Navigation – Plan du site
Articles

Les représentations sociales liées au lieu de résidence au sein du parc de Bercy

Teddy Arrif

Résumés

Notre recherche se propose d’analyser les représentations et les pratiques spatiales des usagers du parc de Bercy situé dans le 12ème arrondissement de Paris. La littérature nous a conduit à poser l’hypothèse d’un lien fort entre ces représentations et pratiques d’une part, et la proximité résidentielle. L’enquête menée auprès des usagers du parc de Bercy a confirmé au moins partiellement notre hypothèse. Elle a permis également de pointer l’importance de l’accessibilité au parc notamment pour les usagers résidant hors de l’arrondissement. Enfin, elle confirme la nécessité de prendre en compte les pratiques et les représentations des habitants dans l’aménagement des parcs publics parisiens.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Confrontés de plus en plus fréquemment à la dégradation de l’environnement urbain (surpeuplement, pollutions diverses…), les citadins d’aujourd’hui ont une forte demande de vert urbain. Dans une recherche récente (Arrif, 2007a), nous avons montré qu’ils souhaitent recréer une ambiance « verte » au sein des villes parce qu’ils se représentent l’aménagement d’espaces verts comme une rupture avec la ville leur permettant de renouer avec la nature. L’objectif général de notre recherche est de cerner plus précisément ces représentations sociales.

2Les représentations sociales peuvent être définies comme des représentations interactives d’un sujet avec autrui et son environnement, transformant le réel en une réalité sociale commune (Moscovici, 2001). Dans une recherche désormais classique, K. Lynch (1976) a étudié la manière dont les citadins se représentent leur ville. Il examine la représentation mentale des habitants, en s’appuyant sur trois concepts, à savoir l’identité (ce qui détermine un sujet par rapport à autrui), la structure (la relation d’un sujet avec un autre) et le concept temporel (l’évolution interactive entre le sujet et l’environnement). Il montre ainsi que la ville n'est pas neutre, elle est un produit perçu ; tous les sens, en particulier la vue, interviennent et se conjuguent dans notre esprit pour composer une image dont la qualité première est la lisibilité, c’est-à-dire la facilité avec laquelle nous reconnaissons les éléments du paysage, les décodons, les interprétons et les organisons en un schéma cohérent. Les images que nous construisons sont donc le résultat d’une interaction entre l’environnement et le sujet et le chercheur doit privilégier la référence au moi, à un lien personnel entre la ville préférée et le sujet, (Ledrut, 1973) pour appréhender les représentations de la ville, et notamment des parcs publics urbains, et les pratiques spatiales qui en découlent (Fijalkow, 2004).

3Les psychologues de l’environnement (Russell, 1980 ; Tyrvainen, 2006 ; Bonnes, 1999) se sont tout particulièrement penchés sur les représentations générées par les espaces verts urbains. Ainsi J. A. Russell (1980) s’est plus spécifiquement intéressé aux aspects émotionnels que procurent les parcs et jardins auprès des usagers. Son modèle renvoie à deux dimensions émotionnelles (la stimulation et le plaisir), lesquelles font naître quatre déterminants émotionnels : tonique, stressant, relaxant et triste. Ils varient suivant les différentes caractéristiques physiques de l’environnement et déterminent notre appréhension émotionnelle de ces espaces. Ainsi, par exemple, une situation qui combine des niveaux élevés de plaisir et d’excitation sera « tonique » ; une situation qui combine des niveaux élevés d’excitation et de déplaisir produira du « stress » ; une situation qui est très agréable mais pas très passionnante conduira à la « relaxation » et, enfin, une situation avec les bas niveaux d’excitation rendra « triste ». L. Tyrvainen et al. (2006) ont étudié les fonctions des espaces verts. Selon cet auteur, elles incluent les aspects récréationnels, les impacts physiques et mentaux aussi bien que culturels et historiques. Il précise également : « Les bénéfices des espaces verts sont principalement déterminés par la quantité et la qualité de ces espaces aussi bien que leur accessibilité » (Tyrvainen, 2006, p. 1). Ceci va dans le sens des travaux de Bonnes et al. (1999) qui soulignent le bienfait de la présence des espaces verts pour les citadins qui structure une dimension qu’elle appelle, valorisation des espaces verts urbains dans une perspective homme/nature. Elle a pu par ailleurs identifier quatre autres dimensions de l’espace vert : source de bien-être psychophysiologique ; trait d’union avec la nature ; valorisation de la nature comme moyen d’enrichir le soi et source de socialisation. Dans une recherche datant de 2006, elle montre également que l’évaluation des espaces verts est un des principaux facteurs qui détermine l’attachement au lieu de résidence.

4Même si un certain nombre de travaux se sont penchés sur les représentations des usagers à l’égard des espaces verts urbains, il existe très peu d’études portant plus spécifiquement sur les espaces verts parisiens. Citons néanmoins celles de l’IFOP (1978), P. Cros (1997) et C. Mouliné (2000). Pourtant, la densité de population (20 433 habitants/km²) ayant diminué le ratio d’espaces verts dans Paris (20% de la superficie) (Arrif, 2002), les habitants ont une demande accrue en espaces verts et les souhaitent « près de chez eux ».

5Certaines recherches (Arrif, 2007b ; Florgard,  2006) laisseraient à penser que la proximité serait en effet un facteur déterminant de la fréquentation des espaces verts, mais aussi des pratiques et des représentations de ces espaces. Ainsi, les personnes résidant près d’un parc urbain le fréquenteraient parce qu’il est proche de chez eux, ce qui renforce leur représentation positive du vert urbain et par là même leur fréquentation (Arrif, 2007 ; Tyrvainen, 2006). Cette dynamique psychosociale est en lien avec les travaux de J. A. Russell (1980) qui montrent que la représentation d’un parc urbain de proximité se structure autour de quatre dimensions affectives : l’aspect tonique, relaxant, stressant, ennuyeux.

6On peut affirmer que les parcs et jardins procurent un sentiment de relaxation et de tonicité (Arrif, 2007). C’est pourquoi les personnes vivant à proximité des espaces verts apprécient la construction de vert dans la ville (Arrif, 2007a ; Tyrvainen et al., 2006). Ainsi, les représentations d’espaces verts sont d’ordre sociales, sociétales et personnelles mais aussi socio spatiales. (Van Herzele, 2005). En effet, l’identité spatiale passe par une représentation sociale de l’individu et réciproquement. Donc, la manière dont les individus utilisent et vivent leur quartier, leur habitat, ou leur environnement va déterminer les représentations qu’ils s’en font. En ce qui concerne les attentes, elles peuvent paraître plus importantes pour les personnes qui résident au sein d’un arrondissement, voire d’un quartier qu’au niveau de la ville, voire de la région (Arrif, 2007b), par le fait que la fréquentation varie avec la proximité des espaces verts avec le lieu de résidence des individus. Donc probablement l’intérêt que l’on porte pour le parc est plus important avec la proximité. Elle jouerait ainsi un rôle déterminant. C’est pourquoi nous étudierons le lien entre le lieu de résidence et les représentations et les pratiques des usagers d’espaces verts, notamment le parc de Bercy (Arrif, 2007a). Notre objectif est ainsi d’approfondir les représentations socio-spatiales par l’exploitation de la variable « lieu de résidence », et de répondre à l’hypothèse d’un besoin de recherche de représentations socio spatiales dans les outils de sciences sociales. De part cet objectif, des questions se posent : quelles sont les ressemblances et les différences entre la population proche du parc de Bercy et celle plus éloignée du parc ? Sur quelles variables le lieu de résidence des usagers influence-t-il les représentations et les attentes des espaces verts ? La multiplication des espaces verts de proximité par exemple, est-elle justifiée ? Et sous quelles formes elles le seraient. Les représentations socio spatiales pourraient-elles aider à résoudre les problèmes d’aménagement et de développement durable ? La problématique générale est de savoir si ces représentations socio spatiales sont des indicateurs pertinents pour le milieu urbain. Pour répondre à ces questions, nous analyserons tout d’abord les caractéristiques sociodémographiques de la population d’enquête et les caractéristiques de la visite, puis les représentations du parc de Bercy avec une analyse descriptive et une analyse factorielle. Enfin, nous étudierons le lien du lieu de la résidence sur les représentations des personnes interrogées.

Figure n° 1 : Situation du parc de Bercy dans la ville de Paris

Figure n° 1 : Situation du parc de Bercy dans la ville de Paris

Source : Carte – Données Mapinfo, Paris.

7Pour le choix du site (figure n° 1-2), nous avons retenu le parc de Bercy. C’est un lieu qui a gardé des traces de son histoire (Werquin et Demangeon, 2006), mais c’est surtout un parc moderne et fonctionnel. Il semble être très bien intégré à son environnement, ce qui lui donne une attraction toute particulière. Le parc de Bercy est situé dans le 12ème arrondissement de Paris qui totalise 136 662 habitants. Avec une densité résidentielle forte (566 habitants/hectare en 1999) et une superficie en espaces verts publics relativement faible (5,8% de la superficie), nous postulons un besoin en espaces verts important pour ces citadins.

8De plus, le parc de Bercy est le seul grand espace vert de cet arrondissement. Avec ses 13,5 hectares, il est suffisamment grand pour attirer les parisiens ou les franciliens, même s’il est excentré par rapport au centre de la capitale. Il est entouré du ministère de l’Economie et du Palais Omnisport de Paris Bercy, d’un complexe résidentiel de 1200 logements, du quartier commerçant de Bercy Village, d’une voie routière et de la Seine. Tous ces éléments forment un ensemble d’infrastructures, de logements et de commerces qui nous a semblé constituer un terrain favorable pour l’étude des représentations des usagers en matière d’espaces verts urbains.

Figure n°2 : Le parc de Bercy

Figure n°2 : Le parc de Bercy

Source : ville de Paris ; Direction des Parcs et Jardins, Espaces Verts ; Circonscription Sud-Est des parcs et jardins, Parc de Bercy

9Pour cette recherche, nous avons suivi une méthodologie d’enquête classique. Ainsi, nous avons mené des entretiens exploratoires auprès de cinq personnes qui fréquentent le parc de Bercy et résident dans le quartier. Le guide d’entretien se composait de 12 questions ouvertes portant sur les pratiques et les représentations des usagers du parc de Bercy, mais aussi d’un parc public urbain en général. L’analyse de contenu de ces entretiens nous a permis d’élaborer le questionnaire d’enquête comprenant des items relatifs à la fréquentation du parc de Bercy, aux représentations liées au végétal, aux représentations liées au parc public urbain, aux représentations et aux pratiques spatiales du parc de Bercy, à la satisfaction et aux améliorations souhaitées pour le parc de Bercy. Ce questionnaire se termine par le recueil de renseignements signalétiques tels que le sexe, l’âge, la situation de famille, le lieu de résidence, le type de logement et la CSP. Nous avons utilisé un support papier de sept pages, comprenant notamment une carte pour la description du lieu de visite et une autre pour les entrées utilisées.

10Un échantillon de 200 personnes a été interrogé pendant l’été 2005, à l’intérieur du parc de Bercy. Nous avons choisi cette période de l’année pour avoir accès aux diverses populations fréquentant le parc : parisiens résidant ou non dans le 12ème arrondissement mais aussi visiteurs de passage à Paris. Nous avons veillé à varier les caractéristiques socio démographiques, notamment en ce qui concerne l’âge, le sexe, la CSP et le lieu de résidence.

11Explication de méthode :

12Dans l’analyse descriptive, nous avons étudié la moyenne et l’écart type pour connaître le poids de chaque item. Ces items font l’objet d’un codage sur une échelle de Likert en quatre points : 1 : « pas du tout d’accord », 2 : « plutôt pas d’accord », 3 : « plutôt d’accord », 4 : « tout à fait d’accord ».

13Seuil de significativité, p, fixé à 0,05.

14La moyenne (M) est forte quand la moyenne de l’item est supérieure à la moyenne théorique (deux points). L’écart type (ET) nous permet de connaître la dispersion des réponses : L’écart type est faible vers .50, et fort vers 1.00.

15Alpha de Cronbach : cohérence des questions : varie de 0 à 1.

16Corrélation entre les variables : varie de 0 à 1.

17Résidence : codage :

18(1) 12ème arrondissement

19(2) Hors 12ème arrondissement

Les caractéristiques sociodémographiques de la population d’enquête et les caractéristiques de la visite : deux populations distinctes (résidant dans le 12e arrondissement ou hors du 12e arrondissement)

20Les résultats que nous allons développer font émerger deux populations distinctes associées à des représentations différentes (tableau n°1) :

  • celle résidant dans le 12ème arrondissement et représentant 45,5% de la population d’enquête ;

  • celle ne résidant pas dans le 12ème et représentant 54,5% de la population.

21Il nous a paru intéressant d’analyser plus finement ces deux populations.

22En ce qui concerne notre population d’enquête résidant le 12ème arrondissement (tableau n° 1), nous constatons qu’il y a statistiquement davantage de femmes que d’hommes qui fréquentent le parc (p=.01), ce qui est conforme aux chiffres de l’INSEE en 2005, concernant le 12ème arrondissement (54% de femmes, 46% d’hommes). La répartition par tranches d’âge nous montre que les personnes âgées de 35 à 59 ans sont les plus nombreuses (56%) bien que la population du 12ème arrondissement âgée de 40 à 59 ans ne soit que de 27% (INSEE, 2005). Même si la tranche d’âge n’est pas exactement la même, nous pouvons conclure à une surreprésentation de cette population dans notre échantillon. Notons cependant que les personnes de plus de 60 ans représentent 22% de l’échantillon, ce qui constitue un pourcentage non négligeable et assez semblable à la population réelle du 12ème arrondissement (22%, INSEE, 2005). Ainsi, la population adulte est majoritaire au sein de l’échantillon. En ce qui concerne les catégories socioprofessionnelles, 23% et 26,7% de notre population sont respectivement des cadres et des employés, représentatives de la population active de Paris. En effet, dans le 12ème arrondissement de Paris, les cadres et les employés (de manière plus nuancée) représentent respectivement 21,6% et 15,1% de la population (INSEE, 1999).

23En ce qui concerne les caractéristiques de la visite, le tableau ci-dessous montre que les personnes résidant dans le 12ème arrondissement et fréquentant le parc viennent le plus souvent en semaine (73,6%). Ils se rendent dans le parc fréquemment, une à plusieurs fois par semaine pour 59,3% des enquêtés. Il s’agit d’une population d’habitués, travaillant et/ou vivant proche du parc, et qui ont donc une bonne connaissance du parc. 48,4% de ces personnes fréquentent préférentiellement les jardins ludiques se trouvant dans la partie centrale du parc de Bercy. Ceci est en lien avec la présence d’enfants (présence d’aires de jeux pour enfants) mais correspond également à des personnes aimant le repos (présence de bancs) ou les activités ludiques comme la découverte d’espèces florales.

Tableau n°1 : Les caractéristiques sociodémographiques de la population et les caractéristiques de la visite

Tableau n°1 : Les caractéristiques sociodémographiques de la population et les caractéristiques de la visite

Source : Arrif (2007b)

24Lorsque nous observons l’échantillon de personnes résidant hors du 12ème arrondissement, nous constatons qu’elle comprend autant d’hommes que de femmes (p=0,07). Il s'agit d'une population composée majoritairement d'employés (40,4%) et de cadres (25,7%), par ailleurs relativement jeune puisque 20,2% des personnes interrogées ont moins de 25 ans. Les observations complémentaires que nous avons menées nous amènent à conclure qu’il s’agit majoritairement de salariés travaillant près du parc et, de manière plus faible, des personnes visitant occasionnellement le parc.

25En ce qui concerne les caractéristiques de la visite, la moitié des personnes ayant répondu au questionnaire et résidant hors du 12ème arrondissement viennent en semaine (50,5%). Ils fréquentent le parc de manière occasionnelle : 56 % des personnes vivant hors 12ème viennent une à plusieurs fois par mois. L’éloignement géographique de ces usagers explique probablement cette relativement faible fréquentation. Ils se rendent surtout dans le jardin romantique (56,9%) ou sur les pelouses du parc près du Palais Omnisport de Paris Bercy (23,8%). Ceci peut s’expliquer par le fait que le jardin romantique est un lieu attractif et esthétique, avec la présence centrale d’un lac, de pelouses accessibles, de massifs floraux et de bancs publics.

26La comparaison des deux populations nous permet de constater que :

  • Les résidents du 12ème arrondissement sont les plus nombreux et visitent le parc de façon régulière (59,3% des participants visitent le parc une à plusieurs fois par semaine) et hebdomadaire (73,6%). Ils privilégient les jardins à thèmes. La proportion d’adultes de plus de 35 ans et d’employés est significativement plus importante que celle de la population du quartier de Bercy. La population d’enquête résidant dans le 12ème arrondissement est aussi majoritairement constituée par des personnes occupant des professions intermédiaires ou des personnes sans activité professionnelle ;

  • Les usagers résidant hors du 12ème arrondissement se rendent dans le parc de façon plus circonstancielle (56% viennent une à plusieurs fois par mois) que les personnes interrogées résidant le 12ème arrondissement. Leur visite se partage entre la semaine (50,5%) ou en week-end et périodes de vacances scolaires (49,5%). Les usagers visitent de préférence le jardin romantique. La population masculine, les jeunes et les retraités sont plus significatifs que dans la population résidant dans le 12ème arrondissement.

27Ces résultats vont dans le sens de ceux obtenus par Cros (1997) auprès de 100 personnes fréquentant le parc de Bercy et qui mettent en évidence l’existence d’une population vivant à proximité du parc visitant régulièrement le parc et une autre population vivant hors du quartier de Bercy, venant occasionnellement. Ils corroborent par ailleurs les travaux de Tremplin (2003) qui, dans une recherche menée auprès de 1 000 personnes habitant dans les grandes agglomérations françaises (Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Nantes, Lille, Toulouse, Strasbourg et Nice), montrent que les espaces verts sont visités majoritairement par des habitués (34% des personnes interrogées viennent plusieurs fois par semaine ; 32% au moins une fois par semaine). Pourtant, à sa création il y a une vingtaine d’années, le parc de Bercy avait, pour les aménageurs qu’ils l’ont construit, une vocation d’attraction à l’échelle de la capitale. Mais progressivement, et notamment à cause de l’augmentation de la population du quartier de Bercy au cours de ces deux dernières décennies, le parc de Bercy est devenu un parc de proximité, la population proche du jardin (située dans le 12ème arrondissement) venant régulièrement, principalement en semaine.

Les Pratiques et les représentations du parc de Bercy

Un parc pour la promenade et fuir les nuisances urbaines

28Pour pouvoir analyser plus finement les différences de représentations entre ces deux populations, nous avons tout d’abord procédé à une analyse descriptive des résultats de l’enquête sur le parc de Bercy (tableau n° 2) puis à une analyse factorielle exploratoire des données afin d’extraire la structure factorielle de nos données (tableau n° 3).

29Le tableau n° 2 montre que les personnes interrogées pensent que le parc de Bercy met à disposition des usagers des activités diverses telles que les promenades (M=3,80), et dans une moindre mesure, la pratique de sports (M=2,58) et des aires de jeux (M=2,83). A un moindre degré, il sert aussi de lieu de rendez-vous (M=2,80). Le parc constitue une barrière contre les nuisances urbaines : les moyennes sont élevées pour les items « lutte contre la pollution » (M=3,25), pour « l’abri contre la foule » (M=2,99) et pour « la lutte contre le bruit » (M=2,98). Les personnes interrogées s’accordent à dire que le parc de Bercy permet de mieux connaître la nature et d’apprécier la beauté du paysage. En effet, les moyennes obtenues pour ces items sont élevées (respectivement M=3,19 et M=3,60) et les écart-types modérés, respectivement de 0,67 et de 0,56. Dans une moindre mesure, le parc de Bercy est un parc où l’évasion et l’épanouissement psychologique sont possibles. Les items « rêverie » et « enrichissement personnel » ont des moyennes élevées (respectivement M=2,75 et M=2,76). Par contre, le parc de Bercy n’est pas vraiment un lieu pour rencontrer des gens. En effet, la moyenne est faible (M=2,2). Une certaine dispersion des réponses est en outre à noter car les écart-types sont assez forts (supérieurs à 0,70) sur pratiquement tous les items à l’exception de « mieux connaître la nature », « apprécier la beauté du paysage » et « se promener ». Le parc de Bercy offre donc à ces usagers diverses activités (pratiques humaines) et une protection contre les nuisances urbaines (lien avec la ville). Il permet aussi un contact apprécié avec la nature.

Tableau n°2 : pratiques et représentations du parc de Bercy (question : diriez-vous que le parc public de Bercy permet ?)

Tableau n°2 : pratiques et représentations du parc de Bercy (question : diriez-vous que le parc public de Bercy permet ?)

Quatre dimensions pour interpréter les pratiques et les représentations du parc de Bercy

30Le tableau n°3 présente l’analyse factorielle des données portant sur les pratiques et représentations du parc de Bercy.

Tableau n° 3 : analyse factorielle des pratiques et représentations du parc de Bercy : (question : diriez-vous que le parc public de Bercy permet ?)

Tableau n° 3 : analyse factorielle des pratiques et représentations du parc de Bercy : (question : diriez-vous que le parc public de Bercy permet ?)

31Quatre facteurs expliquent 62,82% de la variance :

32Le facteur 1 « rencontres » se compose de deux items : « rencontrer des gens », « se donner rendez-vous ».

33Le facteur 2 « flânerie et nature » regroupe les items « la promenade », « mieux connaître la nature », « apprécier la beauté du paysage » et a un alpha de Cronbach modéré de (0,61). La corrélation entre les variables est égale à (0,36).

34Le facteur 3 « bien être psychologique » rassemble les items « rêverie », « enrichissement personnel ».

35Le facteur 4 nommé « activités et qualité du cadre de vie » représente les items suivants : « aires de jeux pour enfants », « faire du sport », « lutte contre la pollution », « lutte contre le bruit », « être à l’abri de la foule ». Ce facteur présente un alpha de Cronbach modéré de (0,64). La corrélation entre les variables correspond à (0,27).

36L’analyse des représentations des usagers du parc de Bercy fait ainsi apparaître quatre dimensions : les activités pratiquées et le cadre de vie (facteur « activités et qualité du cadre de vie »), les échanges sociaux (facteur « rencontres »), le bien être (facteur « bien-être psychologique ») et la nature (facteur « flânerie et nature »).

37Enfin, et afin d’établir un lien entre le lieu de résidence (12ème arrondissement vs hors 12ème arrondissement), nous avons mené une analyse corrélationnelle avec les facteurs « Rencontres », « Flânerie et nature », « Bien être psychologique », « Activités et qualité du cadre de vie » issu de l’analyse factorielle des représentations des usagers du parc de Bercy.

Tableau n° 4 : Lien entre le lieu de résidence et les pratiques et représentations du parc de Bercy

Tableau n° 4 : Lien entre le lieu de résidence et les pratiques et représentations du parc de Bercy

38*corrélations significatives à .05

39Ainsi, l’item « lieu de résidence » corrèle négativement et modérément avec le facteur « bien-être psychologique » (r=-.13). L’item « lieu de résidence » corrèle positivement avec le facteur « activités et qualité du cadre de vie » (r=.14). On constate par ailleurs que l’item « lieu de résidence » ne corrèle pas  significativement (r<.05) avec les facteurs « rencontres » et « flânerie et nature ». Le lieu de résidence n’est pas un élément qui influe sur la représentation du parc comme un lieu de rencontres, de promenade ou encore de contact avec la nature. On peut expliquer cette absence de corrélation par le fait que ces pratiques et représentations sont universelles. Que se soit un résident du 12ème arrondissement de Paris ou quelqu’un qui réside hors de l’arrondissement, il perçoit dans le parc un contact avec la nature, il pratique la promenade. Pour le facteur « Rencontres », sa faible représentativité peut expliquer l’absence de corrélation avec le lieu de résidence.

40Les usagers résidant dans le 12ème arrondissement de Paris se représentent le parc de Bercy comme un lieu de bien-être psychologique : les usagers résidant hors de l’arrondissement se représentent le parc comme un lieu d’activités. Il existe bien deux types de pratiques et représentations différentes selon le fait que les personnes habitent dans le 12ème arrondissement, ou hors du 12ème arrondissement de Paris. On peut supposer la recherche de repos, de détente par les usagers résidant dans le 12ème arrondissement de Paris, du fait de la pression urbaine, et ces différentes nuisances (sonores, atmosphériques). Pour les personnes résidant hors du 12ème arrondissement de Paris, on peut suggérer leur recherche d’activités et la découverte de nouveaux lieux que peuvent apporter le parc de Bercy.

Conclusion

41Cela amène plusieurs réflexions et plusieurs comparaisons, avec d’autres confrères. A. Chiesura (2004) a déterminé deux dimensions dans son enquête par questionnaire (467 personnes interrogées) auprès du parc Vondelpark d’Amsterdam : la dimension psychologique (unité avec la nature et l’individu) et la dimension d’activités (liée à l’aventure, le bonheur…). Ces deux dimensions confirment bien la prédominance des facteurs « Bien-être psychologique » et « Activités et qualité du cadre de vie ». Par contre, pour A. Chiesura (2004), la dimension psychologique est perçue comme source primaire d’énergie, tandis que dans notre enquête (Arrif, 2007a), elle est représentée comme une attente de bien être et de ressourcement (Hartig, 1991). La détente a une représentation affective, de bienfait physique dans un axe qui est le plus exprimé par les personnes interrogées, vu comme une amélioration de notre vie quotidienne, ce qui confirme notre partie introductive.

42Une autre étude vient confirmer cette représentation de repos (Tyrvainen, 2006). La sensation de paix et de tranquillité, exprimée par 2/3 des personnes interrogées (421 personnes interrogées par questionnaire) et située dans les zones centrales de l’aire étudiée par L. Tyrvainen (quartier Est d’Helsinki), proches des espaces verts, se retrouve dans notre enquête (Arrif, 2007b) mais plus particulièrement chez les personnes résidant hors du 12ème arrondissement de Paris. Cela ne corrobore pas l’idée d’un lien entre la proximité et l’expression de quiétude. En effet, nous pouvons l’expliquer par des différences d’aménagement et de densité urbaine mais aussi de connaissance et de fréquentation du parc. La faible densité urbaine liée à la forte densité de forêts, incite au lien entre la proximité et la recherche de calme, tandis que ceux qui connaissent bien le parc de Bercy et le fréquentent souvent, trouvent qu’il n’est pas si calme : remise en cause du mur anti bruit, prédominance de la foule en week-end, manque d’espace… La densité vient remettre en question le facteur de proximité dans les représentations socio spatiales.

43Malgré l’aspect sauvage, qui procure moins de visibilité et développe un sentiment d’insécurité, la recherche de nature (sensation d’être dans une forêt) est combinée à la recherche de paix et de tranquillité. Le facteur « Flânerie et nature », regroupant les items « la promenade », « mieux connaître la nature », « apprécier la beauté du paysage » de notre enquête sur le parc de Bercy, se rapproche de cette dimension. Cette demande de nature (Ozguner, 2006) est ainsi une forte motivation pour visiter des parcs (enquête auprès de 200 personnes concernant le jardin botanique Sheffield (UK) et du parc naturel d’Endcliffe (UK)) : 66,5% des personnes interrogées indiquent un désir pour un changement vers un paysage plus naturel. Ceci confirme nos résultats (Arrif, 2007a) : en effet, « Mieux connaître la nature » est un des items le plus significatif de notre étude : M=3,19 ET=0,67. Le parc de Bercy est un parc urbain, non naturel, mais disposant de jardins thématiques et d’une variété d’espèces florales lui permettant de répondre à la connaissance de nature recherchée par les usagers. Il serait pertinent de s’interroger sur les représentations sociales suivant les formes comprises au sein des espaces verts.

44Dans notre enquête (Arrif, 2007a), la beauté du paysage est une forte représentation des personnes interrogées : M=3,60, ET=0,56. Les facteurs « flânerie et nature », et « Activités et qualité du cadre de vie » corrèlent avec la variable lieu de résidence, ce qui vérifie le rôle du lieu de résidence dans le choix des représentations et des préférences des individus. En effet, A. Todorova et al. (2004) ont démontré le rôle des fleurs et des arbres dans la perception des individus (enquête d’évaluation de photos montage et de questionnaire auprès de 81 personnes à Sapporo au Japon) : elles permettent de réduire le sentiment d’insécurité dans certaines conditions, d’embellir le quartier de Sapporo et de donner un sentiment de détente. Les résidents du quartier environnant, favorisent l’implantation des fleurs au sein de leur quartier, que se soit par la plantation ou l’entretien. La variable lieu de résidence a joué un rôle dans l’influence des préférences des individus et tout particulièrement les personnes qui résident près des espaces de verdure. Ces personnes se sentiraient plus impliquées dans l’embellissement de leur quartier ou des espaces verts. C’est pourquoi on pourrait se demander quelles seraient les représentations esthétiques de la nature suivant le niveau d’implantation de cette nature dans un milieu urbain ?

45A la suite de cette discussion sur les diverses représentations des usagers d’espaces verts (détente, activités, beauté du paysage…), nous constatons que le facteur proximité influence nos représentations et nos pratiques sur les parcs et jardins. C’est ainsi que S. Balram et S. Dragicevic (2005) ont montré le rôle prédéterminant de la proximité dans les attitudes envers les espaces verts urbains (enquête par questionnaire à Montréal auprès de 179 personnes). Ils ont prouvé une corrélation entre « la qualité de vie » et les attitudes par la proximité : Un facteur « Utilité » des espaces verts environnants (poids factoriels s’étendant de 0,89 à 0,48) a regroupé des items avec une corrélation forte comme : « j’utilise les espaces verts de mon voisinage pour me détendre » (0,61), « pour pratiquer des activités » (0,50), « les espaces verts de mon voisinage contribuent à ma qualité de vie » (0,34). Cela renvoie aux dimensions de représentations affectives, des pratiques, et l’utilité. Dans notre enquête (Arrif, 2007a), les résidents du 12ème arrondissement de Paris se représentent le parc comme un lieu de bien être psychologique, tandis que les résidents hors du 12ème arrondissement, se le représentent comme un lieu d’activités et de qualité du cadre de vie. Cela prouve la corrélation entre la qualité de vie et la proximité, mais il faudrait préciser les indicateurs de qualité de vie, mêlés à celui du lieu de résidence.

46A. Van Herzele et al. (2005) ont poursuivi cette étude entre les pratiques et représentations des espaces verts et la proximité. Ils ont étudié la planification sociale des couvertures végétales en Angleterre et à Anvers. Les aménageurs souhaitent développer l’agrément et le bien-être au sein de ces régions boisées. Les auteurs affirment que la fréquence des visites est liée à la distance de déplacement (Sanesi, 2006). Selon A. Van Herzele et al. (2005), la perspective socio spatiale liée à la proportion d’habitants urbains et périurbains et aux niveaux de revenus, est prédéterminante dans l’évaluation des lieux. Toutefois, ils donnent d’autres caractéristiques socio spatiales qui influencent ces espaces : la proportion de migrants, l’existence de jardins, la proportion de voitures. Les jardins sont un facteur de visite et caractérisent un espace. A. Van Herzele, E. De Clercq et T. Wiedemann (2005) ont également observé une corrélation positive entre la croissance de la population et la proximité des espaces verts périurbains. La proximité de ces espaces augmente la possibilité d’une hausse de la population et du logement. En ce qui concerne l’accessibilité, elle corrèle avec la mobilité résidentielle et la capacité de déplacement. Des corrélations semblent nécessaires à réaliser entre un indicateur de la mobilité résidentielle, de la capacité de déplacement et du lieu de résidence, pour connaître les représentations sociales des individus.

47Dans notre étude sur le parc de Bercy (Arrif, 2007a), la population a cru considérablement depuis une dizaine d’années, en lien avec la présence du parc de Bercy et l’attractivité des commerces environnants. Une appréciation immobilière est à remarquer dans ce quartier, qui est combinée avec le haut niveau de revenu. Le quartier de Bercy est aussi très accessible par les voies routières mais aussi par les transports en commun (voire entrées). Les raisons d’utiliser les entrées du parc sont ainsi liées principalement à la proximité et à l’accessibilité. C’est pourquoi, on peut remarquer que 18% des personnes interrogées résident hors de Paris et visitent le parc de Bercy. Le parc de Bercy possède une fréquentation et une appréciation importante due à la proximité des logements avec le parc mais aussi au réseau de transport mis en place garantissant un accès plus facile.

48G. Sanesi, R. Lafortezzaa, M. Bonnes, G. Carrusc, (2006), ont conforté les réflexions précédentes. Les auteurs ont a montré que le comportement d’un citadin dans un parc urbain va dans le sens d'une habitude d'aller aux parcs et jardins et de développer des représentations spécifiques envers cet espace : 43,3% de l'échantillon (questionnaire administré par téléphone : 351 personnes ont répondu) a réclamé y aller régulièrement. Cette fréquentation était nettement plus haute parmi ceux habitant dans le centre-ville (52%) opposé à ceux habitant dans les périphéries (33%), avec une concentration majeure dans la tranche d'âge entre 25 et 44 années (54,2%) et dans la population ayant plus de qualification (55,8%). Presque 76% des usages liés aux parcs sont concentrés dans les plus grands secteurs verts de la ville (Polignano), avec les caractéristiques d’une réelle qualité du cadre de vie. La population ayant la plus jeune tranche d'âge, résidant dans les périphéries et dans l’arrière-pays, est celle qui représente significativement les pratiques d’espaces verts de la ville, soulignées précédemment. Par contre, le fait d’habiter dans le centre ville, augmente de 35,5% la probabilité de visiter les espaces verts de la ville. On observe donc une différence entre la fréquentation et les pratiques au sein même des différents types de population (âge, lieu de résidence). L’influence la plus forte pour visiter un espace vert, est le fait d’avoir un âge adulte, d’être marié, et/ou de considérer les espaces verts par-dessus tout comme endroits pour la socialisation et le divertissement. L’âge et la fréquentation semblent être aussi des indicateurs pertinents pour connaître les pratiques en matière d’espaces verts.

49Par rapport à l’enquête sur le parc de Bercy, les personnes interrogées résidant dans le 12ème arrondissement représentent 45% de notre échantillonnage. Elles estiment visiter le parc régulièrement : 59,3% des personnes interrogées viennent au parc de Bercy une à plusieurs fois par semaine : les personnes âgées de 35 à 59 ans sont les plus nombreuses (56%), ainsi que les personnes à haute qualification comme les cadres (23%). Les adultes visitent fréquemment le parc et le connaissent bien. Les cadres sont fortement présents au sein de la population de visite du parc de Bercy, du fait du nombre conséquent de structures de travail et de logement dans le 12ème arrondissement de Paris (et surtout proche du parc de Bercy). Cela vient corroborer les recherches sur la fréquentation des espaces verts (Sanesi, et al., 2006). En ce qui concerne les pratiques et les représentations, les jeunes se représentent le parc de Bercy comme un lieu de rencontres (corrélation à -0,11) et d’activités et de qualité du cadre de vie (corrélation à -0,20). Les personnes résidant hors de l’arrondissement se représentent le parc comme un lieu d’activités et de qualité du cadre de vie. Les pratiques et les représentations du parc de Bercy nous démontrent que cette population jeune et celle résidant hors du 12ème arrondissement, se représentent un bon nombre de pratiques (activités et qualité du cadre de vie), qui sont en accord avec G. Sanesi, R. Lafortezzaa, M. Bonnes, G. Carrusc, (2006). La population résidant hors du 12ème arrondissement semblerait être à la recherche d’activités, du fait des aménagements qui existent au sein du parc de Bercy : aires de jeux pour enfants, jardins à thèmes, manège, pelouses accessibles aux sportifs (football, volley-ball). Les rencontres sont possibles du fait de l’importance du nombre de bancs existant dans le parc de Bercy et de l’accessibilité des pelouses pour le public. Les personnes âgées peuvent aussi apprécier les bancs publics, les différentes expositions avec le soleil (ombré ou non), et les jardins à thèmes qui apportent un attrait esthétique supplémentaire (notamment avec la roseraie ou le potager).

50En conclusion, l’enquête sur le parc de Bercy a révélé l’influence du lieu de résidence dans le choix des pratiques et des représentations des espaces verts. La proximité, la densité, la mobilité résidentielle, la capacité de déplacement, ou des indicateurs socio démographiques sont notamment des facteurs essentiels dans la compréhension des pratiques et représentations des espaces verts. Le facteur spatial crée des représentations différentes des individus, entre un lieu de bien-être psychologique et un lieu d’activités et de qualité du cadre de vie. La proximité révèle une plus forte fréquentation, des représentations liées à la nature et à la détente. Il faudrait a posteriori déterminer plus précisément la corrélation entre ces facteurs et voir le poids explicatif de chacun de ces facteurs dans l’ensemble des représentations. Il me semble nécessaire de prendre en considération les représentations socio spatiales, comme un indicateur pertinent pour la recherche tant au point de la conception des espaces verts que pour la recherche en amont, sur les représentations d’espaces urbains, comme le suggèrent R. Ledrut ou K. Lynch.

Haut de page

Bibliographie

Apur., (2005), Paris 1954-1999. Données statistiques. Population, logement, emploi. Paris et arrondissements, Paris, APUR.

Arrif, T., (2002), Les besoins en espaces verts dans le 11ème arrondissement de Paris, Mémoire de Maîtrise, Géographie urbaine, Paris, Université Paris VII.

Arrif, T., (2007a), Pratiques et représentations des usagers d’espaces verts : le parc de Bercy, Thèse de Doctorat, Nanterre, Université Paris X.

Arrif, T., (2007b), « Aménagement urbain : toujours plus de nature ! », Urbanisme, n° 352, pp. 20-21.

Balram, S., Dragicevic, S., (2005), « Attitudes toward urban green spaces integrating questionnaire survey and collaborative GIS techniques to improve attitude measurements », Landscape and Urban Planning, vol. 71, pp. 147-162.

Bergues, M., (2005), « Fleurir la France, une mission réussie », Urbanisme, n° 343, pp. 35-38.

Bonnes, M., Aiello, A., Bonaiuto, M., (1999), « Les espaces verts urbains dans les pratiques et les représentations des habitants », Villes en parallèle, n° 28-29, pp. 176-192.

Calenge, C., (1997), « De la nature en ville », Annales de la Recherche Urbaine, n° 74, pp. 12-19.

Chiesura, A., (2004), « The role of urban parks for the sustainable city », Landscape and Urban Planning, vol. 68, pp. 129-138.

Cros, P., (1997), Quel est l’enjeu d’un projet végétal à l’échelle de la planification urbaine ? Etude de cas : le parc de Bercy, Mémoire de Maîtrise, URBAM, Université Paris X, Nanterre.

De Ridder, K., (2004), Benefits of Urban Green Space (BUGS), Flemish Institute for Technological Research, Remote Sensing and Atmosferic Processes, Rapport final : contrat de consortium européen : Vito, AAC, CDV, DTPI, UB, ULP, Eurocities, KVR, Boeretang 200, B-2400 Mol, Belgium.

Fijalkow, Y., (2004), Sociologie de la ville, Paris, La Découverte.

Flogard, C., Forsberga, O., (2006), « Residents’ use of remnant natural vegetation in the residential area of Järvafältet », Unit of Landscape Architecture, Stockholm, Swedish University of Agricultural Sciences, Department of Urban and Rural Development.

Gobster, P.-H., Westphal, L.-M., (2004), « The human dimensions of urban greenways : planning for recreation and related experiencesé », Landscape and Urban Planning, vol. 68, pp. 147-165.

Hartig, T., Mang, M., Evans, G.-W., (1991), « Restorative effects of natural environment experiences », Environmentand Behavior, vol. 23, pp. 3-26.

Hillsdon, M., Panter, J., Foster, C., Jones, A., (2006), « Le rapport entre l’accès et qualité de l’espace vert urbain avec population liée à l’activité physique », Public Health, vol. 120, pp. 1127-1132.

Ledrut, R., (1973), Les images de la ville, Paris, Anthropos.

Lynch, K., (1976), L’image de la cité, Paris, Dunod.

Moscovici, S., (2001). Penser la vie, le social, la nature, Paris, Maison des Sciences de l’Homme.

Moulinié, C., (2000). Du jardin public à l’espace vert : étude de cas à Paris, Maîtrise, Aménagement URBAM, Nanterre, Université Paris X.

Paquot, T., (2004), « Ville et nature, un rendez-vous manqué ? », Diogène, n° 207, pp. 3-129.

Ozguner, H., Kendle, A.FD., (2006), « Public attitudes towards naturalistic versus designed landscapes in the city of Sheffield (UK) », Landscape and Urban Planning, vol. 74, pp. 139-157.

Russell, J.-A., (1980), « The circumplex model of affect », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 39, pp. 1161-1178.

Sanesi, G., Chiarello, F., (2006), « Residents and urban green spaces: The case of Bari », Urban Forestry and Urban Greening, vol. 4, pp. 125-134.

Sanesi, G., Lafortezzaa, R., Bonnes, M., Carrusc, G., (2006), « Comparison of two different approaches for assessing the psychological and social dimensions of green spaces », Urban Forestry and Urban Greening, vol. 5, pp. 121-129.

Todorova, A., Asakawa, S., Aikoh, T., (2004), « Preferences and attitudes towards street flowers and trees in Sapporo », Landscape and Urban Planning, vol. 69, pp. 403-416.

Templin, (2003). « Qu’en pensent les habitants ? », Paysages-Actualités, n° 262, pp. 26-29.

Tyrvainen, L., Makinen, K., Schipperijn, J., (2006), « Tools for mapping social values of urban woodlands and other green areas », Landscape and Urban Planning, vol. 79, pp. 5-19.

Van Herzele, A., De Clercq, E., Wiedemann, T., (2005), Strategic planning for new woodlands in the urban periphery: through the lens of social inclusiveness, Bruxelles, Ghent University.

Werquin, A-C., Demangeon, A., (2006), Jardins en ville. Nouvelles tendances, nouvelles pratiques, Paris, Dominique Carré Editeur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure n° 1 : Situation du parc de Bercy dans la ville de Paris
Légende Source : Carte – Données Mapinfo, Paris.
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/3876/img-1.png
Fichier image/png, 44k
Titre Figure n°2 : Le parc de Bercy
Légende Source : ville de Paris ; Direction des Parcs et Jardins, Espaces Verts ; Circonscription Sud-Est des parcs et jardins, Parc de Bercy
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/3876/img-2.png
Fichier image/png, 100k
Titre Tableau n°1 : Les caractéristiques sociodémographiques de la population et les caractéristiques de la visite
Légende Source : Arrif (2007b)
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/3876/img-3.png
Fichier image/png, 30k
Titre Tableau n°2 : pratiques et représentations du parc de Bercy (question : diriez-vous que le parc public de Bercy permet ?)
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/3876/img-4.png
Fichier image/png, 28k
Titre Tableau n° 3 : analyse factorielle des pratiques et représentations du parc de Bercy : (question : diriez-vous que le parc public de Bercy permet ?)
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/3876/img-5.png
Fichier image/png, 22k
Titre Tableau n° 4 : Lien entre le lieu de résidence et les pratiques et représentations du parc de Bercy
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/3876/img-6.png
Fichier image/png, 3,1k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Teddy Arrif, « Les représentations sociales liées au lieu de résidence au sein du parc de Bercy », Métropoles [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 08 avril 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://metropoles.revues.org/3876

Haut de page

Auteur

Teddy Arrif

Psychologie environnementale, docteur rattaché au laboratoire de Psychologie de l’Environnement de l’université Paris X, 5 Rue Saint Claude 75003 Paris, arrif_teddy(at)yahoo[point]fr

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org