Navigation – Plan du site
Recensions

Eleonora Pasotti, Political branding in cities. The decline of machine politics in Bogotá, Naples, and Chicago

2010, NY: Cambridge University Press, New York
Gilles Pinson
Référence(s) :

Pasotti, Eleonora, Political branding in cities. The decline of machine politics in Bogotá, Naples, and Chicago, 2010, New York, NY: Cambridge University Press.

Texte intégral

1Au travers de cet ouvrage, Eleonora Pasotti, professeure de science politique à l’Université de Californie à Santa Cruz, renoue avec la grande tradition nord-américaine des travaux de science politique qui aborde la grande ville comme lieu d’invention et de repérage des nouvelles formes d’échange politique et de lien entre gouvernants et gouvernés. Le livre articule une analyse des nouveaux comportements électoraux et des nouvelles logiques de mobilisation électorale, d’une part, et une analyse des nouvelles formes de gouvernance urbaine, d’autre part. En explorant les cas de trois villes, Bogotá, Naples, et Chicago, dont le fonctionnement politique a été pendant longtemps dominé par des machines politiques urbaines, Pasotti propose aussi une explication des processus de sortie du clientélisme comme forme dominante de l’échange politique.

2Selon l’auteure, les grandes villes seraient devenues le laboratoire de nouvelles formes de mobilisation politique fondées sur la marque (« brand »), qui remplaceraient les formes de mobilisation clientéliste du vote qui dominaient jusque-là dans ces trois villes. S’inspirant de la littérature sur le marketing, Pasotti définit la marque comme un dispositif de fidélisation du client/électeur qui ne repose plus sur le calcul coûts-avantages (comme dans le cas du clientélisme) mais davantage sur des logiques d’identité, d’identification et d’estime de soi. Le passage des « machine politics » aux « brand politics » serait le produit de trois changements ayant touché, à des degrés divers, les trois contextes urbains étudiés : l’affaiblissement des partis politiques, la croissante autonomie financière des gouvernements urbains et l’instauration de systèmes électoraux prévoyant l’élection directe du maire (à Naples et Bogotá). Cette nouvelle donne a promu des figures de maires (Bassolino à Naples, Mockus et Peñalosa à Bogotá, Daley II à Chicago) affranchis de l’influence des partis et des conseils municipaux et à la recherche de nouvelles formes de mobilisation politique alternatives au clientélisme en voie d’épuisement. Privés de l’accès direct aux électeurs que permettaient les partis et les réseaux de patronage qu’ils alimentaient, les « brand mayors » vont privilégier des formes de mobilisation électorale typique de l’ère des médias de masse et des « public opinion politics ». Plutôt que de s’adresser de manière segmentée à chaque clientèle, ils vont s’adresser à la communauté citoyenne de la ville dans son ensemble, établissant ainsi un système de communication à sens unique rompant avec la relation d’échange et de réciprocité typique du clientélisme. Afin de créer un lien de fidélité avec les électeurs, ils vont, pour la première fois, produire des discours sur l’identité culturelle - voire multiculturelle pour le cas de Chicago- de leur ville, sur les vertus civiques de leurs habitants ou encore sur la bonne gouvernance. A l’appui de ces discours, ils vont lancer des politiques urbaines tout à fait inédites dont les cibles ne sont plus chacun des groupes clientélisés mais l’ensemble de la population et, également, les touristes et les investisseurs : « megaprojects » d’équipement ou d’aménagement de quartiers centraux, organisation de grands événements (G7 à Naples, Convention Démocrate à Chicago), politiques de valorisation du patrimoine architectural et urbain, de réaménagement et de pacification des espaces publics, aménagement de parcs et de nouveaux systèmes de transports collectifs, etc. Au travers de leurs discours et de ces politiques « catch all », les maires sont parvenus à créer une marque urbaine favorisant, d’une part, la visibilité de la ville à l’extérieur et, d’autre part, un processus d’identification liant chaque électeur à la fois à la ville et au maire et garantissant à ce dernier un soutien électoral large. Selon Pasotti, les logiques de « branding » ont non seulement permis de marginaliser les mécanismes clientélistes ainsi que les acteurs et organisations qui étaient jusque-là au cœur de ces mécanismes, mais elles ont aussi permis de régénérer la culture civique en faisant reculer la criminalité et les incivilités et en restaurant la confiance dans les institutions municipales.

3Toutefois, les « brand politics » ne sont pas sans ambigüité. Si elles ont permis la relance des politiques urbaines, la marginalisation des logiques de patronage et le recul de la corruption, elles ont aussi eu leurs effets pervers. Parmi ceux-là, on peut citer la forte centralisation et personnalisation du pouvoir autour de la figure du maire (signe que, dans le passage des « machine politics » au « brand politics », une forme de personnalisation en a remplacé une autre) et la totale marginalisation des conseils municipaux. On peut également mentionner la dépolitisation de la vie politique urbaine du fait de la relégation des anciens clivages (race, classe) portés par les partis, du fait de la célébration ambiguë de la culture et de l’accès universel aux aménités urbaines. De manière générale, les « brand politics » contribuent à reléguer au second rang les enjeux de la politique urbaine des questions de redistribution, beaucoup plus clivants, au profit des enjeux liés à la consommation, supposés plus rassembleurs. Avec les “brand politics”, “Citizens were increasingly addressed as consumers of a broadly defined public space” (144). Ainsi, les « brand politics » reposent sur des formes finalement assez passives de mobilisation politique qui laissent les coudées franches aux maires et aux experts qui les entourent. Pasotti qualifie d’ailleurs de « management regimes » (214) les régimes urbains qui émergent à la faveur de la montée en puissance des logiques de brand. En termes plus spatiaux, le passage aux brand politics a induit un très net recentrage des investissements publics sur les quartiers centraux et une accélération des logiques de gentrification. Le démantèlement des logiques clientélistes a ainsi eu comme effet pervers de priver les quartiers de leur capacité de négociation et de captation des fonds publics. Dans les brand politics, le downtown est privilégié car, d’une part, il sert de pôle attracteur des fonds privés et, d’autre part, il est conçu comme le lieu où les électeurs-consommateurs peuvent construire un lien émotionnel avec la marque incarnée par la ville et le maire.

4Ce livre constitue à n’en pas douter une contribution majeure à la compréhension de l’évolution des formes et logiques de la gouvernance urbaine. Il est fondé sur un travail de comparaison extrêmement bien conçu et parfaitement restitué. Les enseignements qu’il contient valent au-delà des villes sortant de périodes où dominaient les logiques du clientélisme et des « machine politics ». On peut toutefois évoquer deux réserves qui naissent à la lecture de ce passionnant travail. Tout d’abord, on peut s’interroger sur la plus-value réelle du recours à la notion de « brand ». Si elle permet à l’auteure de signaler et de subsumer un certain nombre d’évolutions importantes, son pouvoir d’élucidation ne saute pas toujours aux yeux. On ne sait jamais très bien si la marque est avant tout incarnée par le maire ou par la ville, quelle est la part respective des enjeux de compétition territoriale et de mobilisation électorale. On peut se demander si des notions telles que la légitimation par les outputs, par la production de politiques urbaines n’auraient pas permis de préciser le statut de la notion de brand. Ensuite, les trois facteurs explicatifs mobilisés pour rendre compte de la transition (élection directe du maire, affaiblissement des partis, autonomie financière croissante) ne sont pas pleinement satisfaisants car ils font la part trop belle aux logiques politiques et institutionnelles. On retrouve là un défaut classique des travaux de science politique sur l’urbain et on se demande si d’autres facteurs plus structurels tels que la mondialisation, la transformation du capitalisme ou la compétition territoriale n’expliquent pas tout autant sinon davantage la transition vers les « brand politics ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Pinson, « Eleonora Pasotti, Political branding in cities. The decline of machine politics in Bogotá, Naples, and Chicago », Métropoles [En ligne], 9 | 2011, mis en ligne le 16 novembre 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://metropoles.revues.org/4454

Haut de page

Auteur

Gilles Pinson

Professeur de Science Politique
TRIANGLE (UMR 5206), Sciences Po Lyon, Université de Lyon
gilles.pinson@sciencespo-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org