Navigation – Plan du site
Recensions

Davezies Laurent, La République et ses territoires : la circulation invisible des richesses

2008, Paris, La République des Idées, Seuil, 110 pages
Christian Lefèvre

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Laurent Davezies, économiste à l’Institut d’Urbanisme de Paris (université Paris 12), nous livre un condensé de ses travaux et de ses réflexions sur le développement territorial analysé à travers le prisme de la circulation des richesses, considérées notamment mais pas uniquement par le biais des circuits financiers entre échelles territoriales. Le thème central du livre est la compréhension du paradoxe « croissance sans développement », au cœur des tendances du développement des territoires aujourd’hui. Alors que les théories économiques considèrent que ces deux termes, croissance et développement, vont de pair, l’auteur souligne au contraire leur dissociation croissante et ce aussi bien en France qu’à l’étranger.

2Dans un premier chapitre, L. Davezies s’attache à montrer cette dissociation et à en analyser les raisons qui sont très diverses : vieillissement de la population et montée en puissance d’une économie résidentielle, mobilité des ménages, importance des processus de redistribution des richesses par la puissance publique, dissociation de plus en plus grande des lieux de production et de consommation des richesses. Tous ces éléments expliquent en grande partie pourquoi les territoires considérés et affirmés comme les premiers lieux de production de la valeur ajoutée et de la compétitivité économique nationale, à savoir les métropoles et singulièrement les plus grandes d’entre elles, se révèlent en même temps ceux qui affichent des données de développement (niveau de revenu par habitant, taux de chômage, etc.) les plus critiques et qui apparaissent alors comme de moins en moins attractifs, tout au moins pour les populations.

3Cette situation – qui remet en cause les fondements de l’analyse du développement des territoires - ne semble cependant pas faire la une ni des medias ni des revues académiques portant sur le développement territorial. Qu’est-ce qui explique cela ? Pour répondre à cette question, l’auteur nous emmène alors, dans un deuxième chapitre, dans un voyage à travers les théories qui se sont penchées sur le développement local. Il nous montre l’aveuglement que ces théories (notamment la Nouvelle Economie Géographique – NEG) ont produites non seulement chez les chercheurs mais aussi chez les « technocrates » et les hommes politiques. Il met largement l’accent sur l’aveuglement de la NEG qui a concentré ses travaux sur les avantages cumulatifs de certains territoires dans la globalisation économique (ceux qui attirent les firmes) et qui a ainsi « oublié » les autres richesses produites par les agents économiques dont la majeure partie n’est pas directement liée au processus de globalisation. Cet aveuglement de la NEG à la complexité du territoire est d’autant plus grave que cette Nouvelle Economie Géographique a progressivement conquis le monopole de l’explication du développement local partout dans le monde.

4Laurent Davezies nous montre ainsi une image « à rebours » du territoire français – mais par extension de tous les territoires de la planète – où les métropoles, espaces encensés de la globalisation et de la croissance économique, apparaissent plutôt comme les parents pauvres (dynamisme économique moindre que certaines « périphéries » et surtout sans développement) de ces processus. De manière paradoxale face aux idées reçues sur la « désertification » des zones rurales et périphériques françaises, ces dernières apparaissent à bien des égards mieux loties que les métropoles car elles bénéficient d’une attractivité, notamment de la part des populations, qui leur assure un développement bien meilleur que les plus grandes villes.

5Laurent Davezies nous montre un territoire qui n’est pas seulement « un facteur de croissance mais aussi un support de population, une communauté humaine pour laquelle le développement ne se décline pas en termes de « productivité des facteurs » ou de « coûts de transaction », mais plus simplement en termes de revenu des ménages, d’emploi, de chômage ou de pauvreté ». C’est ainsi un appel à chausser d’autres lunettes pour analyser et comprendre l’évolution des territoires que l’auteur nous lance. Dans ce registre, l’ouvrage est aussi une critique forte des approches qui, comme la NEG, subissent la tyrannie ou le fétichisme du PIB comme indicateur principal d’analyse du développement territorial. Cependant, loin de jeter le bébé avec l’eau du bain, L. Davezies appelle de ses vœux des analyses qui rapprocheraient la Nouvelle Economie Géographique de théories du développement territorial comme la théorie de la base économique.

6Il ne s’agit pas là uniquement d’une question intellectuelle et théorique mais aussi et surtout de la capacité de nos sociétés à produire du développement et donc à définir les politiques adéquates pour y parvenir. En effet, loin de considérer la situation actuelle (le paradoxe du développement territorial « croissance sans développement ») uniquement comme objet d’analyse, l’auteur se place aussi comme « conseiller du prince ». Il souligne ainsi les dangers d’une situation qui en fin de compte fait reposer le développement de certains territoires sur une croissance sans développement d’autres (les métropoles), ce qui à terme peut s’avérer contre-productif. Fort de ce constat, il souligne alors l’importance de développer des politiques de soutien aux métropoles car elles demeurent les lieux de la croissance et du développement national. Il s’agit donc pour l’auteur d’un appel à penser le développement « local » en lien avec le développement national car si dans le court terme les deux peuvent être disjoints, à moyen et long terme ils dépendent l’un de l’autre.

7Ce faisant, L. Davezies se livre à une analyse critique du processus de décentralisation qui conduit les élus locaux, ceux dont les territoires bénéficient d’un développement produit par une croissance créée ailleurs, à mettre en œuvre des politiques qui privilégient l’intérêt « local » au détriment de l’intérêt général.

8En conclusion, l’auteur appelle à la venue de ce qu’il nomme une « nouvelle critique territoriale », véritable autonomie des mécanismes territoriaux et de leur analyse.

9L’ouvrage de Laurent Davezies est, comme le lecteur de cette note a déjà pu s’en apercevoir, stimulant parce qu’il prend à rebours la pensée dominante de la Nouvelle Economie Géographique sans pour autant la rejeter. Il est stimulant aussi parce qu’il nous invite à jeter un regard posé sur une réalité que les théories actuelles n’exposent pas et a fortiori ne peuvent expliquer. Il s’agit d’un regard lucide et sans complaisance à la fois sur l’avenir économique (mais pas seulement) de nos territoires mais aussi sur celles et ceux qui les analysent et en tirent des conclusions en termes de politiques publiques. C’est en même temps un livre utile pour l’action, ne serait-ce que parce qu’il réussit à détruire quelques idées reçues à la base des politiques actuelles sur le développement des métropoles. Enfin, cerise sur le gâteau, ce livre est écrit de manière simple, claire et agréable, ce qui renforce encore la puissance de ses idées. A lire de toute urgence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Lefèvre, « Davezies Laurent, La République et ses territoires : la circulation invisible des richesses », Métropoles [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 18 novembre 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://metropoles.revues.org/3767

Haut de page

Auteur

Christian Lefèvre

Université Paris VIII

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org