Navigation – Plan du site

Surveiller et classer : deux chantiers pour une recherche urbaine critique

Fabrice Bardet et Anaïk Purenne

Résumés

Après avoir navigué entre deux continents, Bernard Jouve s’était donné pour ambition de développer, au sein du monde académique français, une pensée critique sur la ville inspirée de la recherche urbaine nord-américaine et de diffuser ces réflexions au sein du monde social. Ce goût pour les analyses critiques sur le « fait urbain » a constitué, sous son impulsion, un élément fédérateur pour l’équipe de recherche lyonnaise qu’il a dirigée au cours des dernières années. A travers des exemples tirés de nos travaux sur les classements de ville et la surveillance, on montre qu’il en demeure aujourd’hui encore un important fil conducteur.

Bernard Jouve lived a rich experience between two different academic worlds. That is the principle reason why he aimed to develop a critical thought on urban changes and cities in the midst of French academic world. Further, he wanted to spread these analysis inspired by North-American urban research among actors playing a role in urban policies. For the research team that he managed in Lyon for these last years, this interest became, and remains, a unifier element.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  http://metropoles.revues.org/document2812.html. Consulté le 21 décembre 2009.

1Après avoir navigué entre deux continents, Bernard Jouve s’était assigné comme objectif de développer, au sein du monde académique français, une pensée critique sur la ville inspirée de la recherche urbaine nord-américaine. Il regrettait que la fin des grands cadres interprétatifs globaux, à l’instar du marxisme ou du structuro-fonctionnalisme, ait fini par interdire aux com­mentateurs ou aux observateurs scientifiques toute capacité de détachement pour produire une représentation originale ou distanciée des phénomènes. Sans pour autant idéaliser les grandes pensées du passé, il ne souscrivait pas à la posture du chercheur se contentant de décrire avec minutie ce qu’il ob­serve, posture qu’il interprétait comme une forme de démission des intel­lectuels face à leur responsabilité d’offrir un autre regard sur le monde social et des armes pour le transformer1. De ce point de vue, la recherche française souffrait selon lui d’avoir progressivement abandonné l’espoir d’utilité pour la transformation sociale, qui avait pourtant été au fondement des mouvements hygiénistes et modernistes producteurs des premières formes d’enquêtes so­ciales quantitatives en France. Convaincu que cette tradition incarnée par le modèle emblématique de l’École de Chicago avait perduré dans le monde de la recherche urbaine anglophone, Bernard Jouve avait explicitement confié à la revue Métropoles qu’il animait avec son ami Christian Lefèvre la fonction de « passeur transatlantique » des analyses de chercheurs comme Neil Brenner, Hank Savitch, ou encore Paul Kantor, attachés à proposer une lecture expli­cative et critique des transformations à l’œuvre dans les métropoles contem­poraines.

2Dans le premier numéro de Métropoles, Bernard Jouve offrait ainsi un compte rendu de lecture du dernier ouvrage publié par Neil Brenner, à qui il attribuait le mérite de fournir un cadre théorique élaboré positionné « à un niveau intermédiaire entre la réflexion proprement spéculative sur les transformations des États européens depuis 40 ans et la production en mas-se d’études de cas comparatives ou monographiques qui ont certes le mérite d’exister mais à qui il manquait une montée en généralité »(Jouve, 2007). De même, le numéro comporte un passionnant article écrit par Paul Kantor. À travers cette synthèse de ses travaux, ce professeur à la notoriété établie aux États-Unis manifestait concrètement son soutien à l’entreprise de circulation transatlantique des savoirs engagée par Bernard Jouve. Large panorama de l’histoire des politiques urbaines aux États-Unis, ce texte offre une formi­dable critique de cette « compétition mondiale des villes » théorisée il y a des années en Amérique du Nord et aujourd’hui reprise par les gestionnaires urbains de la planète comme un horizon indépassable. Décortiquant les outils de cette compétition (comme par exemple les Business Improvement Districts ou les Money Generating Governements), et leurs conséquences sur les terri­toires et leurs populations (en termes de croissance des inégalités, d’organi­sation de la ségrégation, d’explosion de la violence, etc.), Paul Kantor livre, via cette revue francophone, un vade-mecum des écueils à éviter que devraient méditer tous les analystes ou gestionnaires urbains français.

3Cet intérêt pour une lecture critique des transformations affectant les es­paces métropolitains a constitué, sous l’impulsion de Bernard Jouve, un élé­ment fédérateur pour l’équipe de recherche lyonnaise qu’il a animée au cours des dernières années. Un peu à la manière d’une « feuille de route », cet intérêt se décline aujourd’hui à la fois dans les travaux traitant de la quantification et de l’évaluation des politiques publiques, et dans ceux interrogeant les recom­positions du contrôle social dans les sociétés contemporaines, deux thèmes qu’il avait choisi d’inscrire au cœur de la programmation scientifique du labo­ratoire RIVES. En s’arrêtant d’abord sur les classements de villes comme ins­truments de la compétition des villes, puis sur les dispositifs de surveillance urbaine comme mode de tri social ensuite, on propose de montrer comment ces chantiers de recherche peuvent contribuer à nourrir un programme de tra­vail orienté vers le développement de perspectives critiques sur la ville.

Les classements de villes comme politiques symboliques à usage des élites politiques et économiques

4Convaincu que le thème de la compétition des villes constituait un formi­dable sujet de controverses pour la recherche urbaine, Bernard Jouve estimait nécessaire d’aborder ce débat dans une perspective critique, et de prendre au sérieux les mises en garde de chercheurs nord-américains comme Paul Kantor quant aux implications d’une telle perspective en termes d’accroissement des inégalités, d’organisation spatiale de la ségrégation des populations ou encore d’augmentation des violences aux personnes. L’importation des controverses nord-américaines pouvait à ses yeux permettre aux acteurs de la ville euro­péenne d’éviter de telles ornières. C’est dans cet esprit qu’il suggéra à Fabrice Bardet, auteur des paragraphes qui suivent, l’idée que la multiplication des palmarès urbains constituait une belle occasion de comprendre à la fois la fiabilité de tels outils d’un point de vue scientifique, mais surtout leurs fonc­tions politiques et sociales diverses, et leurs usages associés. Deux terrains de recherche ont été retenus dans cette perspective.

5Le premier est une initiative de la Banque Mondiale en faveur de la consti­tution d’une base d’indicateurs pour les Villes du Monde, le « Global City Indicators Program » (GCIP).

6En 2000, les responsables du secteur urbain de la Banque Mondiale dé­cident de se doter d’une nouvelle stratégie urbaine susceptible d’encadrer les interventions de la Banque en direction des territoires urbains. Dans les années qui suivent cette initiative emblématique pour une institution orien­tée depuis son origine vers le développement des territoires ruraux (Bardet, Helluin, 2010), le champ de la science économique fait également l’objet de débats nouveaux sur le rôle des villes dans les dynamiques de développement. Des travaux relancent l’hypothèse d’une forte corrélation entre les phéno­mènes de croissance économique et d’urbanisation (Freire, Polese, 2003). L’influence de ces recherches dans les institutions internationales est consi­dérable, du fait notamment de la domination des profils d’administrateurs formés à l’économie, et notamment à l’économie du développement (Cussó, 2001).

7Dans ce contexte de focalisation sur le levier urbain de l’action apparaît un besoin de données nouvelles. Un certain nombre de projets de création de bases de données émergent alors, qui visent essentiellement deux objectifs : il s’agit soit de progresser dans la représentation des dynamiques de développe­ment que permettraient les villes, soit de fournir aux nouveaux acteurs urbains des outils de pilotage de leurs politiques. C’est à ce second enjeu que renvoie le  projet de GCIP.

  • 2  http://www.cityindicators.org.

8Rompant avec le chantier classique de rassemblement de statistiques exis­tantes, le « Global City Indicators Program » lancé en 2006 vise à en produire de nouvelles, en mobilisant ces fameuses villes qui semblent porteuses d’une dynamique d’avenir. La stratégie imaginée consiste à demander aux villes de renseigner elles-mêmes les différentes données qui composent la base. Une telle idée s’inscrit dans la lignée des outils électroniques de travail collabora­tif, souvent nommés « wikis », qui connaissent le succès depuis des années (Roth et al., 2008 ; Caby-Guillet et al., 2009). Pour convaincre les villes de s’associer à leur initiative, les responsables de la Banque Mondiale affichent très clairement leur intention d’offrir aux villes un outil d’évaluation de leurs propres politiques, par comparaison avec les situations que connaissent les autres villes du monde2

9Concernant les indicateurs autour desquels les performances des villes se­raient appréhendées, les promoteurs de l’initiative imaginèrent un dispositif rendant leurs procédures de définition à la fois participatives, contrôlables et modifiables à tout moment. Une première liste d’indicateurs fut ainsi établie en collaboration avec une dizaine de villes pilotes situées en Amérique du Nord et du Sud. Mais les animateurs du programme assurent que, dans une logique semblable à celle des wikis, la liste des indicateurs, tout comme les méthodes de leur renseignement, demeurent ouvertes à ajustement, au fur et à mesure de l’adhésion des nouveaux membres au programme. À terme, cependant, il est envisagé une forme de stabilisation avec le recours à une cer­tification ISO qui permettrait la vérification par un tiers des données saisies.

10Pour l’heure, la base comporte 63 indicateurs répartis dans les deux thé­matiques de la qualité des services urbains et de la qualité de vie. À cette liste s’ajoute une série de dix indices, issus de l’agrégation pondérée des différents indicateurs, plus directement lisibles par le regard extérieur. La liste de ces indices s’établit aujourd’hui comme suit : compétitivité, capital social, créati­vité, bien-être subjectif, émissions de gaz à effet de serre, consommation totale d’énergie, gouvernance, accessibilité urbaine, culture et loisirs, qualité de l’eau.

11Au-delà de la description de cette entreprise, l’enquête menée autour du développement de ce palmarès urbain suggère, un an après le lancement of­ficiel du programme, quelques commentaires. Il apparaît tout d’abord que le GCIP tarde à rencontrer l’adhésion d’une partie des élites urbaines. Seule une soixantaine de villes ont en effet pour l’instant adhéré au programme. Aux États-Unis, où la théorie de la concurrence des villes a été largement débattue, et où les gouvernements locaux sont mobilisés pour devancer les échelons étatiques ou fédéral dans les secteurs d’action publique émergents, l’engage­ment des villes dans ce programme est quasi-inexistant.

12Plusieurs explications peuvent être formulées. La profusion des palmarès urbains en tout genre (Hooge, 2009), qui contraste avec le manque de bases de données urbaines auquel devait d’abord répondre le GCIP, pourrait consti­tuer un premier élément de réponse. Mais un élément plus solide est suggéré par la dynamique des recherches menées sur les wikis d’entreprises qui souli­gnent la nécessité d’un pilotage explicite des politiques que de tels outils sous-tendent (Caby-Guillet, Guesmi, Mallard, 2009). On peut alors faire l’hypo­thèse que l’incertitude que fait peser sur l’orientation du GCIP son dispositif de participation imaginé pour la définition des indicateurs nuit aujourd’hui à son développement (Bardet, Helluin, 2010).

13Les usages des palmarès urbains développés au cours des dernières années par les manageurs de l’agglomération lyonnaise – élus et techniciens – per­mettent de prolonger cette analyse. Il s’agit là du second terrain d’investiga­tion sur lequel on souhaite revenir brièvement.

  • 3 Au cours de sa carrière, Bernard Jouve s’est attaché à alimenter la réflexion de certaines élites a (...)

14A la fin des années 1990, l’agglomération lyonnaise s’est dotée d’une « Mission prospective et stratégique » bientôt transformée en une plus impo­sante Direction de la prospective et de la stratégie d’agglomération (DPSA) ayant pour vocation de rassembler acteurs publics et privés du territoire pour travailler à un projet d’agglomération partagé susceptible de préparer un meilleur positionnement de l’agglomération dans la compétition internatio­nale des villes (Healy, 2007). Bernard Jouve a dès l’origine prêté une grande attention à cette dynamique et a multiplié les enquêtes sur ces politiques in­novantes (Jouve, Lefèvre, 2003). Son intérêt pour ce groupe d’entrepreneurs locaux3 a joué un rôle important dans notre projet de nous intéresser à l’une des activités alors développée dans ce creuset : la réflexion pour un meilleur usage stratégique du positionnement de la ville de Lyon dans les palmarès in­ternationaux des villes.

15L’un des palmarès mobilisés par les gestionnaires de l’agglomération lyon­naise est le classement « European Cities Enterpreneurship Ranking » (ECER), réalisé par un cabinet local de conseil aux entreprises, en partenariat avec le groupe Banque Populaire, qui affiche son intention de hiérarchiser les villes en fonction des efforts qu’elles consentent pour aider à l’installation de nouvelles entreprises. La traduction française de l’acronyme ECER, présenté comme un « Tour d’Europe des villes préférées des entrepreneurs », met en avant les bénéfices potentiels que les villes peuvent attendre d’un tel classement en termes de politique de communication. Mais dans le cas du classement ECER, sa fonction d’évaluation des politiques publiques est en quelque sorte garantie par les conditions mêmes de sa création.

  • 4  Entretien avec Loïc Mahérault, 28 janvier 2010.

16L’idée d’un nouveau classement aurait été formulée dans les cercles po­litiques et économiques lyonnais au début des années 2000, en réponse à l’attention nouvelle portée aux palmarès urbains par le président du Grand Lyon, Gérard Collomb, soucieux de développer une politique de communi­cation autour du territoire métropolitain. Très vite, le cabinet lyonnais Alti­diem, fondé par un ancien directeur de recherches en économie de l’Ecole de Management de Lyon, Loïc Mahérault, s’impose comme étant en mesure de proposer le canevas d’un « benchmark sérieux »4 des villes européennes sur la perception par les chefs d’entreprises des politiques d’aide à la création d’entreprises. L’idée d’une enquête auprès des chefs d’entreprises ne bénéficie pas alors, auprès des gestionnaires publics, du crédit dont elle semble dispo­ser aujourd’hui. Les dispositions à l’égard des types de classements témoi­gnent schématiquement d’une sorte de dichotomie entre des gestionnaires publics plutôt enclins à faire confiance à des données « objectives », issues des registres administratifs ou éventuellement d’enquêtes scientifiques, et des acteurs liés au monde économique qui privilégient les données les plus conjoncturelles et celles issues d’enquêtes de perception (qui constituent au demeurant une forme canonique d’enquête pour les « études de marché »).

17La légitimité académique mais aussi entrepreneuriale dont bénéficie Loïc Mahérault – qui a été le directeur du Centre des entrepreneurs de l’EM Lyon – va sans doute constituer l’une des raisons pour lesquelles les partenaires locaux sont rapidement convaincus. Une forme de consensus s’est en tout cas imposée dans le réseau des acteurs des politiques de développement de l’agglomération. La présidence de l’association pour la fondation du classe­ment ECER est confiée au président de « Lyon ville de l’entrepreneuriat ». Carte blanche est alors donnée au PDG d’Altidiem pour constituer un comité de pilotage scientifique du classement susceptible d’offrir les garanties aca­démiques et institutionnelles du projet de « benchmark sérieux ». La pré­sidence du comité scientifique est confiée à Olivier Torres, maître de confé­rences en sciences économiques à l’université de Montpellier et professeur associé à l’EM Lyon, par ailleurs membre du Centre des entrepreneurs dont Mahérault a été le directeur. Le reste du comité est constitué d’économistes de renom.

18L’installation d’un tel comité scientifique constitue une première diffé­rence notable avec les nombreux classements de ce type, même si la métho­dologie utilisée apparaît par ailleurs relativement classique. Mais la différence essentielle est sans conteste la décision de ne pas diffuser de manière large la liste des questions qui composent le questionnaire soumis aux entrepreneurs.

19Le questionnaire du classement ECER n’est communiqué que sur demande, ainsi qu’aux membres de l’association du classement. Pourquoi une telle ré­tention, alors que partout s’affiche la nécessité que les conventions à la base des productions scientifiques soient plus souvent explicitées et mieux débat­tues (Callon et al., 2001) ?

20Pour le principal responsable du classement, il s’agit de préserver l’intérêt des lecteurs pour un classement qui affiche sa volonté de différence. Selon lui en effet, l’exposé de l’ensemble des questions, des « recettes du classement », provoquerait paradoxalement un désintérêt pour la conception même des en­quêtes. En contrepartie, le choix est fait d’apporter des garanties académiques concernant la composition du cénacle d’élaboration des protocoles. Loïc Ma­hérault souhaite ainsi que la revendication de scientificité de ce classement soit assortie en quelque sorte d’une clause d’accès qui affirme la rareté du pro­duit, son utilité distinctive.

21Les palmarès urbains évoqués ci-dessus témoignent d’un certain malaise des promoteurs de tels palmarès dès lors qu’il s’agit d’expliciter les conven­tions qui sont à la base de leur élaboration. Que ce soit la Banque Mondiale hésitant entre pérennisation de son dispositif participatif et stabilisation des indicateurs, ou le cabinet Altidiem qui choisit de ne pas divulguer au-delà d’un cercle restreint les protocoles auxquels il a recours, les acteurs concernés semblent embarrassés pour exposer leur politique de la quantification. Cette difficulté à expliciter les politiques de la science dépasse le seul secteur des politiques urbaines et mérite sans doute aujourd’hui que de nouveaux pro­grammes de recherche s’engagent (Bardet, Jany-Catrice, 2010).

22Plus largement, les palmarès apparaissent, à la lumière du prisme lyonnais notamment, davantage comme des outils de légitimation de l’action urbaine, que comme de véritables outils de management des politiques d’aggloméra­tion. Leurs usages relèvent d’abord et avant tout du champ de la communica­tion politique, aujourd’hui structuré autour de la rhétorique de concurrence des villes et d’enjeux de marketing territorial. De ce point de vue, il convient de prêter attention au détournement d’attention qu’une telle focalisation est susceptible d’alimenter, courant le risque de faire oublier qu’au-delà des réa­lités de la communication, les villes demeurent constituées de populations déshéritées ou dominées, nombreuses, bien loin d’être en capacité de bénéfi­cier des éventuelles plus-values apportées par une position avantageuse dans de tels classements produits d’enquêtes auprès des chefs d’entreprises, aussi sérieux soient leurs protocoles d’établissement. Parallèlement à ces outils quantitatifs, d’autres formes de savoirs sur les populations et les territoires se sont fortement développées ces dernières années, qui viennent redoubler la nécessité de perspectives critiques interrogeant le potentiel de ces dispositifs en termes notamment de croissance des inégalités.

La surveillance urbaine: un autre chantier d’analyse pour la recherche urbaine

  • 5  On pense, par exemple, au développement de logiques d’action publique visant à prédire et anticipe (...)
  • 6  On reprend ici la définition large du contrôle social proposée par Stanley Cohen comme les « répon (...)

23Loin de constituer un phénomène nouveau, la collecte et l’exploitation d’informations à caractère personnel est un processus ancien qui a accompa­gné l’émergence des États modernes. Depuis une vingtaine d’années, les po­litiques de modernisation de l’État5 soutenues par le développement rapide de nouvelles technologies favorisant la circulation de flux massifs de données personnelles ont cependant ouvert la voie à des changements d’envergure, en étendant à l’ensemble de la société la surveillance étroite qui ne s’exerçait jusque-là qu’en direction d’individus ou de groupes sociaux nommément désignés. Loin de constituer un simple effet d’aggiornamento d’organisations bureaucratiques en quête de modernisation de leur répertoire d’actions, cette généralisation des outils de surveillance doit être conçue comme un trait constitutif des sociétés industrialisées en général et des villes en particulier, qui se définiraient aujourd’hui par des formes de contrôle social plus intru­sives et plus systématiques6.

  • 7  Parmi ces exceptions, on peut citer en particulier les travaux de Didier Bigo, de Fabien Jobard et (...)

24Depuis la fin des années 1980, les sciences sociales anglo-saxonnes ont largement alimenté la réflexion sur cette « nouvelle surveillance » envisa­gée comme une nouvelle forme de contrôle social plus « soft » venant se superposer au, sinon concurrencer le monopole de l’État sur les moyens de violence. Cette attention a conduit à la structuration progressive d’un nou­veau domaine d’étude, les « surveillance studies ». La nouvelle spécialité qui a émergé sous ce labelfait aujourd’hui l’objet de revues spécialisées et de ré­seaux professionnels dédiés aux activités de collecte et d’analyse d’informa­tions sur les populations. Malgré l’importance des questions soulevées, cette littérature demeure encore très imparfaitement connue en France, les cher­cheurs non anglophones demeurant à de rares exceptions près à l’écart de ce chantier de réflexion7. C’est à la genèse et à la consistance de cette tradition de recherche qui s’est développée sous le label des « surveillance studies » que s’intéressent Bilel Benbouzid et Anaïk Purenne. Cette tradition de recherche permet, comme on va le voir, de nourrir, à partir d’autres horizons intellec­tuels et disciplinaires (la sociologie du crime et de la déviance, la sociologie de l’information), l’entreprise de connaissance et les visées de transformation sociale qui animent le champ de la recherche urbaine critique tel que Bernard Jouve l’envisageait.

25L’analyse de la place qu’occupe le traitement des données personnelles dans l’arsenal des outils de gouvernement a été initiée dans les années 1970 par le sociologue et criminologue Gary T. Marx. Son intérêt pour ces ques­tions porte la marque de l’influence des travaux d’Erving Goffman sur le contrôle social et le secret, dont Gary Marx suivit les enseignements à Ber­keley au début des années 1960 et dont il s’est efforcé d’élargir la perspective en déplaçant le regard du point de vue des « agents du contrôle social ». Ce travail pionnier tourné vers l’étude des usages policiers de l’information a rencontré l’intérêt de chercheurs issus d’autres sous-disciplines comme la so­ciologie de l’information et de la communication. L’un des spécialistes nord-américains parmi les mieux reconnus de ce champ, David Lyon, a ainsi joué un rôle essentiel dans la construction du « label » des surveillance studies à travers une entreprise éditoriale d’envergure. On lui doit en particulier d’avoir promu une définition plus large de la surveillance au-delà du seul horizon de la sécurité et même de la sphère publique. Dans plusieurs de ses ouvrages, Da­vid Lyon s’est attaché en effet à montrer que l’usage de données personnelles, qui était historiquement l’apanage de certains segments de l’appareil d’État comme la police, l’armée, ou les agences du Welfare, s’est généralisé également au sein des organisations privées.

26A quelle(s) logique(s) renvoie cet intérêt sans précédent pour les données à caractère personnel ? Quelles implications pour les individus concernés et le « vivre ensemble » ? Les réponses à ces questions varient selon le cadre d’ana­lyse privilégié. Pour le dire vite, l’approche panoptique développée par Michel Foucault dans Surveiller et punir, qui a largement dominé les surveillance stu­dies depuis leur origine, a d’abord incité les chercheurs à focaliser leur atten­tion sur les visées disciplinaires ou « normalisatrices » de ces pratiques et à développer une critique des effets négatifs de ces dispositifs assimilés à une source majeure d’érosion des libertés individuelles. Ces réflexions ont parfois accompagné les efforts des pouvoirs publics en vue de limiter les atteintes à la vie privée occasionnés par cette systématisation de la surveillance des popula­tions. De telles analyses, de même que les réponses légales ou technologiques tournées vers la préservation des droits et libertés des individus contre des usages abusifs des données personnelles par l’État ou les firmes privées, sont cependant vues comme de plus en plus inadéquates et réductrices par certains auteurs, qui défendent l’idée que d’autres logiques institutionnelles viennent aujourd’hui se surajouter à, et peut-être même supplanter, les visées discipli­naires de la surveillance.

27Ainsi pour David Lyon, la surveillance apparaît désormais comme « un moyen privilégié de tri social, de classification et de catégorisation des popu­lations et des personnes à des fins d’anticipation et de gestion des risques » (Lyon, 2001). Cette vision de la surveillance comme « social sorting » s’exer­çant au moyen de bases de données informatisées se nourrit, pêle-mêle, des réflexions d’Ulrich Beck sur la « société du risque », des analyses dévelop­pées par Ian Hacking dans The Taming of Chance, ou encore de celles de Saskia Sassen et Manuel Castells sur la « ville globale ». Plusieurs types d’exemples développés par le géographe Stephen Graham (Lyon, 2007) permettent de mieux saisir les points de convergence entre les questionnements de la re­cherche urbaine et cette problématique de la surveillance comme tri social et mode de renforcement des divisions sociales et économiques dans ces es­paces privilégiés de la consommation de masse que sont les villes.

28Un premier exemple est celui des bases de données et des activités de pro­filage aujourd’hui largement développées dans l’univers du marketing pour connaître les préférences et les comportements des consommateurs, et qui fournissent généralement le socle de pratiques à caractère discriminatoire. Qu’il s’agisse des cartes de fidélité proposées par nombre de grandes en­seignes de supermarchés ou des dispositifs « grands voyageurs » mis en place par les compagnies aériennes ou ferroviaires, ce type de profilage conduit en effet à un renforcement des distinctions de statut ou de rang en réservant les meilleures offres, les meilleurs emplacements, ou les meilleurs services aux clients identifiés comme les plus assidus. Le recours généralisé à ces diffé­rences de statut dans les espaces urbains débouche sur des processus de prio­risation de certains groupes et de marginalisation d’autres groupes sociaux et peut être envisagé, selon S. Graham, comme une autre forme moins visible mais tout aussi prégnante de ce qu’il est convenu d’appeler la « fracture nu­mérique » (Graham, 2004). Ces mêmes processus se retrouvent également dans des secteurs aussi essentiels que les déplacements, où certaines villes confrontées à des problèmes de congestion ont adopté des systèmes de sur­veillance du trafic des routes urbaines ou interurbaines à péage permettant de faire varier le niveau de tarification en fonction des conditions de circulation : lorsque les caméras révèlent un trafic chargé, les automobilistes sont informés d’une augmentation des tarifs par des panneaux de signalisation lumineuse, information qui incite les catégories les moins aisées à se reporter sur d’autres voies de circulation.

29Mais c’est sans doute dans le domaine de l’application de la loi et du main­tien de l’ordre social que les conséquences de la surveillance comme tri social apparaissent les plus marquantes. La logique de « séduction catégorielle » (categorical seduction) cède en effet le pas à une logique de « suspicion catégo­rielle » (categorical suspicion) : l’enjeu de la surveillance n’est plus d’identifier des groupes de consommateurs pouvant bénéficier de conditions privilé­giées, mais des individus ou des groupes « à risque » devenant objet d’une attention particulière de la part des acteurs de la régulation sociale. C’est ce qu’illustre l’exemple des programmes de surveillance intensive mis en place dans certaines villes canadiennes en direction des jeunes délinquants identi­fiés comme des criminels en puissance (Ericson, Haggerty, 1996). L’inclusion d’un mineur dans ces programmes s’effectue sur la base d’un tour de table interinstitutionnel incluant les administrations policières et judiciaires, mais aussi les services sociaux, scolaires ou encore médicaux de la ville. À l’issue d’un tra­vail d’analyse et de profilage des risques, des « books » de photos sont remis aux patrouilleurs de la police, avec pour consigne de multiplier les contrôles à l’encontre de ces « cibles » pour les amener soit à se tenir tranquille, soit à changer de territoire. Sans déboucher nécessairement sur un usage ostenta­toire de la force, ces nouveaux modes d’intervention valorisant le traitement de l’information et les activités de « production de savoir » sur les risques criminels (knowledge working) semblent en passe de s’imposer comme un modèle d’action dominant au sein des forces de polices urbaines, si l’on suit les travaux des criminologues canadiens Richard Ericson et Kevin Haggerty.

Conclusion

30L’exercice critique, pour se fonder sur des instruments théoriques, reste in­séparable de l’épreuve du terrain, où il se nourrit et peut démontrer son utilité sociale. Cette vision de la recherche s’applique à deux dispositifs émergents de surveillance et de classement, qui reposent tous deux sur une technologie de contrôle qu’il convient d’examiner en détail.

31A l’heure où la collecte et le traitement des données personnelles devien­nent progressivement partie intégrante du répertoire d’action de nombreuses administrations françaises, ce rapide état des travaux et des réflexions déve­loppés par le champ des surveillance studies contribue à faire surgir quelques questions qui gagneraient nous semble-t-il à s’inscrire sur l’agenda de la re­cherche urbaine française, autour notamment de la problématique du tri social et des concepts de séduction et suspicion catégorielle. Omniprésentes dans les espaces urbains à travers les caméras de vidéosurveillance, les sys­tèmes de contrôle des flux de circulation ou encore les dispositifs de sécurité des centres commerciaux, les activités de surveillance constituent en effet un vecteur potentiel de renforcement des inégalités sociales et des processus de différenciation déjà à l’œuvre, en conditionnant à l’appartenance à telle ou telle catégorie l’accès à un large éventail d’espaces ou de services urbains. S’ils rencontrent encore parfois des difficultés pour séduire les élites politiques, les palmarès urbains et leurs usages méritent aussi d’être appréhendés au prisme de leurs effets (ou, le cas échéant, de leur absence d’effets) sur les inégalités sociales, la résorption du chômage et de la pauvreté, et ce d’autant plus qu’ils peuvent être assimilés par certains aspects à des politiques symboliques dont l’une des fonctions est précisément de polariser l’attention sur des problèmes « mineurs », au détriment de problèmes plus « sérieux » (Edelman, 1964, 1971).

32Ces deux chantiers de recherche entrent ce faisant pleinement en réso­nance avec le programme de travail de la recherche urbaine critique tel que Bernard Jouve le concevait, à travers notamment les travaux développés dans le cadre de la chaire « Politiques urbaines et citoyenneté » par laquelle l’UNESCO avait marqué la reconnaissance internationale de sa démarche de « passeur » en pensée critique sur la ville.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bardet, F., Helluin, J.-J., (2010, à paraître), « Comparer les performances des villes. Le programme des Indicateurs pour les Villes du Monde de la Banque mondiale », Revue Française de Socio-Economie.
DOI : 10.3917/rfse.005.0083

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bardet F., Jany-Catrice F., (2010, à paraître), « Les politiques de la quantification », Revue Française de Socio-Economie.
DOI : 10.3917/rfse.005.0009

Caby-Guillet, L. et al., (2009), « Wiki professionnel et coopération en réseaux. Une étude ex­ploratoire », Réseaux, n° 154.

Callon, M. et al., (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Seuil, Paris.

Cohen, S., (1985), Visions of Social Control : Crime, Punishment, and Classification, Polity Press, Cambridge.

Cussó, R., (2001), « La démographie dans le modèle de développement de la Banque mon­diale : entre la recherche, le contrôle de la population et les politiques néolibé­rales », mémoire de doctorat de démographie historique, sous la direction de H. Le Bras, École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Edelman, M., (1964), The Symbolic Uses of Politics, University of Illinois Press, Urbana.

Edelman, M., (1971), Politics as a Symbolic Action, Chicago University Press, Chicago.

Ericson, R. V., Haggerty K. D., (1997), Policing the Risk Society, Oxford University Press, Oxford.

Foucault, M., (1975), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Gallimard, Paris.

Freire, M., Polese, M., (2003), « Connecting Cities with Macroeconomic Concerns : The Miss­ing Link », Institut National de la Recherche Scientifique / World Bank.

Graham, S., (2004), « The Software-sorted City : Rethiniking the Digital Divide », in Graham S. (ed.), The Cybercities Reader, Routledge, New York.

Healy, A., (2007), « Le gouvernement privé de l’action publique urbaine. Sociologie politique de la “gouvernance métropolitaine” du Grand Lyon (fin du xxe siècle) », Thèse de science politique, sous la direction de G. Pollet, Institut d’études politiques de Lyon, Lyon.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hooge, É., (2009), « La cote des villes », Futuribles, n° 354.
DOI : 10.1051/futur/200935445

Jouve, B., (2007), « Brenner Neil, New States Spaces. Urban Governance and the Rescaling of Statehood », Métropoles, n° 1, Varia, [En ligne], mis en ligne le 16 mai (2007, http://metropoles.revues.org/document116.html,  consulté le 21 dé­cembre 2009.

Jouve, B., Lefèvre, C., (2003), Horizons métropolitains, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, Lausanne.

Lyon, D., (2001), « Facing the Future : Seeking Ethics for Everyday Surveillance », Ethics and Information Technology, vol. 3, n° 3.

Lyon, D., (2007), Surveillance Studies. An Overview, Polity Press, Cambridge.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Roth, C. et al., (2008), « Démographie des communautés en ligne. Le cas des wikis », Réseaux, n° 152.
DOI : 10.3917/res.152.0205

Haut de page

Notes

1  http://metropoles.revues.org/document2812.html. Consulté le 21 décembre 2009.

2  http://www.cityindicators.org.

3 Au cours de sa carrière, Bernard Jouve s’est attaché à alimenter la réflexion de certaines élites administratives ou institutions à visée réformatrice, à l’échelle locale, nationale et même internationale. À Lyon, Bernard Jouve avait très vite souhaité organiser la rencontre des controverses animant le champ universitaire autour de la notion de « gouvernance» avec les principaux acteurs locaux des politiques métropolitaines : Agence d’Urbanisme, Communauté Urbaine lyonnaise, notamment dans le cadre de la démarche prospective de Millénaire 3. Il fit ainsi partie des rares « observateurs extérieurs » à être invités à s’exprimer, en leur qualité de « grands témoins », aux cérémonies des 40 ans de la Communauté ur­baine de Lyon (http://www.40ans.grandlyon.com/?p=1600).

4  Entretien avec Loïc Mahérault, 28 janvier 2010.

5  On pense, par exemple, au développement de logiques d’action publique visant à prédire et anticiper la survenue de risques.

6  On reprend ici la définition large du contrôle social proposée par Stanley Cohen comme les « réponses organisées par lesquelles la société réagit aux comportements et aux individus qu’elle considère comme déviants, problématiques, inquiétants, menaçants, gênants, diffi­ciles ou indésirables » (Cohen, 1985).

7  Parmi ces exceptions, on peut citer en particulier les travaux de Didier Bigo, de Fabien Jobard et Dominique Linhardt, ou encore ceux d’Emmanuel Martinais et Christophe Bétin au sein du laboratoire RIVES.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Bardet et Anaïk Purenne, « Surveiller et classer : deux chantiers pour une recherche urbaine critique », Métropoles [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 09 juillet 2010, consulté le 25 août 2016. URL : http://metropoles.revues.org/4302

Haut de page

Auteurs

Fabrice Bardet

ENTPE, Université de Lyon

Articles du même auteur

Anaïk Purenne

ENTPE, Université de Lyon

Haut de page