Navigation – Plan du site
Articles

L’analyse des métaphores et les modèles de la métropole nord-américaine : débat et proposition

Metaphor analysis and the models of North American Metropolis : issues and proposition
Gilles Sénécal

Résumés

Cet article passe en revue les différents modèles, depuis celui de l’école de Chicago jusqu’à celui de l’école de Los Angeles, qui représentent la forme des métropoles nord-américaines. L’analyse des métaphores, tant écologique ou gravitaire, que celles de la géographie des espaces-temps, des scènes urbaines ou du jeu keno, permet de revoir les termes du débat opposant le modèle gravitaire à celui de la métropole fragmentée. Deux questions sont ici soulevées. La première concerne l’unité des études urbaines contenue dans le modèle écologique, c’est-à-dire sa capacité de traiter de l’organisation de l’espace métropolitain et des interactions sociales réalisées à l’échelle du lieu. La seconde traite de la mobilité des personnes, c’est-à-dire de la relation entre l’organisation de l’espace métropolitain et l’espace vécu des individus. Deux constats se dégagent de l’analyse. Le premier est pour reconnaître le caractère inachevé de l’urbanisme postmoderne. La seconde souligne l’absence d’une métaphore de substitution pouvant  rendre compte de manière générale de la forme métropoles nord-américaines contemporaines. Face à quoi, il est proposé de s’inspirer de la théorie des cordes en sciences physiques.

Haut de page

Notes de la rédaction

Remerciement :

L’auteur souligne la contribution du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada.

Texte intégral

L’analyse des métaphores et les modèles de la métropole nord-américaine : débat et proposition

1Un débat sur la forme des métropoles nord-américaines oppose actuellement le paradigme de l’écologie urbaine à celui de l’urbanisme postmoderne. La fin de l’hégémonie de l’école de Chicago et du rôle primatial des centres-villes est proclamée au profit de la thèse des métropoles fragmentées qui identifie Los Angeles comme son idéal-type (Dear, 2002 ; Dear et Flusty, 2002 ; Soja, 2000 ; Gordon et Richardson, 1996 ; Fogelson, 1993 ; Soja, 1989). Revendiquant la formation d’une nouvelle école, celle de Los Angeles, Michael Dear fait porter toute sa critique sur les termes premiers de l’écologie urbaine, prenant même à partie le schéma de croissance urbaine de Burgess (1925a), pourtant réalisé plus de soixante-quinze ans plus tôt (Dear, 2002). Il substitue à la métaphore écologique celle du jeu keno, symbolisant ainsi les comportements aléatoires de citadins de moins en moins apparentés au profil du sujet rationnel. Cette approche du phénomène métropolitain tel qu’observé dans le Sud de la Californie rassemble des auteurs qui proposent dans une certaine mesure la même approche critique, sans nécessairement tous souscrire à l’intention de fonder une école. Pour Mike Davis, par exemple, le rejet du modèle écologique n’est que partiel. Il récupère le diagramme des anneaux de croissance urbaine afin d’élaborer une écologie de la peur, représentant des aires sociales fermées sur elles-mêmes, partagées en enclaves socialement polarisées, que ce soient des aires du crime ou des gated communities (Davis, 1992 ; 1999 ; 2004).

2Quoi qu’il en soit, la proposition paradigmatique associée à l’école de Los Angeles conteste deux références ancrées dans le champ des études urbaines, la première est certainement le modèle gravitaire qui est fondé, depuis bien avant Cristaller, sur la capacité d’attraction des centres dans un système de marché; la seconde consiste en l’application de la théorie des scènes urbaines à la défense du rôle primatial des centres-villes (Clark et al., 2004) et de leur force d’attraction vis-à-vis la soi-disant classe créative (Florida, 2005). Ce point de vue favorable à la centralité est aussi tenu par les défenseurs de la cause environnementale et du développement durable (Newman et Kenworthy, 1999). Dans ce débat, la question de la mobilité est tenue pour centrale depuis les premiers écrits de l’école de Chicago. Les faits de distance, les pratiques quotidiennes ainsi les parcours résidentiels et de vie sont aussi pensés, en particulier dans la géographie des espaces-temps (Hägerstrand, 1970 ; Pred, 1973 ; Ellegard, 1999), comme des marqueurs de la forme urbaine.

3D’une certaine façon, la proposition de l’école de Los Angeles et son urbanisme postmoderne libère l’ensemble des forces unificatrices de la théorie urbaine, celles qui consistaient à observer simultanément la structure métropolitaine à travers la succession des différentes aires sociales, la mobilité des personnes et les interactions sociales produites sur les différentes scènes urbaines. En soulevant l’hypothèse du renversement du paradigme de la métropole nord-américaine, l’école de Los Angeles remet en question la conception d’une région métropolitaine unissant ses différentes parties et articulée par les pratiques quotidienne de mobilité. Elle lance ainsi le débat sur la pertinence et la portée des figures métaphoriques qui émaillent la théorie urbaine, que ce soient l’écologie urbaine, le modèle gravitaire, les scènes urbaines, la géographie des espaces-temps, la théorie des jeux, pour ne nommer que celles-là (Sénécal, 2007).

4Le recours fréquent au procédé de la métaphore amène des commentaires. Le premier est de reconnaître que le rôle de la métaphore est de détourner des concepts et des notions de leur sens initial (Ricoeur, 1975, p. 26). Un tel procédé survient dans l’intention de former des outils cognitifs ou heuristiques efficaces, afin de rendre lisible la formulation d’un paradigme (Lakoff et Johnson, 1980 ; Berdoulay, 1982 ; Schmitt, 2005 ; Barnes, 2005). Les ténors de l’école de Chicago ont dû d’ailleurs s’expliquer longuement de leur emprunt à l’écologie végétale (Park, 1936). L’histoire démontre que le passage de la métaphore au paradigme fut réussi dans ce cas, malgré les critiques qui ont pu se faire entendre. Cela est moins vrai de la proposition de l’urbanisme postmoderne et de sa métaphore du jeu keno (Dear, 2002). Celui-ci comporte trop de lacunes pour agir comme une alternative fondatrice d’un paradigme généralisable à l’ensemble des métropoles nord-américaines. L’école de Los Angeles ne parvient pas à résoudre la contradiction d’une représentation fondée sur l’enclavement au moment même du constat de l’accélération des flux et de l’hypermobilité personnelle.

5Autour du thème de la mobilité, et de la géographie des espaces-temps, devrait se cristalliser une modélisation originale qui pourrait, en quelque sorte, apporter une nouvelle perspective métaphorique. La recherche d’une métaphore de substitution s’impose donc au programme. C’est dans cette perspective qu’il sera en proposé une nouvelle, inspirée de la théorie des cordes en sciences physiques, afin de rendre compte des différentes dimensions de la forme urbaine et, de cette façon, tenter de repenser l’unité méthodologique des études urbaines.

Les modèles métropolitains au regard de la mobilité

6La critique de Michael Dear porte sur les différents modèles métropolitains reconnus depuis plusieurs décennies. Elle mobilise un portefeuille d’approches qui touche l’articulation théorique entre l’organisation spatiale, la vie sociale et la mobilité des personnes. Ces approches identifient les forces et les processus présents dans l’articulation des différents éléments des structures. Elles participent toutes, sous le couvert d’une métaphore, à organiser des récits urbains (tableau 1).

7On s’entend généralement pour situer le début des études urbaines comme un champ spécifique des sciences sociales avec la publication des textes fondateurs de l’école de Chicago. Ils permettaient de comprendre le phénomène métropolitain dans ses aspects concrets, soit l’arrangement des usages du sol et la structure résidentielle, toujours instables, évoluant au gré de la mobilité sociale et spatiale des individus et du changement affectant les appartenances ethniques. Ils traitaient également des dimensions intangibles, comme la construction des situations, c’est-à-dire des environnements sociaux dans lesquels les individus entrent en interaction. La métaphore écologique y avait cette qualité de représenter la structure métropolitaine, constituée de repères physiques, du CBD jusqu’à la banlieue de classe moyenne, en passant par les aires naturelles communautaires. Elle référait également aux faits de mobilité témoins des interactions sociales observables à l’intérieur des espaces vécus. Toute l’économie du ghetto, ce maître exemple du corpus de l’école de Chicago qu’illustra à merveille Louis Wirth (1980), était fondée sur ces trois termes, un espace institutionnel, celui de la communauté juive en l’occurrence, évoluant au gré de la mobilité quotidienne et des parcours de vie de ses résidants. La désignation des aires naturelles était utile pour aborder les interactions sociales et leurs effets sur les choix personnels comme celui de la migration résidentielle. De la même manière, la street corner society qu’explora Whyte opposait l’ancrage à un lieu, à une aire sociale pourrions-nous dire, à l’intention de mobilité spatiale et sociale (Whyte, 1943). À une différence près toutefois, dans le récit du slum de Boston que relatait Whyte, c’est la non-mobilité qui était synonyme de désorganisation sociale, contrairement à ce que prétendait Burgess, comme on le verra plus loin. Quoi qu’il en soit, l’écologie urbaine était, suivant la formule d’Isaac Joseph, « une écologie de la mobilité » (Joseph, 2004, p. 152). Le modèle écologique représentait un centre qui résistait malgré tout, au fil des processus successionnels, à une décentralisation des personnes et des activités vers la périphérie, puisque les aires sociales (dites naturelles dans les écrits de 1925) entourant le centre-ville, terres d’accueil des arrivants, n’étaient que « des étapes dans un itinéraire socio-spatial » (Clerc et Garrel, 1998).

Écologie urbaine et théorie des scènes

8Le modèle de Burgess n’était donc pas construit uniquement sur la métaphore gravitaire. Certes, Burgess tenait compte du gradient qui unit le centre à la périphérie, caractérisé par la progression des valeurs foncières ainsi que par des changements sociaux, notamment les facteurs de désorganisation sociale qui, selon lui, dans le Chicago des années vingt, devait diminuer au fur et à mesure que l’on s’éloigne du CBD (Burgess, 1927). L’écologie urbaine avait pour objet premier d’observer les parcours de vie des individus qui, par hypothèse, devaient s’émanciper de leur communauté d’accueil et profiter des nouvelles opportunités de mobilité. Les processus écologiques, en particulier ceux de compétition et de succession, étaient repris pour comprendre les changements affectant la distribution des personnes et des groupes dans l’aire métropolitaine (Mckenzie, 1925). La dynamique successionnelle devait conduire à l’élaboration de la théorie de l’expansion écologique afin de comprendre la formation de l’aire métropolitaine (McKenzie, 1933). Celle-ci croit suivant la décentralisation des personnes et des activités. Les anneaux de croissance urbaine ainsi que les triangles de Burgess (de la communauté, de la mobilité et de la promiscuité) montraient l’effet de la mobilité sur la vie communautaire : les relations entretenues par les personnes en direction de points situés à l’extérieur de l’aire communautaire devaient éroder, en s’accroissant, le contrôle social exercé par le groupe (Burgess, 1925a ; 1925b [1967 : 152-153]). En somme, les fameux cercles concentriques n’expliquaient pas tout, encore fallait-il référer à cette triangulation entre la communauté, le lieu et la mobilité du sujet. Le postulat sous-entendu par ces deux représentations graphiques (cercles et triangles) était à l’effet que les territoires urbains étaient affectés par un processus de recomposition constante. Ils étaient définis autant comme le produit de la mobilité que des interactions sociales se déroulant à l’intérieur des aires communautaires. Ce rapport entre les aires naturelles et la mobilité devait être régulé à travers les interactions sociales et se traduire par une organisation spatiale équilibrée (Burgess, 1927 ; Park, 1936 ; Wirth, 1945). Cette notion d’équilibre englobait l’interdépendance entre les tous les participants à la vie sociale (Park, 1936) et les mécanismes de régulation qui le régissent (Wirth, 1945).

9Dès les années trente, le courant développé par Blumer et al. (1969) autour du terme d’interactionnisme symbolique, a affiné l’observation des rapports entre les individus à l’intérieur des groupes sociaux, prolongeant ainsi l’étude pionnière de Wirth sur le ghetto de Chicago (1925). En observant ainsi les parcours quotidiens, les lieux fréquentés et les interactions sociales vécues par les personnes, l’écologie urbaine préfigurait la théorie des scènes de Goffman (1973) : les aires sociales étaient comprises comme les théâtres des processus de coopération et de compétition, mais aussi comme le cadre des expériences de vie.

10En somme, l’unité méthodologique de l’écologie urbaine intégrait les échelles métropolitaine et microsociale, la vie collective et l’émancipation de l’individu. Le modèle représentait à la fois les aires et les flux.

Glissement progressif vers le modèle gravitaire

11Le glissement du modèle écologique, dont schéma de Burgess (1925a ; 1927) est la représentation achevée, vers le modèle gravitaire, se produit depuis les travaux de Zipf qui a puisé autant à la physique gravitaire ainsi qu’à la loi du moindre effort (Zipf, 1946 ; 1949). Son inspiration est aussi à trouver du côté de la géographie des prix et des localisations commerciales, son objet étant de mesurer le poids du facteur de distance sur la fréquentation des places commerciales (Lukermann et Porter, 1960). Une version hybride mêlant écologie urbaine et structure gravitaire popularisée par Harris et Ullman (1945) se trouve dans presque tous les manuels de géographie urbaine depuis les années cinquante. Dans cette foulée, l’élargissement de la perspective gravitaire à d’autres théories de la physique a été envisagé avec force et minutie par Walter Isard qui a mesuré le champ gravitationnel d’une métropole, en l’occurrence New York, au vu du concept de continuum espace-temps qu’il reprenait de la théorie de la relativité d’Einstein (Isard, 1971a). Isard a cherché à établir les parallèles entre les sciences physiques et les sciences régionales en prenant les centres commerciaux comme objet d’étude. Pour lui, le modèle gravitaire est insatisfaisant : la distance et les coûts de transport ne peuvent pas être pensés comme des invariants (Isard, 1971). Le modèle devrait tenir compte de tous les éléments, dont la taille de l’offre, les services offerts autour des centres, les moyens de transport et d’aspects de la mobilité des ménages. On doit lui reconnaître le mérite d’avoir essayé de fournir des lois universelles et mathématiques à la science régionale naissante. Lois qu’Isard souhaitait vérifiables et imperméables aux contextes locaux. Isard a véritablement voulu se distancier du procédé de la métaphore et récupérer les lois de la physique non par analogie mais à travers des tests mathématiques conduisant à la vérification d’une force semblable à la gravitation universelle, rendant compte du phénomène d’interdépendance (Isard, 1971a et b, 1999). L’ambition de la démarche lui a cependant semblé démesurée, difficilement généralisable à tous les cas, au point qu’il dut reconnaître les carences de son modèle ainsi que son caractère inachevé (Isard, 1971, pp. 22-23). Isnard voulait se démarquer des analogies géométriques, comme les cercles concentriques, les triangles ou les cellules octogonales de Christaller, pour plonger dans l’univers mathématique. Il proposa un renouvellement métaphorique en s’appuyant sur la théorie de la relativité qui seule, selon lui, pouvait rendre compte de toutes les interactions manifestes dans le champ social. Il cherche à inclure le temps et parle de la portée non-linéaire de l’effet de gravitation, telle la courbure de l’espace-temps (1971a et b). Le résultat est assez décevant, comme le fait remarquer son commentateur d’alors, Gunnar Olsson (1973) qui n’y voit qu’instrumentalisation de la théorie des sciences physiques, baignant dans un esprit positiviste assez étroit et surtout ne conduisant pas à des résultats probants : les analogies mathématiques ne fournissent pas les éléments de la grande théorie tant souhaitée. Isard reconnu d’ailleurs, en discutant de la théorie de la relativité, « a field-geometric approach is likely to be more useful » (Isard, 1971a, pp. 23). Cette idée d’une grande théorie peut être interprétée, a posteriori, autant comme une tentative de légitimation de la nouvelle science que comme un exercice de traduction de la complexité de l’espace socio-économique, comme le soutient Trevor Barnes qui réfère alors aux idées de Bruno Latour et de Michel Callon (Barnes, 2003 a et b).

12La contribution d’Isard, riche et beaucoup plus étoffée que ces brefs commentaires le laissent entendre, a tout de même permis d’identifier des questions majeures, des anomalies à la théorie, pourrions nous dire. Son premier point est de s’intéresser au temps, compris comme une quatrième dimension et, par analogie, à la courbure de l’espace-temps : celle-ci équivaut, dans la théorie physique, à un creux sur un plan à quatre dimensions. De cela, il était possible de déduire l’effet non-linéaire de la gravité. Le second est celui de la direction apportée par l’effet de la gravité, jusque là compris comme uniforme dans une aire de marché. La direction apportée par les flux ouvre le débat sur un vrai problème : les flux suivent-ils des directions précises, sont-ils orientés ? Il n’était pas le seul à poser la question, à cette époque, ainsi qu’à adapter la notion d’espace-temps aux études urbaines. De ceux là, Ullman (1971), tracassé également par les facteurs à l’origine des mouvements et de leur orientation spatiale, concevait le temps comme la variable indépendante et l’espace comme la dépendante. Quels sont les facteurs qui influent sur les mouvements et leurs orientations ? La théorie des secteurs de Hoyt illustrait, un peu grossièrement, de telles orientations inscrites sur des axes spatiaux. À la même époque s’imposa la contribution originale d’Hägerstrand à propos de la mobilité de la vie quotidienne.

Géographie des espaces-temps et urbanisme postmoderne

Parcours de vie et mobilité quotidienne

13La géographie des espaces-temps s’attache à déterminer les flux et leur orientations dans l’espace, cherchant autant les raisons que les effets. Trois approches ont tablé, dès la fin des années 60, sur les faits de mobilité et la dimension temporelle des milieux de vie, des migrations et des parcours de vie. Il s’agit des modèles stochastiques dont celui de Cornell (McGinnis, 1968), des biais directionnels d’Adams (1969) et des sentiers de vie développés par Hägerstrand (1970 ; 1975 ; 1978a b) dans sa géographie des espaces-temps que Giddens (1994) a depuis remis au goût du jour.

14Au départ, de façon plutôt standard, ces approches ont partagé un intérêt pour la relation entre l’organisation de la mobilité personnelle et la répartition spatiale des aires sociales et des activités. Les facteurs de distance, de coût et temps y ont été pris en compte. À la différence près qu’elles ont traité de la vie quotidienne, notamment de la structure d’opportunités des personnes, c’est-à-dire le pattern des lieux fréquentés, celui-ci constitué en fonction des possibilités, des besoins et des contraintes, comme celle de la distance.

15Selon cette optique, depuis la fin des années soixante, on a accordé à l’individu une autonomie relative qui découle de sa capacité de ruser avec les déterminants sociaux et d’effectuer des choix non seulement en fonction d’une certaine efficacité économique et de choix rationnels, mais aussi, et peut-être davantage, de l’intentionnalité personnelle qui rend compte des perceptions et des représentations formées à même l’expérience de la ville.

16Les questions posées à travers ces approches ont visé à expliquer les choix de localisation, comme ceux de déménager ou pas, la direction des trajectoires empruntées lors d’un déménagement et l’organisation des trajets quotidiens. L’explication des motifs de mobilité a privilégié la satisfaction des besoins et les possibilités d’action (de travailler, de consommer et de se déplacer) tout en accordant une attention particulière aux dimensions culturelles et subjectives.

17Dans le même ordre d’idées, la théorie des biais directionnels d’Adams (1969) a établi que le mouvement des personnes, tant les parcours de vie que les trajectoires quotidiennes, est déterminé par des cadres de référence pré-établis. Pour Adams, « If residents of a city possessed of narrow, wedge-shaped city image, their intra-urban migration behaviour should reveal a directional bias rather than propensity to move freely in any direction » (ibid., p. 307-8). Les biais directionnels se forment à même l’image que chacun se fait de la ville. Ils reproduisent l’expérience de la ville et les représentations que la personne en tire. Ils se constituent à partir de l’histoire de la personne, mais aussi de la structure socio-spatiale de l’agglomération, tout en tenant compte du marché du logement et de la distance à parcourir, selon les modes de transport disponibles pour rejoindre son emploi ou le centre-ville ainsi que l’accessibilité de ces mêmes lieux. Ils correspondent à des aires de diffusion que suivent les personnes, quotidiennement ou au cours des migrations accomplies durant leur vie, décrivant ainsi une orientation générale qui renvoie à la thèse des secteurs de Hoyt. Ces biais directionnels constituent en fait des lignes de vie (lifelines) caractérisées par des biais de distance et d’orientation (grands axes et secteurs) qui contraignent sans les dominer totalement les choix engagés par les personnes. Selon Brown et Holmes, (1971), la thèse d’Adams est vérifiable mais ils ont ajouté à l’image de la ville et aux biais de distance et d’orientation, des aspects non déterminés qu’ils ont associés à des processus aléatoires.

18Dans la même optique, suivant une approche probabiliste, les tenants du modèle de Cornell ont mis au point un modèle stochastique inspiré de la chaîne de Markov afin de l’appliquer à la mobilité résidentielle dans les espaces métropolitains (McGinnis, 1968). La mobilité résidentielle y est tenue pour un processus historique par lequel on évalue la chance de chacun de déménager. Le processus de mobilité résidentielle est défini comme un risque que l’on appréhende à l’aide de l’axiome de l’inertie cumulative. Il est établi une série d’états par lesquels les résidants (stayers) et les mobiles (movers) forment un ensemble homéostatique qui tend vers l’équilibre. Devant quoi, il s’est agi alors de déterminer la durée des positions occupées par chacun dans l’espace résidentiel. En d’autres mots, cet axiome a servi à évaluer la probabilité de conserver le même lieu de résidence au vu des possibilités de déménager offertes. Le calcul de risque tenait compte de la distance du centre du logement actuel et de la localisation du logement projeté. On a ainsi établi la relation entre la durée du statut (un lieu de résidence précis qui correspond à une étape dans le cycle de vie) et le risque de mobilité (Land, 1969, p. 139). Ce risque a pu aussi être décliné selon le statut du ménage ou le type de tenure (propriétaire ou locataire) (Speare, 1970). Cette projection aléatoire des comportements résidentiels s’opposait à une lecture déterministe fondée sur le principe du moindre effort que sous-tend la loi rang-taille (Zipf, 1946).

19Le thème de la mobilité est souvent compris en géographie, et de plus en plus pourrions-nous dire, à travers la figure du prisme développée par  Torsten Hägerstrand (1970 ; 1975 ; 1978a b). Celui-ci a abordé les trajectoires que les individus effectuent quotidiennement. Ces trajectoires sont contraintes par des besoins, comme travailler ou consommer pour se nourrir, ainsi que par la distance, les modes de transport disponibles et leur orientation, sans anéantir, par contre, toute capacité d’autonomie et de liberté (Pred, 1977). Le rapport entre les capacités et les contraintes (capability constraints) est ici compris comme le facteur structurel de l’agencement des trajectoires qui se recoupent et se regroupent au point de former des amas (bundles). En fait, le regard est porté vers les trajectoires multiples qu’empruntent les individus, dépendamment du moment de la journée ou de la semaine (le week-end par exemple). On note au passage le recours à une autre métaphore, empruntée à l’art de la danse : Pred invente le terme de chorégraphie de l’existence (Pred, 1977). Le même type de regard est aussi porté vers les temps de vie. Les cycles de vie se succèdent et se déclinent en choix de localisation, selon le même jeu de possibilités et de contraintes (Hägerstrand, 1978a). L’approche est définie comme étant contextuelle : les individus sont partie de leur environnement. Elle est également constructiviste : les représentations cognitives de l’environnement évoluent avec la connaissance des lieux et l’intensité des relations sociales qui s’y déroulent (Golledge, 1978). D’ailleurs, Hägerstrand a élaboré une théorie des lieux, du moins ce qu’il a appelé les domaines où s’exercent les interactions sociales, régis par des règles, des rituels et des luttes (Hägerstrand, 1970). Et c’est avec la métaphore du tube ou du cylindre qu’Hägerstrand a représenté les déplacements effectués d’un lieux à un autre, en fonction des temps de vie et des interactions sociales produites : « In time space, domains appear as cylinders the insides of which are either not accessible at all or accessible only upon invitation of after some kind of payment, ceremony, or fight » (ibid., p. 16). Le tube est une position occupée sur une surface durant un temps donné et représentant une trajectoire (quotidienne ou de vie) dans l’espace (Pred, 1973 ; 1977).

20Les moteurs des déplacements de cette géographie des espaces-temps seraient les cycles de vie et les conflits. Si l’existence est ponctuée de moments clés, comme la formation du ménage ou la naissance d’un enfant, les espaces de vie reflètent des relations de voisinage où affleurent des phases d’engagement, de coopération et de conflit qui se répercutent sur les choix de localisation (Hägerstrand, 1978a). Ainsi, les sentiers de vie, ou tubes, dans lesquels les individus s’engagent, ne sont pas uniquement déterminés par les besoins et les contraintes, ils sont aussi l’écho des interactions sociales qui se constituent dans chacun des lieux présents formant le prisme ou le long du tube. L’individu participe ainsi à des moments partagés, en des lieux d’échange et d’interaction. Se constituent ainsi des séries de situations vécues au cours desquelles l’individu entre en contact avec la vie collective et en vient à s’associer à des groupes sociaux (Ellegard, 1999).

21Ces trois approches reconnues sous le titre de la géographie des espaces-temps n’ont pas connu le même rayonnement. Leur diffusion fut tout de même réelle, en particulier la thèse d’Hägerstrand sur la mobilité intra-urbaine, qui d’ailleurs gagne en popularité. Les trois ont en commun de placer l’individu (le sujet) au centre de l’analyse, de lui attribuer une part d’autonomie, notamment dans sa capacité de construire, malgré des contraintes évidentes, sa propre trajectoire. En ce sens, elles prolongent les thèses de l’écologie classique et se trouvent dans la continuité des triangles de Burgess, mais sans fournir une représentation métropolitaine des structures écologiques de la mobilité. La géographie des espaces-temps révèle la structure des lieux (l’accessibilité aux lieux de travail, de service, de loisir et de consommation) qui organise la vie quotidienne. En un sens, cela dépasse les représentations du modèle gravitaire qui reflètent une conception mécanique de l’attractivité des lieux et de leur fréquentation.

22Dès lors, on peut se demander, au terme de ce retour sur la géographie des espaces-temps, si l’on dispose d’un modèle de la forme urbaine capable de saisir la forme des métropoles nord-américaines contemporaines. Comme tel, la géographie des espaces-temps ne fournit pas un modèle écologique qui dépasserait la représentation des parcours de vie et des trajectoires quotidiennes. Encore à parfaire, ce modèle ne remplacerait pas le modèle écologique, toujours critiqué mais encore largement utilisé, il le complète plutôt. Il devrait rendre compte de territoires qui se définissent par de brefs moments d’inertie et des secousses constantes provoquées par la mobilité personnelle qui, tous déplacements confondus, induit le changement dans les aires métropolitaines. Constitué à même des éléments des triangles de Burgess, des prismes ou des tubes d’Hägerstrand et de Pred, des aires sociales (qui sont en fait des moments d’inertie dans le schéma de Burgess), et des lignes de vie (les secousses qui les modifient), ce modèle intégrateur devrait renouer avec une approche unificatrice du champ des études urbaines.

Le modèle keno, une métaphore inachevée

23D’entrée de jeu, l’école de Los Angeles propose de revoir les termes de l’analyse des formes métropolitaines. Elle recourt à de nouvelles métaphores, celle du jeu keno (Dear et Flusty, 2002) et par le fait même de la théorie des jeux, mais aussi celles du chaos et des structures fractales (Soja, 2000). Ces métaphores sont reprises de manière non littérales, énoncées comme des figures du récit postmoderne de la métropole, évoquées plutôt qu’exploitées sur le plan méthodologique, toutes chargées de suggérer la fragmentation spatiale et l’accentuation de la ségrégation sociale, mais sans vraiment en faire la démonstration empirique. Là où les modèles écologiques et gravitaires recherchaient des régularités, à tout le moins des processus généraux communs, l’urbanisme postmoderne réfère aux particularités, aux caractéristiques locales, aux spécificités des lieux. Chemin faisant, l’urbanisme postmoderne réfère, sous l’inspiration de Banham (1971) et de ces écologies urbaines, à des aspects environnementaux et paysagiques de la morphologie métropolitaine.

24Alors que la métropole nord-américaine idéalisée dans le récit postmoderne est structurée par le réseau autoroutier car dépendante de l’automobile, ainsi que peuplée d’individus hypermobiles, la grille keno la représente composée de lieux confinés et étrangement hermétiques les uns aux autres. Le schéma met en scène des lieux emblématiques de la postmodernité, comme les theme parks, les gated communities, les edge ou edgeless cities voire les ethnoburbs ou les Exopolis, pour signifier que dans un monde globalisé mais fragmenté, les logiques de structuration de l’espace métropolitain se réduisent à la recherche obsessive de sécurité (Davis, 2004). Car cette représentation d’enclaves urbaines socialement ségréguées reproduit une écologie de la peur dans laquelle la mobilité apparaît comme le maillon faible du système de sécurité : les automobiles piégées par une bombe ne constitueraient-ils pas le risque terroriste par excellence (Davis, 1999). Bien plus, le système autoroutier de Los Angeles apparaîtrait comme le terrain idéal pour la guérilla urbaine (ibid.).

25Ces représentations de la métropole nord-américaine, faisant de Los Angeles une figure emblématique, présentes tant chez Michael Dear que Mike Davis, montrent un monde polarisé et dualisé, dans lequel les clivages sociaux sont exacerbés. Les aires sociales sont érigées en forteresses de la bourgeoisie ou, à l’opposé, comme des zones du crime, et entrecoupées, suivant une espèce de mise en scène permanente, de sites prenant l’aspect de simulacres urbains dont les parcs Disney sont les symboles (Bryman, 2004 ; Sorkin, 1992). En définitive, ce modèle de substitution, la grille keno, est étonnamment statique. Alors que l’écologie urbaine de Los Angeles est caractérisée par les autoroutes et l’hypermobilité, que l’on présume être un espace-temps fondé sur la vitesse et la dilatation de l’espace, la métaphore de l’urbanisme postmoderne est une grille aux cases fermées.

26Ce modèle keno est d’abord une dénonciation de la représentation centralisée de la structure métropolitaine. Il fait en sorte de biffer la référence au pouvoir d’attraction du centre que l’on croit déceler dans le schéma de Burgess (Dear et Flusty, 2002). Cela conduit Michael Dear à décrire une organisation spatiale décentralisée, aléatoire, constituée d’aires sociales disjointes. Celui-ci ne permet pas de recomposer ce que nous avons défini comme l’unité méthodologique du modèle écologique. Le jeu keno ne permet pas de suivre les interactions entre les différentes cases de la grille.

L’unité perdue de l’écologie urbaine

27Depuis ces débuts, l’écologie urbaine empruntait à la fois au modèle gravitaire, établissait à l’échelle métropolitaine le poids du centre dans sa relation à une constellation d’aires sociales homogènes, et à une microanalyse des interactions sociales se déroulant à l’échelle du lieu. Modèle gravitaire et théorie des scènes sont devenus des champs théoriques distincts des études urbaines, séparés comme le sont, toujours par analogie à la science physique, les théories de la relativité et la mécanique quantique. Par delà le recours analogique, il semble exister la même difficulté à traiter des échelles macro et micro et, par le fait même, manquer une métaphore créatrice pour solutionner ce problème. La recherche d’une telle métaphore de substitution devrait ainsi se conjuguer à celle d’une proposition paradigmatique qui permettrait de repenser l’unité méthodologique de l’écologie urbaine et d’aborder autrement le débat sur les formes métropolitaines.

L’écologie urbaine des cordes : une métaphore en vue d’un nouveau paradigme

28De notre analyse des métaphores se dégagent les constats du glissement de l’écologie urbaine vers le modèle gravitaire, de l’érosion de l’unité méthodologique des études urbaines et de la montée en puissance de la géographie des espaces-temps. Mis bout à bout, les modèles et les paradigmes appréhendés ici et ne suffisent pas à en saisir les interactions qui les unissent (tableau 1). Il manque une métaphore capable de représenter les processus en cours, ni les facteurs et dimensions qui les animent. Comment représenter à la fois la structure globale de la métropole, la mobilité de personnes et les lieux d’interaction. L’écologie urbaine renouvelée doit comporter ces trois aspects. Sa représentation peut prendre l’aspect d’axes de mobilité résidentielle sur lesquels s’enchevêtrent les parcours de vie. Nous proposons de nommer cette configuration socio-spatiale de cordes urbaines. Pourquoi ? On peut d’abord répondre que d’autres métaphores pourraient être utiles, comme de celle de rhizome, mais qu’elles occupent déjà un type de réflexion différent de ce que nous avançons.

29La théorie des cordes, connue en sciences physiques, par analogie et non littéralement bien sûr, donne une certaine cohérence conceptuelle à des approches ayant recours aux concepts de trajectoire, d’espace-temps et d’axe migratoire (Bherer et Sénécal, 2007). En adoptant la métaphore des cordes, l’intention n’est pas de reprogrammer de nouvelles interprétations de résultats empiriques ou de supputer sur des hypothèses encore non exploitées, mais bien d’associer les différentes figures de la géographie des espaces-temps au modèle de l’écologie urbaine, de tenter d’arrimer les différents modèles du tableau 1. Avant d’en arriver là, il convient de définir de manière succincte la théorie des cordes en sciences physiques et d’indiquer comment elle peut inspirer les études urbaines.

La théorie des cordes en sciences physiques

30La théorie des cordes en sciences physiques a été élaborée, par Joël Scherk et John Schwartz, dans la perspective de parvenir à une théorie qui unifierait la relativité générale et la mécanique quantique et, par le fait même, à intégrer la compréhension de l’univers infini et de l’infiniment petit. Elle vise également à unifier les quatre grandes forces et, incidemment, à tenir compte du principe d’indétermination. Pour bien saisir la teneur, ce qui en soi est un grand défi pour un néophyte non physicien, on peut reprendre Stephen Hawkins, pour qui « dans la théorie des cordes, les objets de base ne sont pas des particules ponctuelles, mais des choses ayant une dimension analogue à la longueur, comme un morceau de corde infiniment mince » (2005, p. 146). L’un des théoriciens des cordes, Gabriele Veneziano, prétend « qu’une corde ouverte correspond aux vecteurs de forces non gravitationnelles comme le photon et une corde fermée au graviton ou tout autre vecteur de force gravitationnelle «  (Veneziano, 2005, n.p.). Retenons cette cohabitation de la gravité et de la non-gravité. En clair, l’univers serait composé non pas d’un ensemble de particules ponctuelles, mais plutôt de cordes vibrantes ayant une trajectoire ouverte ou fermée, occupant un espace et contenant des dimensions dites enroulées qui ne sont facilement pas détectables ou visibles. Sur la corde, chaque point est une particule de temps arrangé sur un axe. Ce qui distingue la théorie des cordes est le recours à des dimensions qui ne sont pas repérables dans l’univers biologique.

L’emboîtement des espaces-temps

31Aux dimensions biologiques, reconnaissables physiquement (largeur, longueur, profondeur), s’ajoutent des dimensions non perceptibles dans les modes habituels de la représentation spatiale. L’idée de s’inspirer, par analogie, de la forme des cordes (ou des tubes) pour saisir les trajectoires individuelles dans l’espace métropolitain est séduisante. On peut prétendre que les individus suivent un sentier de vie, quotidiennement ou au cours de leur vie, selon leurs attaches sociales et culturelles ou l’image qu’ils se font de la ville. Il n’est pas question ici de concevoir ces sentiers de vie en termes de dépendance ou de déterminisme, mais plutôt comme une construction sociale qui, au même titre qu’une carte mentale, permet à l’individu de contrer le phénomène de dé-localisation (Giddens, 1994). Autrement dit, ces trajectoires personnelles orientées spatialement forment, dans la perspective où une masse d’individus fait de même, une structure écologique. Ces faisceaux ou ces amas impriment des grands axes de déplacements quotidiens et de migrations et structurent les systèmes de lieux fréquentés et habités de la métropole. La métaphore des cordes modifie ainsi le regard que l’on peut porter sur la morphologie des métropoles. Plutôt que de questionner à nouveau l’écologie des aires sociales, il s’agit de se concentrer sur l’écologie des séries de mouvements des personnes dans l’espace des métropoles et ce, à deux échelles temporelles, celles des parcours de vie révélés par les trajectoires résidentielles et celle des trajets quotidiens. Par analogie, on reconnaît qu’un espace-temps est formé de points qui sont des événements (Hawkins, 2005, p. 174), dès lors la corde est ce qui relie ces événements entre eux. Ainsi, si l’écologie urbaine classique repérait les processus communautaires, on peut penser qu’une théorie urbaine s’inspirant des cordes doit viser à représenter les séries d’événements qui ponctuent le mouvement des individus. Ce faisant, l’idée de parachever la conception de la forme des métropoles, en tenant pour acquis les forces de gravité, les processus de croissance urbaine, les dimensions physiques (ou biologiques) de ces formes, ainsi que les dimensions non matérielles (mentales) comme celles reliées aux perceptions et aux aspirations.

32La proposition de tenir la métaphore des cordes urbaines comme une voie possible vers l’établissement d’un paradigme unificateur est faite afin d’emboîter les deux ordres de dimensions, biologiques et mentales, dans une même structure spatiale, c’est-à-dire un axe spatio-temporel sur lequel un grand nombre de parcours de vie et de trajets quotidiens s’amalgament.

33Selon cette optique, la métropole n’apparaît plus comme la somme de lieux et d’activités, mais comme la grande toile des cordes sur laquelle vibrent des millions de gens. Le choix épistémologique est de focaliser sur les individus, de tenter de comprendre leurs déplacements et ce qui les motive, en essayant de dévoiler les dimensions cachées enroulées sur la corde (pour poursuivre l’analogie à la théorie des sciences physiques) et qui relèvent pour l’essentiel des domaines des interactions sociales, de l’intentionnalité et de la perception. Sur la corde, un point est une unité de temps occupant un lieu qui est aussi un maillon d’un parcours formant des triangles (comme ceux de Burgess) ou des prismes ou des tubes (comme ceux d’Hägerstrand ou de Pred). Soumises aux interactions sociales et aux stress environnementaux, les trajectoires peuvent dévier, s’allonger et se recomposer. L’image de la corde urbaine rassemble donc les deux formes de mobilité, les deux types d’espaces-temps pourrait-on dire, les associant dans une même structure spatiale : la corde est constituée des choix de localisation résidentielle exercés dans la vie d’un ménage, mais également des destinations de la vie quotidienne.

34Certes, les contraintes structurelles spatiales ne sont pas abolies, mais en regardant ce qui bouge, c’est-à-dire les parcours individuels, la forme urbaine se recompose autrement. Les lieux conservent leur importance, mais apparaissent comme les étapes d’une trajectoire. Ce sont des scènes de la vie quotidienne. Le cadre physique de la ville se transforme au gré des personnes qui s’y investissent et l’animent par leurs mouvements. Les interactions sociales les font vibrer pour poursuivre dans l’analogie des cordes.

35Le moteur de ce mouvement est, à l’échelle quotidienne, la satisfaction des besoins. À une échelle temporelle plus longue, les cycles de vie et les conflits environnementaux affectent la structure des déplacements et la mobilité résidentielle. Les dimensions d’espace, de temps et de milieu (qui sont des facteurs biologiques, habituellement associés à la rationalité du sujet, comme la distance, les coûts, la compétition, incluant les réseaux sociaux et la structure d’opportunités) sont complétées par des dimensions cachées, mentales ou subjectives, d’ailleurs largement présentes dans la littérature : les aspirations, les perceptions, l’intentionnalité personnelle, les représentations, l’image de la ville. Ces dimensions mentales sont à des degrés divers soumises aux forces gravitationnelles et aux effets des interactions sociales. Elles n’en contiennent pas moins une part de liberté. Ces dimensions ne sont révélées que par la parole des personnes appelées à commenter les motifs de leurs déplacements et l’orientation de leurs trajectoires. Donc, la métaphore des cordes contribue à faire apparaître le sujet comme le fil premier de la trame urbaine et à comprendre son expérience de la mobilité comme le produit conjugué des dimensions biologiques (ou physiques) et mentales (ou immatérielles). Par contre, les séries de déplacements individuels et les amas de lieux doivent être tenus pour des formations écologiques. Des sujets partagent, suivant des caractéristiques écologiques à définir, les mêmes repères spatiaux et participent à former des axes ou des systèmes d’événements distribués sur une corde. Il est possible de penser que cette structure possède un poids écologique particulier : l’axe ou la corde est une structure pertinente pour une proportion x de personnes.

36Elle peut contribuer également à illustrer les espaces-temps de la ville, par exemple la crise des quartiers industriels et ouvriers des métropoles nord-américaines, depuis les années 50, s’est soldée par des migrations vers la banlieue, suivant des axes ou biais directionnels, suivant des découpages sociaux par groupes écologiques. Relèvent du même type de découpage, l’arrivée de nouvelles vagues immigrantes et de concentration de populations défavorisées puis, plus récemment, de l’arrivée de ménages issus de la classe moyenne désireux de se rapprocher du centre. Qu’est-ce qui distingue cette approche de l’écologie urbaine classique de l’école de Chicago ? On cherche la structure écologique non pas seulement dans les aires stables, mais également dans la structure de mobilité : les migrations intramétropolitaines sont constituées sur une corde qui n’a de pertinence que pour un groupe ayant des caractéristiques écologiques précises.

37À titre d’exemple, une étude sur l’origine des ménages d’une banlieue de l’est de la région métropolitaine de Montréal, Repentigny, a montré que parmi les ménages issus de la région métropolitaine en excluant ceux dont la dernière résidence était située dans cette municipalité, plus des trois quarts provenaient du centre-est ou de l’est de la ville Montréal (Landry, 2006). En d’autres termes, un faisceau de destinations marquent une orientation de la mobilité résidentielle Est de Montréal / banlieue Est durant la période 1971-2004 : au fur et à mesure de leur avancement social, les francophones de l’Est de Montréal quittent les anciens faubourgs ouvriers et rejoignent des banlieues pavillonnaires de classes moyennes. Si on cherche à étendre l’application de la métaphore des cordes aux métropoles nord-américaines, de grands axes migratoires ont suivi les cycles de vie et les départs vers la banlieue, donnant corps au phénomène de périurbanisation et l’orientant culturellement. Des ménages dépourvus de choix quant à la localisation résidentielle se sont maintenus dans les quartiers centraux, ne parvenant pas à améliorer leur sort. Cette corde brisée de la défavorisation touche des quartiers protégés, au sens établi par Wellman et Leighton (1979), d’ailleurs construits sur des réseaux sociaux et un discours identitaire rassembleur. Ce type de quartier est reconnu comme un lieu de conflit et de crise, davantage sédentaire que mobile, en attente d’une démarche de revitalisation. Il est précisément visé non seulement par les programmes de renouveau urbain, mais également par les différents citadins à la recherche d’une localisation stratégique de proximité et souvent riche sur le plan patrimonial. La gentrification est généralement le signe d’un retour vers le quartier des catégories sociales qui l’ont délaissé par le passé. S’il fait l’objet de retour, si les mouvements sur la corde s’inversent, il redevient un espace de conflit, où se confrontent la population résidante défavorisée et les nouveaux résidants. En somme, sur des temps moyennement longs, le quartier dépeuplé se repeuple et la banlieue en croissance finira par se stabiliser. Certains espaces ne participent pas à ce mouvement de va-et-vient et apparaissent, de ce fait, comme en difficulté. En d’autres cas, des espaces résidentiels apparaissent comme davantage fermés, du moins à faible niveau d’hétérogénéité sociale, occupés par des catégories sociales largement favorisées, physiquement coupés et distants des contextes urbains voisins. Ces espaces vite nommés gated communities ont la particularité de contraindre la mobilité résidentielle en imposant des critères de sélection et de qualification qui en limitent l’entrée. Il y a donc des cordes successionnelles et des cordes brisées. Sur certaines d’entre elles, une partie des flux migratoires peut s’inverser pour marquer le retour de banlieusards vers les quartiers centraux (la corde devient bidirectionnelle). Parmi les secteurs fermés (ou cordes brisées), certains sont bien connectés au flux de mobilité, car habités d’élites urbaines favorisées, motorisées mais repliées sur elles-mêmes. D’autres secteurs paraissent, au contraire, déconnectés des interactions métropolitaines tant leur population possède peu de capital de mobilité.

Tableau 1. Types de cordes urbaines

Tableau 1. Types de cordes urbaines

38Les cordes urbaines possèdent, à l’instar des cordes des sciences physiques qui les ont inspirées, la particularité d’être d’abord des unités de longueur. Dix dimensions recensées expliquent et signifient la mobilité quotidienne et résidentielle des individus présents dans les métropoles. On peut ainsi, par hypothèse, que toutes les métropoles nord-américaines sujettes aux phénomènes d’étalement urbain et de gentrification seraient susceptibles de tester l’application de la métaphore des cordes.

39La proposition de s’inspirer de la physique des cordes s’inscrit dans la longue tradition écologique commencée avec les figures des cercles de croissance et des triangles de mobilité, en tentant de l’accorder avec les patterns de mobilité que sont les senties de vie (prisme d’Hägerstrand ou tube de Pred). En procédant ainsi, se constitue une représentation de la morphologie générale de la métropole fondée sur des axes culturellement tissés par des pratiques sociales et reproduits par les pratiques aménagistes. Ces cordes urbaines se distinguent des tubes et des prismes de la géographie des espaces-temps du fait qu’elles sont non seulement des amas de trajectoires orientées spatialement en raison de l’expérience de chacun et des caractéristiques physiques du milieu, mais aussi qu’elles font aussi appel aux manifestations de conscience, d’intentionnalité et de symbolique partagés par des personnes qui se reconnaissent en ces mêmes lieux. Il faut ajouter que la géographie des espaces-temps est celle des trajets quotidiens : les tubes sont des couloirs qui unissent la résidence, le bureau, l’école ou le supermarché. En définitive, les tubes s’agrègent sur de grands axes qui sont des parcours de vie et que nous appelons des cordes. Nous avons choisi d’offrir une représentation qui pastiche la célèbre figure Harris et d’Ullman (1945), qui intègre les trois figures susceptibles d’entrer dans la conception d’une corde urbaine, soit les anneaux de croissance urbaine de Burgess, les biais directionnels et l’image de la ville ainsi que la géographie des espaces-temps d’Hägerstrand et de Pred (figure 1).

Conclusion

40Revenons à notre question initiale. L’urbanisme postmoderne dispose-t-il d’une capacité de généralisation capable de rendre compte de l’évolution actuelle des métropoles nord-américaines ? S’il ne faut pas minimiser l’importance du vaste corpus de l’école de Los Angeles, au demeurant fort diversifié, que l’on regroupe un peu rapidement sous le chapeau de l’école de Los Angeles, il reste qu’elle ne parvient pas offrir un modèle généralisable de la morphologie métropolitaine, faute probablement d’une conception précise de la mobilité intramétropolitaine. La thèse de la fragmentation métropolitaine n’a de sens, bien qu’il soit vrai qu’elle se vérifie dans bon nombre de régions métropolitaines nord américaines, que si on n’exclut pas les articulations entre les aires sociales et les lieux de résidences et d’activités. À moins de penser que la fragmentation conduise à la formation d’aires fermées, presque en autarcie pourrions-nous dire par extension, il n’est pas concevable d’exclure du modèle les formes et les pratiques de mobilité.

41En confrontant l’école de Chicago et le modèle de Burgess, Michael Dear a déclenché une réflexion, dont il faut reconnaître la pertinence et la portée théorique, mais qui déborde considérablement la constitution des paysages postmodernes reconnaissables dans l’horizon angelino. Cette réflexion qu’il engage sur la forme des métropoles est toutefois confinée à un dialogue avec les premiers textes de l’école de Chicago, et encore sans référer à toute la richesse qu’ils contiennent, tenant à distance un ensemble des propositions que nous avons cherché à rassembler ici. Cela étant, le lecteur aura compris que le pavé lancé par Michael Dear à l’encontre de l’école de Chicago nous a servi de prétexte à un retour global sur ces représentations métropolitaines que trop présentes dans le corpus des études urbaines pour être ainsi oubliées.

42Chemin faisant, il nous est apparu que la richesse de l’écologie urbaine était à bien des égards oblitérée dans les différents modèles de l’urbanisme postmoderne. La question de la forme des métropoles nord-américaines touche en effet des dimensions multiples que nous avons choisi d’aborder sous l’angle de l’analyse des métaphores. C’est pourquoi, face à la question du renouvellement du modèle écologique, nous avons proposé, contrairement à l’école de Los Angeles, de ne se pas démarquer du modèle écologique, mais de le revoir à partir des approches connues de la mobilité résidentielle, en questionnant le lien entre les pratiques de mobilité et les situations, les événements ainsi que les lieux formant la chorégraphie de l’existence des citadins.

43La physique des cordes est ici proposée, dans une perspective métaphorique, afin de nommer ce facteur absent des représentations métropolitaines, notamment celle des anneaux de croissance, dont l’objet est la mobilité des personnes, mais qui ne la montre pas autrement que par la notion de croissance urbaine. Bien loin de proposer d’explorer des avenues jamais balisées, il est plutôt envisagé d’intégrer la perspective des biais directionnels et de la géographie des espaces-temps, pour esquisser un langage métaphorique susceptible de conduire à la formulation d’un paradigme. La métaphore de la corde urbaine devrait permettre de traiter du mouvement de décentralisation, cherchant à supputer de la gravité résiduelle du centre, et des mouvements et des interactions sociales qui se déroulent le long de grands axes reconnus et balisés par des individus dont on peut estimer les structures écologiques. Un tel paradigme à construire pourrait-il contribuer à résoudre le débat sur la forme des métropoles nord-américaines ? Orienté sur les faits individuels, cherchant à comprendre la distribution des lieux, l’orientation des trajectoires et les amas qui en résultent, il prélude à un modèle qui est celui de la métropole décentralisée, voire dispersée, témoin du mouvement vers les franges périurbaines, sans exclure le maintien du poids du centre. L’école de Los Angeles en a certainement pressenti une tendance générale sans parvenir à la représenter correctement puisqu’elle se contente de projeter dans la grille keno les lieux atypiques, prodromes de la postmodernité, sans insister sur les faits de mobilité dans ses représentations graphiques En définitive, les autres écoles, celle du renouvellement des centres-villes, dont Richard Florida (2002) et Terry Clark (et al., 1994) sont des figures de proue bien que ne partageant pas les même arguments, montrent en quoi les scènes urbaines, les interactions sociales vécues sur des espaces recelant une certaine densité, influent sur la mobilité et les choix de localisation. Cela dit, là s’arrête la reconnaissance de l’apport de Florida au renouvellement de la pensée urbaine. On sait, par ailleurs que celui-ci n’accorde pas suffisamment d’attention au phénomène de mobilité intramétropolitaine. Bref, tout est en place pour appeler à l’émergence d’un nouveau paradigme. Cette référence à l’écologie des cordes urbaines pourrait être utile. Encore faudra-t-il la tester plus avant sur un mode empirique.

Haut de page

Bibliographie

Adams, J. S. (1969), « Directional bias in intra-urban migration », Economic Geography, 45, 4, pp. 302-323.

Ascher, F. (2005), « La métaphore est un transport. Des idées sur le mouvement au mouvement des idées », Cahiers Internationaux de Sociologie, 118, pp. 47-54.

Aubusson, P. (2002), « Using metaphor to make sense and build theory in qualitative analysis », The Qualitative Report, 7, 4, consulté en décembre 2005, http://www.nova.edu/ssss/QR/QR7-4/aubusson.html

Banham, R. (1971), Los Angeles : the architecture of four ecologies, Berkeley CA, University of California Press, édition de 2001.

Barnes, T. (2003a), « What’s wrong with American regional science, a view from sciences studies », Congrès de la Canadian Regional Science Association, Victoria, University of Victoria, 31 mai.

Barnes, T. (2003b), « The place of locational analysis: a selective interpretive history », Progess in Human Geography, 27, 1, pp. 69-95.

Barnes, T. (2005), « Metaphor », in R. J. Johnson, The dictionary of Human Geography, Oxford: Blackwell, 4e éd., pp. 499-501.

Berdoulay, V. (1982), « La métaphore organiciste, contribution à l'étude du langage des géographes », Annales de Géographie, 91. 507, pp. 573-586.

Bherer, L. et Sénécal G. (2008) « Metropolitan region », in Hutchison, R. N. Ellin, R. Beauregard et al., Encyclopedia of Urban Studies, Sage Publications, à paraître.

Blumer, H. (1969), Symbolic Interactionnism. Perspective and Method, Englewood Cliffs N.J., Prentice-Hall Inc.

Brown, L. et Holmes, J. (1971), « The intra-urban migrant lifeslines : a spatial view », Demography, 8, 1, pp. 103-122.

Bryman, A. (2004), Disneyization of Society, Thousand Oaks CA, Sage.

Burgess, E. W. (1925a), « La croissance de la ville. Introduction à un projet de recherche », in Joseph, I. et Grefmeyer, Y., L’école de Chicago, naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier Res, coll. Champ urbain, éd. et trad. 1979, pp. 131-147.

Burgess, E. W. (1925b), « Can Neighbourhood Work Have a Scientific Basis ?  », in Park R. E., et Burgess E. W. (éds.), The City, Chicago, University of Chicago Press, éd. 1967, pp. 142-155.

Burgess, E. W. (1927), « The determination of gradients in the growth of the city », Publications of the American Sociological Society, 21, 178-184.

Carrothers. G. (1956), « An Historical Review of the Gravity and Potential Concepts in Human Interactions », Journal of the American Institute of Planners, 22, 94-102.

Clark, T. N. sous la direction (2004), The City as an Entertainment Machine, New York, Elsevier Science.

Clerc, P. et Garel, J. (1998), « La réception du modèle graphique de Burgess dans la géographie française des années cinquante aux années soixante-dix », Cybergéo : Revue européenne de géographie, 58, http://193.55.107.45/EHGO/garel/garel.htm

Davis, M. (1992), City of Quartz: Excavating the Future in Los Angeles, Londres, Verso.

Davis, M. (1999), Ecology of Fear, Los Angeles and the Imagination of Disaster, New York, Vintage Books.

Davis, M. (2004), « The Urbanization of Empire : Megacities and the Law of Chaos », Social Text, 22, 4 81, pp. 9-15.

Dear, M. J. (sous la direction) (2002), From Chicago to L.A., Making Sense of Urban Theory, Thousands Oaks, Sage Publications.

Dear, M. J. et Flusty, S. (2002), « Los Angeles as Postmodern Urbanism », in M. J Dear, sous la direction, From Chicago to L.A., Making Sense of Urban Theory, Thousands Oaks, Sage Publications, pp. 61-84.

Dear, M.J. (2002b), « L.A. School, A Personal Introduction », dans M. Dear, From Chicago to L.A., Making Sense of Urban Theory, Thousands Oaks, Sage Publications, pp. 423-426.

Ellegard, K. (1999), « A time-geographical approach to the study of everyday life of individuals– a challenge of complexity », GeoJournal, 48, pp. 167-175.

Ewing, R. (1997), « Is Los Angeles-Style Sprawl Desirable ? », Journal of American Planning Association, 63, 1, pp. 107-126.

Florida, R. (2002), The Rise of Creative Class, New York, Basic Books.

Fogelson, R. (1993), The Fragmented Metropolis, Berkeley CA, University of California Press.

Giddens, A. (1994), Les conséquences de la modernité, Paris L’Harmattan.

Goffman, E. (1974), Frame analysis, Cambridge, Harvard University Press.

Goffman, E. (1956), La mise en scène de la vie quotidienne, 2 tomes, Paris, Éditions de Minuit, éd. et trad. 1973.

Golledge, R. G. (1978), « Learning about Urban Environments » in Carlstein T., Parker, D. et Thruft, N. J. (sous la direction de), Making Sense of Time, New York, John Wiley and Sons, pp. 76-98.

Gordon, P. et Richardson, H. (1996), « Beyond polycentricity : the dispersed metropolis. (Los Angeles, 1970-1990) », Journal of American Planner Association, 62, 3, pp. 168-173.

Hägerstrand T. (1970), « What about People in Regional Science ? », Papers of the Regional Science Association, 24, pp. 7-21.

Hägerstrand, T. (1975), « Space, Time and Human Condition », in Karlqvist, A. (sous la direction), Dynamic Allocation of Urban Space. Farnborough, Saxon House.

Hägerstrand, T. (1978b), « A Note on the Quality of Life-Times », in Carlstein, T., Parker, D., Thruft, N. J. (sous la direction), Human Activity and Time Geography, New York, John Wiley and Sons, pp. 214-224.

Hägerstrand, T., 1978a, « Survival Arena » in Carlstein, T., Parker, D., Thruft, N. J. (sous la direction), Human Activity and Time Geography, New York, John Wiley and Sons, pp. 122-145.

Harris, C. D. et Ullman, E. L. (1945), « The nature of cities », in Hatt, P. K. et Reiss, A. J. Jr. (sous la direction) Cities and Society : The Revised Reader in Urban Sociology, New York, The Free Press of Glencoe, 3e édition, 1961, pp. 237-247.

Hawkins, S. (2005), Une belle histoire du temps, Paris, Flammarion.

Isard, W. (1960), Methods of Regional Analysis, Cambridge, The M.I.T. Press.

Isard, W. (1971a), « On Relativity Theory and Time-Space Models », Papers of Regional Science Association, 26, 1, pp. 7-24.

Isard, W. (1971b), « Spatial Interaction Analysis : Somme suggestive Thoughts from General Relativity Physics », The Regional Science Association Papers, 27, 1, pp. 17-38.

Isard, W. (1971c), « The Gravity Model, Spatial Interaction Analysis », in Isard, I. (sous la direction), Ecologic-Economic Analysis of regional Development, New York, The Free Press, Chapitre 2.4, pp. 31-36.

Isard, W., 1999, « Regional Science: Parallels from Physics and Chemistry », Papers in Regional Science, 78, pp. 5-20.

Joseph, I. (2003), « École de Chicago », in Lévy J. et Lussault M., (sous la direction), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, pp. 151-153.

Lakoff, G. et Johnson, M. (1980), Metaphors we live by, Chicago, The University of Chicago Press.

Land, K. C. (1969), « Duration of residence and prospective migration », Demography, 6, 2, pp. 133-140.

Landry, J. (2006), La mobilité intra-urbaine dans le corridor de Repentigny vue du registre foncier, Mémoire de maîtrise en études urbaines, Montréal, INRS-Urbanisation, Culture et Société.

Lukermann, F. et Porter, P. W. (1960), « Gravity and Potential Models in Economic Geography », Annals of the Association of America Geographers, 50, 4, pp. 493-504.

McKenzie, R. D.(1925) « L'approche écologique dans l'étude de la communauté humaine », in Joseph, I. et Grefmeyer, Y., L’école de Chicago, naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier Res, coll. Champ urbain, éd. et trad. 1979, pp. 149-165.

McKenzie, R. D. (1933) The Metropolitan Community, New York, Russell & Russel.

Newman, P., Kenworthy, J. (1999), Sustainability and cities : over-coming automobile dependence, Washington D.C., Island Press.

Olson, G. (1973), « Analogs theories and decision making: comments on Walter Isard paper », The Regional Science Association Papers, 27, 1, pp. 39-43.

Park, R. E. (1936), « Succession an Human Ecological Concept », American Sociological Review, 1, 2, pp. 171-179.

Pred, A. (1973), « Urbanisation, domestic planning problems and Swedish geographic research », Progress in  Geography, 5, pp. 3-76.

Pred, A. (1977), « The choreography of existence : comments on Hägerstrand´s time-geography ad its usefulness », Economic Geography, 53, pp. 207-221.

Ricœur, P. (1975), La métaphore vive, Paris, Seuil.

Schmitt, R. (2005), « Systematic Metaphor Analysis as a Method of Qualitative Research », The Qualitative Report, 10 2, pp. 358-394, consulté en décembre 2005, http://www.nova.edu/ssss/QR/QR10-2/schmitt.pdf

Sénécal, G. (2007), « Métaphores et modèles en géographie urbaine : le continuum de l’école de Chicago à celle de Los Angeles », Annales de Géographie, n° 657, 5, pp. 513-532

Soja, E. W. (1989), Postmodern Geographies : The Reassertion of Space in Critical Social Theory, Londres et New York, Verso.

Soja, E. W. (2000), « Fractal city : metropolarities and the restructured social mosaic », dans Postmetropolis, critical studies of cities and region, Oxford, Blackwell, pp. 264-297.

Sorkin, M. sous la direction (1992), Variations on a theme park. The new American city and the end of public space, New York, Hill and Wang.

Speare, A. (1970), « Home ownership, life cycle stage and residential mobility », Demography, 7, 7, pp. 449-458.

Veneziano, G. (2005) Leçon inaugurale, Paris, Collège de France, http://www.college-de-france.fr/default/EN/all/par_ele/index.htm, consulté en juin 2007.

Wellman, B. et Leighton, B. (1979), « Réseau, quartier et communauté », Espaces et Sociétés, 38-39, pp. 111-133.

Whyte, W, F. (1943), Street Corner Society : The Social Structure of an Italian Slum, Chicago, University of Chicago Press.

Wirth, L. (1945), « Human Ecology », American Journal of Sociology, 50, 6, pp. 483-488.

Wirth, L. (1980), Le ghetto, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, © 1925.

Zipf, G. (1946), « The p1p2/ d hypothesis: on the intercity movement of persons », American Sociological Review, 33, 5, pp. 712-722.

Zipf, G. (1949), Human Behavior and the Principle of Least Effort, Cambridge Mass, Addison-Wesley Press.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Types de cordes urbaines
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/2082/img-1.png
Fichier image/png, 23k
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/2082/img-2.png
Fichier image/png, 59k
URL http://metropoles.revues.org/docannexe/image/2082/img-3.png
Fichier image/png, 45k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Sénécal, « L’analyse des métaphores et les modèles de la métropole nord-américaine : débat et proposition », Métropoles [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 17 septembre 2008, consulté le 28 mars 2017. URL : http://metropoles.revues.org/2082

Haut de page

Auteur

Gilles Sénécal

Institut National de la Recherche Scientifique, INRS-Urbanisation, Culture et Société (Université du Québec), 385 rue Sherbrooke, Est, Montréal, QC, Canada, gilles[point]senecal(at)cs[point]inrs[point]ca

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org