Navigation – Plan du site

« Faire ses courses » en voisin

Pratiques d’approvisionnement et sociabilité dans l’espace de trois quartiers de centre ville (Paris, Lyon et Besançon)
Sophie Chevalier

Texte intégral

1Les échanges marchands et la circulation des marchandises, entre la sphère du privé – l’habitat – et la sphère publique – l’environnement urbain de proximité –, permettent de comprendre comment des habitants s’inscrivent dans un espace et comment ils construisent leurs rapports à leur quartier. Si les relations marchandes engendrent des champs de rapports sociaux spécifiques comme l’a montré Michèle de La Pradelle (1996, 2002), de même les pratiques d’approvisionnement participent de la sociabilité d’un quartier. « Faire ses courses » peut être, et c’est notre hypothèse, un facteur d’insertion, réel ou imaginé, des acteurs dans leur environnement de proximité.

2Ainsi le rôle des commerces et des pratiques des consommateurs dans la création des relations au et dans le quartier, a été choisi pour appréhender l’insertion de familles dans leur voisinage dans trois villes (Paris, Lyon et Besançon), dans une perspective comparative1. Cependant, contrairement à d’autres recherches, l’accent a été mis sur les pratiques des ménages2, et non pas sur l’observation des commerces en tant que tels et leur intégration dans le tissu urbain (Bouly de Lesdain, 1999 ; Brody, 1987 ; Lallement, 2005 ; Raulin, 2000). « Faire ses courses » est pris comme un révélateur d’une intégration éventuelle des familles dans un quartier, puisque s’approvisionner permet de construire un rapport à son environnement, un lien qui soit à la fois physique (parcours de l’espace), social (liens sociaux de voisinage) et symbolique (représentations de son quartier)3.

3Les premières grandes surfaces – supermarchés et hypermarchés4 – s’implantent en France dans les années 1960, et gagnent rapidement des parts du marché : en 1994, 64% des Français y achètent leurs produits alimentaires. Ceux qui ne fréquentent pas ces commerces se rencontrent surtout chez les Parisiens qui font leurs achats dans les petits commerces et sur les marchés (Régnier, Lhuissier et Gojard, 2006, 27ss).

4Ainsi, vu de l’extérieur, en particulier de Grande-Bretagne, la France est le pays du petit commerce dont la pérennité est assurée par une législation favorable (Péron, 1998) ; même si l’Angleterre est aussi le pays des petits commerçants, du moins dans un certain discours politique, et que le premier magasin moderne soit britannique (Mc Kendrick, Brewer, Plumb, 1982). Dans la suite de nos travaux comparatifs (Chevalier, 1996, 1999, 2002), la Grande-Bretagne nous servira ainsi à contraster notre analyse du terrain français, sans jamais proposer une véritable comparaison. Nous nous inspirons également de l’étude de D. Miller portant sur une rue londonienne (Miller, 2005). Il y montre la façon dont les classes moyennes construisent une représentation imaginaire des petits commerces de leur quartier. De la même façon, dans le cadre de cette enquête, les données issues des entretiens menés dans les banlieues permettront de mettre en lumière les particularités des pratiques des ménages, habitants des centres villes, mais elles ne seront pas au cœur de notre argument.

5Dans une première partie, nous examinerons la façon dont les ethnologues ont abordé la sociabilité urbaine qui a été au cœur des premières recherches menées dans les villes. Les travaux pionniers ont été conduits par des chercheurs britanniques dès les années 50 ; ils se sont intéressés tant au milieu ouvrier qu’à la classe moyenne. Puis, en nous intéressant toujours à la sociabilité urbaine, nous introduirons une variable temporelle, celle du cycle de vie des ménages qui les conduit à modifier au cours du temps leurs pratiques et leurs représentations des espaces. Cela devrait nous permettre d’appréhender la définition du « quartier » : est-elle, comme chez Miller (2005), construite dans une analogie spatiale avec la « rue » ? Nous nous concentrerons enfin sur les pratiques d’approvisionnement qui s’insèrent dans une trame temporelle, s’inscrivent dans une division entre genres. Elles sont aussi supports de représentations et de discours, et elles permettent de socialiser les adolescents à l’espace public. L’examen de ces pratiques et de leur place dans la vie quotidienne des citadins nous permettra de répondre à notre questionnement de départ : les pratiques d’approvisionnement participent-elles à la création et au maintien d’une insertion dans l’espace de proximité des habitants d’un quartier ?

Un village dans la ville ?

6Ce titre, « Un village dans la ville », fait référence, en forme de clin d’œil, à l’ouvrage pionnier et très connu de deux sociologues britanniques, M. Young et P. Willmott (1983/1957) qui ont étudié un quartier ouvrier londonien dans l’après-guerre. Ils analysaient alors l’insertion sociale de familles ouvrières de l’East End dans un voisinage qu’ils considéraient comme une communauté. Ils vont suivre ces ménages lors de leur relogement dans une autre partie de la ville, ce qui va entraîner la destruction de ces liens communautaires.

7En passant de l’étude du monde rural au monde urbain, les ethnologues britanniques5 vont, dans un premier temps « tester » un certain nombre de concepts développés sur d’autres terrains (ruraux et exotiques) en particulier celui de « communauté » qui leur permettait de qualifier le lien social et l’ancrage local. L’industrialisation et l’urbanisation ont-elles sonné le glas de la « communauté » ? Si oui, existe-t-il des formes de sociabilité proprement citadines ? L’Ecole de Chicago, fondatrice des études de sociologie urbaine, dans un certain nombre des travaux de ses chercheurs, va adopter une distinction forte entre les sociétés rurales et urbaines ; ces dernières posséderaient une vie sociale très différente des premières, qui sont des « communautés ». L’écologie urbaine conduit à une approche en graduation des transformations sociales : des vestiges « communautaires » peuvent se retrouver au niveau du voisinage6. Mais ces formes communautaires sont menacées par la mobilité sociale des habitants, par l’intégration dans l’infrastructure de la cité et par la multiplicité des rôles des acteurs sociaux (Park et alii., 1925)7.

8Les travaux menés sur le monde urbain constatent que l’industrialisation et l’urbanisation ne sont pas nécessairement synonymes de dislocation de la vie communautaire, de disparition du lien social. C’est dans les relations de parenté que l’appartenance à une communauté trouverait sa légitimité ; mais en même temps, le fait communautaire réside dans la transformation de ces liens en liens sociaux d’une nature sui generis. Une autre source de légitimité est la relation au territoire, grâce à laquelle la communauté trouverait le principe de son existence dans l’histoire, de sa pérennité à travers sa reproduction.  Ces définitions des liens communautaires « objectifs » – activités de production, relations de parenté, ethnicité, ancrage territorial et temporalité historique – sont souvent empreintes d’une certaine nostalgie pour des formes sociales en voie de disparition, tant rurales qu’urbaines.

9Pour le monde urbain, seule la communauté ouvrière subsisterait dont les caractéristiques sont définies objectivement : une organisation sociale (y compris des relations de parenté), des activités de production et des loisirs spécifiques ; en bref, une « culture commune ». Mais elle est fragilisée par le chômage, et aussi principalement, durant les années 60 par la mobilité sociale. Ce sentiment de perte est au cœur de l’ouvrage déjà cité de M. Young et P. Willmott dans « Le village dans la ville » (1953) qui décrivent la destruction d’une communauté traditionnelle ouvrière8.

10Cependant, ces caractéristiques du lien social sous une forme « communautaire » vont être transformées, voire abandonnées par les ethnologues qui vont suivre. Je prendrai comme exemple le travail d’Elizabeth Bott « Family and social network », publié en 1957. L’intérêt de cet ouvrage est qu’il pense non seulement la communauté, mais aussi, et en relation avec elle, la classe sociale et le réseau. On voit donc apparaître peu à peu une autre définition du lien social. L’approche de Bott articule les deux perspectives théoriques élaborées et développées, quasi en même temps, par les chercheurs de l’Ecole de Chicago : l’écologie urbaine, avec ses interrogations sur le groupe et les liens que l’individu entretient avec celui-ci ; et l’interactionnisme symbolique avec ses questionnements sur les pratiques individuelles et la construction identitaire dans les interactions entre acteurs (Mead, 1934).

11Elizabeth Bott conduit sa recherche dans les années 50 sur vingt familles « ordinaires » londoniennes, anglaises qui vivent dans des quartiers différents de la ville. Elle veut appréhender les relations conjugales et les rôles dans le couple. Sur la base de ses données ethnographiques, elle montre deux types de couples, situés aux deux extrêmes d’un continuum, qui va du couple dans lequel les rôles et les occupations sont bien distincts et séparés (« segregated roles »), au couple dans lequel les deux conjoints tentent de partager leurs occupations et d’avoir des rôles interchangeables (« joint roles »). La question se pose alors des variables qui expliquent ces différences d’organisation dans les couples : Bott pose l’hypothèse que plutôt que dans la classe sociale ou la durée du mariage, l’explication est à rechercher dans l’environnement social de la famille. Elle considère les relations sociales sous la forme de « réseaux » et non pas de « groupes organisés ». Pour elle, la référence « famille dans la communauté » n’est pas ou plus pertinente : celle-ci, même si elle entretient de très nombreux liens sociaux, n’est pas intégrée dans une communauté qui serait un groupe organisé (1957, 97ss). L’environnement social immédiat dans lequel vivent les familles doit être appréhendé comme un réseau de relations sociales actualisées, sans les localiser a priori dans des limites géographiques. Néanmoins, c’est dans la classe ouvrière que ce réseau dense a le plus de chance d’exister, puisqu’elle concentre un certain nombre de facteurs socio-économiques qui lui permettent de naître et de perdurer (Bott, 1957, 112). Le travail de Bott, et d’autres études après la sienne, ont introduit la notion de réseau pour saisir la sociabilité urbaine. Ainsi le lien social urbain ne se construit pas nécessairement sur une base de relation de parenté, et avec un ancrage local de proximité.

12Les ethnologues de la France s’intéresseront plus tardivement (à partir de la fin des années 60) à la ville que leurs collègues britanniques, et le plus souvent par les « marges », c’est-à-dire en étudiant, soit des populations très pauvres (Pétonnet, 1968), soit des groupes ethniques spécifiques (Gutwirth, 1970, 1978). Parmi ces chercheurs, seul G. Althabe travaillera, avec un groupe de recherche, spécifiquement sur l’analyse des rapports sociaux dans de grands ensembles de type HLM, dès 1977 (voir aussi Althabe et alii., 1985). On peut dire que les travaux français vont bénéficier des réflexions de leurs prédécesseurs sur la notion de réseau comme outil de compréhension de la sociabilité urbaine. L’ouvrage collectif « Chemins de la ville » (1987) marque une nouvelle étape avec une série de travaux qui portent, entre autres, sur des pratiques partagées (collectionneurs d’insectes, pratiques religieuses, etc.) qui s’ancrent ou non dans un espace particulier. Ces nouvelles façons d’appréhender l’articulation entre la sociabilité, les pratiques et l’espace incluent l’étude des lieux commerciaux (voir les travaux cités dans notre introduction) et les pratiques y affèrent ; notre recherche s’intègre dans ces approches.

13Notre questionnement ici porte sur l’existence d’une sociabilité localisée dans la proximité du domicile et donc sur l’insertion locale du ménage, étudiées à travers les pratiques d’approvisionnement. Notre hypothèse est que cette insertion possède une double dimension : on pourrait la qualifier tout d’abord, d’objective, par la pratique d’un espace, la fréquentation des commerces, des installations de quartier et de ses voisins ; mais aussi subjective, c’est-à-dire la façon dont les acteurs se représentent et vivent cette intégration dans le quartier. Bien évidemment les deux sont intimement liées. Néanmoins, pour que la première se réalise, il faut que les acteurs puissent se représenter leur vie dans un espace, si possible de manière positive9.

Habiter avec ses semblables

14Pour des groupes sociaux qui ne sont pas soumis à de très fortes contraintes financières dans le choix de leur logement10, leur stratégie résidentielle est liée à celui d’un « mode de vie » et à une sorte de « représentation sociale » idéale du quartier (Desjeux, Monjaret, Taponier, 1998). La possibilité de se déplacer à pied pour ses courses quotidiennes ou de se distraire grâce à la proximité de cafés et de magasins fait de leur environnement direct des lieux appréciés pour leur animation par tous les ménages rencontrés. Les habitants du 3e parisien, du 4e et du 5e lyonnais ou du centre ville de Besançon citent aussi volontiers la dimension esthétique et architecturale de leur quartier. L’expression de ce choix résidentiel est particulièrement vraie pour les quartiers qui ont une « image forte », bien spécifique dans une ville comme Le Marais à Paris, La Croix-Rousse ou Saint-Georges à Lyon ou encore certaines rues à Besançon. Dans cette ville, même si les quartiers ont des « personnalités », la taille du centre permet plus de souplesse dans la façon dont on construit son appartenance, qui va d’une seule rue à l’ensemble de la « boucle »11. Dans les villes plus grandes, nos interlocuteurs explicitent leur localisation en distinguant très clairement leur appartenance à un quartier plutôt qu’à un autre.

15Cette élection d’un « mode de vie » correspond avec la représentation sociale du quartier : des résidents qui auraient les mêmes intérêts que nos informateurs et qui, d’une certaine manière, seraient leurs semblables socialement et culturellement. Madame Thierry  décrit la différence entre son ancien quartier et Le Marais : « Avant on était dans le 17e, avenue des Ternes. (...) On avait un peu de mal avec la population locale assez fermée, assez bourgeoise et pas très sympa ». A notre question sur la vie de quartier, elle rajoute : « Il y en avait sûrement pour une certaine classe sociale, oui, mais nous ça ne marchait pas du tout, ça ne correspondait pas aux gens qu’on avait envie de rencontrer donc on ne les rencontrait pas les gens ». En revanche, elle prétend connaître dans son nouveau quartier de nombreuses personnes dans le voisinage. A Lyon, les habitants de La Croix-Rousse distinguent très nettement la population du « plateau » et des « pentes », ainsi Mme Vierdin : « Le quartier, c’est le plateau, mais pas au-dessous, c’est une autre population, c’est une autre manière de vivre et une autre ambiance (...). C’est une population qui vit la nuit ». Les Lyonnais interrogés semblent partager le rêve de vivre à la ville comme à la campagne, à La Croix-Rousse, telle Mme Vierdin : « Ce quartier a un autre avantage. C’est une colline et c’est donc très aéré. La qualité de l’air y est meilleure qu’en centre-ville. Il y a toujours un peu d’air. On était assez sensibles à cet aspect parce qu’on arrivait de la campagne ». Cette idée du « village dans la ville » contient aussi celle de société d’inter-connaissance, impliquant une certaine homogénéité sociale. C’est la possibilité de rencontrer ses semblables, qui séduit nos interlocuteurs, plus que la pratique réelle d’une sociabilité de quartier. Cette similitude sociale désirée peut inclure bien sûr un certain mélange ethnique et social qui donnerait cet aspect varié et distrayant à certains quartiers. Mme Sillard décrit son environnement dans le 20e arrondissement parisien : « C’est un quartier que j’aime bien parce que c’est un mélange populaire et bourgeois. C’est vrai qu’il y a des mélanges ethniques aussi mais pas avec les problèmes majeurs qu’on peut rencontrer dans des parties plus défavorisées du quartier (...). Ce quartier m’a permis finalement de ne pas être désorientée par rapport à ce qui fait partie de mon éducation, parce que je continue quand même à côtoyer des gens, pas socialement mais culturellement proches de moi, intellectuellement proches de moi, par contre je fréquente des milieux sociaux très différents ». « Habiter avec ses semblables » permet d’espérer se lier d’amitié avec ses voisins (Bidart, 1997), et dans les faits, conduit nos informateurs à avoir souvent leurs amis à proximité, venus se regrouper peu à peu dans le quartier. Un couple de Besançon repère les appartements qui se libèrent autour d’eux pour le signaler à leurs amis qui veulent venir au centre ville. La même stratégie est utilisée pour loger à proximité les enfants qui prennent leur indépendance. Cette présence amicale ou de membres de la famille peut d’ailleurs constituer de bons motifs dans le choix du quartier, surtout pour des ménages qui arrivent dans des villes qu’ils ne connaissent pas.

16Construire des relations de voisinage avec ses « semblables », ou la présence d’amis ou de parents, tout ceci concourt à valoriser les lieux où l’on vit et à guider les choix résidentiels. Ces derniers s’articulent aussi avec une similitude de mode de vie à certaines étapes du cycle de vie.

A chaque étape biographique, son cadre de vie

17Comme le montrent J-Y. Authier et Y. Grafmeyer (1997, 79ss), les parcours antérieurs des résidents sont essentiels pour comprendre la façon dont les acteurs gèrent leur cadre de vie. Ces itinéraires résidentiels sont à mettre en relation avec les étapes du cycle de vie des ménages. Bien sûr ils ne déterminent pas seuls le parcours résidentiel de nos informateurs ; néanmoins les transitions biographiques comme le passage d’un mode de vie de couple sans enfant à celui de vie familiale joue un grand rôle dans la perception des espaces tant intérieurs qu’extérieurs. Ils constituent donc des motifs de choix d’un quartier important. Dans tous les entretiens, la naissance du premier enfant entraîne une « réorientation » de cet itinéraire, et surtout une transformation de la représentation de son environnement. Certains aspects, qui ont pu être considérés positivement, deviennent alors autant de raisons d’hâter un déménagement. Cela est particulièrement vrai pour les informateurs qui avaient choisi, comme couple, un quartier animé et offrant de nombreuses possibilités de distractions. Avec un enfant, ces avantages apparaissent tout à coup comme des désagréments : trop de monde, trop de bruit, atmosphère polluée à cause de la circulation automobile, absence d’espaces verts. Cependant, dans de rares cas, le charme d’un lieu et son originalité, qui entraînent une très forte valorisation du quartier, conduisent les habitants à y rester malgré les inconvénients pratiques majeurs. C’est le cas des deux familles qui habitent le quartier Saint-Georges à Lyon ; les informatrices nous ont fait de longues descriptions des problèmes rencontrés pour porter enfants et courses au sommet de ce quartier, par les ruelles et les escaliers très raides qui ont même obligés les Baudry à installer un treuil. On voit bien que le choix du logement et du quartier fait lors de la mise en ménage peut se trouver profondément mis en cause au moment de la naissance du premier enfant, à moins que les ménages bénéficient de conditions d’habitation particulières (accès à un jardinet ou à une cour intérieure). Ils commencent alors à élaborer des projets d’itinéraires résidentiels plus précis. Au moment du départ des enfants adultes du logement parental, la question se reposera à nouveau, même si la plupart des informateurs disent de ne pas vouloir déménager.

18Une fois installés dans tel ou tel endroit, comment nos informateurs définissent-ils les limites géographiques de l’espace qu’ils considèrent comme leur « quartier » ?

« Mon quartier, c’est ma rue ! »

19Dans son enquête à Londres, Daniel Miller (Miller, 2005) montre la même adéquation entre « quartier » et la rue que dans l’affirmation d’un de nos informateurs : « Mon quartier, c’est ma rue ». La rue est donnée pour le quartier, car c’est à travers elle que les Britanniques penseraient la ville (Miller, 2005, 19). Il existe selon l’auteur, une véritable « idéologie de la rue » en Grande-Bretagne qui ne trouverait pas d’équivalent ailleurs, sauf peut-être aux Etats-Unis (Whyte, 1934-1993 ; Hannerz, 1969)12. Elle suscite imaginaire et représentations qui sont autant de ressources pour penser la ville, pour penser le quartier, sans nécessairement s’articuler avec les pratiques de ses habitants.

20A Paris, à Lyon, ou dans une petite ville comme Besançon, nos informateurs ont une idée des délimitations « physiques » (Seine, boucle du Doubs, Saône ou Rhône) et administratives du quartier, mais « leur » quartier constitue toujours une entité spatiale plus réduite, le plus souvent celle d’une ou de quelques rues. Les limites géographiques fixent souvent les « frontières » que l’on ne dépassera pas à pied. Un Bisontin, qui vit dans la « boucle », n’ira pas au-delà sans sa voiture. Les habitants de La Croix-Rousse prendront aussi un véhicule pour « descendre » à Lyon. Les représentations de « son » quartier s’articulent avec les pratiques de celui-ci, en particulier le fait de le parcourir. Ces déplacements piétonniers créent des cercles dont le point central est le logement, avec des limites extrêmes qui sont souvent des frontières « physiques » (ponts; fleuves; etc.). Ce parcours physique de l’espace permet, non seulement de décrire son « quartier » et ses limites, mais aussi son appropriation. Il constitue la grande différence avec les habitants des zones de pavillons de la banlieue parisienne que nous avons interrogés. En effet, ceux-ci utilisent leurs voitures pour leur déplacement. « Leur » quartier comprend au plus les quelques maisons du voisinage et parfois l’allée dans laquelle est située leur propre pavillon. La banlieue apparaît alors comme un espace plus complexe que celui des centres villes, nécessitant une connaissance qui ne passe pas par une pratique physique directe de celui-ci (piétonnier).

21Outre cette dimension, la délimitation de l’espace est liée à celle de proximité sociale. Les habitants de la Croix Rousse à Lyon distinguent nettement le « Plateau » des « Pentes » : « Quand les gens disent qu’ils viennent de la Croix Rousse, on leur demande si c’est des Pentes ou du Plateau. Les Pentes, c’est considéré comme le quartier pauvre par rapport au Plateau, alors que le Plateau est devenu « top » », confirme M. Baudard (qui vit sur le Plateau). Ce dernier commentaire rejoint ce que nous avions déjà observé : plusieurs critères sont utilisés pour définir ces « frontières » dont l’un est celui de la proximité sociale. Mais laissons la parole à Mme Sillard, habitante de la rue St Fargeau, dans le 20e à Paris :  « (...) la limite, elle est très simple, c’est la rue St Fargeau. Donc en fait on est protégé » -dans son idée d’une population trop mélangée ethniquement et socialement- qui rend l’environnement « craignos » selon ses termes, et continue-t-elle « et en même temps on côtoie toute une population qui est une population de notre époque ». Sa perception est partagée par d’autres résidents de cet arrondissement qui en fixent les limites à la rue près, en lien avec la composition sociale de la population.

22Parcouru à pied, le quartier est un espace d’interconnaissances et de voisinage : pouvoir être salué comme un habitant du lieu, être reconnu par les autres résidents et par les commerçants constituent autant de preuves tangibles de son appartenance à un quartier qui se réduit souvent à une rue. Même si les habitants de la rue Rambuteau à Paris fréquentent d’autres coins de leur arrondissement, cette rue est « leur quartier ». Bruno Magnanat considère que son « quartier » est la rue Bersot à Besançon, bien qu’il se déplace à pied dans toute la « boucle ». Il y connaît tous les commerçants, les propriétaires des nombreux cafés, qui le saluent au passage.

23L’inscription des ménages dans l’espace urbain commence par leur choix résidentiel, qu’ils ont fait en recherchant une adéquation entre un mode de vie et une aspiration sociale. Ce lien constitue une condition à l’élaboration d’une sociabilité de quartier. On va choisir d’aller habiter avec « ses semblables » socialement. Cette similitude de mode de vie auquel les informateurs aspirent, intègre le cycle de vie des ménages : une transition biographique -l’arrivée d’un enfant- entraîne un changement dans l’itinéraire résidentiel. La définition d’un « quartier » est liée à celle d’un espace d’interconnaissance réel ou potentiel, et qui s’accompagne d’une appropriation physique de cet espace. Celui-ci se parcourt souvent à pied. Les « frontières » peuvent être variables, elles reposent à la fois sur des critères géographiques et sociaux. Donc d’une manière générale, on constate que l’intégration d’un ménage dans un quartier est lié à des processus d’appropriation sociaux, symboliques et physiques de celui-ci qui débutent avec le choix du lieu de vie et qui sont ré-activés dans les pratiques de la vie quotidienne. Parmi ces pratiques, celles liées à l’approvisionnement semblent être devenues, ainsi que les commerces eux-mêmes, des « ressources symboliques pour penser la rue » (Miller, 2005, 19), en d’autres termes le quartier.

Pratiques d’approvisionnement et rôle des commerces

24Quel est le rôle des commerces et des pratiques d’approvisionnement dans l’insertion des ménages dans un quartier ? Dans sa propre recherche londonienne, Miller (2005) a montré que la plupart de ses informateurs issus des classes moyennes ne fréquentaient pas ou en « dépannage » les magasins de proximité, malgré un discours de soutien affiché en faveur des petits commerces. Ils préfèrent prendre leur voiture pour aller dans des galeries commerçantes dans la périphérie plus éloignée. Seuls les résidents les plus modestes étaient contraints de s’approvisionner dans la rue, en regrettant l’absence de supermarché et de centre commercial. L’auteur conclut que « seuls deux commerces sur vingt ont véritablement réussi à créer un « sens de la rue » : le coiffeur et le quincaillier » (2005, 20).

25Dans notre recherche, nous ne sommes pas partis à la quête du/des commerces qui donneraient sens à l’environnement de proximité de nos interlocuteurs. Nous nous sommes surtout attachés à décrire les pratiques d’approvisionnement, « faire ses courses », à reconstituer la provenance des marchandises, les rythmes des achats, et qui dans le ménage les prend en charge.

Faire ses courses

26Parmi les aliments, deux semblent posséder un statut particulier qui requiert de s’approvisionner dans des commerces spécialisés, autres que des grandes surfaces : le pain13 et la viande. Ces boulangeries et boucheries sont souvent situées dans le quartier, voire dans leur rue, et les clients peuvent s’y rendre à pied. Cependant, le pain est aussi un achat qui se fait souvent soit autour de son lieu de travail, soit sur le chemin du retour, en fin de journée. Les autres achats alimentaires, comme l’épicerie, se font dans des supermarchés de proximité (sauf pour les ménages de banlieues qui n’ont pas toujours cette possibilité). Les raisons sont diverses : une famille, de la rue Rambuteau, ne possède, par exemple, pas de voiture ; la distance à parcourir devient alors importante. Patrick Gouriard et Agnès Onnard ne consomment que des produits biologiques qu’ils trouvent dans un supermarché spécialisé de leur quartier, Le Marais : « Maintenant on fait les courses à tour de rôle dans un magasin, chez « Naturalia » et on se fait livrer, une fois par semaine. C’est à la rue Saint Antoine, dans le quartier. C’est notre fournisseur exclusif ! Quasiment, tout le reste on le fait dans la rue ». On note aussi la persistance de la fréquentation des marchés ouverts de fruits et légumes au moins une fois par semaine (en général le week-end)14. Plus de la moitié des ménages interrogés disent faire leurs courses de fruits et légumes sur les marchés hebdomadaires. Cette rapide description des pratiques montre que la diversité de l’offre commerçante est essentielle dans un quartier : supermarché, commerces spécialisés et marchés. Elle permet de satisfaire la plupart de ses besoins à proximité de son domicile.

27Sortir de son quartier urbain pour ses courses est lié à des raisons diverses, qui sont économiques comme dans l’exemple qui suit, ou encore la recherche de produits spécifiques, liés à des pratiques religieuses ou dont la qualité est réputée supérieure. Un ménage de cinq enfants, qui vit à Antony, fréquente un marché dans une autre banlieue : « Il y a un grand marché qui est très bien. Et à la fin du marché, ils soldent les marchandises. Souvent, on y va à la fin pour acheter moins cher » (Mme Moullin). La famille Kehour, d’origine algérienne, se déplace dans le 11e arrondissement pour aller se servir dans une boucherie halal : « Pour la viande, on a un boucher que l’on connaît par la famille qui achète là-bas. Ma tante achète toujours chez lui. C’est un peu la boucherie de famille ! ». Les Thierry vont toujours chez « Tang » (grand supermarché asiatique) dans le 13e pour acheter leur poisson ; outre l’expérience exotique que cela procure, ils ont l’impression que le débit énorme de ce supermarché assure plus de fraîcheur aux poissons. Jocelyne Sillard va parfois rue des Rosiers pour de la pâtisserie, surtout au moment des fêtes juives. Cependant, plus que les produits alimentaires spécifiques, ce sont souvent des liens personnels noués avec le commerçant qui vont conduire certains informateurs à se déplacer pour le suivre dans ses déménagements, comme l’explique Robert Choron : « On se déplace pour la boucherie. Parce qu’il se trouve qu’on allait dans la boucherie au centre ville. Le jeune boucher qui nous servait, on le trouvait éminemment sympathique ; parce qu’on aime bien, Christine comme moi, parler avec lui. On aime bien avoir le contact. Ce boucher est parti de cette boucherie. Il est parti dans un premier temps dans le Haut-Doubs. Un jour en se baladant, on a même été acheter de la viande. Il s’est installé maintenant dans le quartier de Saint-Ferjeux. On y va en voiture pour faire des courses pour la semaine ». M. Baudard a deux bouchers : « Il y en a un que je connais qui est un ami et qui est de très bonne qualité, mais qui n’est pas sur mon trajet. Il y en a un autre qui est sur le trajet de l’école. Donc je change en fonction des trajets ». Il faut remarquer que ces déplacements concernent un aliment qui possède un statut spécifique : la viande15.

28Selon le type de commerces, les moyens de locomotion varient : mais on peut dire que les informateurs privilégient la possibilité d’aller à pied, ce qui n’est pas sans influence sur le rythme d’approvisionnement. Mme Zerdine, mère de trois adolescents, a récemment déménagé de la banlieue dans le XXème, et elle explique en quoi cela a changé ses habitudes d’approvisionnement : « Je vais dans le quartier. Alors là, c’est un avantage par rapport à la banlieue. La banlieue, vous allez dans le « Carrefour », vous prenez un chariot, là, c’est plus pratique, mais j’ai eu du mal à m’adapter. Dans les banlieues, on remplit le chariot et on reste tranquille une semaine, quinze jours, d’ailleurs les chariots ne sont pas assez grands ici ! Je n’arrive pas à m’adapter à la vie de Paris où il faut faire ses courses presque chaque jour. J’y vais une fois par semaine, j’utilise tout ce qu’il y a autour ». Cette dernière citation montre que la principale différence entre les pratiques des habitants des centres villes et celles des banlieusards ou des quartiers périphériques (Besançon), c’est le rythme et l’organisation liés à l’approvisionnement.

Rythmes et organisation

29L’absence de commerces de proximité oblige les ménages de banlieue à utiliser leur voiture pour aller s’approvisionner et ils doivent aussi s’organiser plus strictement que les ménages urbains, en particulier par rapport au parcours domicile/lieu de travail, alors que ces derniers n’hésitent pas à ressortir de chez eux après  leur retour dans leur domicile. Toutes les familles de banlieue interrogées s’approvisionnent principalement dans les hypermarchés une à deux fois par semaine, en complétant ces courses par des achats faits plus près du domicile quotidiennement (le pain par exemple), sur l’itinéraire lieu de travail/résidence. Ou encore, ils fréquentent parfois un marché le samedi ou dimanche matin, en famille, pour acheter quelques légumes et fruits frais. L’approvisionnement des habitants de banlieue est subordonné plus fortement aux lieux et horaires de travail que les résidents des centres villes. En revanche, ces derniers peuvent se permettre d’improviser et d’y aller aussi souvent qu’il le faut, puisqu’ils ont des commerces à côté de chez eux. La fréquentation de ces commerces est souvent plutôt pluri-hebdomadaire, ou même quotidienne. Mais le rythme de fréquentation d’un commerce peut être lié à des critères personnels de sociabilité, ainsi les Baudard (Lyon, Croix-Rousse) : « Il y marché tous les jours sur le boulevard. On commence à connaître les commerçants. Les producteurs et vendeurs habituels ne sont pas là tous les jours. On choisit donc nos jours. Et le week-end, on évite, c’est envahi et les prix ne sont pas les mêmes ».

30Les manières d’organiser les rythmes de fréquentation des divers commerces reposent sur plusieurs critères : proximité, moyens de transports, taille du ménage, horaires de travail et parfois liens personnels avec les commerçants. Dans tous les ménages, il y a un « rythme de base » qui est donné par la fréquentation soit d’un supermarché de proximité soit d’un hypermarché de banlieue. Ce rythme est au minimum d’une fois par mois et au plus hebdomadaire (le plus souvent par quinzaine). A cette fréquentation se superpose un rythme plus rapide qui est celui des achats de proximité qui peuvent être quotidiens comme le pain ou la viande, mais qui sont dans tous les cas hebdomadaires.

Une activité encore largement féminine

31Même si ce sont les femmes qui sont responsables de l’approvisionnement, les hommes y participent, en général munis d’une liste16. Néanmoins, dans près de la moitié des ménages interrogés, ce sont uniquement les femmes qui prennent en charge l’ensemble de l’approvisionnement. Dans les autres familles, les courses sont réparties dans les couples : les conjoints qui ont des horaires de travail irréguliers ou travaillent moins, s’occupent d’une grande partie des courses alimentaires. Les activités professionnelles jouent ainsi un rôle important dans cette répartition des tâches ainsi que la classe d’âge, mais dans une moindre mesure. Chez les jeunes couples jusqu’à 35 ans, la répartition est indifférenciée et plutôt égalitaire – du moins dans les discours –, d’autant plus que l’approvisionnement est quotidien ou presque. Chacun regarde dans le frigidaire ou le placard ce qui manque et va le remplacer. Cependant, le plus souvent, la répartition est organisée et différenciée selon le type de commerces. Si les hommes prennent en charge une partie des courses alimentaires, ils fréquentent surtout les hypermarchés et les marchés. Aux femmes incombent surtout les supermarchés de quartier et les autres commerces plus spécialisés. Il apparaît aussi clairement que les femmes assument le plus souvent la dimension quotidienne de l’approvisionnement et surtout la responsabilité de sa bonne organisation qui leur permet de nourrir leur famille. Leurs conjoints ne vont faire les courses qu’une fois par semaine, ou alors ils ont la charge d’un produit spécifique comme le pain, par exemple, à acheter au retour de leur lieu de travail. Leur statut de « sexe fort » les conduit à acheter le « gros », c’est-à-dire les boissons, les produits de base, nécessairement lourds à transporter.

32Les hommes qui ont la charge des achats en hypermarché saisissent souvent l’occasion pour les combiner avec ceux de disques ou de livres, parfois en emmenant les enfants pour laisser du temps libre à leur femme ; ils organisent ce déplacement d’approvisionnement comme une excursion familiale. Mme Bourdin soupçonne son mari d’aller à l’hypermarché pour contrôler les dépenses du ménage : « C’est mon mari qui fait les courses, il va direct au Carrefour de Chalezeule, une fois par semaine, le samedi matin. Il aime beaucoup son porte-monnaie, il sait que sa femme est très dépensière donc je pense que... ».

33Les choix en matière de répartition des tâches, et ceux des commerces ont une dimension pratique (garde des enfants, horaires de travail irréguliers, etc.). Cependant, à travers ces dernières observations, il semble que la dimension sociale des pratiques d’approvisionnement soit importante, et qu’elle permette de dépasser l’aspect corvée inhérente à une activité contraignante. On ne va pas à plusieurs à l’hypermarché seulement pour avoir plus de bras pour porter les achats, mais aussi parce qu’une tâche faite collectivement prend un tout autre caractère.

Corvée ou plaisir ?

34Les femmes ont donc encore largement la responsabilité de l’approvisionnement alimentaire des ménages et de nourrir leurs familles ; même si elles ne vont pas toujours elles-mêmes dans tous les commerces. Leurs conjoints vont faire les courses munis « d’instructions » sous la forme de listes ou alors elles tentent de les « éduquer », parfois avec succès, comme certaines informatrices nous l’ont affirmé.

35Dans son ouvrage sur le « shopping » (1998), Daniel Miller montre bien les sentiments ambigus développés par rapport aux courses, principalement par les femmes. Nous retiendrons ici l’idée de combiner ce qui est une « corvée » nécessaire et indispensable, par une certaine compensation qui, d’après nous peut prendre diverses formes, pas seulement celle de se « faire un petit cadeau » en s’achetant quelque chose pour soi (friandise, vêtement, livre, etc.).

36L’exemple type de la véritable corvée est l’hypermarché qui doit être menée le plus vite et le plus efficacement possible. Mme Karinski, mère de trois petits enfants : « J’évite au maximum les grands supermarchés, ça je ne supporte pas, donc j’y vais environ une fois par mois pour m’acheter vingt cartons d’eau, dix cartons de lait, c’est tout quoi. Sauf le poisson, point c’est tout ». Mme Karinski envoie son mari dans les hypermarchés avec les enfants ; celui-ci transforme cette corvée en une expérience plaisante, un moment passé avec ses jeunes enfants à qui il offre un repas ; il en profite aussi pour « se récompenser » en s’achetant des objets personnels, comme disques ou livres. Elle commente les pratiques de son conjoint : « Lui, les courses, il aime bien ; moi, j’aime beaucoup moins parce qu’il dépense des sommes folles ! Alors par contre, lui, c’est « Auchan », « Carrefour », lui, c’est bing, il a tout sous la main... Il revient avec tout sauf ce qu’on lui a demandé. Il y va le samedi et il prend même les enfants. Ils vont manger dehors, ils font les courses, ils reviennent le soir ». A travers cet extrait d’entretien, on perçoit la dimension ludique que prend cette activité dans la mesure où elle ne s’inscrit pas dans ce qui est vécu comme une contrainte pour la plupart des informatrices.

37Une des stratégies pour rendre les pratiques d’approvisionnement en grandes surfaces satisfaisantes est de leur donner une dimension sociale en y allant à plusieurs à défaut de pouvoir engager des rapports personnalisés avec les commerçants. Une autre est de donner à ces achats une signification spécifique, en les inscrivant dans une configuration de magasins. Elle conduit nos informateurs à diversifier les lieux d’acquisition en donnant à chacun d’eux un sens particulier en relation avec une marchandise. Cette diversification des espaces marchands est bien pensée par nos interlocuteurs qui sont précis dans leurs descriptions (tel ou tel produit acquis dans tel ou tel magasin pour des raisons précises) et ils en retirent un certain plaisir, lié à une compétence et une habilité à maîtriser cette « course aux produits ».

38Cependant, seuls les petits commerces, surtout ceux de proximité, offrent des relations personnalisées avec les clients. On observe que les consommateurs ont souvent essayé plusieurs commerces avant de fixer leur choix. Les critères de celui-ci mêlent considérations économiques, mais surtout articulent qualité des produits et accueil par le commerçant comme le précise M. Chartier : « C’est idiot, mais moi quand j’entre chez un commerçant, j’aime bien qu’il me reconnaisse comme un client du quartier ». Cette relation personnelle peut se transmettre d’une génération à l’autre : « Oui, c’est le même boucher que ma mère ; il était bien, mais il a vendu » (Mme Martin). Ou encore, Caroline Godard : « Le fait que ma famille soit là, ils connaissent les endroits où les produits sont intéressants. Naturellement, on va dans ces endroits. Pour la boucherie et la boulangerie, on va au même endroit qu’eux ».

39Les conditions que doivent remplir des pratiques d’approvisionnement pour être satisfaisantes, sont les suivantes : l’achat doit avoir un sens par rapport au commerce choisi (prix, qualité, prestige, etc.) ; la pratique d’achat doit avoir une dimension sociale, voire personnalisée et enfin, elle crée un rapport direct, tangible (y compris la vue, le toucher et l’odorat) avec le produit. Plusieurs conséquences découlent de ces constats : la grande réticence de nos informateurs pour les achats « médiatisés » par différents moyens comme la vente par correspondance ou par Internet. Une grande importance est accordée aux commerces de proximité comme permettant de remplir potentiellement toutes les conditions de satisfaction, contrairement, a priori, aux hypermarchés. Celles-ci se reflètent également dans les pratiques d’approvisionnement privilégiées, quand le choix existe, mais aussi à travers les discours qui construisent une représentation des commerces et de la sociabilité qui leur est associée. Leur dimension sociale reste un aspect valorisé et valorisateur. Cela nous renvoie, bien sûr, à notre réflexion sur l’insertion des ménages dans leur environnement : « être un client reconnu comme habitant d’un quartier » participe de la construction de l’identité sociale de l’individu.

Approvisionnement et sociabilité : pratiques et représentations

40Quelles représentations sociales des différents types de commerces nos informateurs ont-ils ? Comment leurs pratiques s’accordent-elles à celles-ci ? Les enfants et les adolescents sont aussi socialisés à ces pratiques d’approvisionnement, même s’ils ne sont que rarement sollicités dans les pratiques quotidiennes.

Sociabilité de voisinage et pratiques d’approvisionnement

41Si la majorité de nos informateurs nous disent entretenir des relations de voisinage, les Lyonnais, tant les citadins que les banlieusards, sont ceux qui ont les pratiques de voisinage les plus formalisées, à savoir des repas qui réunissent, une fois par année, l’ensemble des habitants d’une rue ou d’un immeuble. Au-delà de ces exemples qui restent tout de même assez exceptionnels, les rapports de voisinage sont souvent liés aux pratiques d’approvisionnement. Les voisins échangent des adresses de « bons » commerçants, ainsi Mme Brustin : « On a un boucher à côté du marché, je ne vais que chez lui. C’est mon boucher exclusif. Je l’ai découvert par mes voisins ; ils en parlaient, j’y suis allée et c’est vrai qu’il est très bien ». Certaines voisines s’organisent pour aller ensemble dans les hypermarchés, comme nous l’avons vu précédemment. Les voisins peuvent aussi faire des courses les uns pour les autres, ou pour une voisine âgée, devenue impotente. Les relations sociales entre voisins se construisent ainsi souvent autour de l’alimentaire : repas commun, « emprunt » d’un oeuf ou de sel lors d’un oubli, et enfin achats faits ensemble ou pour quelqu’un du voisinage. Les pratiques d’approvisionnement participent de la création du lien social de voisinage. Celui-ci s’articule aussi autour des enfants : à l’intérieur de l’immeuble – gardes réciproques de jeunes enfants – ainsi qu’à l’extérieur autour de l’école, mais également dans la rue et les commerces.

« Faire les courses » comme expérience de l’espace public

42Dès la pré-adolescence, les parents encouragent leurs enfants à aller faire de petits achats alimentaires chez les commerçants de proximité. Cela fait partie d’une socialisation non seulement aux pratiques de consommation, mais aussi à l’espace du quartier : les enfants sont donc incités à fréquenter ces magasins comme partie prenante d’un processus d’apprentissage de l’espace public17. Mme Moullin encourage ses cinq enfants à prendre des initiatives (le plus jeune a 11 ans) : « Ils font aussi des achats alimentaires parce qu’il y a des choses qu’ils aiment et surtout ils prennent des goûters énormes qu’ils préfèrent choisir. De temps en temps, ils font la cuisine. Quand ils font ça (acheter de la nourriture) c’est surtout dans les petits magasins du quartier ». Mme Bourdin : « Mon fils a 15 ans cette année; il va faire les courses, il va à la boulangerie, la boucherie ». Le fait que tel ou tel commerçant reconnaisse un enfant comme le fils/fille d’un client et habitant du quartier, est un critère important d’évaluation de celui-ci. Bruno Magnanat décrit combien sa famille se sent bien dans la rue qu’ils habitent à Besançon : « Le marchand de légumes connaît notre gamin... ». Peu à peu, en grandissant, les adolescents gagnent en autonomie en ce qui concerne le choix de leurs achats personnels -vêtements- et les lieux d’achats. Ces derniers varient selon leur classe d’âge ; les adolescents se détachent peu à peu de l’espace de leur quartier et s’approprient d’autres espaces urbains. A partir de 14-15 ans, les adolescents sont ainsi autorisés à s’acheter leurs propres vêtements, parfois accompagnés par leur mère. Si ce n’est pas le cas, l’adolescent doit rendre compte de ses achats, le plus souvent faits avec l’argent des parents. Mais dans tous les cas, il part seul prospecter dans des magasins fréquentés uniquement par sa classe d’âge. Autant que les adultes, voire plus, les adolescents ont leurs quartiers bien à eux, où ils savent qu’ils trouveront des magasins qui correspondront à leur choix stylistique. Un type de configuration commerciale rencontre l’approbation de toutes les générations : les galeries marchandes.

Discours et représentations

43Non seulement nos informateurs fréquentent et même privilégient les commerces de proximité, ils tiennent aussi des discours sur le rôle de ceux-ci dans la sociabilité de quartier, qui ne correspondent pas toujours à la réalité de leurs pratiques. Ainsi M. Toupard qui ne fréquente pas les commerces de quartier : « Il y a une vie de quartier à Montrapon, là où il y a un peu de commerces. C’est les commerces qui amènent la vie de quartier ». Ou M. Baudry qui vit dans un quartier où les commerces de proximité ont presque disparu : « Les petits magasins de quartier, c’est notre tissu social, c’est la base du tissu. Quand vous allez à Monoprix, vous pouvez toujours discuter avec la caissière, mais elle change tous les jours ; là, ils connaissent vos enfants, on les connaît, il y a quand même un autre rapport, ça n’a rien à voir ».

44Dans son étude d’un quartier londonien, Daniel Miller (2001, 2005) montre la construction faite par la classe moyenne autour des commerces de proximité et de la sociabilité, même si ceux-ci ne sont guère fréquentés car ce voisinage ne correspond pas à leurs aspirations sociales. Dans notre propre recherche, il semble que si les représentations du quartier correspondent aux aspirations sociales et aux modes de vie désirés par les individus, alors ils vont effectivement fréquenter les magasins de proximité, qui pourront jouer un rôle dans une sociabilité de voisinage. D’une certaine manière, ces pratiques d’approvisionnement pourront participer à la construction de l’identité des acteurs, comme habitants de tel ou tel quartier ou rue. Deux extraits d’entretiens sont très éclairants : « Moi je suis un peu connu rue Bersot et pas rue des Granges... On connaît le marchand de légumes, on connaît le buraliste, on connaît le marchand de pain, on connaît le marchand de vin... C’est une reconnaissance quelque part. il nous fait « salut » quand on passe(...). Moi, j’ai besoin d’une reconnaissance dans mon travail, et pis d’une reconnaissance à l’extérieur... comme habitant du quartier » (Bruno Magnanat, Besançon). M. Chartier de Lyon nous parle de son boucher : « j’aime bien qu’il me reconnaisse comme un client du quartier. Quand un commerçant ne vous reconnaît pas... (...) Même si c’est plus cher, c’est bien d’être reconnu dans le quartier ».

45Si l’adéquation entre les commerces de voisinage et les aspirations en termes de mode de vie correspondent moins, les individus ont tendance à aller s’approvisionner ailleurs18. Ainsi les Baudard (Lyon) sont fiers de voir que leurs amis se déplacent pour venir faire leur marché dans leur quartier : « Il y a des amis qui se sont éloignés, mais qui aiment revenir ici. On a souvent des gens, à cause du marché qui viennent ici. Et comme on donne sur le boulevard, ils passent, ils sonnent ». Malgré la présence de certains commerces qui subsistent dans son quartier, Mme Pons (Lyon, Saint-Georges) le décrit comme étant dépourvu de magasins « (...) toutes les épiceries, elles ont été reprises par des petits Tunisiens, c’est ouvert jusqu’à 22h, jusqu’à minuit. Mais il n’y a plus de vie commerçante dans ce quartier, tous les commerces ont disparu ». Ce commentaire permet de comprendre que les commerces « arabes » sont considérés comme des magasins de « dépannage », ouverts souvent tard le soir et le week-end, mais pas comme des lieux où s’approvisionner régulièrement.

46La fille du couple Kehour, 20 ans, étudiante en droit, qui vit avec ses parents dans un immeuble HLM du 3e arrondissement, nous décrit ses quartiers préférés qui sont bien éloignés de ceux de son logement : « Pour sortir avec les amis, c’est plutôt Opéra ; ce quartier est bien, car les Halles (à deux pas de chez elle), le soir, ça craint ». A la question pourquoi le quartier de l’Opéra, elle continue : « Parce que j’aime bien, c’est un des seuls quartiers de Paris où, selon moi, il y a un métissage de toutes les classes sociales. C’est des gens corrects. Il n’y a pas de racaille. Et c’est un beau quartier, c’est vivant ». Pour ses vêtements, elle préfère aller dans des centres commerciaux, non pas aux Halles, mais à La Défense ou à Galliéni. On observe ici combien l’aspiration à un certain mode de vie qui ne correspond pas à la représentation sociale de son propre quartier, conduit un informateur à fréquenter des commerces éloignés de son lieu de résidence (et pas par goût du changement ou de l’exotique...). Miller (2005) constate le même phénomène : les classes moyennes font leurs courses dans des galeries marchandes dans lesquelles on se retrouve « entre soi ». Dans notre étude, ces lieux semblent surtout être privilégiés par les adolescents qui les fréquentent même si ils sont souvent localisés en banlieue ou aux portes de la ville (sauf les Halles à Paris ou la Part-Dieu à Lyon). Cependant, de nombreux informateurs adultes, souvent habitants des banlieues, y vont aussi faire leurs achats vestimentaires. Ces espaces – qui s’apparenteraient à des non-lieux (Augé, 1992, 69-71) – regroupent de nombreuses boutiques qui sont aussi présentes dans les centres villes. Cette présence au centre donne à leurs produits une valeur symbolique ajoutée par l’identité forte de cet espace, qui permet aux magasins de marques similaires de la périphérie de bénéficier d’une sorte de « rappel » (Boukaïa, 1999). D’une certaine manière, ces centres sont des « doubles » des centres villes, mais dont l’esthétique est celui de la modernité et de l’efficacité. Dans une petite ville comme Besançon, les centres commerciaux comme celui de Chalezeule souvent cité par nos informateurs offrent une alternative commerciale et déambulatoire à la « boucle ». Ils possèdent une dimension familiale à cause de la diversité des choix qu’ils offrent dans un univers clos, à la température stable et protégé des intempéries (et parfois avec des ouvertures nocturnes prolongées). Mme Zerdine : « Moi, je vais à Rosny 2. Parce qu’il y a plusieurs boutiques que je connais. Et je sais, quand j’ai besoin de chaussures, je vais aux chaussures. Il y a du choix ». Sa fille complète : « Chacun fait son magasin. Les garçons vont dans les boutiques de musique. Toujours dans les centres commerciaux, on va à Rosny 2 et puis on se sépare. Dans Paris, on va aux Halles. On va chacun individuellement en général ». La mère : « Avant, c’était la sortie de banlieue. J’allais à Rosny 2 pour me balader ». Ainsi contrairement à sa définition comme non-lieu, le centre commercial et sa galerie marchande procurent du plaisir à ceux qui les fréquentent, même si son affirmation sociale, surtout dans la classe moyenne supérieure, est socialement et culturellement peu admise. Cependant, certaines galeries marchandes proposent un « entre-soi » social19, du moins à certains moments de la semaine. Non seulement on y trouvera l’ensemble des magasins qui nous intéresse, mais aussi la clientèle qui est attirée par ceux-ci et qui nous est donc nécessairement proche socialement, et parfois en termes de classe d’âge.

47Il existe à la fois une sociabilité et une socialisation autour de l’activité d’approvisionnement. « Faire ses courses » crée du lien social, processus dans lequel les enfants prennent une place : dans le quartier, car cette pratique leur permet d’explorer l’espace public de proximité (une exploration qui va en s’élargissant plus l’enfant devient un consommateur autonome). La confrontation entre les discours et les représentations, et les pratiques montrent que les commerces de proximité restent fréquentés et sont valorisés parce qu’ils offrent la possibilité de créer des liens personnalisés entre commerçant et client, et d’être reconnu comme un habitant du quartier. A l’exception notable des commerces « arabes » qui deviennent dans certains discours, des « non-commerces » même si les interlocuteurs y vont faire des achats occasionnellement. Il serait facile de considérer ces commentaires simplement comme xénophobes, il nous semble plutôt qu’ils sont à mettre en lien avec le statut spécifique de ces magasins : ils ne font pas partie des étapes régulières d’une planification des courses ; au contraire, ils s’inscrivent dans l’exceptionnel, mais sans proposer de produits spécifiques (ce sont en général des épiceries généralistes). Ils n’entrent donc pas dans le parcours habituel des courses.

48L’idée de parcours, de proximité et de diversité relative des commerces est au cœur des galeries marchandes qui permettent, de plus, de rencontrer ses « semblables » soit en terme social, soit en terme de classe d’âge. Ces caractéristiques expliquent sans doute le succès de ces lieux, certes moins pour des achats alimentaires quotidiens.

Conclusion

49Les pratiques d’approvisionnement participent à l’insertion des ménages dans leur « quartier » : nous avions en effet posé l’hypothèse qu’il ne pouvait y avoir intégration des familles dans leur environnement direct que si les habitants s’appropriaient cet espace, à la fois physiquement, mais aussi dans les discours et les représentations. Les commerces de proximité avec leur diversité jouent un rôle dans ce processus, facilité dans notre cas, par le fait que les quartiers où vivent nos informateurs bénéficient d’une image plutôt positive dans la collectivité. D’une manière plus générale, notre questionnement porte sur la construction sociale de l’identité, en partant d’une pratique spécifique – « faire ses courses » – comme révélateur de ce processus.

50Un choix du lieu de résidence « réussi », c’est-à-dire en adéquation avec un mode de vie et une aspiration sociale, conduit à créer un lien entre les ménages et leur quartier. Ce lien constitue une condition à l’élaboration d’une sociabilité de voisinage qui n’implique pas nécessairement des relations sociales profondes, structurantes ou encore créant des obligations, à l’image d’autres rapports sociaux comme, par exemple, ceux de travail20.

51La définition d’un quartier est liée à celle d’un espace d’interconnaissance réel ou potentiel : pouvoir être salué comme un habitant du lieu, être reconnu par les autres résidents et par les commerçants, constituent autant de preuves tangibles de son appartenance à l’espace du quartier qui se compose souvent d’une rue ou de quelques rues qui peuvent être parcourues à pied. Même s’il n’existe pas de « zoning » social à proprement parler dans les villes que nous avons étudiées, à travers leurs pratiques et leurs représentations, les habitants tendent à délimiter leur voisinage sur des critères sociaux. Bien sûr cela ne conduit pas à des « frontières » spatiales strictes, juste une adaptation des pratiques qui ne peut nécessairement pas réduire la coexistence et la mixité sociales.

52Le rôle éventuel des pratiques d’approvisionnement dans l’insertion des ménages dans une sociabilité de quartier dépend de plusieurs critères : diversité des commerces, inscription de ceux-ci dans un parcours piétonnier de courses, habituel et souvent planifié à l’avance. Les pratiques d’approvisionnement des ménages sont diversifiées et requièrent de véritables stratégies en termes de choix des commerces, d’organisation et de fréquence. Au-delà d’une recherche pragmatique de l’efficacité dans leurs stratégies d’approvisionnement, les ménages tentent de trouver une certaine satisfaction dans des pratiques fortement contraignantes. Ce plaisir des achats repose sur plusieurs critères : l’acquisition doit avoir un sens par rapport au commerce choisi (prix, qualité, prestige, etc.) ; elle doit s’inscrire dans une dimension sociale, voire personnalisée ; et enfin, elle doit permettre de créer un rapport direct, tangible (y compris la vue, le toucher et l’odorat) avec le produit.

53C’est la dimension sociale qui est bien sûr la plus importante à examiner pour appréhender le lien entre ces pratiques d’approvisionnement et l’insertion des ménages dans leur quartier. Pour l’individu, « être un client reconnu comme habitant d’un quartier » participe de son identité sociale. Les commerces « font » la vie de quartier pour la plupart de nos informateurs des centres villes étudiés (Paris, Lyon et Besançon), mais pas pour les banlieusards qui doivent se déplacer pour faire leurs courses. Miller (2005) a fait un constat contraire avec ses informateurs londoniens : ils lui tenaient des discours élogieux sur les quelques magasins du quartier, dans lesquels ils n’avaient jamais été, mais qui leur semblaient indispensables au « décor » de leur rue.

54Nos informateurs français, en revanche, continuent de fréquenter leurs commerces de quartier, qui existent encore grâce à un urbanisme différent et plus protecteur pour ces commerces. Pourtant leurs pratiques et leurs représentations se transforment : la concurrence des galeries commerçantes, des achats à distance, la disparition de la diversité des magasins, pourraient mettre fin au rôle des activités d’achats, en particulier quotidiens, comme élément d’une construction sociale d’une identité locale. « Faire ses courses » dans les centres villes articule encore ancrage territorial et appartenance à un groupe d’habitants d’un lieu, avec un ensemble de stratégies sociales et culturelles individuelles.

Haut de page

Bibliographie

Althabe, G. (1977), « Le quotidien en procès », Dialectiques, 21, pp. 67-77.

Althabe, G., Marcadet, C., de la Pradelle, M. et Sélim, S. (sous la direction de) (1985), Urbanisations et enjeux quotidiens, Paris, Anthropos.

Appadurai, A. (1986), The Social Life of Things, Cambridge, Cambridge University Press.

Augé, M. (1992), Non lieux, Paris, Seuil.

Augoyard, J-F. (1979), Pas à pas, essai sur le cheminement quotidien en milieu urbain, Paris, Seuil.

Authier, J.-Y. (1987), « Saint Georges du dedans et du dehors : représentations et propriétés » in : Anthropologie et Ethnologie française, 112e congrès national des sociétés savantes, Lyon.

Authier, J.-Y. et Grafmeyer, Y. (1997), Les relations sociales autour du logement, Paris, PUCA.

Benjamin, W. (1989), Paris, capitale du xixe siècle, Paris, Editions du Cerf.

Bidart, C. (1997), L’amitié, un lien social, Paris, La Découverte.

Bonnet, M. et Bernard, Y. (sous la direction de) (1998), Services de proximité et vie quotidienne, Paris, PUF.

Boukaia, C-A. (1999), « Le centre commercial de Chateaufarine : lieu de consommation ou lieu de vie ? » in : Raulin, A. (sous la direction de) Quand Besançon se donne à lire, Paris, L’Harmattan.

Bouly de Lesdain, S. (1999), « Château-Rouge, une centralité africaine à Paris », Ethnologie Française, 1, pp. 86-99.

Bott, E. (1957), Family and Social Network, London, Tavistock.

Brody, J. (1987), « Le quartier de la rue des Rosiers ou l’histoire d’un cheminement », in : J. Gutwirth et C. Pétonnet, (sous la direction de), Chemins de la ville, Paris, Editions du CTHS.

Brousse, C. (1999), « La répartition du travail domestique entre conjoints reste très largement spécialisée et inégale », France, portrait social, INSEE, Paris, pp. 135-151.

Chalvon-Demersay, S. (1984), Le triangle du xive, Paris, Editions de la MSH.

Chevalier, S. (1996), « Transmettre son mobilier ? Le cas contrasté de la France et de l’Angleterre », Ethnologie Française, n°1, tome XXVI, pp.115-128.

Chevalier, S. (1999), « The French Two-Home Project. Materialization of Family Identity », in : Cieerad, I. (sous la direction de) At home. An Anthropology of Domestic Space, New-York, Syracuse University Press, pp. 83-94.

Chevalier, S. (2000), Etude internationale sur les modes d’habitat : le cas de la France. L’espace du quartier : pratiques d’approvisionnement et sociabilité – Rapport de recherche pour le compte du Plan Urbanisme, Construction et Architecture, Ministère de l’Equipement, des Transports et du Logement.

Chevalier, S. (2002), « The Cultural Construction of Domestic Space in France and Britain », SIGNS : Journal of Women  in Culture and Society, University of Chicago Press, vol.27, n°3, pp. 847-856.

Desjeux, D., Monjaret, A. et Taponier, S. (1998), Quand les Français déménagent. Circulation des objets domestiques et rituels de mobilité dans la vie quotidienne en France, Paris, Presses Universitaires de France.

Elias, N. (1997), Les logiques de l’exclusion, Paris, Fayard.

Eymard, I. (1999), « De la grande surface au marché : à chacun ses habitudes », INSEE Première, n°636.

Falk, P. et C. Campbell, (1997), The Shopping Experience, Londres, Sage.

Fine, B. and Leopold, H. (1993), The World of Consumption, Londres, Routledge.

Gutwirth, J. (1970), Vie juive traditionnelle. Ethnologie d’une communauté hassidique. Paris, Editions de Minuit.

Gutwirth, J. (1978), « L’enquête en ethnologie urbaine », Hérodote, n°9, pp. 38-55.

Hannerz, U. (1969), Soulside : inquires into ghetto culture and community, New-York, Columbia University Press.

Hassoun, J.-P. (sous la direction de), (2005), « Négoces dans la ville », Ethnologie Française, XXXV, 1.

Hopkins, J. (1990) « West Edmonton Mall : Landscape of Myths and Elsewhere », The Canadian Geographer, 34, 1.

Jackson, S. and Moores, S. (1995), The Politics of Domestic Consumption, Londres, Prentice Hall.

Kaufmann, J-P. (1992), La trame conjugale. Analyse du couple par son linge, Paris, Nathan.

Kaufmann, J-P. (1996), Faire ou faire faire, Rennes, Presses Universitaires.

La Pradelle, M. de (1996), Les vendredis de Carpentras. Faire son marché en Provence ou ailleurs, Paris, Fayard.

La Pradelle, M. de (2002), « La fabrication de la ville au quotidien. Espaces marchands, espaces festifs et formes de citadinité », rapport de recherche ACI Ville, Paris, Ministère de la Recherche.

Lallement, E. (2005), « Tati et Barbès : Différence et égalité à tous les étages », Ethnologie Française, XXXV, 1, pp. 37-46.

Mc Kendrick, N., J. Brewer and J. H. Plumb, 1982, The Birth of a Consumer Society. The Commercialization of Eighteen Century England, Londres, Hutchinson.

Mead, G.H. (1934), Mind, Self, and Society. Ed. by C. W. Morris, Chicago, University of Chicago Press.

Metral, J. (sous la direction de) (1997), Les aléas du lien social : construction identitaire et culturelle dans la ville, Paris, Ministère de la Culture.

Miller, D. (1998), A Theory of Shopping, Cambridge, Polity Press.

Miller, D. (2001), Dialectics of Shopping, Chicago, University of Chicago Press.

Miller, D. (2005), « Une rue du Nord de Londres et ses magasins : imaginaires et usages », Ethnologie Française, XXXV, 1, pp. 17-25.

Pahl, R. (sous la direction de) (1966), « The rural-urban continuum », Sociologica Ruralis, 6 (3-4) : 299-329.

Park, R., Burgess, E. W. et R. D. McKenzie (1925), The City, Chicago, Chicago University Press.

Péron, R. (1998), « L’urbanisme commercial à la française », Les annales de la recherche urbaine, 78, pp. 5-11.

Pétonnet, C. (1968), Ces gens-là, Paris, Maspéro.

Raulin, A. (2000), L’ethnique au quotidien. Diasporas, marchés et cultures métropolitaines, Paris, L’Harmattan.

Régnier, F., Lhuissier, A. et S. Gojard (2006), Sociologie de l’alimentation, Paris, La Découverte.

Segaux, M., Bonvalet, C. et J. Brun (sous la direction de) (1998), Logement et habitat : l’état des savoirs, Paris, La Découverte.

Whyte, W. F. (1993-1934), Street Corner Society. The social structure of an italian slum, Chicago, Chicago University Press.

Young, M. et P. Willmott, (1983/1957), Le village dans la ville, Paris, Centre de Création Industrielle, Centre Georges Pompidou.

Zelizer, V. A. (1994), Pricing the Priceless Child. The Changing Social Value of Children. Princeton, Princeton University Press.

Zola, E. (1953), Au Bonheur des Dames. Paris, Fasquelle.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Cette recherche fait partie d’une étude plus vaste intitulée « Etude internationale sur les modes d’habitat » qui a été commanditée par le Plan Urbanisme, Construction et Architecture (PUCA) à l’association « Pollen ». Le terrain d’enquête a été mené en 1999-2000 (Chevalier, 2000).

Nous avons rencontré 35 familles : tous les ménages sont composés d’un couple (conjoints mariés ou concubins) avec au moins un enfant. Ils vivent soit dans les centres villes, soit dans les banlieues, sauf à Besançon où la taille de la ville ne justifie pas un tel choix. Ainsi, à Paris, quatre ménages vivent dans le 3e arrondissement, quatre dans le 20e arrondissement et quatre en banlieue parisienne ; à Lyon, cinq ménages habitent à La Croix-Rousse (4e arrondissement), deux à Saint-Georges (5e), un sur la presqu’île et trois à Oullins. A Besançon, quatre ménages résident dans le centre historique (« La Boucle »), et huit autres en dehors, mais toujours en centre ville. Pour plus de détails, cf. annexe 1.

2 D’un point de vue méthodologique, nous avons pu conduire plus d’entretiens que d’observations directes. Les entretiens ont été conduits auprès du couple, à leur domicile. Les informateurs ont été contactés par un système de « boule-de-neige ». Cf. annexes 2 et 3.
3 Il est vrai cependant que l’on assiste actuellement à la transformation rapide de ces usages avec l’irruption des achats alimentaires par Internet : c’est-à-dire la « délocalisation » des courses ou plutôt « l’a-localisation », l’absence d’ancrage dans l’espace. Nous n’en développerons pas ici l’analyse, mais il était important de le mentionner comme facteur de changements possibles des habitudes d’approvisionnement, et par là même, du rôle des commerces dans la sociabilité de quartier.
4 Un supermarché a une surface comprise entre 400 et 2500 m2 et un hypermarché a plus de 2500 m2.
5 Nous mentionnons ici l’ethnologie de la Grande-Bretagne, car les ethnologues français se sont intéressés au milieu urbain de manière beaucoup plus tardive et par la marge, dira-t-on (populations très pauvres ou « ethniques »).
6 Selon cette définition, la seule communauté  est le ghetto.
7 Pour une critique plus détaillée, voir Pahl, R. (1966) « The rural-urban continuum » (299-329).
8 Cette nostalgie d’une « communauté » ouvrière se retrouve dans les trois séries les plus populaires de la télévision britannique qui sont programmées depuis plusieurs décennies, plusieurs jours par semaine et ont pour décor des quartiers ouvriers : Coronation Street à Manchester, East Enders à Londres et Brookside à Liverpool. Cette nostalgie a trouvé un écho dans la réception en France de deux films  : The Full Monty (1997) de P. Cattaneo et Les virtuoses (1996) de M. Herman.
9 Il faut remarquer que cette représentation positive est d’abord pour soi ; cependant, l’image que les autres peuvent vous renvoyer de votre quartier, si elle est négative, et même si vous vous y trouvez bien, peut conduire à reconsidérer sa propre représentation.
10 Pour le profil socio-économique de nos informateurs, cf. annexes 2 et 3.
11 Partie de la vieille ville de Besançon enserrée dans une boucle du Doubs, désignée communément par le terme « la boucle ».
12 Voir la note 8 sur les séries télévisées britanniques dont les lieux de la fiction sont, par excellence, la rue ; et de manière plus ludique, la série pour enfants, d’origine américaine, qui est présentée sur les chaînes françaises : « Rue Sésame ».
13 Il semble qu’en France, de manière générale, parmi les commerces spécialisés, les boulangeries résistent mieux que les autres : deux tiers des ménages français vont y acheter leur pain (Régnier, Lhuissier, Gojard, 2006, 29).
14 Là encore, les données sur les pratiques des Français rejoignent nos observations : 30% des ménages continuent de fréquenter les marchés (Régnier, Lhuissier, Gojard, 2006, 29).
15 Sur les trente-cinq ménages interrogés, douze possèdent une résidence secondaire. Parmi les vingt-trois familles qui n’en ont pas, la moitié a accès d’une manière ou d’une autre à un autre logement appartenant à sa parenté, en général à la campagne. On observe le maintien d’une certaine auto-production alimentaire : en effet quelques ménages cultivent, du moins en partie, leurs fruits et légumes dans leurs jardins. Parfois ceux-ci sont attenants à leur logement lorsqu’ils vivent en-dehors des centres villes, mais souvent ce sont des informateurs qui ont une résidence secondaire (Chevalier, 1999). Quelques jeunes couples, surtout bisontins, reçoivent des fruits et des légumes, mais aussi de la viande (volailles et lapins, par exemple) de leur parenté rurale. Ces produits constituent une partie importante de leur approvisionnement alimentaire. D’autres ménages, qui ont de la famille en province, reviennent de leurs séjours la voiture pleine de bocaux et conserves. Cette circulation est une forme d’aide de la part des parents qui s’inscrit dans les transferts générationnels.
16 Les courses sont parmi les tâches ménagères, celles auxquelles les hommes participent le plus volontiers : le temps consacré aux achats, toutes catégories confondues, est assuré à 43% par les hommes (Régnier, Lhuissier, Gojard, 2006, 32, citant Brousse 1999). Pour l’approvisionnement alimentaire exclusivement, les femmes s’en chargent dans 58% des cas. Les autres cas sont répartis à parts égales entre celles faites par les hommes seuls, et celles faites par les deux. Le marché et les grandes surfaces sont des lieux où l’on se rend volontiers en famille, le week-end. Les magasins les plus fréquentés par les hommes sont les boulangeries (idem supra, 33, citant Eymard, 1999).
17 V.A. Zelizer (1994) analyse la façon dont, aux Etats-Unis, les enfants ont été évincés de l’espace public. Le résultat est qu’aujourd’hui, aux USA, une enquête montre que les enfants entre 4 ans et 8 ans, issus des classes moyennes, ne sont pas autorisés à sortir seuls du bâtiment, même si celui-ci a une cour. Dans notre cas, il est évident que ce ne sont pas les petits enfants de 4 ans qui sont envoyés faire les courses dans le quartier. Et 7/8 ans semble être l’âge minimum pour sortir seul dans la rue. Néanmoins, les parents français laissent plus facilement sortir leurs enfants, pré-adolescents et adolescents dans leur quartier, que leurs homologues américains, issus des classes moyennes. L’espace public est encore considéré en France comme un lieu d’apprentissage social.
18 Il faut remarquer qu’une identité n’est pas monolithique, et que les individus peuvent vouloir exprimer ses diverses facettes à travers différentes pratiques d’approvisionnement, donc de consommation, et à travers des lieux variés.
19 On retrouve cette dimension mais sous une forme extrême dans certaines métropoles extra-européennes -nous pensons ici à Bogota que nous connaissons- où les centres commerciaux sont de véritables forteresses sociales, fortement hiérarchisées entre elles et qui s’adressent à des clientèles socialement déterminées. Les études des chercheurs français sont rares et elles concernent des galeries marchandes qui se situent à l’étranger (USA ou Canada).
20 La sociabilité de voisinage urbaine a été définie par les sociologues de l’Ecole de Chicago, en particulier Georg Simmel.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Chevalier, « « Faire ses courses » en voisin », Métropoles [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 16 mai 2007, consulté le 18 août 2017. URL : http://metropoles.revues.org/107

Haut de page

Auteur

Sophie Chevalier

Université de Franche-Comté, sophie[point]chevalier7(at)wanadoo[point]fr

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • Revues.org