Navigation – Plan du site
Articles

Politiques d’équipements sportifs et évolution post-industrielle en région stéphanoise

Stéphane Merle

Résumés

En parallèle de la construction socio-politique d’un modèle sportif français reposant sur un effort global en faveur des pratiques sportives (depuis la masse jusqu’à l’élite), le développement sportif des années 1960-1970 est fortement marqué par l’empreinte keynésienne et fonctionnaliste. L’Etat construit en masse des équipements de base (stade, gymnase, piscine) et ce maillage rationalisé concerne la région stéphanoise comme l’ensemble du territoire national. Depuis les années 1980, les grandes logiques de production d’équipements sportifs sont secouées par deux processus : l’un politique et global, la décentralisation, l’autre socioéconomique et local, la désindustrialisation (avec effacement du soutien des grandes entreprises industrielles au développement des sports).

Ce double déficit de financement provoque un net ralentissement dans la construction d’équipements sportifs, sans véritable keynésianisme des collectivités locales, d’autant plus que l’aménagement sportif peine à prendre en considération les évolutions sociologiques de la pratique sportive (pratique libre de pleine nature ou en ville : jogging, VTT, roller …). Pour autant, dans cette transition post-industrielle et post-keynésienne, les équipements sportifs ne sont pas négligés : ils sont d’un type nouveau, plus spécialisés et relevant d’un côté bien souvent de logiques politiques d’instrumentalisation, d’un autre côté de logiques marchandes (pour le sport de haut niveau). Dans ce dernier cas, l’action publique en faveur des sports est questionnée, voire remise en cause, par de puissants acteurs privés, ce que montre bien l’évolution des aménagements dans et autour du stade Geoffroy Guichard.

Haut de page

Texte intégral

1Largement inspirée d’un travail de thèse sur les politiques et aménagements sportifs en région stéphanoise (Merle, 2007), notre réflexion se base sur une articulation local/global dans l’analyse des logiques de production d’équipements sportifs, permettant d’apporter un éclairage sur la place du sport dans l’aménagement urbain dans un contexte post-keynésien (qu’il s’agira d’interroger dans le cas stéphanois). Cette articulation local/global correspond essentiellement à une double analyse : du poids de la reproduction locale d’un modèle d’aménagement national, mais aussi des spécificités locales pouvant infléchir, voire contrer les tendances globales. Avant de porter le regard sur notre terrain d’étude privilégié, un cadrage général sur l’urbanisme sportif est difficile à donner tant les études sur cette notion sont limitées et la définition elle-même est assez floue : nous proposons plus une réflexion sur la pensée urbanistique du sport, sur la manière d’intégrer le sport dans l’aménagement des villes. Le contexte socio-économique et politique global de ce début de XXIe siècle, notamment à travers les grandes fêtes sportives que sont les Jeux Olympiques et les grandes compétitions unisports, montre que le sport, parce qu’il repose sur un idéal de compétition entre individus et groupes territorialisés en phase avec le néolibéralisme ambiant, occupe une place croissante dans la pensée urbanistique, à différentes échelles et à divers degrés (même si cela est plus visible à l’échelon métropolitain).

2Dans les villes françaises, à Saint-Etienne en particulier où la production d’espaces, sportifs ou non, date de la révolution industrielle, le point de départ de notre réflexion se situe au début des années 1960 avec la mise en place sur l’initiative de l’Etat d’un nouveau paradigme de l’aménagement sportif. En effet, après des décennies de domination des acteurs privés dans la production de grands équipements (qu’illustrent bien le stade Geoffroy Guichard et le vélodrome d’hiver à Saint-Etienne, aménagés dans l’entre-deux-guerres respectivement par la famille Guichard propriétaire des magasins Casino et par les industriels du cycle), les années 1960 apportent un renversement dans la principale logique de production des espaces sportifs, à savoir que c’est l’offre – publique – qui détermine la demande de sports1, lançant alors une grande période keynésienne2. Le sport est intégré au keynésianisme comme projet politique de modernisation de la société, associant de manière générale redistribution de la richesse et développement économique soutenu par l’Etat, associant de manière spécifique accès au sport et pratique en masse. Le développement du sport stéphanois plus précisément correspond bien à une phase de modernisation de la société locale dans un cadre fordiste (au sens de régime d’accumulation et de mode d’organisation).

3Après avoir précisé le poids de ce paradigme keynésien où les pouvoirs publics, dans un relais Etat - municipalités, complètent très largement l’offre de sport dans une région marquée par le poids des grandes entreprises industrielles et compagnies minières, il s’agira d’interroger la transition post-keynésienne – c’est-à-dire pour le dire vite la fin d’une normalisation étatique – dans sa concomitance avec le redéploiement industriel qui frappe la région stéphanoise. Cette transition, passage progressif ou rupture selon la vision des acteurs, repose justement sur un système d’acteurs largement renouvelé, qui donne à l’équipement sportif un rôle nouveau dans l’aménagement urbain, dépassant le cadre du sport et rejoignant les problématiques du marketing et du renouvellement urbain. Plus précisément, nous verrons comment les logiques post-keynésiennes, d’inspiration libérale et favorisant les concurrences entre territoires, modifient la place de l’aménagement sportif en ville. L’hypothèse principale repose sur le passage d’un équipement « dans » la ville – au sens d’équipement sportif banalement intégré à la production de l’urbain (en masse pour un sport de masse) – à un équipement « de » la ville, intégré à la production d’un urbain spécifique, y compris à l’échelle infra-métropolitaine. Le sport devient de manière inédite placé au cœur de l’aménagement urbain et de ses enjeux (développement territorial, distinction territoriale, renouvellement urbain).

L’ère keynésienne : l’interventionnisme étatique en phase avec la société industrielle locale

4L’équipement sportif devient à partir des années 1960 un équipement public, collectif, produit pour une demande sociale de masse, selon des logiques d’aménagement rationalisées, normalisées, presque « industrielles ». Pour le sport comme d’autres services et activités, la logique étatique se traduit directement dans la production de la ville.

Des politiques sportives publiques impulsées par l’Etat

5Selon une conception assez stricte du sport (compétitif et encadré par des clubs fédéraux), les acteurs publics définissent à partir des années 1960 de véritables politiques sportives avec un financement étatique d’ampleur inédite (en partenariat avec le mouvement sportif, produisant un modèle français d’intervention en faveur du sport). Plus qu’une action dirigiste, il s’agit d’une impulsion d’inspiration keynésienne selon une logique très fonctionnaliste, liée à l’aménagement du territoire par des grilles d’équipements normalisés. Le développement quantitatif des équipements passe par une standardisation de la conception et de la construction, une pensée unique en termes d’aménagements sportifs. C’est l’idée qu’un équipement de compétition est fait pour tous les usages (Vigneau, 1998), selon une idéologie particulière associant sports de masse et de haute compétition dans une logique pyramidale. Bref, le sport français est réorganisé dans ses structures et ses idées3. Le budget du nouveau « ministère », un Haut Commissariat aux Sports né en 1958, dépasse pour la première fois les 0,7% du budget étatique, en accroissant ses attributions et son contrôle sur le mouvement sportif français. L’Etat s’engage dans l’objectif prioritaire d’asseoir sa force politique, notamment en matière d’aménagement et de planification. Le IVème Plan (1962-1965) marque l’avènement de ces idées globalisantes et volontaristes, avec la première loi-programme d’équipement sportif en 1961 qui prévoit la construction d’environ 1000 gymnases, 250 piscines, 2200 stades et terrains de sport dont 1500 sont aménagés entre 1961 et 1965 (Callède, 2000), pour un budget de 575 millions de francs soit plus de 700 millions d’euros actuels (Hélewaert, 2002)4. Une seconde loi-programme suit lors du Vème Plan (1966-1970), avec cette fois-ci une grille d’implantation de ces équipements, traduisant un effort de normalisation sans précédent. Le sport est associé à la production banale de l’urbain, surtout pour les villes petites et moyennes dans un esprit valorisant le sport de masse.

6Dans la mise en place de cette doctrine du sport, l’Etat agit en partenariat avec les municipalités selon des relais locaux combinant élus, techniciens et mouvement sportif : nous rejoignons là J-P. Callède lorsqu’il parle de système sportif local marqué par une coopération municipalité/clubs : la municipalité fournit deux ressources principales, l’équipement sportif et les subventions, tandis que le club s’engage à favoriser la diffusion du modèle sportif (apprentissage et compétition) avec son encadrement bénévole5.

Des politiques reprises par les acteurs publics locaux

7A Saint-Etienne, c’est toute une technostructure locale qui accompagne cette politique sportive d’orientation keynésienne, autour du nouveau « maire-entrepreneur » élu en 1964 : Michel Durafour porte de grandes ambitions pour la ville, associant marketing urbain, modernisation et niveau d’équipements6. La ville doit se doter d’installations dignes d’une métropole, en finir avec le « bricolage » des années précédentes, les hésitations sur des grands espaces sportifs comme les parcs de l’Etivallière ou de Villeboeuf. Ainsi, à l’Etivallière, le parc clos de mur, hérité du premier parc privé loué par la bourgeoisie stéphanoise pour initier et développer les sports modernes dans les années 1890, devient un vaste complexe d’inspiration fonctionnaliste. Outre la formation – autant par opportunité foncière et financière que par planification et production rationnelle – de ces grands complexes sportifs modernes censés affirmer une centralité sportive métropolitaine, d’autres formes de rationalisation de l’action publique peuvent être identifiées. D’un côté il existe un processus de municipalisation du sport avec l’achat dès 1965 du stade G. Guichard pour assurer sa modernisation en adéquation avec l’ambitieux projet sportif du président de l’ASSE R. Rocher, mais aussi la gestion des équipements universitaires, le contrôle des grands clubs omnisports comme le CASE (Club Athlétique de Saint-Etienne avec ses sections basket, volley, handball, rugby et athlétisme), etc. D’un autre côté, le maillage d’équipements sportifs de base se met en place dans les quartiers stéphanois (stades, piscines couvertes, gymnases puis courts de tennis). Ainsi, à Saint-Etienne entre 1965 et 1975, le nombre de courts passe de 9 à 30, celui des piscines couvertes de 1 à 4, celui des gymnases de 8 à 26, enfin celui des terrains de football-rugby de 15 à 25 (sans oublier un boulodrome couvert, un stand de tir et quatre salles spécialisées) : l’effort pour la municipalité est tel que la part du sport dans le budget d’investissement total atteint les 9% en 1977. L’inscription spatiale de ce maillage d’équipements suscite de forts débats politiciens (sous les municipalités Durafour, Sanguedolce et Dubanchet dans les années 1970 et 1980), entre d’un côté cette logique de proximité à échelle du quartier et d’un autre côté la centralité et la fonctionnalité des grands complexes sportifs du Nord-Est stéphanois.

8Dans la période Durafour, du milieu des années 1960 à la fin des années 1970, le fonctionnalisme est poussé jusqu’à l’aménagement de vastes complexes sportifs et plaines de jeux qui polarisent la vie sportive locale, assurent un développement du sport de masse mais aussi permettent de changer l’image de la ville comme entrée dans la modernité. En fait, plus que la simple reproduction locale du modèle national du complexe sportif, l’étude des complexes sportifs stéphanois montre qu’il y a interprétation locale de cette politique nationale, inscription dans des ambitions inédites où le sport participe de l’imagerie urbaine. A une période où le football n’est pas encore porteur de renouveau symbolique et où la ville n’est pas parvenue à confirmer son image de ville sportive (notamment dans le cyclisme alors qu’elle est la patrie de la fabrication des cycles), le sport doit selon le maire participer d’une politique de contre-image, être symbole de modernité face au déficit d’équipement sportif public prestigieux qui confirme l’image d’une ville industrieuse au rayonnement limité.

9Cette ambition donnée à l’aménagement sportif est portée par le parc de l’Etivallière, même si les remaniements des années 1970-1980 remettent en cause les projets ambitieux de patinoire, de tennis couverts et surtout de grand stade7. Ce grand complexe sportif polyvalent, inauguré par des championnats de France d’athlétisme en 1972, positionné comme vitrine sportive de la ville dans un quartier Nord-Est désormais plus valorisé par ses équipements sportifs que par ses usines voisines, est positionné comme complémentaire du second grand complexe sportif stéphanois, Méons (largement dédié au sport de masse avec entre autres ses huit terrains de football et six courts de tennis). A ces plaines de jeux s’ajoute un ensemble sportif polyvalent d’équipements couverts, à la Plaine Achille toujours dans le Nord-Est stéphanois (palais des sports, halle omnisports et piscine couverte de taille olympique). Mais si ces vastes espaces sportifs ont été localisés dans des zones de reconversion (notamment à la Plaine Achille et à Méons après exploitation des Houillères du Bassin de la Loire qui remblaient et vendent ces terrains au début des années 1950), c’est plus en profitant des opportunités foncières que par pensée rationnelle (dans l’idée de créer un quartier Nord-Est dédié au sport, imposant par des installations modernes une nouvelle image de la ville). Même sans planification globale, la volonté d’accompagner l’effort national d’équipement sportif est manifeste, avec une nuance locale où la centralité des grands équipements et complexes sportifs traduit une volonté de prestige pour la ville.

10L’arrivée d’une municipalité de gauche entre 1977 et 1983 casse le modèle d’aménagement sportif par de grands équipements sportifs centraux, dans un contexte politique où les contributions financières de l’Etat à la construction des équipements sportifs régressent (stagnation de la part du budget sport dans le budget globale de l’Etat à 0,7%)8.

11La municipalité Sanguedolce développe, surtout sur un plan communicationnel, une politique autour du sport de masse, de petits équipements de quartiers assurant une proximité avec le cadre de vie immédiat (même si les réalisations effectives du début des années 1980 nuancent cette rupture politique sportive). Outre les nombreuses réalisations à l’échelle des quartiers (gymnases, petits terrains de sports collectifs, réaménagement de jeux de boules), quelques opérations symboliquement fortes parce qu’associées à une localisation privilégiée, celle d’espaces urbains jusque-là délaissés, souvent des quartiers de grands ensembles en voie de marginalisation. Nous pensons au complexe tennistique de Montreynaud et à la piscine de la Cotonne, inaugurés respectivement en 1981 et 1982 dans deux quartiers de grands ensembles, censés assurer un service public des sports uniforme et éviter une dégradation d’image à l’échelle locale. De même, symboliquement face aux grands complexes sportifs du Nord-Est (Etivallière et Méons), la municipalité Sanguedolce lance l’aménagement d’un troisième complexe dans l’Ouest stéphanois, au pied du terril minier de Michon, uniquement dédié au sport de masse.

12En parallèle, dans les périphéries urbaines où le système d’acteurs repose moins sur les acteurs publics que sur les grandes entreprises industrielles, ce sont ces dernières qui assurent la gestion du patrimoine sportif (équipements et vie des clubs), tel un héritage du paternalisme sportif initié dans l’entre-deux-guerres. La politique keynésienne d’initiative étatique y a moins d’effet, tout au moins jusqu’au milieu des années 1970 où l’Etat commence à s’effacer et laisse les communes se charger de compléter l’offre locale de sport.

La transition post-keynésienne dans un contexte post-industriel

13C’est à la faveur de plusieurs facteurs de transformation des politiques publiques du sport que nous pouvons parler de transition post-keynésienne (et non pas de rupture puisque les évolutions ne sont pas concomitantes et directement liées). Les premiers éléments, entre changement du contexte économique et désengagement étatique plus ou moins relayé par les collectivités locales, supposent peut-être une première phase de la transition basée sur un éventuel keynésianisme de ces collectivités.

Désengagement de l’Etat et des grandes entreprises industrielles : vers un keynésianisme des collectivités locales ?

14Au cours des années 1980, voire dès la fin des années 1970, des évolutions se font sentir, limitant le poids de l’Etat (qui restreint sa politique d’équipements lors des VI et VII Plans, même pour quelques opérations ciblées comme « 1000 piscines »9). Pour simplifier, l’Etat commence à changer son rôle, passant d’une tutelle à un partenariat : le modèle d’intervention assez autoritaire et incitatif s’essouffle dès le milieu des années 1970, à la faveur d’évolutions économiques plus globales (la crise économique bien sûr mais aussi la poussée des idées libérales10). Sur un plan plus politique, le principe de concertation succède à celui d’autorité : la France se positionne de manière durable dans une voie moyenne, « entre une étatisation qui écarte l’initiative privée et une privatisation qui exclut le soutien public » (Callède, 2000, p. 149).

15En effet, dans un contexte politique de décentralisation (même si le sport n’apparaît pas de manière claire dans les compétences transférées), les acteurs publics se multiplient, créent des partenariats plus ou moins institutionnalisés et fonctionnels11. Cessant de limiter leurs interventions à l’attribution de quelques subventions aux associations sportives, les collectivités territoriales élaborent progressivement de véritables politiques sportives, surtout au sein des conseils généraux, puis des conseils régionaux, telle une transition vers un potentiel keynésianisme des pouvoirs locaux. La région stéphanoise est touchée de manière banale par ces processus globaux qui questionnent le maintien des logiques keynésiennes de l’aménagement sportif (et urbain en général).

16Ainsi, au Conseil Général de la Loire, l’augmentation des crédits à l’investissement pour les équipements sportifs, toute progressive de 1983 à 198612, s’accompagne d’une rationalisation et d’une volonté de guider les aides en faveur d’une répartition équitable sur le département, en hiérarchisant les équipements (où les aides aux grands équipements favorisent implicitement la grande ville de Saint-Etienne qui porte les grands projets d’équipements spécialisés comme le DOJO en 1987). Un tel processus est reproduit à la fin des années 1990 et surtout au début des années 2000 à l’échelle métropolitaine par la Communauté d’Agglomération Saint-Etienne Métropole qui prend la compétence des grands équipements sportifs. Dans les faits, en dehors d’un recensement des équipements conduisant à un atlas métropolitain et à des propositions de scénarii, aucune réflexion intercommunale n’est menée en profondeur puisque seul le stade G. Guichard est géré à ce niveau de collectivité (de 2001 à 2006, complété depuis par deux complexes sportifs –  d’ampleur nettement plus limitée – dont celui de l’ASPTT qui ne peut plus vivre des subventions d’entreprise). Même si la structure intercommunale participe à l’enrichissement de l’offre sportive locale par des subventions d’équipements en parallèle du Conseil Général, les montants d’investissement restent faibles : de 2001 à 2006, seuls six projets d’équipement sportif sont financés par des fonds de concours pour un montant total inférieur à 900 000 francs (Merle, 2007). Cette intervention des collectivités locales se limite à un appui aux projets municipaux : la commune reste bien la matrice de l’action publique locale en faveur du sport, souvent simplement relayée par les niveaux supérieurs de collectivité comme en région stéphanoise. Mais si la décentralisation accentue le passage d’un « pilotage par le haut » à un « pilotage par le bas », ce relais de l’Etat n’est pas assuré par un véritable keynésianisme des collectivités locales : dans un contexte économique peu favorable (réduction de l’inflation et entrée dans une ère de taux d’intérêts positifs, aucune dotation financière de l’Etat pour l’aménagement sportif), ces collectivités sont souvent « pauvres ». Après la période d’une politique d’Etat légitimée, volontariste, ambitieuse et modernisatrice, avec des ressources budgétaires énormes, les années 1980 ouvrent sur fond de désengagement étatique une période où la mobilisation des ressources budgétaires est plus problématique malgré les divers partenaires publics, d’autant plus que la complémentarité des investissements privés par les grandes entreprises industrielles est remise en cause par les transformations socio-économiques locales.

17En effet, de manière concomitante aux stratégies politiques liées à la décentralisation, un processus local renforce cette idée d’un déficit d’investissement dans l’aménagement sportif : c’est la désindustrialisation, tout au moins la fin des grands piliers de l’industrie stéphanoise (au début des années 1980 ferment l’exploitation des Houillères du Bassin de la Loire, Manufrance, Creusot-Loire, tandis que la manufacture d’armes est restructurée au sein du GIAT). Dès lors, la région stéphanoise perd le bénéfice d’une intervention complémentaire des grandes entreprises industrielles13 : c’est bien souvent alors la puissance publique, représentée par les municipalités de la région stéphanoise, qui prend dans la mesure du possible le relais de ce soutien, en subventionnant les clubs civils issus des clubs d’entreprise et en modernisant les anciens stades privés, comme à Unieux où la municipalité encourage le football et surtout le rugby (développé dès les années 1910 au sein des Aciéries locales chez Holtzer) avec le rugby-club créé dès 1989 – en remplacement de la section rugby de l’ancien grand club corporatif omnisports – et surtout l’acquisition – modernisation du parc Holtzer avec en son sein deux stades. A La Ricamarie, commune située à l’autre extrémité de la vallée de l’Ondaine, c’est le maire communiste F. Montagnon qui fait aménager le complexe sportif de Caintin sur un ancien site minier acheté en 1972 aux Houillères, en remplacement du vieux stade Bayon (appartenant aux Houillère comme 39% du territoire communal à cette époque, difficilement mis à disposition des clubs de la ville). Aménagé en six tranches entre 1977 et 1990, ce complexe sportif est bien « l’affaire de toute une vie » (Bulletin municipal d’avril 1984) dans le sens où le sport occupe une place centrale dans la politique urbaine locale ; mais cela reste plus une exception politique en région stéphanoise.

18Face à ce double déficit dans un contexte post-industriel et post-keynésien, la politique d’aménagement sportif en région stéphanoise est marquée par plusieurs processus faisant transition à partir de la fin des années 1980 jusqu’à aujourd’hui, au-delà de la constante du maillage d’équipements de base. Une des principales évolutions concerne la baisse du nombre de nouveaux terrains de sport, entre essoufflement et relances ponctuelles des logiques keynésiennes (relances symbolisées par les programmes des J-Sports au début des années 1990, générant de nombreux espaces multisports dans les périphéries). La priorité des collectivités locales gestionnaires devient la rénovation des équipements de base (sur les installations couvertes en particulier, piscines et gymnases), selon un poids financier très lourd, estimé à plusieurs milliards d’euros au niveau national par l’association AIRES (Association pour l’Information et la Recherche sur les Equipements Sportifs), contraignant à ne privilégier que de rares réalisations nouvelles, en tenant compte des évolutions d’une demande sociale plus diverse et plus complexe à saisir.

Reconfiguration des systèmes d’acteurs pour un nouveau sens donné à l’aménagement sportif

19En parallèle de ces contraintes financières et politiques (surtout dans une région stéphanoise marquée par la déprise industrielle et démographique), les acteurs publics locaux assument des choix politiques qui intègrent non seulement des débats sur les types d’équipements (entre spécialisation et polyvalence) mais aussi les liens entre sport et aménagement urbain. Pour simplifier, l’aménagement sportif fait l’objet d’une instrumentalisation où le sport est placé au service du renouvellement urbain et/ou de l’image de marque, alors qu’auparavant il n’y avait aucune autre visée que sportive (ou presque avec la ré-interprétation durafourienne de la politique nationale d’équipements sportifs). Ainsi, les équipements sportifs publics récemment construits sont presque tous spécialisés, centrés sur le haut niveau ou sur des activités ludiques attractives : nous pensons au gymnase S. Berland pour la gymnastique féminine de haut niveau (lieu d’accueil du Pôle France de gymnastique féminine), mais surtout à la piscine à vague de Saint-Chamond14 et au golf municipal de Saint-Etienne15. Après la période fonctionnaliste où l’aménagement sportif participe de l’équipement urbain, le golf stéphanois illustre ce nouveau rôle donné à l’aménagement sportif, dépassant non seulement l’équipement banal mais aussi le cadre du sport. Outre les débats sur le coût même de l’équipement, c’est toute la stratégie municipale de l’équipe Dubanchet qui est vivement discutée, le golf étant censé créer une demande sociale pour attirer des entreprises, confirmer l’image de ville verte (à un moment où d’ailleurs cette contre-image de la ville noire est moins portée par les résultats sportifs de l’ASSE en football)16. Dans un contexte de récession économique, très dur pour la région stéphanoise (liquidations de Manufrance et de Creusot-Loire, fermeture des dernières mines), entre crise économique des entreprises et crise des finances publiques locales, la municipalité stéphanoise s’est endettée à travers des équipements sportifs (entre autres) pour faire face au défi de la relance du développement local. Cela confirme l’impossible keynésianisme des collectivités locales, tout au moins dans cette région en difficulté.

20En fait, il faut replacer cette stratégie municipale dans le contexte plus global des politiques sportives municipales des années 1980-1990, celui où s’affirment des stratégies de distinction territoriale par le sport dans une logique concurrentielle exacerbée entre les territoires, que ce soit à l’échelle supra-locale (ambitions métropolitaines par les grands équipements) ou locale. Parfois, quelques communes moins défavorisées de la région stéphanoise font des choix ambitieux plus en phase avec les finances locales (grâce à des fonds propres liés notamment aux délocalisations d’entreprises au sein du bassin économique stéphanois).

21Une configuration socio-spatiale illustre bien en région stéphanoise ce nouveau rôle donné à l’aménagement sportif, créateur d’urbanité, et cette nouvelle fonction de distinction territoriale grâce au potentiel fiscal et aux stratégies politiques : c’est l’association projet urbain / projet sportif à Andrézieux-Bouthéon. A travers l’émergence de ce pôle sportif périphérique en moins de vingt ans, symbole d’une redistribution plus générale des potentiels de développement sportif, c’est tout un « ordre sportif établi » (où la grande ville monopolise grands équipements, clubs et manifestations) qui est bouleversé. Le cas de cette commune de 10 000 habitants environ, située à une quinzaine de kilomètres au Nord-Ouest de Saint-Etienne et lieu d’accueil privilégié des grandes entreprises à l’entrée sud de la Plaine du Forez, est plutôt original à l’échelle d’une agglomération. En misant sur le sport, de masse puis rapidement de haut niveau et le sport-loisir17, la municipalité andrézienne est parvenue à intégrer le sport au projet de ville et à structurer un pôle sportif de premier plan au niveau régional, accompagnant un mouvement de périurbanisation qui en région stéphanoise pénalise la grande ville en lui ôtant ses forces vices (les jeunes ménages des classes moyennes et supérieures qui constituent la majorité des licenciés de haut niveau et des dirigeants sportifs18). Si ses équipements sportifs correspondent aujourd’hui à ceux d’une ville de 50 000 habitants et attirent des sportifs et des spectateurs de presque toute l’agglomération, c’est que son potentiel fiscal (grâce aux zones industrielles) et le dynamisme de son maire François Mazoyer (élu de 1983 à 1995) ont suscité une politique de valorisation urbaine par le sport. Mais l’orientation compétitive et la politique menée par la nouvelle municipalité Schalk dès 1998 suscitent des tensions sur le poids des grands clubs par les équipements mis à disposition et les subventions. D’un projet sportif associé à l’échelle communale à un projet de ville pour limiter l’éclatement urbain communal et donner une identité à une périphérie urbaine, Andrézieux-Bouthéon est passée à une ambition tout autre, dans une connivence à peine cachée avec les grands clubs pour structurer le haut niveau (qui passe aussi par le soutien à de grandes manifestations sportives comme le tournoi de tennis Challenger 42, cinquième tournoi français en dotation). Même si cela n’est rarement présenté ainsi par les élus et les dirigeants sportifs locaux, des phénomènes de concurrence se sont installés entre Saint-Etienne et Andrézieux-Bouthéon, que des partenariats sportifs tentent d’apaiser, par exemple en handball avec la fusion des deux grands clubs locaux (même si la commune est volontairement exclue de l’intercommunalité stéphanoise).

22Cela signifie bien qu’au-delà du processus de banalisation sportive initié par les politiques keynésiennes apparaissent dans la transition post-keynésienne des logiques de distinction territoriale par le sport qui trouvent leur plus grand écho à partir des années 1990, dans un contexte de diversification des pratiques sportives et de multiplication des enjeux extra-sportifs (économiques, politiques, culturels et identitaires). Sur le premier point des mutations sociologiques et sportives dans les pratiques et dans le cas des piscines, évoqué à l’instant à travers le cas précoce et ambitieux de la piscine à vague à Saint-Chamond, les aménagements depuis une vingtaine d’année en région stéphanoise montrent l’adaptation à l’orientation ludique : construction de piscines ludiques (par exemple à Andrézieux-Bouthéon avec le Nautiform en 1992), rénovation complète (à Firminy ou la Talaudière dans les années 2000), voire spécialisation d’une piscine sur la natation synchronisée de haut niveau (au Chambon-Feugerolles).

23Cette nécessaire adaptation à une demande sociale complexe est plus globale : l’éclatement du système des sports traditionnel depuis une vingtaine d’années constitue sans aucun doute un défi pour les politiques publiques du sport, en région stéphanoise comme ailleurs (Augustin, 2002). Si certains chercheurs se positionnent de manière critique en parlant d’immobilisme de la politique sportive étatique face à une contre-culture ludique, faite de pratiques libres et de sports fun19, nous préférons les analyses sociologiques plus approfondies et nuancées qui évoquent une diversification – passant par une hybridation, mais aussi une « technologisation », une « écologisation » et une individualisation des pratiques sportives 20 – représentant une demande plus volatile, accentuée par les phénomènes de zapping sportif (notamment entre pratiques libres et fédérales).

24Outre le constat général d’équipements sportifs majoritairement inadaptés à ces nouvelles pratiques et formes de pratiques (Vigneau, 1998), l’étude de ces politiques à Saint-Etienne montre des difficultés à prendre en compte ces nouveaux sports ou nouvelles modalités de pratique, par exemple le « football de pied d’immeuble » ou le basket de rue pour lesquels la municipalité Thiollière réagit de manière conventionnelle en aménageant des plateaux multisports de proximité (de type Agorespace) pour éviter les conflits d’usage des espaces publics.

25Mais surtout la montée en puissance de sports-loisirs, au départ dits californiens puis élargis à des pratiques allant de sports auto-organisés en milieu urbain jusqu’aux activités physiques de pleine nature (APPN), remet plus ou moins en cause la culture sportive dominante – phénomène qui fait encore largement débat sur l’analyse d’une rupture socio-sportive – d’autant plus qu’elle questionne les politiques publiques d’équipement sportif. Spécifiquement sur la glisse urbaine à Saint-Etienne, nous analysons la réponse politique comme relevant d’un esprit de résistance à ces tendances ludiques qui décloisonnent la ville en investissant les espaces publics. Le cas du roller est très éclairant : longtemps perçu comme une simple mode ludique presque dérangeante (notamment pour les pratiques « dites sauvages » dans les espaces publics et pour les rando-rollers du vendredi soir21), il fait l’objet depuis le milieu des années 2000 d’un processus de normalisation, tant sur un plan sportif (structuration des clubs et des activités, par exemple autour du street-hockey) que socio-politique (« mise en équipement » grâce au roller-skateparc brièvement aménagé en 2000 sur le site de la Plaine Achille, contractualisation club-municipalité en 2005, notamment dans l’espoir de fédérer dans les clubs des pratiques encore auto-organisées comme le skateboard22). Donc face au développement, limité quantitativement mais renouvelant les usages de nombreux espaces publics (y compris la voirie), la municipalité privilégie l’approche traditionnelle de normalisation par l’orientation sportive et par l’équipement spécifique : non seulement le roller reste perçu comme une mode éphémère et minoritaire qui ne doit pas susciter de grands aménagements, mais encore le sport se trouve rarement intégré dans la réflexion sur le réaménagement des espaces publics.

26Contrairement aux images de la ville festive marquée par l’urbanisme ludique, Saint-Etienne apparaît comme une ville en convalescence, relativement repliée sur elle-même, peu innovante dans l’adaptation à la demande ludique urbaine, en témoigne d’une part la rigidité de l’offre des piscines municipales, limitée aux piscines standardisées des années 1960-1970, d’autre part les hésitations sur l’accompagnement du roller. Sur le premier point, malgré le plan piscine adopté sur le mandat 2001-2008 (modernisation des équipements, peu spectaculaire mais très coûteuse pour la collectivité), c’est la stabilité de l’offre qui domine, indépendamment de la tendance des piscines ludiques aménagées en périphérie dans les années 1980-199023). Il faut semble-t-il aussi lire cette frilosité dans le renouvellement de l’offre d’espaces sportifs en tenant compte de la faiblesse des finances publiques locales et dans les faiblesses démographiques : aux pertes de population (25 000 habitants entre 1990 et 2004) correspondent celles des licenciés sportifs (8000 environ), pour des ratios stables à 21-22%24.

27Un autre élément attestant d’une évolution post-keynésienne – moins normalisée et centrée sur l’équipement – en rupture avec les politiques sportives traditionnelles donnant tout leur poids à l’équipement sportif (suscitant ou s’adaptant à la demande) est la mise en avant d’autres formes de valorisation de la place du sport en ville que l’aménagement de nouveaux espaces sportifs : les pouvoirs publics locaux privilégient désormais l’évènementiel sportif, dans une double orientation.

Le poids de l’évènementiel sportif et des logiques marchandes

28D’un côté la puissance publique s’oriente sur un évènementiel sportif de grande envergure et exceptionnel comme les coupes du monde de football et de rugby, selon des enjeux métropolitaines indéniables (comme en témoigne la communication autour de simples candidatures olympiques, à Saint-Etienne de manière éphémère en 1995 pour les Jeux de 2004, à Lille pour ces mêmes Jeux, et surtout à Paris plus tard pour 2008 et 2012). D’un autre côté, le poids de l’évènementiel sportif est renforcé pour les spectacles sportifs drainant un important public régulier, par des logiques marchandes de plus en plus prégnantes.

29Dans les deux cas à Saint-Etienne, ce sont les mêmes équipements qui portent cet enjeu d’être vitrines de l’agglomération, au premier rang desquels le stade Geoffroy Guichard (et de manière plus ponctuelle et plus épisodique les autres grands équipements municipaux25). Placé au centre de nombreuses convoitises – tant pour ce qu’il représente dans la ville et depuis l’extérieur, que pour son histoire en elle-même très liée aux évolutions du sport de haut niveau marchand26 – il est bien un haut lieu sportif, durablement inscrit dans la ville, souvent assimilé à une vitrine pour la ville, notamment lors des grands matches du club résident, l’ASSE, et lors de grandes manifestations sportives (Euro 1984, Coupe du Monde 1998 de football, Coupe du Monde de rugby 2007). Pour la collectivité publique gestionnaire (la ville de Saint-Etienne de 1965 à 2001, puis la communauté d’agglomération) et grâce aux transformations successives initiées lors de ces grands rendez-vous, il s’est imposé comme stade incontournable dans l’image de marque de la ville, selon des conceptions architecturales et fonctionnelles évolutives (en 1998 sécurisation des tribunes par les assises mais encore par la vidéosurveillance, éclairage moderne intégré au toit remplaçant les anciens pylônes longtemps assimilés aux cheminées des usines voisines, en 2007 installation de panneaux photovoltaïques). Plus que des travaux d’architecture coûteux (souvent rendus obligatoires par des normes fédérales de plus en plus drastiques, mais co-financés par les collectivités de niveau supérieur), les stratégies d’orientation post-keynésienne portent sur la nature même de l’évènementiel avec son potentiel de communication : le stade et la manifestation qui le fait vivre, d’ailleurs de manière plus diffuse dans la ville (plus seulement dans et autour du stade mais en centre-ville avec les diffusions de matches sur écrans géants dans les places de centre-ville et dans les bars, dans une ambiance festive parfois exubérante comme en 199827), deviennent des outils de promotion de la ville (image positive sur l’accueil, sur la ville sportive, sur l’animation urbaine, etc).

30Aujourd’hui encore l’acteur public garde donc toute son influence, mais de manière plus épisodique (deux mois par an maximum, à l’intersaison, en juin et juillet) et de moins en moins assurée, tant le poids du club se fait sentir, poussé par les logiques marchandes qui ne « se contentent plus » comme dans les années 1970-1980 d’impulser un agrandissement de la capacité du stade mais le transforment profondément. Nous pensons aux travaux accompagnant la mise aux normes et la sécurisation pour le Mondial 1998, tels la multiplication des loges et des salons de réception pour attirer une clientèle d’affaires (le « chaudron » gardant son image forte malgré le nombre de saisons passées par l’ASSE en seconde division), puis, lancée en 1998 mais réalisée à partir de 2000, la structuration de l’espace alentour par la boutique des Verts, la cafétéria et le projet de musée. La mise en évidence de ces logiques marchandes est selon nous l’annonce en 2007, renouvelée en 2008, d’un projet de délocalisation reposant sur un stade moderne construit sur fonds privé (dans un contexte de multiplication de projets identiques en Europe, et même en France depuis 2005, que ce soit à Lyon, Le Mans ou Strasbourg).

31Cette annonce est, quel que soit le résultat de la négociation en cours avec les collectivités, propriétaire (la ville de Saint-Etienne) et gestionnaire (Saint-Etienne Métropole), le signe d’un renouvellement et d’une puissante affirmation des acteurs privés, qui jouent un rôle majeur dans la définition de l’offre des sports en région stéphanoise (au-delà du seul stade G. Guichard), selon des logiques de plus en plus marchandes qui engendrent parfois de nouveaux modèles de localisation28. L’action publique en faveur du football professionnel – du sport en général – est alors questionnée, parfois même remise en cause. Nous pouvons parler d’un processus de déterritorialisation qui affecte la relation traditionnelle « club – stade – ville », une relation d’inspiration tant fordiste (comme configuration sociale, politique et économique) que keynésienne (la ville étant encore au centre du triptyque), selon une transition entre deux systèmes d’acteurs.

32Dans les années 1970, ce dernier est centré sur la personnalité du président Rocher, reposant sur une régulation assez claire (le pouvoir sportif étant aux mains du milieu entrepreneurial local, largement soutenu par la ville qui s’engage dans la modernisation du stade, tandis que les supporters sont encadrés par l’Association des membres associés). Aujourd’hui, après l’impact de la crise affairiste du début des années 1980 (puis l’échec des gestions suivantes avec le désengagement du groupe Casino) et après le virage du football marchand dans les années 1990, le système d’acteurs est plus éclaté et repose sur une régulation largement dictée par le marché. D’un côté, la ville soutient le club mais d’une part sans en faire une priorité de la politique sportive et même d’image et sans consensus entre élus de la majorité et de l’opposition, d’autre part sans totale continuité comme le montre la crise gestionnaire de 200429), alors que la communauté d’agglomération promeut d’autres usages du stade (matches de rugby, concerts). D’un autre côté, le club est dans un modèle de gestion totalement entrepreneurial, sans lien avec le milieu économique local ou presque, et vend des prestations de service, tandis que le monde supportériste, éclaté en cinq groupes, se positionne de manière différente sur cette gestion (le plus souvent en opposition, surtout les deux groupes du mouvement ultra).

33Bref, l’ASSE est avant tout un club déterritorialisé assurant un spectacle marchand alors qu’elle était perçue, parfois à juste titre, comme un club ancré dans le local, telle une émanation du mouvement sportif local (à l’échelle de la région urbaine). Cela suscite donc des tensions entre les acteurs publics et privés dans l’aménagement sportif et para-sportif, tensions qui sont loin d’être une généralité avec la multiplication des partenariats public-privé.

34Ainsi, à Lyon, les rapports entre puissance publique et acteurs privés marchands sont d’apparence plus consensuels sur le projet de grand stade, dont la construction est prévue sur fonds privés au sein d’un OL Land regroupant de multiples activités commerciales sur environ 50 ha, mais nécessitant une solide réflexion et de lourds investissements quant à son accessibilité (supportés par la collectivité, essentiellement le Grand Lyon). C’est en fait surtout le choix du site qui fait débat quant aux tensions local/global : le président du Grand Lyon G. Collomb justifie le choix de Décines dans l’Est lyonnais comme opportunité de développement pour cette périphérie défavorisée et moyen de valoriser des travaux de voirie et transports collectifs en projet ou déjà réalisés ; le coût de ces travaux et la gestion même des flux sont contestés par les élus de l’opposition et surtout des collectifs locaux (ce qui est source de multiples rebondissements dans l’avancée du projet). Bref, la puissance publique se positionne ici en force d’accompagnement de projets privés, à la fois placée à l’écart de l’aménagement urbain et pourtant toujours nécessaire : c’est cela qui suscite des tensions, beaucoup moins entre acteurs publics et privés qu’entre acteurs publics (entre maires de l’agglomération, et encore plus entre maires et président de la communauté urbaine).

35Au delà de ces exemples stéphanois et lyonnais, l’association « club – stade – ville » illustre le virage qu’est en train d’accomplir la géographie dans son ensemble, sociale et politique en particulier, autour d’une nouvelle pensée d’approcher l’urbain, de saisir le social. Le sport est placé au cœur de plusieurs tensions et de clivages en voie de recomposition (parfois renforcés dans les discours et effacés dans la pratique, parfois l’inverse) : le local et le global, le public et le privé, l’inspiration keynésienne et l’inspiration libérale.

Conclusion

36Ainsi, nous avons pu mettre en évidence quelques éléments de réflexion sur une transition post-keynésienne dans l’aménagement sportif, selon une place du sport dans l’aménagement urbain renouvelée. Dans les années 1960 à 1980, le développement sportif est très marqué par l’empreinte keynésienne et fonctionnaliste, en parallèle de la construction socio-politique d’un modèle sportif français reposant sur un effort global en faveur des pratiques sportives (depuis la masse jusqu’à l’élite) : l’Etat construit en masse des équipements de base (stade, gymnase, piscine) et ce maillage rationalisé concerne la région stéphanoise comme l’ensemble du territoire national. A partir des années 1980, les grandes logiques de production d’équipements sportifs sont secouées par deux processus : l’un politique et global, la décentralisation (qui inaugure une période plus marquée par « l’éclatement des politiques de construction d’équipements sportifs »30 que par un « keynésianisme des collectivités locales »), l’autre socioéconomique et plus local, la désindustrialisation (avec effacement du soutien des grandes entreprises industrielles au développement des sports), auxquels s’ajoutent des transformations sociales non négligeables autour des pratiques ludiques et « libres ». Dans cette transition post-industrielle et post-keynésienne, le double déficit de financement provoque un net ralentissement dans la construction d’équipements sportifs, parfois aussi l’émergence d’équipements d’un type nouveau, plus spécialisés et relevant d’un côté bien souvent de logiques politiques d’instrumentalisation (le golf stéphanois et les piscines ludiques en périphérie comme opérations de marketing et de renouvellement urbain), d’un autre côté – spécifiquement pour le sport de haut niveau – de logiques marchandes. Il s’agit aussi de s’adapter à une demande sportive renouvelée : avec l’inadaptation de l’équipement sportif banal aux évolutions d’une demande moins unifiée, c’est la portée de l’action aménageuse qui est remise en cause (la politique sportive municipale ne pouvant plus se concentrer uniquement sur l’offre d’équipement). Maintenir une politique sportive municipale d’orientation keynésienne en pensant la pratique sportive comme il y a trente ans (au moment où se façonnait un puissant modèle français, institutionnalisé autour du pivot fédéral), c’est aujourd’hui s'adresser à une demande qui fait défaut, qui s’est déplacée (pratique libre, activités de pleine nature) même si par ailleurs la jeunesse constitue encore le vivier majeur des clubs sportifs. La pratique d’aménagement sportif dans une transition post-keynésienne (telle un passage à une nouvelle configuration d’acteurs) doit valoriser la diversité et la flexibilité des pratiques, prendre en compte le zapping sportif (d’où la multiplication des écoles municipales de sport qui tentent de capter cette pratique sportive des jeunes vers les clubs) mais aussi, avec plus de controverse, les demandes spécifiques (d’où la question des créneaux horaires de piscine pour diverses minorités).

37En outre, avec l’entrée en scène d’acteurs plus nombreux et aux intérêts parfois complémentaires mais souvent divergents31, tel un signe de la reconnaissance du sport sur un plan local et national, le sport et l’aménagement sportif sont bien à la croisée des tensions dans l’action publique locale, entre consensus et oppositions, cohésion sociale et rayonnement métropolitain, services publics locaux et services marchands. Après avoir été intégré de manière banale à la production de l’urbain dans un cadre keynésien, reproduisant la hiérarchie sociale, sportive en particulier, et spatiale (dans le sens où bien souvent la logique sportive pyramidale de la masse vers l’élite reproduit la hiérarchie urbaine, les grands équipements se concentrant dans la grande ville), l’équipement sportif est au cœur de la production d’un urbain spécifique dans un contexte concurrentiel exacerbé, y compris à l’échelle intra-métropolitaine comme le montre le cas d’Andrézieux-Bouthéon, commune qui court-circuite la hiérarchie urbaine en plaçant le sport et les loisirs sportifs au cœur d’une stratégie urbaine ambitieuse (au départ éviter la banlieue-dortoir et donner une identité à un territoire communal éclaté en trois pôles urbains, puis devenir un pôle attractif à l’échelle du bassin de vie, pour les classes moyennes et supérieures : le sud de la Plaine du Forez, un espace dynamique face au déclin stéphanois).

38Mais pour ces acteurs publics, où la commune reste la matrice de l’action publique locale en faveur des sports, sans toutefois l’orientation keynésienne articulée au système fordiste (avec la fin des grandes politiques volontaristes mobilisant de grandes ressources budgétaires), c’est bien la montée en puissance des acteurs privés qui remet en question les modalités d’intervention sur l’aménagement sportif. Malgré la mobilisation des partenaires publics, les communes ne sont plus aujourd’hui en mesure de piloter les grands projets d’équipement, sans grande capacité budgétaire et sur fond de désengagement étatique, face au virage néo-libéral qui associe de plus en plus projets sportifs et projets économiques (pour les clubs de football professionnels tout au moins).

Haut de page

Bibliographie

Augustin, J-P. (1995), Sport, géographie et aménagement, Nathan, Paris.

Augustin, J-P. (coord.), (2002), « Territoires et pratiques sportives », Sud-Ouest européen, n° 13, 144 p.

Bessy O. et Hillariet D. (2001), L’innovation dans les équipements sportifs : nouvelles pratiques, nouveaux territoires, PUS, Voiron.

Bidou-Zachariasen, C. (2006), Modèle post-fordiste et urbanisation, in Berque, Bonnin et Ghorra-Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, pp. 97-104.

Callède, J-P. (2000), Les politiques sportives en France, éléments de sociologie historique, Economica, Paris.

Falcoz M. et Chifflet P. (1998), La construction publique des équipements sportifs : aspects historique, politique et spatial, in Annales de la rechercher urbaine n° 79, pp. 14-22.

Hélewaert, M. (2002), Jeunesse et sports, expériences contrariées, marginalités récupérées, l'Harmattan, Paris, 261 p.

Loret, S. (2004), Concevoir le sport pour un nouveau siècle, PU du Sport, Voiron, 237 p.

Merle, S. (2007), Politiques et aménagements sportifs en région stéphanoise : vers une reconnaissance de la place du sport dans la société et l’aménagement urbain, Thèse de doctorat, Géographie, Université de Saint-Etienne, Saint-Etienne.

Séchet R. et Veschambre V., 2006, Penser et faire la géographie sociale, contributions à une épistémologie de la géographie sociale, PU de Rennes, Rennes.

Thomas, R. (1991), Histoire du sport, PUF, Paris.

Vant A. (1981), Imagerie et urbanisation, recherches sur l’exemple stéphanois, CEF, Saint-Etienne.

Vigneau F. (1998), Les espaces du sport, PUF, Paris.

Haut de page

Notes

1 Et non l’inverse comme pendant des décennies où les acteurs, surtout publics, agissaient sous la pression sociale et limitaient souvent leur action à définir des projets de stades (comme pour le parc de l’Etivallière à Saint-Etienne).
2 Ainsi, le stade Geoffroy Guichard est vendu à la ville en 1965 tandis que le Vel d’Hiv est délaissé en 1961 pour un vaste projet d’aménagement sportif public (avec palais et halle des sports).
3 « Le renouvellement de la conception de l’Etat voulue par le général de Gaulle, le retard accumulé en matière d’équipements et d’aménagements sportifs, privant la jeunesse scolarisée des conditions élémentaires pour une pratique convenable de l’EPS, à quoi viendra bientôt s’ajouter la défaite française (sic) aux Jeux olympiques de Rome (1960), sont autant de facteurs qui permettent de comprendre la politique volontariste engagée dès le début des années 1960 » (Callède, 2000, p. 128-9). D’autres facteurs sont à prendre en compte : poids de la jeunesse, temps libre et niveau de vie croissants, imprégnation populaire grâce aux médias, société de consommation (Thomas, 1991).
4 Pour une participation étatique dépassant 1 milliard de francs : 2850 stades et terrains, 1480 gymnases et 700 piscines sont prévus, y compris – de manière élargie par rapport à la première loi – dans les écoles et les communes rurales de moins de 1000 habitants. Le bilan de ces deux premières lois pluriannuelles est éloquent : 1095 piscines, 2567 gymnases et 4697 terrains de sports (Hélewaert, 2002, p. 153).
5 Callède Jean-Paul, 2004, « Les associations et l’ « action sportive locale » : une phase achevée de modernisation sociétale ? » in Prouteau L. (dir.), Les associations entre bénévolat et logique d’entreprise, PU de Rennes, pp. 125-141.
6 Le maire est accompagné dans ses initiatives d’aménagement sportif par son adjoint aux sports, le dirigeant sportif et scolaire R. Llech, mais surtout par son directeur des établissements sportifs municipaux par ailleurs secrétaire du district de football de la Loire G. Puillet (lui-même accompagné de l’ingénieur G-H. Rivière qui organise à Saint-Etienne le congrès national de la Fédération Nationale des Offices Municipaux des Sports en 1967).
7 L’essentiel des travaux se concentre sur l’athlétisme avec un stade prestigieux pour le haut niveau et le sport-spectacle, et un stade pour l’entraînement et la compétition de masse (plus des terrains de football, basket, tennis, boules, etc).
8 Lors d’un conseil municipal de début de mandat, l’adjoint aux sports C. Faure parle d’un budget du MJS (Ministère de la Jeunesse et des Sports) « dérisoire », laissant peu de place à l’investissement, pourtant nécessaire avec l’augmentation des pratiquants (DCM du 12/07/1977).
9 La moyenne annuelle de création des piscines passe de 209 en 1976 à 52 en 1979. En fait, plus généralement, l’Etat juge suffisant le bilan des terrains de sports en place à la fin des années 1970, faisant état de 8000 gymnases, 1600 piscines couvertes, 2000 piscines de plein air et 19 000 terrains de sports (Augustin, 1995).
10 « La fin des années 1970 correspond à une période de remise en question. Remise en question d’une urbanisation qui commence à s’essouffler ; remise en question du rôle de l’Etat ; remise en cause des modèles d’intervention et d’équipement qui, sur le terrain, s’avèrent d’ailleurs de moins en moins à même de fonctionner comme on l’avait imaginé » (Augustin, 1995, p. 173).
11 « Replacée sur la longue durée, il s’agit sans doute d’une étape logique visant à privilégier la définition et l’expression de ‘politiques de proximité’, élaborées au plus près des administrés et de leurs besoins, exprimés comme tels ou non » (Callède, 2000, p. 153).
12 Ainsi, en 1985 est voté un montant maximal de subvention à 500 000 francs, tandis que l’année suivante, lors de la définition d’une distinction grands équipements / équipements normaux (placée à 150 000 francs), le financement est limité par une subvention à hauteur maximale de 35%. En 1987, seuls trois grands équipements sont subventionnés dans tout le département (dont deux stéphanois), soit 2,2 millions de francs d’aides sur un coût de 5,6 millions de francs.
13 Pour les Houillères, c’est la fin d’exploitation de la piscine des Basses villes près du puits Couriot (consécutive à la vente de plusieurs terrains de sport dans l’Ouest stéphanois dès les années 1970) ; pour Creusot-Loire, c’est la fin des subventions à l’Omni-Club de l’Ondaine (déstructuré en 1989 malgré ses 1378 adhérents dans 12 sections).
14 Cette piscine ludique, en rupture avec la conception classique des piscines comme bassins de natation, montre la même volonté de renversement d’image par le site choisi, laissé vacant par l’industrie locale : symbole d’un laboratoire de l’urbain, cette piscine (la seconde de ce type en France en 1982) est autant un service public local qu’un lieu de distraction à Saint-Chamond pour l’extérieur (Merle, 2007).
15 Il répond d’une stratégie d’utilisation du sport comme moteur d’un aménagement urbain et d’une nouvelle image autour de la ville verte, inscrit dans la mode nationale des golfs publics au milieu des années 1980 (à un moment où cette image est portée moins haut par les résultats de l’ASSE). L’enjeu urbanistique est fort quant au site choisi, celui de la décharge municipale (entourée de terrains vagues, de jardins ouvriers, sans oublier quelques traces du passé minier dont il s’agit de gommer les séquelles), d’où le caractère fortement politique du golf qui sert d’exutoire pour la contestation politique des grandes opérations de marketing urbain menées par la municipalité Dubanchet.
16 Cf Merle Stéphane, 2001, Etude comparative de l’inscription géographique de deux systèmes de sports-loisirs à Saint-Etienne : golf et boules, Mémoire de DEA, Université de Saint-Etienne, 244 p.
17 Pour simplifier ont été aménagés d’abord un complexe sportif au milieu des années 1980 (terrains de football, courts de tennis extérieurs puis couverts, mais aussi salle de squash et mur d’escalade, sans oublier une maison des sports symbole d’un renforcement de l’OMS qui augmente les subventions aux associations), un complexe nautique ludique au début des années 1990 (associé à un centre de remise en forme), enfin un palais des sports et une modernisation des équipements de base pour le haut niveau au milieu des années 1990 (approche intégrée et renforcement de la centralité).
18 Dans le cas du tennis par exemple, au début des années 1990, la dynamique compétitive et plus généralement sportive du club andrézien (le TCAB) est liée aux difficultés du principal club stéphanois (SETP) qui ne parvient pas à garder son attractivité auprès des cadres (et en parallèle son attractivité sportive).
19 Cf Loret Alain, 2004, Concevoir le sport pour un nouveau siècle : quelles stratégies de développement pour les organisations sportives ?, PU du Sport, Voiron, 237 p.
20 Pociello Christian, 1999 (3ème éd.), Les cultures sportives : pratiques, représentations et mythes sportifs, PUF, Paris, 1ère éd. 1995, 287 p.
21 A la vision positive des pratiquants, valorisant son caractère populaire et festif, parfois carnavalesque (dans l’idée que par la randonnée urbaine la ville devient un lieu d’expression et cesse d’être un agrégat de non-lieux) s’oppose une vision négative : celle de nombreux aménageurs, élus et décideurs locaux, confrontés à cette extension de la pratique dans les espaces publics urbains, en particulier à Saint-Etienne (Merle, 2007).
22 Enfin, en 2006, une piste spécifique est créée au sein du parc des sports de Méons (en fait une simple piste goudronnée à l’intérieur de la piste cycliste des années 1980).
23 Sur les six piscines stéphanoises en 2001, une a fermé (la plus ancienne et la plus petite), une est destinée aux clubs et aux scolaires, une est en cours de réhabilitation profonde depuis 2002 (non sans débats sur le type de piscine à envisager, le Maire ayant tranché en 2006 pour une piscine couverte classique, confirmant son service public rendu à l’échelle des quartiers sud-est), enfin une a été modernisée en 2002 avec un bassin extérieur ludique, avec toboggan.
24 En 1990, la ville compte environ 45 000 licenciés pour 199 400 habitants et en 2004 38 000 licenciés pour 174 000 habitants (sources : INSEE et ville de Saint-Etienne).
25 Telle la piscine de la Plaine Achille ou le stade d’athlétisme de l’Etivallière, accueillant tous deux les championnats de France élite au début des années 2000, sans oublier le stadium du Bardot pour les matches de l’équipe de basket professionnelle, celle du Saint-Etienne Basket évoluant en Pro B depuis 2001.
26 Cf Merle Stéphane, 2004, « Le stade Geoffroy Guichard de Saint-Etienne, un ‘monument’ du sport local ? », in Géocarrefour, vol. 79, n° 3, pp. 213-222.
27 Saint-Etienne a ainsi, en 1998 et surtout les années suivantes, plus communiqué sur le passage des Ecossais lors du mondial de football 1998 que sur la victoire finale des Bleus, y compris dans la perspective d’accueillir l’Ecosse (l’équipe en résidence) et ses supporters lors du mondial de rugby 2007.
28 Modifiant les oppositions traditionnelles centre / périphérie et équipements central / de proximité, par exemple pour les centres de remise en forme et les salles de squash (donc des sports à vocation ludique assez individualiste).
29 Lors du changement de présidence à l’intersaison 2004, presque surprise après une année de montée en Ligue 1, la ville se positionne au côté des supporters comme défenseur d’une image localiste du club, presque patrimonialisée.
30 Falcoz M. et Chifflet P., 1998, « La construction publique des équipements sportifs : aspects historique, politique et spatial » in Annales de la rechercher urbaine n° 79, pp. 14-22.
31 La complexification des systèmes d’acteurs que nous voyons apparaître dans ces origines des principaux aménagements sportifs est justement une des clés de lecture de notre géo-histoire du sport local (même s’il ne faut négliger ni l’effacement d’autres acteurs ni l’ampleur des projets d’aménagement n’ayant jamais abouti).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Merle, « Politiques d’équipements sportifs et évolution post-industrielle en région stéphanoise », Métropoles [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 18 décembre 2008, consulté le 27 mars 2017. URL : http://metropoles.revues.org/3342

Haut de page

Auteur

Stéphane Merle

Docteur et agrégé en géographie, CRENAM (Université de Saint-Etienne), Stephane-Michel[point]Merle(at)ac-lyon[point]fr

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org