Navigation – Plan du site

Les métropoles et la nouvelle critique urbaine

Pierre Hamel

Résumés

La perspective critique élaborée par Henri Lefebvre demeure pertinente pour penser les rapports sociaux à l’espace, y inclus ceux qu’on observe dans les métropoles contemporaines en Amérique du Nord. En examinant la controverse autour de la forme urbaine telle que celle-ci a été remise à l’ordre du jour dans les années 1990 à la faveur du discours néorégionaliste, ce texte pose la question de l’avenir des métropoles et du modèle de ville dans lequel on souhaite vivre. La thèse défendue peut se résumer comme suit : afin de faire échec à la position libérale qui accorde la préséance aux facteurs économiques et aux forces du marché, les acteurs sociaux doivent porter le débat autour de la forme urbaine sur le terrain politique. À cette fin, l’urgence demeure de mobiliser la communauté politique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  J’ai eu l’occasion de partager avec Bernard avant et après le colloque qu’il a organisé sur Henri (...)

1Parler des métropoles sous l’angle de la nouvelle critique urbaine peut nous entraîner dans plusieurs directions. Celle que je privilégie fait appel, à la suite des réflexions de Bernard Jouve (2009) sur la pensée critique, à une tradition de recherche qui a renoué depuis quelques années avec les analyses décapantes et les linéaments de recomposition sociale inscrits dans l’œuvre d’Henri Lefebvre1.

2Pour Lefebvre (1968), le « droit à la ville » qui repose sur la valorisation des valeurs d’usage – à l’encontre des valeurs d’échange tournées vers la mar­chandisation – est enraciné dans une subversion culturelle pensée au départ à l’échelle de la quotidienneté. L’enjeu demeure celui de la transformation de l’espace urbain afin de répondre aux besoins multiples des habitants, aussi bien matériels que culturels, tout en favorisant l’expression de leur subjecti­vité.

3Même si Lefebvre n’était pas d’emblée concerné par le phénomène mé­tropolitain et les conséquences sociales de la dispersion des activités écono­miques dans un périmètre en expansion – il était davantage préoccupé par l’accès à la centralité urbaine que par son redéploiement ou sa démultiplica­tion –, sa conception du droit à la ville débouchait sur un rôle actif des habi­tants dans la production de l’espace et impliquait une démocratisation de la planification et des politiques urbaines. Ces dimensions demeurent encore à l’ordre du jour aujourd’hui et prennent une signification renouvelée à l’échelle métropolitaine (Pastor, Benner, Matsuoka, (2009). Leur pertinence ne s’est donc pas démentie, même si la « révolution urbaine » souhaitée par Lefebvre est loin de s’être matérialisée dans toutes les directions qu’il avait projetées.

4La question que j’entends explorer part de la prémisse suivante : la forme urbaine peut nous aider à éclairer les enjeux métropolitains. Ce qui m’amène à dire quelques mots des tendances qui ont été observées par les chercheurs en ce qui a trait à la forme qu’emprunte le phénomène métropolitain. Dans un deuxième temps, j’aborderai cette réalité à partir d’un point de vue normatif. Dans quelle ville ou dans quel modèle de ville souhaitons-nous vivre ? En­fin, je traiterai de la forme urbaine en me situant sur le terrain politique, étant donné qu’il me semble que c’est sur ce plan qu’on doit réfléchir si on veut être en mesure d’apporter des éléments de réponse à la question de la forme ou du modèle de ville souhaité.

Métropolisation et forme urbaine

5Au cours des trois ou quatre dernières décennies, la forme urbaine des mé­tropoles contemporaines, du moins en Amérique du Nord, a convergé avec une série de transformations que les géographes ont appréhendée en faisant appel à de multiples métaphores (fluidité, fragmentation, trame complexe de flux) (Soja, 2000). La tertiarisation de l’économie à la faveur des tendances à la globalisation a provoqué l’émergence d’une ville postindustrielle entraînant une séparation plus grande que jamais entre citoyens privilégiés et désavan­tagés (Caulfield, 1996). Le redéploiement des activités économiques sur un territoire de plus en plus étendu a généré une redéfinition des centres et de la centralité, entraînant de fait une démultiplication des centres ou plus précisé­ment de services qui font office de centre. Mais ce sont aussi les habitudes de vie en conjonction avec les déplacements quotidiens dans l’espace urbain qui ont changé. Ceux-ci prennent place de plus en plus fréquemment selon des axes d’un territoire distendu dont la configuration évolue au gré des transfor­mations économiques et des pressions démographiques.

6Dans son livre Bourgeois Utopias (The Rise and Fall of Suburbia), Robert Fishman (1987) a bien décrit cette réalité des nouvelles régions métropo­litaines qui s’est propagée à l’ensemble du territoire nord-américain et qu’il associe à la ville et à la banlieue technologique. La description qu’il en pro­pose préfigure d’une manière saisissante les contours de la nouvelle forme urbaine à l’échelle de la région métropolitaine et les pratiques sociales qu’elle induit : « For most Americans, the real center of their lives is neither an urban nor a rural nor even a suburban area, as these entities have traditionally been conceived, but rather the technoburb, the boundaries of which are defined by the locations they can conveniently reach in their cars. The true center of this new city is not in some downtown business district but in each residen­tial unit. From that central starting point, the members of the household cre­ate their own city from the multitude of destinations that are within suitable driving distance. One spouse might work at an industrial park two exits down the interstate; the other at an office complex five exits in the other direction; the children travel by bus to comprehensive schools in their district or drive themselves to the local branch of the state university; the family shops at sev­eral different malls along several different highways; every weekend they drive fifty miles to a rural (but rapidly developing) area where the have a second house; all they need and consume, from the most complex medical services to fresh fruits and vegetables, can be found along the highways. Once a year, perhaps at Christmas, they go “downtown”, but they never stay long. » (Fish­man, 1987, p. 185)

7La transformation des rapports sociaux à l’espace est un thème récurrent des études urbaines. Celle-ci a gagné en complexité au fur et à mesure que les rapports de classes perdaient en lisibilité. L’urbanisme moderne a tenté d’atténuer les clivages de classes dans l’aménagement des villes en concevant une centralité multifonctionnelle et des espaces publics comme les parcs où pouvaient se côtoyer les groupes et les individus provenant de diverses ori­gines sociales. La démarcation entre, d’une part, les villes de banlieue et les quartiers bourgeois et, d’autre part, les villes de banlieue et les quartiers ou­vriers ne maintenait pas moins une division spatiale qui tendait à renforcer les inégalités sur le plan social. Aujourd’hui, sur le fond, les rapports sociaux à l’espace n’ont pas complètement dépassé le schéma simplifié auquel a eu re­cours l’urbanisme moderne. Toutefois, celui-ci s’avère de peu d’utilité pour comprendre les transformations sociopatiales en cours.

8L’urbanisation et la production de l’espace sont soumises à de nouvelles contraintes. Les pressions sur l’aménagement des villes provenant d’un marché globalisé, de demandes sociales plus diversifiées et d’un manque de ressources de la part des villes-centres pour entretenir et améliorer les infras­tructures et les services urbains ont engendré des effets multiples et contradic­toires : (i) baisse des densités urbaines générales combinée à une densification des zones périurbaines ; (ii) fragmentation du tissu urbain à la faveur des pres­sions du marché immobilier ; (iii) apparition de zones bâties dispersées entre­coupées à l’occasion de zones rurales ; (iv)formation de vastes conurbations polycentriques à l’échelle des régions métropolitaines.

9Ce sont ces processus que tente d’appréhender la notion de métropolisa­tion qui désigne la forme contemporaine que revêt le processus d’urbanisa­tion (Lacour, Puissant, 1999). Signifiant davantage qu’un simple phénomène de croissance démographique des grandes agglomérations, la métropolisa­tion se conjugue à l’étalement urbain, à la fragmentation des espaces fonction­nels et à la recomposition des milieux de vie, mettant l’accent sur une mobi­lité accrue des individus, de l’information et des activités. De nouveaux lieux de spécialisation – technopôles, corridors d’activités, parcs à thèmes, centres commerciaux périphériques intégrés – participent à la construction d’un es­pace métropolitain, qui devient l’horizon à partir duquel les acteurs sociaux peuvent renouveler les significations urbaines (Bassand, Kaufmann, Joye, 2001 ; Mayer, 2006).

10Ces descriptions convergent avec celles faites du même phénomène par les promoteurs de l’École de Los Angeles (Dear, Flusty, 2002). Ces derniers soutiennent que Los Angeles – sa forme, son modèle de développement, sa culture – serait symptomatique d’une transformation sociogéographique plus large, qui se déroule en fait à l’échelle des États-Unis. En d’autres termes, si Los Angeles était dans les années 1920 et les années 1930 l’exception, elle est devenue aujourd’hui la règle.

11C’est par comparaison au modèle et à la préséance pendant plusieurs dé­cennies de l’École de Chicago – tournée vers l’agglomération de Chicago à titre de laboratoire pour l’étude du phénomène urbain moderne, de ses modes d’organisation territoriale et de sa culture – que les promoteurs de l’école de Los Angeles ont annoncé leurs couleurs. La question qu’ils posent est la suivante : dans quelle mesure le modèle concentrique mis en avant par l’École de Chicago – ayant permis de décrire la répartition des groupes sociaux et la spécialisation des activités économiques dans l’espace urbain – est-il remplacé par le modèle de Los Angeles, lequel se caractérise par un système de produc­tion décentralisé et flexible, un pluralisme accentué sur le plan culturel et un autre rapport à la centralité qui passe par l’étalement et la déconcentration des activités ?

12Selon Dear et Flusty (2002), Los Angeles serait devenu la ville ou la mé­tropole paradigmatique contemporaine. En dépit de la diversité des approches qui caractérisent les chercheurs qu’ils rattachent à cette école – de nombreuses divergences tant sur le plan théorique que méthodologique prévalent entre ces chercheurs –, leurs points de vue ne convergeraient pas moins par rapport à un thème commun, celui de la restructuration, qu’il s’agisse des quartiers ré­sidentiels, des marchés globaux ou des régimes d’accumulation. On pourrait y déceler, en outre, une « vision émergente de l’urbanisme contemporain ».

Dans quelle ville souhaitons-nous vivre ?

13Dans le domaine des études urbaines, la pertinence du palier métropoli­tain à titre d’instance de gestion ou de gouvernance est fréquemment évoquée par les chercheurs (Collin, Robertson, 2007). Au Canada, le rôle stratégique que peuvent jouer les régions métropolitaines – que celui-ci concerne l’inté­gration des nouveaux immigrants, le dynamisme économique, la réduction des inégalités sociales, la gestion des problèmes environnementaux – par rapport à des problèmes complexes, demeure un enjeu politique de premier plan. Plusieurs admettent par exemple l’urgence d’un investissement massif à cette échelle pour la réfection des infrastructures urbaines (The Conference Board of Canada, 2007 ; Simmons, Bourne, 2007) dont la détérioration s’est aggravée au cours des dernières années, exigeant une action conséquente de la part des pouvoirs publics et, en particulier, des paliers supérieurs de gou­vernement.

14Cela étant, la gouvernance des métropoles ne va pas de soi. Le « morcel­lement politique » qui les caractérise entraîne une coordination difficile de leurs principaux acteurs en vue d’élaborer des stratégies ou des programmes d’action concertée (Lefèvre, 2009). L’exemple de Montréal peut aider à éclai­rer ce qu’il en est. Depuis la fin des années 1990, les villes de l’ensemble de la région métropolitaine de Montréal ont été soumises à de nombreux change­ments institutionnels relatifs à la gestion urbaine et municipale à la suite d’une réforme d’envergure menée par le gouvernement du Québec. En plus d’amal­gamer l’ensemble des municipalités sur l’île de Montréal pour créer une méga ville, une instance de planification et de gestion métropolitaine était instaurée à l’échelle métropolitaine (Hamel, 2006). Cela devait permettre d’améliorer la gouvernance locale et métropolitaine, mais aussi d’introduire un principe d’équité dans le financement des équipements et services municipaux en mettant à contribution l’ensemble des instances municipales de la région mé­tropolitaine. Étant donné les nombreuses divisions et contradictions entre acteurs et intérêts en présence, cette réforme s’est cependant soldée par un coup d’épée dans l’eau. Dans les années qui ont suivi, celle-ci n’a pas permis d’améliorer la fourniture des services. Elle s’est avérée peu contraignante pour l’ensemble des municipalités de la région (à l’exception du financement du logement social), même si par ailleurs elle a généré beaucoup d’insatisfaction en particulier du côté des municipalités de la banlieue, et cela tant du côté des municipalités anglophones sur l’île de Montréal que des municipalités locali­sées dans la couronne sud et la couronne nord de l’agglomération.

15L’exemple de Montréal illustre une des difficultés majeures que rencontre la majorité des régions métropolitaines, celle de construire un consensus au­tour d’une vision partagée de l’avenir. Dans quelle direction souhaite-t-on orienter l’aménagement et le développement urbains ? Quelles sont les priori­tés ? Quelle est le modèle de ville qu’on souhaite construire ? Dans quelle ville veut-on vivre ?

16À ce sujet, les controverses sont nombreuses. Elles concernent d’abord le rôle des villes dans la restructuration économique en cours et ses incidences sur la localisation des entreprises et des activités économiques sur le territoire, dans un contexte où la globalisation provoque une compétition accrue entre les agents économiques (Savitch, Kantor, 2002). Elles concernent ensuite la forme urbaine. Même si ces deux types de controverses sont reliés, je me limi­terai à considérer les controverses relatives à la forme urbaine.

17Cette controverse découle à la fois de choix historiques et contemporains concernant l’étalement et la dispersion d’activités économiques et sociales dans l’espace urbain en vertu de valeurs auxquelles adhèrent tant les milieux locaux que les élites nationales. Cette controverse a été remise à l’ordre du jour dans les années 1990 à la faveur du discours néorégionaliste (Orfield, 1997) qui défendait la thèse d’un nécessaire rapprochement entre les villes de la banlieue et la ville-centre. On préconisait notamment un engagement fiscal conséquent – en termes par exemple de péréquation ou de redevances – à l’égard de la ville-centre de la part des villes de la banlieue.

18Préoccupés par l’avenir des villes-centres et l’insuffisance des ressources dont elles disposent pour maintenir les services urbains, les néorégionalistes font appel à la gouvernance à titre de modèle normatif par opposition à l’ins­tauration de gouvernements régionaux tels que ceux préconisés par l’« ancien régionalisme ». D’où leur intérêt pour les modalités de coopération entre villes-centres et villes de la banlieue. Toutefois, plusieurs ont mis en lumière les limites de cette perspective, soulignant en particulier qu’elle minore le rôle de l’État, un acteur institutionnel toujours central (MacLeod, 2001). Les analyses faisant appel au changement d’échelle (rescaling), importé de la géographie urbaine dans l’analyse des politiques publiques locales, partagent d’ailleurs ce point de vue. La variation des échelles et leur redéfinition devien­nent une nouvelle stratégie de la part des pouvoirs publics et de l’État pour tenter de réguler les nouvelles contradictions d’un capitalisme de plus en plus globalisé (Brenner, 2004).

  • 2  Dans les paragraphes qui suivent, je reprends quelques-uns des arguments que j’avais déjà présenté (...)

19Dans les faits, deux positions animent la controverse au sujet de la forme urbaine2. La première est prônée par les promoteurs d’un modèle urbain mal­léable calqué sur les forces du marché et capable de répondre à la liberté de choix des individus. Cela concerne aussi bien les entreprises que les ménages. Les valeurs à l’origine de ce modèle convergent avec les principes de liberté et de sécurité.

20À cette position libérale s’oppose le discours des tenants d’une vision pu­blique et sociale de l’aménagement et de l’urbanisme. Celle-ci fait appel à la planification et à la régulation du développement urbain. Selon ce point de vue, la localisation des activités, des infrastructures et des équipements sur le territoire métropolitain ne peut obéir à de simples critères économiques soumis aux aléas des marchés. Des préoccupations publiques, tant sociales qu’environnementales doivent orienter les décisions des gouvernements et des pouvoirs locaux.

21La première position, stimulée par l’individualisation des rapports sociaux (Bourdin, 2005) et favorisée par les innovations technologiques qui amélio­rent les réseaux de communication conduit à des demandes répétées par les entreprises et les ménages afin d’adapter les infrastructures et les services ur­bains aux attentes sociales. Les contraintes géographiques ou environnemen­tales sont réduites à des variables contingentes. Ce qui doit primer ce sont les tendances du marché. La deuxième position, au contraire, est soucieuse de restreindre, voire de contenir, l’étalement ou le développement urbain discon­tinu qu’entraîne le laisser-faire des tenants du modèle urbain malléable. À ce modèle ils opposent diverses solutions allant dans le sens d’une défense des avantages de la ville compacte. Préoccupés par le gaspillage de ressources et les effets nuisibles sur l’environnement de la préséance accordée à la logique du marché en  matière de développement urbain, les promoteurs de la deu­xième position se portent à la défense de l’environnement et de la justice so­ciale. Ils préconisent une solidarité plus grande entre les classes sociales et les groupes sociaux en vue de contrer l’étalement urbain, mais aussi de réduire les inégalités sociales. À l’instar des néorégionalistes suggérant qu’il est possible d’harmoniser le développement de la banlieue et de la ville-centre moyen­nant certains compromis, les promoteurs de la deuxième position optent pour la gouvernance métropolitaine.

La forme urbaine d’un point de vue politique

22Dans la controverse au sujet de la forme urbaine que je viens d’évoquer, les promoteurs d’un modèle urbain malléable soutenu avant tout par les forces du marché ont le vent dans les voiles. Il n’y a pas de doute que leur vision des choses domine en ce moment. En dépit d’une prégnance accrue des valeurs environnementales et de la crise financière à laquelle les pouvoirs publics doi­vent faire face – limitant d’autant leur marge de manœuvre et leur capacité à soutenir financièrement la création de nouvelles infrastructures ou de nou­veaux équipements –, ce sont les valeurs des tenants de la première position qui influencent fortement les décisions des gouvernements en matière de planification et de développement urbains.  En d’autres termes, si la préséance de cette position continue comme c’est le cas depuis au moins une vingtaine d’années, le risque est grand d’assister à une détérioration de la ville-centre, provoquant un accroissement des ségrégations sociospatiales et un accès plus restreint à la centralité.

23La forme urbaine passe par une série de choix individuels et collectifs. Les politiques urbaines y contribuent aux côtés des forces du marché. L’analyse de la configuration du pouvoir à l’échelon local permet de mettre en perspective la complexité des systèmes d’action. On comprend mieux aujourd’hui que si les municipalités et l’ensemble des acteurs locaux possèdent une marge de manœuvre face aux forces du marché, leur autonomie demeure contrainte à la fois par les acteurs économiques et leurs coalitions ainsi que par les res­sources mises à leur disposition par les paliers supérieurs de gouvernement. Par conséquent, les institutions locales demeurent fragiles et il est souvent difficile d’isoler les facteurs structurels déterminant les politiques urbaines (Monkkonen, 1988). C’est ce que les analyses en termes de régime urbain – reposant sur l’étude des coalitions de pouvoir structurées autour d’un agenda politique particulier (par exemple croissance, statu quo ou redistribution) –, mais aussi les approches qui traitent du développement urbain à partir d’une perspective d’économie politique ont tenté de mieux cerner.

24On a reproché à la théorie des régimes urbains son orientation trop poli­tiste, laissant dans l’ombre le rôle joué par les acteurs de la société civile (Stone, Whelan, 2007). L’accent mis d’une manière exclusive sur les villes-centres a aussi été critiqué. C’est que l’on a eu tendance à ignorer les liens que les agents locaux entretiennent avec le contexte institutionnel plus large, incluant les autres municipalités et les acteurs de la scène métropolitaine (Lauria, 1997). En dépit de ces critiques justifiées, la théorie des régimes urbains a permis d’engager l’étude de l’action politique des villes sur le terrain du pouvoir et des enjeux institutionnels. Elle a également contribué à surmonter l’ancien dua­lisme qui opposait le modèle élitiste de structuration du pouvoir au modèle pluraliste tourné vers la capacité d’influence des groupes d’intérêts.

25Prenant acte des acquis et des analyses en termes de régime, les travaux de recherche tournés vers l’économie politique ont accordé une attention plus grande aux facteurs structurels ainsi qu’à l’articulation complexe qui prévaut entre les marchés et les politiques dans les villes fortement influencées par les tendances à la globalisation. Faisant appel à des éléments de comparaison entre plusieurs villes et considérant la transformation de leurs choix politiques dans le temps, ces études montrent que les relations entre les marchés et la formulation de politiques dépendent de diverses formes de coopération qui prévalent entre le secteur privé et le secteur public. En fonction des contextes où ils s’inscrivent – dotés de ressources publiques variables, évoluant dans des marchés économiques plus ou moins dynamiques –, les pouvoirs locaux ont la possibilité de formuler des stratégies en matière de développement urbain dont les retombées sont souvent incertaines (Savitch, Kantor, 2002).

26Il n’en reste pas moins que, si les citoyens veulent définir le modèle de ville à l’intérieur de laquelle ils souhaitent vivre, ils doivent trouver un moyen d’influencer les politiques qui orientent la forme urbaine à l’échelle métro­politaine, qu’il s’agisse des politiques de transport, d’environnement, de lo­gement social ou concernant les équipements majeurs comme les établisse­ments d’enseignement et de santé. En d’autres termes, si les acteurs sociaux veulent faire contrepoids aux forces du marché qui privilégient d’emblée une forme urbaine malléable – soustraite en général au débat public – afin de pro­mouvoir notamment une ville compacte, il est nécessaire qu’ils s’engagent sur le terrain politique. C’est d’emblée sur ce terrain qu’on doit se situer si l’objec­tif est de réduire les conflits inhérents aux choix individuels et collectifs relatifs à l’avenir des métropoles.

27Si on ne parvient pas à le faire, il y a fort à parier que prévaudront les in­térêts dominants des entreprises et des promoteurs du développement qui n’hésitent pas à confondre leurs intérêts particuliers avec l’intérêt général des régions métropolitaines (Keating, 2001). Cela pose la question de la démo­cratisation des politiques publiques et de la capacité des acteurs locaux d’in­tervenir à diverses échelles – quartier, arrondissement, ville, agglomération – afin de faire valoir leurs points de vue et influencer les politiques urbaines dans le sens de leur vision de la ville. Cela pose aussi la question des formes de cette intervention à l’échelle des métropoles. Comme on le sait, les progrès de la démocratisation ne doivent jamais être tenus pour acquis (Tilly, 2007). Si on laisse les élites fortunées se soustraire aux décisions majoritaires, la dé-démocratisation s’installe d’une manière insidieuse.

28Pour revenir à l’exemple de la forme urbaine, avant d’évaluer le degré de démocratisation à ce sujet, il est nécessaire que les choix et décisions soient soumis à des débats publics et non laissés aux seules forces du marché. En d’autres termes, l’enjeu de la forme urbaine soulève la question à savoir si ce­lui-ci doit être résolu d’une manière prépondérante par les transactions mar­chandes où prévaut la souveraineté des producteurs et des consommateurs ou, au contraire, s’il exige l’intervention d’une « communauté politique » dont le terrain privilégié d’expression demeure celui de la sphère publique.

29Ces dernières années, les tendances à la privatisation et à la dépolitisation des problèmes publics (Offe, 2008) sont venues renforcer le retrait ou à tout le moins le silence accru des « communautés politiques ». Dans la mesure où on pense qu’il est nécessaire de ne pas laisser au marché la possibilité d’orien­ter seul la forme urbaine des métropoles, il devient nécessaire de favoriser la présence et l’intervention des « communautés politiques » dans la sphère publique, c’est à dire là où il est possible de débattre des choix individuels et collectifs. Pour Offe (2008), cette sphère publique mérite d’être renforcée en favorisant son accès gratuit, en y permettant des échanges et une communica­tion qui ne soient pas orientés exclusivement en fonction de finalités instru­mentales, en favorisant l’expression et la perception de différents modes de vie, d’opinions diverses et d’une diversité sociale et culturelle. La vitalité de la sphère publique est donc nécessaire à la démocratie politique.

30Dans le cas des enjeux urbains et métropolitains, cela ne pourra se faire qu’à la condition d’une présence forte et active des acteurs de la société civile (Garcia, 2006). Ce qui ne veut pas dire pour autant que le rôle des instances politiques instituées soit négligeable (Jouve, 2005). Même si les relations entre les acteurs de la société civile et les instances politiques instituées se sont souvent avérées conflictuelles dans le passé, la légitimité de ces dernières de­meure forte (Hajer, Versteeg, 2008). La performance des uns et des autres mérite toutefois d’être considérée attentivement.

31Ce problème n’est pas nouveau. Il converge avec celui de l’articulation de la démocratie participative à la démocratie représentative. La démocratisation des politiques publiques, qui implique une présence active de la société civile dans les débats publics, doit être conciliée avec une responsabilité renouvelée sur le plan de la planification et de la gestion de la part des instances publiques à l’égard des choix collectifs en matière d’aménagement et de développement urbains.

Conclusion

32La forme urbaine des villes et métropoles contemporaines recouvre des enjeux multiples. On y retrouve notamment ceux que Lefebvre plaçait au cœur de la « révolution urbaine », à commencer par celui du droit à la ville. Dans cette perspective, il devient nécessaire de considérer de près les choix individuels et collectifs qui président à la déstructuration et à la restructura­tion des villes et métropoles ou des formes urbaines qui en résultent. On ne peut s’en remettre à la suprématie des forces du marché pour dessiner la ville de demain. Dès lors, il apparaît nécessaire de solliciter une participation ac­crue de la communauté politique. C’est grâce à son intervention que peuvent être démocratisés les choix individuels et collectifs qui pèsent sur le devenir des métropoles. Seule cette intervention peut conduire à orienter la forme urbaine des métropoles en fonction de besoins qui ne découlent pas unique­ment de la vision étriquée et exclusive des promoteurs du développement et des forces du marché.

Haut de page

Bibliographie

Bassand, M., Kaufmann, V., Joye, D. (dir.), (2001), Enjeux de la sociologie urbaine, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne.

Bourdin, A., (2005), La métropole des individus, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues.

Brenner, N., (2004), New State Spaces. Urban Governance and the Rescaling of Statehood, Oxford University Press, Ox­ford.

Caulfield, J., (1996), « Introduction », in Caulfield, J., Peake, L. (eds.), City Lives and City Forms. Critical Research & Canadian Urbanism, University of Toronto Press, Toronto.

Conference Board of Canada, (2007), Mission Possible. Successful Canadian Cities, The Canada Project Final Report, vol. III, The Conference Board of Canada, Toronto.

Dear, M. J., Flusty, S., (2002), « The Resistible Rise of L.A. School », in Dear, M. J. (ed.), From Chicago to L.A. Making Sense of Urban Theory, Sage Publication, Thousand Oaks.

Fishman, R., (1987), Bourgeois Utopias. The Rise and Fall of Suburbia, Basic Books Inc., New York.

Garcia, M., (2006), « Citizenship Practices and Urban Governance in European Cities », Urban Studies, vol. 43, n° 4.

Hajer, M., Versteeg, W., (2008), « The Limits to Deliberative Governance », Paper to be presented at the Annual Meeting of the American Political Science Association Conference, Boston, August 28-31.

Hamel, P., (2006), « Institutional Changes and Metropolitan Governance : Can De-amalgam­ation Be Amalgamation ? The Case of Montreal », in Razin, E., Smith, P. J. (eds.), Metropolitan Governing : Canadian Cases, Comparative Lessons, Magnes Press, Jerusalem.

Hamel, P., (2005), « La métropole contemporaine et ses controverses », Cahiers de Géogra­phie du Québec, vol. 49, n° 138.

Jouve, B., (2009), « Ville : le grand retour de la pensée critique », Place Publique, n° 15.

Jouve, B., (2005), « La démocratie en métropoles : gouvernance, participation et citoyenne­té », Revue française de science politique, vol. 55, n° 2.

Keating, M., (2002), « Governing Cities and Regions : Territorial Reconstruction in a Global Age », in Scott, A. J. (Ed.) Global City-Regions : Trends, Theory, Policy, Oxford University Press, Oxford.

Lacour, C., Puissant, S., (1999), La métropolisation. Croissance, diversité, fractures, Anthro­pos, Paris.

Lauria, M. (ed.), (1997), Reconstructing Urban Regime Theory. Regulating Urban Politics in a Global Economy, Sage Publications, Thousand Oaks.

Lefebvre, H., (1968), Le droit à la ville, Anthropos, Paris,

Lefèvre, C., (2009), Gouverner les métropoles, L.G.D.J, Lextenso éditions, Paris.

MacLeod, G., (2001), « New Regionalism Reconsidered : Globalization and the Remaking of Political Economic Space », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 25, n° 4.

Mayer, M., (2006), « Manuel Castells’ The City and the Grassroots », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 31, n° 1.

Monkkonen, E.H., (1988), America Becomes Urban (The Development of U.S. Cities & Towns, 1780-1980), University of California Press, Berkeley.

Offe, C., , (2008), « Opening statement for public space conference », The Decline and Rise of Public Spaces, Hertie School of Governance, Working papers, n° 39, Berlin.

Orfield, M., (1997), Metropolitics. A Regional Agenda for Community and Stability, Brookings Institution Press, Washington, D.C.

Pastor, M. Jr, Benner, C., Matsuoka, M., (2009), This Could Be The Start of Something Big. How Social Movements For Regional Equity Are Reshaping Metropolitan America, Cornell University Press, Ithaca.

Savitch, H., Kantor, P., (2002), Cities in the International Marketplace, Princeton Uni­versity Press, Princeton.

Simmons, J., Bourne, L., (2007), « Living with Population Growth and Decline », Working paper, Geography Department, University of Toronto.

Soja, E. W., (2000), Postmetropolis. Critical Studies of Cities and Regions, Blackwell, Oxford.

Stone, C. N., Whelan, R. K., (2007), « The Short and Exaggerated Life of Public Regarding­ness : The Continuing Evolution of Urban Political Study », Paper presented at the Urban Affairs Association, Seattle.

Tilly, C., (2007), Democracy, Cambridge University Press, Cambridge.

Haut de page

Notes

1  J’ai eu l’occasion de partager avec Bernard avant et après le colloque qu’il a organisé sur Henri Lefebvre un certain nombre de réflexions sur l’actualité de la pensée de ce dernier. Nous étions tout à fait sur la même longueur d’onde à ce sujet. Je tiens à remercier les coor­donateurs de ce numéro en hommage à Bernard de me fournir l’opportunité de prolonger d’une certaine manière les échanges que j’ai eus avec lui au sujet des métropoles contempo­raines qui était l’un de ses thèmes de prédilection.

2  Dans les paragraphes qui suivent, je reprends quelques-uns des arguments que j’avais déjà présentés ailleurs (Hamel, 2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Hamel, « Les métropoles et la nouvelle critique urbaine », Métropoles [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 09 juillet 2010, consulté le 24 mars 2017. URL : http://metropoles.revues.org/4317

Haut de page

Auteur

Pierre Hamel

Université de Montréal

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org