Navigation – Plan du site
Articles

Les commerces gays et le processus de gentrification

L’exemple du quartier du Marais à Paris depuis le début des années 1980
Colin Giraud

Résumés

Interrogeant le rôle des populations homosexuelles dans la gentrification d’un ancien quartier historique de Paris (celui du Marais), cet article aborde cette question dans sa dimension commerciale. Depuis le début des années 80, l’implantation de commerces gays dans ce secteur a accompagné les effets de la gentrification et les a même accélérés pour partie depuis les années 90. Aujourd’hui cependant, la relation entre cette présence commerciale spécifique et les transformations socio-économiques de ce quartier parisien apparaissent nettement plus ambigus.

In this paper, we examinate the role of gay men towards gentrification and urban renaissance by focusing on gay business development in “Le Marais”. We demonstrate that, in this old neighbourhood of the city-center, the emergence of a gay commercial area has supported gentrification during the eighties and then contributed to the urban, economical and cultural renaissance. The historical link between gentrification and “gay spaces” has changed and became since a few years more and more diversified.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La notion de gentrification est bien connue des sociologues et des géographes. Elle vise à décrire un processus affectant les anciens quartiers populaires des métropoles occidentales selon quatre transformations principales : la réhabilitation d’un bâti généralement vétuste et dégradé, l’inversion complète de la sociologie des habitants du quartier, sous l’effet d’une éviction des catégories populaires par des ménages plus favorisés de « retour en ville », la transformation des activités et des commerces du quartier, et enfin le changement de l’image du quartier, devenant un lieu attractif, voire « branché » (Authier, 1998 ; Bidou-Zachariasen, 2003). Ce processus s’est largement diffusé dans les grandes villes européennes et nord-américaines et l’usage du concept de gentrification s’est de ce fait généralisé dans nos disciplines. Depuis plusieurs années déjà, les travaux sociologiques consacrés à ce type de transformations se sont orientés vers une exploration, souvent qualitative, des groupes sociaux engagés dans ce processus, les « gentrifieurs » : il s’agit, dans ces recherches, de mieux connaître ces acteurs de la gentrification qui réinvestissent des quartiers centraux souvent délaissés depuis de nombreuses années (Chicoine et Rose, 1998 ; Collet, 2008). Au-delà du vaste groupe des classes moyennes et supérieures, des travaux ont montré le rôle singulier de certains sous-groupes particulièrement actifs dans ce mouvement de retour au centre-ville, qu’il s’agisse de groupes professionnels (artistes, professions culturelles, travailleurs indépendants) ou de certains types de ménages (jeunes, couples sans enfants, ménages solos).

2Dans cette optique, des recherches pionnières ont souligné le rôle d’une autre catégorie de population, celle des homosexuels, dans certains contextes urbains. L’exemple idéal typique du quartier du Castro à San Francisco illustre sans doute la première implication explicite des gays1 dans le processus de gentrification : dans cet ancien quartier de San Francisco, l’installation des commerces et des ménages gays s’est traduite par une réhabilitation des logements, une réelle revitalisation commerçante et économique et un changement profond de la sociologie résidentielle et de l’image du quartier (Castells, 1983). Ce résultat a trouvé, par la suite, des échos dans de nombreux cas où les gays, par leur présence, leurs modes de vie et leurs pratiques de l’espace contribuaient d’une manière ou d’une autre à un processus de gentrification plus ou moins intense (Bouthillette, 1994). Mais les résultats empiriques restent lacunaires à ce sujet et cette question reste quasiment absente dans le champ des recherches françaises notamment (Blidon, 2008). Le cas du quartier parisien du Marais2 illustre pourtant un phénomène similaire : il connaît, depuis le milieu des années 1960, un mouvement précoce de gentrification et constitue depuis le début des années 1980 le « quartier gay » de Paris. Ce simple constat de départ nous a conduit à interroger cette corrélation entre investissement d’un espace urbain par les homosexuels et gentrification de ce dernier : quel est le rôle des gays dans les processus de gentrification ? Dans une recherche en cours3, nous traitons cette question sous différents aspects : investissement et réhabilitation du bâti, installation résidentielle et transformation du tissu social local, présence des commerces gays et « gentrification commerciale », visibilité des homosexuels et nouvelles images du quartier. Cette recherche a donné lieu à une enquête empirique présentée dans l’encadré méthodologique ci-dessous. Cet article se propose de revenir sur l’un des aspects importants de cette question : celui qui concerne l’installation d’un secteur commercial gay et ses relations avec le processus de gentrification local. Comment la présence de lieux commerciaux gays s’est-elle historiquement articulée aux mutations socio-économiques affectant le Marais parisien ? Quels en sont les étapes historiques et les effets actuels ?

3On montrera ainsi que l’installation des premiers commerces gays dans le Marais se réalise à un moment-charnière de l’histoire du quartier au tout début des années 1980 : en cours de gentrification, celui-ci offre alors un espace propice à leur installation. Progressivement, les commerces gays se multiplient dans les rues du Marais, contribuant à un renforcement des mutations locales et du processus de gentrification de consommation et de fréquentation. A partir des années 1990, les commerces gays sont des supports actifs d’une gentrification rapide et intense dans le quartier. On s’interrogera enfin sur les paradoxes que génèrent ces relations aujourd’hui : comment dans ces lieux s’articulent aujourd’hui l’identité gay d’un établissement commercial et les effets de la gentrification sur les modes de vie et de consommation dans le quartier ?

4L’enquête (2005-2008)

5L’enquête empirique a débuté au printemps 2005 et s’est terminée à l’été 2008. Elle concernait principalement le quartier parisien du Marais, et un terrain complémentaire, celui du quartier du Village Gai de Montréal. Elle s’est appuyée sur plusieurs matériaux permettant d’aborder plusieurs aspects du sujet de recherche.

6Un premier matériau est constitué de données quantitatives. Il concerne d’abord des données sur les commerces gays de Paris et Montréal à partir des annuaires commerciaux spécialisés sur la période 1979-2006. Ces annuaires sont des publications annuelles autonomes ou des index insérés dans différents supports de presse spécialisée (Gai Pied, Gai Infos, puis Têtu pour Paris, Le Berdache puis Fugues pour Montréal). Par ailleurs, un fichier de lieux de résidence de ménages homosexuels a été construit à partir d’une source de presse dans le cas de Paris : il aboutit à des données résidentielles concernant des gays parisiens pour la période 1997-2007 en cours de traitement statistique.

7Des données qualitatives ont également été produites. Des entretiens exploratoires ont permis d’interroger différents acteurs de la vie de ces deux quartiers : commerçants, anciens habitants, agents immobiliers, responsables associatifs (n=12). Ils ont été suivis d’une campagne d’entretiens approfondis auprès de gays habitant ou ayant habité dans le Marais (n=30) ou dans le Village (n=15) au cours de leur vie. Durant en moyenne 2h30, ils avaient lieu au domicile de la personne et abordaient différents aspects de sa vie dans le quartier (logement, commerces, loisirs, voisinage) et de sa trajectoire (professionnelle, résidentielle, familiale et biographique). Le recrutement assez complexe est passé par des réseaux d’interconnaissances et de voisinage, en jouant sur l’effet « boule de neige ».

8Parallèlement, une exploitation quantitative et qualitative d’archives de la presse gay parisienne et montréalaise et de la presse locale dans ces deux quartiers a été conduite depuis la fin des années 70 jusqu’à nos jours : des analyses de contenu et des recensions photographiques ont nourri ce travail sur l’image et les représentations de ces deux quartiers.

9Enfin, une partie de l’enquête a mobilisé des matériaux ethnographiques : des séquences d’observation dans certains lieux du quartier (bars, lieux culturels notamment) et une observation participante en tant que bénévole dans une association homosexuelle parisienne pendant 2 ans qui a permis de rencontrer quelques enquêtés mais surtout de passer du temps dans le quartier du Marais et dans certains lieux gays emblématiques. Un journal de terrain en rend compte précisément.

10Les extraits d’entretien, éléments de description des lieux et données sur l’évolution commerciale parisienne mobilisés ici sont tous extraits de ce matériau empirique.

L’implantation des commerces gays dans un quartier en cours de transformation

11L’étude des annuaires commerciaux spécialisés permet d’illustrer les grandes tendances du « commerce gay » à Paris depuis le début des années 1980. La tendance majeure qui s’en dégage est celle d’un grand déménagement vers le quartier du Marais, quartier offrant alors un contexte particulier : cette migration informe sur les relations initiales entre commerces gays et processus de gentrification.

Le déplacement géographique des commerces gays parisiens

12Par commerces gays, on désigne des établissements commerciaux spécifiquement destinés à être fréquentés par une clientèle homosexuelle, et explicitement affichés comme tels. Cet affichage prend des formes variées mais se traduit par l’apparition de signes visuels ou institutionnels (recension dans les guides spécialisés, drapeau ou autocollant arc-en-ciel sur la devanture ou dans le commerce, affiliation au S.N.E.G4 depuis 1990). Cette définition initiale des commerces gays permet d’en repérer un certain nombre dans Paris et d’étudier leur localisation, à partir des annuaires commerciaux spécialisés, depuis le début des années 1980.

Tableau 1 : Localisation des commerces gays dans Paris en 1985 et en 2005

Tableau 1 : Localisation des commerces gays dans Paris en 1985 et en 2005

Sources : Index commerciaux, Gai Infos (Juillet 1985), Têtu (Avril 2005)

13En comparant ces données à vingt ans d’écart, on remarque que si le nombre d’établissements n’a pas explosé, leur migration géographique et leur concentration spectaculaire dans le quartier du Marais ressortent clairement. Entre 1985 et 2005, le Marais a concentré progressivement une très grande partie de l’offre commerciale gay parisienne, en supplantant largement des secteurs d’implantation plus anciens, n’ayant cependant jamais atteint une telle densité de lieux gays comme les alentours de Pigalle, de Saint-Germain des Près ou de la rue Sainte-Anne. Plus de 42% de ces lieux prennent donc place dans le 3ème ou le 4ème arrondissement en 2005, contre seulement 18% en 1985. A l’inverse, d’autres « petits » secteurs, offrant une relative concentration de commerces homosexuels en 1985, ont vu leur poids diminuer sur cette période et l’on constate aussi qu’en 2005, la dispersion de lieux dans le « reste de Paris » pèse moins que la concentration de commerces gays dans les deux arrondissements maraisiens. De ce point de vue, il y a bien eu une migration géographique importante sur ces deux décennies vers le Marais. De plus, ces commerces gays se concentrent progressivement et principalement dans quelques rues du 4ème arrondissement (portions sud des rues du Temple, des Archives, rue Saint-Merri notamment). L’effet de concentration est décuplé : ces données traduisent en filigrane la naissance d’un secteur géographique et économique, désigné comme « Marais gay » depuis la fin des années 1980.

14Ce grand déménagement homosexuel débute à la fin des années 1970, prenant la forme d’une translation géographique. A cette époque, on peut parler d’une première forme de concentration commerciale de bars, restaurants et discothèques gays dans une rue du 2ème arrondissement, la rue Sainte-Anne. Elle regroupe de nombreux bars et les premiers lieux de sexe institutionnels et commerciaux (dont le célèbre Bronx), constituant un premier embryon de zone commerciale gay dans les années 1970. Mais ces établissements connaissent des difficultés croissantes avec le développement de la prostitution, les « affaires » de racket et la pression policière des descentes dans les établissements : la rue Sainte-Anne apparaît en crise relative à la fin des années 1970 (Martel, 1998). Au même moment, en parallèle, le premier bar gay du Marais ouvre ses portes en 1978, rue du Plâtre, sous un nom déjà très suggestif, « Le Village » : il s’agit d’une première dans le quartier et elle inaugure une première vague d’ouverture de commerces gays dans le Marais entre 1978 et 1983, ressemblant bien à une migration. Il n’est pas facile d’expliquer pourquoi ces commerces se sont installés précisément dans les rues étroites du vieux quartier du Marais (Sibalis, 2004) : un détour minimal par le Marais lui-même permet d’en savoir un peu plus.

Figure 1 : Le quartier du Marais (périmètre bleu) et le « cœur gay » du Marais (périmètre rose)

Figure 1 : Le quartier du Marais (périmètre bleu) et le « cœur gay » du Marais (périmètre rose)

Le Marais, une terre promise ?

15Lorsqu’on aborde ce moment particulier de la vie gay parisienne, plusieurs témoins interrogés en entretien5 évoquent ce processus de migration mettant à jour divers aspects et divers motifs de ce déplacement. C’est le cas de Victor, 49 ans, client des bars de la rue Sainte-Anne, puis serveur dans un bar gay du Marais entre 1983 et 1985 :

« Ben c’était très différent à l’époque, les patrons c’était tous des militants, je veux dire les patrons ils étaient gays et ils étaient militants…donc en fait, bon c’était des commerçants, faut pas se leurrer, le Marais personne n’en voulait, moi je me disais mais c’est quoi ce quartier ? Parce que c’était pas comme maintenant, dans le Marais y avait rien et donc c’était pas cher aussi, je veux dire donc les mecs ils ont bien compris que ça leur coûtait rien et que y avait de la place en fait…d’ailleurs ils ont bien eu raison, mais comme ils étaient militants bon, ouvrir un bar gay à l’époque c’était un acte militant ! C’était une affaire de gros sous, mais c’était aussi un acte militant ! C’était dire à un moment donné, bon, voilà, ben les pédés ont besoin d’un lieu, là, y a de la place, c’est pas trop cher, bon ben on y va ! », (Victor, gay, 49 ans, célibataire, ancien serveur dans le Marais, animateur de soirées).

16Ce discours illustre ce qui se joue dans ce déplacement géographique : une interaction subtile entre la recherche d’une implantation pour un commerce gay par certains acteurs et la situation du quartier au début des années 1980. Or le Marais offre précisément un contexte relativement propice à l’installation de commerces gays, contexte qu’il faut bien relier à un processus de gentrification en cours. Trois aspects nous semblent essentiels à ce sujet.

17Depuis la fin des années 1960 et sous l’impulsion du Plan de Sauvegarde du Marais (1964), un vaste programme de réhabilitation architecturale est mis en œuvre. De nombreux hôtels particuliers sont restaurés et de nombreux immeubles très vétustes sont réhabilités ; des musées sont ouverts, des associations et des festivals fleurissent au cours des années 70 en misant sur le patrimoine, l’histoire et la culture. Cette effervescence culturelle relayée par un patrimoine architectural très riche et de nouvelles réalisations à proximité du quartier (Beaubourg, les Halles) constituent les traces d’une réanimation culturelle et récréative du Marais, largement soutenue par les pouvoirs publics et qui accroissent déjà la fréquentation piétonnière et touristique du quartier (Prigent, 1980). La position centrale du Marais dans l’espace parisien est relayée par le nouveau carrefour de transports des Halles : le Marais est en passe de devenir un quartier central animé et attractif dont la fréquentation ne cesse d’augmenter dans les années 80. Il offre un potentiel de fréquentation et de consommation considérable pour l’ouverture de bars et de restaurants, rapidement accessibles pour les franciliens et situé à proximité de nouveaux lieux de tourisme et de ballade (Redoutey, 2004). Mais au début des années 80, la réhabilitation du bâti est loin d’être achevée, en particulier dans certaines portions du 3ème arrondissement et dans certaines rues du 4ème arrondissement. La vacance commerciale apparaît relativement forte et les prix de l’immobilier encore en deçà de la moyenne parisienne. Dans ce contexte, les opportunités immobilières et commerciales sont encore attrayantes et offrent aux investisseurs et aux patrons de commerces gays notamment des possibilités que d’autres quartiers ne fournissent pas. Lorsque Victor rappelle donc que « personne n’en voulait » ou que « ça leur coûtait rien », cet avantage financier apparaît dans le fait de s’installer dans le Marais. De ce point de vue, le contexte urbanistique et immobilier d’un quartier encore abordable et vacant de fait semble influencer la venue des commerces gays en nombre. Cette gentrification en gestation favorise donc l’ouverture de commerces gays dont la rentabilité n’est pas assurée a priori et qui, s’ils constituent des commerces singuliers, n’en restent pas moins aussi « une affaire de gros sous ». Enfin, si le processus de réhabilitation est déjà bien amorcé dans le quartier, les autres composantes du processus apparaissent encore discrètement (Djirikian, 2004) : en particulier, les mutations dans la composition sociologique de la population du quartier sont en cours (Tableau 2).

Tableau 2 : Evolution de la population du Marais de 1962 à 1999 : quelques indicateurs

Tableau 2 : Evolution de la population du Marais de 1962 à 1999 : quelques indicateurs

18* : part de la PCS parmi les actifs dans les quartiers 9 à 15, compte tenu des modifications de la nomenclature INSEE en 1982.

19Au début des années 80, l’inversion sociale au profit des cadres n’est pas encore complète mais déjà engagée et produit une nouvelle demande locale, notamment en matière d’équipements et de commerces dans le quartier : les pratiques d’achat, de loisirs et l’investissement de l’espace résidentiel de ces nouveaux venus portent en germe de nouveaux besoins et de nouvelles activités commerçantes dans ce type de quartier (Authier, 1993 ; Bidou-Zachariasen, 2003). D’ailleurs, du point de vue des activités locales, les mutations sont également déjà sensibles pour tous les observateurs (Prigent, 1980 ; Faure, 1997) : les activités traditionnelles sont en déprise (artisanat, textile, orfèvrerie, petits commerces d’alimentation de quartier), de nouveaux secteurs émergent durablement en 1982-1983, au premier rang desquels on trouve l’hôtellerie, la restauration, et plus globalement les activités de service. On commence par exemple à voir fleurir des cafés et des bars nouveaux rue des Francs-bourgeois, rue Rambuteau et rue des Archives. Dans ce contexte socio-économique de transition, les bars, restaurants et cafés spécifiquement gays trouvent là aussi un terreau favorable du point de vue des modes de vie et de consommation qu’ils supposent. Des bars tels que le Village, le Duplex ou le Piano Zinc, ne déclenchent pas à proprement parler et à eux seuls un renouveau commercial local mais s’insèrent dans un tissu commercial et socio-économique favorable dans les rues du Marais. Les acteurs impliqués dans ce grand déménagement homosexuel sont nombreux et ont des intérêts multiples qu’il faudrait considérer avec précision ; pour cette génération de premiers patrons de bar, on constate souvent une imbrication d’intérêts économiques et de préoccupations militantes. La plupart d’entre eux est impliquée plus ou moins directement dans les réseaux associatifs et militants homosexuels6 qu’ils soient eux-mêmes militants ou qu’ils aient, cas le plus fréquent, des relations étroites avec les associations homosexuelles (Martel, 1998). Pour la majorité de ces individus, l’ouverture d’un bar gay dans le Marais constitue à la fois une opportunité économique et un geste militant par la visibilité accrue qu’il donne aux populations homosexuelles dans un quartier central de Paris. Le grand déménagement des commerces gays vers le Marais a donc bien lieu et commence au début des années 80. Ces commerces peuvent apparaître comme des pionniers car ils investissent un quartier dans lequel de nombreux indicateurs signalent un processus de gentrification en cours, même si ces effets sont encore partiels. Les commerces gays migrent donc vers le Marais à un moment-clé de l’histoire du quartier, ils vont y jouer un rôle décisif à partir de la fin des années 1980.

Des convergences apparentes : les commerces gays, levier de la gentrification ?

20Dès le début des années 1980, le Marais permet d’observer des effets cumulatifs entre des transformations sociologiques locales en cours et l’installation des premiers commerces gays jusqu’ici situés dans d’autres espaces. Mais les années 1990 voient ces effets catalyses et décuplés : non seulement, les commerces gays du Marais s’adaptent fort bien au contexte local mais ils participent, de plus, à sa transformation complète à la fin des années 1990.

L’évolution progressive du commerce gay dans le Marais

21L’émergence d’un quartier gay en tant que tel dans le Marais n’est pas seulement due à la migration observée dans la première moitié des années 1980 : elle s’explique aussi par l’évolution de ces commerces dans un contexte urbain spécifique. En étudiant l’évolution des types de commerces gays à Paris entre 1985 et 2005, on doit donc mettre en avant un processus de diversification conjugué à une plus grande visibilité dans l’espace public (Tableau 3). Nous avons retenu ici comme secteurs géographiques spécifiques le quartier Sainte-Anne élargi (1er et 2ème arrondissements), le Marais élargi (3ème et 4ème arrondissements) par distinction avec « le reste de Paris », soit les deux secteurs géographiques présentant une concentration d’établissements significative relativement au reste de Paris et sur la période concernée.

Tableau 3 : Types de commerces gays selon leur localisation géographique dans Paris en 1985 et en 2005

Tableau 3 : Types de commerces gays selon leur localisation géographique dans Paris en 1985 et en 2005

Sources : Index commerciaux, Gai Infos (Juillet 1985), Têtu (Avril 2005)

22En même temps qu’ils migrent vers le Marais, les commerces gays changent de visage : s’ils restent dans leur majorité des bars et des restaurants en 2005, dans Paris (52,9%) et dans le Marais (61,5%), on constate une modification de cette structure par types de commerces dans le cas du Marais. Alors que la répartition parisienne dans son ensemble est relativement stable, celle du Marais voit une nette régression des établissements nocturnes et des lieux à dimension sexuelle, qui restent fortement sous-représentés dans le quartier. Paradoxalement, le quartier gay parisien apparaît comme un espace où les lieux de sexe, les discothèques et les saunas sont sous-représentés, contrairement aux représentations habituelles : les lieux de sexe (backrooms, saunas, sex-clubs) sont beaucoup plus dispersés dans Paris que ne le sont les autres commerces gays, ils sont d’ailleurs surreprésentés dans le secteur Sainte-Anne et dans le reste de Paris. A l’inverse, depuis la fin des années 1980, ce sont surtout les boutiques, magasins et services qui ont proliféré dans les 3ème et 4ème arrondissements : ils ont régressé dans l’ensemble de la ville (13,4% des commerces en 1985 contre 17,6% en 2005) alors que leurs poids a plus que doublé dans le Marais sur la même période. La translation géographique s’est donc conjuguée à une mutation fonctionnelle commerciale en une vingtaine d’années, et principalement, d’après les annuaires annuels consultés au cours des années 1990.

23Ce constat renvoie plus largement à la diversification croissante des commerces gays dans le Marais au cours des années 1990. En plus de nombreux bars, restaurants et de quelques discothèques, c’est un panel de commerces variés qui est apparu dans le quartier, s’affichant comme commerces gays. Les données quantitatives rejoignent de ce point de vue les archives presse consultées sur la période et les récits d’enquêtés. En une décennie, s’ouvrent alors une « boulangerie gay », une « pharmacie gay », des agences immobilières et de voyages, des salons de coiffure, des magasins de vêtement. Tous ces nouveaux commerces gays concernent des services différents des traditionnels bars et restaurants : ils proposent des services et des objets de consommation courante mais en affichant une orientation homosexuelle singulière qui passe souvent par les signes de reconnaissance mentionnés plus haut comme le rainbow-flag, drapeau arc-en-ciel, symbole international de la communauté homosexuelle. Cette évolution traduit plusieurs tendances locales et historiques dans les années 1990.

24D’abord, elle est à relier à une visibilité croissante des gays dans l’espace public et dans l’espace social qui voit s’effacer les lieux confinés, uniquement nocturnes et peu accessibles depuis la rue (Leroy, 2005). Les années 1995-1998 consacrent les terrasses gays dans la rue des Archives et les devantures opaques d’antan ont cédé la place à des vitrines ayant pignon sur rue. Les commerces gays sont donc visibles et investissent l’espace public du Marais, de jour comme de nuit ; cet investissement n’est cependant pas sans susciter des résistances locales, notamment de la part de plusieurs associations de riverains, généralement anciennement installées dans le quartier. Les conflits entre certains bars gays et une association de riverains de la rue des Haudriettes durant l’année 1995, ainsi que des entretiens réalisés auprès de certains de ses responsables, le montrent : le problème des « nuisances sonores » masque mal les conflits sur la légitimité de chacun à investir l’espace public local.

25Ensuite, cette offre commerciale renouvelée mise sur de nouveaux modes de vie et de consommation liée à la fréquentation du quartier par une clientèle homosexuelle désormais nombreuse : comme si les premiers commerces gays avaient permis la venue des gays dans le quartier et qu’une fois installé dans les rues du Marais, ce secteur commercial tendait à se diversifier, proposant une gamme de services qui permet de « vivre gay » dans le Marais, comme le remarque Karim dans l’extrait suivant :

« Tel qu’on nous le vend, le Marais c’est l’paradis, tu peux t’habiller gay, tu peux te coiffer gay, tu peux bouffer gay, boire, baiser gay ! Tu peux passer ta journée là, à vivre gay en fait, à tout faire avec le côté gay ! », (Karim, gay, 34 ans, locataire, célibataire, 4ème arrondissement, vendeur).

26Enfin, dans ces nouveaux services et commerces centrés sur des pratiques et des besoins quotidiens (boulangerie, pharmacie), se lisent les effets d’une présence homosexuelle à la fois ponctuelle, récréative et occasionnelle, mais aussi les effets probables d’une présence homosexuelle résidentielle dans le quartier à partir du milieu des années 1990. Cette hypothèse sociologique, que nous traitons actuellement par ailleurs, semble confirmée par différents indicateurs en cours d’analyse : la surreprésentation dans les données locales du recensement de profils sociaux et de types de ménages également surreprésentés parmi les gays (Messiah et Mouret-Fourme, 1993 ; Schiltz, 1997), le développement d’un quasi-commerce gay de proximité et la multiplication des agences immobilières spécifiquement gays et spécialisés dans l’immobilier local depuis 1995-1996. Ce n’est plus seulement de bars gays ou de lieux festifs dont il s’agit, mais bel et bien d’un ensemble de services et de commerces diversifiés qui semblent s’implanter dans le quartier du Marais en affichant clairement une orientation vers les gays et une appartenance identitaire visible dans l’espace public. Cette tendance apparaît dans la plupart des quartiers gays occidentaux (Remiggi, 1998 ; Aldrich, 2004). Dans le Village Gai de Montréal7, elle aboutit par exemple à l’existence d’une gamme extrêmement diversifiée de produits et commerces gays le long des rues Sainte Catherine Est et Amherst, du salon de toilettage canin au cabinet dentaire étiquetés « gays » en passant par la future maison de retraite homosexuelle en plein cœur de ce quartier. Les commerces gays du Marais s’installent donc durablement dans ce quartier en se métamorphosant : plus ouverts et plus diversifiés, ils semblent miser sur des modes de consommation spécifiques. Cette spécificité des modes de consommation est, en réalité, en parfaite adéquation avec une gentrification commerciale d’ensemble affectant le quartier depuis la fin des années 1980 et qui rencontre ici, comme dans d’autres quartiers du même type, les « nouveaux paysages commerciaux de la gentrification » (Van Criekingen, 1997).

L’adéquation avec la gentrification en cours : modes de vie et fréquentation

27Cette tendance commerciale est en réalité la déclinaison gay d’un processus de transformation commerciale plus général et typique des quartiers en cours de gentrification. De nombreux travaux ont montré comment la gentrification valorisent et sélectionnent certains types de commerces et de services associés aux nouveaux besoins et aux nouveaux modes de vie des habitants et des clients de ce type de quartier (Zukin, 1982 ; Van Criekingen, 1997). Qu’il s’agisse de magasin d’alimentation de luxe (fromagerie, primeurs), de services de soin et de décoration, de galeries d’art, ou de cafés « branchés » et de bistrots valorisant l’authenticité d’une ambiance ou d’un commerce traditionnel détourné de son usage passé, cette palette commerciale constitue un levier actif dans les transformations urbaines des quartiers centraux expliquant l’usage des termes de « gentrification de consommation » et de « gentrification de fréquentation » (Beauregard, 1986 ; Lehman-Frisch, 2002). Ces deux notions visent en effet à décrire le fait qu’un quartier gentrifié est aussi un quartier fréquenté pour ses espaces publics et ses commerces par de nouvelles populations résidentes ou extérieures, qui viennent y consommer des services et des produits spécifiques, mais aussi un décor urbain et une ambiance singulière.

28De ce point de vue, le Marais connaît effectivement cette transformation depuis les années 90 : les boutiques « branchées » (vêtements, décoration, design) et les nouveaux services (soins, restauration, loisirs), les galeries d’art (dans le 3ème arrondissement surtout), ont définitivement remplacé les anciens commerces et les ateliers productifs traditionnels du quartier (textile, joaillerie, etc.). Les activités productives de l’artisanat ont progressivement cédé la place dans les deux arrondissements concernés aux fonctions de service et à de nouveaux commerces en deux ou trois décennies (Faure, 1997). Ces nouvelles activités s’implantent bien souvent dans les anciens locaux de l’artisanat, restaurés et réaménagés : la rue des Francs-Bourgeois l’illustre bien aujourd’hui. A la fin des années 1990, les rues du Marais ont donc changé de visage : les rue Rambuteau et de Bretagne rassemblent des primeurs et des magasins d’alimentation aux prix élevés, les rues des Archives, du Temple et des Francs-bourgeois concentrent essentiellement des boutiques de vêtements, des bistrots, des boutiques de décoration, de design, des commerces de soin du corps, de produits de beauté. Plus récemment et plus au nord, le Carreau du Temple a vu fleurir bars et restaurants avec terrasse, la rue Charlot, devenant quant à elle et en quelques années un lieu de concentration de galeries d’art et d’ateliers d’artistes à la mode. Ce tableau d’ensemble permet de souligner comment les commerces gays et la gentrification commerciale se rencontrent dans le Marais dans les années 1990. On constate en effet une forte adéquation structurelle entre les secteurs-phares du commerce gay (bars, restaurants, nouveaux services spécifiques) et les activités valorisées et sélectionnées par le processus de gentrification (Decroly, Deligne, Gabiam et Van Criekingen, 2006) : elle repose sur le fait que les modes de vie et de consommation valorisés par les gays, ou au moins, dans les commerces gays du quartier, rejoignent des pratiques et des modes de vie qui sous-tendent la « gentrification de fréquentation » (Beauregard, 1986). L’espace public du Marais met progressivement en avant et valorise depuis une dizaine d’années ces modes de vie, dominants chez les « gentrifieurs », mais dominants aussi chez les gays : la restauration à l’extérieur du foyer, l’entretien du corps, la fréquentation des bars et des cafés, les « brunchs » les week-ends, l’aménagement et la décoration de son logement, souvent permis par des revenus supérieurs à la moyenne, chez les gays comme chez les gentrifieurs (Van Criekingen, 1997 ; Lehman-Frisch, 2002).

29Par ailleurs, cette adéquation peut renvoyer à l’ambiance des lieux, voire aux valeurs et aux références culturelles que ces derniers valorisent. Le cas du Piano Zinc, bar cabaret mythique du Marais, entre 1981 et 1998, illustre comment un lieu gay peut attirer certes une clientèle homosexuelle, mais aussi des populations qui, au-delà de leur orientation sexuelle, sont typiques des acteurs pionniers de la gentrification (Ley, 2003). Plusieurs de nos enquêtés ont fréquenté ce bar cabaret mythique au cours des années 1990 et évoquent un lieu « hybride », « convivial », « intello » où cohabitait une clientèle d’habitués, marquée par la présence des gays, des étudiants, des artistes et des « milieux culturels ». Dans leurs descriptions du lieu, on retrouve certains traits saillants des populations, des ambiances et des lieux typiques des espaces en cours de gentrification, nourris par la dimension alternative et avant-gardiste8 des cultures homosexuelles. Sont ici mis en avant la convivialité et la sociabilité que permettent un espace relativement restreint, mais aussi la dimension alternative d’un cabaret où des airs authentiques sont chantés par des personnages atypiques, des travestis, des artistes peu reconnus commercialement mais qualifiés de « créateurs », ou de « vraies personnalités » par les enquêtés. Or, les valeurs et les pratiques des gentrifieurs ont souvent été décrites comme alliant convivialité, authenticité, avant-gardisme et altérité, exotisme, voire découverte de l’étrangeté et de la nouveauté (Simon, 1997 ; Ley, 2003). C’est précisément cette tonalité caractéristique qui semble créer les conditions d’une cohabitation entre des populations différentes mais qui partagent une forme de décalage aux normes sociales dominantes ailleurs, qu’il s’agisse de normes sociales hétérosexuelles ou d’une culture dominante et légitime dans ce cas précis. Dans ce lieu récréatif se dessinent donc des liens étroits entre différentes franges de ces nouveaux groupes qui fréquentent le Marais à cette époque là : les gays, mais aussi les professions culturelles, les jeunes étudiants, les artistes et une « faune un peu bohème ». Des lieux gays du Marais ont pu constituer des leviers actifs d’une gentrification de fréquentation parce qu’il offrait une ambiance alternative à d’autres lieux récréatifs parisiens, ambiance valorisée par de nombreux gentrifieurs (Binnie, Skeggs, 2004).

30L’influence des commerces gays dans la gentrification de consommation et de fréquentation du quartier du Marais apparaît comme décisive au cours des années 1990 et se décline à différentes échelles. Elle repose sur une adéquation de fait entre l’évolution locale des commerces destinés à une clientèle spécifiquement homosexuelle et les types de commerces que le processus de gentrification séléctionne et favorise dans un quartier. Mais elle s’illustre aussi par des effets plus concrets de contagion et d’hybridation dans des lieux qui favorisent conjointement des pratiques, des modes de consommation et des valeurs communes aux gays et aux gentrifieurs ayant réinvesti ce quartier central. C’est à la persistance actuelle de ces effets que l’on doit s’intéresser et, de ce point de vue, les commerces gays apparaissent alors comme un paysage varié et finalement très contrasté.

Paradoxes actuels : diversité, porosités et ambiguïtés du commerce gay dans le Marais

31Si les commerces gays du Marais sont apparus comme des leviers ou des foyers actifs de gentrification, cette relation semble aujourd’hui contrastée. La gentrification du Marais est devenue un processus ultra-sélectif du changement urbain et social dans un espace central devenu très attractif, tant pour les parisiens que pour les touristes. L’investigation sociologique permet de montrer que la notion de « commerce gay » a vu son sens infléchi par deux effets conjugués : la diversification des lieux « gays » et l’uniformisation du paysage commercial local. Les commerces gays peuvent donc être décrits selon leur type, leur plus ou moins grande spécialisation, et leur relation au processus de gentrification.

Des commerces à forte composante identitaire gay

32On constate en premier lieu le maintien de commerces gays où l’affichage identitaire des lieux, la clientèle présente et l’ambiance produite sont fortement marqués par l’homosexualité masculine et l’identité gay, c'est-à-dire ici un ensemble de codes, de signes, de pratiques et de manières de faire et de se représenter les choses, spécifique et largement structuré par une orientation sexuelle homosexuelle. Ces lieux commerciaux sont souvent présentés pour mettre en avant l’idée d’un quartier communautaire ou d’un ghetto homosexuel par les médias et le sens commun car concrètement ils sont quasi-exclusivement masculins et produisent des mises en scène de l’homosexualité très spectaculaires et très singulières pour le passant. Les attroupements d’hommes au style vestimentaire uniforme devant le Cox ou le Bear’s Den (bars situés rue des Archives et rue des Lombards) traduisent à la fois cet affichage identitaire marqué, investissant le trottoir ou la chaussée en début de soirée et en fin de semaine, et un certain entre-soi masculin et homosexuel (Leroy, 2005). La photographie ci-dessous montre précisément quelle forme prend cet investissement de l’espace public qui affiche des codes corporels et vestimentaires relativement uniformes et marqués par une homosexualité virile et mise en scène comme telle, à la terrasse du Bear’s Den, un vendredi en début de soirée.

Photographie 1 : La terrasse du Bear’s Den, Rue des Lombards, 4ème arrondissement, Vendredi 23 Juin 2006, vers 19h

Photographie 1 : La terrasse du Bear’s Den, Rue des Lombards, 4ème arrondissement, Vendredi 23 Juin 2006, vers 19h

33Du point de vue des types de commerces, on trouve majoritairement ici des bars, certains restaurants installés depuis le milieu des années 80 rue Sainte-Croix de la Bretonnerie, les quelques commerces gays à dimension sexuelle du Marais (un sex-shop, quelques backrooms et saunas dont le célèbre Dépôt, rue aux Ours, des sex-clubs comme le QG, rue Simon le Franc, ou le Glove, rue Charlot), bref des commerces qui ressemblent beaucoup aux commerces gays traditionnels des années 1980, du point de vue de leur type d’activité en tous cas. Tous ces commerces sont affiliés au S.N.E.G. et concernent des activités récréatives, sexuelles ou des services de restauration. Dans ce cas, la forte composante identitaire gay ne permet pas réellement, dans les faits, un décloisonnement homo/hétéro : leur implantation dans le quartier peut gonfler les statistiques de secteurs commerciaux hôtellerie, bars, restauration, ce qui accentue les effets quantitatifs de la gentrification commerciale locale, mais, il n’y a pas ici de rencontre concrète entre les gentrifieurs hétérosexuels du quartier et les clients gays de ces établissements. La faible mixité de ces lieux et le fait qu’ils soient le plus souvent associés à la rencontre, voire à la sexualité, les rend relativement imperméables aux pratiques et modes de consommation des populations qu’attire un quartier gentrifié. La fréquentation de ces lieux semble renvoyer d’abord au fait d’être gay bien avant d’être gentrifieur, quand bien même certains clients peuvent être gays et gentrifieurs à la fois. Les différentes composantes de l’identité sociale ne disparaissent pas comme par magie, mais c’est bien la composante orientation sexuelle qui semble déterminer ici le fait de fréquenter ces lieux, les pratiques et les représentations des individus concernés. Ces commerces mobilisent d’abord l’orientation sexuelle de la clientèle et apparaissent peu liés aux modes de vie et aux pratiques des gentrifieurs, habitant ou fréquentant le quartier, ce qui les situe dans une position spécifique vis-à-vis de la question qui nous préoccupe ici. Géographiquement, ce type de commerces gays est majoritairement situé dans l’ouest du 4ème arrondissement aux abords de la rue Sainte-Croix de la Bretonnerie et de la rue des Archives.

Des commerces gays ouverts à la gentrification

34D’autres lieux souvent plus récents dans le Marais sont bien des commerces gays mais apparaissent moins marqués par cette composante identitaire forte et semblent davantage profiter ou favoriser des effets de la gentrification. Cette différence tient en réalité à deux raisons récurrentes : le type d’activité ou l’ambiance du lieu.

35Dans le premier cas, on recense donc des commerces gays, ayant clairement un affichage identitaire et une orientation commerciale spécifiquement homosexuelle, mais il s’agit cette fois-ci de type de commerces et de services différents : boulangerie, librairie, salon de coiffure, boutiques de vêtements, agences de voyage et immobilières. Le nom du commerce, les chartes visuelles choisies et le projet commercial de départ se rattachent explicitement à l’homosexualité masculine et constituent des ancrages identitaires forts pour ces établissements. Mais leurs prestations renvoient à des commerces de quartier ou à des services que peuvent rechercher des individus qui habitent et fréquentent le quartier, indépendamment de leur orientation sexuelle, au premier rang desquels on trouve donc des individus au profil et aux pratiques typiques des gentrifieurs. Ainsi la boulangerie gay est fréquentée autant par des habitants du quartier (homosexuels et hétérosexuels) que par des touristes, des passants et des personnes qui travaillent dans le Marais, homosexuels et hétérosexuels également. De la même manière, les agences immobilières gays peuvent également enregistrer une clientèle majoritairement gay, tout en possédant aussi une clientèle hétérosexuelle souvent composée de ménages aux revenus élevés recherchant un bien immobilier dans un quartier devenu l’un des plus chers de Paris et parmi laquelle on trouve aujourd’hui une forte composante étrangère (clientèle américaine ou italienne notamment)9. Certains commerces affichant initialement leur orientation vers la clientèle gay apparaissent particulièrement favorables à une clientèle de jeunes actifs aux revenus élevés et aux pratiques de consommation socialement distinctives (agences de voyage, produits de beauté, design). Ces effets sociologiques majeurs sont aujourd’hui largement dépendants du contexte socio-économique : la présence des individus et des groupes sociaux dans le Marais étant de plus en plus dépendante de leur capital économique, qu’il s’agisse de fréquenter, de consommer ou surtout d’habiter dans ce quartier parisien devenu un espace ultra sélectif.

36Par ailleurs, l’existence de lieux gays plus mixtes permet encore le décloisonnement homos/hétéros dans certains cas. Des lieux initialement et explicitement destinés vers les gays peuvent être progressivement investis par une clientèle relativement variée du point de vue de l’orientation sexuelle et se nourrir de la gentrification de fréquentation dans le quartier. Le cas du Piano Zinc illustrait ce type de configurations : elles apparaissent aujourd’hui relativement rares dans le quartier et persistent surtout dans des lieux gays du nord du Marais, et quelque peu excentrés du « cœur gay » du quartier. Nous n’évoquerons ici que l’exemple du Tango, discothèque se présentant comme une « discothèque gay et lesbienne », affiliée au S.N.E.G., située rue au Maire, dans le 3ème arrondissement et ouverte depuis 1997. Les nombreuses séquences d’observation réalisées au Tango montrent un brassage tous azimuts de la clientèle : s’y côtoient en effet des âges et des générations variés, des femmes et des hommes, dont les orientations sexuelles et de genre sont multiples. Cette mixité de fait se conjugue à une ambiance singulière où cohabitent différents styles de musique et de danse (danse de salons à deux, airs de musette, en début de soirée, puis tubes discos et tubes plus récents, slows et madison), des codes vestimentaires et culturels très hétérogènes. Cette tonalité métissée colore le Tango d’une relative marginalité dans le Marais gay pétri de codes visuels et culturels gays devenus souvent uniformes (Martel, 2000 ; Redoutey, 2004). Elle est fortement mise en avant par les gérants de l’établissement, sur leur site Internet comme en entretien : ce lieu est pensé comme un espace « convivial » et « bon enfant » où les valeurs du divertissement, de la tolérance et de l’ouverture sont primordiales. Cette ambiance singulière est indéniablement rattachée à l’histoire du lieu et du quartier comme à la trajectoire de son gérant actuel.

37Ancien bal auvergnat né au début du siècle, puis bal musette parisien des années 20 jusqu’aux années 1960, le lieu est alors majoritairement fréquenté par les milieux populaires, en particulier les ouvriers du quartier. A partir des années 80, le lieu mélange cette ambiance musette avec des nouveaux genres (discos, puis musique de variétés) élargissant ainsi sa clientèle initiale. Le Tango est repris en 1997 par un gérant gay qui attire alors une clientèle gay et lesbienne, mais l’identité populaire et musette du lieu est mobilisée comme facteur de singularité dans l’espace commercial gay. L’emplacement même du Tango dans le quartier doit être évoqué : la rue au Maire prend place dans une portion du 3ème arrondissement contrastant avec la gentrification d’ensemble du Marais, le bâti y est encore relativement vétuste, la population conserve un caractère populaire et mélangé, les familles kabyles, et plus récemment chinoises, constituant une part importante de ces ménages modestes. Ce « joyeux mélange des genres »10 associe donc une mémoire locale et une présence encore effective des milieux populaires à la présence d’un lieu gay très fréquenté en fin de semaine. Les gays ont donc réinvesti les murs, mais aussi d’une certaine manière la mémoire, la culture d’un quartier et les références d’une histoire métissée. Cette ambiance singulière est particulièrement favorable à la présence et la fréquentation du lieu par des groupes sociaux valorisant l’alternative, la contestation des stéréotypes, le goût pour l’authentique et l’étrangeté, valeurs éminemment présentes chez de nombreux gentrifieurs dont les ressources économiques ne sont pas forcément élevées mais dont les dispositions et ressources culturelles rencontrent ces valeurs-là (Bidou, 1984 ; Simon, 1997 ; Collet, 2008). De ce point de vue, la trajectoire du gérant de l’établissement est également éclairante : homosexuel âgé de 42 ans, normalien et ancien professeur agrégé, militant dans les associations homosexuelles, Martin a également habité près du Canal Saint-Martin dans les années 1980 où il a été particulièrement investi dans la vie de ce quartier en cours de gentrification (militant dans plusieurs associations de quartier), avant de déménager rue au Maire au moment où il est devenu gérant du Tango. Cumulant un capital culturel important, des expériences militantes et un fort investissement dans les quartiers qu’il traverse dans sa trajectoire résidentielle11, Martin participe lui-même et à travers le Tango à cette rencontre entre gentrification et homosexualité dans le Haut-Marais. Le cas du Tango révèle donc certaines configurations culturelles et certaines ambiances locales dans lesquelles un lieu gay s’insère parfaitement comme élément de décor d’un quartier réinvesti comme lieu d’une authenticité qu’il s’agit de retrouver. Cette dimension reste relativement circonscrite au nord du 3ème arrondissement où la gentrification apparaît encore limitée, entre la rue Chapon et la rue de Turbigo notamment (Figure 1).

38Dans certains commerces gays, le type d’activité ou l’ambiance du lieu peut apparaître comme « ouvert » à la gentrification, que celle-ci renvoie à des modes de consommation ou à des valeurs culturelles. Dans ces cas précis, les commerces gays jouent donc un rôle important dans l’entretien et le prolongement des processus de gentrification.

Des commerces gays de fait ?

39Enfin il faut évoquer le développement d’un commerce gay de fait dans les rues du Marais. Par « commerce gay de fait », on désigne un ensemble de commerces dans lesquels l’affichage gay n’est pas initialement présent mais dans lesquels les effets de proximité locale et le type de commerce concerné ont contribué à attirer une importante clientèle homosexuelle. Ces commerces sont-ils alors des commerces gays ? Cette question renvoie fondamentalement à la définition initialement adoptée et qui voit son sens évoluer avec le temps. Si l’affichage explicite de l’identité gay d’un commerce constituait un critère pertinent dans le Marais des années 80, le développement progressif de nouveaux commerces et de nouveaux services contribue à un brouillage des lignes entre commerces gays, gay-friendlys et commerces tout court. On peut souligner deux ressorts concrets de cette « homosexualisation » de fait de certains commerces du quartier.

40D’abord, un effet de proximité géographique peut jouer à plein dès lors que certains magasins et certains bars se situent dans les portions les plus équipées en commerces gays du quartier, dans les rues des Archives, du Temple, du Roi de Sicile. L’observation ethnographique est mise à l’épreuve par des lieux où la clientèle ressemble beaucoup à celle des bars les plus identitaires mais où l’on ne trouve pas d’autres affichages identitaires que cette clientèle visiblement majoritairement homosexuelle. Dans ce cas précis, le sociologue est bien confronté au statut d’invisibilité immédiate de l’homosexualité et en même temps à la présence sensible d’une population donnant le ton. Ainsi, les terrasses des Marronniers, de la Comète ou du Carrefour ressemblent en été à s’y méprendre à la devanture du Cox. Pourtant, ces trois cafés ne sont pas nés comme des commerces gays : ce sont des anciens bistrots de quartier ou des cafés ayant fleuri dans les rues du quartier au cours des années 1990. Certains récits d’enquêtés confirment pourtant que dans la pratique, l’investissement de ces cafés par la population gay s’est progressivement affirmé :

« Oui, on y allait aux Marronniers, c’est vrai que c’est une terrasse sympa, quand il fait beau, mais c’était marrant parce qu’à l’époque, le serveur il nous mettait dans le carré VIP (rires), y avait un carré pédé, à côté tu avais les hétéros, et nous on se mettait dans le carré gay, on matait tout ce qui bougeait […] ben là, c’est carrément pédé maintenant, le carré a envahi toute la terrasse en fait, c’est blindé à toutes les heures maintenant », (Jean-Baptiste, gay, 47 ans, propriétaire, en couple, 4ème arrondissement, cadre financier).

41On voit bien ici comment des commerces non gays le deviennent de fait. La proximité géographique, l’importante fréquentation gay du Marais ainsi que des « bricolages » locaux, non dénués d’opportunisme commerçant, expliquent cette coloration gay dans un certain nombre d’établissements. Ce type de situation montre que des commerces précisément sélectionnés par le processus de gentrification (bars, restaurants, notamment) peuvent être investis de fait par les gays.

42Cet investissement de fait peut également relever de stratégies commerciales plus explicites dans des commerces « non gays » à l’origine. L’émergence d’une clientèle gay locale, disposant souvent de revenus supérieurs à la moyenne12, constitue une niche commerciale importante pour des investisseurs convoitant un quartier central redevenu porteur, attractif et touristique. Un effet de la gentrification est bel et bien d’avoir fait du Marais une localisation commerciale très convoitée, et la présence des gays renforce par endroits cette convoitise. Des commerces peuvent donc jouer sur les ressemblances entre modes de consommation des gentrifieurs et modes de vie des gays pour profiter pleinement de ces effets cumulatifs : ces stratégies de captation peuvent aboutir à une présence gay massive dans des commerces a priori non gays. L’exemple récent le plus frappant est sans doute l’ouverture du BHV Homme en 2007, à quelques mètres du BHV, rue de la Verrerie. Ce magasin propose sur plusieurs étages des produits de beauté, des vêtements et des accessoires uniquement destinés aux hommes, ainsi qu’un espace bar et restauration au rez-de-chaussée et donnant sur une petite cour intérieure disposant d’une terrasse. Il se situe à quelques mètres des bars gays du Marais les plus fréquentés. L’imagerie publicitaire développée depuis l’ouverture, les produits vendus et la taille spectaculaire du rayon « préservatifs, gels intimes » laissent peu de doute quant à la stratégie commerciale adoptée. A strictement parler, le BHV Homme n’est donc pas un commerce gay, il n’est pas affilié au S.N.E.G., il n’affiche pas les couleurs arc-en-ciel et ne mentionne nulle part les traces d’une orientation explicite envers les gays. Pourtant, tout y est présent ou presque, de la clientèle au personnel13, des produits aux mises en image du corps masculin, des choix marketing à la musique diffusée dans le magasin, en passant évidemment par la localisation géographique du magasin. Dans ce cas, on voit bien comment un commerce non gay est investi par l’identité gay du Marais, influençant dès lors ses stratégies commerciales et marketing, et l’on voit bien aussi comment un certain type de commerces favorise davantage cette utilisation de la niche commerciale gay. Or, ce type d’espace commercial est également celui qui est progressivement valorisée dans un quartier gentrifié, cumulant restauration, bar, produits cosmétiques et vêtements de créateurs « branchés ». Dans les deux situations évoquées, on peut parler de commerces gays de fait au sens où ils se nourrissent d’une présence gay et de ses formes (codes, pratiques, mises en scène) même si celle-ci n’est pas leur raison d’existence première. Le fait que l’on retrouve principalement ici des commerces typiques de la gentrification contribue à nouveau à mettre en relation la présence commerciale gay dans le Marais et ses métamorphoses socio-économique récentes.

Conclusion

43La place récente des commerces gays dans le quartier du Marais doit donc être resituée dans un contexte socio-historique singulier : celui de la gentrification précoce d’un quartier central et historique de Paris. La prise en compte du contexte urbain dans lequel ces établissements prennent place depuis le début des années 1980 permet de souligner les relations ambiguës que ces lieux singuliers entretiennent avec les changements urbains, mais aussi les transformations sociales dans leur ensemble. Insérés, puis impliqués dans les transformations socio-économiques et culturelles du quartier, ces commerces gays y ont trouvé une place et y ont joué un rôle important : leur impact économique en termes d’emplois et d’activité n’épuise pas la question du rôle des gays dans la gentrification urbaine puisque celle-ci renvoie aussi à des effets socioculturels observables à l’échelle de certains commerces. Les années 90 font jouer aux commerces gays un rôle de catalyseur des effets commerciaux, culturels et touristiques du processus de changement urbain en cours. Cette relation entre gentrification et commerces gays apparaît cependant paradoxale dans la mesure où de nombreux lieux ont été investis par les nouveaux venus dans le Marais, qu’ils soient homosexuels ou hétérosexuels et c’est la catégorie même de « commerces gays » qui semble aujourd’hui remise en question par ces porosités nouvelles. Autrement dit, des commerces gays plus ouverts et fréquentés par des populations hétérogènes, aux commerces à la mode et branchés, investis par les gays, le clivage entre commerces gays et commerces classiques semble s’effacer au profit d’un paysage commercial dans lequel l’homosexualité s’inscrit selon des degrés et des formes variables. L’émergence et l’affirmation d’une présence commerciale gay dans ce quartier semblent aujourd’hui fragiliser le rattachement identitaire de certains commerces, c'est-à-dire altérer d’une certaine manière les traits distinctifs de certains lieux commerciaux gays à tous points de vue (composition de la clientèle, ambiance du lieu, type de services fournis). Le « joyeux mélange » mis en avant au Tango en constitue un exemple, comme si l’ouverture à d’autres que soi, l’insertion dans un contexte local allait de pair avec une dissolution identitaire dans l’esprit des lieux. A l’exception de quelques bastions du commerce gay identitaire évoqués plus haut, ce modèle de la dissolution semble bien façonner le Marais d’aujourd’hui.

44Ce phénomène a d’ailleurs été constaté dans d’autres quartiers gays européens, notamment le long de Canal Street à Manchester (Binnie et Skeggs, 2004). Il est, en revanche, beaucoup moins opératoire dans les quartiers gays d’Amérique du Nord où le contexte sociopolitique et urbain expliquent la force d’un modèle plus communautaire : les frontières entre lieux gays et non gays, entre le quartier gay et le reste de la ville y sont nettement plus marquées et durables. Dans ces quartiers, l’installation des populations et des commerces gays a également participé à un processus de gentrification avéré mais sous une forme différente : dans le Village Gai de Montréal, l’investissement des gays dans la réhabilitation et la renaissance du quartier a pris les formes d’une affirmation communautaire dans laquelle l’identité homosexuelle14 marque l’espace et les relations sociales locales de façon structurante (Remiggi, 1998). Ces différences renvoient à des contextes sociaux et politiques singuliers dans lesquels le rapport à la notion même de communauté et à l’idée de quartier communautaire diffère fondamentalement entre un universalisme français traditionnel et une conception tolérante et positive de l’idée de communautés différentes cohabitant au sein d’un même pays et d’une même ville, comme c’est le cas au Canada, au Québec et à Montréal. Le volet comparatif de l’enquête en cours, concernant donc le quartier du Village Gai de Montréal, devrait permettre d’affiner ces dernières analyses ultérieurement.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Adam, P., Schiltz, M-A., (1995), « Les homosexuels face au sida : enquête 1993 sur les modes de vie et la gestion du risque VIH », Rapport à l’Agence française de lutte contre le sida, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aldrich, R., (2004), « Homosexuality and the city : an historical overview », Urban Studies, vol. 41, n° 9, pp. 1719-1737.
DOI : 10.1080/0042098042000243129

Authier, J-Y., (1993), La Vie des lieux. Un quartier du Vieux-Lyon au fil du temps, Lyon, Presses Universitaires de Lyon.

Authier, J-Y., (1998), « Mobilités et processus de gentrification dans un quartier réhabilité du centre historique de Lyon », in : Dansereau, F. et Grafmeyer Y., (sous la direction de), Trajectoires familiales et espaces de vie en milieu urbain, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, pp. 335-352.

Beauregard, R.A., (1986), « The Chaos and Complexity of Gentrification », in Smith, N., Williams, P. (sous la direction de), Gentrification of the City, Boston, Allen and Unwin, pp. 35-55.

Bidou, C., (1984), Les aventuriers du quotidien. Essai sur les nouvelles classes moyennes, Paris, Presses Universitaires de France.

Bidou-Zachariasen, C., (sous la direction de) (2003), Retours en ville, Paris, Descartes et Cie.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Binnie, J., Skeggs, B., (2004), « Cosmopolitan knowledge and the production and consumption of sexualized space : Manchester’s gay village », The Sociological Review, vol. 52, pp. 39-61.
DOI : 10.1111/j.1467-954X.2004.00441.x

Bourdieu, P., (1998), « Quelques questions sur la question gay et lesbienne », in : Les études gays et lesbiennes, Actes du Colloque du Centre Georges Pompidou, 23-27 Juin 1997, Paris, Editions Centre Georges Pompidou, pp. 45-50.

Bouthillette, A-M., (1994), « The role of gay communities in gentrification : A case study of Cabbagetown, Toronto », in : Whittle, S., (sous la direction de), The Margins of the City : Gay Men’s Urban Lives, Aldershot, Ashgate Publishing, pp. 65-83.

Castells, M., (1983), The City and the Grassroots. A cross-cultural theory of urban social movements, Berkeley, University of California Press.

Chicoine, N., Rose, D., (1998), « Usages et représentations de la centralité : le cas des jeunes employés du secteur tertiaire à Montréal », in : Dansereau, F. et Grafmeyer, Y., (sous la direction de), Trajectoires familiales et espaces de vie en milieu urbain, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, pp. 315-333.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Collet, A., (2008), « Les « gentrifieurs » du Bas Montreuil : vie résidentielle et vie professionnelle », Espaces et Sociétés, n° 132-133, pp. 125-141.
DOI : 10.3917/esp.132.0125

Decroly, J-M., Deligne, C., Gabiam, K., Van Criekingen, M., (2006), « Les territoires de l’homosexualité à Bruxelles : visibles et invisibles », Cahiers de Géographie du Québec vol. 50, n° 140, pp. 135-150.

Djirikian, A., (2004), La gentrification du Marais. 40 ans d’évolution de la population et des logements, Maîtrise de Géographie, Université Paris I – Panthéon Sorbonne, Paris.

Fuare, J., (1997), Le Marais, organisation du cadre bâti, Paris, L’Harmattan.

Knopp, L., Lauria, M., (1985), « Toward an analysis of the role of gay communities in the urban renaissance », Urban Geography, vol. 6, n° 2, pp. 152-169.

Lehman-Frisch, S., (2002), « ‘Like a Village’ : les habitants et leur rue commerçante dans Noe Valley, un quartier gentrifié à San Francisco », Espaces et Sociétés n° 108-109, pp. 47-69.

Leroy, S., (2005), « Le Paris gay. Eléments pour une géographie de l’homosexualité », Annales de géographie, n° 646, pp. 579-601.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ley, D., (2003), « Artists, Aestheticisation and the field of gentrification », Urban Studies, vol. 40, n° 12, pp. 2525-2542.
DOI : 10.1080/0042098032000136192

Martel, F., (2000), Le rose et le noir. Les homosexuels en France depuis 1968, Paris, Editions du Seuil, Paris.

Messiah, A., Mouret-Fourme, E., (1993), « Homosexualité, bisexualité. Eléments de sociobiographie sexuelle », Population, n° 5, pp. 1353-1380.

Prigent, A., (1980), La réhabilitation du Marais, Paris, Editions de l’E.H.E.S.S.

Redoutey, E., (2004), « Le Marais, un quartier gay ? », Urbanisme, n° 337, pp. 20-23.

Remiggi, F., (1998), « Le village gay de Montréal : entre le ghetto et l’espace identitaire », in : Demczuk, I. et Remiggi, F., (sous la direction de), Sortir de l’ombre : histoire des communautés lesbienne et gaie de Montréal, Montréal, VLB Editeur, pp. 267-289.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Schiltz, M-A., (1997), « Parcours de jeunes homosexuels dans le contexte du VIH : la conquête de modes de vie », Population, n° 6, pp. 1485-1538.
DOI : 10.2307/1534635

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sibalis, M., (2004), « Urban space and Homosexuality : the example of the Marais, Paris », « Gay Ghetto » », Urban Studies, vol. 41, n° 9, pp. 1739-1758.
DOI : 10.1080/0042098042000243138

Simon, P., (1997), « Les usages de la rue dans un quartier cosmopolite », Espaces et Sociétés, n° 90-91, pp. 43-68.

Van Criekingen, M., (1997), « Les nouveaux paysages commerciaux de la gentrification : un exemple bruxellois », in : Grimeau, J-P., (sous la direction de), Localisations différentielles dans le commerce de détail, Bruxelles, Société Royale Belge de Géographie, UGI-CNRS, pp. 109-114.

Zukin, S., (1982), Loft living : culture and capital in urban change, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Haut de page

Notes

1 Le terme gay désignera dans cet article les homosexuels, uniquement masculins. Cette précision est valable également pour le « commerce gay ». Les lieux lesbiens et les populations lesbiennes ne sont pas concernés dans ce texte : les enjeux de leur présence dans l’espace urbain nous paraissent largement différents et constituent un objet sociologique en soi, qui ne sera pas évoqué ici.
2 Dans cet article, le « Marais » désignera un espace relativement large composé des quartiers parisiens 9 à 15 dans la nomenclature des 80 quartiers parisiens de l’INSEE, soit l’ensemble du 3ème arrondissement et le 4ème arrondissement à l’exception de sa partie sud. La figure 1 présente ce découpage.
3 Cette recherche se déroule dans le cadre d’une thèse de sociologie à l’Université de Lyon II, dirigée par Jean-Yves Authier.
4 Le Syndicat National des Entrepreneurs Gays (S.N.E.G.) naît en 1990 avec deux missions principales : la défense des commerces gays exposés à des problèmes spécifiques et la prévention contre les risques liés à la sexualité dans les lieux commerciaux de sexe (back-rooms, saunas).
5 Ces individus font partie du corpus d’entretiens présentés dans l’encadré méthodologique, qu’il s’agisse des entretiens exploratoires ou des entretiens approfondis. Les prénoms mentionnés sont fictifs.
6 Citons par exemple ici Joël Le Roux (Le Duplex) ou Jürgen Pletsch (Le Piano Zinc).
7 Rappelons que le Village Gai de Montréal constitue un second terrain dans l’enquête présentée plus haut : quartier gay de Montréal, il a également connu des transformations typiques de la gentrification depuis les années 80.
8 Élément que Pierre Bourdieu décrit comme « la combinaison relativement improbable d’une forte disposition subversive, liée à un statut stigmatisé, et d’un fort capital culturel » (Bourdieu, 1998).
9 C’est le constat effectué par le responsable de la plus importante d’entre elles, La Garçonnière, située rue Saint-Merri lors d’un entretien effectué au cours de l’enquête.
10 Expression utilisée sur le site Internet de la discothèque : www.boite-a-frissons.fr
11 Quartiers qui se caractérisent par un profil relativement proche à quelques années d’intervalle, à savoir des anciens quartiers ouvriers réinvestis par des couches moyennes et supérieures se réappropriant une partie du passé populaire local : les abords du Canal Saint-Martin à la fin des années 80, le Haut-Marais depuis dix ans.
12 Pour plus de détails à ce sujet, se reporter aux Enquêtes Presse Gay (E.P.G.) et à leurs traitements (Adam, Schiltz, 1995 ; Schiltz, 1997).
13 Le personnel recruté semble compter un grand nombre d’hommes homosexuels selon l’un des vendeurs, gay lui-même et interrogé au cours de l’enquête, en tant qu’habitant gay du Marais.
14 En tant qu’ensemble de signes, de codes, de pratiques et de représentations partagé collectivement par des individus homosexuels et générant une reconnaissance de soi même comme membre d’un groupe homosexuel.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Localisation des commerces gays dans Paris en 1985 et en 2005
Légende Sources : Index commerciaux, Gai Infos (Juillet 1985), Têtu (Avril 2005)
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/3858/img-1.png
Fichier image/png, 7,9k
Titre Figure 1 : Le quartier du Marais (périmètre bleu) et le « cœur gay » du Marais (périmètre rose)
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/3858/img-2.png
Fichier image/png, 578k
Titre Tableau 2 : Evolution de la population du Marais de 1962 à 1999 : quelques indicateurs
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/3858/img-3.png
Fichier image/png, 14k
Titre Tableau 3 : Types de commerces gays selon leur localisation géographique dans Paris en 1985 et en 2005
Légende Sources : Index commerciaux, Gai Infos (Juillet 1985), Têtu (Avril 2005)
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/3858/img-4.png
Fichier image/png, 10k
Titre Photographie 1 : La terrasse du Bear’s Den, Rue des Lombards, 4ème arrondissement, Vendredi 23 Juin 2006, vers 19h
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/3858/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 983k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Colin Giraud, « Les commerces gays et le processus de gentrification », Métropoles [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 08 avril 2009, consulté le 24 août 2016. URL : http://metropoles.revues.org/3858

Haut de page

Auteur

Colin Giraud

ATER, Ecole Centrale de Lyon, Laboratoire du G.R.S., Université Lyon 2, colin[point]giraud(at)wanadoo[point]fr

Haut de page