Navigation – Plan du site
Recensions

Romain Garbaye, Getting Into Local Power. The Politics of Ethnic Minorities in British and French Cities

Blackwell Publishing, 2005.
Didier Chabanet

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, l'auteur analyse dans une perspective comparative la façon dont les immigrés s'intègrent et participent politiquement en France et en Grande-Bretagne, en s’intéressant à la situation de trois villes : Birmingham, Lille et Roubaix1. Son étude couvre principalement les années 1980 à 2001, les événements du 11 septembre et le début de la guerre en Irak, modifiant radicalement, en tout cas en Grande-Bretagne, les conditions d’engagement politique des groupes d’origine étrangère, en particulier lorsqu’ils sont musulmans. Issu d’une thèse soutenue à l’Université d’Oxford, le travail de Romain Garbaye est parfaitement maîtrisé et s’est d’ailleurs vu décerner le prix 2006 du meilleur livre sur la politique locale de l’American Political Science Association ainsi que le prix de la recherche 2006 de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur / Association Française d’Etudes Américaines.

2D’emblée, l'auteur expose pièces après pièces et avec une rigueur exemplaire les éléments de sa démarche, présentant de façon très fine son champ d'investigation, ses hypothèses, ses concepts et finalement son cadre analytique. Ce faisant, il évite de succomber à toute simplification abusive, qui aurait par exemple consisté à opposer de façon convenue et quelque peu trompeuse des modèles d'intégration nationaux différents. Romain Garbaye montre certes que la participation politique des immigrés est le produit des normes légales de la citoyenneté et de la nationalité, qui orientent les conditions d'intégration des immigrés, mais aussi des systèmes de partis et de l'organisation politique locale, qui reste le lieu privilégié où l’ensemble de ces éléments s'incarnent. En ce sens, son travail pourrait s'inscrire dans la tradition de l'école de Chicago, faisant de la ville et plus largement de l’espace urbain le creuset dans lequel se joue et se concrétise un ensemble de pratiques politiques spécifiques, contraintes en partie seulement par le contexte national. L’auteur préfère cependant se revendiquer de l'institutionnalisme historique américain, qui lui permet d'étudier au niveau local les interactions entre l’Etat, les partis politiques et les modes de représentation. Quelle que soit l’Ecole à laquelle elle se rattache, la démarche de Romain Garbaye vaut à la fois par sa rigueur et son pragmatisme, emboîtant parfaitement les dimensions explicatives (nationales, locales, politiques, historiques, culturelles, etc.) et soumettant en permanence les réflexions théoriques à une vérification empirique exigeante. Elle ne sacrifie donc rien à la multiplicité du réel et échappe admirablement aux stéréotypes qui polluent trop souvent les réflexions sur l’immigration et/ou l’intégration, surtout lorsqu’elles se veulent comparatives.

3Dans l'ensemble, il ressort que les groupes immigrés à Birmingham ont acquis une visibilité, une représentation et, plus encore, une reconnaissance politique beaucoup plus importante qu'à Lille, tandis que la ville de Roubaix se différencie sensiblement de cette dernière malgré sa proximité géographique. Ce seul constat montre bien l’influence déterminante de la localité et l'impossibilité à s'en tenir aux seules caractéristiques nationales comme variables explicatives, la situation de Roubaix semblant à bien des égards plus proche de Birmingham que de Lille. Dans les trois cas, l’auteur met à jour des configurations locales relativement stabilisées, inscrites dans une historicité particulière, qui sont le fruit d’interactions plus ou moins consensuelles ou au contraire conflictuelles entre responsables politiques locaux et groupes immigrés. Parmi ces derniers, il n’oublie pas de distinguer des habitus politiques particuliers en fonction de l’origine, qui peuvent contribuer à expliquer des niveaux de participation différents, le Maroc et l'Algérie par exemple, qui constitue l’essentiel de l'immigration française, ayant une tradition démocratique faible, contrairement à l'immigration indienne, pakistanaise ou asiatique, qui compose la plus grande partie de l'immigration britannique.

4En Grande-Bretagne, les immigrés disposent de la nationalité britannique, ce qui légitime leur présence et favorise les conditions de leur existence politique. Ce contexte ne semble cependant avoir joué à Birmingham qu’à partir du moment où la municipalité est passée d'une relative indifférence à la question immigrée, qui prédomine jusqu'aux années 1970, à une attitude pro-active au début des années 1980. C'est notamment à travers la mise en place de dispositifs tournés vers la lutte contre les discriminations raciales que les responsables travaillistes de la Ville ont encouragé la constitution d'une élite immigrée, progressivement intégrée au système politique local. Romain Garbaye identifie à cet égard trois formes d’association plus ou moins chronologiques, la première correspondant à une situation de patronage, dans laquelle les immigrés négocient le soutien des responsables politiques locaux en échange d'une lutte contre l’opposition conservatrice, la seconde à la constitution d’alliances et à une participation plus active autour des questions d'égalité, la dernière à une ethnicisation des catégories de l'action publique, qui permet aux groupes immigrés de s'inscrire durablement dans les réseaux travaillistes pour faire valoir leur propre représentation. En se saisissant des revendications liées à l’origine, en particulier au niveau local, le parti travailliste donne donc une traduction et même une reconnaissance politique à ces questions, qui constituent en retour une incitation forte à l’engagement des immigrés. Dans ce contexte, même les phases de restriction migratoires s'accompagnent de la mise en œuvre de politiques spécifiques d'intégration pour les populations d’origine étrangère qui sont déjà installées sur le territoire. Il ne s’agit pas pour autant d’une marche inexorable vers plus de participation politique, d’une part parce que la cause immigrée restant étroitement tributaire de la ligne de conduite du parti travailliste et de ses succès électoraux, d’autre part parce que le niveau d’engagement diffère fortement d'un groupe à l'autre. Celui de la communauté pakistanaise est ainsi traditionnellement fort et se traduit même aujourd’hui par des velléités d’autonomie à l’égard du parti travailliste, le soutien de Tony Blair à la guerre en Irak accélérant cette tendance.

5Le contraste avec la situation lilloise est pour le moins saisissant. Dans ce cas, la Mairie s'oppose en effet vigoureusement à l’organisation et à la structuration politiques des immigrés. Romain Garbaye décortique par le menu une stratégie de municipalisation des activités associatives, qui vise non seulement à empêcher la formation de groupes contestataires, mais également à exclure du débat public les questions liées à l’origine ethnique. On voit bien en l'occurrence comment l’idéologie républicaine est relayée au niveau local, sous l’influence de la puissante fédération socialiste, tenue par Pierre Mauroy, ancien Premier Ministre, longtemps Maire de la ville et cacique du PS. L’un des grands mérites du livre consiste ici à analyser les effets pratiques du « modèle français d’intégration » - dont on aime tant à célébrer la portée universaliste et la capacité d’inclusion - qui produit pourtant à Lille des effets strictement inverses à ceux proclamés, bannissant les migrants de la « communauté des citoyens » au motif qu’ils ne sont pas français et ne disposent pas du droit de vote. L’enjeu est évidemment sensible, un certain nombre de personnalités politiques ou scientifiques défendant au contraire les vertus du modèle français, qui rejette dans la sphère privé les signes d’appartenance communautaire et accorde formellement les mêmes droits politiques à tous ceux qui acquièrent la nationalité. Romain Garbaye contribue à alimenter ce débat, non pas sous un angle normatif, voire dogmatique, ou encore polémique, mais en analysant concrètement les incidences de ce système sur la participation des immigrés au niveau local. Il met en exergue leur invisibilité politique, leur présence étant même considérée comme temporaire par les pouvoirs publics jusqu'au début des années 1980. Pendant très longtemps, l'intégration des immigrés a ainsi été confinée au domaine social et confiée à des agences spécialisées dans ce domaine. En France, la politisation de la question immigrée a finalement été due à la percée du Front National, à la suite des élections municipales de Dreux en 1982. Face à la montée de l'extrême-droite, l'ensemble de la classe politique et en particulier les partis de gouvernement n'ont pu répondre aux demandes des populations issues de l'immigration qu'en réaffirmant la prégnance des valeurs républicaines, n'apportant aucune réponse satisfaisante au besoin de reconnaissance et de participation des immigrés, notamment dans les grandes métropoles urbaines. A Lille comme dans beaucoup d’autres villes, la menace du Front National a pesé sur les élites socialistes, qui se sont opposées à la prise en compte des droits des minorités et à leurs revendications. Cette stratégie s'est avérée désastreuse, se traduisant par l’adoption d'un code de la nationalité plus restrictif, la promesse non tenue du droit de vote des immigrés aux élections locales et, plus généralement, une désillusion terrible du mouvement Beur et des immigrés dans les quartiers déshérités à l’égard de la gauche de gouvernement.

6A partir du cas lillois, l’auteur livre une analyse extrêmement percutante des déboires actuels du parti socialiste, qui s'est considérablement détourné des couches populaires, en particulier immigrées. Il est à cet égard cocasse que les socialistes français puissent reprocher aux travaillistes britanniques d'incarner une dérive centriste, alors même que 63% des maires socialistes dans les années 1980 étaient des enseignants, attestant d’un embourgeoisement bien supérieur à celui qu’a connu le parti de Tony Blair. Même si ce dernier s’est lui aussi rapproché des classes moyennes intégrées, l’évolution a été à la fois plus tardive et moins brutale, ne le coupant pas des immigrés dont il se préoccupe toujours tant au niveau national que local au travers des dispositifs de lutte contre la discrimination.

7L’exemple de Lille souligne le rôle que les partis politiques peuvent jouer non pas pour développer la démocratie locale, comme ce devrait être le cas, mais pour l’entraver. C'est d’ailleurs bien parce qu'ils sont faibles et éclatés à Roubaix que les populations d’origine étrangère ont trouvé en l’espèce davantage d’espaces d'expression et de reconnaissance autonomes, s'inscrivant sur les listes électorales et parvenant même à devenir dans certains cas conseillers municipaux. Pourtant voisine de la métropole lilloise, Roubaix se caractérise par une configuration politique beaucoup plus évolutive et incertaine, en un mot pluraliste, soumise au jeu des alternances, qui ouvre des perspectives d'action plus importantes pour les acteurs de la société civile. Les réseaux de sociabilité locaux sont donc moins inféodés aux édiles municipaux et ont laissé aux immigrés une représentation significative aux élections municipales de 1989 et 1995.

8Au final, Romain Garbaye bouscule utilement un certain nombre d'idées préconçues, pour ne pas dire fausses. Pour le lecteur français, la démonstration est particulièrement décapante. L'auteur montre ainsi que même dans un pays réputé centralisé comme la France, les phénomènes politiques sont fortement ancrés territorialement et connaissent des changements significatifs d'une ville à l'autre. A partir de l'exemple lillois, il souligne également que la capacité d'intégration du modèle français est limitée en pratique et se transforme parfois en machine à exclure. Les jeunes issus de l'immigration ont ainsi aujourd’hui presque tous le droit de vote puisqu'ils sont français ; or, ils restent encore très largement sous-représentés politiquement au niveau local. C'est donc bien que les mécanismes d'ostracisme à l'œuvre ne sont pas uniquement liés à la question des droits civiques et se prolongent bien après leur obtention. Par contraste, l’intégration politique des immigrés en Grande-Bretagne au niveau local est bien plus avancée, à tel point que la représentation de la population asiatique - Pakistanais compris - dans les conseils municipaux est dans certaines villes proportionnelle à leur taille dans la population. Le profil des conseillers municipaux issus de l'immigration est aussi différent, ceux britanniques ayant une trajectoire et une socialisation militantes plus affirmées que leurs homologues français, qui se présentent généralement comme des personnalités locales peu affiliées et aguerries politiquement. Romain Garbaye note cependant à juste titre que l’intégration des immigrés semble suivre des voies de plus en plus parallèles dans les deux pays, avec une montée des politiques assimilationnistes en Grande-Bretagne et, inversement, une acceptation grandissante des politiques communautaristes en France, comme l’indique la création fin 2004 d’une Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et l'Exclusion. Cette évolution, qu’il évoque sans vraiment avoir la possibilité de l’approfondir, suggère que la France et la Grande-Bretagne sont confrontées aux limites de leurs cadres traditionnels d’intégration et sont à la recherche de solutions pragmatiques leur permettant d’accéder aux revendications des populations issues de l'immigration, en particulier parmi les jeunes générations. Dans le cas de la France, une telle perspective impliquerait sans doute d'autoriser dans l’espace public et plus encore sur l’échiquier politique des formes d'expression et des demandes que l’on qualifie généralement de communautaires. Dans le cas de la Grande-Bretagne, il s'agirait plutôt d'accepter l'existence des immigrés non pas tant en tant que groupes distincts, dotés de prérogatives spécifiques, mais comme des individus désireux d'être considérés en tant que tels dans leurs droits universels2.

9Comme tous les ouvrages importants, celui de Romain Garbaye esquisse une multitude de pistes de réflexion et de prolongements possibles. En ce sens, on aimerait d'abord en conseiller la lecture à tous les spécialistes des « structures d’opportunités politiques ». Sans jamais se revendiquer de ce paradigme, l’auteur participe en effet de façon très stimulante à la fois à l’opérationnalisation et au renouvellement d’un concept très largement utilisé dans l’analyse des mouvements sociaux, mais trop souvent de façon mécanique et quelque peu désincarnée. On voudrait ensuite se demander pourquoi les villes anglaises en général et Birmingham en particulier ont connu à plusieurs reprises des émeutes raciales aussi fortes, sans doute plus violentes que celles qui ont éclatées en France, alors même que les mécanismes de la représentation politique sont ouverts à l'expression des revendications communautaires. Sur ce terrain, Romain Garbaye aurait pu avancer quelques hypothèses qui lui auraient permis d’aller plus loin dans la comparaison et d'interroger notamment les effets de la participation politique des immigrés au niveau local dans les deux pays. On suggèrera par là que l’auteur ait pu excessivement valoriser la situation politique des immigrés outre-manche, en dissociant complètement cette question des conditions d'intégration économiques et sociales, sans doute plus aggravées dans les cités déshéritées de Birmingham qu’à Lille ou Roubaix.

10En marge du livre de Romain Garbaye et en soulignant encore une fois l’excellence de son travail, on s’étonnera pour terminer du faible impact que celui-ci a reçu en France, tant au sein de la communauté des politologues ou des sociologues que dans l’espace public en général. Il est très dommage - mais sans doute révélateur de la qualité du débat scientifique et politique - qu’une recherche aussi achevée, portant sur un sujet d'intérêt général, n’ai reçu la gratification qu’il mérite que de deux institutions, l’une étrangère, l’autre dont la renommée reste confidentielle, alors même qu'en la matière une quantité d’ouvrages moins aboutis ont connu des succès d’audience significatifs.

Haut de page

Notes

1 Les indicateurs étudiés sont très précis et portent généralement sur le niveau et les conditions d'engagement des personnes issues de l'immigration à une élection municipale.
2 Pour une analyse stimulante, cf. Didier Lapeyronnie, La France et la Grande-Bretagne face à leurs immigrés, Paris, Presses Universitaires de France, 1993.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Chabanet, « Romain Garbaye, Getting Into Local Power. The Politics of Ethnic Minorities in British and French Cities », Métropoles [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 17 septembre 2008, consulté le 27 mars 2017. URL : http://metropoles.revues.org/1932

Haut de page

Auteur

Didier Chabanet

Chercheur à Triangle - Ecole Normale Supérieure de Lyon (Lettres & Sciences Humaines), didierchabanet(at)hotmail[point]com

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org