Navigation – Plan du site
Articles

Urbanisme et prévention situationnelle : le cas de la dispute des professionnels à Lyon

Bilel Benbouzid

Résumés

Dans cet article, l’auteur s’interroge sur une dispute autour de la création d’une commission communale consultative de prévention situationnelle, dispositif expérimental mis en œuvre à Lyon pour expertiser les projets de sécurisation (lutte contre le crime) des espaces urbains. En mobilisant la grille de la sociologie des épreuves, l’auteur analyse ce moment critique où les personnes en charge de l’urbanisme et celles responsables de la sécurité ont dû s’affronter et se mesurer autour de son acceptabilité et de sa définition. L’enjeu est de prendre au sérieux les logiques de justification des personnes afin d’analyser comment elles parviennent à trouver un accord. On voit que la prévention situationnelle apparaît comme un formidable catalyseur des débats autour du sens de la ville. En créant ce dispositif expérimental, la Ville de Lyon a produit sans en avoir l’intention, un espace de discussion et de cadrage de la controverse autour de la prévention situationnelle. Cette dernière apparaît comme le moyen pour les personnes en charge de la sécurité et de l’urbanisme de s’approprier un certain nombre de questions politiques et morales en mettant en avant la supériorité du politique sur la compétence technicienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  On classe ici la prévention situationnelle au rang de concept car elle s’inscrit dans un espace th (...)
  • 2  La notion de science of crime est apparue au début des années 2000. Sur l’espace épistémologique d (...)

1Le concept de prévention situationnelle apparaît à la fin des années 1970 en Grande-Bretagne dans un laboratoire de recherche criminologique du Home Office, l’équivalent du Ministère de l’Intérieur en France. Le concept1 marque un tournant paradigmatique dans le monde de la criminologie où jusqu’alors l’analyse du phénomène criminel était dominée par l’approche étiologique. La prévention situationnelle appartient à une école de pensée dont le premier principe est que, pour mettre en œuvre des politiques de prévention pertinentes, le gouvernement a besoin d’être soutenu par un agenda scientifique qui utilise des méthodes expérimentales et empiriques d’investigation pour identifier ce qui marche (what works). Le second principe, lié au premier, est qu’il est possible d’envisager la construction d’une science du crime (crime science2), moins concernée par une sociologie compréhensive que par le développement et la documentation des projets de prévention à succès. Le postulat de base de la prévention situationnelle est qu’il est plus opportun de s’intéresser à l’événement (la situation du passage à l’acte du délinquant) qu’aux phénomènes de criminalité (les conditions sociales de son apparition). D’où, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, toute une série de recherches, d’expérimentations et d’évaluations de programmes d’action publique tournées vers l’intégration de la sécurité dans la conception architecturale et le management du contrôle des espaces urbains (Robert, 2005 ; Tilley, 2005).

2Les recherches récentes portant sur les conditions d’émergence de la prévention situationnelle ont souvent corrélé l’apparition de ce savoir/pouvoir à l’inflexion néolibérale des politiques publiques (Bailleau, 2007 ; Garland, 1998 ; O’Malley, 1992 ; Hughes, 1998 ; Donzelot, 2008). En effet, les auteurs suivent Michel Foucault en définissant le néolibéralisme non comme un retrait de la puissance publique mais comme une nouvelle manière de penser sa fonction : celle-ci n’interviendrait plus pour compenser les défaillances du marché et lutter contre les inégalités (créer une société de semblables) mais pour construire un cadre propice à la concurrence en retenant les individus comme les territoires dans le registre de l’« égale inégalité ». La prévention situationnelle aurait toute sa place dans cette manière de composer le politique : il ne s’agit plus d’améliorer la société au point de la rendre si juste que le crime aurait disparu, mais de prévenir les victimisations par une dissuasion physique, en façonnant un cadre de vie non propice aux actes délictueux. Si la grille d’analyse Foucaldienne nous aide à comprendre l’inflexion des politiques publiques et de ses discours, la réalité substantielle des transformations des pratiques sous l’effet de la gouvernementalité néolibérale est encore à observer. En effet, il reste à savoir si les personnes qui ont à mettre en œuvre la prévention situationnelle l’appliquent de manière « pure et dure ».

3Un des enjeux de l’approche sociologique du phénomène consiste à s’interroger sur les multiples épreuves (Lemieux, 2007) subies par la prévention situationnelle, c’est-à-dire ces moments décisifs, critiques, où les personnes s’affrontent et se mesurent autour de son acceptabilité et de sa définition. La prévention situationnelle fait l’objet, depuis son apparition, de multiples critiques appartenant à des ordres de grandeurs différenciés. Le criminologue Tim Hope montre les limites de son efficacité tout en militant pour un retour de la question sociale dans les programmes de réduction du crime (Hope et Karstedt, 2003). Les sociologues français ont quant à eux tenté de montrer qu’elle n’était qu’une composante essentielle du secteur marchand de la sécurité privée (Ocqueteau, 2004) et la marque d’expertise d’un véritable business de la sécurité (Muchielli, 2002). D’autres, en développant l’idée d’une « technocratie sécuritaire », ont mis en cause la légitimité de ce savoir expert en matière de prévention situationnelle et, partant, ont mis en question le monopole du conseil rationnel accordé aux divers spécialistes qui lui sont associés (Ferret et Mouhanna, 2005). Dans le domaine des urban studies, la critique a été abondante ces dernières années. Pour l’urbaniste et politiste Paul Kantor, la prise en compte de la sécurité dans la régulation des systèmes urbains est une composante du développement économique des grandes métropoles tourné exclusivement vers les intérêts du marché (Kantor, 2007). D’autres montrent que la prévention situationnelle s’accompagne d’un urbanisme répressif dont les principales cibles seraient les populations marginalisées (SDF, prostituées, jeunes issus de l’immigration). Les conséquences directes de cet urbanisme sécuritaire conduirait à la privatisation et la standardisation de l’espace public (Davis, 2003 ; Garnier, 2000).

4Le sociologue qui décrit les intérêts économiques et symboliques sous-jacents à la prévention situationnelle ou qui dénonce les effets de la prévention situationnelle sur la forme des villes fait écho au praticien, qui, dans son activité quotidienne, se mobilise pour dénoncer cette logique d’action dans la mesure où tous deux se réfèrent à un modèle positif de l’ordre social et de l’organisation de la ville (Corcuff et Lafaye, 1996). Dès lors, il est intéressant de procéder à une analyse détaillée de la réception de la prévention situationnelle à travers les épreuves de justification (Lemieux, 2007), c'est-à-dire les principes et les formes de bien commun auxquels se réfèrent les personnes qui ont à la mettre en œuvre dans une situation de dispute en justice (Boltanski et Thévenot, 1991). La prévention situationnelle fait l’objet de critiques et de résistances qu’on ne peut nier si l’on veut rendre fidèlement compte des conditions d’acceptabilité de son importation en France.

5Cette situation de dispute en justice apparaît de manière particulièrement édifiante à Lyon avec la mise à l’agenda de la prévention situationnelle dans les politiques locales de sécurité. Cet article se propose d’étudier en détail la dispute autour de la création d’une « commission communale consultative de prévention situationnelle », dont l’objectif est de développer le partenariat et la coordination entre les personnes chargées des politiques d’urbanisme et celles chargées des politiques de sécurité (voir l’encadré pour la description des deux groupes dans cet univers institutionnel).

6Nous verrons dans un premier temps ce qui guide chacun de ces deux groupes, à partir de l’analyse de leurs discours et pratiques. On repère à cette occasion un premier point de blocage entre les deux groupes autour de la bonne manière de raisonner, ce que nous appelons des formes de raisonnement en opposition. Nous montrerons ensuite que la controverse ne se limite pas à un débat purement cognitif. Elle est liée à une dispute politique ordinaire autour d’un bon ordonnancement de la ville. Enfin, nous essaierons de comprendre les compromis faits par les personnes en charge de la sécurité et de l’urbanisme pour coordonner leurs pratiques. Après l’analyse de ces épreuves de justification, on pourra s’interroger sur ce qui reste alors de la prévention situationnelle à l’anglo-saxonne.

Reconstruire l’espace de la dispute

7Notre analyse s’appuie sur une étude conduite à la Ville de Lyon dans un service nouvellement créé pour coordonner les politiques locales de sécurité, la Mission de coordination des Actions de Sécurité et de Prévention, et à la Communauté Urbaine de Lyon, auprès de la Direction des opérations rattachée à la Direction générale au développement urbain. C’est donc à travers le cas de la création de la Commission communale consultative de prévention situationnelle que nous nous intéressons aux relations entre les « personnes chargées de la sécurité » (Ville de Lyon) et les « personnes chargées de l’urbanisme » (Communauté Urbaine). Nous utilisons ces deux catégories par commodité de langage. Elles renvoient à des mondes sociaux (des univers normatifs) auxquels se réfèrent les personnes interrogées dans des situations de dispute. Ce sont les entretiens semi-directifs, réalisés auprès d’une trentaine de personnes durant les années 2007 et 2008, qui ont fait apparaître la situation conflictuelle. Malgré les limites inhérentes à une reconstruction des débats a posteriori et à partir de points de vue individuels, ces entretiens sont riches d’enseignements tant sur les représentations des acteurs que sur des données factuelles, que nous avons cherché à recouper avec d’autres sources (articles parus dans des revues scientifiques ou professionnelles, actes de colloque, documents administratifs, bilans d’activité, comptes rendus de réunion, etc.).

Deux formes de raisonnement en opposition

8Entre 1999 et 2004, période d’expérimentation et de formalisation, le groupe d’acteurs mobilisés autour du développement de la prévention situationnelle commence par soulever un dilemme ancien, auquel les criminologues se confrontent depuis le début des années 1980 : dans quelle mesure et comment peut-on associer l’espace physique et le crime ? Contrairement aux criminologues qui lancent très tôt des programmes de recherche empiriques pour établir les liens de causalité entre territoires urbains et risques de victimisation, à Lyon, les importateurs de la prévention situationnelle soulèvent un ensemble de problèmes sur la manière d’adopter cette association. Adopter la prévention situationnelle, c’est l’adapter aux contraintes institutionnelles locales et aux pratiques des acteurs qui ont à la mettre en œuvre. Cette première phase de problématisation est le théâtre d’une opposition entre les deux groupes professionnels concernés : les personnes en charge de l’urbanisme et celles chargées de la sécurité. Cette opposition apparaît moins comme une controverse autour des liens de causalité entre espace et sécurité que sur la manière de penser l’espace pour intégrer la sécurité. Une personne en charge de l’urbanisme témoigne de la nature des débats :

  • 3  Entretien avec une personne chargée d’urbanisme, mai 2005.

« Dans leur souci, en ce qui est de la mise en œuvre de la prévention situationnelle, ils [les personnes en charge de la sécurité] nous disent “nous ce qui nous intéresse c'est ce qui va intéresser la sécurité : le reste ça ne nous 'intéresse pas”. Et quand je leur dis que la sécurité elle sera d'autant mieux intégrée qu'on comprendra un peu la pression globale, il nous disent “ça pour nous c'est trop lourd, c’est peut-être la question des maîtres d'ouvrage, c'est pas notre question, en tant que gestionnaires de la sécurité. Nous, ce que nous voudrions, c'est qu'il y ait un diagnostic simple sur quels sont les risques internes liés à l'équipement, quels sont les risques que l'équipement peut apporter sur son environnement, et à l'inverse, quels sont les risques que l'environnement peut apporter à l'équipement, et trouver le type de réponses simples qui permettent de gérer ces risques”. Nous les urbanistes, dans une vision qui est plutôt celle d'avoir des programmes qui tiennent un petit peu la route, qui soient relativement complets, je leur réponds “c'est intéressant d'avoir des analyses un peu plus fines sur l'ensemble des pratiques qui génèrent de la sécurité ou de l'insécurité, des pratiques qui sont supports d'appropriations positives, de moments partagés sur l'espace, ça m'intéresse autant que les phénomènes qui sont liés à l'insécurité ou aux dysfonctionnements” ».3

9On voit que le débat se structure d’abord autour du genre d’enquête à mobiliser dans la pratique de prévention situationnelle. L’intérêt de se saisir de ces deux formes d’enquêtes est de mieux cerner les divergences autour des formes de raisonnement qu’elles sous-tendent. La traduction issue de ces enquêtes opère par réduction, c'est-à-dire par sacrifice de quelque chose, mais pour gagner autre chose, d’un autre ordre (la notion d’ordre est ici centrale pour comprendre la dispute) (Thévenot, 1986 ; Desrosières, 1997). Et c’est l’étendue du domaine de validité de l’investissement dans une forme d’enquête qui est à prendre en compte pour comprendre pourquoi les personnes en charge de la sécurité ne parviennent pas à enrôler les urbanistes dans le développement de la prévention situationnelle.

Les personnes chargées de la sécurité : recycler les savoir-faire de la gestion des risques

  • 4  Nous avons eu accès aux archives des personnels du service municipal en charge des politiques de s (...)

10Les personnes qui œuvrent à la promotion de la prévention situationnelle à Lyon sont issues de l’ingénierie des risques. Pour adapter la prévention situationnelle à leurs pratiques, elles investissent donc dans une catégorie cognitive qu’elles connaissent bien : le risque. L’investissement dans cette catégorie procède d’un recyclage des pratiques de prévention des risques naturels et incendies. Le Service prévention-sécurité, chargé du développement de la prévention situationnelle, est placé dans une direction administrative spécialisée dans le domaine de la prévention des risques majeurs. Pour comprendre la manière dont ces professionnels envisagent la prévention situationnelle, il faut se tourner vers les outils à travers lesquels ils traduisent l’espace en risque. Ce processus de risquification (Wynne, 2001), c’est-à-dire d’explication de l’« insécurité » en termes de risques au détriment d’autres cadres de pensée, tient à la capacité des acteurs à identifier ces risques à travers des filtres fournis par le dispositif municipal, et particulièrement à travers la production de diagnostics des risques sur le territoire de la ville. D’après un document interne (fiche étape datée du 18 décembre 1998), leur objectif est « d’aboutir à une connaissance détaillée des points de la ville (cartographie) où le contrat local de sécurité devra porter en termes de moyens d’actions à mettre en œuvre »4.

  • 5  Pour cerner les savoirs mobilisés, dans le monde des policiers, en matière de prévention situation (...)

11Le premier diagnostic des risques est réalisé par trois ingénieurs (issus des métiers du génie civil et de l’environnement) de la direction sécurité durant l’année 1999. Forts d’une méthode conseillée par l’Institut des Hautes Etudes de la Sécurité Intérieure (IHESI) et la préfecture de police5, ils recueillent les chiffres des statistiques officielles (l’Etat 4001) et interrogent différents acteurs institutionnels. Ce premier diagnostic permet de coder et de circonscrire trois territoires en fonction de la nature et de l’intensité de la délinquance : une zone de délinquance de commission et d’importation (2 e, 3 e, 6 e et 7 e arrondissements) ; des lieux d’émission de délinquance (8e et 9e) ; les arrondissements les moins touchés (1er, 4e et 5e). Les risques étant identifiés, les ingénieurs établissent une série d’actions définissant les moyens à mettre en œuvre pour y faire face à titres préventif et curatif – l’urbanisme étant un levier parmi d’autres au sein d’une multitude d’actions marquées par l’approche situationnelle du crime. Dans cette même logique, l’observatoire est mobilisé dans la production d’études dans le cadre de projets spécifiques.

  • 6  Entretien avec la personne chargée de l’observatoire, février 2007.

12Défini comme un dispositif d’évaluation des actions entreprises dans le cadre du Contrat Local de Sécurité, l’observatoire est conçu pour adapter ou modifier ses actions au fur et à mesure de l'évolution des situations. Il s’agit d’intégrer le dispositif d’observation à un dispositif d’action tourné vers l’approche situationnelle du crime. Les gestionnaires de la sécurité attendent de l’outil « un suivi en temps réel de la localisation des foyers de délinquance ainsi que de l'évolution du sentiment d'insécurité dans les quartiers afin d’informer [les personnes en charges de la sécurité] ; une mobilisation des services et des acteurs des quartiers ; le moyen de réaliser un diagnostic local de sécurité régulier ; et de pouvoir ajuster les orientations prises et les réactions face aux situations nouvelles ». Il s’agit d’un instrument opérationnel qui permet la production d’indicateurs de comptage géolocalisables, d’indicateurs de coût et d’indicateurs de suivi (encore embryonnaires) pour guider des mesures situationnelles et accompagner leurs évaluations6. Il repère et borne des zones « sensibles » sur le territoire de la ville afin de permettre aux personnes en charge de la sécurité de conduire des études de sécurité publique. Les zones repérées par l’observatoire font l’objet d’un projet de prévention situationnelle. Quoique la pratique de sécurité publique s’applique de la même manière à tous les projets de sécurisation des espaces urbains (sécurisation des pieds d’immeuble, ilotage de la police municipale, équipements publics), celle-ci s’est particulièrement développée à travers les projets d’implantation de caméras de vidéosurveillance. Pour justifier la mise en place de dispositifs de prévention situationnelle, il faut pouvoir faire la démonstration de l’existence de risques au sein des espaces urbains repérés.

  • 7  Entretien avec la personne chargée des études de sécurité publique. On se réfère également à un do (...)

« Les études de sécurité publique, mobilisées dans le cadre des projets de sécurisation des espaces publics, sont structurées en cinq objets d’analyse : les types de délinquance de voie publique (atteintes aux biens, aux personnes ou à l’ordre public) ; les publics délinquants (résidents et non résidents, majeurs et mineurs, récidivistes et primodélinquants), les lieux sensibles (par îlots puis par rues) ; les moments délinquants (semaine et week-end, jour et nuit) ; et le sentiment d’insécurité en fonction des lieux, des moments, des personnes. Le relevé des différents niveaux d’insécurité à une échelle microlocale, l’objectivation des lieux d’insécurité sur un secteur donné et la définition exacte des lieux d’implantation des dispositifs matériels ou des moyens humains de contrôle sont les questions auxquelles répondent les personnes en charge de la sécurité à travers ces études. »7

13Ces études révèlent une manière spécifique de raisonner sur l’espace en le traitant selon deux modes superposés : le premier renvoie à une perspective quantitative orientée vers les faits de délinquance et le second à une perspective spatiale qui s’intéresse aux qualités formelles de l’espace et à la construction matérielle du cadre bâti. Une fois les deux dimensions superposées, en plaquant la perspective architecturale sur les quantités analysées, l’espace urbain apparaît comme le reflet des faits quantifiés. Dans cette approche, les personnes en charge de la sécurité font le pari d’un déterminisme spatial des risques. Elles laissent sciemment de côté une investigation sur les conditions sociales. C’est parce que les seules conditions spatiales intéressent les personnes en charge de la sécurité qu’elles peuvent envisager d’intervenir sur l’espace urbain en postulant des effets de dissuasion et de protection des dispositifs matériels et des formes spatiales sur les comportements déviants : caméras, barrières, éclairages, hauteur des haies, formes des îlots, etc.

14Les principaux reproches que les tenants de cette méthode statistique et technique adressent aux monographies des personnes en charge de l’urbanisme tiennent à leur incapacité à produire des études simples capables de généraliser, c'est-à-dire d’inférer, avec un certain degré de probabilité, les risques localisés afin d’apporter des mesures opérationnelles pour limiter ces risques.

Le raisonnement urbanistique : mesurer la distance entre la configuration spatiale et la configuration sociale

15Pour les personnes en charge de l’urbanisme, l’espace apparaît comme une condition ou une contrainte, mais qui ne se pense pas dans un rapport de corrélation directe avec les comportements. Elles proposent une technique de mise en forme de l’espace qui garantirait l’ordre social en s’attachant à produire des connaissances sur les règles d’engendrement des pratiques sociales. Ces règles intéressent les urbanistes car elles leurs permettent de concevoir des espaces conformes aux usages sociaux. Pour produire ces connaissances, les personnes en charge de l’urbanisme commandent des études sur les pratiques et les usages dans les espaces publics. C’est ainsi qu’elles proposent d’envisager les questions de sécurité à travers la mesure de la distance entre la configuration sociale et la configuration spatiale (Toussaint et Zymmermann, 2001).

16Depuis le début des années 1990, la Communauté Urbaine de Lyon a commandité une trentaine d’enquêtes sociologiques sur les pratiques et les usages dans les espaces publics en préalable de projets d’aménagement. Dans ces études, qui s’apparentent à des monographies de lieux, on décrit finement les interactions, on analyse les représentations, on observe les cohabitations, on s’intéresse aux « communautés », on évalue la place de la famille dans les relations de voisinage et dans l’appropriation des espaces publics. On ne songe jamais à totaliser, à calculer des moyennes ou à comparer des taux de délinquance. En revanche, le matériel empirique vient étayer une apologie de la culture urbaine et une critique de l’urbanisme moderne qui n’aurait pas su penser la diversité et la matérialité des espaces publics. C’est pourquoi les études montrent ce souci de l’expérience immédiate, ce goût de la description plus que du comptage, cet objectif de traduction des espaces urbains en interactions, en sociabilités ou en usages plutôt qu’en faits codés et quantifiés.

17La seule part quantitative des études consiste, à partir des observations des enquêteurs, à énumérer l’ensemble des usages et à mesurer leurs densités : le cheminement, le sport, la contemplation, le lèche-vitrines, etc. Un urbaniste raconte comment cette prise en compte des usages est essentielle dans la conception des espaces publics :

  • 8  Entretien avec une personne chargée de l’aménagement des espaces publics, Communauté Urbaine de Ly (...)

« Pour moi, un des axes prépondérants, c’est d’avoir une adéquation entre le contenu du projet, sa forme, et les usages qu’il va supporter. Il faut penser usages. Après, dans la façon de faire, dans les équilibres, vous allez avoir des situations complètement différentes. Si vous êtes sur un espace qui est un échange urbain, par exemple, l’esplanade Vivier Merle, vous êtes effectivement dans un espace où vous êtes dans un échange de mobilités urbaines. Vous n’allez pas avoir les mêmes structures, les mêmes sols ou la même présence végétale que si vous êtes sur le parc de Gerland avec des usages de détente. En fonction des usages mêmes, vous avez des rapports de déplacement, des modes statiques qui sont très différents. En fonction de la densité d’usage aussi. Au niveau de la rue de la République, vous avez une densité d’usage qui est énorme si on compare à un espace même un peu similaire que vous aurez ailleurs à des échelles différentes. Vous avez des rues qui ne sont pas moins larges que la rue de la République et qui n’ont pas la densité piétonne d’usage qui par moments peut être phénoménale. Ce que je voulais vous dire, c’est qu’à partir des usages, il y a tout qui se décline. »8

  • 9  Sur l’hypothèse selon laquelle la sûreté reste une matrice inconnue mais bien réelle des pratiques (...)

18Ainsi, pour les urbanistes, les conditions essentielles à la sûreté du domaine public renvoient à l’organisation des usages : la maîtrise du mouvement des usagers, les stratégies de codification des usages à travers la hiérarchisation des espaces, l’adaptation des transformations d’usages, etc.9 Sur ce point, les urbanistes opposent explicitement leurs manières de faire à celle des personnes en charge de la sécurité : « il ne faut pas penser prévention situationnelle, il faut penser usages » répètent-ils. Cette prise en compte des usages, au cœur de leur pratique de conception, met en question la légitimité des professionnels de la sécurité à intervenir dans la conception des espaces publics. Et cette remise en cause est d’autant plus grande que, dans l’esprit des urbanistes, le seul fait de produire de l’espace public est un moyen de lutter contre les dysfonctionnements urbains :

  • 10  Entretien réalisé avec une personne en charge de la sécurité, Ville de Lyon, janvier 2007. Les act (...)

« Quand on voit les limites de la vidéosurveillance sur le site de la Duchère, et qu’on prétend développer la vidéosurveillance dans le secteur de Mermoz, ça pose quand même des questions. Autant je n’ai pas d’état d’âme sur cette technologie dans les quartiers où les espaces publics sont soumis à des conflits d’usage vraiment importants, où cette technologie peut apporter véritablement une amélioration à la gestion, autant, quand on prétend installer cette technologie dans les quartiers où, en nombre de faits, il ne se passe rien, où on n’est confronté qu’à une question de tranquillité, que les faits ne se produisent pas forcément dans l’espace public, mais plutôt dans les cages d’escalier, on n’a pas besoin de faire des études de sécurité pour comprendre que cet outil n’est pas forcément opportun là-dessus. C’était le cas de Mermoz. Le plan de mandat initial de Gérard Colomb prévoyait de la vidéosurveillance à Mermoz. […] ça a été complètement réglé par le projet urbain, dans la mesure où le projet de rénovation urbaine de Mermoz nord et de Mermoz sud qui vise à relier les deux secteurs, vise à terme à casser cet autopont et donc le quartier ne sera plus replié sur lui-même. Il sera complètement ouvert et là, pour le coup, l’espace public va jouer véritablement son rôle d’espace public et fera en sorte que les jeunes des quartiers ne soient plus là, à attendre à la sortie du métro. »10

  • 11  Le point commun de ces deux approches, qui prennent aux sérieux les situations plus que les struct (...)

19On peut ainsi distinguer deux manières d’appréhender les « situations »11. Les personnes en charge de la sécurité traitent les situations – l’espace – dans une perspective fonctionnaliste. En s’appuyant sur des études de sécurité publique, l’objectif est de dessiner des zones, des fonctions, en relation avec les risques estimés en préalable. Il s’agit de repérer l’incidence et la localisation des crimes en faisant l’hypothèse que certaines situations sont plus favorables que d’autres au crime. Traduites dans les pratiques d’urbanisme, la prévention situationnelle se rapproche des savoirs issus des métiers de l’ingénierie technique : une logique de la production en série où les choses peuvent être produites selon des normes, des standards, consignés dans des codes, des dessins techniques, permettant la reproduction à l’identique de projets de sécurisation. Du point de vue des personnes en charge de l’urbanisme, le traitement des situations est culturaliste. Il s’agit de porter une attention aux situations d’hybridation des formes et des cultures urbaines. En ce sens, l’expertise des urbanistes s’appuie sur les préceptes de l’écologie urbaine de l’Ecole de Chicago pour qui l’espace « n’est ni une enveloppe, ni un vide dans lequel prend place un drame ou une intrigue. C’est un milieu plein dans lequel l’activité d’adaptation et de coopération des individus ou des collectifs trouve ses ressources ; c’est un univers de plis et de niches qui gardent une opacité relative et qui sont instrumentés comme tels. Du concept traditionnel de culture objective, tel qu’il était utilisé au début du siècle, au concept d’affordance, tel qu’il fonctionne dans l’écologie de la perception de Gibson, c’est la même idée sous-jacente : l’idée que toute activité trouve dans son environnement des prises. D’où l’importance d’un traitement qualitatif et sensible des espaces urbains, garant d’un sens et d’une pertinence pour les usages qu’en font les citadins (Joseph, 2003) »

La portée politique de la dispute

20D'un côté, des savoirs issus de l'ingénierie de gestion des risques qui, en s'attachant aux effets de l’espace et des dispositifs techniques sur les comportements, considèrent la vulnérabilité matérielle de l’espace public et sa dangerosité. D’un autre côté, des savoirs issus des sciences sociales qui, en s'intéressant aux fonctionnements des espaces, aux interactions dynamiques entre les usagers et à l’épaisseur historique et culturelle des espaces, tendent, au contraire, à organiser les conditions d’un espace commun et à lutter contre le déclin de la sociabilité et de la vie publique.

21Loin de se limiter à un débat purement cognitif, ce désaccord autour des formes de raisonnement est imbriqué dans une dispute politique ordinaire autour d’un certain ordonnancement de la ville : deux biens sont en jeu – la sécurité et l’espace des publics – qui renvoient à l’énonciation de principes de justice différenciés : est juste l’espace sécurisé car la sécurité est le plus précieux des biens car elle apporte la jouissance etla sérénité aux citadins; ou bien est justel’espace commun, l’espace où on se risque à la différence et à la peur de l’autre pour apprendre à construire un monde commun. La notion d’ordre est importante pour rendre intelligible la dispute. Ces deux ordres n’existent pas seulement dans l’énonciation de principes de justice. Ils existent également dans la mise en place de dispositifs matériels appropriés à ces principes (mobilier urbain, matériau, couleur, éclairage public, etc.).

Les logiques de justification de la sécurité

  • 12  Plusieurs entretiens informels avec une personne chargée de la sécurité, 2006-2007.

22Face à la dénonciation des antisécuritaires qui mettenten avant le caractère totalitaire, liberticide et répressif de la prévention situationnelle, les personnes en charge de la sécurité passent une grande partie de leur temps à devoir justifier leurs pratiques en rappelant leur adhésion à ce même discours de dénonciation. En effet, elles collectionnent les dénonciations à travers des articles de presse (parus dans le Monde Diplomatique ou le Nouvel Observateur par exemple), des textes critiques de chercheurs (ceux de l’architecte marxiste Jean-Pierre Garnier), des tracts militants de l’association Big Brother ou même une pièce de théâtre consacrée entièrement à la prévention situationnelle, à laquelle elles ont assisté. Dans un entretien, après un bref rappel de ce contexte critique, une personne chargée de la sécurité, regrettant les dérives sécuritaires de la police et de certaines personnes invitées en commission communale consultative de prévention situationnelle, nous livre le fond de sa pensée : « Ce n’est surtout pas ce que nous voulons faire ici à la Ville de Lyon, mettre des fontaines ici ou là pour dissuader les SDF, les jeunes où je ne sais qui. On n’est pas dans ce truc-là. »12.

23Dès lors, comment justifier une politique de sécurité sans sombrer dans un ordre sécuritaire qu’il est aisé de dénoncer ? Pour le comprendre, prenons aux sérieux les principes de justice que les personnes chargées de la sécurité invoquent lorsqu’elles doivent justifier d’actions tournées vers la prévention situationnelle. Celles-ci sont apparues en réponse à une question explicite que nous posions aux personnes en charge de la sécurité : « Quelle est votre posture intellectuelle par rapport aux politiques de sécurité ? » A cette occasion, les personnes mettent systématiquement en lien leurs positions et les contextes critiques dans lesquels elles évoluent. Une personne en charge de la sécurité nous expose sa conception de la sécurité comme une nécessité préalable à la mise en œuvre d’actions sociales :

  • 13  Entretien avec une personne chargée de la sécurité, février 2007.

« Pour moi il y a deux conceptions des choses. D’un côté Hobbes, l’homme est un loup pour l’homme, et donc les pouvoirs publics se doivent de protéger les personnes et les biens à n’importe quel prix. On pourrait dire que c’est de cette conception des choses que découle la prévention situationnelle. D’un autre côté, il y a Rousseau, l’homme est d’une nature bienveillante et c’est la société qui le pervertit. De cette conception découle la prévention sociale, l’éducation, le développement social. ça aussi, c’est de la prévention de la délinquance. Il est complètement stupide d’opposer ces deux approches. Il y a certains sites, avant de faire de la prévention sociale, il faut faire de la sécurité, on n’a pas le choix. »13

  • 14  Propos de l’adjoint à la sécurité au Maire de Lyon dans Jean-Louis Touraine, 2006, « Surveiller es (...)
  • 15  Délibération n° 993870-Séance du 31/05/1999

24Ce premier niveau de justification, qui insiste sur la nécessité de résoudre le problème à court terme, sans quoi la situation reste ingérable et dangereuse, avant de pouvoir composer avec plusieurs modèles de prévention, n’est pas suffisant à lui seul pour justifier ce bien qu’est la sécurité. L’idéal de sécurité tire sa force du fait qu’il parvient à apparaître comme un bien dont le caractère commun concerne un groupe plus vaste, potentiellement la ville dans sa globalité. C’est à cette seule condition que la sécurité est susceptible de fonder des alliances élargies et donc de mobiliser différents acteurs, notamment les urbanistes, derrière un combat contre l’insécurité, ce mal qui nous menacerait tous. Dans une situation de dispute en justice, on ne peut parler seulement pour soi mais également au nom de valeurs générales publiquement opposables et reconnues par un grand nombre d’acteurs. D’une part, la prévention situationnelle et les méthodes qui lui sont associées étant particulièrement propices à une qualification de grandeur industrielle, les personnes en charge de la sécurité peuvent avoir recours à une valorisation quantitative de son efficacité (par exemple, en avançant l’idée que la délinquance aurait diminué dans les espaces vidéosurveillés en moyenne de 15 % après la première année de fonctionnement14). D’autre part, la réactivité des mesures de prévention situationnelle permet de lutter contre la dégradation de l’image des centres urbains et la préservation de l’attractivité économique et culturelle de l’agglomération.15 

  • 16  Etienne Tête, élu vert, a fait faire des études qui prennent le chemin inverse des études de sécur (...)
  • 17  Il s’agit du laboratoire de Recherche Interdisciplinaire sur la Ville l’Espace et la Société (RIVE (...)

25Ces deux justifications restent cependant particulièrement ciblées par la critique.Concernant les questions d’efficacité, un élu vert passe une grande partie de son temps à faire la démonstration des limites du dispositif16. Un autre exemple de critique virulente peut être trouvé en un article publié en 2003 dans la revue Déviances et Société (Bétin, Martinais et Renard, 2003). Deux chercheurs en urbanisme d’un laboratoire local17 et une étudiante ont pu avoir un accès privilégié au Centre de Supervision Urbaine de Lyon (CSUL), l’espace d’observation en direct des images produites par les caméras. Dans cet article, sans remettre en cause directement les principes qui guident la prévention situationnelle (industriel et marchand), ils « accusent » les personnes en charge de la sécurité d’avoir introduit subrepticement la référence à un autre principe. En analysant le processus d’implantation des caméras de vidéosurveillance, en participant aux premières réunions publiques, en décortiquant les résultats des études de sécurité publique et en observant les opérateurs du CSUL au travail, les chercheurs font une analyse critique de la vidéosurveillance en dévoilant comment un dispositif technologique en apparence neutre produit en réalité des catégories discriminatoires à l’égard des jeunes issus de l’immigration (la délinquance dite « d’importation »). Les chercheurs soulignent à cette occasion une injustice en ce que les personnes en charge de la sécurité ne tiendraient pas compte uniquement des situations criminogènes ou des intérêts économiques pour la ville dans sa globalité, mais se seraient laissées influencer par une poignée d’acteurs dominants (les commerçants avec la complicité des élus) et par les marques qui trahissent les origines sociales et culturelles des criminels : leurs vêtements, leurs manières d’être, leurs couleurs de peau.

  • 18 La Loi d’orientation pour la sécurité (LOPS) de 1995 donne une définition de la sécurité : « l’Etat (...)
  • 19  Nous nous appuyons ici sur plusieurs entretiens réalisés auprès de personnes chargées de la sécuri (...)

26Dans un contexte ou les justifications économiques et industrielles ne suffisent pas à rendre la sécurisation des espaces urbains acceptable, les personnes en charge de la sécurité s’appuient en ultime recours sur des repères républicains, suffisamment généraux pour susciter l’adhésion du plus grand nombre. Dans plusieurs entretiens, les personnes en charge de la sécurité font référence à la Loi d’Orientation Pour la Sécurité de 1995 (LOPS), qui apporte une définition officielle à la notion de sécurité : « La sécurité est un droit fondamental et l’une des conditions de l’exercice des libertés individuelles et collectives »18.C’est ce principe qui justifie le décret d’application de l’article 11 de la LOPS, article qui impose la réalisation d’études de sécurité publique en amont des projets d’aménagement. C’est également ce principe qui justifie, pour les gestionnaires de la sécurité, la création de la commission communale consultative de prévention situationnelle. Le projet politique de la prévention situationnelle devient légitime car il apparaît comme un ensemble de mesures prises par la puissance publique pour protéger une série d’objets sociaux dignes d’intérêt : les équipements, le mobilier urbain, les voitures, les personnes, etc. Les gestionnaires de la sécurité peuvent pousser plus loin les valeurs fondamentales républicaines en invoquant les enjeux d’égalité. Les premières expériences en matière de vidéosurveillance pour sécuriser un centre commercial en voie de dépérissement sur le plateau de la Duchère, un quartier précarisé de la ville, sont pour l’essentiel justifiées par le projet politique de lutter contre l’exclusion. Dans ce contexte, les dispositifs matériels associés à la prévention situationnelle sont congruents à des droits fondamentaux du citoyen : liberté et égalité. Les personnes en charge de la sécurité peuvent encore aller plus loin, en invoquant, dans le nouveau guide pratique de la prévention situationnelle, la notion de « sûreté » qui figure dans l’article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 en la plaçant au rang des « droits naturels et imprescriptibles de l’homme »19. La logique de justification civique est-elle d’une portée suffisamment générale pour pouvoir s’imposer aux urbanistes ?

L’espace des publics versus la sécurité publique

27Si la sécurité apparaît comme un droit fondamental du point de vue des gestionnaires de la sécurité, les formes de bien commun auxquelles se réfèrent les personnes en charge de l’urbanisme, dans le quotidien de leur exercice, appartiennent à un tout autre ordre de valeurs, qui s’en trouve ébranlé. Il faut souligner que le vocable de « sécurité » n’apparaît pas dans le vocabulaire des personnes en charge de l’urbanisme. L’invention de la politique d’espace public s’est accompagnée de plusieurs principes : solidarité (des espaces publics pour construire une agglomération solidaire), modernité (des espaces publics de la complexité),identité et mémoire des lieux et enfin unité. Dans cette série de principes, la sécurité est volontairement évacuée :

  • 20  CERTU, Démarche de projet d’aménagements urbains, 2002, Rapport d’étude.

28On comprend bien cette évacuation de la sécurité dans cet extrait d’un rapport qui fait un état de la pratique urbanistique au sein du Grand Lyon avant l’avènement de la politique des espaces publics : « l’espace était livré à divers spécialistes : à la voirie dont la mission principale était d’assurer la fluidité du trafic de véhicules, aux espaces verts, gérés par les services de villes, centrés sur les plantations et leur entretien et rien d’autre, à l’éclairage, soucieux uniquement de sécurité… »20

29Au plus haut de l’échelle des valeurs des personnes en charge de l’urbanisme se trouve la créativité du concepteur, la solidarité et surtout l’identité et la mémoire alors que la prévention situationnelle renvoie à un univers technique, marchand et législatif.

  • 21  L’« espace public » comme catégorie d’intervention en urbanisme trouve ses origines dans les trava (...)

30Ce qui ne veut pas dire que, selon les urbanistes, l’appropriation des espaces ne doit comporter aucune restriction. La production des espaces publics à Lyon s’inscrit dans un projet politique dont la matérialité cherche à organiser un « espace commun ». Les usages (l’activité ordinaire des citadins) sont rattachés à une forme politique spécifique – l’espace public et son édification s’imposent avant tout comme un projet politique. Ce souci de la dimension politique des aménagements urbains et des usages quotidiens invite à préciser ce que les urbanistes entendent par « politique ». Selon eux, la « politique au sens noble du terme », pour reprendre la formule d’un urbaniste interrogé, est l’ensemble des mesures prises pour organiser le vivre ensemble dans la ville à travers l’ordonnancement des délimitations des comportements attendus des citadins (les pratiques et les usages) afin d’assurer un ordre juste et bon (Pattaroni, 2007)21. L’ordre de l’espace public apparaît comme l’ordre de l’espace des publics, un ordre à part entière qui rend difficile le déploiement de l’ordre de la sécurité :

  • 22  Nous mêlons ici plusieurs extraits d’entretiens réalisés entre 2007 et 2008. Il s’agit également d (...)

31En assistant aux séances de la commission communale consultative de prévention situationnelle et en dépouillant les comptes rendus de ses séances, nous remarquons que les disputes se jouent autour de l’édification de dispositifs matériels « microscopiques ». On débat autour de la pose d’une barrière pour lutter contre les phénomènes de squat des SDF ou, sur le ton de l’humour, on propose des plantes carnivores pour dissuader les dealers de s’en approcher car il est bien connu que le deal dans l’espace public s’opère à l’abri des regards. Des policiers proposent des dispositifs de dissuasion, un filet d’eau sur les marches de gradins, ou l’édification des espaces publics sur des plans homogènes (sans renfoncement) afin de faciliter la surveillance quotidienne des patrouilles motorisées. Nous pourrions lister plus longuement les propositions faites en commission, mais ceci n'aurait guère d’intérêt. Ce qu’il faut retenir, c’est que ces échanges ont été virulents et ont suscité beaucoup d’émotions. Suite aux premières séances, les urbanistes se sont montrés acerbes face à ce dispositif : « ce n'est pas ça la ville », « la ville c’est l’espace du conflit », « tout ce qui permet l’aménité, l’urbanité des espaces, est bafoué », « l’espace public, c’est l’espace de tous les usagers, il faut penser la complexité de tous les usages », « la commission soulève de vrais problèmes politiques, je veux dire de projet politique au sens noble », « il faut penser qualité et usage et non pas sécurité », « l’espace public n’a pas vocation à jouer une fonction répressive, il doit être le support d’appropriations, d’usages positifs, pensés avec les usagers, au service des usagers », « on ne peut pas tout demander à l’espace public, surtout de lutter contre les SDF ou les prostituées. C’est un danger pour tout ce qui constitue la ville, le vivre ensemble en ville, que de demander des choses pareilles à l’espace public » ; « Mais qu’est-ce que ça veut dire de mettre des caméras de vidéosurveillance ? Ça veut dire que vous créez un espace de la peur. Que vous ne faites pas confiance à votre voisin. », « L’espace public appartient aussi aux SDF. Ils n’ont nulle part où dormir, alors s’ils ne peuvent même plus s’installer là où ils se sentent bien ! »22

32Les conflits autour des mesures techniques en apparence anodines associées à la prévention situationnelle révèlent des représentations du bien commun en opposition. En préconisant une barrière, une fermeture temporaire d’un espace, un éclairage intense, une surveillance technologique ou la suppression d’un gradin, les gestionnaires de la sécurité en commission communale touchent un point sensible qui est au cœur du projet politique des urbanistes. On peut mieux comprendre les compétences critiques des urbanistes en rappelant la filiation qu’ils entretiennent avec une pensée savante et critique des années 1970 dont le philosophe Henri Lefebvre est le porte-parole. En effet, l’idée d’un « droit à la ville », développée dans un ouvrage éponyme devenu célèbre, est désormais largement partagée et constitue la matrice de l’univers normatif du « système professionnel des urbanistes » (Verpraet, 2005) :

  • 23  Depuis le 1 er octobre 2007, dans le cadre de l’article 14 de la loi N° 2007-297 du 5 mars 2007 re (...)
  • 24  Réunion mars 2008 avec l’ensemble du service urbanisme opérationnel du Grand Lyon.

33Prenons l’exemple d’une simple réunion hebdomadaire du service urbanisme opérationnel du Grand Lyon durant laquelle un spécialiste est convié à présenter le cadre juridique et normatif de la mise en place des études de sécurité publique imposées par la loi sur la prévention de la délinquance23. Aussitôt la présentation terminée, le débat est enclenché sur la dimension politique de ce nouveau cadre juridique. Les plus critiques des urbanistes opérationnels du Grand Lyon n’hésitent pas à mobiliser des arguments d’autorité en faisant référence à des auteurs classiques critiques des années 1970 : Félix Guattari, Gilles Deleuze, Michel Foucault, Henri Lefebvre, Pierre Bourdieu et même certains auteurs plus récents comme la sociologue Sylvie Tissot. 24

34A travers la notion de « droit à la ville », les urbanistes demandent, pour tous les citadins, « non seulement l’accès à l’ensemble des espaces publics et leur appropriation mais aussi la participation aux décisions qui touchent à l’espace urbain, et la possibilité de le transformer selon les besoins et les désirs de chacun » (Simay, 2009). C’est à cet univers normatif que les personnes en charge de la sécurité doivent se plier pour parvenir à se mettre d’accord sur un principe. Pour ce faire, elles « remontent » à un principe encore supérieur, sur lequel tous les acteurs s’accorderaient enfin pour cadrer leur différends. Dans ce contexte, les personnes en charge de la sécurité font référence à un article paru dans la revue Esprit quipropose une « conception plus démocratique » de la fonction sécurité en dépassant la logique civique de justification :

  • 25  Cette logique sécuritaire de justification circule depuis la fin des années 1990 au sein du Forum (...)

« Au fil du développement du Forum européen pour la sécurité urbaine, la manière de désigner la sécurité urbaine s’est précisée. Trois notions ont été successivement utilisées comme références et moyens de discernement. Tout d’abord la notion d’intérêt général, sitôt énoncée a été récusée. […] Ensuite la notion de bien public. La sécurité est-elle un droit ? Est-elle un bien économique ? Ou est-elle un bien public ? […] La question reste pertinente. Nous avons cependant préféré ne pas retenir la notion de bien public. […] Enfin la notion de bien commun / common good : termes universels, banals, sans attache avec une forme institutionnelle précise, évoquant une valeur commune à plusieurs, potentiellement à tous. C’est autour de ces quelques principes que le Forum a présenté un ensemble de pratiques de sécurité urbaine destiné à s’étoffer de manière permanente. »25

35Parmi ces pratiques se trouve la prévention situationnelle. Celle-ci devient acceptable à condition d’être pensée au-delà des conceptions républicaines traditionnelles qui postulent le monopole des élus sur un intérêt général et des seuls experts sur la définition technique des problèmes. Cette mise en politique de la prévention situationnelle permet de faire accéder la sécurité au même rang, sur l’échelle de valeurs des urbanistes, que d’autres principes fondateurs de la politique de l’espace public à Lyon. La sécurité devient un droit à la ville et peut alors s’argumenter dans une perspective à la fois réaliste et opérationnelle à travers les dispositifs matériels associés à la prévention situationnelle.

La victoire de l’ordre du projet

36En effet, si l’on souhaite joindre le droit à la sécurité à toutes les composantes du droit à la ville, il faut être capable de gérer toutes les contradictions dont cette intégration est porteuse. Isin (2009, p. 56) résume ainsi cette complexité : « Il me semble que l’autonomie, l’appropriation, la différence et la sécurité demeurent des droits essentiels à la ville. Ces droits ne sont pas nécessairement des droits complémentaires. Ils renferment des tensions ou des conflits insolubles. L’autonomie de la ville en tant que lieu du social s’oppose à la tendance à l’appropriation ; sa valorisation de la différence s’oppose à son aspiration à la sécurité ; sa tendance à l’appropriation engendre une multiplication des différences et de la revendication de ces différences ; ces différences désirent l’autonomie ; mais son autonomie peut se traduire par une différence vis-à-vis de l’autre ; son indifférence produit de l’indépendance, sa dépendance génère de l’uniformité ; son uniformité désire la sécurité. Ce sont ces tensions qui font de la ville un lieu d’affrontements dont l’objectif est d’articuler des droits à la ville ».

37Pour intégrer la sécurité dans ce contexte de « complexité », les urbanistes ont recours à une notion qui apparaît comme une innovation procédurale dans les pratiques aménageuses de ces trente dernières années : le projet. Comme nous l’avons fait précédemment, nous mobilisons la notion d’ordre pour mieux rendre compte des divergences de position. L’ordre du projet (Bontanski et Chiapello, 2004) renvoie à un système de valeurs sur lequel les personnes pourront prendre appui pour porter des jugements contre la commission communale consultative de prévention situationnelle, légitimer certains pouvoirs au moment convenu et sélectionner ceux qui en ont les qualités. Ce nouvel appareil justificatif en formation depuis le début des années 1980 correspond à un ordre à part entière défini comme la cité par projet par la sociologie des conventions. Le principe supérieur commun, selon lequel sont jugées les actions et les personnes, est l'activité. Cette dernière est comprise ici en tant qu'aptitude à générer et s'intégrer dans des projets.

  • 26  Pour une analyse de la commission comme instrument de gouvernement, cf. Gardon (2009).

38Il s’agit ici de rendre compte de cette justification du projet formulée contre la commission communale consultative de prévention situationnelle. Pour adapter la sécurité à l’ordre du projet, les personnes en charge de l’urbanisme estiment qu’il faut sacrifier le dispositif communal. L’enjeu devient d’intégrer la sécurité comme une composante essentielle de la « qualité » des espaces urbains, et ce à travers la notion de gestion (Ogien, 1995). A force d’adaptation, que reste-t-il de la prévention situationnelle telle qu’elle était définie lors des premières séances de la commission26 ?

La souplesse du projet contre la rigidité de la commission

39La notion de « projet urbain » fait son apparition au début des années 1980 dans le monde des urbanistes. L’urbanisme de l’ordre du projet s’inscrit dans une perspective critique par rapport à l’ordre industriel de l’urbanisme d’ingénieur des Trente Glorieuses (Avitabile, 2005 ; Claude, 2006). Or, nous l’avons vu plus haut, la prévention situationnelle mobilise un appareil justificatif qui fait référence à l’ordre industriel : l’investissement de forme des études techniques, la mesure de l’efficacité des actions et la mise en place d’une commission de spécialistes. C’est d’ailleurs sur le plan procédural que les débats entre les urbanistes et les personnes en charge de la sécurité sont restés les plus vifs.

40L’ordre du projet n’existe pas seulement dans l’énonciation de principes de justice. Il existe également dans la mise en place de dispositifs, de procédures, c’est-à-dire d’espaces délibératifs congruents à ces principes. En matière d’aménagement des espaces publics, les urbanistes ont inventé une organisation bien spécifique.

41A partir du début des années 1980, la Communauté Urbaine de Lyon invente une nouvelle organisation :

  • 27  Extrait d’un article écrit par une personne en charge de l’urbanisme, op. cit.

« Le couple "maître d’ouvrage" (chargé d’opération) / "maître d’œuvre" est guidé dans ses choix, dans l’évolution qualitative du projet d’aménagement et dans la résolution des contradictions (en l’occurrence dans les arbitrages qu’il rend), par deux groupes décisionnels, l’un technique, l’autre politique : la proposition d’aménagement est soumise à un groupe technique de suivi et à un "groupe de pilotage des espaces urbains". Le groupe technique est piloté par le directeur du Service des Espaces publics et le conseiller technique de la communauté urbaine. Le groupe de pilotage des espaces publics est piloté par le vice-président de la communauté urbaine chargé du développement urbain et des espaces publics. Lors de la présentation par le chargé d’opération et le maître d’œuvre devant ces deux groupes, les acteurs techniques ou politiques particulièrement concernés par le projet d’aménagement renforcent chacun de ces groupes. L’idée sous-jacente à ce dispositif est bien d’arriver à gérer la complexité de la situation d’aménagement en tâchant d’identifier en amont les contradictions, puis en faisant en sorte que les arbitrages nécessaires à l’élaboration des aménagements soient le fait des responsables techniques et politiques. »27

42Les urbanistes reprochent à la commission d’être trop linéaire dans son processus décisionnel. Il faut rappeler ici que la Ville de Lyon a une longue tradition de fonctionnement par commissions de spécialistes, liée à un univers d’ingénieurs. L’histoire du service en charge de la prévention des risques majeurs est celle de la mise en place, volontairement, par les élus et les fonctionnaires, de ce mode d’organisation. D’un point de vue fonctionnel, c’est un cadre de travail qui permet la discussion et l’examen de dossiers ou de rapports sur des questions techniques routinières ou spéciales. Dans une commission, on juge, de manière ponctuelle, pour acter, valider, ce qui est juste du point de vue d’un seul principe. Lors des navettes entre les comités de pilotage politique et technique, il s’agit de mettre en politique la matérialité des espaces publics. Pour ce faire, les urbanistes ont consulté les populations au préalable et réalisé des enquêtes sur les usages et les pratiques. Lorsque nous leur demandons les raisons pour lesquelles ils évitent de participer aux séances de la commission de prévention situationnelle, ils répondent simplement qu’ils s’opposent à la création de commissions de spécialistes et ce, dans tous les domaines :

  • 28  Entretien avec une personne chargée d’urbanisme, juillet 2008.

« Il y a des enjeux de pouvoir entre les technos entre eux et les élus entre eux. C’est plus facile pour moi de travailler avec la DDE qu’avec le service d’à côté. Le problème des commissions de spécialistes, c’est que vous vous retrouvez à la commission accessibilité, à la commission des arbres, à la commission des espaces verts, à la commission sécurité. Alors dans ces conditions, votre projet, ce n’est plus votre projet. Alors que, pour nous, c’est la synthèse des expertises qui prime. Autrement dit, c’est la logique de projet. Il faut une vraie commission de projet, une vraie commission d’analyse de projet politique. Et c’est ce qui n’est pas facile à faire. Je n’ai pas la solution. Mais c’est ce qu’il faut arriver à créer. C’est le lieu de l’arbitrage politique afin de faire la synthèse des différents éléments. »28

43Dans la conduite de projet, les urbanistes sont placés dans une situation de partenariat conflictuel avec tous les intervenants qu’ils voudraient contrôler, soit en les tenant à distance, soit en les intégrant :

  • 29  Entretien avec une personne chargée d’urbanisme, juillet 2008.

« Dans notre comité de pilotage politique des espaces publics, nous voulions que, dans le noyau technique, l’ingénieur en prévention situationnelle soit là en permanence. Je pense que le calcul que nous faisions a été vu car il n’est pas venu. Pourquoi ? Parce que c’est plus facile de gérer de manière verticale, en ne posant que ses problèmes et en disant "débrouillez-vous". C’est ça le problème de la verticalité. Quand vous travaillez en transversal, vous acceptez de vous occuper de celui qui est à côté de vous. Vous vous occupez de la complexité de la ville, vous la prenez à bras le corps, vous vous occupez de la mixité. Ça, ça fait peur, ça fait peur à tout le monde. C’est fondamental. C’est absolument fondamental. »29

44Face aux stratégies offensives des nouveaux spécialistes de la municipalité qui tentent de développer une action publique en matière de prévention situationnelle, les urbanistes adoptent une stratégie défensive en limitant la capacité d’agir des nouveaux entrants. Cette situation, évidente pour les urbanistes, renvoie, selon leurs explications, à des « enjeux de pouvoir ». Le pouvoir pourrait s’interpréter ici comme « la capacité d’un acteur à structurer des processus d’échange plus ou moins durables en sa faveur » (Friedberg, 1993). Les sciences sociales, et plus particulièrement la sociologie, prennent une place importante parmi les compétences des urbanistes. Il faut prendre au sérieux les explications qu’ils invoquent pour justifier leurs résistances à la mise en place de ce nouveau dispositif. Ces enjeux de pouvoir ont donc un sens pour les urbanistes, et surtout pour les organisations locales car ils déterminent leur durée de vie. D’ailleurs le dispositif communal de prévention situationnelle tend progressivement à disparaître :

  • 30  Entretien avec une personne chargée de sécurité, mars 2008.

« ça fait plusieurs mois que les commissions ne se succèdent plus, enfin que leurs annulations se succèdent. On a du mal à alimenter les commissions. Le secrétaire technique n’y croit plus vraiment. Il sent bien les difficultés qu’il a à faire tenir les projets. […] Je pense qu’on est sur une phase de déclin, en quelque sorte, de la commission […] »30

Evolution des séances de la commission

Année

Nombre de séances programmées

Nombre de séances annulées

2002

8

0

2003

10

0

2004

8

0

2005

11

2

2006

11

4

2007

11

4

2008

11 (1er semestre)

10

De la prévention situationnelle à la gestion des espaces complexes : l’impossible importation du modèle anglo-saxon

45D’une situation de dispute qui consiste pour les urbanistes à construire une critique radicale de l’ordre de la sécurité, on passe à une situation où les personnes sont contraintes de rechercher des compromis pour sortir de cette dispute. En considérant que le principe sur lequel les personnes en charge de la sécurité se règlent n’est pas le principe qui convient, les personnes en charge de l’urbanisme font une demande radicale de changement du principe d’ordonnancement de la situation. La possibilité d’une sortie de la dispute dépend de la capacité des urbanistes à imposer un principe d’ordonnancement, en l’occurrence celui du projet et de sa gestion.

46Pour que la sécurité trouve sa place dans l’ordre du projet, il ne suffit pas de s’appuyer sur des formes composites, c’est-à-dire de juxtaposer prévention situationnelle et urbanisme. Il faut que des personnes traduisent les « usages » en « prévention situationnelle » et adaptent les méthodes industrielles de la prévention situationnelle aux exigences spécifiques de la fabrication domestique des espaces publics. Autrement dit, il faut trouver des outils, des équipements, des dispositifs capables de faire tenir à la fois les pratiques d’urbanisme et la capacité à sécuriser les espaces urbains.

47C’est la notion de gestion qui est systématiquement invoquée pour faire le lien entre les deux mondes. Dans ce contexte, la notion de gestion renvoie à deux significations qui se mêlent l’une à l’autre : la « gestion » comme méthode de conception dans un processus décisionnel et organisationnel (la gestion de projet urbain), et la « gestion » comme maîtrise de l’organisation qui assure le fonctionnement ordinaire des territoires (gestion urbaine des espaces). C’est cette logique gestionnaire de justification qui permet de fait tenir les deux mondes ensemble. On peut l’illustrer à travers ces deux exemples :

  • 31  Extrait d’un cahier des charges de consultation d’un bureau d’études : cadre pour une « démarche s (...)

48En matière deconduite de projet, la sécurité est désormais intégrée dès l’observation des pratiques et usages et devient un axe important dans la programmation des espaces. On la retrouve par exemple dans un document de consultation de bureau d’étude dans le cadre « d’une démarche sciences humaines intégrée à la programmation du réaménagement de la place des Jacobins ». Dans le volet observation et analyse fine de la fréquentation de la place et de ses espaces annexes, on demande aux observateurs de « relever les principaux dysfonctionnements liés à l’aménagement actuel et notamment les éléments pouvant constituer des sources d’insécurité ou de sentiments d’insécurité »31.

  • 32  Le projet des Berges du Rhône a été l’occasion d’expérimenter cette méthode. Il faut également not (...)

49Du point de vue de la notion de gestion ordinaire des espaces, on parle désormais de « projet de gestion urbaine » qui est un exercice, dans la conception des espaces urbains, de mise en cohérence d’intérêts souvent contradictoires entre les concepteurs du projet urbain et les services urbains ; et entre les services urbains entre eux. Dans ce contexte, les professionnels de l’urbanisme sont prompts à mettre l’accent sur le fait que le projet urbain est en soi producteur de dysfonctionnements. L’enjeu devient alors de limiter et de gérer les nuisances du projet urbain. A Lyon, la prise en compte de la sécurité dans la démarche du projet urbain apparaît de plus en plus comme un « projet global de gestion des espaces »32.

50La sécurité dans la pratique aménageuse ne peut exister que sous cette forme intégrée dans la gestion du projet. L’étude concrète des modalités de cette intégration sur des cas précis dépasse les possibilités d’un article comme celui-ci. Notons toutefois que l’idée originelle de la prévention situationnelle, qui consistait à lutter contre des formes spécifiques de crime à travers une batterie de mesures à reproduire de manière aussi systématique que possible, ne s’impose pas simplement dans l’univers normatif des personnes en charge de l’urbanisme. La norme délibérative (Blondiaux, 2001) invite à une mise en question permanente des conceptions en matière de sécurisation des espaces urbains. Et pour que la sécurité puisse véritablement se présenter comme une formidable opportunité de repenser les enjeux territoriaux, il faut que les professionnels en viennent à concéder l’existence de conflits comme inévitables dans les conceptions démocratiques du projet urbain. Mais ceci suppose que les professionnels soient toujours capables de justifier de manière compréhensive leur position dans le débat. Nous espérons au moins que cet article permettra de les y aider.

Pour conclure

51Dans cet article, nous proposions d’éclairer la question de la sécurité urbaine en la considérant à partir des principes qui cadrent la pratique aménageuse. On voit que la prévention situationnelle apparaît comme un catalyseur des débats autour du sens de la ville. En créant un dispositif expérimental, une commission communale consultative de prévention situationnelle, la ville de Lyon a créé, sans en avoir l’intention, un espace de discussion et de cadrage de la controverse autour de la prévention situationnelle. L’analyse de la dispute dans le cadre de la mise en place de la commission permet de nuancer l’interprétation qui est habituellement donnée à la prévention situationnelle. En effet, comme nous l’avons suggéré, la prévention situationnelle est l’occasion pour les personnes en charge de la sécurité et de l’urbanisme de se réapproprier un certain nombre de questions politiques et morales auparavant traitées de manière tacite – voire cachée puisque inavouable - en affichant la prééminence du politique sur la compétence technicienne. Cela conduit, par exemple à Lyon, à la mise en question du projet initial, un gouvernement par commission, critiqué pour son caractère par trop spécialisé. C’est la norme délibérative qui s’impose : les urbanistes acceptent de jouer le jeu de la sécurité à condition de la mettre en politique et de la rendre discutable (Barthe, 2002). Rendre gouvernables les technologies de prévention situationnelle, c’est d’abord les rendre discutables et, en l’occurrence, ouvrir la question morale de l’effet de la sécurisation des espaces urbains. Certes, il convient de s’interroger selon les cas sur la réalité de cette ouverture au débat et sur ses effets. Il faut porter l’attention sur les différents espaces de mise en œuvre de la prévention situationnelle.

Haut de page

Bibliographie

Arendt, H., 1983, Condition de l'homme moderne, Paris, Calmann-Lévy.

Avitabile, A., 2005, La mise en scène du projet urbain. Pour une structuration des démarches, Paris, L’Harmattan.

Bailleau, F., 2007, La justice pénale des mineurs en Europe. Entre modèle Welfare et inflexions néolibérales, Paris, L’Harmattan.

Barthe, Y., 2002, « Rendre discutable. Le traitement politique d’un héritage technologique », Politix, 15, 57, 57-78.

Besson, J-L., 2005, Les cartes du crime, Paris, PUF.

Bétin, C., Martinais, E., Renard, M-C., 2003, « Sécurité, vidéosurveillance et construction de la déviance : l’exemple du centre-ville de Lyon », Déviance et Société, vol. 27, n° 1, 3-24.

Birkbeck, Ch. et Lafree, G., 1993, “The situational Analysis of crime and deviance”, Annual Review of Sociology, 19, 113-137.

Blondiaux, L., 2001, « La délibération, norme de l’action publique contemporaine ? », Projet, 268, URL : http://www.ceras-projet.com/index.php ?id =1868.

Boltanski, L., Chiapello, E., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Boltanski, L ; Thévenot, L., 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Brantingham, P.J. and Brantingham, P.L., 1975, “The Spatial Patterning of Burglary”, Howard Journal of Criminal Justice, 14, 11-23

Buffat J-P, Le Goff, T., 2002, « Quand les maires s'en remettent aux experts. Une analyse des liens entre les cabinets de conseil en sécurité et les maires », Les cahiers de la sécurité intérieure, 50, 169-195.

Chalumeau, E., Imbert, F. et Roux, Ph., 2007, L’irruption de la sûreté dans les pratiques d’urbanisme et de construction, Paris, PUCA.

Clarke, R.V., 1980, Situational crime prevention, British journal of criminology, 20, 136-147.

Claude, V., 2006, Faire la ville. Les métiers de l’urbanisme au XXe siècle, Paris, Parenthèse.

Davis, M, 2003, City of Quartz, Paris, La Découverte.

Desrosières, A, 1997, « A quoi sert une enquête : biais, sens et traduction », Genèse, 29, 29, 120-122.

Desrosières, A., 1989, « Opposition entre deux formes d’enquêtes » in Boltanski, L., Thévenot, L (Dir.), Justesse et justice dans le travail, Cahiers Du Centre d'études de l'emploi, Paris, PUF, 33, 1-10.

Donzelot, J., 2008, « Les politiques de cohésions sociales » in Donzelot J. (dir.), Villes, violence et dépendance sociales. Les politiques de cohésions en Europe, Paris, La documentation Française.

Ferret, J Mouhanna, C., 2005, Peur sur les villes, Paris, Puf.

Friedberg, E., 1993, Le pouvoir et la règle, Paris, Le Seuil.

Gardon, S., 2009, Gouverner la circulation urbaine. Des villes françaises face à l’automobile. 1910-1970, Thèse de science politique, Université Lyon 2.

Garland D., 1998, « Les contradictions de la société punitive : le cas britannique », Actes de la recherche en sciences sociales, 124, 49-67.

Garnier, J-P., 2000, Le nouvel ordre local. Gouverner la violence, Paris, L’Harmattan.

Hughes, G., 1998, Understanding crime prevention : social Control, risk and late modernity, Open university press.

Isin, E.I. 2009, « La ville comme lieu du social », in Droit de Cité, Collège international de philosophie., Paris, PUF.

Joseph, I., 2003. « La notion de public : Simmel, l’écologie urbaine et Goffman », in : Céfaï D. et Pasquier, D., (dir.), Les Sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, PUF.

Kantor, P., 2007, « Globalization and the American Model of Urban Development : Making the Market », Métropoles, 1, Varia, mis en ligne le 21 mai 2007, URL : http://metropoles.revues.org/document68.html. Consulté le 07 avril 2009

Landauer, P., 2007, Ordre dispersé, les nouvelles conceptions urbaines de la sûreté, Paris, PUCA.

Lefebvre, H., 1968, Le droit à la ville, Paris, Anthropos

Lemieux C., 2007, « À quoi sert l’analyse des controverses ? », Mil neuf cent, 1, 25, 191-212.

Marcus, M., Vourc’h, C., 1998, « La sécurité comme bien commun », Esprit, 12, 76-100.

Mucchielli, L. 2002, Violences et insécurité, Fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, La Découverte.

O’Malley, P., 1992, “Risk, Power, and crime prevention”, Economy and Society, 21, 3, 252-275.

Ocqueteau, F. 2004, Polices entre Etat et marché, Paris, Science Po Les Presses.

Ogien, A., 1995, L’esprit gestionnaire. Une analyse de l’air du temps, Paris, EHESS.

Pattaroni, L., 2007, « La ville plurielle : quand les squatters ébranlent l'ordre urbain », in Bassand M., Kaufmann V., Joye D., Enjeux de la sociologie urbaine, Lausanne, Presse Polytechniques et Universitaires Romandes.

Robert, Ph., 2005, Sociologie du crime, Paris, La découverte.

Simay, Ph., 2009, « Horizons », Rue Descartes 1, 63, 2-5.

Sullivan, R., 2000, Liberalism and Crime. The British Experience, Lanham MD : Lexington Books.

Thévenot, L., 1986, « Les investissements de forme », in Conventions économiques, Cahiers du CEE, 29, Paris, CEE-PUF, 21-71.

Tilley, N., 2004, Karl Popper : A philosopher for Ronald Clarke’s situational crime prevention ? Israel Studies in Criminology, 8, 39-56.

Toussaint, J-Y et Zimmermann, M. (dir.), 2001, User, observer, programmer et fabriquer l’espace public, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Vallet, B., 2008, « L'épreuve juridique de la sécurité urbaine », Pouvoirs Locaux, 78, 3, 61-70.

Verpraet, G., 2005, Les professionnels de l’urbanisme. Socio-histoire des systèmes professionnels de l’urbanisme. Paris, Economic-Anthropos.

Wynne, B., 2001, « Creating Public Alienation : Experts, Cultures of Risk and Ethics on GMOs », Science as Culture, 10, 4, 445-481.

Haut de page

Notes

1  On classe ici la prévention situationnelle au rang de concept car elle s’inscrit dans un espace théorique qui a su s’imposer en sociologie, en criminologie et en géographie. La théorie principale sur laquelle ce concept se fonde est la théorie des opportunités. Cette dernière peut être déclinée en trois sous-théories : la théorie du choix rationnel (évaluation des risques et des bénéfices par le délinquant) ; la théorie de l’activité routinière (le crime est possible s’il y a convergence dans le temps et l’espace de ces trois éléments : un délinquant motivé, une cible attractive, l’absence de gardien. Dans cette conception, le crime est une activité quotidienne et nous sommes tous des délinquants potentiels.) ; la crime pattern theory (corrélation directe entre les formes urbaines et l’événement criminel). La construction de l’ensemble des ces théories fait l’objet d’une analyse plus fine dans notre travail de thèse. Pour les articles scientifiques fondateurs de ce concept, cf. Cohen et Felson (1979), Clarke (1980) et Brantingham et Brantingham (1975).

2  La notion de science of crime est apparue au début des années 2000. Sur l’espace épistémologique de cette science, cf. Tilley (2004).

3  Entretien avec une personne chargée d’urbanisme, mai 2005.

4  Nous avons eu accès aux archives des personnels du service municipal en charge des politiques de sécurité.

5  Pour cerner les savoirs mobilisés, dans le monde des policiers, en matière de prévention situationnelle, cf. Besson (2005), Chalumeau, Imbert et Roux (2007).

6  Entretien avec la personne chargée de l’observatoire, février 2007.

7  Entretien avec la personne chargée des études de sécurité publique. On se réfère également à un document méthodologique interne au service. Cellule de Coordination CLS, 2002, Etude de sécurité publique-Méthodologie.

8  Entretien avec une personne chargée de l’aménagement des espaces publics, Communauté Urbaine de Lyon, juillet 2008.

9  Sur l’hypothèse selon laquelle la sûreté reste une matrice inconnue mais bien réelle des pratiques urbanistiques, cf. Landauer (2007).

10  Entretien réalisé avec une personne en charge de la sécurité, Ville de Lyon, janvier 2007. Les acteurs de la sécurité au sein de la commission lyonnaise ne parlent pas d’une seule voix, certains se réclamant des valeurs des urbanistes. L’extrait d’entretien provient d’une personne qui est issue des professions de l’urbanisme.

11  Le point commun de ces deux approches, qui prennent aux sérieux les situations plus que les structures sociales, réside dans la confiance accordée à l’espace dans sa capacité à induire le social. Les deux groupes sont des spatialistes. Pour une approche des différentes logiques d’analyse des situations, cf. Birkbeck et Lafree (1993).

12  Plusieurs entretiens informels avec une personne chargée de la sécurité, 2006-2007.

13  Entretien avec une personne chargée de la sécurité, février 2007.

14  Propos de l’adjoint à la sécurité au Maire de Lyon dans Jean-Louis Touraine, 2006, « Surveiller est-ce prévenir ? », Economie et Humanisme, 379, 34. Nous avons retrouvé ces mêmes justifications dans un entretien réalisé avec ce même adjoint à la sécurité en février 2009.

15  Délibération n° 993870-Séance du 31/05/1999

16  Etienne Tête, élu vert, a fait faire des études qui prennent le chemin inverse des études de sécurité publique pour faire une toute autre démonstration, directement opposable aux personnes en charge de la sécurité. De même, il intervient régulièrement lors des assemblées du Conseil Municipal en mobilisant des arguments d’autorité rappelant la position de chercheurs comme Frédéric Ocqueteau ou François Helmann sur la polémique autour de l’évaluation de la vidéosurveillance.

17  Il s’agit du laboratoire de Recherche Interdisciplinaire sur la Ville l’Espace et la Société (RIVES) de l’Ecole Nationale de Travaux Publics de l’Etat (ENTPE).

18 La Loi d’orientation pour la sécurité (LOPS) de 1995 donne une définition de la sécurité : « l’Etat à le devoir d’assurer la sécurité en veillant sur l’ensemble du territoire de la république à la défense des institutions et des intérêts nationaux, au respect des lois, au maintien de la paix et de l’ordre public, à la protection des personnes et des biens ».

19  Nous nous appuyons ici sur plusieurs entretiens réalisés auprès de personnes chargées de la sécurité durant l’année 2007 et 2008.

20  CERTU, Démarche de projet d’aménagements urbains, 2002, Rapport d’étude.

21  L’« espace public » comme catégorie d’intervention en urbanisme trouve ses origines dans les travaux de philosophie politique. Ces travaux apparaissent comme des récits venant cadrer la pensée aménageuse de ces trente dernières années. Hannah Arendt, qui développe la notion de l’espace public à partir de la métaphore de la table, est très souvent mobilisée (Arendt, 1963). On peut également se référer à Sennett (1979) et Joseph (1991).

22  Nous mêlons ici plusieurs extraits d’entretiens réalisés entre 2007 et 2008. Il s’agit également de témoignages, notés dans notre carnet de terrain, issus de plusieurs réunions, rencontres informelles avec des personnes en charge de l’urbanisme de la communauté urbaine de Lyon.

23  Depuis le 1 er octobre 2007, dans le cadre de l’article 14 de la loi N° 2007-297 du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance, un certain nombre d’opérations et d’aménagements sont soumis à une obligation préalable d’études de sécurité publique. Cette étude doit permettre d’évaluer les risques d’insécurité potentiellement générés par un projet. Dans ce contexte, le Ministère de l’Intérieur s’est doté d’une expertise, les référents sûreté (des policiers chargés de conseiller les maîtres d’œuvre et les maîtres d’ouvrage) et d’une sous-commission départementale pour la sécurité publique (crée par le décret du 3août 2007), au niveau des préfectures, chargée d’instruire les dossiers de prévention situationnelle dans le cadre des projets urbains. Sur la controverse sur le plan juridique, cf. Vallet (2008).

24  Réunion mars 2008 avec l’ensemble du service urbanisme opérationnel du Grand Lyon.

25  Cette logique sécuritaire de justification circule depuis la fin des années 1990 au sein du Forum européen pour la sécurité urbaine, un espace politique de débat dans lequel certaines personnes en charge de la sécurité de la Ville de Lyon ont participé. Cf. Marcus, M., Vourc’h, C., 1998, « La sécurité comme bien commun », Esprit, 12, 76-100.

26  Pour une analyse de la commission comme instrument de gouvernement, cf. Gardon (2009).

27  Extrait d’un article écrit par une personne en charge de l’urbanisme, op. cit.

28  Entretien avec une personne chargée d’urbanisme, juillet 2008.

29  Entretien avec une personne chargée d’urbanisme, juillet 2008.

30  Entretien avec une personne chargée de sécurité, mars 2008.

31  Extrait d’un cahier des charges de consultation d’un bureau d’études : cadre pour une « démarche sciences humaines intégrée à la programmation du réaménagement de la place des Jacobins ».

32  Le projet des Berges du Rhône a été l’occasion d’expérimenter cette méthode. Il faut également noter que le projet de gestion accompagne la vie des espaces. Dans le cas des Berges du Rhône, qui fait l’objet de nombreux dysfonctionnements, plusieurs pistes de réflexion ont conduit à trouver des réponses organisationnelles (la mise en place de cellules de veille, par exemple) adaptées au besoin de maintenance du site soumis à de l’usure, des dégradations importantes, des nuisances sonores, des actes de délinquance. Le « projet de gestion urbaine » vise à parvenir à mettre en place un système global de gestion piloté par un métier spécifique, un gestionnaire de site complexe. Par un fonctionnement de type « guichet unique », ce nouveau métier permet d’optimiser le dispositif d’échanges et de coordination entre les différents services urbains en charge de la gestion quotidienne du site.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bilel Benbouzid, « Urbanisme et prévention situationnelle : le cas de la dispute des professionnels à Lyon », Métropoles [En ligne], 8 | 2010, mis en ligne le 17 décembre 2010, consulté le 17 août 2017. URL : http://metropoles.revues.org/4391

Haut de page

Auteur

Bilel Benbouzid

Doctorant en urbanisme, ENTPE, Université de Lyon
bilel.benbouzid@entpe.fr

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org