Navigation – Plan du site
Introduction

« Pour une histoire des circulations sur la circulation »

Sébastien Gardon, Arnaud Passalacqua et Frank Schipper

Texte intégral

1En sciences sociales, le renouvellement des approches en termes de comparaison tant sur le plan de l’histoire (Werner et Zimmerman, 2004), de la sociologie1 que de la science politique (Hassenteufel, 2005) permet aujourd’hui de dépasser le cadre classique des analyses nationales ou centrées sur l'État2. Le champ bourgeonnant de l’histoire transnationale a joué un rôle important à cet égard (Budde, Conrad et Janz, 2006 ; Iriye et Saunier, 2009 ; Van der Vleuten, 2008). Les villes qui ont une longue tradition d’échanges d’informations et d’expériences dans la conception et la mise en œuvre de leurs politiques urbaines (Buchholzer-Rémy, 2006), constituent ici un formidable laboratoire pour dépasser les approches locales ou nationales de construction des politiques publiques. En effet, les villes cherchent à tisser des liens avec d’autres institutions pour préparer certains projets ambitieux mais aussi pour afficher certaines de leurs réalisations. Avec ce numéro spécial, nous avons l’occasion de revenir sur l’organisation de ces échanges entre villes, institutions, associations, individus hôtes et celles et ceux qui circulent. Cet ensemble de circulation en lien avec son appropriation locale sont essentiels pour comprendre la « toile urbaine moderne » (Hård et Misa, 2008). Nous pourrons repérer si ces échanges fonctionnent dans les cadres informels ou associatifs, ou s’ils sont encadrés par les acteurs d’ordre politico-administratif (organisations internationales, organisations non gouvernementales, États, villes, régions…). Les articles rassemblés dans ce numéro présentent donc des voyages d’experts, reviennent sur la mise en place de revues, la tenue de congrès et de conférences spécialisées, ou l’organisation de formations à l’étranger.

2Derrière les différents « régimes de configurations circulatoires » au sens de relations d’échanges non hiérarchisées et multidirectionnelles (Saunier, 2004), il s’agira de repérer les enjeux de représentation d’une ville, d’une institution, d’un savoir. En effet les techniciens qui participent à ces échanges, représentent tantôt une ville, qu’ils appartiennent aux services techniques municipaux, à une association locale ou aux services déconcentrés d’un ministère, tantôt une institution, locale, nationale, étatique ou associative, et tantôt un savoir, détachable et transmissible. A travers ces échanges, nous reviendrons donc sur les différentes logiques de promotion, d’organisation, de fonctionnement de ces scènes de discussions.

3Notre objectif sera de repérer par quel vecteur (acteurs, associations, organisations professionnelles, organisations philanthropiques, organisations non gouvernementales, réseaux, congrès, voyages d’études, périodiques, …) les doctrines et les modèles de transports sont construits, circulent et s’institutionnalisent. Sur ces questions de circulations que l’on peut qualifier d’horizontales, de transversales, de transnationales ou d’infra-nationales, une littérature importante existe depuis quelques années. On renverra notamment à l’article de Pierre-Yves Saunier, « Circulations, connexions et espaces transnationaux » (Saunier, 2004) qui permet une première synthèse de plusieurs ouvrages importants sur ce thème. Parmi ces derniers, il faut citer en premier lieu les travaux de Daniel T. Rodgers sur la période antérieure à la Deuxième Guerre mondiale, qui reviennent sur la construction des politiques sociales et urbaines (Rodgers, 1998). Dans une perspective essentiellement unidirectionnelle, mais envisagée du point d'arrivée et non plus du point de départ, on peut citer quelques travaux qui ont recours à la notion d'imitation face à celle d'influence (Jacoby, 2000 ; Westney, 1987).

4Sur la période s'ouvrant après la Deuxième Guerre mondiale, dans une perspective un peu différente, il est utile de se référer aux travaux, également construits en référence à une conception monodirectionnelle de la circulation, traitant de l' « américanisation ». Le contexte du plan Marshall a été le plus étudié (Barjot et Réveillard, 2002 ; Barjot, 2002), mais on peut également citer des travaux stimulants pour penser les transferts de savoirs et de technologies entre l’Europe et les États-Unis pendant les Trente Glorieuses (Gaudillière, 2002 et 2006). Du côté culturel, Cold War Holidays présente les défis divers mis en œuvre pour séduire les touristes américains et les encourager à venir visiter la France de l’après-guerre (Endy, 2004). Ces derniers ouvrages proposent une compréhension de l’américanisation plutôt comme un processus d’appropriation active et souvent sélective, soulignant ainsi le rôle de la partie réceptrice. Enfin pour ce qui est de l’analyse de l’action publique, la question des transferts de politiques publiques peut être convoquée. Cette approche peut servir notamment pour interroger cette fois les processus d’importation ou d’exportation de programmes de politiques publiques au-delà de la question des modèles, des doctrines et des hommes qui circulent en amont des opérations publiques (Russeil, 2004).

Des circulations urbaines

5Sur le champ urbain, les recherches entreprises par Renaud Payre le conduisent à prendre l’exemple d’une revue comme espace de circulation. À partir de l’analyse de réseaux formalisée, il nous invite à suivre la circulation de savoir(s) de gouvernement appliqué(s) à l’urbain à travers l’étude d’un périodique et de ses différents contributeurs (Payre, 2003 et 2005). Cette logique permet de repérer des savoirs en circulation et donc en cours d’institutionnalisation (Frioux, 2008). L’entrée par les institutions entendues au sens large (revues, réseaux, congrès…) prend ici tout son sens. Il s’agit de trouver des espaces formels appropriés à ce processus d’institutionnalisation et de circulation des connaissances et des modèles. Dans le cadre de la science communale étudiée par Renaud Payre, « par divers moyens (du périodique au voyage d’études) il s’agissait de diffuser des innovations, de faire circuler des techniques capables de transformer les méthodes de gestion et plus largement la place de l’organisation municipale urbaine dans l’ensemble de l’organisation politico-administrative du pays » (Payre, 2007 : 17). Par leur production et leur circulation, ces savoirs véhiculent donc à la fois des enjeux de légitimation technique et de légitimation politique.

6Comme nous l’avons vu, ces doctrines et ces modèles se construisent à travers l’activité d’associations, de collectivités locales, d’organisations professionnelles et sont véhiculés à l’occasion de congrès, de rencontres, de voyages et par l’intermédiaire des périodiques. Parfois ils sont compilés dans des rapports ou des manuels qui permettent leur réception et leur circulation et connaissent ainsi une certaine notoriété. La question de la circulation des savoirs est donc devenue un chantier de recherches important dans le champ des études urbaines depuis quelques années3. Sur la question des circulations urbaines, nous renvoyons aux nombreux travaux de Pierre-Yves Saunier et notamment à son article programmatique : « La toile municipale aux XIXe et XXe siècles : un panorama vu d’Europe » (Saunier, 2006)4. La recherche des circulations5 doit s’entendre ici comme une démarche d’enquête et non comme un nouveau paradigme ou un tournant dans les sciences sociales. Cette nouvelle posture permet de renouveler les visions classiques issues des échelles de construction des réalités sociales et politiques centrées sur l'État (Geyer et Bright, 1995 ; Saunier, 2008). C’est « une manière de faire de l’histoire, un point de vue, un questionnement exercé sur des terrains et des sources » (Saunier, 2004 : 112). Trois éléments sont mis en avant pour approfondir cette démarche6. Il s’agit de « travailler à historiciser la mondialisation comme processus » sans en proposer une lecture à partir des enjeux du présent, de « capturer la manière dont le domestique s’est construit dans la comparaison » et enfin de « suivre les connexions là où elles nous mènent ». Sur ce nouveau champ, il faut citer également les travaux de Stéphane V. Ward (Ward, 2002), Shane Ewen et Michael Hebbert (Ewen et Hebbert, 2007) ou de Stéphane Frioux7. Un numéro de la revue Géocarrefour, consacré aux « Expertises nomades »8 revient aussi sur ce thème des circulations urbaines. Au-delà d'ailleurs de ces circulations urbaines, nos préoccupations nous renvoient aux questions de transports et à l’organisation de scènes d’échanges spécifiques à ce secteur d’action publique.

Aux circulations dans le secteur des transports

7Dans le domaine des transports, nous pouvons recenser une série de pistes de recherches stimulantes pour suivre les circulations9. D’une part, il faut souligner les travaux qui portent sur les outils et les dispositifs de contrôle de la circulation et qui reviennent sur les enjeux d'harmonisation de ces dispositifs entre États (McShane, 1999 ; Bernardin et Gardon, 2006 ; Schipper, Lagendijk et Anastasiadou, à paraître)10. Nous pouvons évoquer ensuite les travaux du groupe « Tensions of Europe » sur le rôle de la technologie dans l’émergence de l’Europe moderne (Misa et Schot, 2005)11, notamment autour de l’intégration par les réseaux de transports12 (Anastasiadou, à paraître ; Schot, Anastasiadou, Badenoch et Schipper, 2007 ; Schipper, 2008 ; Van der Vleuten et Kaijser, 2006) et la mobilité tant en ville qu'ailleurs (Mom, 2004 ; Hård et Misa, 2008). Les recherches de Bruce Seely sur les transferts de technologies permettent également de s’intéresser à l’offre de savoir-faire proposée par les organismes américains, la participation à des cycles d’enseignement et de formation pour les ingénieurs étrangers, l’organisation de voyages et de bourses d’études ou la traduction de livres et de rapports d’études13. Une autre piste de recherche consiste à réfléchir aux enjeux aussi bien techniques que consuméristes autour par exemple de la diffusion de modèles de production d’automobiles. Dans un autre registre, les travaux d’harmonisation des normes à partir des enquêtes sur les groupes de travail de la SDN ou de l’ONU mettent en lumière des échanges complexes entre ingénieurs-diplomates qui, par leur position, traversent les relations inter-étatiques classiques (Bernardin et Grafos, 2008 et 2009). Enfin, il faut souligner les nouvelles recherches engagées récemment à l’occasion du centenaire de l’Association Internationale Permanente des Congrès de la Route et qui permettent de dresser les enjeux d’une civilisation internationale de la route14.

8On perçoit donc que les circulations de connaissances, de rapports ou d’experts concernant les transports ou l’aménagement d’infrastructures de transport peuvent être investies de manière stimulante (Ward, 2000 ; Lundin, 2008 ; Bérard, 2009). C’est l’occasion notamment de questionner l’influence du modèle anglo-saxon dans la conduite des politiques de transport des pays d’Europe continentale à partir de l’étude des missions des experts européens aux États-Unis et de la diffusion de célèbres rapports américains et britanniques sur les transports (Gardon, 2009). Cette influence est déterminante dans l’importation des méthodes américaines de modélisation du trafic en France à partir notamment des voyages des ingénieurs des Ponts et Chaussées français aux États-Unis pendant les Trente Glorieuses (Dupuy, 1975 ; Chatzis et Crague, 2006 ; Chatzis, 2009).

9À travers la question des circulations appliquée à la thématique des transports, ce numéro invite donc les lecteurs à enquêter en comparant aussi bien qu'à comparer en enquêtant. Il suggère la réalisation de monographies élargies, qui prennent véritablement en compte les relations extérieures qu'entretiennent les villes étudiées (Gardon, 2009). Au-delà de simples comparaisons classiques terme à terme, il s'agit donc d'élargir la focale d'étude en revenant sur les processus d’innovations urbaines (Jouve, 2003), en soulignant l'inscription de certains échanges dans un espace transnational (Russeil, 2006) ou en montrant la dynamique des rapports de distance et de proximité entre villes (Passalacqua, 2009).

10Les articles rassemblés dans ce numéro offrent la possibilité de creuser certaines des pistes que nous venons de présenter. Leur variation temporelle et spatiale permet une vue d’ensemble schématique des enjeux concernant différents modes de transports dans la ville au cours des XIXe et XXe siècles. Plusieurs papiers reviennent sur les transports publics quand d'autres s'intéressent à des formes de transport plus individuelles. Le tableau suivant représente cette diversité en termes de modes de transport abordés, périodisation choisie, et portée spatiale de l'étude :

Auteur

Mode de transport

Période

Espace

Ferreira da Silva & Sousa

Voirie urbaine

1880-1920

Lisbonne

Schipper

Automobile

Entre-deux-guerres

Europe

Passalacqua

Autobus

XIXe-XXe siècles

Londres ; Paris

López Galviz

Métro

XIXe siècle

Londres ; Paris

Mazoyer

Métro

Années 1960-1970

France ; États-Unis

Huré

Bicyclette

Fin XXe siècle

France

11L'article d’Álvaro Ferreira da Silva et Maria Luísa Sousa, « In search of the urban variable : Understanding the roots of urban planning in Portugal » propose une lecture originale de la formalisation des politiques urbaines dans la capitale portugaise. Il part du principe que l’utilisation de plus en plus intensive de la rue dans la capitale portugaise a rendu une intervention publique nécessaire sur cet espace urbain. Il présente les liens entre l'assainissement, la circulation et les embellissements comme principaux problèmes de la ville d’un côté, et les conditions financières, politiques et techniques de l’autre, dans un contexte de modernisation croissante de Lisbonne.

12L'article de Frank Schipper, « Unravelling hieroglyphs : Urban traffic and the Leaugue of Nations », revient sur la constitution d'un espace de discussion transnationale des problèmes de signalisation urbaine. Il montre comment le comité permanent de la circulation routière de la SDN est devenu le lieu central pour discuter de l’harmonisation des panneaux de signalisation. Parallèlement, il présente l'importance croissante du rôle joué par les panneaux spécifiquement urbains, au départ pourtant ignorés, dans les débats au sein du comité de la SDN. Ainsi cet espace de circulations a pu contribuer à créer et étendre les fondations du système actuel des panneaux de signalisation.

13Dans leurs articles, Arnaud Passalacqua (« Double decker londonien et autobus à plate-forme arrière parisien. Echanges et distinction par delà la Manche depuis les années 1820 ») et Carlos López Galviz (« The polities of a new technology : Electricity and the city railway in London and Paris, c. 1880-1910) ») reviennent sur les jeux de concurrence et les processus d'imitation et d’importation qui marquent les capitales anglaise et française dans la construction de leurs réseaux de transports collectifs. Ils mettent en avant depuis le début du XIXe siècle un niveau d’interaction particulièrement dense entre ces deux métropoles européennes. En même temps, ils présentent deux systèmes politiques et socio-économiques distincts, la concurrence et l’initiative privée jouant un rôle essentiel du côté anglais, contrairement à l’intérêt public et à l’importance de l'État central du côté français. Ces deux modèles ont ensuite donné lieu à diverses pollinisations et hybridations croisées entre eux.

14Dans son article « Le rôle des expériences et méthodes étrangères dans la fabrication d’une expertise locale des transports collectifs urbains. Le cas des études du métro de Lyon (1963-1971) », Harold Mazoyer insiste sur le rôle des voyages d'études comme ressources pour la constitution d'une expertise locale en matière de transports collectifs urbains. Il montre comment la mobilisation stratégique d'exemples de métros situés en dehors des villes françaises a participé au processus de fabrication et de légitimation de cette expertise. Les experts lyonnais utilisaient ces modèles étrangers d’abord pour convaincre de la faisabilité du métro pour la modernisation lyonnaise, mais également pour acquérir une certaine autonomie vis-à-vis de la Régie autonome de transports parisiens (RATP) dans le champ français des études de transport collectif urbain.

15Enfin, dans sa contribution sur « La création d'un réseau de ville : circulations, pouvoirs et territoires. Le cas du Club des Villes cyclables (1989-2009) », Maxime Huré présente l'émergence d'un réseau de villes autour de la mise en place de vélos en libre service. Il revient sur le rôle du réseau comme vecteur de développement de ces politiques et comme ressource pour les acteurs locaux. Il analyse le développement du réseau en trois étapes : d’abord l’ambition de devenir un lobby national du vélo urbain, puis une réorientation vers l’échelle urbaine à travers l’avènement d’un pouvoir d’agglomération technique et politique, et enfin comme un enjeu pour les territoires et les politiques publiques. Ainsi surgit du Club des Villes cyclables un portrait varié d'un espace des circulations et des médiations politiques et techniques.

16Par ce volume, nous espérons donc contribuer à alimenter une réflexion déjà engagée sous de nombreux angles et dans différents champs, de la science politique à l'histoire urbaine. Ce débat, par nature international, passe par les sphères françaises. Au-delà des travaux déjà cités, il convient ici de mentionner les ouvrages récents Verkehrsgeschichte auf neuen Wegen (Dienel et Spree, 2007) et De l'histoire des transports à l'histoire de la mobilité (Flonneau et Guigueno, 2009). Ce dernier livre regroupe des contributions à un séminaire mensuel consacré à ce même thème depuis 2005, et aborde par bien des aspects cette histoire des circulations que nous proposons ici. Par ailleurs, il témoigne de la vitalité actuelle des réflexions engagées dans cette voie, notamment par le groupe de chercheurs Passé-Présent Mobilité (P2M)15. Ce réseau est né de la stimulation intellectuelle suscitée par les travaux de l'association internationale T2M16 que l'on retrouve notamment dans ses colloques annuels17 et la revue The Journal of Transport History. Le signe que, dans le monde académique comme dans celui des politiques urbaines, la circulation transnationale des savoirs joue un rôle-clé.

17Enfin, nous souhaitons remercier Pierre-Yves Saunier pour les suggestions dont il nous a fait part pour la réalisation de ce numéro. Ce volume n'est pas seulement l'œuvre de ses auteurs ni même de ses éditeurs, mais bien également celle des personnes que nous avons sollicitées pour relire et donner leur avis sur les premières versions de ces textes. Nous tenons ainsi à remercier vivement Adri Albert de la Bruhèze, Karen Bowie, Pascal Desabres, Gabriel Dupuy, Mathieu Flonneau, Stéphane Frioux, Vincent Guigueno, Aisling Healy, Léonard Laborie, Renaud Payre, Sarah Russeil et Frédéric Vidal. Il a également été rendu possible par le travail éditorial de Philippe Genestier, Bernard Jouve, Christian Lefèvre et Nadine Tavernier. Depuis le lancement de la revue Métropoles, Bernard Jouve avait exprimé sa volonté de voir paraître un numéro spécial sur les circulations entre villes. Nous espérons que les articles rassemblés ici seront à la hauteur de l’intérêt qu’il avait manifesté pour cette thématique.

Haut de page

Bibliographie

Anastasiadou, I., (à paraître), In Search of a Railway Europe : Transnational Railway Developments in Interwar Europe, Aksant, Amsterdam.

Barjot, D. et Réveillard, C., (sous la direction de), (2002), L'américanisation de l'Europe occidentale au XXe siècle, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, Paris.

Barjot, D., (sous la direction de), (2002), Catching up with America : Productivity Missions and the Diffusion of American Economic and Technological Influence after the Second World War, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, Paris.

Bérard, Y., (2009), Gouverner à distance. Ingéniérie conseil, bureaucratie technique et transnationalisation des politiques publiques en Europe, Thèse de doctorat, Science politique, IEP de Rennes, Rennes.

Bernardin, S. et Grafos, H., (2008), « Two International Models for Car Safety Standards », Entreprises et Histoire, 51, pp. 69-87.

Bernardin, S. et Grafos, H., (2009), « Car Safety Standards », in : Iriye, A. et Saunier, P.-Y., (sous la direction de), The Palgrave Dictionary of Transnational History from the Mid-19th century to the Present Day, Palgrave Macmillan, London, pp. 120-122.

Bernardin, S. et Gardon, S., (2006), « Conceiving a Transnational Cause : Cities as Actors of Urban Road Traffic Regulation », Communication à la Eighth International Conference on Urban History, Stockholm, 30 août-2 septembre.

Blomkvist, P., (2004), « Transfering Technology – Shapping Ideology : American Traffic Engineering and Commercial Interests in the Establishment of a Swedish Car Society, 1945 – 1965 », Comparative Technology Transfer and Society, 3, 2, pp. 273-302.

Budde, G., Conrad, S. et Janz, O., (sous la direction de), (2006), Transnationale Geschichte. Themen, Tendenzen und Theorien, Vandenhoeck et Ruprecht, Göttingen.

Buchholzer-Rémy, L., (2006), Une ville en ses réseaux : Nuremberg à la fin du Moyen-Age, Belin, Paris.

Chatzis, K., (2009), « De l’importation de savoirs américains à la création d’une expertise nationale : la modélisation des déplacements urbains en France, 1950-1975 », in : Flonneau, M. et Guigeno, V. (sous la direction de), De l’histoire des transports à l’histoire de la mobilité ? Etat des lieux, enjeux historiographiques et perspectives de recherche, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, pp. 159-169.

Chatzis, K. et Crague, G., (2006), « State and Engineering Consultant Offices Involvement in Travel Demand Modelling in France, 1960-2005 : Transformation of an Expertise Area », Communication à la 4th annual Conference of the International Association for the History of Transport, Traffic and Mobility, Marne-La Vallée, 28 septembre-1er octobre.

Dienel, H.-L. et Spree, R., (sous la direction de), (2007), Verkehrsgeschichte auf neuen Wegen/Transport infrastructure and politics, Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte / Economic History Yearbook, 2007/1.

Dupuy, G., (1975), Une technique de planification au service de l'automobile : les modèles de trafic urbain, Presses de Copedith, Paris.

Endy C., (2004), Cold War Holidays : American Tourism in France, University of North Carolina Press, Chapel Hill.

Ewen, S. et Hebbert, M., (2007), « European Cities in a Networked World during the Long 20th Century », Environment and Planning C : Government and Policy, 25, pp. 327-340.

Ewen, S. et Saunier, P.-Y., (sous la direction de), (2008), Another Global City. Historical Explorations into the Transnational Municipal Moment (1850-2000), Palgrave Macmilan, London.

Flonneau, M. et Guigueno, V., (sous la direction de), (2009), De l’histoire des transports à l’histoire de la mobilité ? État des lieux, enjeux historiographiques et perspectives de recherche, Presses Universitaires de Rennes, Rennes.

Frioux, S., (2008) « De la Revue municipale aux archives municipales : Les instruments d’une histoire comparée des villes (XIXe-XXe siècles) », Communication à la 9ème conférence internationale d’histoire urbaine, Lyon, 27-30 août.

Frioux, S., (2009), Les réseaux de la modernité. Amélioration de l'environnement et diffusion de l'innovation dans la France urbaine (fin XIXe siècle - années 1950), Thèse de doctorat, Histoire, Université Lyon 2, Lyon.

Gardon, S., (2009), Gouverner la circulation urbaine : des villes françaises face à l'automobile (années 1910 - années 1960), Thèse de doctorat, Science politique, IEP de Lyon, Lyon.

Gaudillière, J.-P., (2002), Inventer la biomédecine : la France, l’Amérique et la production des savoirs du vivant (1945-1965), La Découverte, Paris.

Gaudillière, J.-P., (2006), « Appropriation et régulations des innovations biotechnologiques », Sociologie du travail, 48, 3, pp. 330-349.

Geyer, M. et Bright, C., (1995), « World History in a Global Age », The American Historical Review, 100, 4, pp. 1034-1060.

Glasson, D., (2007), « Un siècle de congrès mondiaux de la route », Pour Mémoire, 3, pp. 7-58.

Guigueno, V., (2008), « Pluralité des histoires de la route : vers une histoire de la mobilité routière », Routes/Roads, 336-337, pp. 192-199.

Hård, M. et Misa, T.-J., (sous la direction de), (2008), Urban Machinery : Inside Modern European Cities, MIT Press, Cambridge.

Hassenteufel, P., (2005), « De la comparaison internationale à la comparaison transnationale : Les déplacements de la construction d’objet comparatifs en matière de politiques publiques », Revue Française de Science Politique, 55, 1, pp. 113-132.

Iriye, A. and Saunier P.-Y., (sous la direction de), (2009), The Palgrave Dictionary of Transnational History from the Mid-19th century to the Present Day, Palgrave Macmilan, London.

Jacoby, W., (2000), Imitation and Politics : Redesigning Modern Germany, Cornell University Press, Ithaca.

Jouve, B., (sous la direction de) (2003), Les politiques de déplacements urbains en Europe, L’innovation en question dans cinq villes européennes, L’Harmattan, Paris.

Lundin, P., (2008), « Mediators of Modernity : City Planning Expertise in Postwar Western Europe », in : Hård, M. and Misa, J.-T., (sous la direction de), Urban Machinery : Inside Modern European Cities, MIT Press, Cambridge, pp. 257–279.

McShane, C., (1999), « The Origins and Globalization of Traffic Control Signals », Journal of Urban History, 25, 3, pp. 379-404.

Misa, T.J. et Schot, J., (2005), « Introduction : Inventing Europe : Technology and the Hidden Integraton of Europe », History and Technology, 21, 1, pp. 1-19.

Mom, G., (2004), « E-Motion : European Mobility History : An Agenda of Research Scenarios », Communication à la Conférence Tensions of Europe, Budapest, 18-20 mars.

Mom, G., (2007), « L’AIPCR et l’Histoire », Routes/Roads, 335, pp. 88-91.

Numéro spécial (2002), « Municipal Connections : Cooperation, Links and Transfers among European Cities in the 20th Century », Contemporary European History, 11, 4.

Numéro spécial (2004), « Sociologie de la mondialisation, héritiers cosmopolites, mercenaires de l’impérialisme et missionnaires de l’universel », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 151-152.

Numéro spécial (2007), « L’Europe du XIXe siècle : une dynamique d’intégration technique ? », Histoire et Sociétés, Revue européenne d’histoire sociale, 21.

Rodgers, D. T., (1998), Atlantic Crossings : Social Politics in a Progressive Age, The Belknap Press of Harvard University, Cambridge.

Passalacqua, A., (2009), L'autobus et Paris : souplesse, espace public et mobilité de 1900 aux années 1970, Thèse de doctorat, Histoire, Université Paris VII, Paris.

Payre, R., (2003), « Les efforts de constitution d’une science de gouvernement municipal : La vie communale et départementale (1923-1940) », Revue Française de Science Politique, 53, 2, pp. 201-218.

Payre, R., (2005), « Un savoir « scientifique, utilitaire et vulgarisateur » : la ville de La vie urbaine objet de science et objet de réforme (1919-1939) », Genèses, 60, 3, pp. 5-30.

Payre, R., (2007), Une science communale ? Réseaux réformateurs et municipalité providence, Éditions du CNRS, Paris.

Russeil, S., (2004), « Transfert de politiques publiques », in : Boussaguet, L., Jacquot, S. et Ravinet, P., (sous la direction de), Dictionnaire des politiques publiques, Presses de Sciences Po, Paris, pp. 444-452.

Russeil, S., (2006), L'espace transnational, ressource ou contrainte pour l'action internationale des villes à la fin du XXe siècle ? Analyse comparée de la fabrique et de la gestion du patrimoine mondial à Lyon et à Québec, Thèse de doctorat, Science politique, IEP de Lyon, Lyon.

Saunier, P.-Y., (2004), « Circulations, connexions et espaces transnationaux », Genèses, 57, 4, pp. 110-126.

Saunier, P.-Y., (2005), « Épilogue : à l’assaut de l’espace transnational de l’urbain, ou la piste des mobilités », Géocarrefour, 80, 3, pp. 249-253.

Saunier, P.-Y., (2006), « La toile municipale aux XIXe et XXe siècles : un panorama vu d’Europe », Urban History Review, XXXIV, 2, pp. 163-176.

Saunier, P.-Y., (2008), « Learning by Doing : Notes about the Making of The Palgrave Dictionary of Transnational History », Journal of Modern European History, 6, 2, pp. 159-180,

Schipper, F., (2008), Driving Europe : Building Europe on Roads in the Twentieth Century, Aksant, Amsterdam.

Schipper, F., Lagendijk, V. and Anastasiadou, I., (à paraître), « New Connections for an Old Continent : Rail, Road and Electricity in the League of Nations Organisation for Communications and Transit », in : Badenoch, A. et Fickers, A., (sous la direction de), Europe Materializing ? Transnational Infrastructures and the Project of Europe, Palgrave, Macmillan, London.

Schot, J., Anastasiadou, I., Badenoch, A. et Schipper, F., (2007), « Mini-Special Issue : European Infrastructures », The Journal of Transport History, 28, 2, pp. 167-228.

Seely, B.-E., (2004), « "Push" and "Pull" Factors in Technology Transfer : Moving American-Style Highway Engineering to Europe, 1945 – 1965 », Comparative Technology Transfer and Society, 2, 3, pp. 229-246.

Van der Vleuten, E., (2008), « Towards a Transnsational History of Technology : Meanings, Promises, Pitfalls », Technology and Culture, 49, 4, pp. 974-994.

Verdeil, E., (2005), « Expertises nomades au sud : éclairages sur la circulation des modèles urbains », Géocarrefour, 80, 3, pp. 165-170.

Ward, S.-V., (2002), Planning the Twentieth-century City : The Advanced Capitalist World, John Wiley and Sons, London.

Ward, S.-V., (2000), « American and Other International Examples in British Planning Policy Formation : A Comparison of the Barlow, Buchanan and Rogers Reports, 1940 – 1999 », Communication au séminaire IPHS Americanisation and the British City in the 20th Century, University of Luton, 6 Mai.

Werner, M. et Zimmerman, B., (sous la direction de), (2004), De la comparaison à l’histoire croisée, Seuil, Paris.

Westney, E., (1987), Imitation and Innovation : The Transfer of Western Organizational Patterns to Meiji Japan, Harvard University Press, Cambridge.

Haut de page

Notes

1 Voir le numéro spécial « Sociologie de la mondialisation, héritiers cosmopolites, mercenaires de l’impérialisme et missionnaires de l’universel », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 151-152, mars 2004.
2 Ce numéro s’appuie pour partie sur des présentations faites dans le cadre de la session Transport and Cities: Toward a World Order of Mobility (1850-2000), que nous avons organisé à l’occasion du Second European Congress in World and Global History à Dresde en juillet 2008.
3 Voir sur ce point plusieurs ateliers organisés récemment : Échanges inter-urbains, Inter-city exchanges (dir. : Jean-Luc Pinol) ; International city Networks and Networking Activities during the 20th Century (dir. : Shane Ewen et Michael Hebbert) dans le cadre de la conférence internationale d’histoire urbaine de Stockholm en août-septembre 2006 ; Transport and Cities : Toward a World Order of Mobility (1850-2000) ? (dir. : Sébastien Gardon, Arnaud Passalacqua et Frank Schipper) à l’occasion du Second European Congress in World and Global History à Dresde en juillet 2008 ; et The Practice of Comparison : The Sources of a Compared History of European Cities (Urban Utilities and Public Works, XVIIIth-XXth Century) (dir. : Denis Bocquet et Stéphane Frioux) organisé pour la conférence internationale d’histoire urbaine de Lyon en août 2008. Soulignons enfin sur ce thème les séminaires Circulations de savoirs et pratiques de gouvernement local (animé entre 2005 et 2007 par Pierre-Yves Baudot et Renaud Payre), puis La ville internationale : savoirs, réseaux et gouvernements urbains (animé entre 2007 et 2009 par Aisling Healy, Renaud Payre et Sarah Russeil), tous deux organisés dans le cadre du Laboratoire Triangle UMR CNRS 5602 / ENS LSH, IEP de Lyon et Université Lyon 2.
4 Voir aussi le numéro qu’il a coordonné dans la revue Contemporary European History : ”Municipal Connections : Cooperation, Links and Transfers among European Cities in the 20th Century”, Vol. 11, n° 4, 2002 ; et (Ewen et Saunier, 2008).
5 L’auteur écarte volontairement les termes d’influence, d’importation ou de transfert.
6 Voir l’intervention de Pierre-Yves Saunier au séminaire De l’histoire des Transports à l’histoire de la mobilité, (Paris I-Paris IV-ENPC) animé par Mathieu Flonneau et Vincent Guigueno, le 20 décembre 2007.
7 Portant sur les échanges d’expériences et de savoirs entre les municipalités pour concevoir des politiques d’environnement urbain (Frioux, 2009).
8 Géocarrefour, Revue de Géographie de Lyon, « Expertises nomades », Vol. 80, n° 3, 2005. Voir notamment les articles d’Eric Verdeil, « Expertises nomades au sud. Éclairages sur la circulation des modèles urbains », pp. 165-170 et de Pierre-Yves Saunier, « Épilogue : à l’assaut de l’espace transnational de l’urbain, ou la piste des mobilités », pp. 249-253.
9 Sur l'élaboration de cette liste, voir l'intervention de Pierre-Yves au séminaire De l’histoire des Transports à l’histoire de la mobilité (Paris I-Paris IV-ENPC) animé par Mathieu Flonneau et Vincent Guigueno, le 20 décembre 2007.
10 Cette perspective de recherche est largement développée dans l'article de Frank Schipper présent dans ce numéro.
11 Tensions of Europe network, créé en 1999 (http://www.tensionsofeurope.eu/).
12 Sur cette dynamique d’intégration par la technique en Europe mais au siècle précédent, voir aussi le numéro spécial d’Histoire et Sociétés, Revue européenne d’histoire sociale sur « L’Europe du XIXe siècle : une dynamique d’intégration technique ? » coordonné par Kostantinos Chatzis et Michel Pinault, n° 21, mars 2007 ».
13 Voir notamment le numéro Comparative Technology Transfer and Society, Vol. 2, n° 3, décembre 2004 et notamment les articles de Bruce Seely (Seely, 2004) et de Pär Blomkvist (Blomkvist, 2004). D'autres travaux reviennent également sur ce point (Hård et Misa, 2008).
14 Autour notamment du colloque Civilisations de la route au XXe siècle organisé dans le cadre du XXIIIe congrès mondial de la route à Paris (17-21 Septembre 2007) et de la journée d’étude : « Les maîtres d’ouvrage routiers à la croisée des chemins : nouvelle gouvernance, nouvelles perceptions », organisée pour le centenaire de l’AIPCR à l’OCDE le 19 Novembre 2009 (Glasson, 2007 ; Mom, 2007 ; Guigeno, 2008). Voir également à ce sujet l’ouvrage : Association Mondiale de la Route, Cent ans d’histoire de l’Association Mondiale de la Route (à paraître en 2010) accompagné de la publication électronique de l’ensemble des comptes-rendus des congrès internationaux de route.
15 Dont les membres sont Stève Bernardin, Étienne Faugier, Mathieu Flonneau, Sébastien Gardon, Vincent Guigueno, Léonard Laborie, Arnaud Passalacqua, Sébastien Richez, Marie Thébaud-Soger et Benjamin Thierry.
16 International Association for the History of Transport, Traffic and Mobility, créée en 2003 à Eindhoven (http://t2m.org/).
17 Organisés à Eindhoven en 2003, Dearborn en 2004, York en 2005, Paris en 2006, Helmond en 2007, Ottawa en 2008 et Lucerne en 2009.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Gardon, Arnaud Passalacqua et Frank Schipper, « « Pour une histoire des circulations sur la circulation » », Métropoles [En ligne], 6 | 2009, mis en ligne le 30 novembre 2009, consulté le 23 mai 2017. URL : http://metropoles.revues.org/4053

Haut de page

Auteurs

Sébastien Gardon

Docteur en science politique, post-doctorant au Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail (UMR CNRS 6123), Aix en Provence, sebastien[point]gardon(at)gmail[point]com

Articles du même auteur

Arnaud Passalacqua

Docteur en histoire, Université Paris VII Denis Diderot - Laboratoire Identités, Cultures, Territoires (EA 337), arnaud[point]passalacqua(at)m4x[point]org

Articles du même auteur

Frank Schipper

Doctor in history, Technical University of Eindhoven, F.Schipper(at)tue[point]nl

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org