Navigation – Plan du site
Débats - Idées

Pourquoi une rubrique « Débats » ?

Bernard Jouve et Christian Lefèvre

Les questions posées par la production et le fonctionnement de la ville interpellent de plus en plus les sciences sociales pour la simple et bonne raison que, comme le soulignait H. Lefebvre dès 1970, nous vivons actuellement dans un univers social, politique, économique et culturel qui a, si ce n’est terminé, du moins bien engagé sa « révolution urbaine ». La revue « Métropoles » veut contribuer à une connaissance plus fine et surtout partagée de cette réalité qui demande à être analysée dans une perspective interdisciplinaire et appréhende la ville comme un « objet social total », pour emprunter à l’apport méthodologique de M. Mauss. Il s’agit là d’une des orientations directrices de sa ligne éditoriale et, sans doute, l’une de ses particularités.

Il n’est pas question ici de nous lancer dans un débat sur l’indispensable interdisciplinarité qu’appelle le fait urbain, ni sur les controverses épistémologiques auxquelles cette démarche scientifique renvoie. Nous nous limiterons simplement à considérer que si l’interdisciplinarité ne peut être vraiment opératoire qu’à condition de partir de corpus disciplinaires maîtrisés, elle prend également toute sa justification dans la « montée en généralité » qu’elle permet.

Or, on peut constater que le champ des « études urbaines » dans le monde francophone n’a pas la même épaisseur historique, ne dispose pas de la même tradition universitaire que dans le monde anglophone où l’Ecole de Chicago a jeté les bases d’une science de la ville. Ce qui manque sans doute dans le milieu académique francophone, c’est un espace de controverses scientifiques sur la ville, ses multiples dimensions. Or, pour alimenter un tel chantier, il faut certes produire des analyses empiriquement étayées, dont les résultats peuvent être « soumis à la question » mais il faut également, et surtout, partir de cadres d’analyses surplombant. L’heure n’est évidemment plus aux approches scientifiques globalisantes, aux schémas interprétatifs holistes comme ont pu l’être le structuro-fonctionnalisme ou encore le marxisme structuraliste. Il n’en demeure pas moins vrai que nous avons besoin de nous référer, au moins pour les mettre en débat, à des textes originaux dans leurs contenus et qui s’éloignent du « terrain » pour proposer un état des lieux théoriques sur une question donnée et avancer des hypothèses générales qui alimentent un programme de travail de « moyenne portée » que R. K. Merton n'aurait pas renié. C’est précisément l’enjeu de cette rubrique « Débats » que de susciter et encourager une telle démarche permettant de donner sens à des études de cas, des monographies et autres comparaisons plus détaillées

  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org