Navigation – Plan du site

Biographie de Bernard Jouve

Texte intégral

1Après des études secondaires de lettres, Bernard Jouve entreprend des études de géographie à l’université de Bordeaux III. S’intéressant déjà aux questions urbaines (un mémoire de maîtrise sur les transports publics à Pondichéry) il « monte à la capitale » pour y poursuivre un doctorat. Il ap­profondit la relation « transport et territoire » dans son mémoire de DEA et dans sa thèse. Celle-ci élargit le thème des transports à celui des réseaux dans un espace transfrontalier, la région franco-genevoise. Elle s’accomplit au Laboratoire Techniques, Territoires, Sociétés (LATTS), nouveau venu dans la recherche française et dont l’une des particularités est la pluridisciplinarité. C’est dans univers spécifique que Bernard Jouve va entamer sa carrière acadé­mique, après un titre de docteur qu’il obtient en 1992.

2Son premier poste de chercheur, il l’obtient dès sa sortie de thèse à Lyon dans le laboratoire CEOPS (Conception d’Évaluation pour les Organisations et les Politiques publiques) de l’École Nationale des Travaux Publics de l’État (ENTPE). En 1995, CEOPS disparaît pour donner naissance à une nouvelle structure de recherche, RIVES (Recherches Interdisciplinaires, Ville, Espace et Société) dont il deviendra l’un des piliers puis le directeur.

3Durant son « premier séjour » à RIVES, Bernard va développer un im­portant réseau international à partir de programmes comparatifs sur les ques­tions territoriales. Il va les travailler à travers de nombreux objets mais qui tous concourent à « questionner l’un des construits sociopolitiques majeurs des sociétés contemporaines : l’État », ainsi qu’il l’exprime lui-même dans son Habilitation à Diriger des Recherches qu’il obtient en 2000 à l’Université de Paris 8. Ces 5 années (1995-2000), Bernard les emploie à initier et piloter des travaux sur les mobilisations régionales (programme REGE puis « Échange Politique et Mobilisations Régionales ») et sur les dynamiques institution­nelles (programmes sur les réformes institutionnelles dans les régions ur­baines européennes).

4Ces travaux lui confèrent une reconnaissance académique internationale et aiguisent en lui le désir d’autres perspectives. En 2002, c’est au Canada, à Montréal qu’il choisit de s’établir, en famille. Sa notoriété lui a en effet per­mis de décrocher une chaire fédérale sur les Dynamiques Territoriales qu’il va diriger pendant quatre ans à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Outre Atlantique, il va découvrir une autre société, une autre forme d’État, dé­couverte qui va l’emmener vers des chantiers nouveaux comme ceux de la ci­toyenneté, du multiculturalisme, de l’empowerment mais en totale continuité avec ses questionnements sur l’État et ses évolutions.

5Il quitte Montréal en 2005 pour revenir à Lyon où il prend alors la direc­tion du laboratoire RIVES. Fort de sa bonne connaissance des problématiques européennes et nord-américaines, il y développe une analyse critique du fait urbain qui servira d’élément fédérateur à l’équipe de ce laboratoire. En 2006, l’obtention d’une chaire Unesco « Politiques Urbaines et Citoyenneté » consacre son travail et la même année il fonde avec Christian Lefèvre la revue Métropoles, deux aventures qu’il a portées jusqu’à sa mort en avril 2009, dans sa 44ème année. Que ce bref rappel d’un parcours intellectuel dramatiquement interrompu soit aussi un témoignage d’affection à Catherine, son épouse, et à leurs trois enfants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Biographie de Bernard Jouve », Métropoles [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 09 juillet 2010, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://metropoles.revues.org/4301

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org