Navigation – Plan du site
Articles

Culture et régénération urbaine : les exemples du Grand Manchester et de la vallée de l’Emscher

Bruno Lusso

Résumés

Les deux conurbations du Grand Manchester et de la Ruhr (et plus particulièrement la vallée de l’Emscher) ont connu à partir des années 1960 de profondes restructurations économiques liées à l’arrêt progressif de leur activité traditionnelle : l’industrie textile et l’exploitation du charbon. Afin d’impulser une nouvelle dynamique à ces territoires en crise, les pouvoirs publics ont fait le choix de politiques de régénération urbaine dans lesquelles la culture a eu progressivement un rôle de plus en plus déterminant. Cet article vise à comparer les deux conceptions des politiques de régénération culturelle, ainsi que leurs retombées territoriales. La première, impulsée par le gouvernement anglais, s’appuie pendant très longtemps sur une conception néolibérale de l’urbanisme, visant à recréer de l’activité économique à court terme, tout en minorant la dimension sociale. La seconde, prônée par le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie, développe une approche plus écologique, culturelle et patrimoniale, tout en acceptant un impact économique différé. Ces perceptions différentes du développement économique auront des conséquences notables sur la régénération culturelle métropolitaine qui privilégie trois axes : l’émergence d’équipements culturels, le développement d’industries culturelles et la festivalisation de la culture. Dans les deux cas, même si les impacts territoriaux sont très variables, ils demeurent réels et touchent des domaines aussi divers que la revitalisation du tissu économique, l’amélioration de l’image de marque du territoire ou l’insertion sociale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les deux conurbations du Grand Manchester (2,5 millions d’habitants au nord-ouest de l’Angleterre) et de la Ruhr (5,2 millions d’habitants en Allemagne) ont pour point commun d’être deux régions anciennement industrialisées. La Ruhr a développé dans la deuxième moitié du XIXe siècle, à une grande échelle, la production charbonnière, métallurgique et sidérurgique. La conurbation de Manchester, quant à elle, est un ancien foyer textile, dont le décollage date du début même de la Révolution industrielle. Le développement industriel a entraîné une importante concentration des populations marquant profondément le paysage urbain. Or, dès les années 1960, les activités industrielles traditionnelles connaissent un recul rapide entraînant la disparition massive des emplois, le départ des investisseurs, la hausse du taux de chômage, de la pauvreté et une forte émigration. La difficulté pour ces régions à solutionner leurs problèmes entraîne la nécessaire intervention des pouvoirs publics qui, par des aides injectées dans l’économie régionale, vont appuyer les politiques de reconversion.

Carte 1 : Les dix districts du Grand Manchester

Carte 1 : Les dix districts du Grand Manchester

Réalisation : Bruno Lusso (source : www.visitmanchester.com)

Carte 2 : La Ruhr et la vallée de l’Emscher

Carte 2 : La Ruhr et la vallée de l’Emscher

Source : L’IBA Emscher Park : Une démarche innovante de réhabilitation industrielle et urbaine, Recherche et prospective, 2008

2Par ailleurs, les pouvoirs publics vont mettre en place de vastes programmes urbains qui s’appuient sur la régénération urbaine. Chronologiquement, la régénération urbaine, dans l’acception anglophone du terme (urban regeneration), est passée d’une simple rénovation, réhabilitation d’équipements et de tissus bâtis obsolètes, à une restructuration de la forme urbaine, puis au renouvellement des bases économiques de la ville, de son image, tout en recherchant une plus grande mixité et équité sociale, la participation des habitants et leur intégration socioprofessionnelle dans un contexte multifonctionnel (Chaline, 1999). La régénération urbaine est devenue un outil largement employé pour résoudre les problèmes urbains. Si elle englobe dans les pays anglophones sous une seule dénomination les aspects économiques et sociaux (Masboungi, 1999), en revanche, en France et en Allemagne, différents termes sont employés pour évoquer les différents aspects de la régénération urbaine. En effet, la dimension physique et urbanistique est regroupée sous les termes de « régénération urbaine » et de « Stadterneuerung », alors que les concepts de « renouvellement urbain » et de « Stadtumbau » renvoient à des politiques urbaines menées à l’échelle du quartier et prenant en compte les dimensions économique et sociale. La vision globale de cette politique à l’échelle de la ville entière peut se traduire par les termes respectifs de « ville renouvelée » et de « Stadtenwicklung » (Masboungi, 1999 ; Krüger, 2008).

3Malgré tout, ces régions demeurent victimes d’une image particulièrement dépréciée en raison de la dégradation du cadre de vie et de l’environnement provoquée par plusieurs décennies d’activité industrielle intensive. L’amélioration de l’image de marque de ces territoires va donc devenir un véritable enjeu politique. A partir des années 1980, la problématique du rôle de la culture dans le développement économique évolue profondément. La culture, originellement considérée comme un luxe subordonné à une croissance urbaine forte, est devenue un outil de développement territorial. La culture sert désormais de levier à nombre de projets de requalification urbaine (Andres, Ambrosino, 2008). Considérée comme motrice dans les processus de transformation physique et sociale des espaces déprimés, la régénération culturelle (Bianchini et Parkinson, 1993) s’est imposée dans l’esprit des pouvoirs publics comme une des stratégies de développement urbain, notamment dans les anciens quartiers industriels et ce, dans une optique de redynamisation territoriale et de marketing urbain (Ingallina, Park, 2005).

4C’est donc dans ce contexte que les pouvoirs publics du Grand Manchester ou de la vallée de l’Emscher, secteur le plus sinistré de la Ruhr, vont progressivement instrumentaliser la culture dans le cadre de leur stratégie territoriale. Une comparaison entre la vallée de l’Emscher et le Grand Manchester semble assez délicate, dans la mesure où le contexte institutionnel, les systèmes d’acteurs, les politiques urbaines, les outils et les périmètres d’action sont extrêmement différents. Toutefois, la confrontation nous permettra de mettre en évidence les résultats contrastés de ces deux politiques qui ont finalement pour objectif commun d’améliorer le cadre de vie, l’image de marque et donc d’impulser une nouvelle dynamique territoriale.

1. Principes, politiques et outils de l’aménagement du territoire

5Les pouvoirs publics des deux conurbations ont progressivement inséré la culture dans leurs programmes de régénération urbaine. Dans la mesure où ces politiques culturelles sont fortement influencées par des contextes institutionnels radicalement différents, il apparaît donc très important de présenter dès cette première section les acteurs, les principales orientations stratégiques, les outils ainsi que les modes de financement de ces politiques urbaines.

1.1 Des difficultés communes aux vieilles régions industrielles

6Les deux ensembles urbains étudiés ont pour point commun d’avoir connu un déclin industriel et économique accéléré après la Seconde Guerre mondiale. Les progrès du transport maritime mettent directement en concurrence la production charbonnière et industrielle peu compétitive de la Ruhr avec celle de pays comme les Etats-Unis, la Chine ou l’Australie. La région va connaître dès la fin des années 1960 une récession de la production désormais concentrée sur quelques puits rentables situés au nord de la région industrielle. Quant à la conurbation du Grand Manchester, la modernisation des processus de fabrication des matières textiles entraîne une forte automatisation de l’appareil de production, nécessitant de moins en moins de main d’oeuvre. Par ailleurs, la concurrence des productions textiles originaires des pays en développement provoque une récession industrielle rapide à Manchester, qui s’effectue là aussi dès les années 1960. A cela s’ajoute la quasi-disparition au début des années 1980 des activités portuaires de l’agglomération.

7Face à ce processus inéluctable de désindustrialisation, les pouvoirs publics ont cherché à assurer le plus rapidement possible un redéploiement économique dans les secteurs tertiaire (services aux entreprises, formation, culture…), mais aussi industriel (implantation d’unités de fabrication dans le secteur des constructions mécaniques) (Battiau, 1998). En effet, l’agglomération de Manchester, en s’appuyant sur la capacité d’entreprise de ses grandes familles capitalistes, s’est réorientée vers une économie majoritairement tertiaire : banques, sociétés d’assurance, agents de change, publicité, production télévisuelle, enseignement supérieur et recherche. Depuis les années 1970, la plus grande région industrielle et urbaine d’Allemagne, par le biais d’un important transfert de ressources budgétaires, a gardé une base industrielle forte, notamment dans le domaine de la sidérurgie et a développé la filière automobile (usine Opel à Bochum). Toutefois, le secteur tertiaire, en dépit de la création de structures de formation comme l’université de Bochum, se développe moins bien qu’ailleurs en Allemagne. En fait, dans une région dominée par de très grandes entreprises pendant longtemps peu concernées par la concurrence, le milieu entrepreneurial est demeuré clairement hostile à toute forme d’innovation (Ganser, 1996).

8Néanmoins, les nouvelles activités n’ont pas réussi à compenser la forte hémorragie de l’emploi provoquée par ce vaste processus de désindustrialisation. En effet, dans le Grand Manchester, le nombre d’emplois entre 1965 et 1995 a diminué de 24,3 %, touchant pas moins de 982 100 personnes. Or, même si depuis 1997 le chômage a reculé, il avoisine toujours actuellement les 10 %, démontrant ainsi que le tissu économique n’est pas totalement reconstitué. La Ruhr, qui a perdu 200 000 emplois entre 1961 et 1981, est marquée par un taux de chômage particulièrement élevé (supérieur à 15 %). Ce qui explique la pauvreté de la région qui enregistre des recettes fiscales nettement inférieures à celles des villes rhénanes comme Cologne ou Düsseldorf. Les villes, pénalisées par la perte des taxes professionnelles, ont dû assurer le traitement social du chômage, ce qui a en grande partie bloqué leur capacité d’investir dans de nouvelles activités.

9A cela s’ajoute l’image répulsive du « pays noir » (Ganser, 1996). En effet, la Ruhr manque clairement de qualités urbaines et paysagères. Cette région, qui ne compte pas de ville-capitale, s’est urbanisée par agglomérations greffées en peu de temps sur les noyaux villageois et autour d’une industrialisation qui s’est développée sans contrainte, colonisant tout l’espace et laissant aujourd’hui derrière elle des milliers d’hectares de friches. Cette situation est particulièrement dramatique dans la vallée de l’Emscher, région située au nord de la Ruhr totalement dénuée de centralités, concentrant un très grand nombre de sites industriels contaminés, mais aussi traversée par la rivière la plus polluée d’Europe occidentale au début des années 1990. Cette image fortement dépréciée explique le solde migratoire négatif et le déclin démographique de la Ruhr : en effet, de 1955 à 2005, la population est passée de 6,2 à 5 millions d’habitants. Même si la croissance de la population de l’agglomération de Manchester est relativement constante, la conurbation diffuse néanmoins au début des années 1990 une image profondément négative de ville noire, de très mauvaise réputation. De nombreux secteurs anciennement industrialisés de l’agglomération sont tombés en déshérence, d’autant que le centre-ville, déjà fortement dégradé, est en partie détruit en 1996 par une bombe de l’IRA. Ainsi, tout l’enjeu des pouvoirs publics de ces deux conurbations industrielles est de renverser l’image négative de leur territoire, en développant des stratégies urbaines innovantes dans lesquelles la culture a désormais une place de choix.

1.2 Deux stratégies territoriales pour un même objectif

10C’est en ce sens qu’il faut comprendre les stratégies développées à partir de la fin des années 1980 dans les deux territoires concernés. Ainsi, en 1989, le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie décide de mettre en place pour dix ans une IBA (Exposition internationale d’architecture) dans la vallée de l’Emscher. Cette opération médiatique vise, selon les mots de son directeur, Charles Ganser, à attirer des architectes de renom et à susciter de grands projets innovants, dans l’espoir de provoquer une transformation structurelle de la région (Ganser, 1996). Rejetant le principe de planification spatiale, l’IBA développe une stratégie de développement originale en soutenant uniquement des projets qui s’appuient sur la réutilisation des bâtiments existants, le patrimoine, l’écologie et la festivalisation de la culture. L’objectif de l’IBA est de réhabiliter les friches industrielles avec l’aide de paysagistes ou d’artistes, pour leur donner un nouvel usage, favorisant ainsi la diversité des fonctions, mais aussi la reconstitution d’un paysage et d’un cadre de vie agréable. Une place importante est accordée à la densification des surfaces consacrées aux espaces verts, à l’utilisation de matériaux non polluants ou de technologies favorisant les économies d’énergie (énergie solaire, toits végétalisés…). Afin d’endiguer la consommation de sites vierges dans une région densément peuplée, l’IBA renforce les procédures existantes qui imposent aux communes souhaitant urbaniser de nouveaux terrains de prouver qu’aucun autre foncier situé en zone déjà urbanisée n’est disponible. Cependant, la reconquête des friches pose la question de la décontamination des sites. Ainsi, dans les cas de coûts de décontamination trop élevés, l’IBA préfère ne pas utiliser les sols et attendre que la nature les retraite avec le temps. Cette stratégie vise donc à préparer d’abord le territoire pour le rendre ensuite attractif. Ce qui suppose l’acceptation d’un impact territorial différé. C’est à partir de cette stratégie que le parc paysager de l’Emscher, d’une surface totale de 320 km², a été constitué.

11Cette stratégie originale diffère très largement des principes néolibéraux expérimentés à partir des années 1980 dans l’agglomération de Manchester, sous l’influence des décisions mises en place par le gouvernement central conservateur, alors dirigé par Margaret Thatcher. Les autorités locales ont donc privilégié dans leurs politiques urbaines les thématiques suivantes :

  • la multiplication des initiatives de régénération urbaine fondées sur l’action foncière, permettant de favoriser la création d’entreprises et donc de redynamiser rapidement le tissu économique urbain ;

  • l’importance secondaire accordée aux considérations sociales ;

  • un système compétitif d’appels d’offres s’appuyant sur des modes de gouvernance entrepreneuriale, avec une participation plus large du secteur privé qui tend à assumer tous les risques pris dans les opérations de régénération urbaine.

12Cette orientation stratégique a dans l’ensemble été maintenue dans les années 1990 et 2000 et ce, en dépit d’une légère inflexion avec l’arrivée des travaillistes en faveur d’une plus grande prise en compte des considérations sociales, ainsi qu’un renforcement des pouvoirs attribués aux collectivités locales dans la poursuite des politiques urbaines (Green, 2000). A partir du milieu des années 1980 et en raison de l’ancrage du parti conservateur aux élections nationales, la politique menée à Manchester en matière d’aménagement change de manière drastique. Afin de résoudre les différents problèmes de cette ville, les autorités mancuniennes adoptent une nouvelle Stratégie de Développement Economique, officialisée lors de sa publication en 1992. Trois axes principaux sont retenus :

  • l’amélioration de l’accessibilité et du réseau de transports à toutes les échelles afin de rendre la ville plus compétitive ;

  • le soutien aux secteurs clés de la métropole (recherche, multimédia, finance) afin d’augmenter les opportunités d’emploi pour les populations locales ;

  • le renversement de l’image traditionnelle de ville industrielle par le développement, dans le cadre de programmes de régénération urbaine, des activités culturelles, récréatives et sportives

13Même si la stratégie d’aménagement diffère très clairement entre les deux territoires, il est toutefois intéressant de remarquer que la culture y occupe une place privilégiée. Afin de mettre en œuvre ces différents principes, des programmes ont respectivement été mis en place, que ce soit dans le Grand Manchester ou la vallée de l’Emscher. Or, dans la mesure où notre étude est axée sur les questions culturelles, nous ne mentionnerons que les outils utilisés dans le cadre de ces politiques.

1.3 Des programmes appropriés aux politiques

14Dans la Ruhr, l’IBA Emscher Park est une société de droit privé créée en 1989, appartenant conjointement à l’Etat et au Land de Rhénanie du Nord-Westphalie. Le programme de l’exposition prévoit pour la fin de l’année 1999 la réalisation d’un ensemble de 90 projets d’aménagement, ainsi que l’organisation d’un bon nombre d’évènements festifs, répartis sur un périmètre englobant 17 communes, c'est-à-dire la vallée de l’Emscher entre Duisbourg et Bergkamen.

Carte 3 : Délimitations du Parc Paysager de la vallée de l’Emscher

Carte 3 : Délimitations du Parc Paysager de la vallée de l’Emscher

Source : B Lusso, d’après L’IBA Emscher Park : Une démarche innovante de réhabilitation industrielle et urbaine, Recherche et prospective, 2008

15Une SARL, IBA Gmbh, est créée par le Land pour mettre en œuvre ce programme, avec une durée de vie limitée à 10 ans. L’IBA est plutôt un promoteur d’idées. L’initiative et la maîtrise d’ouvrage des projets restent du ressort de la commune concernée – qui bénéficie par ailleurs de larges compétences en matière urbanistique –, ou de sociétés d’aménagement commanditées par la commune elle-même. Un comité associe des représentants du Land, des villes concernées, du monde économique, des syndicats, des associations et des architectes. En 1996, l’IBA a évalué son action et révisé son programme, pour lui donner une plus forte implication sociale (Masboungi, 2000).

16En revanche, au Royaume-Uni, une grande diversité de programmes urbains ont été mis en place. En effet, la loi crée, en 1979, 11 Urban Development Corporations (UDC), fers de lance de la politique de régénération urbaine dans les années 1980 et 1990. Les UDC disposent de vastes pouvoirs en matière d’acquisition foncière, de financement et d’aménagement. Elles supervisent les opérations de relance immobilière et décident des modalités d’aménagement dans leur zone. Ce système repose sur des partenariats public-privé. L’objectif est de développer des opérations de grande envergure qui puissent apporter un rapide retour sur investissement. Deux UDC ont été créées à Manchester :

  • Trafford Park Development Corporation dans l’ancien port de Manchester en 1986 ;

  • Central Manchester Development Corporation en 1988, destinée à la revitalisation du centre-ville de Manchester.

17Avec la disparition des deux UDC du Grand Manchester en 1998, l’agence MIDAS (Manchester Investment & Development Agency Service) est créée en 1996. Cet organisme a pour mission d’attirer les investisseurs dans sa zone d’action : Manchester, Salford, Trafford et Tameside. Les opérations menées par MIDAS sont extrêmement diverses : construction et amélioration des infrastructures, acquisition des terrains, préparation des sites, promotion et marketing. Mais c’est la destruction du centre-ville par une bombe de l’IRA en 1996 qui offre les opportunités d’un renouveau de la métropole, incluant des investissements dans le domaine culturel. Le projet du Millenium de Manchester, qui s’inscrit dans le cadre des célébrations du passage au troisième millénaire, aura donc pour mission principale de rebâtir le centre-ville et de créer de nouveaux pôles économiques au sein de l’agglomération. Pour ce faire, le Masterplan, créé en 1996 et géré par l’organisme Manchester Millenium Ltd, a pour mission de superviser les projets et de regrouper les ressources provenant du City Council, du gouvernement national et du secteur privé. Les opérations visent principalement à stimuler et à diversifier l’économie par la restauration du cœur commercial, la création d’équipements culturels, mais aussi par la mise en place d’une stratégie de transport intégrée et l’amélioration du cadre de vie. Toutefois, ces projets d’envergure métropolitaine ne doivent pas cacher les différents programmes de portée plus locale, réalisés par les conseils municipaux des villes du Grand Manchester avec des outils comme les Unitary Development Plans ou les Local Development Schemes. L’ensemble de ces programmes s’inscrit désormais dans le cadre de la toute nouvelle Stratégie Spatiale Régionale, menée par la Région Nord-Ouest qui dispose depuis 1996 d’une Regional Development Agency, chargée, entre autres, de participer au montage financier des différents projets économiques et urbains.

1.4 Diversité des modes de financement

18Cette stratégie de développement de l’agglomération mancunienne s’appuie aussi sur les Fonds européens (Objectif 2) et les fonds apportés dans le cadre du City Challenge, programme visant à mettre en place des projets stratégiques communs sous la forme de partenariats locaux public-privé avec obligation de résultat. Les projets réalisés dans le cadre du Millenium sont financés par le gouvernement – via, entre autres, le Single Regeneration Budget (SRB) qui regroupe à partir de 1994 l’ensemble des subventions ministérielles -, la loterie nationale - qui soutient plus spécifiquement des projets à vocation culturelle – et, enfin, le secteur privé en fonction des bénéfices qu’il peut en tirer. Le secteur public a donc versé 83 millions de livres sterling, dont 43 provenant du gouvernement, 20, des fonds européens et 20, de la Commission du Millenium. 350 millions de livres proviennent du secteur privé, montrant le poids décisif des investisseurs dans le montage des projets.

19Dans la vallée de l’Emscher, à partir de 1980, un outil financier, le Fonds Foncier Régional (Grundstücksfond), met à disposition des financements publics destinés à la reconversion de friches industrielles. Sa vocation est de remettre dans le circuit économique des terrains hors marché du fait des coûts de décontamination qui leur sont souvent associés. L’objectif visé est double : réhabiliter un paysage et un tissu urbain détruits par l’industrialisation et répondre à la pénurie de foncier disponible dans une région très densément peuplée. Grâce à une dotation de 100 millions de marks par an, le fonds est intervenu sur 160 terrains, soit une surface de 2 500 hectares. 40 % d’entre eux ont pu être revendus pour accueillir de nouvelles activités ou ont été reconvertis en espaces verts. La gestion du fonds est confiée depuis 1979 à la LEG (Landesentwicklungsgesellschaft), une société immobilière et d’aménagement de droit privé, dont le Land détient la majorité du capital. Cette société parapublique gère les biens fonciers et immobiliers et assure les services d’aménagement, de maîtrise d’ouvrage et de développement. L’ensemble de ces programmes a permis de nombreuses réalisations, aussi bien dans les domaines économiques, sociaux, environnementaux, récréatifs que culturels.

2. La culture comme outil des politiques de régénération urbaine

20Ces vastes programmes, mis en place dans les années 1980, placent la culture parmi les axes privilégiés de la revitalisation urbaine, économique et sociale de secteurs tombés en déshérence. Trois grands types d’actions structurantes vont être particulièrement mis en évidence : la construction d’équipements culturels d’envergure, le soutien au développement d’industries créatives (design, mode) ou culturelles (cinéma, musique) et enfin, la festivalisation de la culture par un soutien aux manifestations culturelles évènementielles et aux lieux de convivialité.

2.1 Construire des équipements culturels structurants

21Plutôt que de dresser une liste exhaustive des équipements culturels créés dans le cadre de ces politiques, il nous est paru beaucoup plus intéressant d’établir un bilan comparatif des modalités d’implantation culturelle sur ces deux territoires. Ainsi, dans les deux conurbations, les autorités ont plutôt privilégié la création de gros équipements culturels, pouvant avoir un rayonnement métropolitain, national, voire international. Les retombées dans le domaine de l’économie touristique sont donc envisagées dès la planification de l’équipement. Ce qui explique, par exemple, la création en 2002 sur les quais de Trafford, dans l’agglomération de Manchester, d’une antenne du célèbre musée londonien des Guerres impériales, l’Imperial War Museum North ou, en 1996, d’une sorte de « cité des sciences » dans un ancien gazomètre situé sur les rives de l’Emscher, à Oberhausen. Néanmoins, la création de grosses structures culturelles n’empêche pas des projets de portée beaucoup plus locale, comme l’illustre le cas du Kultur-Café installé dans l’ancienne mine Ickern à Castrop-Rauxel ou du musée Hat Works de Stockport. Toutefois, le maillage territorial des plus grandes structures est plus équilibré dans la vallée de l’Emscher que dans le Grand Manchester, où elles se concentrent essentiellement sur deux pôles principaux : le centre-ville de Manchester et les quais de Trafford, véritables vitrines de l’agglomération mancunienne.

22Rappelons que, pour le Grand Manchester comme pour la vallée de l’Emscher, les équipements culturels ont été créés dans le cadre de programmes urbains plus vastes associant questions économiques et sociales, habitat et transports. La culture a donc une place privilégiée dans le programme du Millenium, destiné à reconstruire et redynamiser le centre-ville de Manchester. Cette place est partagée avec la création de nouvelles rues piétonnes (New Cathedral Street), de surfaces commerciales (Arndale Centre, Corn Exchange, magasin Mark’s & Spencer…), des bureaux ou même de logements (Shambles West). C’est dans cet esprit qu'est construit en 1999 le complexe cinématographique, The Printworks, directement relié au métro de Manchester, ou encore le Bridgewater Hall. Cette salle de concerts de musique classique a ouvert ses portes en septembre 1996 et s’inscrit à proximité d’un grand ensemble de bureaux de haut standing récemment construit, le Great Bridgewater Office. Il en est de même, dans la vallée de l’Emscher, pour le gazomètre d’Oberhausen situé sur un ancien site sidérurgique de la firme Thyssen et reconverti en centre d’expositions centré sur les nouvelles technologies, ouvert en 1996. Ce dernier s’inscrit dans le cadre d’une vaste opération, Neue Mitte, qui vise à donner un nouveau centre urbain diversifié sur le plan économique à une ville qui, jusque là, en était quasiment dénuée. Ainsi a été ouvert un vaste complexe ludo-commercial baptisé « Centr'O », comprenant 200 magasins sur une surface de 70 000 m², un parc de loisirs, des restaurants, un complexe cinématographique, un théâtre, un parc d’activité, un port de plaisance et des espaces verts. De la sorte, les autorités ont fait le choix de ne pas focaliser leur développement sur la culture, mais de l’insérer dans un contexte de régénération économique plus large (Werquin, 2008).

23Ces programmes traduisent aussi une volonté de la part des pouvoirs publics de diversifier au maximum l’offre culturelle en regroupant les différents projets sur quelques secteurs clairement identifiés et destinés à devenir des pôles voués à la culture (Gravari-Barbas, 2003). Ainsi, sur l’ancien complexe minier Zollverein à Essen, fermé en 1986, la transformation assurée par la Société de développement du Land (LEG) et la ville d’Essen a permis l’ouverture de trois musées (musée du Design, musée de la mine et le Ruhrlandmuseum), trois salles de spectacles, des studios de répétitions ou des ateliers artistiques.

Carte 4 : Le complexe culturel Zollverein

Carte 4 : Le complexe culturel Zollverein

Réalisation : Bruno Lusso (source : Brochure « Zeche Zollverein »)

24Même si la galerie d’art d’Oldham, ville située au nord-est de Manchester, est un projet de moins grande envergure, l’idée est la même. Afin de pérenniser le nouveau musée et de favoriser l’effervescence culturelle, les autorités ont décidé de développer un projet de quartier culturel. Ainsi, dès 2004, les différentes compagnies de théâtre dispersées dans la ville sont regroupées dans de nouveaux locaux situés à proximité de la galerie. Le projet de construction d’un nouveau théâtre témoigne de cette volonté de stimuler la créativité du quartier. Une deuxième phase s’achève en 2006 avec l’ouverture d’une grande bibliothèque, d’un service d’archives et d’un centre de formation professionnelle dans des domaines aussi divers que le dessin ou la photographie. Ainsi, un pôle culturel est en train de se construire autour de la nouvelle galerie. Cette volonté de regrouper les équipements culturels réduit les risques d’échec et augmente potentiellement leur chance d’être visités par un plus grand nombre de personnes, dynamisant ainsi l’économie culturelle et touristique du territoire.

25Toutefois, les politiques menées dans les deux conurbations en matière d’aménagement reposent sur des principes divergents et conduisent à des réalisations en matière culturelle très contrastées. Si le choix d’architectes de renom est retenu pour construire ces nouveaux équipements culturels (Norman Foster pour la réhabilitation du complexe minier de Zollverein ou Daniel Libeskind pour la construction de l’Imperial War Museum North de Trafford), les partis pris architecturaux, en revanche, divergent fortement. D’une part, la réhabilitation du complexe minier Zollverein témoigne de la stratégie patrimoniale de l’IBA Emscher Park, dans la mesure où est envisagée une restauration sobre, conforme et adaptée à la fonction originelle du complexe. Par exemple, les travaux de réhabilitation de l’ancienne chaufferie de la mine destinée à accueillir le musée du Design à partir de 1997 sont minimes : les objets sont directement exposés dans la cavité de chaudières dénoyautées, au beau milieu d’anciennes tuyauteries et robinetteries, comme l’illustre les photographies suivantes :

Photographie 1 : Le musée du Design Red Dot à Essen

Photographie 1 : Le musée du Design Red Dot à Essen

Source : B. Lusso (2006)

Photographie 2 : Galerie d’exposition du musée du Design Red Dot à Essen

Photographie 2 : Galerie d’exposition du musée du Design Red Dot à Essen

Source : B. Lusso (2006)

26Il en est tout autre pour l’agglomération de Manchester - même si les exceptions existent, comme le montre le musée Hat Works de Stockport installé grâce aux fonds de la loterie nationale dans une ancienne filature de coton - avec l’exemple de l’Imperial War Museum North dont la construction s’inscrit dans le cadre d’une grande opération de rénovation urbaine de l’ancien port industriel désaffecté de Trafford. L’objectif du Masterplan est d’effacer du site toute trace industrielle pour en faire un nouveau centre économique de l’agglomération mancunienne. Le nouveau musée occupe un bâtiment moderne, dont la structure en acier est recouverte de panneaux métalliques.

Photographie 3 : L’Imperial War Museum North, vue générale

Photographie 3 : L’Imperial War Museum North, vue générale

Source : B. Lusso (2006)

27L’objectif de la construction est de montrer la fragilité et l’unité de la planète durant les guerres du passé combattues au sol par l’infanterie, dans le ciel par l’aviation et sur la mer par la marine. Pour ce faire, Daniel Libeskind a opté pour un globe fragmenté en trois composantes encastrées les unes dans les autres, représentant respectivement la terre, l’air et l’eau. Cette construction témoigne d’une volonté de s’appuyer sur le design urbain généré par une construction totalement neuve pour véhiculer une image très forte, qui renvoie directement à l’identité nationale.

2.2 Soutenir les industries créatives ou culturelles

28A la fin des années 1990, une nouvelle étape est franchie. En matière d’action publique, la planification de clusters culturels au sein de quartiers labellisés « culturels et créatifs », ou d’« industries culturelles », est en passe de devenir une « orthodoxie de l’aménagement et de la revitalisation urbaine » (Mommaas, 2004 ; Montgomerry, 2003 ; Mac Carthy, 2004 ; Scott, 2004). Que ce soit dans le cas du Grand Manchester ou de la vallée de l’Emscher, les pouvoirs publics vont encourager sur des lieux précis le développement d’industries créatives ou culturelles. C’est le cas de l’immense complexe minier Zollverein, pour lequel est envisagé un développement de l’activité du design par l’IBA Emscher Park, la ville d’Essen et la LEG. Ainsi, l’ouverture du musée du Design en 1997 devait constituer une étape clé dans l’émergence d’une économie du design à l’échelle régionale. La stratégie adoptée par l’IBA Emscher Park est de rassembler les entreprises et les créateurs sur ce même pôle appelé Designstadt Zollverein (la ville du design de l’Union Douanière). Dans cette optique est organisé sur le site un salon du design avec pour ambition de présenter les dernières innovations en ce domaine et, le cas échant, les créations régionales. Une surface totale de 35 000 m², bénéficiant d’un dispositif de zone franche, a été réservée pour l’implantation d’entreprises spécialisées dans le domaine des médias et du design, ainsi que des logements et des ateliers destinés aux créateurs. Le développement du site se poursuit avec la création de l’Ecole Douanière de Gestion et de Design (Zollverein School of Management and Design). Cette école se décrit comme une plate-forme de la recherche scientifique, mais aussi comme un laboratoire pour les arts, l’architecture et surtout, le design. L’école, ouverte en 2006, accueille environ 600 étudiants et a pour objectif de favoriser les passerelles entre le monde de la formation, de la recherche et des entreprises. Ce qui permettrait de lancer sur l’ensemble du site à moyen terme une dynamique de cluster.

29L’agglomération du Grand Manchester, quant à elle, dispose de sérieux atouts dans le domaine des industries culturelles comme la musique, la mode, le design ou l’image-multimédia. Les villes de Manchester, de Salford, de Stockport ou Trafford constituent les pôles essentiels de ces industries alors que les villes de Bolton, Oldham ou Tameside correspondent à des îlots aux densités moindres. Ce dynamisme est particulièrement perceptible dans le secteur de l’audiovisuel-multimédia et ce, grâce à la présence de prestigieuses universités dans le domaine du multimédia - terreau essentiel à l’émergence d’une classe créative (Florida, 2002) -, mais aussi de l’implantation locale des chaînes de télévision BBC et Granada. A la fin des années 1980, les succès rencontrés par la régénération urbaine d’anciens quartiers industriels de l’agglomération londonienne avec pour base les industries créatives, à l’instar d’Hoxton (Andres, Ambrosino, 2008), encouragent les conseils municipaux des villes de l’agglomération mancunienne, en partenariat avec des investisseurs privés, à s’engager dans cette voie en privilégiant deux axes stratégiques : dans un premier temps, la régénération physique des quartiers susceptibles d’accueillir des industries culturelles ou créatives et, ensuite, le soutien aux entreprises spécialisées dans ces secteurs.

30C’est en ce sens qu’il faut comprendre les spectaculaires opérations de régénération urbaine menées dans les quartiers de Castlefield et du Northern Quarter à Manchester. Ainsi, l’UDC Central Manchester Development lance dès 1988 une vaste opération de rénovation urbaine du quartier éteint de Castlefield. Afin d’accélérer le retour des investisseurs, des équipements de prestige sont construits dès le début des années 1990 : c’est le cas de la tour des studios la chaîne de télévision Granada qui, en plus d’être l’une des plus grandes chaînes régionales, dispose d’un matériel de très grande qualité. Une deuxième zone est ensuite privilégiée, le Northern Quarter, pour lequel la municipalité, en collaboration avec l’association Northern Quarter, a lancé dès 1995 un vaste programme de régénération. Plusieurs actions -réhabilitation de bâtiments pour y accueillir des entreprises, amélioration des espaces publics, rénovation de l’habitat insalubre - ont été menées, témoignant de la volonté des pouvoirs publics d’attirer des studios de design, d’enregistrement ou de télévision. Face au succès de ces deux opérations d’envergure, une stratégie coordonnée à l’échelle du Grand Manchester est mise en place, largement soutenue financièrement par l’Agence de Développement du Nord-Ouest et le Service de Développement des Industries Créatives créé en 2000. En effet, même si les concentrations dans le domaine de l’audiovisuel-multimédia sont importantes dans les villes de Manchester, Salford et Trafford, de plus petits clusters et niches sont aussi localisés au sein de l’agglomération, dans les secteurs de Bolton, Rochdale, Oldham et Tameside.

Carte 5 : L’audiovisuel-multimédia au sein de l’agglomération du Grand Manchester

Carte 5 : L’audiovisuel-multimédia au sein de l’agglomération du Grand Manchester

Réalisation : B Lusso (source : http://www.cids.co.uk/​)

31L’objectif est donc de favoriser la déconcentration du secteur de l’audiovisuel-multimédia, centré sur quelques districts culturels de l’agglomération mancunienne en soutenant l’émergence de pôles secondaires. C’est en ce sens qu’il faut comprendre l’intérêt porté pour le quartier de Saddleworth localisé dans la ville d’Oldham, bénéficiant de vastes espaces disponibles et attirant de nombreux créateurs. Pour soutenir ce développement, plusieurs organismes ont été mis en place comme le Manchester Technology Centre et le Manchester Training and Enterprise Council (MTEC), structures chargées de proposer, en collaboration avec MIDAS et le North West Arts Board, des prêts aux start-up, ainsi que des conseils financiers ou stratégiques. L’ambition des pouvoirs locaux est de créer un environnement dans lequel les entreprises créatives peuvent se développer et créer toute une série de services interconnectés, favorisant de fait l’essor d’un vaste cluster culturel développé autour de domaines aussi divers que la musique, le design, les médias, l’édition, les arts de la scène, la mode ou les jeux vidéo. Afin d’augmenter la visibilité de l’agglomération dans ce domaine, des nombreux festivals d’envergure sont organisés chaque année.

2.3 Fêtes et festivalisation de la culture

32Depuis les années 1930, la ville de Manchester dispose d’une vie nocturne intense, avec de nombreux clubs de jazz, bars ou pubs, mais aussi d’une culture pop importante avec de nombreux groupes de rock réputés (The Stone Roses, Oasis, Simply Red…). Pourtant, au début des années 1990, le conseil municipal de la ville de Manchester constate un déclin de ce secteur marqué par la fermeture de nombreux établissements. C’est donc dans ce contexte que les autorités mancuniennes vont lancer à partir de 1993 une vaste campagne appelée « Manchester : la ville des 24 heures » visant à redynamiser un secteur traditionnellement fort dans la ville. Ainsi, l’UDC Manchester Development Corporation va lancer plusieurs projets dont le plus emblématique est celui de Canal Street, un quartier de la ville où se concentrait depuis la fin des années 1940 la communauté homosexuelle. Ainsi, l’ouverture de nouveaux bars, du premier supermarché gay et le lancement, à partir de 1991, d’un festival annuel organisé au mois d’août ont permis de donner une nouvelle vie à ce quartier qui attire désormais 200 000 visiteurs par an. L’opération a donc globalement réussi puisque la ville compte désormais plus de 500 débits de boissons. Outre le célèbre stade de football et ses nombreuses manifestations sportives, les autorités se sont aussi appuyées sur les potentialités locales - industrie du média, communautés irlandaise et homosexuelle - pour développer à partir des années 1990 toute une série de festivals à l’instar de la Manchester Pride, du Irish Festival ou de plusieurs festivals du film : le Manchester Film Festival et le Commonwealth Film Festival.

33Quant à la vallée de l’Emscher, l’action urbaine menée par l’IBA est originale, dans la mesure où elle a été étroitement liée à un processus de festivalisation. L’IBA a investi plus de 30 millions de marks dans l’organisation de fêtes, cherchant par ailleurs à faire coïncider ces dernières avec l’ouverture d’un équipement culturel d’envergure. En effet, l’inauguration des différentes composantes du complexe culturel de Zollverein s’est accompagnée de festivités diverses : un grand show lumineux pour la cokerie, un défilé de mode pour le musée du design ou un grand concert rock en plein air pour le Ruhrlandmuseum. En effet, la fête constitue un véritable outil stratégique permettant de médiatiser les différents projets réalisés et de leur donner une assise populaire. Ainsi, l’identité régionale est mise en exergue, dans une célébration de l’ancienne industrie et de la solidarité, glorifiant ses vestiges, transfigurés en monuments et en musées. Ainsi, selon Dieter Blase, « dans cette gigantesque fête finale, on ne parle plus d’infrastructures ou de concepts, mais de rénovation industrielle et culturelle, d’un acquis culturel de grande envergure » (Masboungi, 2000). Bénéficiant d’un voisinage limitée, d’une offre de parking très importante et d’un caractère patrimonial désormais reconnu, les anciennes friches industrielles de la vallée de l’Emscher sont utilisées pour accueillir des activités évènementielles, à l’instar du Klavier-Festival Ruhr lancé en 1989 ou de l’emblématique Ruhrtriennale, mise en place à partir de 2002 à l’initiative du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie et organisée sur un rythme de trois ans par la SARL Kultur Ruhr GmbH. Ce festival alliant musique et théâtre a pour particularité d’investir uniquement des anciens bâtiments industriels de la Ruhr, alliant de ce fait la culture au patrimoine. Le théâtre principal du festival de la RuhrTriennale est le Jahrhunderthalle de Bochum. Les autres scènes sont la mine et la cokerie Zollverein de Essen, le Landschaftspark Duisburg-Nord et le hangar à machines Zweckel à Gladbeck. Ce festival de renommée internationale a été indéniablement un élément contribuant à renverser l’image jusque là fortement dépréciée de la vallée de l’Emscher et à faire d’Essen la Capitale culturelle européenne 2010.

3. Quels impacts territoriaux des activités culturelles ?

34Les élus, par ces politiques, espèrent que l’implantation d’une industrie ou d’un équipement culturel dans un quartier en déshérence aura des retombées territoriales positives. Ces stratégies posent donc la question de l’impact territorial de la culture, c'est-à-dire l’ensemble des retombées réelles que la seule activité culturelle a sur le territoire et, plus spécifiquement, en matière de régénération urbaine. Ainsi, il convient d’aborder successivement les volets urbanistique, économique et social.

3.1 Revitalisation physique et amélioration de l’image de marque

35Les grands projets culturels, dans la mesure où ils s’inscrivent dans le cadre de grandes opérations urbaines, contribuent à améliorer la physionomie des territoires concernés. Ainsi, l’ancien complexe minier Zollverein, fermé en 1986 et reconverti en pôle culturel articulé autour de l’activité du design, s’inscrit dans un vaste programme de défense patrimoniale. Cette politique de recyclage a permis de préserver l’authenticité du site industriel, facilitant ainsi son classement en décembre 2001 au Patrimoine Mondial de l’Humanité. La réussite de ces politiques de requalification et de protection du patrimoine dans le cadre de l’IBA Emscher Park, dont le complexe culturel Zollverein semble être l’un des emblèmes, a permis l’inauguration en 1999 de la Route de la Culture Industrielle (Route der Industriekultur). Cette dernière présente, de manière thématique et sur une boucle de 400 kilomètres, une cinquantaine de témoignages issus de 150 ans d’histoire industrielle.

36A Trafford, la construction d’équipements culturels d’envergure comme le Lowry Centre ou l’Imperial War Museum North ont insufflé une nouvelle dynamique de régénération urbaine qui s’étend désormais à d’autres secteurs en déshérence du district de Salford. En effet, pour 2015, d’importants projets sont envisagés sur les quais de Salford, vaste espace de friches industrielles situé dans l’environnement des équipements culturels. Cette stratégie, menée en étroite relation entre le conseil municipal de Manchester et le secteur privé, est composée de deux axes : le premier vise à améliorer le cadre de vie d’un secteur dont la vocation est désormais culturelle et touristique ; le deuxième cherche à diversifier les fonctions d’un territoire longtemps resté industriel. C’est en ce sens qu’il faut comprendre les différents projets récréatifs réalisés dans le secteur depuis 2004 : ouverture du Digital World Centre, centre d’exposition consacré aux nouvelles technologies numériques, ou agrandissement du Salford Watersport Centre en 2006 afin d’accueillir de nouvelles activités spécialisées dans les sports nautiques. Des dispositifs d’exonération fiscale ont été mis en place afin de créer d’importantes surfaces commerciales dans la zone des Exchange Quays, mais aussi pour attirer des entreprises dans de nouveaux immeubles construits à cet effet comme le Lighthouse. L’objectif de ce programme est de créer 8 000 emplois d’ici à 2012. L’habitat fait, lui aussi, l’objet d’une attention particulière. Il s’agit donc de répondre aux besoins croissants en matière résidentielle. Mais la construction de plusieurs unités d’habitat témoigne aussi de la volonté d’implanter des populations à proximité de leur lieu de travail, limitant ainsi la mobilité urbaine et empêchant le secteur de devenir une nouvelle centralité cantonnée dans une vocation purement économico-récréative et dénuée de vie en dehors du temps consacré au travail et aux loisirs. C’est en ce sens que de vastes complexes résidentiels sont construits sur l’ancien Dock 9, situé à proximité du bassin d’Huron, et sur le Bassin Erié.

Carte 6 : La régénération des quais de Salford

Carte 6 : La régénération des quais de Salford

Réalisation : Bruno Lusso (source : Brochure publiée en 2005 « Salford Quays, the story of Salford Quays »)

37D’une manière générale, le développement d’équipements ou d’évènements culturels contribue fortement à améliorer l’image territoriale des vieilles régions industrielles. La réhabilitation d’anciennes usines de la vallée de l’Emscher pour en faire des équipements culturels a largement contribué au renversement de l’image régionale par la prise de conscience par les populations extérieures, mais aussi intérieures, d’un patrimoine qui fut jusque là largement oublié ou sous-estimé : le patrimoine industriel. L’exemple du Parc paysager de Duisbourg-Nord est significatif à cet égard. Ancienne usine sidérurgique fermée en 1985, le site a été conservé à l’identique et reconquis par la nature pour former un vaste parc naturel de 230 hectares retraçant l’histoire industrielle de la région, mais accueillant aussi des activités ludiques (jardins, mur d’escalade, centre de plongée sous-marine…). La protection des installations permet aux visiteurs de comprendre davantage les caractéristiques et la dimension symbolique du paysage (Lusso, 2006). De même, l’emploi du design urbain et d’une architecture novatrice - à l’instar du Centre de la culture urbaine de Manchester, Urbis, installé dans une structure en verre de forme triangulaire - permet à la ville de Manchester de véhiculer une image moderne et dynamique, de telle sorte que les autorités locales instrumentalisent la culture dans le cadre de leurs politiques de marketing.

38Dans un contexte de concurrence de plus en plus âpre entre les villes, chacune d’entre elles cherche à véhiculer une image positive, dans la perspective d’attirer investisseurs et nouvelles populations. C’est pourquoi, depuis les années 1980, les fonctions de marketing et de communication ont pris une place considérable dans les politiques urbaines. Dans une visée électorale, les élus cherchent à vendre leur ville en lui donnant une image attractive (Gueit, 2005). C’est en ce sens que la culture devient un véritable levier pour les politiques de marketing de ces villes. La culture est largement instrumentalisée dans les politiques de communication de la ville de Manchester. Ainsi, depuis 1996, « Marketing Manchester », structure issue d’un partenariat public-privé, mène une mission stratégique, fortement axée sur le tourisme d’affaires, les loisirs et la culture. Lancé en 2004, le Tourist Board for Greater Manchester complète l’action de Marketing Manchester en valorisant l’image d’une ville jeune et dynamique, riche en activités diversifiées : affaires, congrès, shopping, culture (80 musées et galeries gratuites, théâtres, opéras), sport, tourisme patrimonial, activités récréatives (bars, restaurants, boîtes de nuit) et cinq grandes manifestations annuelles à caractère culturel ou sportif.

39Il en est de même pour les villes de la vallée l’Emscher qui ont valorisé leur reconversion économique par des politiques de communication fortement axées sur l’offre culturelle et patrimoniale. En ce sens, les structures culturelles ont nettement contribué aux politiques de marketing de la ville d’Essen et à sa nomination en 2006, au titre de Capitale européenne de la Culture en 2010. Sous le mot d’ordre « le changement grâce à la culture et la culture grâce au changement », la candidature de la ville, qui représente les 53 communes de la Ruhr, souligne la réussite de la transformation structurelle de cette région. Sa candidature se concentrait sur les sujets de l’urbanité, de l’identité et de l’intégration. L’attribution récompense le paysage culturel de la Ruhr, avec le complexe culturel Zollverein, les orchestres philharmoniques régionaux ou le gazomètre d’Oberhausen. Il est donc indéniable que la culture joue un rôle déterminant dans la transformation de l’image de territoires anciennement industrialisés. Qu’en est-il de leur impact économique ?

3.2 Des retombées économiques contrastées

40Pour mesurer les retombées économiques de la culture, nous sommes confrontés à plusieurs difficultés. D’une part, la vallée de l’Emscher étant une délimitation programmatique, les données statistiques sont rares et souvent données à l’échelle du bassin de la Ruhr. Ensuite, il nous semble indispensable de distinguer les retombées d’une industrie culturelle de ceux, beaucoup plus limitées, d’un lieu de diffusion culturelle (théâtre, musée…). En effet, l’une des vocations premières d’un équipement culturel est touristique, comme l’illustre le gazomètre d’Oberhausen et ses 450 000 visiteurs par an. Ce qui explique la vitalité du tourisme culturel dans la Ruhr devenu, grâce aux 2,4 millions de visiteurs par an, l’un des axes principaux du développement régional. Le Grand Manchester, troisième destination urbaine du Royaume-Uni avec 5 millions de visiteurs en 2006 contre 2,72 millions en 1994 (soit une hausse de 84 % en 12 ans), est devenu un haut lieu du tourisme d’affaires et de loisirs, essentiellement réparti entre le centre-ville de Manchester (260 000 visiteurs au centre Urbis) et les quais de Trafford (200 000 visiteurs au Lowry Centre).

41Toutefois, le succès touristique ne garantit pas l’équilibre financier d’un équipement culturel. L’exemple des musées est révélateur. En effet, dans le Grand Manchester, la plupart des institutions muséales ouvertes gratuitement au public sont confrontées à un déficit financier croissant. Si les plus petites ont mis la clé sous la porte, à l’instar du musée de la mine de Manchester, les plus importantes bénéficient des fonds de la loterie nationale pour combler leur déficit. La situation est meilleure dans la vallée de l’Emscher avec un équilibre financier globalement atteint pour l’ensemble des institutions grâce aux droits d’entrée payants et à une rationalisation maximale de la gestion muséale. Ce qui n’empêche pas la possibilité de situations parfois délicates, à l’instar du Ruhrlandmuseum qui, malgré son transfert sur le site Zollverein en 2008, n’a pas su résorber son déficit financier.

42De même, l’ouverture d’un équipement culturel n’entraîne pas le retour spontané des investisseurs. Certes, le succès du gazomètre d’Oberhausen a contribué, au même titre que les facilités fiscales offertes par le Land, à l’implantation d’investisseurs privés permettant la création du complexe ludo-commercial Centr’O. Mais l’exemple des quais de Trafford montre que la dynamique tient moins à la présence des célèbres Imperial War Museum North et Lowry Centre qu’aux mesures d’aide (achat de surfaces de bureaux à prix réduit, exonération fiscales…) mises en place par la ville dans le cadre d’un dispositif de zone franche. A cela s’ajoute une meilleure connexion des quais au centre de la ville de Manchester par la mise en service d’un arrêt de métro sur le site. La conjonction de ces différents facteurs explique en grande partie l’implantation de grandes banques (Barclay’s Bank) ou d’entreprises transnationales (Orange ou IBM) dans l’environnement direct de ces grands équipements. La croissance rapide de l’économie locale qui a créé entre 2002 et 2005 plus de 4 500 emplois, notamment dans les secteurs de la culture et du tourisme, résulte surtout de la stratégie payante d’acteurs publics volontaristes. Une institution culturelle ne suffit pas à entraîner le retour des investisseurs. Pour cela, il faut qu’elle s’inscrive dans le cadre de programmes de régénération économique plus larges. Qu’en est-il des industries culturelles ?

43Même si les industries culturelles connaissent un développement beaucoup plus net dans le Grand Manchester que dans la vallée de l’Emscher, il n’en demeure que les retombées territoriales sont clairement visibles sur les deux territoires. Ainsi, sur le complexe culturel de Zollverein désormais voué à l’économie du design, de nombreuses entreprises se sont déjà installées, comme la société GRAF-BEYLE spécialisée dans le film et le design d’animation ou la SARL Lichtdesign und Klangkonzept orientée vers le design lumineux et la conception sonore. Les activités de design ont généré en 2005 un chiffre d’affaires de 320 millions d’euros et 1 300 bureaux de design devraient être implantés sur le site d’ici 2010. Quant au Grand Manchester devenu depuis une dizaine d’années le troisième pôle britannique voué aux industries culturelles, le secteur a généré 1,9 milliard de livres sterling, ce qui représente 5 % du PIB de l’agglomération. Toutefois, le dynamisme de l’économie culturelle est indéniablement lié à des politiques publiques volontaristes, dont le coût économique, même s’il est partagé avec les investisseurs privés - surtout dans le cas du Grand Manchester -, est très élevé (plus de 3 milliards de DM dans le cas de l’IBA Emscher Park). Même s’ils sont certains, les impacts économiques de la culture sont diversifiés. Qu’en est-il de la dimension sociale ?

3.3 Une dimension sociale à tempérer

44Le secteur de l’économie culturelle dans le Grand Manchester emploie environ 59 700 personnes en 2004 contre 47 100 en 2001, soit une progression des emplois de 27 %. Même si nous ne connaissons pas les chiffres exacts pour la vallée de l’Emscher, nous pouvons penser qu’ils sont relativement importants. Toutefois, il convient de différencier les résultats obtenus par les équipements culturels et ceux des activités relevant des industries culturelles, dans la mesure où la croissance de l’emploi est quasiment exclusivement liée au secteur des industries culturelles. En effet, l’industrie des médias à Manchester a généré plus de 4 000 nouveaux emplois entre 2003 et 2005. Les résultats dans le domaine du design dans la vallée de l’Emscher semblent être tout aussi bons, puisque cette industrie culturelle a créé plus de 1 500 emplois entre 2005 et 2007. Si ces emplois sont relativement variés et plus ou moins marqués par la précarité, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’emplois correctement rémunérés. Toutefois, ce dynamisme est extrêmement sélectif. A cet égard, le Grand Manchester se distingue très clairement de la vallée de l’Emscher, avec un fort dynamisme de l’économie culturelle dans le cœur de l’agglomération (Manchester, Trafford et Salford) et certaines villes situées à l’est, comme Oldham et surtout Stockport, spécialisées dans les arts visuels et les cultures urbaines, au détriment de la partie nord-ouest (Wigan, Bolton, Bury), de plus en plus marginalisée en raison de la concentration des financements sur les secteurs les plus dynamiques.

Tableau 1 : Les emplois du secteur de l’économie culturelle dans le Grand Manchester

Ville

Nombre d’employés

Part dans l’emploi total de l’aire ( %)

Bolton

3 100

2.9

Bury

2 000

3.1

Manchester

18 400

5.9

Oldham

4 000

4.8

Rochdale

1 700

2.4

Salford

5 600

4.8

Stockport

9 100

7.5

Tameside

2 300

3

Trafford

10 600

7.9

Wigan

2 900

2.9

Grand Manchester

59 700

5

Source: ONS, Annual Business Inquiry.

45Les équipements culturels, quant à eux, ne sont pas de gros pourvoyeurs d’emplois : les plus grosses institutions des deux conurbations - que ce soit le gazomètre d’Oberhausen, l’Imperial War Museum North, le centre Urbis ou le Musée de Sciences et Techniques de Manchester - n’emploient pas plus de 100 personnes, dont une bonne moitié dispose d’un travail précaire, même si les salaires y sont en général plus élevés que la moyenne. Ainsi, à l’Imperial War Museum North, le salaire moyen brut annuel est de 22 057 livres (31 658 euros), moyenne relativement élevée. Toutefois, trois salaires dépassent les 50 000 livres par an (71 765 euros) et sont attribués aux postes de direction (Lusso, 2006).

46Si les équipements culturels ne sont pas de gros pourvoyeurs d’emplois, contrairement aux industries culturelles, ils peuvent parfois faciliter la réinsertion des personnes en difficulté sociale. C’est le cas de l’Imperial War Museum North, qui a mis en place depuis son ouverture en 2002 un programme de volontariat appelé « Learning Through Volunteering » (Apprendre à travers le Volontariat). Ce programme a pour objectif de mettre en place des stages de formation destinés à des populations non qualifiées et dont la situation sociale est désastreuse. Ces personnes travaillent bénévolement pour le musée pendant un an, mais reçoivent en échange une formation de base, ainsi qu’une sensibilisation aux métiers de la culture. A la fin de ce stage, elles obtiennent une qualification qui peut faciliter leur réinsertion dans le monde du travail. Ce programme compte actuellement 140 volontaires. Depuis sa création, le programme a connu un vif succès, puisqu’il a permis la réinsertion dans le monde du travail de 250 personnes.

47La mission sociale des équipements culturels, qui est d’assurer un accès à la connaissance au plus grand nombre, a largement été débattue chez les sociologues (Passeron, 2005). Les musées semblent être les institutions les plus représentatives de ce mouvement de démocratisation culturelle. En effet, l’un des principaux objectifs recherchés par les musées est l’accès à la culture au plus grand nombre. L‘institution muséale doit, du moins en théorie, viser à « un élargissement social des publics, tous conviés à se convertir à la pratique des oeuvres de culture savante » (Passeron, 2005). Mais la réalité pratique semble quelque peu décevante, comme l’illustrent les résultats de deux institutions muséales, le centre Urbis de Manchester et le musée du Design d’Essen. En effet, les catégories sociales les plus défavorisées restent dans l’ensemble peu concernées par l’institution, dans la mesure où elles représentent moins de 10 % des publics muséaux et ce, en dépit de la gratuité totale du centre Urbis et d’une grille tarifaire favorable aux catégories sociales plus défavorisées dans le cas du Musée du Design.

Tableau 2 : Origine des publics du centre Urbis (Manchester) et du musée du Design (Essen) en 2004-2005

Centre Urbis

Catégories d’individus

Nombre

Pourcentage

Visiteurs appartenant aux catégories socioprofessionnelles supérieures

1 901

19 %

Enfants

1 677

16.8 %

Scolaires

2 995

30 %

Visiteurs issus des minorités ethniques anglaises

884

8.8 %

Touristes étrangers

531

5.3 %

Autres

2 012

20.1 %

Total

10 000

100 %

Source : Enquête menée sur un échantillon de 10 000 personnes en 2005

Musée du Design

Catégories d’individus

Nombre

Pourcentage

Catégories socioprofessionnelles les plus élevées (au moins cadre supérieur)

7 356

14.7 %

Groupes scolaires

6 398

12.8 %

Retraités

6 094

12.2 %

Etudiants

4 752

9.5 %

Chômeurs

3 004

6 %

Touristes étrangers

2 646

5.3 %

Autres

19 750

39.5 %

Total

50 000

100

Source : Enquête menée par le Musée du Design entre mai et août 2004

48Les musées restent donc marqués par une forte inertie sociale de leurs publics, dans la mesure où les personnes visitant de leur propre chef l’institution appartiennent majoritairement à des catégories socioprofessionnelles relativement élevées, auxquelles nous pouvons ajouter l’important cortège constitué par les groupes scolaires. La démocratisation des musées, et plus généralement des équipements culturels, semble être un vœu bien pieux.

Conclusion

49Marquées par la disparition de leur activité industrielle traditionnelle, de graves difficultés d’ordre économique, social et environnemental, les conurbations de la vallée de l’Emscher et du Grand Manchester ont tenté des politiques novatrices qui s’appuient sur la régénération de leurs friches urbaines et industrielles. Si les impératifs premiers étaient économiques et sociaux, les politiques se sont progressivement étendues au cadre de vie, aux loisirs et à la culture et ce, pour renverser une image urbaine fortement dépréciée et favoriser le retour des investisseurs. De ce fait, la culture est progressivement devenue un axe privilégié des politiques de régénération urbaine, au même titre que les transports publics ou la création de services ou d’espaces publics de qualité (Werquin, 2008)

50Toutefois, dans la mesure où les contextes institutionnels de deux pays sont radicalement différents, les politiques menées par les collectivités territoriales du Grand Manchester et de la vallée de l’Emscher divergent très largement. En effet, nous avons sur le territoire du Grand Manchester un cadre politique néolibéral qui encourage des partenariats public-privé réalisés dans le cadre de différents programmes locaux, comme les deux UDC du centre-ville de Manchester et du secteur de Trafford ou le Masterplan lancé dans le cadre des célébrations du Millénaire. Ces programmes privilégient des projets de grande envergure, envisageant de ce fait un retour sur investissement rapide. Par opposition, la vallée de l’Emscher bénéficie d’un programme, l’IBA Emscher Park, qui s’appuie sur les principes de l’écologie, de la culture et du patrimoine. Ainsi, le redéploiement économique est davantage envisagé sur un pas de temps plus long, acceptant de ce fait un impact territorial différé des politiques urbaines.

51Ces principes d’aménagement dans l’ensemble divergents ont eu d’importantes retombées sur les politiques de régénération culturelle, même si nous pouvons constater que les autorités publiques des deux territoires ont privilégié trois grands types d’actions structurantes : la construction d’équipements culturels d’envergure, le soutien au développement d’industries culturelles, ainsi que la festivalisation de la culture par la construction de lieux de convivialité et le lancement de manifestations évènementielles. Si de grands équipements culturels sont planifiés sur les deux territoires, il est toutefois évident que les réalisations culturelles sont extrêmement contrastées. En effet, les pouvoirs mancuniens favorisent la concentration d’équipements culturels totalement neufs, érigés dans un contexte de rénovation urbaine et faisant la part belle au design urbain, sur deux pôles qui ont pour vocation de devenir la vitrine de la ville : le centre-ville de Manchester et le secteur de Trafford-Salford. Quant à la vallée de l’Emscher, la réutilisation dans le cadre d’une politique patrimoniale d’anciens bâtiments industriels pour en faire des lieux culturels a été privilégiée, entraînant ainsi une meilleure répartition géographique des grands équipements culturels. Le soutien aux industries culturelles est très fort dans les deux conurbations. Mais le Grand Manchester bénéficie d’une longueur d’avance, en raison d’une tradition politique plus libérale et d’une effervescence culturelle beaucoup plus forte qui ont favorisé un secteur créatif plus dynamique, alors que ce dernier ne demeure qu’émergent dans la vallée de l’Emscher. La festivalisation de la culture a été enfin un axe clé des deux politiques, avec un accent mis sur l’évènementiel dans la vallée de l’Emscher face à la recréation des lieux traditionnels de convivialité dans le Grand Manchester.

52Les retombées territoriales de ces politiques sont globalement positives, dans la mesure où la culture a largement contribué à renverser l’image traditionnellement négative des deux territoires urbains qui misent désormais sur leurs équipements culturels et leurs activités évènementielles afin de dynamiser le tourisme culturel. Néanmoins, sur le plan économique et social, il convient de distinguer les retombées d’un équipement culturel à ceux d’une industrie culturelle. En effet, le dynamisme de l’économie culturelle s’explique davantage par l’essor des industries culturelles grosses pourvoyeuses d’emplois et de chiffre d’affaires que par de grands équipements culturels largement déficitaires sur le plan financier et assez peu créateurs d’emplois, même si des programmes de réinsertion sociale ont été envisagés. Il convient aussi de souligner que ces politiques culturelles sont encore largement appuyées par les pouvoirs publics, entraînant ainsi un coût financier élevé pouvant parfois déstabiliser l’équilibre parfois fragile des finances publiques.

Haut de page

Bibliographie

Andres L., Ambrosino C. (2008), « Régénération culturelle et mutabilité urbaine : un regard franco-britannique », L’économie culturelle et ses territoires, Presses universitaires du Mirail, Toulouse.

Battiau M. (1998), L’industrie : définition et répartition mondiale, Sedes, Paris.

Bianchini F., Parkinson M (1993), Cultural Policy and Urban Regeneration. The West European Experience, Manchester University Press, Manchester.

Brindley, T., Rydin, Y. and Stoker, G. (1996), Remaking Planning, The Politics of Urban Change, London Routledge, Londres.

Chaline C. (1999), La régénération urbaine, Presses Universitaires de France, Paris.

Florida R. (2002), The rise of the creative class ... and how it's transforming work, leisure, community, & everyday life, Basic Books, New York.

Ganser K. (1996), « Die Internationale Bauaustellung Emscher Park: Strrukturpolitik für Industrieregionen », Bochumer AG, 58, pp 189-196.

Gravari-Barbas M, Violier (sous la direction de). (2003), Lieux de culture, culture des lieux, Presses Universitaires de Rennes, Rennes.

Green H. (2000), « Les enjeux de la régénération urbaine en Grande Bretagne », Communication au séminaire FREVille, Université Lille 1, Lille, 16-17 mars.

Gueit J. (2005), La culture, moteur de réparation et d’une nouvelle image des villes industrielles : le Louvre-Lens, mémoire de master, sciences sociales, Université Lille 1, Lille.

Hebbert M., Deas I. (2000), « Greater Manchester: Up and going? », Policy and Politics, 28, pp 79-92.

Holz J-M. (1988), La Ruhr : crise, reconversion et dynamique régionale, Thèse de doctorat, géographie, Université de Lettres et Sciences Humaines de Metz, Metz.

Holz J-M. (1992), Gérer l’espace : l’action des collectivités locales dans l’aménagement et la dynamique d’une région européenne : la Ruhr, Presses Universitaires de Perpignan, Perpignan.

Ingallina P., Park J. (2005), « Les nouveaux enjeux de l’attractivité urbaine », Urbanisme, 344, pp. 66-68.

Joly N. (2001), Les territoires renouvelés de l’après charbon : loisirs et cadre de vie dans le Nord-Pas-de-Calais et la Ruhr, Thèse de doctorat, géographie, Université Lille 1, Lille.

Krüger A. (2008), Erneuerung der Erneuerung - Eine neue Rolle der Stadterneuerung im Kontext von Benachteiligungsphänomenen in der Stadtentwicklung, Institut für Stadt- und Regionalplanung, Berlin.

Lefebvre A., Augustin J-P. (direction) (2004), Perspectives territoriales pour la culture, Pessac, Bordeaux.

Lefèvre P. (1999), « L’art du paysage à Emscher Park », Les annales de la recherche urbaine, 85, pp 190-195.

Lusso B. (2006), Musées et régénération urbaine dans les vieilles régions industrielles d’Europe occidentale, Mémoire de Master, géographie, Université Lille 1, Lille.

Mac Carthy J. (2004), Cultural quarter and metropolitan regeneration, AESOP, Grenoble.

Masboungi, A. (direction) (2000), « L’IBA Emscher Park, un anti-modèle », Projet urbain, 21, pp. 3-27.

Masboungi, A. (direction) (1999), « Renouveler l’urbain », Revue Projet urbain, 18, pp 3-35.

Mommaas H. (2004), « Cultural Clusters and the Post-industrial City: Towards the Remapping of Urban Cultural Policy », Urban Studies, 41-3, pp 507-532.

Montgomery J. (2003), Cultural Quarters as Mechanisms for Urban Regeneration, Planning Institute of Australia National Congress, Sidney.

Paris D. (2000), « Renouveler la ville, un enjeu de développement pour la ville posindustrielle » Communication au séminaire FREVille, Université Lille 1, Lille, 16-17 mars.

Passeron J-C. (2005), « S’entendre sur le concept de démocratisation », Problèmes économiques et sociaux, 910.

Scott A.-J. (2004), « Cultural-Products Industries and urban Economic Development : prospects for growth and market contestation in a global context », Urban Affairs Review, 39-4, pp 461-490.

Smyth, H. (1994), Marketing the City. The Role of Flagship Developments in Urban Regeneration, Spon, Londres.

Soyez D. (1999), « Le patrimoine industriel des régions d’industrialisation ancienne », Textes Géographiques Virtuels sur le Canada et l’Allemagne, page consultée le 02.05.2008, http://www.v-g-t.de/francais/brd/module/m2/u9.htm

Symes M. (1997), « Projets urbains en Grande Bretagne », Urbanisme, 296, pp 29-31.

Tye R., Williams G. (1994), « Urban regeneration and central-local government relations : the case of east Manchester », Progress in Planning, 42.

Werquin T. (2008), « L’impact des équipements et évènements culturels sur le développement économique local : entre fantasme et réalité », Actes du colloque Arts et Territoires : vers une nouvelle économie culturelle ?, Québec, 6-7 mai.

Zlonicky P. (1994), Bauplatz Zukunft Dispüte über die Entwicklung von Industrie Regionen, Klartert Verlag, Essen.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Les dix districts du Grand Manchester
Crédits Réalisation : Bruno Lusso (source : www.visitmanchester.com)
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/4357/img-1.png
Fichier image/png, 31k
Titre Carte 2 : La Ruhr et la vallée de l’Emscher
Crédits Source : L’IBA Emscher Park : Une démarche innovante de réhabilitation industrielle et urbaine, Recherche et prospective, 2008
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/4357/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Carte 3 : Délimitations du Parc Paysager de la vallée de l’Emscher
Crédits Source : B Lusso, d’après L’IBA Emscher Park : Une démarche innovante de réhabilitation industrielle et urbaine, Recherche et prospective, 2008
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/4357/img-3.png
Fichier image/png, 108k
Titre Carte 4 : Le complexe culturel Zollverein
Crédits Réalisation : Bruno Lusso (source : Brochure « Zeche Zollverein »)
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/4357/img-4.png
Fichier image/png, 152k
Titre Photographie 1 : Le musée du Design Red Dot à Essen
Crédits Source : B. Lusso (2006)
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/4357/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Photographie 2 : Galerie d’exposition du musée du Design Red Dot à Essen
Crédits Source : B. Lusso (2006)
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/4357/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Photographie 3 : L’Imperial War Museum North, vue générale
Crédits Source : B. Lusso (2006)
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/4357/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Carte 5 : L’audiovisuel-multimédia au sein de l’agglomération du Grand Manchester
Crédits Réalisation : B Lusso (source : http://www.cids.co.uk/​)
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/4357/img-8.png
Fichier image/png, 37k
Titre Carte 6 : La régénération des quais de Salford
Crédits Réalisation : Bruno Lusso (source : Brochure publiée en 2005 « Salford Quays, the story of Salford Quays »)
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/4357/img-9.png
Fichier image/png, 174k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Lusso, « Culture et régénération urbaine : les exemples du Grand Manchester et de la vallée de l’Emscher », Métropoles [En ligne], 8 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2010, consulté le 26 juin 2017. URL : http://metropoles.revues.org/4357

Haut de page

Auteur

Bruno Lusso

UFR de Géographie et Aménagement de Lille
blusso@cegetel.net

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org