Navigation – Plan du site
Recensions

Hamel Pierre, Ville et débat public. Agir en démocratie

2008, Ste Foix, Presses Universitaires de Laval
Françoise Lafaye

Texte intégral

1Structuré en six chapitres, cet ouvrage reprend des articles ou des contributions déjà publiés et présente les questionnements de l’auteur forgés au terme d’une trentaine d’années de recherches. Ceux-ci portent sur les changements survenus dans les espaces urbains contemporains, notamment en termes de gestion publique, et sur leurs conséquences pour la démocratie locale, en particulier le rôle et la place de l’action collective dans ces changements. La modernité, la dynamique de métropolisation, les nouveaux modes de gouvernance, dont le développement de dispositifs participatifs, ont profondément modifié l’espace public dans lequel interviennent les mouvements sociaux et les acteurs de la société civile. Ce sont ces relations entre mouvements sociaux et nouvelle gouvernance urbaine qui font l’objet de ce livre et notamment les incidences de ce nouveau contexte politique urbain sur les modes d’action (priorités, engagements, etc.) de ces mouvements, avec en filigrane une interrogation plus large sur les enjeux de la démocratie.

2Dans l’introduction, Pierre Hamel reprend, en les synthétisant, des éléments abordés dans ses recherches sur les mouvements sociaux urbains, qu’il caractérise par leur capacité à « remettre en cause les modes établis de gouvernance, les formes usuelles de prise de décision, les pouvoirs sociaux et les politiques instituées » (p. 4). Son argumentation s’appuie sur un cas précis : la situation montréalaise à partir des années 60. Selon l’auteur, le cas de cette ville est exemplaire dans la mesure où les acteurs des mouvements sociaux n’ont pas fait que subir les changements, ils ont aussi directement contribué à modifier les représentations et le fonctionnement de la démocratie locale. Conscients des inégalités existant dans l’aménagement et le développement urbain, ils ont, dès le début des années 60, revendiqué tant un meilleur accès de tous au logement qu’une démocratisation de l’administration locale. S’ils ont très tôt dénoncé les inégalités générées par la planification, ils ont aussi fait pression sur l’État en réclamant des droits et des ressources supplémentaires.

3Le premier chapitre resitue les mouvements sociaux dans le contexte de la modernité, en considérant qu’ils en sont des révélateurs. À Montréal, leurs positions ont varié en fonction du contexte politique. Ainsi, remise en cause par la crise de l’État-providence, la classe politique a repris à son compte certaines de leurs critiques et a, par exemple, eu recours à des organismes communautaires pour traiter de problèmes sociaux dès les années 60. Après une période d’affrontements, ces organismes sont devenus des terrains d’expérimentation pour l’organisation et la production de services urbains, mais surtout ont représenté une force de proposition professionnalisée et institutionnalisée dès les années 80. Cependant, ils ont su maintenir des marges d’autonomie leur permettant d’exprimer leur propre conception du social et du politique et de considérer de nouvelles thématiques tout en œuvrant sur la scène publique. En ce sens, les mouvements sociaux montréalais « ont participé à la transformation et à l’approfondissement de la modernité et de ses exigences démocratiques » (p. 43).

4Le deuxième chapitre s’intéresse au renouvellement de l’action collective dans un contexte politique qui change et qui va intégrer de nouvelles préoccupations chères aux mouvements sociaux, mais va aussi leur lancer de nouveaux défis, notamment en faisant de l’espace institutionnel un enjeu central. Si ces mouvements sont parvenus à préciser le contenu social et culturel de la démocratie urbaine, et à modifier les échelles de « traitement » des problèmes – en déplaçant vers le local mais aussi vers le global ce qui relevait auparavant du domaine du national –, ils doivent désormais dépasser deux types de difficultés : celles concernant les ressources permettant leur action et celles liées à la mondialisation.

5Le troisième chapitre s’interroge sur la façon dont la crise de l’État et la modification de ses rapports avec la société civile – à laquelle s’ajoute la métropolisation, en particulier la transformation de Montréal en ville-région – ont redistribué les prérogatives de chacun et conduit à une démocratisation de la gestion locale. En d’autres termes, il analyse comment les modifications du terrain et le nouveau modèle de gouvernance mis en place ont agi sur les alliances et les priorités des mouvements urbains.

6Le chapitre quatre aborde l’évolution du cadre du « débat public » tel qu’il a été défini au Québec et à Montréal. Il présente de manière plus précise les scènes publiques – paramètres, procédures et dispositifs à travers le temps – et pose la question de la convergence de cette nouvelle gouvernance avec une démocratisation de la décision publique locale. L’auteur montre comment, à travers un renouvellement de la conception de leur participation aux affaires urbaines, les acteurs des mouvements urbains ont contribué à la mise en place des dispositifs délibératifs, en tenant une position a priori paradoxale, se confrontant aux acteurs politiques et institutionnels tout en réclamant la reconnaissance de leur spécificité.

7Consacré aux politiques de consultations publiques à Montréal, le cinquième chapitre présente ces scènes publiques comme des éléments ayant transformé le cadre d’action des mouvements sociaux. Si ces scènes s’avèrent parfois décalées par rapport aux attentes des citoyens, la participation impose à l’ensemble des acteurs sociaux de s’interroger sur leurs priorités et leur légitimité. L’approche pragmatique retenue par les mouvements urbains, à Montréal dès les années 80, les a conduits à intégrer la coopération, la concertation et le partenariat à leur registre d’action. Cependant, cette attitude n’épuise pas la question essentielle posée par l’auteur, celle de la réelle capacité de ces mouvements sociaux participant au débat public à contribuer à la démocratisation de l’État.

8Dans le sixième et dernier chapitre, l’auteur revient à ce qui constitue le propos fort de l’ouvrage : les liens existants entre mouvements sociaux et un élément de la nouvelle gouvernance : le « débat public ». Parmi les travaux consacrés à la démocratie participative, certains encensent ses vertus et consacrent l’accès des citoyens à la décision publique, tandis que d’autres y voient un moyen de recueillir leur adhésion à des décisions déjà prises. Pierre Hamel propose de dépasser cette vision manichéenne. À Montréal, aucun bilan d’ensemble n’est disponible pour évaluer l’impact de ces scènes publiques sur la démocratie locale. Néanmoins, l’auteur constate que le redéploiement des échelles territoriales de gestion et la multiplication des scènes de débat public ont modifié le cadre de l’action pour les acteurs sociaux, mais il note également que les dominants en restent les principaux protagonistes, tant dans le cas des dispositifs participatifs que dans celui des mouvements urbains. Il termine en soulignant que deux logiques opposées président au « débat public », une logique de la délibération, mais aussi de la décision fondée sur le rapport de force, ce qui pourrait en limiter la portée.

9Cet ouvrage, à la bibliographie internationale conséquente, pose des questions stimulantes, qui sont loin d’être épuisées, organisées autour de l’action collective en milieu urbain. L’aspect empirique repose sur une bonne connaissance de la gestion publique montréalaise et des mouvements sociaux dans cette ville. Mais le livre souffre de la loi du genre : une collection d’articles, même révisés et solidement référencés, ne dote pas l’ouvrage d’un véritable fil conducteur. Certains thèmes traités au début – comme la contribution des mouvements sociaux à une nouvelle modernité – ne sont pas repris par la suite et c’est au lecteur de faire le lien entre les différentes questions abordées. Si l’introduction tente de resserrer le propos, on ne peut que regretter l’absence de conclusion qui aurait permis d’organiser les éléments de réponses obtenues et de les traiter au prisme d’une problématique commune.

10En outre, l’ouvrage porte un titre peu approprié. Il traite en effet plus de mouvements sociaux que de « débat public » au sens de participation des citoyens à la décision publique. Il prend donc en compte plusieurs modalités de la participation des populations à la décision publique qui ne sont pas toujours distinguées dans les premiers chapitres. Seul le chapitre 6 analyse explicitement les interactions entre mouvements sociaux, au sens d’action collective, et dispositifs participatifs. Un autre élément ne plaide pas en faveur de ce titre, pour le lecteur français. En effet, en France, le terme même de « débat public » renvoie à une procédure particulière touchant à la participation dans le domaine de l’environnement (loi Barnier du 2 février 1995). Or, dans son ouvrage, Pierre Hamel s’intéresse uniquement aux mouvements urbains, ce qui crée une ambigüité dès la couverture de l’ouvrage. Stimulé par son propos, le lecteur aimerait d’ailleurs dépasser la définition qui en est donnée : « l’action collective autour des enjeux relatifs à l’organisation et à la production de l’espace » (p. 24), et comprendre en quoi leur fonctionnement, leurs priorités, les engagements de leurs membres en font des mouvements spécifiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Lafaye, « Hamel Pierre, Ville et débat public. Agir en démocratie », Métropoles [En ligne], 8 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://metropoles.revues.org/4408

Haut de page

Auteur

Françoise Lafaye

Chargée de recherche
ENTPE, Université de Lyon
francoise.lafaye@entpe.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org