Navigation – Plan du site
Recensions

Eric Charmes, La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine

2011, PUF, Paris
Raphaël Frétigny
Référence(s) :

Charmes, E. La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine, 2011, PUF, Paris

Texte intégral

1Si son titre ne le traduit pas explicitement, le récent ouvrage d’Eric Charmes La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine porte essentiellement sur l’espace périurbain, dont l’auteur est aujourd’hui un des meilleurs spécialistes en France. Ce travail se situe à l’opposé des stigmatisations habituelles du périurbain, trop souvent présenté comme un junk space peuplé de populations rejetées hors des villes. Au contraire, l’auteur met ce « tiers espace » (Vanier, 2001) au cœur des dynamiques urbaines, au point de généraliser son analyse sur le périurbain à l’ensemble de la « vie urbaine ». Ce livre, tiré de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches, estl’occasion d’un retour sur les principaux thèmes de recherche de l’auteur (entre-soi, ségrégation scolaire, malthusianisme foncier) au sein d’une synthèse particulièrement réussie sur le périurbain.

2Pour qui ne connaît pas bien le périurbain, l’ouvrage, et notamment son premier chapitre, est un très bon outil de travail qui recense une bonne partie des travaux produits sur le sujet. L’auteur y dresse le portrait d’un espace périurbain français caractérisé par une morphologie paysagère rurale, mais dont les habitants travaillent dans une ville. A l’opposé des images que suscite le terme d’« étalement urbain », E. Charmes affirme que ce type d’espace n’a pas vocation à disparaître, englouti par des continuités urbaines proliférantes, mais au contraire à se stabiliser et même à s’étendre lui-même sous une forme bien particulière : celle de l’émiettement. Le périurbain est un espace triplement émietté, dans lequel chaque noyau rural (village, bourg, petite ville) se dote de sa couronne d’ensembles pavillonnaires tout en restant séparé des communes voisines par une bande non construite, composée de champs, de prairies, de parcs ou de forêts. Cet émiettement paysager est doublé d’un émiettement politique, lié au maintien de l’échelon communal, conforté par les lois de décentralisation. Le périurbain est enfin émietté socialement et constitue une mosaïque sociospatiale faite de cellules composées depopulations socialement homogènes, triées par la conjonction des dynamiques du marché de l’immobilier et de la mobilité résidentielle.

3Le triple émiettement des communes périurbaines est le terreau de la transformation des communes en véritables « clubs résidentiels » (deuxième chapitre). Ce phénomène est désigné par l’auteur sous le vocable « clubbisation », néologisme dont l’inélégance est confessée par l’auteur, mais qui a le mérite de ramasser en un seul terme l’idée-force de l’ouvrage. Dans ces communes « clubbisées », « les habitants ne se comportent pas en citoyens mais en consommateurs : ils vivent dans une municipalité non pas en tant que membres d’une communauté politique, mais en tant que membres d’un club fondé sur la jouissance partagée d’un ensemble de biens et de services », en l’occurrence l’environnement social (qualité de la population) et spatial (maintien des espaces verts).Suivant cette logique, le nombre de membres d’une commune clubbisée doit être suffisamment bas et leur niveau social suffisamment élevé pour éviter la congestion et la destruction des biens environnementaux. Cette tendance exclusiviste est particulièrement bien explicitée par ce que l’auteur appelle le « syndrome du dernier arrivé » : ceux qui s’installent dans le périurbain souhaitent être les derniers arrivés et s’opposent à la construction de nouveaux logements qui pourraient détruire des espaces verts et la qualité environnementale qu’ils sont venus chercher. Cette modélisation que propose E. Charmes s’inspire très directement des théories de l’économie du public choice et plus précisément des modèles de Tiebout (1956) et de Buchanan (1965). Si la discussion de ces théories a fait l’objet d’une étude récente en France (Estèbe, 2008), l’originalité et la force de l’ouvrage de Charmes tient à ce qu’il prend nettement partie pour l’application directe de ce modèle public choice pour l’analyse du périurbain français.

4Dans les communes clubbisées, les municipalités sont mises au service d’un véritable exclusivisme sociospatial visant à préserver le cadre de vie et la « qualité sociale » du peuplement, c’est-à-dire à sélectionner et à limiter le nombre d’habitants. Elles le font au moyen d’instruments spécifiques tels que les règlements d’urbanisme (qui peuvent interdire de construire sur des petites parcelles et ainsi limiter l’accroissement de la population à des populations suffisamment aisées pour se payer un grand terrain), la gestion des équipements publics et de leur accès ou encore les transports publics. Le chapitre 3 traite spécifiquement du terrain scolaire, dans lequel l’auteur montre que la carte scolaire et son détournement constituent l’un des outils essentiels de la sélection sociale dans le périurbain.

5L’émiettement de la ville en clubs périurbains autonomes pose le problème de la solidarité urbaine et de la défense des intérêts métropolitains face aux égoïsmes des clubs.C’est plus largement la question du gouvernement des villes émiettées qui est en jeu. A rebours d’une grande majorité des chercheurs et acteurs de la ville, E. Charmes ne réclame pas la mise en place d’un gouvernement métropolitain fort qui mette au pas les égoïsmes communaux. Il juge en effet un tel gouvernement « gargantuesque » impossible à mettre en œuvre dans le contexte politique actuel (avec la puissance du lobby des maires au sein du parlement). Au contraire, les tentatives de mise en place de gouvernements intercommunaux ont été détournées en véritables « clubs de communes » défendant les intérêts exclusivistes des communes périurbaines.

  • 1  Les mouvements NIMBY (de l’anglais Not In My Backyard) procèdent de la mobilisation de résidents p (...)

6Pour autant, E. Charmes ne conclut pas à l’ingouvernabilité de la ville émiettée et nous invite dans le quatrième chapitre à voir dans les coopérations interterritoriales le dépassement du dilemme entre émiettement communal et gouvernement métropolitain. Il propose, dans la lignée des travaux de M. Vanier (2008), de faire le pari que l’interdépendance fonctionnelle peut déboucher sur de la coopération politique. L’auteur analyse ainsi les mouvements NIMBY1 comme les prodromes de négociations entre les clubs résidentiels et les pouvoirs métropolitains. Néanmoins, on reste un peu perplexe face aux pistes que dessine Charmes, dont on se demande d’ailleurs s’il y croit vraiment lui-même. L’interterritorialité n’est-elle pas par nature timide et surtout sélective dans le choix des enjeux qu’elle traite (au détriment de ceux qui concernent directement la solidarité urbaine) ? La littérature actuelle invite à la plus grande prudence vis-à-vis des résultats concrets des arènes interterritoriales, lieux des égoïsmes municipaux (Desage, Guéranger, 2011), mais aussi vis-à-vis de leur caractère démocratique (Pinson, 2009).

7Le dernier chapitre est enfin l’occasion d’une comparaison entre les communes clubbisées et les communautés rurales qu’elles ont remplacées. Cette comparaison permet à l’auteur de faire ressortir les traits les plus saillants de la clubbisation des communes rurales : le passage de la sphère politique et communautaire (partage d’une identité commune) à la sphère marchande (partage momentané d’un intérêt consumériste pour un lieu particulier), mais aussi la nouvelle ouverture fonctionnelle de ces communes à la métropole (où travaillent les habitants).

8Dans la conclusion, E. Charmes fait l’hypothèse que la clubbisation, qui s’épanouit dans ces communes périurbaines de moins de 2000 habitants, s’étend dans l’ensemble des espaces urbains et permet de penser en pratique la territorialisation résidentielle dans les villes. L’auteur s’inscrit ainsi dans une perspective quasi mendrassienne de la société, selon laquelle ce sont désormais les classes moyennes des périphéries des villes qui constituent le nouveau référentiel, si ce n’est l’avant-garde, des sociétés urbaines.

9L’ouvrage d’Eric Charmes propose une modélisation de l’évolution des communes périurbaines à la fois simple et stimulante. On ressent néanmoins à la lecture de cet ouvrage une certaine frustration liée au manque de données empiriques (et notamment statistiques). De plus, le rapport entre économique et politique demanderait à être analysé plus finement. L’auteur décrit la clubbisation comme le passage de la sphère politique à la sphère économique, alors même que le politique reste omniprésent tout au long de sa démonstration. La clubbisation n’est pas évacuation du politique par l’économique, mais semble plutôt être construction du second par le premier. A cet égard, il serait intéressant et stimulant de confronter le travail de Charmes aux nombreuses analyses de la néolibéralisation urbaine (Brenner, Theodore, 2002), si ce n’est au modèle polanyien (1944) de la société de marché. Ces mises en regard permettraient en outre de penser plus précisément les conséquences socioéconomiques mais aussi environnementales de la clubbisation, passées sous silence par l’auteur. Toutefois, ces remarques témoignent moins des limites que du caractère séminal d’un ouvrage ambitieux et intelligent.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Références citées

Brenner N. et Theodore N. (2002) (sous la direction de), Spaces of Neoliberalism. Urban Restructuring in North America and Western Europe, Blackwell, Oxford.

Buchanan, J. (1965), “An economic theory of clubs.” Economica, 32, pp. 1–14.

Estèbe, P. (2008), Gouverner la ville mobile, PUF, Paris.

Desage, F. et Guéranger, D. (2011), La politique confisquée. Sociologie des réformes et des institutions intercommunales, Editions du Croquant, Paris.

Pinson G. (2009), Gouverner la ville par projet. Urbanisme et gouvernance des villes européennes, Paris, Presses de Sciences Po.

Polanyi, K. (1944), The Great Transformation. The Political and Economic Origins of Our Time, Farrar & Rinehart, New York, Toronto.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Tiebout, C. (1956), "A Pure Theory of Local Expenditures", Journal of Political Economy 64, 5, pp. 416–424.
DOI : 10.1086/257839

Vanier, M. (2001) « Le tiers espace, acte II de la périurbanisation ». Pouvoirs locaux, 48, pp. 59-63.

Vanier, M. (2008), Le pouvoir des territoires. Essai sur l’interterritorialité, Anthropos-Economica, Paris.

Haut de page

Notes

1  Les mouvements NIMBY (de l’anglais Not In My Backyard) procèdent de la mobilisation de résidents pour défendre leur environnement lorsque les pouvoirs métropolitains veulent installer équipements et infrastructures dans leur quartier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Frétigny, « Eric Charmes, La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine », Métropoles [En ligne], 9 | 2011, mis en ligne le 16 novembre 2011, consulté le 29 mai 2016. URL : http://metropoles.revues.org/4456

Haut de page

Auteur

Raphaël Frétigny

Doctorant en science politique à l’université Lumière Lyon 2 (Laboratoire Triangle, Université de Lyon)
Raphael.Fretigny@univ-lyon2.fr

Haut de page