Navigation – Plan du site
Recensions

Kazepov Yuri (dir.), Cities of Europe. Changing Contexts, Local Arrangements, and the Challenge to Urban Cohesion

Oxford, Blackwell, 2005, 342 p.
Gilles Pinson

Texte intégral

1Après Cities in Contemporary Europe (Bagnasco, Le Galès, 2000), Governing European Cities (Andersen, van Kempen, 2001) puis European Cities (Le Galès, 2002), Cities of Europe ! En abordant cet ouvrage, on s’étonne d’abord qu’il existe encore des combinaisons possibles pour articuler dans un titre d’ouvrage « villes » et « Europe ». Puis, plus sérieusement on se demande ce que l’on va pouvoir encore apprendre sur les villes européennes.

2Il est un élément qui permet rapidement au lecteur de se rassurer : la forte homogénéité théorique qui unit les contributions. Cette homogénéité s’est forgée dans les réseaux de la revue International Journal of Urban and Regional Research et du Research Committee 21 de l’Association International de Sociologie. Mais elle est aussi liée à l’inscription dans une tradition intellectuelle commune située à la charnière entre sociologie urbaine wébérienne, économie politique comparée et néo-institutionnalisme. Dans la tradition wébérienne, les auteurs réunis ici s’intéressent aux villes comme composantes essentielles des sociétés européennes, lieux de construction des identités et d’intégration sociale, lieux où s’inventent des modes de régulation et de gouvernance (le chapitre théorique de Häussermann et Haila resitue de manière très pédagogique cette approche par rapport aux traditions concurrentes de la sociologie simmelienne, de l’Ecole de Chicago, de l’économie politique urbaine néo-marxiste et des travaux sur les villes globales. Dans la tradition de l’économie politique comparée (Trigilia, 2002 ; Esping-Andersen, 1990), ils sont sensibles à la diversité du capitalisme et des institutions que les sociétés européennes ont inventées pour le réguler. Enfin, dans la tradition du néo-institutionnalisme (Hall, Soskice, 2001), ils se montrent attentifs à la manière dont ces institutions conduisent les sociétés et les villes européennes à absorber de manière très variée les changements récents des modes de productions et le choc de la globalisation. C’est cette triple filiation qui conduit l’ensemble des auteurs à contester les constats, émanant notamment de la géographie radicale et néo-marxiste ou encore des travaux sur les « global cities », d’un alignement mécanique des politiques urbaines européennes sur le modèle américain sous l’effet des transformations du capitalisme et de l’offensive de l’idéologie néolibérale.

3Dans un chapitre introductif, Kazepov s’applique à resituer l’ambition intellectuelle du livre et son fil rouge. Ce dernier pourrait se résumer à la formule suivante « contexts matters » (p. 5). Ce qu’ont en commun les villes européennes, comme la plupart des chapitres de l’ouvrage s’emploie à le montrer, c’est que leurs structures sociales, spatiales et les formes de gouvernance qu’on y repère, n’ont pas évolué selon la même trajectoire que dans les autres villes du monde, et notamment les villes américaines. Pour Kazepov, les villes européennes ont été confrontées aux mêmes pressions que les autres villes du monde : transformation des systèmes productifs, recomposition de l’Etat national et de ses politiques publiques, pressions sur les Etats-Providence, tendance à la décentralisation et à la privatisation, etc. Dans bon nombre de pays, ces pressions ont débouché sur la réduction drastique des programmes de welfare nationaux et locaux, l’accroissement des inégalités sociales, la dualisation des marchés du travail et la privatisation des services urbains, etc. Tous ces phénomènes ont eu un fort impact sur les villes et leurs structure socio-spatiale : accroissement des contrastes entre quartiers, marginalisation des catégories populaires et des minorités ethniques, ségrégation et parfois sécessions des populations favorisées. Toutefois, si elles ne sont pas épargnées par les contradictions socio-spatiales croissantes, les villes européennes semblent avoir mieux résisté à ces évolutions. Pour Kazepov, cette résistance est dû au « contexte », autrement dit aux systèmes institutionnels dans lesquelles les villes européennes sont enchâssées et qui leur a permis de « métaboliser » (p. 32) ces pressions et de les rendre compatibles avec le maintien de certaines formes de solidarité socio-spatiale. Ces systèmes institutionnels comprennent à la fois des éléments qui relèvent des contextes stato-nationaux et des contextes locaux. L’Europe se caractérise par le rôle important qu’a eu l’Etat dans l’organisation du développement capitaliste et dans la régulation de ses contradictions, au travers de la mise en place des Etats-Providence. Aujourd’hui, la résistance des mécanismes de redistribution et d’une forte présence des services et des emplois publics protègent encore les villes européennes du développement de contrastes socio-spatiaux qui touchent les villes américaines ou du monde émergent. L’importance du rôle historique de l’Etat a aussi légué aux villes européennes une prééminence du politique qu’on ne retrouve guère ailleurs et qui se traduit encore aujourd’hui par la légitimité dont jouissent, par exemple, la planification urbaine ou encore l’intervention publique dans la régulation du marché du logement. Les contextes locaux, leur stabilité historique et leur épaisseur sociale et culturelle, constituent l’autre élément des systèmes institutionnels qui métabolisent l’impact des transformations structurelles. Leur prégnance explique pourquoi les villes européennes sont différentes de leurs homologues américaines mais également pourquoi, malgré leurs points communs, elles présentent également entre elles de fortes différences.

4Le particularisme fort de la trajectoire des villes et des politiques urbaines européennes peut être repéré au travers de deux ensembles de phénomènes que l’on retrouve dans plusieurs contributions et sur lesquels nous nous concentrerons ici : la morphologie socio-spatiale des villes européennes d’une part ; les formes de structuration et de régulation des conflits socio-politiques d’autre part.

5Une grande partie des chapitres empiriques qui constituent le corps de l’ouvrage est consacrée à l’évolution de la morphologie socio-spatiale des villes européennes et à la manière dont cette évolution met en crise les systèmes de welfare mis en place au lendemain de la seconde guerre mondiale. Mingione indique que, partout en Europe, les deux piliers institutionnels sur lesquels reposaient les welfare européens –l’emploi stable, la famille mono-nucléaire- se sont effrités du fait du chômage de masse, de la précarité et de la différenciation des formes d’organisation familiale. Les filets de protection nationaux sont mis à l’épreuve mais des arrangements locaux participent aujourd’hui à les compléter. Pour Musterd et Ostendorf, si les transformations du capitalisme ont engendré dans les sociétés européennes des phénomènes d’exclusion qui se concrétisent spatialement par l’apparition de quartiers de relégation, il importe de rappeler que ces phénomènes de relégation socio-spatiale n’ont rien à voir avec l’ampleur des phénomènes de ségrégation et de ghettoïsation qui touchent les villes américaines. La différence tient au rôle fort des pouvoirs publics dans les politiques urbaines et notamment dans la production du logement. Cette intervention publique introduit un hiatus entre le statut socio-économique des individus et des groupes et leur position dans la ville et le parc du logement. Cette dernière n’est jamais le pur reflet de la situation socio-économique des individus, ce qui contribue largement à atténuer les phénomènes de ségrégation. Toutefois, comme l’indique Van Kempen dans son chapitre sur les populations immigrées, les politiques publiques du logement étant très variables d’un pays à l’autre en Europe, toutes les villes européennes ne sont pas vaccinées au même degré contre les phénomènes de ségrégation.

6Le livre propose ainsi un premier ensemble de chapitres qui sont unis par un même argument : les villes européennes sont encore fortement arrimées aux systèmes nationaux de welfare qui offrent des mécanismes de redistribution. L’intervention des pouvoirs publics dans la régulation de la fabrication de la ville et des formes de localisation des groupes et y est non seulement légitime mais plébiscitée par une majorité encore consistante, même si, selon Le Galès, les pressions très fortes à la compétition rendent la comparaison des villes européennes avec les villes américaines et les formes de « civic boosterism » qui les animent de plus en plus pertinente. Là où les politiques nationales de protection nationale se sont développées de manière incomplète, comme dans les pays du Sud de l’Europe (objets des chapitres de Morlicchio et de Garcia), on voit les villes prendre aujourd’hui le relais d’un Etat central défaillant en matière sociale. Ce qui débouche sur le développement de forts contrastes au sein de ces pays entre les niveaux de protection que sont capable de fournir les welfares urbains.

7Une autre série de contributions s’intéresse à la manière dont se structurent, s’expriment et se régulent les conflits socio-politiques dans les villes européennes. Ici aussi, on voit une évolution qui n’est pas sans faire penser à la situation américaine. Martinotti montre ainsi que dans la ville européenne traditionnelle, les principaux groupes sociaux qui s’opposent dans la politique urbaine –les habitants et les élites économiques- vivent en coprésence dans la ville. Les conflits qui les opposent se structurent et se régulent à l’échelle de la ville. Dans les métropoles européennes contemporaines, ces groupes ne sont plus co-présents. Les habitants partagent la ville avec trois autres groupes, les « commuters », les « city users » et les élites économiques mondialisées. Si des conflits d’usage opposent en permanence ces différents groupes, les villes peinent toutefois à offrir des espaces où ces conflits puissent prospérer et être régulés. Kesteloot, en reprenant les termes de Donzelot et Jaillet, parle de risque important de voir les villes européennes passer d’un modèle d’organisation spatiale dit de la ville dramatique à celui de la ville topologique. La « ville dramatique » est une configuration dans laquelle les conflits sociopolitiques peuvent se structurer dans un même espace public à l’échelle de la ville car, même si les groupes sociaux sont ségrégés dans la ville, ils n’en restent pas moins co-présents, se confrontent dans la pratique quotidienne des mêmes espaces. La « ville topologique » est une configuration dans laquelle la confrontation physique a laissé la place à une distanciation croissante entre les groupes (qui s’exprime notamment par les « gated communities » ou la « edge city » d’un côté et les « hyperghettos » de pauvres de l’autre). Le conflit social a laissé la place à la violence, celle de la petite criminalité ou celle des émeutes. Sennett insiste, quant à lui, sur la difficulté croissante à « fixer » les conflits dans les villes du fait, notamment, de l’émergence d’une élite économique qui agit sur la ville –y construit, y investit et y consomme- mais sans vouloir la gouverner. Emerge alors « un régime de pouvoir sans responsabilité » (118) dans lequel les élites se replient dans des « enclaves globales » -comme Canary Wharf à Londres- mais désertent les arcanes du pouvoir municipal et les conseils d’administration des hôpitaux et des universités. On est loin des élites urbaines qu’Asa Briggs décrivait dans Victorian Cities (1963).

8Pour Kesteloot, si cette situation « à l’américaine » n’est pas encore généralisée à toutes les villes européennes, elle n’en constitue pas moins une voie d’évolution possible. Elle montre en tout cas que l’évolution des configurations spatiales urbaines oblige à ne plus penser le conflit social uniquement en termes de luttes de classes. La distanciation spatiale qui s’est créée dans les dernières décennies autorise à parler de luttes entre groupes socio-spatiaux. Toutefois, il existe des conditions propres aux villes européennes qui peuvent leur permettre d’échapper au scénario de la ville topologique. Ces conditions, ce sont d’abord la légitimité et l’importance de l’intervention publique déjà mentionnées, mais c’est aussi la présence encore importante dans les quartiers centraux des villes européennes –les plus convoités- des groupes sociaux les plus fragiles. Cette position physiquement centrale ajoutée aux alliances qu’ils peuvent constituer avec d’autres groupes, notamment les classes moyennes qui n’ont pas pu ou pas voulu migrer vers les banlieues, rendent ces groupes moins vulnérables que leur homologues américains. Ces classes moyennes, que Simon appelle les « multiculturels » dans son chapitre sur Belleville, contribuent certes à la gentrification des quartiers centraux et à en faire partir une partie de la population pauvre, mais ils participent aussi à structurer l’expression politique des groupes sociaux vulnérables –minorités ethniques, classe ouvrière précarisée- que les partis ont abandonné et que les politiques urbaines menacent. Il y là aussi une particularité européenne.

Haut de page

Bibliographie

Andersen H.T., van Kempen R. (eds) (2001), Governing European Cities : Social Fragmentation, Social Exclusion and Urban Governance, Aldershot, Ashgate.

Bagnasco A., Le Galès P. (eds) (2000), Cities in Contemporary Europe, Cambridge, Cambridge University Press (éd. originale : Bagnasco A., Le Galès P. (dir.) (1997), Villes en Europe, Paris, La Découverte.

Briggs A. (1963), Victorian Cities, Londres, Odhams Press.

Esping-Andersen G. (1990), The Three Worlds of Welfare Capitalism, Cambridge, Polity Press.

Hall P., Soskice D. (eds) (2001), Varieties of Capitalism : The Institutional Foundations of Comparative Advantage, Oxford, Oxford University Press.

Le Galès P. (2002), European Cities : Social Conflict and Governance, Oxford, Oxford University Press.

Trigilia C. (2002), Sociologie économique, Paris, Armand Colin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Pinson, « Kazepov Yuri (dir.), Cities of Europe. Changing Contexts, Local Arrangements, and the Challenge to Urban Cohesion », Métropoles [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 25 septembre 2008, consulté le 28 mars 2017. URL : http://metropoles.revues.org/1962

Haut de page

Auteur

Gilles Pinson

Maître de conférences, Université Jean-Monnet, Saint-Etienne, gilles[point]pinson(at)free[point]fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org