effet la distribution est assurée par plusieurs entreprises privées en concurrence les unes avec les autres, ainsi que par une agence publique, selon les secteurs de la ville. Depuis la promulgation de l’Electricity Act en 2003, la production et la distribution de l’électricité à Mumbai ont été ouvertes au secteur privé et les firmes peuvent ainsi distribuer de l’électricité par leurs propres réseaux, sous réserve qu’elles soient par ailleurs elles-mêmes productrices. Les zones SEEPZ-SEZ et MIDC Marol à Andheri se trouvant dans le secteur de concession des deux groupes Tata Power et Reliance Energy, les entreprises implantées dans ces zones ont le choix d’acheter leur électricité à l’un ou l’autre de ces opérateurs privés, au même tarif. Les prestations fournies sont fiables et continues : les entrepreneurs se disent satisfaits du service, certaines entreprises informatiques n’ayant besoin de recourir ni à des générateurs individuels ni à des stabilisateurs de fréquence, ce qui est rarissime en Inde. D’ailleurs, les deux fournisseurs ont équipé chacune des deux zones d’un relais à leur réseau. Les entrepreneurs reprochent néanmoins à ces deux firmes les coûts élevés du service fourni, beaucoup plus cher qu’ailleurs en Inde. En ce qui concerne la desserte électrique des particuliers à Andheri, elle est assurée par Reliance Energy. Tata Power ne peut approvisionner pour l’instant que les industriels, mais la demande d’une licence de distribution pour la même aire de concession que Reliance est en cours d’examen.

Conclusion

52Cette étude a porté sur l’évolution économique de la ville de Mumbai, sur l’inscription spatiale des activités économiques ainsi que sur l’accompagnement politique du développement économique. Il a donc été question ici des mutations économiques à l’œuvre dans la ville de Mumbai, au prisme de la temporalité, de la croissance urbaine, ainsi que des acteurs impliqués dans ces transformations.

53L’étude empirique d’un quartier autour de deux zones industrielles, auparavant périphérique et aujourd’hui intégré à la ville contemporaine, a permis de mettre en lumière le redéploiement du système productif à l’échelle de l’agglomération. L’accent a été porté sur la politique industrielle d’accompagnement et d’aménagement différenciée autour de la création et de la gestion de deux zones industrielles contrastées. L’une, instituée en zone franche, apparaît bien encadrée et restreinte à certaines activités destinées à l’exportation (bijouterie et informatique) tandis que l’autre, bien que planifiée pour décongestionner les activités très polluantes situées au centre-ville, a connu une évolution sectorielle non encadrée et néanmoins conjointe à celle de la zone franche. Les entreprises ont su tirer profit de leur place dans le système productif de l’agglomération pour se positionner à la fois sur le marché étranger et domestique, notamment grâce à la proximité de l’aéroport, de la bourse aux diamants, d’instituts de formation en bijouterie, de coûts fonciers acceptables et de la présence d’infrastructures de qualité (fourniture en électricité et réseau de télécommunications parmi les meilleurs en Inde). Aussi avons-nous montré l’apport critique de facteurs de localisation classiques dans la bonne performance économique.

54Du côté des producteurs, l’analyse a mis en avant le fait que l’agglomération des activités analysées s’apparente à un district industriel, même si elle ne correspond pas parfaitement à l’idéal type décrit dans la littérature, surtout en raison des ‘services réels’ proposés aux entreprises et de l’« atmosphère industrielle » qui y règne. Il existe bien des liens informels liant les entrepreneurs (notamment à travers les associations sectorielles) qui, outre les « importants avantages compétitifs » tirés de la coprésence des producteurs, leur permettent de « se tenir informés sur les opportunités de marché qui s’offrent à eux et sur les changements constants de technologies » (Scott et al. 2001 : 17).

55L’analyse plus approfondie des services fournis aux entreprises a toutefois révélé une dichotomie dans les modes de gestion des deux zones et nous avions émis l’hypothèse que cette gestion différentielle pourrait être source d’accroissement des inégalités et de fragmentation urbaine. L’analyse des infrastructures et services de réseau a montré que la fragmentation observée ne se trouve pas entre les deux zones industrielles et le reste de la ville mais entre, d’une part, une zone industrielle prioritaire, la zone franche SEEPZ-SEZ et, d’autre part, la zone MIDC Marol intégrée au reste du quartier. Nous avons vu que cette fragmentation s’exprime physiquement par un cloisonnement entre la zone franche et le reste du quartier par un mur et un accès restreint, ainsi que par la mise en place de réseaux et d’infrastructures propres. Ainsi, l’approvisionnement en eau est continu dans la SEEPZ-SEZ et les infrastructures routières et les services (collecte des déchets, éclairage public) à l’intérieur de la zone sont de meilleure qualité qu’à l’extérieur, et même exclusifs (service de vente de métaux précieux aux entreprises du secteur bijoutier, ainsi que collecte et acheminement de la production vers l’aéroport). Ces avantages fournis aux entreprises de la zone franche doivent être attribués à une volonté publique de développement économique orienté vers l’exportation, pour se placer dans la compétition économique mondiale.

56En revanche, le transfert des compétences de gestion des services et des infrastructures de la zone MIDC Marol de l’agence de développement MIDC vers la municipalité a contribué à intégrer la zone au reste de la ville, tout en diminuant le niveau de qualité de ces services et infrastructures. Le service de distribution d’eau et l’entretien des infrastructures publiques (route, éclairage, collecte des déchets) sont donc les mêmes dans la zone industrielle MIDC Marol et dans le reste du quartier d’Andheri, gérés par la municipalité. Nous avons tout de même vu qu’un recours des entrepreneurs auprès du gouvernement pouvait pousser la municipalité à améliorer les infrastructures jugées indispensables à l’activité industrielle. Enfin, la distribution privée d’électricité par la mise en concurrence de deux distributeurs n’est pas génératrice de fragmentation pour les industriels, puisque la qualité de distribution est identique dans la zone franche, la zone MIDC Marol et dans toute l’aire de concession de ces deux distributeurs, à tarifs équivalents.

57En mobilisant des concepts de la nouvelle géographie économique, en particulier les ‘global city regions’ de Scott et al. (2001), cette étude a confirmé la participation intensive de Mumbai dans un réseau mondial de grandes villes, notamment par sa spécialisation dans des secteurs de la nouvelle économie (IT, services financiers). Nous l’avons vu, la mise en œuvre du développement local par les autorités pour tenter de placer la ville sur la scène économique mondiale passe par l’utilisation d’outils tels que des zones industrielles et des zones franches. Le recours à ces outils n’est cependant pas représentatif d’une volonté émanant des autorités propres à la ville : les zones franches sont implantées dans tout le pays sous le même statut de SEZ, à l’initiative du gouvernement fédéral, des gouvernements fédérés ou encore par des acteurs privés. Même si des groupes de pression tentent de pousser le développement de la ville à un niveau international (Bombay First), l’autonomie de cette dernière dans la définition de ses propres projets de développement reste malgré tout très limitée. Aussi avons-nous noté l’absence à Mumbai d’un gouvernement métropolitain puissant, identifié comme une caractéristique des régions métropolitaines mondiales. Cette situation institutionnelle reflète les conflits d’intérêts politiques et économiques locaux. L’acteur principal étant le gouvernement du Maharashtra qui est aussi le principal frein à un gouvernement métropolitain afin de conserver le contrôle sur les projets urbains de la ville via ses agences gouvernementales telles que la MMRDA. Marie-Hélène Zérah constate d’ailleurs qu’il n’y a aucune « régulation de la pluralité des acteurs et des intérêts. Au contraire, cooptation, lobbying et influence de certains groupes à différentes échelles caractérisent une gouvernance métropolitaine dans laquelle la nature des problèmes à résoudre ne fait pas l’objet d’un consensus suffisant pour permettre de repenser le rôle des institutions » (2009 : 12).

58En définitive, si l’agglomération de Mumbai ne correspond pas exactement à la définition des régions métropolitaines mondiales, elle s’y apparente par de nombreux points, en particulier dans le domaine économique. Les efforts pour propulser l’économie de Mumbai dans l’économie mondiale ont porté leurs fruits, en tout cas dans la zone franche, même si cette attention particulière appliquée à un espace productif prioritaire est génératrice de fragmentation urbaine. Enfin, bien que Mumbai tienne son rôle de capitale économique et financière à l’échelle nationale, il ne faut pas oublier que ses bases économiques, comme nombre de villes du Sud, sont constituées d’un secteur informel devant composer avec des infrastructures et un niveau de service très insuffisants et avec une réalité sociale marquée par de fortes inégalités.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ADARKAR A., 2006, La rénovation urbaine durable : l’exemple des friches industrielles textiles de Mumbai, communication dans le cadre du séminaire « Habitat durable en Inde, regards croisés sur les approches & pratiques », à l’Ecole Nationale d’Architecture de Paris la Villette, le 26 avril.

BOMBAY FIRST – Mc KINSEY, 2003, Vision Mumbai: Transforming Mumbai into a world-class city, a summary of recommendations, 32 p., (disponible en ligne, page consultée le 31/01/2006), http://www.bombayfirst.org/McKinseyReport.pdf

BRUSCO, S. (1990), The idea of an industrial district: Its genesis, in Pyke, Beccatini and Sengenberger (eds.), Industrial Districts and Inter-firm Cooperation in Italy, (Geneva: International Labour Organization).

Census of India, 2001, Données en ligne (page consulté le 31/01/2006), http://www.censusindia.net/

COUTARD O., 2001, « Premium network spaces : a comment », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 26, n° 1, pp. 166-174, (disponible en ligne, consulté le : 29/04/2006), latts.cnrs.fr/site/tele/rep1/prenium %20network %20spaces.doc.

COUTARD O., 2002, « Fragmentation urbaine et réseaux, regards croisés Nord-Sud », document de recherche, (disponible en ligne consulté le 28/08/2006), www.iddri.org/iddri/telecharge/services/coutard.pdf.

D’MONTE, 2002, Ripping the fabric, the decline of Mumbai and its mills, Oxford University Press, New Delhi, 291 p.

DURAND-DASTÈS F., 1995, « Monde Indien », in Brunet R. (dir.), Géographie Universelle, GIP-Reclus, p. 326.

DURAND-DASTÈS F., 2002, « Union Indienne », in Foucher M. (dir.), Asies Nouvelles, Belin, Paris, pp. 78-113.

EICHER LTD., 2005, Mumbai City Map, New Delhi, 180 p.

GOI - Government Of India, Economic Survey 2006-2007, (disponible en ligne, page consulté le 13/01/2008), http://indiabudget.nic.in/es2006-07/esmain.htm

GOI - Government Of India, Ministry of Commerce & Industry, Données disponibles en ligne (consulté le 17/12/2005), www.sezindia.nic.in

GRAHAM S. & MARVIN S., 2001, Splintering Urbanism: Networked Infrastructures, Technological Mobilities and the Urban Condition, Routledge, London, 479 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

HARRIS N., 1996, « Bombay in the Global Economy », pp. 47-63, in Patel S. & Thorner A. (dir.), Bombay: Metaphor for modern India, Oxford India, New Delhi, 298 p.
DOI : 10.1016/0264-2751(94)00018-4

HEUZÉ G., 2001, « Le déclin des quartiers ouvriers du centre de Mumbai », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 90, septembre 2001, pp. 130-137.

KOSAMBI M., 1986, Bombay in Transition: the Growth and Social Ecology of a Colonial City, 1880-1980, Almqvist & Wiksell International, Stockholm.

LANDY F., 2002, L’Union Indienne, ed. du Temps, Nantes, 287 p.

PAQUOT T., 2001, « Navi Mumbai en rade ? », Urbanisme, n° 318, mai-juin, pp. 20-23.

PATEL S. & THORNER A., (dir.), 1996, Bombay: Metaphor for modern India, Oxford India Paperbacks, New Delhi, 298 p.

PATEL S., MASSELOS J., (dir.), 2003, Bombay and Mumbai: The city in transition, Oxford University Press, New Delhi.

RBI – Reserve Bank of India, Cheque Clearance Data 2006-2007, (disponible en ligne, page consulté le 13/01/2008), http://www.rbi.org.in

SAGLIO M.-C., 2001, « Mumbai : Mutations spatiales d’une métropole en expansion », Mappemonde, n° 62, juin 2001, pp. 26-31.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

SCHMITZ, H. (1995) « Collective Efficiency: Growth Path for Small-Scale Industry », Journal of Development Studies 31(4):529-66.
DOI : 10.1080/00220389508422377

SCOTT A. J. (dir.), 2001, Global City-Regions: Trends, Theory, Policy, Oxford, Oxford University Press, 467p.

SEEPZ-SEZ, 2005a, Brief Overview of the Functioning of SEEPZ-SEZ, 12 p.

SEEPZ-SEZ, 2005b, Welcome to SEEPZ-SEZ, an Exporter’s Paradise, 23 p.

SHAW A., 1999, « Emerging Patterns of Urban Growth in India », Economic and Political Weekly, Bombay, vol. 34, n° 16-17, 17-24 avril, pp. 969-978.

TIFR - TATA INSTITUTE of FOUNDAMENTAL RESEARCH, 1997, The Cotton Mills, (en ligne, consulté le 18 juin 2006), http://theory.tifr.res.in/bombay/history/cotton.html

USITC - United States International Trade Commission, Données en ligne (page consulté le 31/01/2006), http://www.usitc.gov/

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ZÉRAH M.-H., 2009, « Une « Vision Mumbai » pour transformer la ville ou la difficulté à (re)penser la gouvernance métropolitaine », EchoGéo, Numéro 10, (en ligne), http://echogeo.revues.org/11389
DOI : 10.4000/echogeo.11389

Haut de page

Annexe

  

Carte 1 : Les zones industrielles SEEPZ et Marol dans l’agglomération de Mumbai

Carte 1 : Les zones industrielles SEEPZ et Marol dans l’agglomération de Mumbai

Carte 2 : Localisation des sièges sociaux des 500 plus grandes entreprises d’Inde

Carte 2 : Localisation des sièges sociaux des 500 plus grandes entreprises d’Inde

Source : DURAND-DASTES F., 1995, « Monde Indien », p. 326, in Brunet R. (dir.), Géographie Universelle, GIP Reclus.

  

Carte 3 : Exportations totales des 11 zones franches SEZ en activité au cours de l’année financière 2004-2005

Carte 3 : Exportations totales des 11 zones franches SEZ en activité au cours de l’année financière 2004-2005

  

Haut de page

Notes

1 D’autres auteurs corroborent cette affirmation : Harris (1996), Kosambi (1986), Patel et Thorner (1996).

2 Cf. www.bombayfirst.org

3 Les chiffres donnés ici ont tous été enregistrés pour l’année fiscale 2004-2005 et ont été communiqués par le bureau de gestion de la SEEPZ-SEZ.

4 D’après l’U. S. International Trade Commission, 2006.

5 L’équipe Réseaux, Institutions, Territoires du LATTS (LAboratoire Techniques, Territoires et Sociétés) a conduit une recherche visant à éprouver la thèse de Graham et Marvin, à travers une étude historique et comparative de sept régions urbaines, à la fois villes du Nord et du Sud (Buenos Aires, Le Cap, Los Angeles, Mumbai, Paris, Rome et Santiago du Chili). Une des conclusions de ces recherches est que l’universalité n’est pas de mise, mais que le phénomène étudié s’explique par la diversité des trajectoires locales à prendre en compte. Cf. les articles réunis dans le numéro spécial de Geoforum 39(6).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 2 : Le classement des bourses par le nombre de transactions entre 2003 et 2006
Crédits Source : GOI, Economic Survey 2006-2007
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/4469/img-1.png
Fichier image/png, 33k
Titre Figure 1 : Exportations annuelles par secteur d’activité de la SEEPZ-SEZ
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/4469/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Carte 1 : Les zones industrielles SEEPZ et Marol dans l’agglomération de Mumbai
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/4469/img-3.png
Fichier image/png, 1004k
Titre Carte 2 : Localisation des sièges sociaux des 500 plus grandes entreprises d’Inde
Crédits Source : DURAND-DASTES F., 1995, « Monde Indien », p. 326, in Brunet R. (dir.), Géographie Universelle, GIP Reclus.
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/4469/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Carte 3 : Exportations totales des 11 zones franches SEZ en activité au cours de l’année financière 2004-2005
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/4469/img-5.png
Fichier image/png, 162k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Imbach, « Vers une « global city region » ? Stratégies économiques, déploiement spatial et politiques d’accompagnement à Mumbai », Métropoles [En ligne], 9 | 2011, mis en ligne le 14 décembre 2011, consulté le 27 novembre 2014. URL : http://metropoles.revues.org/4469

Haut de page

Auteur

Romain Imbach

Cartographe Indépendant - www.cartesenscene.fr et Cartographe au Monde
contact@cartesenscene.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page