Navigation – Plan du site
Articles

Entre ville et campagne, le difficile équilibre des périurbaines lointaines

Nathalie Ortar

Résumés

Le périurbain attire des familles composées de ménages bi-actifs avec des enfants généralement en bas âge au moment de l’installation. Cet éloignement se traduit par des installations dans des zones qui, jusqu’à présent, étaient qualifiées de rurales.L’enquête a révélé la nécessité d’étudier la situation des épouses en raison du caractère récurrent des difficultés dont elles faisaient état pour se maintenir en emploi ou avoir accès à un emploi choisi. Au cours de cet article nous examinons donc la situation professionnelle des femmes résidant dans ces zones, ainsi que les contraintes que posent pour elles les modes de garde proposés dans ces communes de même que leur mobilité géographique quotidienne.

Suburbs attract bi-actives households with young children. Those couples are settled farther and farther in the countryside. The investigation brought to light the need to study women’s situation the situation because of the reported difficulties to remain in employment. This article is therefore about women’s work situation, as well as work/life balance.

Haut de page

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

1Le périurbain attire des familles composées de ménages bi-actifs avec des enfants généralement en bas âge au moment de l’installation (Berger, 2004). Tandis que les familles les plus aisées restent à proximité des villes sauf pour quelques biens particuliers (Dodier, 2007), les autres sont reléguées de plus en plus loin (Berger, 2004 ; Sencébé, Lepicier, 2007), dans des zones où les prix restent relativement bas en comparaison de ceux des villes. Cet éloignement se traduit par des installations dans des zones qui, jusqu’à présent, étaient qualifiées de rurales.

2La recherche portait sur les raisons de l’établissement de couples bi-actifs lors de leur arrivée et ayant des enfants1, et les modes de vie adoptés2 dans ces zones périurbaines définies selon le sens classique du terme ou plus éloignées. La recherche a permis de relever que le périurbain lointain ou, plus précisément, ce que Martin Vanier qualifie de tiers espace (2003) -c’est-à-dire un espace ni urbain ni rural mais qui est pris dans « un processus suffisamment durable pour qu’on y reconnaisse une unité de situations » (2003 : 83)-, est porteur de particularités, notamment en ce qui concerne la situation des femmes. En effet, au cours de l’enquête, puis lors de l’analyse des entretiens, la situation des épouses est apparue nécessiter une analyse en soi en raison du caractère récurrent des difficultés dont elles faisaient état pour se maintenir en emploi ou avoir accès à un emploi choisi, situation qui contrastait fortement avec celle analysée par Luc Bossuet au même moment sur ses terrains d’enquête périurbanisés depuis plus longtemps et biens équipés en services d’accueil à la petite enfance.

3Cette analyse est apparue d’autant plus pertinente que l’essentiel des données disponibles sur les modalités d’organisation des temps familiaux et professionnels des femmes vivant en zone périurbaine porte sur la région parisienne (Berger, 2004), c’est-à-dire un contexte géographique et socio-professionnel très différent de celui étudié dans cet article. Les autres données produites sont plus partielles : ainsi, Lionel Rougé dans son étude sur les ménages modestes du périurbain toulousain fait état des difficultés matérielles de ces familles ainsi que des difficultés rencontrées par les femmes à exercer une profession en raison de l’éloignement des lotissements (2007). Guy Baudelle et ali (2004) notent, à l’instar de Daniel Pinson et Sandra Thomann (2001), l’organisation tendue des déplacements des mères de famille, mais l’ensemble des modalités ne sont pas analysées en tant que telles.

Clans, Chavannes et Montauroux : trois terrains d’enquête

4Le but de la recherche était notamment l’analyse de l’incidence des navettes domicile/travail sur l’activité professionnelle. Cette recherche s’appuyait sur le fait que la périurbanisation apparaît liée à un choix de couple pour mettre en conformité un projet de vie familiale et un logement et non nécessairement comme un désir de campagne, fait que relève également Rodolphe Dodier dans ses recherches sur des espaces plus lointains du périurbain (2007).

5Une dizaine d’entretiens ont été réalisés par terrain d’enquête auprès d’élus locaux et d’habitants non élus répondants à nos critères de recherche. Le but de ces entretiens était d’explorer une variété de situations sociales et professionnelles et non d’obtenir un reflet statistique. Un au moins des conjoints devait être interrogé et il s’est avéré que ce sont essentiellement des femmes qui ont répondu favorablement à la recherche. Ces entretiens ont été complétés par des observations et des entretiens longitudinaux à Chavannes.

6Montauroux, 4 017 habitants, se situe dans le département du Var à une quarantaine de kilomètres de Nice par autoroute ; Clans, 532 habitants, se situe à la même distance de Nice mais par des routes de montagne ; Chavannes-sur-Suran, 485 habitants, se situe dans l’Ain entre Bourg-en-Bresse, Oyonnax et Nantua et à une heure de route de Mâcon. Les communes sont donc situées dans des milieux géographiques différents mais aussi avec des histoires de peuplement qui varient fortement d’un cas  à l’autre. Montauroux est la figure la plus « classiquement » périurbaine. La construction des lotissements a débuté à la fin des années 1970. Clans et Chavannes étaient à cette époque des villages sinistrés par l’exode rural et il a fallu attendre la fin des années 1980 pour Chavannes et le début des années 1990 dans le cas de Clans pour que leur population progresse de nouveau avec l’arrivée de jeunes familles dont les conjoints travaillent dans les agglomérations voisines. Ces arrivées ont été accompagnées d’une rénovation de l’habitat ancien, de la création de lotissements et d’un habitat individuel disséminé.

7Dans les trois communes, l'accès aux services destinés à l'enfance diffère : il existe des crèches à Montauroux, de même que des nourrices agréées et des services périscolaires, tandis qu’aucun service n’est présent à Clans, hormis la cantine. Dans aucun des villages n’existe de modes de garde municipaux pour le mercredi, jour chômé pour les enfants en France. De même, seule la commune de Montauroux propose un accueil des enfants lors des vacances scolaires.

8Ces communes sont desservies au mieux par un à deux bus par jour en direction du bourg le plus proche : Bourg-en-Bresse pour Chavannes et Saint-Raphaël pour Montauroux, Clans n’étant desservi qu’une fois par semaine en direction de Nice. Pour travailler ou simplement sortir de chez soi, la voiture s’avère être d’un usage indispensable. Les temps de navettes, toutes réalisées en voiture, oscillent entre une à deux heures par jour pour chacun des conjoints au moment de l’installation. Chavannes est le lieu de la plus grande proximité géographique avec les lieux d’emploi : Bourg est à vingt minutes, une demi-heure de route selon les lieux, Oyonnax se situe également à trois-quarts d’heure de route. Les plus grands trajets sont effectués par ceux qui travaillent à Mâcon ou en région lyonnaise, situés à une heure de route.

9La population se décline en quatre grands groupes. En effet, un premier constat qui s’impose tient à la grande diversité des situations rencontrées et donc des motifs d’installation. Entre les personnes qui ont choisi leur lieu d’habitation, celles qui ont réalisé un demi-choix et celles qui n’ont pas eu d’autre option, les écarts sont grands.

10Les personnes arrivées « par hasard » vivent dans les HLM et les petits logements du centre des villages. Ils sont locataires. Il s’agit majoritairement d’immigrés et de personnes où l’un au moins des conjoints occupe un emploi précaire ou ne travaille plus. L’arrivée est dictée soit par la localisation de l’emploi de l’homme, soit par le jeu des attributions des appartements HLM dans les Alpes Maritimes, choix sur lequel les individus n’ont aucune prise. Aucun désir particulier de campagne n’est à l’origine de ces installations.

11Le deuxième groupe de personnes est constitué par des familles qui n’ont pas réellement cherché à vivre aussi loin des villes. Leur installation est plus le fruit d’une suite de circonstances que d’une réelle volonté. Ce groupe dispose de faibles revenus. Ce sont des ouvriers dont les conjointes occupent des emplois déqualifiés, emplois dont le profil a fortement évolué depuis leur formation initiale. L’installation définitive, concrétisée par un achat, s’effectue à la suite de la découverte par le réseau de relations d’un logement en mauvais état à vendre à un prix jugé extrêmement intéressant ou d’un terrain à bâtir. La contre partie est l’importance des travaux à réaliser et l’obligation de vivre une période de transition nécessairement inconfortable.

12Le troisième groupe est constitué par les classes moyennes : ces personnes disposent de revenus suffisants pour pouvoir acheter mais insuffisants toutefois pour pouvoir acheter le bien désiré -une maison dotée d’une grande surface habitable- là où ils souhaitent précisément habiter. Plutôt que de céder sur la taille du logement, la concession s’effectue sur la localisation, plus éloignée que prévue initialement. L’habitat récent est également préféré à de l’ancien.

13Le quatrième groupe enfin est celui pour lequel il y a adéquation entre le choix de la localisation et le type de logement. Cette population présente un profil particulier : nombre de ces personnes ont déjà vécu ou séjourné dans la commune d’élection soit de façon permanente soit en résidence secondaire. Ce choix correspond de plus à un choix de vie qui se concrétise notamment par l’accès à un type d’aménités et de sociabilité particuliers. Ce sont essentiellement des personnes issues des classes moyennes, supérieures, qui arrivent porteuses de projets de vie communale. Elles s’investissent plus que les autres dans la vie associative dont elles considèrent l’existence comme essentielle pour la vie des communes. La majeure partie de ces personnes habitent de préférence dans du bâti ancien. Ce profil un peu particulier de population se retrouve essentiellement à Clans et dans le village de Montauroux. L’impulsion donnée par ces personnes est décisive.

La situation professionnelle des femmes de l’enquête

14Pour l’ensemble des femmes étudiées et quel que soit le groupe d’habitants auquel elles se rattachent, le projet lors de l’installation était de continuer à travailler, si possible à temps plein. Toutes ces familles se sont endettées pour accéder à leur logement et, notamment pour les ménages les plus modestes, les travaux d’amélioration du logement ne peuvent être effectués que grâce à un salaire féminin. Pour les autres, l’achat a été effectué sur la base des deux salaires existants à cette époque : toute baisse dans les revenus est donc vivement ressentie par ces ménages. Toutefois, si toutes les femmes enquêtées travaillaient à temps plein avant leur installation en périurbain, cela n’était nécessairement pas le cas lors de l’enquête. Deux des vingt-quatre femmes rencontrées dans le cadre de la recherche se sont présentées comme des femmes au foyer depuis peu et deux autres étaient à la recherche d’un emploi. Parmi les femmes en emploi, on dénombre quatre cadres exerçant une activité libérale, deux cadres supérieures et six cadres moyens en entreprise; enfin huit employées. Douze femmes sur les vingt en emploi exerçaient leur activité professionnelle à temps partiel : deux travaillaient quatre jours par semaine (une directrice d’agence et une esthéticienne), six prestaient un mi-temps (une ingénieure, une conseillère financière, une éducatrice spécialisée, une des comptables, deux femmes de ménage) et trois avaient un temps de travail qui changeait en fonction des contrats en cours (dont une professeure contractuelle, deux femmes de ménage). Les deux femmes sans emploi recherchaient également un emploi à temps partiel, de même qu’une des assistantes maternelles à temps plein qui aurait souhaité travailler quatre jours par semaine. Notons que la possibilité de négocier son temps de travail selon son désir augmente en fonction du niveau de qualification des femmes. De manière plus globale, des différences significatives de trajectoires apparaissent entre les femmes qualifiées et les autres, différences qui se retrouvent également sur la France entière (Maruani et al., 2001).

15La prédominance de l’emploi à temps partiel de la population étudiée dépasse celle rencontrée dans le reste de la population féminine. Elle peut être analysée comme un indice des tensions vécues par les femmes pour concilier vie professionnelle et familiale. Selon Tania Angeloff, le temps partiel relève « du rapport sexué au temps en général et au temps de travail en particulier. » (2000 : 213). Le temps partiel n’est pas nécessairement choisi. D’autres éléments apparaissent également comme des révélateurs de tensions. Ainsi, au moment de l’enquête, trois femmes étaient en congé parental d’éducation à temps complet dont une parce qu'elle n'avait pas trouvé d’assistante maternelle et une autre parce qu’elle n’arrivait pas à s’occuper de ses deux enfants sans ralentir son activité professionnelle. Deux cadres supérieurs et un cadre moyen bénéficiaient d'un congé parental à temps partiel depuis la naissance de leur deuxième enfant pour des raisons de conciliation et envisageaient de continuer à travailler ainsi par la suite si leur employeur le permettait.

16Ces différents éléments appellent une analyse plus approfondie des raisons de cette évolution entre un projet initial d’emploi si possible à temps plein ou au moins sur la base des « 80% » afin de se libérer le mercredi, souhait largement exprimé par l’ensemble des femmes rencontrées. Si l’argument de la faible représentativité des échantillons peut être avancé pour contester la validité des résultats, il n’en reste pas moins que la récurrence de ces trajectoires, que nous n’avons pas retrouvé dans l’enquête menée en parallèle dans des zones périurbaines plus « classiques » par Luc Bossuet, interpelle. De plus, cette situation contraste fortement avec celle de leur conjoint, qui, tous, ont conservé leur emploi et, en dehors d’un infirmier, travaillent tous à temps complet.

Exercer un emploi

17L’éloignement des anciens lieux d’exercice de la profession a exercé une incidence sur les conditions d’emploi des femmes rencontrées qui ne pouvaient pas transposer leur activité sur les lieux de résidence. Dans les cas rencontrés, le déménagement ne s’accompagne pas d’une volonté de changer d’emploi de la part des femmes cadres supérieurs et moyens. Si trois femmes ont transposé leur activité, cela a été une conséquence de trajets mal vécus au quotidien ou l’arrivée de nouvelles opportunités. Ainsi, pour deux femmes travaillant en libéral, toutes deux résidant à Montauroux, l’augmentation de la population dans leur commune d’habitation a rendu possible le transfert de leur cabinet. La troisième a obtenu de télétravailler, une situation sur laquelle nous revenons plus loin.

18Pour les femmes peu ou pas qualifiées, dans tous les cas le déménagement a coïncidé avec la naissance d’un deuxième enfant. La moitié d’entre elles envisageaient de conserver la même activité professionnelle après la naissance, les autres souhaitaient prendre un congé parental puis quitter leur emploi pour en trouver un autre plus proche, sans avoir réellement analysé leurs chances de trouver un tel emploi à proximité. De fait, pour ces femmes, la nouvelle installation est suivie d’une période de précarité lors du retour à l’emploi. Les femmes passent d’un contrat à un autre, voire cumulent plusieurs petits contrats, tous à durée déterminée.

19La recherche de Lionel Rougé sur les femmes habitant en périurbain lointain de la région toulousaine relève un effet d’enfermement que représentent ces localisations excentrées pour des femmes peu qualifiées (2005). Dans notre recherche, ces dernières passent d’une opportunité à une autre, recherchant avant tout à améliorer le quotidien des membres de la famille tout en remplissant leurs obligations de mère. En cela le parcours professionnel de Mme G. n’est en rien exceptionnel et correspond au contraire à une situation rencontrée de façon récurrente chez des femmes se retrouvant en situation de recherche d’emploi. De ce point de vue, la distance apparaît dans tous les cas comme un élément d’instabilité favorisant la multiplication des emplois en contrats à durée déterminée. Le parcours de Mme G. rend également compte du besoin et du souhait de travailler pour améliorer le quotidien du ménage et étendre son réseau de sociabilité, tout en sachant que la profession initiale ne pourra plus être exercée. Le choix du type d’emploi apparaît tributaire de deux éléments : d’une part les possibilités du marché de l’emploi, limitées pour quiconque souhaite rester à proximité de son domicile, et d’autre part l’offre de modes de garde des jeunes enfants, la disponibilité du conjoint n’étant jamais évoquée.

Mme G. : « J’ai été esthéticienne chez Yves Rocher. Quand je suis arrivée ici je travaillais pas [congé parental d’éducation pour son deuxième enfant] et après j’ai commencé tout de suite à la mairie, je faisais le ménage au camping l’été et puis après je faisais le ménage de la salle [elle n’avait pas de véhicule à l’époque]. Et puis l’ATSEM qui était en maternelle a été enceinte, donc je l’ai remplacée pendant son congé maternité et puis quand elle était malade, je la remplaçais, donc j’ai fait à peu près presque toute l’année scolaire à l’école, voilà ! Après j’ai été embauchée à l’usine de plasturgie comme ouvrière. J’ai pris un congé parental [naissance du troisième enfant] et puis comme je voulais pas retourner à l’usine du tout, je savais pas trop ce que je voulais faire et puis il fallait que je travaille, donc j’ai demandé mon agrément et puis ça s’est fait rapidement. J’avais Aliénor, donc il n’y avait pas de nourrice à ce moment là, donc j’aurais eu le problème pour la garde de Aliénor. Il y avait encore pas la garderie à l’école et puis je voulais pas retourner à l’usine, c’était clair, donc de toute façon... Reprendre mon métier c’était pas possible, c’était pareil, c’était retravailler les samedis, jusqu'à 7 h le soir, donc c’était pas possible. Ca fait trois ans et demi que je suis assistante maternelle...».

20En effet, aux contraintes de la recherche d’un emploi local, et de ce point de vue Chavannes offre plus d’opportunités que les autres terrains d’enquête, s’ajoute la nécessité de prendre en compte la longueur des navettes du conjoint. Cet élément est considéré et vécu comme une composante intangible, tant par les femmes que par les hommes et quel que soit le désir d’implication supplémentaire exprimé par certains hommes.

21Ainsi que le notent Françoise Battagliola, Isabelle Bertaux-Wiame, Michèle Ferrand et Françoise Imbert dans une enquête portant sur la construction sociale des trajectoires, «le fait d’avoir un emploi est rarement remis en question par les femmes de l’enquête, par contre les tensions qu’elles vivent quotidiennement entre les conditions d’exercice de leur activité professionnelle et celles de l’effectuation du travail domestique contribuent à modeler leurs trajectoires. » (1990 : 68). Ces femmes, à l’instar de celles rencontrées dans l’enquête « tout en manifestant un fort rapport à l’emploi, un intérêt pour le contenu de leur travail, […] jouent sur les conditions mêmes d’exercice du travail pour assurer la gestion au quotidien de la vie familiale. » (1990 : 67). Ces résultats doivent être corrélés avec les effets connus de la mobilité géographique sur l'emploi des femmes : un plus fort taux de chômage, une inactivité accrue, ces effets étant encore augmentés par l’éloignement du logement des bassins d'emploi (Courgeau, 1995).

Travailler différemment

22Un des objectifs de cette recherche était de faire un état des différentes façons de travailler alors que le logement est distant des lieux d’emploi. L’une des hypothèses récurrentes dans nombre de recherches actuelles est la plus grande perméabilité entre travail et logement. La situation d’éloignement, la longueur des navettes pouvaient servir de révélateurs à d’autres façons de concevoir le logement et le travail. Un premier constat est la rareté des situations de télétravail même lorsque la commune est reliée au réseau internet haut débit et pourvue d’une population de cadres informatiques comme Montauroux. En revanche, l’enquête a permis de faire émerger des situations particulières de l’emploi féminin, cette forme d’emploi apparaissant effectivement fortement sexuée.

23Mme K. a fait le choix du télétravail pour pouvoir vivre là où elle le souhaitait. Cette solution n’est toutefois pas sans contraintes : en effet, son activité nécessite l’ADSL -elle développe des calculs mathématiques lourds pour des solutions informatiques-. L’autre contrainte provient de la nécessaire proximité d’un aéroport. Mme K. doit régulièrement se rendre à Zurich, au siège de son entreprise. Pour Mme K., son travail est uniquement réalisable ainsi parce qu’elle ne travaille qu’à mi-temps, ce qui assure une certaine durabilité aux projets qui lui sont confiés, qu’elle développe seule. La contrepartie est que pour l’instant son emploi ne peut pas évoluer. Cette situation de blocage générée par le télétravail, Jean-Marie Beauvais la relève également lors d’une recherche menée auprès d’actifs bi-résidentialisés (2007). De ce fait, le télétravail apparaît comme une solution d’attente, un pis-aller en attendant de pouvoir rebondir sur autre chose, Mme K. mentionnant par exemple régulièrement qu’il faudrait qu’elle change d’emploi pour pouvoir suivre une carrière d’informaticienne, sans pour autant le faire car cela impliquerait d’effectuer de nouveau des navettes.

24Le télétravail apparaît aussi comme une nouvelle forme de travail à domicile féminin souterraine dans la mesure où un écart existe entre l’affichage de leur emploi et leur situation réelle. Mme R., officiellement sans emploi, gère deux heures par jour par internet une société que le couple possède aux Pays-Bas. Mme J. gère l’entreprise de son conjoint depuis leur domicile. Dans son cas, il s’agit plus d’une utilisation de services internet, notamment les documents officiels en ligne, qui lui épargnent nombre de déplacements. De fait, cette organisation lui permet de concentrer ses déplacements sur une journée, la seule où elle ait obtenu que son fils reste déjeuner à la cantine. Son usage de l’informatique est complété par celui du fax et du téléphone portable qui lui permet d’être toujours joignable quelle que soit son activité du moment, pour régler instantanément les problèmes de logistiques. D’autres femmes gèrent ainsi les intérêts de leur conjoint, artisan ou petit patron, sans exercer officiellement d’activité.

25Les tensions relevées par Richard Sennet (1998) en ce qui concerne l’organisation et la gestion du temps du fait de l’intrication des différents temps, de leur perméabilité, sont particulièrement bien explicitées par Mme J., difficulté pour son employeur d’époux de comprendre que le travail n’ai pas pu se faire et difficulté pour elle, au quotidien, à gérer en parallèle ces deux sphères. Mme R. rend compte des mêmes difficultés et avoue coucher tôt ses enfants le soir de façon à pouvoir travailler entre 18h et 20h, heure du retour de son conjoint.

26A cette forme du télétravail, nouvel hybride du travail à domicile et de la femme de l’artisan, il convient de rajouter une autre forme qui permet de travailler à domicile tout en réalisant des heures supplémentaires ou le travail en cours. Cet usage des nouvelles technologies, comme autre modalité de conciliation d’une surcharge de travail avec la vie quotidienne permet de s’affranchir quelque peu d’une contrainte horaire qui rendrait sans cela difficile la vie familiale. Sans être fondamentalement nouvelle -il ne s’agit finalement de rien d’autre que de ramener différemment des dossiers au domicile familial- cette possibilité débouche sur du temps de travail choisi afin de permettre une conciliation des aspirations. Ce point rejoint les conclusions de Laurence Thomsin sur les grandes aspirations auxquelles répond cette forme de travail (2002), mais qui ne concerne qu’une faible part de la population en raison du marché très particulier de l’emploi auquel ce type d’exercice de l’emploi s’adresse, des réticences des employeurs et du sous-équipement du territoire en réseau haut débit pour l’instant. Ainsi, alors même que le télétravail aurait pu apparaître comme une solution à l’éloignement il est peu utilisé et cet état de fait a peu de chance de rapidement évoluer dans les années à venir.

Se déplacer

27Au travers des entretiens, la question des déplacements est prédominante dès que l’emploi est mentionné. De fait, la mobilité quotidienne apparaît centrale dans les recherches portant sur le périurbain au point que cette question apparaisse comme la marque principale de ce mode de vie. Yannick Sensébé (2006) et Lionel Rougé (2005) ont montré que cette dernière est fortement marquée par les différences sociales. Ces déplacements sont essentiellement des trajets domicile/travail, mais pas seulement puisqu’ils concernent aussi nombre de jeunes qui y sont confrontés dès l’enfance (Thomann, 2006). Les travaux en France (Fagnani, 1990) comme aux Etats Unis (Johnston-Anumonwo, 1992 ; Singell and Lillydahl, 1986) insistent sur les difficiles conciliations entre les temps de travail domestique et salarié pour les femmes. La voiture est omniprésente. Comme le constataient Daniel Pinson et Sandra Thomann dans leur étude sur les périurbains de la région de Marseille (2001), la voiture fait partie du mode de vie et penser les déplacements autrement relève d’une véritable gêne, voire d’une impossibilité, et ce d’autant plus que, sur nos terrains d’enquête, les transports en commun sont quasiment inexistants.

28Dans ce contexte, la règle est celle de la double motorisation au sein des couples rencontrés : l’absence d’un second véhicule est vécue comme une véritable contrainte pour le conjoint lésé, complique le quotidien et limite fortement l’accès à l’emploi. Au vu des nouvelles configurations urbanistiques hors des vieux centres, l’accès aux services est rendu d’autant plus difficile par l’absence de véhicule.

29L’accès à un véhicule n’est toutefois pas le seul élément qui détermine l’accès à une mobilité plus « libre ». En effet, l’analyse des entretiens fait émerger une inégalité en matière de mobilité entre les hommes et les femmes. Hormis deux femmes : une employée de ménage à mi-temps pour l’une et en recherche d’emploi pour l’autre, toutes les femmes rencontrées possédaient un permis de conduire et disposaient d’un véhicule en plus ou moins bon état, même si elles ne l’ont pas toujours eu. En effet, dans deux cas de ménages présentant les mêmes profils : lui ouvrier peu qualifié et elle pas diplômée, à la recherche du premier emploi venu, l’accès à un véhicule en propre n’est intervenue que plusieurs années après l’installation.  Toutefois, disposer d’un véhicule n’implique par pour autant que les femmes recherchent un emploi en adéquation avec leur domaine et niveau de qualification. Le critère de proximité par rapport au domicile familial entre largement en jeu. Ce sont surtout les femmes peu qualifiées qui recherchent la proximité, souvent au détriment de compétences professionnelles acquises précédemment, cas des employés de ménage tout comme des nourrices agréées. Sur les huit employées rencontrées, trois travaillent à proximité (les employées de ménage), trois chez elles (les nourrices et une des comptables) et une septième cherche à travailler à domicile à la fin de son congé parental d’éducation. Sur les trois employées de ménage, une seule dispose d’horaires réguliers et d’un emploi proche de son domicile, les deux autres se déplacent beaucoup. Même si les trajets sont relativement courts, elles circulent en permanence passant d’une activité à une autre, si bien que leurs temps de transport journaliers avoisinent, voire dépassent, ceux des personnes travaillant à des distances plus éloignées de leur domicile.

30Mme Gi., par exemple, a trois contrats de travail et exerce trois types d’activité différentes : accompagnatrice du bus scolaire, aide cantine, et femme de ménage pour deux organismes différents. Le matin elle se rend au dépôt du bus avec un premier véhicule, soit vingt minutes de route. De l’école, elle rentre chez elle en voiture avec son deuxième véhicule qu’elle a laissé là la veille3, cinq minutes. Elle repart à 11h20 pour accompagner les enfants à la cantine (cinq minutes mais elle en compte dix pour être sûre d’être à l’heure), elle rentre à 13h30, même trajet, repart à 16h20 avec le même véhicule. Elle laisse cette voiture devant l’école, puis rentre chez elle à la fin du parcours du bus avec son premier véhicule, vingt minutes, sauf le vendredi où elle retourne à l’école faire du ménage, même temps, plus un retour supplémentaire. Les week-ends, elle doit effectuer onze heures de ménage dans les locaux de la communauté de communes. Elle scinde ses horaires et effectue trois à quatre allers/retours de quarante minutes chacun. Une fois ces temps additionnés et reportés sur cinq jours afin de pouvoir les comparer à d’autres temps indiqués, Mme Gi. a de 1h30 à 1h40 de trajet par jour (alors que l’ensemble de ses emplois ne représentent pas un temps plein) et doit de plus disposer de deux véhicules. La proximité coûte chère en temps et en argent, même si, contrairement aux personnes travaillant plus loin, son deuxième véhicule est en mauvais état. La proximité a un coût en terme de précarité -Mme Gi., qui a trois employeurs, n’est titulaire d’aucun des postes occupés-, de temps de trajet dilué dans la semaine et la journée et d’argent, même si Mme Gi. dit ne l’avoir jamais calculé. Cette remarque est récurrente chez les périurbains qui déclarent également rarement leurs impôts aux frais réels, formule qui avantagerait pourtant les ménages imposables. Ce déni de la réalité des mobilités ou de leur poids quotidien et financier réel est une constante de tous les ménages rencontrés.

31Pour toutes ces femmes peu qualifiées, la proximité et la disponibilité sont ainsi privilégiées par rapport à leur intérêt pour une profession particulière, ce que certaines regrettent. Le temps actuel est perçu comme une parenthèse imposée par leurs obligations familiales et leur désir de proximité, un choix présenté comme avant tout familial. Nombre d’entre elles ont évoqué, soit pendant les entretiens, soit après, leur désir de voir évoluer leur situation « plus tard, lorsque les enfants n’auront plus besoin d’elles » et même si leurs aspirations demeurent floues, ce désir apparaît très présent.

32Ainsi, vouloir limiter ses obligations de déplacement quand on cherche un emploi exerce de facto une incidence sur les trajectoires professionnelles : l’offre est plus réduite, tout comme les opportunités de se réaliser ou de progresser socialement et professionnellement et c’est volontairement que les femmes réduisent le champ des possibles. De fait, il existe une véritable rupture entre les déplacements effectués par des femmes occupant des emplois peu qualifiés et, d’une part ceux de leur conjoint, et d’autre part, des femmes cadres dont les trajets sont très proches de leurs collègues masculins et de leurs conjoints. Plutôt que de réduire leurs temps de trajets, ces dernières réduisent la durée de leur temps de travail d’un ou deux jours par semaine, afin de pouvoir être plus présente à leur domicile. Cela ne signifie pas donc pour autant que les navettes quotidiennes aient moins d’incidence mais ces couples apparaissent aussi plus libres de leurs choix à la fois en terme d’organisation de leur travail mais aussi de retour vers les centres urbains. En effet, Lionel Rougé (2005) et Yannick Sensébé (2006) notent que le fait que ce soit surtout des familles relativement aisées qui déménagent ne signifie pas que d’autres familles ne souhaiteraient pas retourner en ville, mais elles n’en ont pas les moyens financiers.

33Le constat de Véronique Beillan, dans un contexte hors périurbain, que les nécessaires mobilités quotidiennes augmentent les différences préexistantes entre les groupes sociaux en faveur de la classe moyenne supérieure (1991) se trouve ici corroboré et doit être complété par le constat que, dans notre enquête les inégalités entre les hommes et les femmes au sein d’un même groupe social s’en trouvent également accrues.

L’organisation du quotidien

34Les femmes recherchent ainsi une disponibilité pour leur famille et concilient seules les contraintes familiales et professionnelles. Ainsi que nous l’avons mentionné, un seul homme travaille à temps partiel pour s’occuper de ses enfants, il est aussi le seul cas où son épouse, également à temps partiel, est nettement plus qualifiée que lui. Dans tous les autres cas, les femmes se retrouvent progressivement seules à gérer le quotidien quelle qu’ait pu être l’implication de leur conjoint avant le déménagement.

35Les hommes sont majoritairement absents quel que soit leur désir de participation. Plusieurs couples notent que la distance renforce les postures traditionnelles et alors même que l’implication tant morale que matérielle des conjoints apparaît décisive pour l’équilibre familial et la résolution du conflit entre famille et travail (Tremblay, 2004). Ainsi que le note Geneviève Favrot-Laurence « la femme apparaît, hier comme aujourd’hui, comme le manager de l’organisation quotidienne. Durant les entretiens, c’est toujours elle qui décrit les organisations familiales, l’homme intervenant seulement pour apporter des éléments complémentaires ou négocier la description de sa participation aux activités domestiques ». (1998 : 56). De fait, en France, les femmes prennent en charge en moyenne 80% des tâches domestiques (Dumontier, Guillemot, Méda, 2002).

36De plus, la capacité à organiser le quotidien familial en adéquation avec des emplois du temps professionnels est décisive dans la construction d’une trajectoire professionnelle ascendante ou seulement continue. Les femmes sont les agents de l’équilibre familial ainsi que l’explique Mme I. :

« Par principe la gestion de mon mari est totalement autonome de celle du reste de la famille. La question de l’organisation se pose de façon globale dans la famille quand je me retrouve en septembre puisque n’étant pas titulaire je me prends les choses, en gros, le jour de rentrée cinq minutes avant tout le monde ou plutôt dix minutes après, donc c’est de la gestion en urgence et une fois que l’urgence de la première semaine se passe c’est comment on gère l’année. Donc cette année, je vais dire que j’ai la chance d’avoir une belle-mère qui est docile, disponible et qui a une bonne voiture, comme quoi la voiture revient souvent ! Disons qu’on a essayé de réserver les deux jours pleins qui pour moi cette année étaient mercredi-jeudi, à ma belle-mère et le mardi, vendredi où j’étais en demi-journée j’essayais de déléguer ça à une copine qui a la gentillesse de fonctionner... disons qu’on a trouvé des arrangements et puis voilà quoi ! »

37La capacité à jongler entre différents modes de garde des enfants et à mobiliser autant des réseaux d’entraide amicaux que familiaux est surtout une caractéristique de la classe moyenne supérieure (Degenne, Lebeaux, 1991). De fait, dans l’enquête, les femmes qui apparaissent moteurs dans la création de modes de garde collectif sur un mode associatif -garderie périscolaire du soir à Clans et crèche parentale à Montauroux-, sont toujours issues des classes moyennes supérieures. Cette capacité est renforcée par la possibilité d’introduire de la flexibilité dans l’emploi du temps, de pouvoir entretenir et nourrir les échanges. Les femmes qui ne disposent pas de cet atout doivent quitter leur emploi ou changer de profession parce qu’elles n’arrivent pas à réduire la tension entre « care time and work time [and thus] between spheres of activity differentiated by gender definitions established by society » (Paolucci 1998 : 278).

38L’aide de la famille elle-même apparaît subordonnée à des critères de classe sociale, la distance s’ajoutant aux requêtes de disponibilités. Disposer d’un véhicule et accepter de couvrir de longues distances pour garder ses petits-enfants n’est pas une habitude des grands-parents (et surtout des grands-mères qui sont les premières sollicitées) des familles d’ouvriers ou d’employés rencontrés, or cette aide s’avère décisive dans nombre de cas. Ainsi, les parents et beaux-parents de Mme Me., cadre bancaire, se relaient pour garder son bébé trois jours par semaine. Le reste de la semaine, son mari, enseignant, et elle-même s’organisent pour ne pas travailler en même temps, ce qui pour elle s’est traduit par la prise d’un temps partiel. Néanmoins, les ménages modestes qui s’installent dans les communes étudiées bénéficient rarement d’une présence familiale sur place ou à proximité. L’importance des réseaux familiaux pour des ménages modestes, relevée par exemple dans les travaux de Cécile Vignal lors de situations de déménagement (2005) ou de façon plus large par Catherine Bonvalet (2003) ne peut ici s’exercer et renforce les difficultés éprouvées à exercer une activité, constat également réalisé par Lionel Rougé (2005 ; 2007).

39Pour tous, faire garder son enfant, surtout un jeune enfant, alors que l’offre de services est faible, est difficile pour des raisons tant pratiques que morales lorsque la rareté de l’offre limite la possibilité de choisir la personne qui gardera l’enfant.

Mme I. : « C’est l’un des premiers constats que j’avais fait : « tu n’as pas le choix des gens » et ça c’est dur quand tu veux faire garder ta gamine qui a pas trois ans, c’est dur ! très dur ! parce que tu te rends compte que ta gosse elle va aller vers quelqu’un qui ne t’inspire pas du tout, mais pas du tout et tu es très très mal et quand tu la laisses, tu es au chrono et c’est au pas de course que tu reviens et que tu la récupères, tu la laisses pas cinq minutes en trop. Mais c’est un deal de faire confiance aussi et d’aller peut-être au-delà de tes limites. »

40Le congé parental qui apparaît comme une solution ne règle les problèmes qu’à court terme et renforce l’exclusion des femmes du marché du travail. En France, pour les femmes peu qualifiées, reprendre le travail après un congé parental est toujours difficile et conduit à la dégradation progressive des conditions d’emploi et un transfert d’une profession à une autre (Barrere-Maurisson, 2003; Daune-Richard, 2003). Pour les femmes vivant dans des zones éloignées, cette situation est d’autant plus difficile que, pour obtenir un complément de formation ou simplement accéder aux agences pour l’emploi, il est nécessaire de se rendre dans les centres urbains et donc de trouver des solutions de garde pour les enfants.

41Ainsi, même si, en l’absence de données plus précises, il est impossible d’établir une relation entre la rareté des services et la durée des installations, ce lien semble déterminant et est à corréler avec la longueur et la difficulté des temps de transport. Dans tous les cas, la possession d’un diplôme élevé renforce la capacité d’organisation et, au sein du couple, la négociation des ajustements ou des frais supplémentaires représentés par le besoin accru de modes de garde. La plus grande possibilité à négocier un temps partiel choisi avec l’entreprise (décision prise généralement sans contrepartie de la part du conjoint), s’ajoute à ces avantages, même si cette solution ralentit les carrières et renforce une répartition sexuée des tâches au sein du couple.

Conclusion

42Les installations en zone périurbaine, et en particulier les installations les plus lointaines, sont rendues possibles parce que les femmes adaptent leur vie professionnelle à celle de leur famille, que ce soit en modifiant les rythmes de travail ou en transformant leur activité. Ce sont ainsi les femmes qui apparaissent en creux comme les moteurs d’une installation durable en zone périurbaine. Cela est d’autant plus vrai que les emplois occupés par les hommes se situent souvent loin du domicile familial ou sont multilocalisés. La question de l’organisation du quotidien est décisive, de même que celle des mobilités quotidiennes dans ces conciliations permanentes entre les différents arbitrages. Pour les femmes, ne pas être mobile revient à renforcer les mécanismes de marginalisation du monde du travail déjà à l’œuvre dans la société et particulièrement dans ces zones mal desservies. Un bas niveau de diplôme apparaît comme un handicap de plus, mais dans un même temps un haut niveau de qualification ne réduit pas pour autant tout risque de stagnation professionnelle, voire de déclassement.

43L’infléchissement des situations professionnelles des femmes réaffirme l'importance de la distance aux pôles d'emploi, du niveau de qualification et de la capacité à mobiliser aides institutionnelles et familiales au quotidien. Le fait que les femmes interrogées soient demandeuses de flexibilité dans le temps professionnel et recherchent souvent un nouvel emploi dans un périmètre plus proche du domicile, quitte à changer de profession, témoigne de leur désir de limiter les temps d’absence du foyer et de concilier ainsi leur activité professionnelle avec le rôle de mère.

44Ainsi, « the commute is not only a demand on worker’s time, but it is also time and resource commitment borne by other family members. Commute time is potentially distributed between working spouses as part of couples’ division of labor, in a sense like paid work, washing dishes, or preparing dinner. » (Hofmeister, 2003 : 61). Les longues navettes quotidiennes apparaissent soit comme un ralentisseur supplémentaire des trajectoires professionnelles féminines, soit comme un facteur de réorientation professionnelle vers des activités nécessitant moins de compétences. Elles recentrent ces dernières sur leur famille indépendamment de leur niveau de diplôme et de l’emploi occupé antérieurement. Il existe un lien fort entre le choix d'un mode de vie, habiter la campagne, et le rythme quotidien, qui comme Janet Shaw le remarque «rather like a centrifuge, separates men and women as it speeds up, reinforcing or recreating gender divisions » (1998 : 384). La prééminence est donnée aux besoins engendrés par le nouveau mode de vie et la localisation du lieu d’habitation, plus qu’à l’emploi des femmes, emploi qui apparaît néanmoins financièrement nécessaire pour rembourser les dettes contractées ou réaliser les nécessaires travaux d’installation. Ces choix renforcent les divisions de genre quel qu’ait pu être le souhait des conjoints d’une autre conciliation entre le travail et la vie familiale et d’une autre répartition des tâches.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Angeloff, T. (2000), Le temps partiel : un marché de dupes ?, eds La Découverte et Syros, Paris.

Baudelle, G., Darris, G., Ollivro, J., Pihan, P. (2004), « Les conséquences d’un choix résidentiel périrubain sur la mobilité : pratiques et représentations des ménages », Cybergéo, n° 287, 15 Octobre.

Barrère-Maurisson, M-A. (2003), Travail, famille : le nouveau contrat, Paris, Folio coll. Actuel.

Battagliola, F., Bertaux Wiame, I., Ferrand, M., Imbert, F. (1990), Entre travail et famille. La construction sociale des trajectoires, MIRE.

Beauvais, J-M. (2007), « Habiter Tours, travailler à Paris : une vie sous tension », Recherches et synthèses, n° 39, Novembre.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Beillan, V. (1991), « La garde des enfants : des pratiques socialement différenciées », Sociétés contemporaines, 8, pp. 101-106.
DOI : 10.3406/socco.1991.1021

Berger, M. (2004), Les périurbains de Paris. De la ville dense à la métropole éclatée ?, Paris, CNRS éditions.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bonvalet, C. (2003), « La famille-entourage locale », Population, 58, pp. 9-44.
DOI : 10.2307/3271293

Courgeau, D. (1995), « Mobilité : déménagement et emploi », in François Ascher (coordonné) Le logement en questions, Eds de l’Aube, pp. 141-170.

Daune-Richard, A-M. (2003), « La qualification dans la sociologie française : en quête des femmes », in Le travail du genre. Les sciences sociales du travail à l’épreuve des différences de sexe, Laufer, J., Marry C. et Maruani M. (sous la direction de), Paris, La Découverte MAGE, pp. 138-150.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Degenne, A. et Lebeaux, M-O. (1991), « L’entraide entre les ménages : un facteur d’inégalité sociale ? », Sociétés contemporaines, 8, pp. 21-42.
DOI : 10.3406/socco.1991.1017

Dodier, R. (2007), « Les périurbains et la ville : entre individualisme et logiques collectives », Les annales de la recherche urbaine, 107, pp. 31-39.

Dumontier, F., Guillemot, D. et Méda, D. (2002), « L’évolution des temps sociaux au travers des enquêtes Emploi du temps », Economie et statistiques, 352-353, pp. 3-12.

Fagnani, J. (1990), « Localisation résidentielle et stratégies professionnelles et familiales des femmes instruites des couches moyennes », in Bonvalet, C. et Fribourg, A.M. (éditeurs), Stratégies résidentielles, INED, Plan Construction et Architecture, MELTM, Congrès et colloques, n° 2.

Favrot-Laurens, G. (1998), « Modèles culturels et délégation des tâches domestiques », in Bonnet, M. et Bernard, Y. (eds), Services de proximité et vie quotidienne, Paris, PUF, pp. 41-58.

Hofmeister, H. (2003), « Commuting clocks : journey to work », in It’s about time. Couples and careers, Phyllis Moen (éditeurs), Ithaca London, Cornell U. Press, pp. 60-79.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Johnston-Anumonwo, I. (1992), « The influence of household type on gender differences in work trip distance », Professional geographer, 44(2) , pp. 161-169.
DOI : 10.1111/j.0033-0124.1992.00161.x

Maruani, M., Fagnani, J., Méda D. et Martin, C. (2001), « Vie professionnelle : l’arbitrage impossible », Esprit, Mars-Avril, pp. 187-202.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Paolucci, G. (1998) « Time shattered. The postindustrial city and women’s temporal experience », Time and society, 7(2) , pp. 265-281.
DOI : 10.1177/0961463X98007002006

Pinson, D. et Thomann, S. (2001), La maison en ses territoires. De la villa à la ville diffuse, Paris, L’Harmattan.

Rougé, L. (2005), « Les « captifs » du périurbain. Voyage chez les ménages modestes installés en lointaine périphérie », in Capron, G., Guetat, H. et Cortes , G .(sous la direction de), Liens et lieux de la mobilité, Paris, Collection Mappemonde, Belin, pp. 129-144.

Rougé, L. (2007), « Inégale mobilité et urbanité par défaut des périurbains modestes toulousains. », EspacesTemps.net, Textuel, 25.04.2007.

http://espacestemps.net/document2237.html

Shaw, J. (1998), « « Feeling a list coming on » : gender and the pace of life », Time and society, 7(2) , pp. 383-396.

Sencébé, Y. (2006), « Mobilités quotidiennes et ancrages périurbains : attrait pour la campagne ou retrait de la ville ? » in La ville aux limites de la mobilité, Bonnet, M. et Aubertel, P. (sous la direction de), Paris, PUF, pp. 153-160.

Sencébé, Y. et Lepicier, D. (2007), « Migrations résidentielles de l’urbain vers le rural en France : différenciation sociale des profils et ségrégation spatiale », EspacesTemps.net, textuel, 10.05.2007.

http://espacestemps.net/document2270.html

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sennet, R. (1998), The corrosion of character. The personal consequences of work in the new capitalism, New York-Londres, WW Norton & Company.
DOI : 10.1177/000169930004300207

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Singell, L. et Lillydahl, J. (1986), « An empirical analysis of the commute to work patterns of males and females in two-earner households », Urban studies, 2, pp. 119-129.
DOI : 10.1080/00420988620080111

Thomann, S. (2006), « Les jeunes et l’automobilité », in Luxembourg, N., Pinson, D., Richier, B. et Thomann, S., Morphologies et l’étalement urbain et exclusions par l’automobilité, Institut d’aménagement régional, rapport final, pp. 26-49.

Thomsin, L. (2002), Télétravail et mobilités, Liège, Les éditions de l’université de Liège.

Tremblay, D-G., (2004), Conciliation emploi-famille et temps sociaux, Québec, Télé-Université.

Vanier, M. (2003), « Le périurbain à l’heure du crapaud buffle : tiers espace de la nature, nature d’un tiers espace. », Revue de géographie alpine, 91 (4), pp. 79-89.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Vignal, C. (2005), « Les espaces familiaux à l'épreuve de la délocalisation de l'emploi : ancrages et mobilités de salariés de l'industrie », Espaces et sociétés, pp. 120–121.
DOI : 10.3917/esp.120.0179

Haut de page

Notes

1Les familles rencontrées avaient deux enfants dans la très grande majorité des cas.
2Nathalie Ortar, Luc Bossuet, (2005) Multirésidence et périurbanisation : l’utopie rurale, PUCA, Juin. Dans le cadre de cet article seuls sont présentés les résultats de la recherche de Nathalie Ortar.
3Afin de lui faciliter les nombreux allers/retours quotidiens, le couple a acheté une deuxième voiture d’occasion.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Ortar, « Entre ville et campagne, le difficile équilibre des périurbaines lointaines », Métropoles [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 11 juin 2008, consulté le 20 septembre 2014. URL : http://metropoles.revues.org/1642

Haut de page

Auteur

Nathalie Ortar

Ethnologue, chargée de recherche du MEEDAT, Laboratoire d’Economie des Transports (ENTPE, Université de Lyon, CNRS), Nathalie[point]Ortar(at)entpe[point]fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page